Navigation – Plan du site
Articles

Le temps libre des jeunes ruraux

Des pratiques contraintes par l’offre de services et d’activités de loisirs
Spare time of rural young people: Social practices and leisure services
Olivier David
p. 82-97

Résumés

Les différentes études portant sur la jeunesse révèlent des disparités importantes dans la prise en charge de ces publics, voire des inégalités dans l’accès aux ressources éducatives et aux services dans l’environnement quotidien immédiat, perceptibles à travers les pratiques et les comportements des enfants et des jeunes. Cet article entend s’intéresser aux pratiques sociales des jeunes ruraux et aux politiques éducatives développées au plan local pour les accompagner dans le cadre de leur temps libre. Les possibilités d’accéder aux services et activités de loisirs dépendent étroitement du lieu de résidence. Les espaces ruraux apparaissent dépourvus d’une offre suffisante, souvent restreinte à quelques activités élémentaires, limitant les choix offerts aux jeunes. D’autre part, la mise en œuvre des politiques éducatives locales est encore très limitée dans les espaces ruraux, non seulement parce que la jeunesse n’est pas suffisamment considérée comme une ressource porteuse de développement territorial, mais aussi parce que les élus locaux appréhendent avec beaucoup de difficultés les questions inhérentes à cette tranche d’âge.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Si les recherches sur l’enfance et la jeunesse se sont considérablement développées dans le champ des sciences humaines et sociales, les connaissances portant spécifiquement sur les jeunes vivant en milieu rural n’ont pas été vraiment renouvelées depuis le début des années 1990. Cette évolution traduit le peu d’intérêt de la communauté scientifique et des décideurs politiques et institutionnels pour cette problématique (De Lafond, Mathieu, 2003). Toutefois, plusieurs travaux récents insistent sur les difficultés que rencontre cette classe d’âge, notamment lorsqu’elle vit en milieu rural. Ces recherches évoquent à la fois un environnement socio-économique globalement moins favorable (Grelet, Vivent, 2011), des conditions d’accès aux services (Brutel, Levy, 2012) et aux ressources éducatives plus difficiles, mais aussi des contraintes de mobilité importantes, notamment dans les espaces de plus faible densité (Gambino, 2008). Il apparaît donc crucial de mieux comprendre les modes de vie de ces jeunes ruraux et « les conditions dans lesquelles la ruralité est aujourd’hui habitée » (Gambino, 2010 : 2). En effet, les contextes de vie, particulièrement variés à l’échelle d’un pays comme la France, affectent inévitablement les conditions du développement individuel, les modalités de socialisation et les processus d’autonomisation des jeunes, posant avec d’autant plus d’acuité les enjeux du développement des politiques de prises en charge et d’accompagnement des classes d’âge les plus jeunes dans les territoires ruraux.

2Cet article s’intéresse plus précisément aux pratiques de loisirs des jeunes ruraux dans le cadre de leur temps libre et aux politiques éducatives développées au plan local pour les accompagner. Il exploite les résultats de deux enquêtes récentes. La première porte sur les pratiques sociales des familles en matière d’activités et de services socio-éducatifs. Elle s’appuie sur un échantillon de 503 familles ayant des enfants âgés de 6 à 24 ans et résidant en Ille-et-Vilaine. La seconde s’intéresse aux politiques locales en faveur de la jeunesse, à partir d’un corpus statistique assez vaste sur les différentes prestations offertes aux jeunes (12-25 ans) et d’une enquête auprès des maires des communes du département.

3La réflexion s’articule autour de deux registres de questionnements complémentaires. Dans un premier temps, il s’agit d’appréhender quels sont les effets du contexte territorial sur les pratiques de loisirs des jeunes ruraux dans le cadre de leur temps libre ? La définition des contextes territoriaux renvoie à la dimension physique et matérielle des espaces et, plus précisément, à la configuration de l’offre de services et d’activités à destination des jeunes dans le cadre de leur temps libre. En d’autres termes, comment les opportunités qui sont offertes à ces publics et les ressources qu’ils peuvent ou non mobiliser permettent de répondre à leurs besoins éducatifs, sociaux et culturels ? Dans un second temps, nous nous intéresserons davantage aux politiques éducatives locales développées dans les territoires ruraux. Á quels objectifs répondent-elles ? Quel est leur impact sur les activités et les services mis en place ? Comment prennent-elles en compte réellement les besoins des classes d’âge les plus jeunes et sont-elles suffisantes pour les accompagner dans leur vie quotidienne ?

  • 1 La dernière nomenclature du zonage en aires urbaines de l’INSEE, établie en 2010, ne mentionne même (...)
  • 2 De ce point de vue, la dernière typologie des campagnes françaises proposée par la DATAR en 2011 pe (...)

4Toutefois, aborder la question des jeunes en milieu rural est devenu un exercice complexe à plus d’un titre, nécessitant de fait quelques précisions sémantiques et définitionnelles. Tout d’abord, la jeunesse ne constitue pas un groupe social homogène. La diversité des statuts et l’hétérogénéité des parcours individuels invitent à la plus grande prudence dans l’analyse des pratiques et des comportements des jeunes. Cette réflexion s’intéresse spécifiquement aux jeunes âgés de 12 à 24 ans, résidant toujours au sein du foyer familial et n’aborde que les activités de loisirs pratiquées dans le cadre du temps libre. Ensuite, la ruralité est aujourd’hui traversée par de profondes mutations démographiques et socio-économiques, produisant une plus grande variété de dynamiques territoriales et bouleversant la définition des catégories spatiales existantes1. L’espace rural est entendu ici dans une acception assez classique, s’appuyant sur les nomenclatures de l’INSEE (ZAUER, 1999), parmi les plus opératoires dès qu’il s’agit de comparer différentes catégories spatiales. Elles gomment néanmoins la diversité des dynamiques rurales en englobant des communes éloignées des grandes aires urbaines et soumises à des processus de dévitalisation avec des campagnes densifiées à forte croissance résidentielle2. Néanmoins, pour mettre réellement en exergue les spécificités du monde rural, cette analyse s’est appuyée sur une démarche comparative de l’ensemble des communes en mobilisant les catégories statistiques existantes malgré les limites rappelées ci-dessus. Enfin, le cadre territorial de référence est celui de la réalisation des deux enquêtes, à savoir le département de l’Ille-et-Vilaine.

1. Être jeune et avoir des loisirs en milieu rural

5Les études relatives aux pratiques et aux usages des jeunes en matière de loisirs dans le cadre de leur temps libre sont assez peu nombreuses et rarement investies dans une optique socio-spatiale. Ainsi, les travaux que nous avons réalisés ces dernières années (David, 2010) apportent un regard plutôt novateur, à la fois sur les pratiques sociales du temps libre des jeunes, mais aussi sur les interactions avec leurs territoires de vie. Ces investigations permettent donc d’apporter des informations précises sur la réalité des pratiques de loisirs des jeunes ruraux. Avant d’en présenter et d’en analyser les principaux résultats, il convient de présenter quelques caractéristiques générales sur les jeunes ruraux en Ille-et-Vilaine.

1.1. Les jeunes ruraux en Ille-et-Vilaine

6Á l’échelle nationale, l’Ille-et-Vilaine appartient aux départements métropolitains les plus dynamiques sur le plan démographique. Sa croissance moyenne annuelle affiche un taux de + 1,2 % entre 1999 et 2009, ce qu’elle doit à l’évolution positive du solde naturel comme du solde migratoire. La vitalité naturelle et l’attractivité du département sont soutenues principalement par le dynamisme de l’aire urbaine rennaise qui rejaillit sur la majorité des communes. D’autre part, la structure par âge de la population de l’Ille-et-Vilaine révèle une certaine jeunesse. Les 12-24 ans y représentent en effet 17,7 % de la population totale contre 16 % en moyenne au niveau national.

7Dans ce contexte, les campagnes d’Ille-et-Vilaine ont renoué avec la croissance démographique depuis le début des années 1990, notamment les communes les moins isolées et sous influence urbaine modérée. De ce point de vue, l’extension continue de l’aire urbaine rennaise a logiquement rejailli sur la majorité des communes rurales. Les communes hors influence des pôles urbains sont devenues marginales puisqu’elles ne sont plus que onze en 2009 et ne recensent que 1,4 % de la population départementale.

Tableau 1 : Le poids démographique des 12-24 ans selon le type de communes

Typologie communale selon les zonages en aires urbaines – INSEE – 2010

Type de commune

Population âgée de 12 à 24 ans

Population totale

Part des jeunes dans la population totale

Commune rurale  (communes hors aire urbaine)
-multipolarisées
-hors influence des pôles urbains

14 999

13 328
1 671

115 778

102 178
13 600

12,9 %

13,0 %
12,9 %

Communes périurbaines (appartenant à la couronne d’un pôle urbain)

60 892

413 303

14,7 %

Communes urbaines (appartenant à un pôle urbain)

97 029

448 368

21,6 %

Total Ille-et-Vilaine

172 920

977 449

17,7 %

Typologie des campagnes françaises – DATAR – 2011

Type de commune

Population âgée de 12 à 24 ans

Population totale

Part des jeunes dans la population totale

Campagnes des villes, du littoral et des vallées urbanisées à croissance résidentielle

72 396

491 075

14,7 %

Campagnes agricoles et industrielles sous faible influence urbaine

10 778

82 790

13,0 %

Campagnes vieillies à très faible densité

2 696

20 939

12,9 %

Communes urbaines

87 050

382 645

22,7 %

Total Ille-et-Vilaine

172 920

977 449

17,7 %

Source : INSEE, recensement de la population 2009.

8L’Ille-et-Vilaine compte ainsi 172 920 jeunes âgés de 12 à 24 ans, dont 8,6 % seulement vivent dans une commune rurale. Ils sont évidemment moins nombreux que dans les communes urbaines et périurbaines (cf. tableau 1), puisqu’ils ne représentent que 12,9 % de la population totale vivant dans une commune rurale. A contrario, les communes urbaines et leurs couronnes périurbaines apparaissent beaucoup plus jeunes, d’autant plus qu’elles concentrent 91,4 % des effectifs de cette classe d’âge sur l’ensemble de l’Ille-et-Vilaine.

9Derrière ce processus général, il convient néanmoins de distinguer plusieurs types de profils sociodémographiques, témoignant de la diversité des situations de ruralité. En reprenant la typologie des campagnes françaises réalisée par la DATAR (2011), plusieurs cas de figure se dégagent. Les « campagnes des villes » affichent plutôt un visage dynamique et sont portés par l’essor de l’aire urbaine rennaise. Elles correspondant majoritairement aux couronnes des pôles urbains de la nomenclature INSEE, autrement dit les communes périurbaines du département. Elles se caractérisent par des taux d’accroissement démographique élevés et la part des jeunes n’y est pas négligeable. Elles bénéficient d’une croissance résidentielle assez forte sous l’effet de l’installation continue de nouveaux ménages. Les « campagnes agricoles et industrielles », un peu plus éloignées des pôles urbains, s’avèrent nettement moins dynamiques. La croissance démographique reste positive mais est plus modeste car la vitalité naturelle de la population résidente est faible et le renouvellement par apport externe y est limité. La structure par âge révèle un degré de vieillissement plus avancé et la part des jeunes âgés de 12 à 24 ans y est logiquement plus faible. La dernière catégorie correspond aux « campagnes vieillies à très faible densité ». Les indicateurs démographiques révèlent un processus de dévitalisation et le poids démographique des jeunes y est le plus bas.

10Ces différentes typologies soulignent la difficulté de définir ce qu’est la ruralité aujourd’hui. Elles renvoient inévitablement à une diversité de situations sociodémographiques. Dans le cadre de cette étude, les deux dernières catégories proposées par la DATAR couvrent assez bien ce qu’il convient de dénommer les espaces ruraux. Suffisamment éloignées des pôles urbains, ces communes ne s’inscrivent pas dans les logiques du développement périurbain. La part des jeunes y est certes plus faible que la moyenne départementale, mais leur présence justifie néanmoins la réponse à leurs besoins en matière de loisirs.

1.2. Des différences sensibles dans les pratiques de loisirs

  • 3 L’enquête s’intéresse à l’ensemble des services mobilisés et des activités pratiquées dans le cadre (...)
  • 4 La constitution d’un échantillon aléatoire rigoureux s’appuyant sur une base de sondage exhaustive (...)

11L’enquête réalisée auprès des familles a permis de constater d’importantes inégalités dans les pratiques de loisirs et dans l’accès aux services socio-éducatifs3. Ceci est d’autant plus intéressant à analyser que les sociologues soulignent une forte homogénéisation des modes de vie, des valeurs et des loisirs des jeunes, autour d’un standard urbain (Escaffre et al., 2007 ; Bozonnet, 2012). Le lieu de résidence ne change en rien l’intérêt commun pour les activités de loisirs dans les domaines culturel et sportif, pour les pratiques de sociabilité entre pairs et constituent en quelque sorte le ciment des cultures adolescentes et juvéniles (Pronovost, 2007, Galland, 2007). L’enquête réalisée en Ille-et-Vilaine nous a donc permis de confronter la nature et la structure des pratiques de loisirs en fonction du lieu de résidence des jeunes4.

  • 5 Les activités sportives et culturelles étudiées dans l’enquête ont été recensées sur une base décla (...)

12Les résultats de l’enquête mettent en exergue un certain nombre de spécificités dans les pratiques de loisirs des jeunes ruraux. La figure 1 révèle tout d’abord un niveau de pratique beaucoup moins important qu’en milieu urbain et périurbain, quelle que soit l’activité déclarée. Indirectement, ces résultats soulignent des différences majeures dans la nature et la structure des activités réalisées dans le cadre du temps libre. Les structures de loisirs encadrés sont globalement beaucoup moins fréquentées, quelle que soit la commune de résidence. Cela confirme la désaffection croissante avec l’âge des formes d’accueil encadrées au profit d’activités davantage choisies par les jeunes mais aussi plus informelles (David, 2010 ; Raibaud, 2009). Les jeunes ruraux se distinguent néanmoins par une très faible fréquentation des accueils de loisirs alors que le recours aux clubs de jeunes est aussi important qu’en milieu périurbain. Les écarts sont plus sensibles en ce qui concerne la fréquentation des bibliothèques et la pratique d’activités sportives ou culturelles, même si les pourcentages de pratiquants demeurent inférieurs en milieu rural. Ces constats s’expliquent principalement par la configuration de l’offre d’activités et de services proposée dans les communes rurales, dont nous mesurerons la faiblesse dans la partie suivante. Néanmoins, en dépassant la seule analyse des pourcentages de pratiquants, la structure des activités de loisirs présente des caractéristiques similaires quelle que soit la commune de résidence. Les activités sportives arrivent très largement en tête, devant la fréquentation des bibliothèques et les activités culturelles5.

13Les activités déclarées par les enquêtés permettent de repérer d’autres formes de distinctions entre les pratiques des jeunes ruraux et celles de leurs homologues urbains et périurbains. Le nombre d’activités différentes déclarées est beaucoup plus restreint en milieu rural qu’ailleurs. Cela s’explique par une plus grande diversité de l’offre en ville, et par conséquent un choix beaucoup plus ouvert pour les jeunes. A contrario, la palette d’activités disponibles dans les campagnes est nettement plus réduite. En ce qui concerne les activités sportives, le football est la première activité pratiquée dans les communes rurales (28,3 % des répondants), devançant très largement la piscine et le tennis. Les autres sports collectifs sont en revanche beaucoup moins fréquents, à la différence des jeunes résidant sur une commune urbaine ou périurbaine. Les disparités s’expriment à peu près dans les mêmes termes pour les activités culturelles. Le panel des activités déclarées est beaucoup plus réduit en milieu rural, même si la nature des activités pratiquées ne présente pas de fortes différences. Les activités musicales arrivent largement en tête, devant le dessin et la danse.

  • 6 Ces activités regroupent les loisirs non encadrés, tels que la télévision, la lecture de films ou d (...)

14L’enquête s’est également intéressée aux activités ludiques du quotidien6, car elles occupent une place très importante dans la construction des parcours éducatifs des enfants et des jeunes (Octobre et Merckle, 2010). La télévision reste très largement majoritaire, aussi bien par la proportion de jeunes concernés (plus de 85 % de répondants) que par le temps qui y est consacré. En milieu rural, la durée moyenne hebdomadaire déclarée est même supérieure à celle des citadins et des périurbains. En ce qui concerne l’informatique, l’écoute de la musique et la lecture, les taux de pratiquants sont plus élevés en ville qu’ils ne le sont en milieu périurbain et en campagne. En revanche, la durée consacrée par les jeunes ruraux y est comprise entre celle des urbains et des périurbains. Si certaines activités sont moins répandues en milieu rural, elles mobilisent quand même les jeunes sur des temps plutôt longs. Il est possible de relier ce constat au moindre recours des jeunes ruraux aux activités encadrées, notamment sportives et culturelles. Lorsque l’offre d’activités fait défaut, les solutions ludiques et informelles prennent le relais dans le quotidien des jeunes.

1.3. Une offre de services et d’activités de loisirs assez réduite

15Les caractéristiques des contextes territoriaux dans lesquels évoluent les jeunes constituent sans aucun doute des éléments d’explication de ces différences de pratiques de loisirs. L’effet des contextes locaux sur les parcours éducatifs des jeunes a déjà été démontré dans d’autres recherches portant notamment sur la scolarité des jeunes. Ainsi, « les parcours scolaires des jeunes ruraux se distinguent de ceux des urbains par des études moins longues, une préférence pour le professionnel, des ambitions scolaires plus réduites. Ces disparités s’expliquent par l’environnement socio-économique et la faiblesse de l’offre de formation en milieu rural » (Grelet, Vivent, 2011 : 1). D’autres études portant sur l’insertion sociale et professionnelle des jeunes ruraux ont également mis en avant des corrélations entre les caractéristiques territoriales et les problèmes rencontrés par les jeunes en difficulté (De Lafond, Mathieu, 2003). L’accessibilité aux services, la proximité des dispositifs d’intervention, l’isolement territorial, les difficultés de mobilité sont souvent convoqués dans l’explication des difficultés rencontrés par les jeunes ruraux. Pour poursuivre notre analyse, il convient donc de s’attarder sur la qualité de l’offre de services et d’activités de loisirs proposée aux jeunes ruraux.

16Pour pouvoir la mesurer, nous avons donc mobilisé les bases de données statistiques de diverses institutions agissant en faveur des publics jeunes, que ce soit dans champ de la jeunesse, des sports, de la culture et des loisirs… Ces informations nous ont permis de travailler à l’échelle communale et de mesurer assez précisément l’offre locale. D’une manière générale, les services et les activités à destination des jeunes dans le département d’Ille-et-Vilaine apparaissent fortement polarisés. Á défaut d’être exhaustif, nous allons le démontrer à partir de quelques exemples précis.

17Les données relatives aux associations sportives révèlent une offre importante à l’échelle départementale, à la fois dans le nombre de structures existantes au plan local mais aussi dans la diversité des activités proposées aux populations. Ce sont de loin les activités les plus répandues à l’échelle locale. Seuls quelques territoires ruraux des marges septentrionales et méridionales du département, ainsi que plusieurs zones isolées, sont dépourvues de toute offre sportive associative. En revanche, la diversité des activités sportives proposées présente beaucoup plus d’inégalités spatiales. Les centres urbains sont évidemment les plus avantagés, la palme revenant à Rennes et sa périphérie immédiate, suivies des autres pôles urbains du département. Il y a là un caractère de centralité évident et les espaces ruraux se caractérisent par une offre assez réduite.

18En travaillant sur l’offre de services culturels, d’autres types de contrastes apparaissent, davantage liés à la nature des équipements observés. Si le réseau de bibliothèques couvre la quasi-totalité du territoire départemental, résultat concret de la politique volontariste du Conseil Général pour déployer les lieux d’accès à la lecture, la configuration du réseau des lieux d’enseignement musical présente à nouveau d’importants déséquilibres. Les grandes villes du département disposent du plus grand nombre d’écoles de musique ainsi que leurs couronnes périurbaines, tandis que les espaces ruraux sont nettement moins bien dotés. La plupart des pôles ruraux et certains chefs-lieux de cantons bénéficient néanmoins d’un service.

19D’autres services plus spécifiques accentuent encore les contrastes et soulignent la faiblesse de l’offre rurale en matière de ressources socio-éducatives. Ainsi, en ce qui concerne le champ des loisirs éducatifs et le secteur de l’information jeunesse, les différents services (accueils de loisirs, clubs de jeunes, points ou bureaux information-jeunesse…) sont très inégalement répartis sur le territoire départemental. L’offre de ce type d’activité est essentiellement urbaine et périurbaine, avantageant l’agglomération rennaise et les pôles urbains d’Ille-et-Vilaine. En revanche, les marges rurales occidentales et septentrionales du département ne disposent souvent d’aucun équipement.

Figure 2 : Niveau communal d’équipements et de services destinés à la jeunesse

Figure 2 : Niveau communal d’équipements et de services destinés à la jeunesse

Source : Direction départementale de la Jeunesse et des Sports, CG 35, CRIJ.
Conception : O. David - Réalisation : A. Lepetit.

20Pour mieux apprécier les inégalités territoriales, nous avons construit une carte de synthèse à partir de plusieurs services destinés à la jeunesse. L’indice construit ne prétend pas représenter avec exactitude la réalité mais cherche à visualiser le degré d’équipements et de services des communes. Le score obtenu permet de construire plusieurs classes en fonction du niveau d’équipements et de services des communes. La quasi-totalité des villes du département présentent un taux d’équipement maximal. Leurs couronnes périurbaines sont également bien équipées. Autour de Rennes, le degré d’équipement diminue progressivement avec l’éloignement au centre. La communauté d’agglomération affiche les valeurs les plus élevées et les différentes couronnes périurbaines montrent un moindre équipement, dépourvues des services caractéristiques des espaces centraux. Les marges rurales s’avèrent très clairement les moins bien dotées en services et équipements, exceptés quelques rares pôles ruraux (Louvigné-du-désert, Dol-de-Bretagne, Combourg, Saint-Germain en Cogles, Bain-de-Bretagne, La Guerche-de-Bretagne, Retiers, Maure-de-Bretagne, Montauban-de-Bretagne…) qui constituent localement de véritables centres de services. Ce document reflète assez bien la diversité des espaces ruraux évoqués précédemment, les communes les plus isolées (hors influence des pôles urbains) se caractérisant par les niveaux d’équipements les plus modestes.

1.4. Ressources éducatives et inégalités des parcours éducatifs

21En posant l’espace comme cadre et support de l’action des sociétés, nous cherchons à mettre en lien les pratiques de loisirs des jeunes avec les caractéristiques des territoires dans lesquels ils évoluent. L’espace s’inscrit inévitablement dans la praxis. Il est obligatoirement pris en compte par les acteurs (jeunes, parents, élus locaux, organisateurs d’activités, collectivités…), consciemment ou non, dans la mise en œuvre de leurs actions et de leurs stratégies.

22L’environnement éducatif des jeunes est donc soumis à d’importantes disparités. En effet, les ressources mobilisables pour répondre aux besoins éducatifs, sociaux et culturels des classes d’âge les plus jeunes sont très différentes selon les lieux de résidence et les territoires pratiqués. Les ressources éducatives dépendent étroitement du degré d’équipement, des services disponibles, de la diversité des activités proposées, de la densité des interactions sociales et de la nature des politiques locales mises en œuvre dans les territoires de vie des jeunes générations. Ces écarts créent de fait des inégalités et conditionnent les parcours éducatifs. La lecture des inégalités spatiales relative à l’offre de services et d’activités dessert de ce point de vue les jeunes ruraux. Ces disparités ont des répercussions importantes dans la vie quotidienne des familles et des jeunes, selon leur lieu de résidence. Les difficultés qui en découlent, lorsque l’offre est insuffisante ou insatisfaisante pour répondre aux besoins, peuvent parfois alimenter un réel sentiment d’injustice. L’isolement territorial et ses conséquences en matière d’éloignement des services et des activités de loisirs peuvent désavantager les jeunes vivant en milieu rural.

23La notion d’environnement éducatif est néanmoins très difficile à appréhender, car elle ne dépend pas uniquement des caractéristiques matérielles et sociales des territoires vécus. La compréhension des pratiques sociales de loisirs dans le cadre du temps libre mobilise d’autres niveaux d’analyse : celui de l’individu, celui de la famille et celui du contexte social et politique. La dimension spatiale, bien qu’essentielle dans notre démonstration, n’est donc pas la seule à prendre en compte.

Figure 3 : La qualité éducative du temps libre

Figure 3 : La qualité éducative du temps libre

Source : Olivier David

24Il convient en effet de rappeler que les jeunes sont d’autant plus « en situation d’injustice face à l’espace qu’aux inégalités d’offre et de disponibilité en ressources s’ajoutent des inégalités de capacité à mobiliser ces ressources » (Sechet, David et al. 2008 : 6). La qualité éducative du temps libre dépend donc d’une multitude de paramètres (cf. figure 2) qui mêlent à la fois les caractéristiques propres à l’individu ainsi qu’à son mode de vie et au milieu dans lequel il évolue. Les caractéristiques inhérentes aux espaces sont donc importantes et présentent des situations très disparates. Des avantages comme des désavantages peuvent s’y cumuler, ce qui conditionne la nature des pratiques de loisirs des jeunes dans le cadre de leur temps libre et engendre des inégalités dans la qualité des parcours éducatifs.

25La compréhension de ce système montre évidemment comment les disparités socio-spatiales, les écarts constatés dans la configuration de l’offre de services et d’activités, et la diversité des contextes territoriaux sont des paramètres qui se combinent pour produire des inégalités dans le cadre du temps libre des jeunes, notamment lorsque l’on s’intéresse à la qualité éducative des ressources mobilisables. L’exemple de l’Ille-et-Vilaine laisse apparaître de fortes disparités et révèle concrètement leur inscription dans l’espace départemental. Ces constats invitent à poursuivre notre réflexion sur les politiques mises en œuvre à l’échelle locale pour prendre en compte ces inégalités et tenter de les réduire. Nous verrons notamment comment les élus locaux perçoivent le contexte territorial sur lequel ils agissent et quelles politiques éducatives ils développent.

2. La place de la jeunesse dans les politiques locales en milieu rural

26Les années 1980 et 1990 se caractérisent par un développement important des initiatives locales et un rôle croissant des collectivités territoriales dans le champ des politiques en faveur de la jeunesse, y compris dans les espaces ruraux. Cette réalité, fréquemment associée au processus de décentralisation administrative et politique, est aussi une conséquence concrète de l’évolution des représentations et des modèles vis-à-vis de la jeunesse. Les représentations et les perceptions que portent les acteurs politiques sont centrales dans l’appréhension et la définition des problèmes publics, ainsi que dans la formalisation des réponses apportées.

2.1. Le poids des représentations

27La production de l’espace dépend en effet des représentations et des enjeux sociaux, ainsi que des valeurs sociales portées par les acteurs collectifs et institutionnels, mais aussi par tous les acteurs individuels. En ce sens, l’espace est une production des sociétés, à la fois concrète et matérielle mais également symbolique, idéologique ou idéelle où les acteurs disposent de compétences intentionnelles et stratégiques qui dépendent d’idées et de valeurs spécifiques. Ces acteurs sont avant tout des sujets dotés d’une conscience individuelle et autonomes sur le plan réflexif. Leur intériorité subjective est déterminante dans la définition des politiques et les choix de stratégies d’action. Dans le registre du temps libre des jeunes, ce système idéologique est largement influencé par les représentations sociales, les symboles, les valeurs et les croyances qui dominent au sein de la société. De fait, les modèles ou les figures de la jeunesse ont de réels impacts sur les stratégies guidant l’action des acteurs politiques locaux.

28Comme le suggèrent Florence Lefresne et Patricia Loncle (Loncle : 2007 : 9), il est « impossible de traiter de [la jeunesse] aujourd’hui sans se référer aux catégories de l’action publique dans le champ de la formation, de l’emploi, de l’action sociale, du logement, de la ville… qui, peu ou prou, forgent des représentations, voire des identités sociales : « jeunes en échec scolaire », « jeunes des quartiers », « jeunes en difficulté », « jeunes difficiles »… ». Les débats les plus récents portant sur la jeunesse sont traversés par des sujets récurrents, qui mettent davantage en exergue certaines préoccupations par la visibilité qu’elles représentent dans l’espace public. C’est le cas de la délinquance, des conduites addictives, de l’errance, du suicide, de la pauvreté et du chômage, comportements et conditions de vie considérés à la fois comme une menace sur la stabilité du monde social mais aussi dangereux pour les jeunes eux-mêmes. Ces conceptions ont tendance à légitimer la mise en place de dispositifs éducatifs ou préventifs pour traiter les problèmes repérés comme les plus inquiétants. Elles peuvent le cas échéant justifier des réponses curatives ou répressives. C’est une posture qui ne voit la jeunesse qu’à travers ses problèmes. Elle marginalise de fait les réflexions éducatives et développementales qui considèrent davantage les jeunes comme responsables et citoyens et qu’il faut accompagner dans leur processus d’autonomisation : « que les jeunes soient confrontés à de multiples problèmes ne fait pas de doute, mais qu’ils puissent contribuer pour une part à la définition et à la prise en charge de ce qui les préoccupe ne va pas de soi. L’idée que les jeunes puissent être une ressource, pour eux-mêmes et pour leurs territoires, devrait pourtant constituer la base des politiques locales » (Vulbeau, 2007 : 20).

29Ces différents systèmes de valeurs et de représentations sociales éclairent sur la manière dont sont formulés les problèmes publics relatifs à la jeunesse et interfèrent directement sur les processus de définition des politiques locales et la nature des réponses publiques apportées. Les élus locaux ne peuvent échapper au poids des valeurs collectives dominantes qui déterminent plus ou moins directement les choix politiques qu’ils mettront en œuvre.

2.2. La difficulté des élus locaux

30Les modalités d’élaboration des politiques publiques sont donc très complexes à appréhender. Elles lient en effet les conceptions politiques des élus locaux, leurs propres représentations sur la jeunesse, le sens qu’ils donnent à leur action et les marges de manœuvre dont ils disposent pour développer le programme pour lequel ils ont été élus. L’articulation de tous ces paramètres est très difficile à décrypter, notamment pour mesurer la hiérarchie des facteurs déterminants dans le processus de prise de décision politique. Il convient d’y ajouter également la difficulté pour les élus locaux de gérer les évolutions démographiques de leur territoire. Les communes rurales sous influence urbaine, en marge des aires urbaines les plus dynamiques, sont soumises à des mutations assez rapides. L’arrivée de nouveaux ménages modifie la demande sociale en matière de services à la population et la réponse aux besoins quotidiens des jeunes est rarement anticipée.

31Il convient désormais de s’intéresser plus précisément à l’opinion et aux attentes des élus locaux sur l’appréhension des problématiques relatives à la jeunesse dans le champ éducatif et social. Notre réflexion s’appuie sur l’analyse de deux enquêtes récentes, réalisées en 2007-2008. La première a été mise en œuvre par la Caisse nationale des allocations familiales (CNAF, 2009) et permet de présenter une analyse nationale sur ces questions de politiques à destination des jeunes. La seconde, que nous avons réalisée sur le département d’Ille-et-Vilaine, offre une description plus précise des résultats selon la taille et le type de communes. Elle permettra d’aborder la question des contextes territoriaux et de leur impact sur la nature des politiques locales.

32Les élus expriment une très grande difficulté à construire des réponses adaptées à ce public, « soit parce qu’ils n’arrivent pas à savoir précisément ce que veulent les jeunes, soit parce que leur demande est impossible à satisfaire (demande de local jeune sans surveillance par exemple) » (CNAF, 2009 : 113). C’est clairement autour de la jeunesse (au-delà de 12 ans) que se cristallisent les difficultés des élus qui, dans certains cas, s’exaspèrent lorsqu’ils sont confrontés à des comportements qu’ils ne comprennent pas. L’enquête nationale révèle très clairement que les élus se construisent une image négative de la jeunesse, perçue comme une classe d’âge consumériste, délaissant les activités encadrées traditionnelles, ayant du mal à s’engager sur des projets et des actions à long terme et ayant de surcroît des comportements problématiques sur l’espace public (incivilités, vandalisme, désœuvrement…).

Figure 4 : Problèmes ou difficultés rencontrés avec les jeunes

Figure 4 : Problèmes ou difficultés rencontrés avec les jeunes

Source : CNAF, enquête nationale auprès des élus locaux, 2009

33De ce point de vue, l’enquête réalisée en Ille-et-Vilaine présente de vraies convergences. Elle révèle que la jeunesse est un domaine de l’action publique qui pose beaucoup de questions et semble difficile à appréhender. En effet, un sentiment de difficulté est clairement exprimé par les personnes interrogées puisque près de 84 % des élus estiment ce dossier « très difficile » ou « difficile ». Les variations sont même assez peu sensibles selon le type de commune. Il semble seulement que le sentiment difficulté soit moindre en ville que dans les espaces périurbains et ruraux.

Tableau 2 : L’appréciation des élus locaux sur la mise en œuvre d’une politique jeunesse au plan local

(%)

Ensemble des communes

Communes urbaines

Communes périurbaines

Communes rurales

Question posée : « Comment considérez-vous la définition et la mise en œuvre d’une politique en faveur de la jeunesse au plan local ? »

Très difficile

19,5

7,1

15,7

28,0

Difficile

64,4

71,4

68,6

56,1

Facile

12,7

21,5

12,1

12,2

Très facile

0

0

0

0

Ne sais pas

3,4

0

3,6

3,7

Source : Olivier David, enquête réalisée auprès de 251 communes d’Ille-et-Vilaine.

34Au-delà de ces résultats chiffrés, il est intéressant de s’arrêter sur les éléments de facilité et les éléments de difficulté évoqués par les élus, et leur confrontation. Les élus soulignent leur difficulté à cerner les attentes et les besoins des jeunes, à prendre en compte des problèmes tels que la violence ou les comportements à risques ainsi qu’à gérer leur présence dans l’espace public. La construction de projets politiques cohérents et globaux est ressentie comme difficile à mettre en place. Plusieurs élus évoquent également un manque de connaissances et de culture sur le sujet. Enfin, le contact direct avec le public est aussi pointé comme une difficulté, qui contraint la mise en place de dispositifs participatifs intégrant les jeunes eux-mêmes à la définition des projets les concernant.

2.3. La faiblesse des interventions en faveur des jeunes

35Ces éléments de cadrage expliquent en partie la faiblesse des interventions à destination des jeunes, notamment en milieu rural. En Ille-et-Vilaine, la majorité des communes (52,7 %) déclare ne pas avoir inscrit les questions de jeunesse comme une priorité municipale sur le mandat 2001-2008. L’analyse des résultats par type de commune permet des comparaisons intéressantes puisque le pourcentage de communes où la jeunesse est inscrite comme priorité politique est beaucoup plus élevé en milieu urbain (9 communes sur 10) et décline progressivement pour être le plus faible en milieu rural (un peu plus du quart des communes). Il serait donc plus difficile de mettre en œuvre des programmes en faveur des jeunes dans les communes rurales d’Ille-et-Vilaine. Simultanément, la proportion des jeunes âgés de 12 à 24 ans par type de commune révèle une corrélation logique entre le poids démographique des jeunes et le développement des politiques locales.

Tableau 3 : L’inscription de la jeunesse dans les priorités locales

(%)

Question posée : « la jeunesse est-elle inscrite comme une priorité municipale ? »

Part de la population départementale âgée de 12 à 24 ans

Oui

Non

Ensemble des communes

47,3

100 %

Communes urbaines

93,7

56,1 %

Communes périurbaines

53,8

46,2

52,7

Communes rurales

26,3

73,7

6,3

Source : Olivier David, enquête réalisée auprès de 251 communes d’Ille-et-Vilaine.

36L’analyse des actions mises en œuvre par les communes enquêtées apporte des précisions complémentaires sur la nature des programmes déployés au plan local. Pour les communes ayant répondu positivement, les actions entreprises en direction des jeunes sont de différentes natures. Elles concernent principalement la réalisation d’équipements et l’ouverture de structures d’accueil. La réponse en équipements et services est très largement dominante parmi les communes qui ont engagé une politique en faveur des jeunes. Ensuite, la mise en place d’animations à destination du public jeune occupe aussi une large place dans les politiques développées. Dans ce cas, les actions mises en place sont très variées, répondant à des préoccupations éducatives liées à l’âge (activités passerelles pré-adolescents/adolescents), liées à des besoins spécifiques (développement d’activités sportives, culturelles, mise en place de spectacles, de concerts, de manifestations sportives, espaces multimédia…). Enfin, beaucoup plus rarement, les personnes enquêtées font allusion aux contrats engagés pour accompagner la mise en place des politiques « jeunesse », tels que les contrats enfance-jeunesse, les contrats temps-libre, voire les contrats éducatifs locaux. Ce sont des dispositifs institutionnels, contractualisés auprès d’organismes tels que la Caisse d’allocations familiales ou les services de l’État.

37Les différences selon le type de commune sont assez faibles. Il est toutefois possible de noter que les communes urbaines sont de loin les plus investies dans la mise en place de dispositifs participatifs (conseil municipal de jeunes) et dans le développement d’équipements lourds (salles de spectacles, de concerts, centres d’information jeunesse…). Les communes périurbaines et rurales restent davantage mobilisées par la création de locaux (espace jeune, accueil de loisirs) mais aussi la mise en place d’activités à destination des jeunes, qu’ils structurent généralement autour d’un moyen permanent d’animation.

38Nous nous sommes également intéressés aux communes n’ayant aucune action en direction des jeunes, d’autant plus que cette catégorie regroupe une majorité de communes rurales. L’analyse des justifications relatives à l’absence de politique locale en faveur de la jeunesse souligne des caractéristiques déjà relevées dans d’autres champs de l’action sociale, comme celui de la petite enfance par exemple (David, 2008). Le premier motif évoqué, largement en tête, est lié à la mise en place d’une politique à l’échelle intercommunale. Le transfert de la compétence jeunesse aux regroupements intercommunaux est un fait incontestable, mais qui concerne principalement les grandes agglomérations et leurs couronnes périurbaines. La politique de soutien du Conseil Général aux communautés de communes, notamment autour de la définition de contrats de territoires, révèle la faiblesse des actions consacrées aux jeunes, tout particulièrement dans les zones les plus rurales. D’autres élus locaux soulignent que leur commune est trop petite pour envisager ce type de politique. Cet argument est très fréquemment associé à des motifs démographiques, et notamment au faible potentiel de jeunes. Il est aussi associé à la faiblesse des moyens budgétaires locaux qui rendrait impossible la mise en place d’actions.

2.4. Le peu de dispositifs d’accompagnement

39Ces différents résultats nous renvoient aux représentations et perceptions des élus locaux ainsi qu’à leurs répercussions sur les politiques locales en faveur de la jeunesse. Pour essayer de comprendre comment se construisent les politiques publiques en direction des jeunes, Jean-Claude Richez (Richez, 2007 : 24-25) propose une grille d’analyse élaborée autour de six référentiels distincts, synthétisés dans tableau suivant. Si la description de chacun de ces types éclaire les liens entre représentation et modalité d’action, leur combinaison apporte une richesse complémentaire, très utile pour appréhender les options politiques choisies pour répondre aux besoins des enfants et des jeunes.

Tableau 4 : Les référentiels d’analyse des politiques « jeunesse »

Tableau 4 : Les référentiels d’analyse des politiques « jeunesse »

Source : d’après J.C. Richez (Richez, 2007 : 24-25).

40Force est de constater, à l’aune de l’enquête réalisée en Ille-et-Vilaine, que les quatre premiers référentiels sont aujourd’hui largement dominants dans les réponses apportées au plan local. La conception familialiste se rapproche assez facilement du référentiel éducatif. Dans ces deux cas, les jeunes sont considérés comme des mineurs, socialement incapables et sans aucun droit de citoyenneté, soumis à l’autorité directe de leurs parents. Les seules réponses apportées sont de nature éducative, pour élever les jeunes et les préparer à leurs futures responsabilités d’adulte, dans un cadre souvent très centré sur l’école et n’accordant qu’assez peu de place aux autres espaces éducatifs. Dans ce cas, les politiques locales renverront les problèmes éducatifs et sociaux des plus jeunes vers la famille, considérant qu’ils relèvent de la vie privée et limiteront le développement de services en dehors de l’école. L’association des référentiels « contrôle social » et « insertion économique et sociale » aura tendance à focaliser les élus sur les problèmes, voire les dangers, que représentent les jeunes. Les politiques mises en place s’inscriront alors dans une perspective préventive ou coercitive et chercheront à apporter des réponses très ciblées dans ce registre, avec des modes d’action relevant plutôt de l’intervention sociale.

41En revanche, les deux derniers référentiels sont beaucoup moins bien fréquents dans les réponses des élus locaux. De fait, la posture des élus place beaucoup plus rarement les jeunes au centre de la démarche politique. Ce sont des constats qui sont peu favorables à la construction de politiques locales en faveur du mieux vivre ensemble intergénérationnel, comme si la jeunesse et ses réalités étaient invisibles. Les jeunes sont donc très rarement considérés comme une ressource et un potentiel pour le développement social et territorial. De fait, les politiques engagées ne cherchent pas à les impliquer directement dans la vie locale et à accompagner leurs initiatives. C’est une caractéristique assez marquée lorsque l’on s’intéresse à la nature des dispositifs d’animation développés au plan local, que ce soit en matière d’accompagnement des projets de jeunes, de mobilité, d’information et d’orientation, d’insertion et d’accès à l’emploi.

42Les communes rurales montrent une relative frilosité sur la question des politiques « jeunesse », qui se traduit par un moindre développement des actions et une moindre diversité dans les réponses apportées aux jeunes. Ainsi, une commune rurale sur cinq seulement est investie dans l’accompagnement de projets de jeunes. Le degré d’avancement des politiques « jeunesse », notamment entre les centres urbains, les aires périurbaines et les espaces ruraux, explique sans doute cette différence. Moins d’un tiers des élus ruraux seulement (29 %) déclarent développer des actions en faveur de la mobilité des jeunes résidant sur leur commune. D’autres études montrent pourtant que cette question est cruciale, à la fois pour accéder aux services et aux activités dans le cadre de leur temps libre, mais plus généralement pour accompagner leur prise d’autonomie. L’appréhension de cette question par les élus locaux est très difficile. Environ une commune rurale sur dix déclare avoir développé des animations pour informer et orienter les jeunes ruraux. Les communes périurbaines sont néanmoins plus nombreuses à développer des actions en matière d’information et d’orientation, alors que les espaces ruraux sont à l’écart de ce type de pratiques. Enfin, 7 % seulement des communes rurales sont engagées dans la mise en place de dispositifs d’insertion et d’accès à l’emploi des jeunes. Les résultats de l’enquête montrent que les politiques locales s’intéressant spécifiquement à l’insertion et l’accès à l’emploi des jeunes sont essentiellement urbaines. Si 15 % des communes déclarent mettre en œuvre ce genre de dispositif, les villes sont plus de 60 % à le faire.

43Ainsi, les espaces ruraux, notamment ceux sous faible influence urbaine, sont sans aucun doute les territoires les moins avancés en matière de politique jeunesse. Le niveau de développement des services et équipements et de réponse politique aux besoins des jeunes y est souvent très faible. Les arguments financiers mais également démographiques sont souvent cités pour expliquer l’absence de politique locale. Ces zones appellent sans doute un effort d’équité territoriale, non pas pour prétendre à un niveau d’équipement identique à celui des principales aires urbaines du département, mais pour offrir davantage de ressources aux jeunes dans un rayon d’action de plus grande proximité.

Conclusion

44Si, en Ille-et-Vilaine comme ailleurs, les espaces ruraux connaissent globalement une reprise démographique depuis plusieurs décennies, la place des différentes générations n’est pas toujours intégrée à sa juste valeur dans les politiques de développement territorial. En ciblant la réflexion sur la jeunesse, cet article révèle de profondes inégalités sociales et spatiales. La distribution des services et des équipements destinés à la jeunesse ne permet pas d’accompagner de façon optimale les jeunes ruraux dans la réponse à leurs besoins quotidiens. Ces disparités, à la fois dans la configuration de l’offre, mais aussi dans le développement des politiques locales, ont des répercussions évidentes sur les pratiques de loisirs des jeunes en fonction de leur lieu de résidence. De ce point de vue, les jeunes ruraux cumulent un certain nombre de désavantages qui ont des répercussions importantes sur la construction de leur parcours éducatif. Les caractéristiques des territoires apparaissent ici clairement déterminantes dans les ressources que les jeunes peuvent ou non mobiliser pour faire face à leurs besoins sociaux, éducatifs et culturels.

45Le développement des espaces ruraux suppose tout autant de répondre aux besoins d’autonomisation et de participation des jeunes, de façon à ce qu’ils puissent mobiliser réellement toutes les ressources disponibles dans leur environnement, que de veiller au développement équitable des services et des activités dans les territoires. Les parcours éducatifs des jeunes ruraux se construisent donc dans des contextes socio-économiques et territoriaux bien différents de ceux que côtoient les jeunes urbains ou périurbains. Ces disparités impliquent de repenser et de reconstruire les politiques de développement local afin qu’elles s’attachent réellement à répondre aux besoins sociaux, culturels et éducatifs des jeunes classes d’âge. L’accès aux ressources éducatives, l’acquisition de compétences sociales, l’accompagnement de l’autonomisation des jeunes concourent au développement des sociétés locales. Toutes ces considérations militent en faveur d’un renforcement des politiques éducatives locales, au-delà des représentations construites vis-à-vis de la jeunesse et des difficultés exprimées par les élus locaux. La mise en œuvre de ces politiques nécessite une approche globale et transversale pour déployer des réponses adaptées aux besoins des jeunes et prenant en compte toutes les dimensions de leur vie quotidienne (loisirs, culture, sports, éducation, formation, emploi, insertion…) et pour garantir le développement des équipements et des services appropriés, dans une relative proximité. L’approche territoriale de ces questions oblige à dépasser la référence à une population ou un public cible pour lui préférer une réflexion prenant en compte à réalité et la diversité des contextes territoriaux. « C’est en rendant plus favorables les conditions faites aux jeunes, sur tous les territoires, que les politiques publiques pourront les aider à réussir leur transition vers l’âge adulte » (Gambino, 2010 : 7).

Haut de page

Bibliographie

Bozonnet J.-P., 2012, Jeunes ruraux : l’inversion des valeurs avec la ville ?, in O Galland, B. Roudet, Une jeunesse différente ? Les valeurs des jeunes Français depuis 30 ans, INJEP, Observatoire de la jeunesse et des politiques de jeunesse, La Documentation Française, pp. 179-185.

Brutel C., Levy D., 2012, Le nouveau zonage en bassins de vie de 2012, INSEE Première, n° 1425, décembre 2012, 4 p.

Brutel C., 2010, Jeunes et territoires : l’attractivité des villes étudiantes et des pôles d’activité, INSEE Première, n° 1275, janvier 2010, 4 p.

CNAF, 2009, Evaluation de la politique de l’enfance et de la jeunesse des CAF, Dossier d’études, CNAF, n° 113, 192 p.

Crépin C., 2010, Attentes d’encadrement et d’autonomie des adolescents à l’occasion des activités de loisirs, Politiques sociales et familiales, n° 99, mars 2010, pp. 121-129.

DATAR, 2012, La nouvelle typologie des campagnes françaises, des littoraux et de la montagne, Territoires en mouvement, n° 7, hiver 2012, pp. 6-13.

David O., 2010, Le temps libre des enfants et des jeunes à l’épreuve des contextes territoriaux, HDR de Géographie, Université Rennes 2 – Haute Bretagne, 328 p.

David O., 2008, L’accès aux services d’accueil des jeunes enfants en milieu rural : un enjeu d’équité territoriale, L’information géographique, n° 2-2008, pp. 40-59.

De Lafond V., Mathieu N., 2003, Jeunes ruraux en difficulté et interventions pour l’insertion : incidence et prise en compte des spécificités liées aux contextes territoriaux, Ville-Ecole-Intégration Enjeux, n° 314, septembre 2003, pp. 31-47.

Escafre F., Gambino M., Rouge L., 2007, Les jeunes dans les espaces de faible densité : d’une expérience de l’autonomie au risque de la « captivité », Sociétés et jeunesses en difficulté, [En ligne], n° 4, automne 2007. URL : http://sejed.revues.org/index1383.html

Galland O., 2007, Sociologie de la jeunesse, Colin, coll. U, 4ème édition, 248 p.

Gambino M., 2010, Les mobilités géographiques des jeunes dans les espaces ruraux de faible densité, Analyse, Centre d’études et de prospective, Ministère de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Pêche, n° 22, juin 2010, 8 p.

Gambino M., 2008, Vivre dans les espaces de faible densité de population, pratiques et représentations des jeunes dans le Périgord Vert (France) et le Rural Galway (République d’Irlande), Thèse de doctorat, Université Toulouse 2, 374 p.

Giraud C. (Coord.), 2011, Vivre en milieu rural, Informations sociales, revue de la CNAF, n° 164, mars-avril 2011, 136 p.

Grelet Y., Vivent C., 2011, La course d’orientation des jeunes ruraux, Bref du Céreq, n° 292, septembre 2011, 4 p.

Loncle P. (Dir.), 2007, Les jeunes : questions de société, questions de politiques, La Documentation Française, Coll. Études, 149 p.

Octobre S., Merckle P., 2010, L’enfance des loisirs, La Documentation Française, 432 p.

Pronovost G., 2007, L’univers du temps libre et des valeurs chez les jeunes, Presses Universitaires du Québec, 174 p.

Raibaud Y., 2007, Genre et loisirs des jeunes, Empan, n° 65, pp. 67-74.

Séchet R., David O., Keerle R., 2008, Penser la justice pour penser les politiques territorialisées. Une application à partir des cas du sport et de la petite enfance, communication au Colloque « Justice et injustice spatiale », Laboratoire GECKO, 12-14 mars 2008, Nanterre.

Richez J.-C., 2007, Six façons bien différentes de voir la jeunesse, Territoires, n° 475, Février 2007, pp. 24-25.

Vulbeau A., 2007, La jeunesse, ressource des politiques locales ?, Territoires, n° 475, Février 2007, pp. 20-23.

Haut de page

Notes

1 La dernière nomenclature du zonage en aires urbaines de l’INSEE, établie en 2010, ne mentionne même plus l’espace rural en tant que tel mais évoque des communes isolées hors d’influence des pôles urbains.

2 De ce point de vue, la dernière typologie des campagnes françaises proposée par la DATAR en 2011 permet de mieux apprécier l’hétérogénéité des communes rurales.

3 L’enquête s’intéresse à l’ensemble des services mobilisés et des activités pratiquées dans le cadre du temps libre (hors temps scolaire, au sein et en dehors du cadre familial, organisés ou non), c’est-à-dire aussi bien les accueils de loisirs, les activités sportives et culturelles réalisées auprès d’associations ou de clubs, les écoles de musique, les activités ludiques et informelles, les sorties entre amis, les discussions sur internet…

4 La constitution d’un échantillon aléatoire rigoureux s’appuyant sur une base de sondage exhaustive des familles étant impossible à l’échelle d’un département comme celui de l’Ille-et-Vilaine, nous avons travaillé à partir d’un échantillon spatial, en respectant la méthode des quotas, définis en fonction de caractéristiques simples (âge, sexe, CSP…), et fidèles à la structure de la population départementale. La fiabilité de l’enquête impliquait une sélection de communes représentatives de la diversité des espaces urbains, périurbains et ruraux tels qu’évoqués précédemment. Elle s’est appuyée sur la nomenclature proposée par l’INSEE.

5 Les activités sportives et culturelles étudiées dans l’enquête ont été recensées sur une base déclarative. En effet, le questionnaire proposait aux familles interrogées d’indiquer si le(s) jeune(s) pratiquait(ent) ou non une (ou plusieurs) activité(s) sportive(s) et/ou culturelle(s), et de citer la(les) activité(s) pratiquée(s).

6 Ces activités regroupent les loisirs non encadrés, tels que la télévision, la lecture de films ou de DVD, les jeux vidéo, l’informatique, les activités de plein air, la lecture et l’écoute de la musique.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2423/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Figure 2 : Niveau communal d’équipements et de services destinés à la jeunesse
Crédits Source : Direction départementale de la Jeunesse et des Sports, CG 35, CRIJ.Conception : O. David - Réalisation : A. Lepetit.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2423/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Figure 3 : La qualité éducative du temps libre
Crédits Source : Olivier David
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2423/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Figure 4 : Problèmes ou difficultés rencontrés avec les jeunes
Crédits Source : CNAF, enquête nationale auprès des élus locaux, 2009
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2423/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Tableau 4 : Les référentiels d’analyse des politiques « jeunesse »
Crédits Source : d’après J.C. Richez (Richez, 2007 : 24-25).
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2423/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier David, « Le temps libre des jeunes ruraux », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 22 | 2014, mis en ligne le 15 juin 2014, consulté le 23 mai 2017. URL : http://tem.revues.org/2423 ; DOI : 10.4000/tem.2423

Haut de page

Auteur

Olivier David

Professeur de Géographie
UMR CNRS ESO
Université Rennes 2
Place du Recteur H. Le Moal
35043 RENNES CEDEX
olivier.david@univ-rennes2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page