Navigation – Plan du site
Articles

Recomposition territoriale d’un espace rural flou

L’exemple du « Pays des Étangs » en Moselle
Territorial Recomposition of an Indeterminate Rural Area: the Example of the "Pays des Étangs" in Moselle
Denis Mathis
p. 67-81

Résumés

Historiquement, le Pays des Étangs en Moselle est un espace flou, né d’une marge frontalière inscrite entre le Saulnois et le pays de Sarrebourg. Espace rural fragilisé, ce territoire disposait d’atouts, notamment son identité paysagère. Cette dernière est à l’origine d’une renaissance rurale fondée sur un développement touristique spontané, appuyé sur les pôles des étangs. Depuis, les dynamiques touristiques ont été relayées par différents acteurs publics ou privés. Aujourd’hui cette revivification de l’espace rural donne naissance à un véritable projet territorial.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Queue ou cornée (Lorraine), espace amont correspondant à un ancien vallon souvent en tête de bassin (...)

1Les dynamiques touristiques qui structurent et restructurent aujourd’hui les espaces ruraux produisent de nouvelles formes de ruralités qu’il est parfois difficile de classer, d’inventorier, de faire entrer dans les logiques administratives et territoriales. Ces dernières sécrètent lentement leur propre territoire, donnent de la consistance à des projets, unissent des communes. J. Peltre (1984) affirmait que les pays « ne sont donc qu’un élément d’une réalité de plus en plus complexe et mouvante, mais dans les campagnes de la Lorraine profonde, loin des villes importantes, ils constituent encore le fondement justifié d’une étude régionale ». Le Pays des Étangs en Moselle n’est pas et n’a jamais été un de ces vieux pays lorrains. Il n’a pas de « profondeur historique » capable de lui conférer une sorte d’identité à laquelle il serait possible de le rattacher pour lui donner une légitimité territoriale. Enserré entre le Saulnois à l’ouest et les pays de la Sarre à l’est, le Pays des Étangs est le fruit de descriptions paysagères et topographiques. Dans cet espace du plateau lorrain, à l’interfluve entre Moselle et Sarre, le réseau hydrographique a été aménagé en de nombreux étangs, pour la plupart en tête de bassin. Par coalescences et réunions de queues ou de cornées1, ils ont formé quatre étangs de très grandes tailles (Lindre, Stock, Gondrexange, Mittersheim). Mais ce territoire n’a jamais eu de véritable consistance ; espace marginal, il est resté soumis aux cycles d’essors et de déclins des vieux pays. Il n’a trouvé une consistance territoriale que par la déprise des anciens pays historiques. Il n’y a donc aucun centre, aucune unité autre que paysagère. C’est donc une marge géographique et un espace flou. Aujourd’hui, avec une portion du Saulnois, il forme la section est du Parc Naturel Régional de Lorraine (PNRL). Ce dernier n’a pas eu un rôle structurant.

2Loin des SCOT, des ombres portées des villes et des grands axes, dans un espace rural éclaté et peu identifiable, les dynamiques touristiques ont conduit la transformation de ce territoire composé d’étangs en un Pays des Étangs. Cet essor touristique spontané et non contrôlé autour de ces grands étangs à partir des années 1960-1970 a obligé les différents acteurs à redéfinir progressivement leur rôle pour tenir compte de l’afflux d’estivants. Ces derniers ont trouvé dans cet espace un cadre de vie authentique, en lien avec l’image positive des étangs. Celle-ci se caractérise par une naturalité construite où environnement et loisirs peuvent se côtoyer. Mais, la préservation des paysages et de la biodiversité des étangs s’oppose à l’afflux touristique. Ainsi, au sein de cet espace rural fragile, en déprise, mal défini et mal délimité, aux faibles densités (moins de 30 habitants par km²), il s’agit d’une forme spontanée de renaissance. Pour les communes, l’arrivée de nouveaux habitants, la lente transformation des formes de résidences de vacances en résidences permanentes témoignent de cette renaissance rurale qui se juxtapose aux anciens villages. Ces derniers n’offrent pas de sites d’appel remarquables, seul un petit patrimoine relaie l’ambiance si particulière des étangs.

3Ces dynamiques permettent une redéfinition de ce territoire d’étangs. La création de plusieurs communautés de communes souligne la volonté organisationnelle de cet espace qui, fort d’une identité territoriale récente, sécrète lentement un pays. Au sein d’un jeu d’acteurs complexe et en compétition, on assiste à la lente sécrétion d’un territoire politique fondée sur la marginalité à l’échelle régionale et locale. La renaissance rurale de cet espace donne ainsi une réalité au Pays des Étangs.

1. Un espace mal défini

1.1. D’une marge territoriale à un espace flou

4Comme souvent, chercher à donner une consistance territoriale aux « pays » se révèle une gageure. Dans le contexte du Pays des Étangs, la démarche est encore plus difficile dans la mesure où ce territoire n’a pas cette profondeur historique des « vieux pays lorrains ». Il a toujours été une marge sous l’influence du Saulnois ou du Saargau (baronnie de Fénétrange, pays de Sarrebourg). Cette partie orientale du Saulnois a connu les dynamiques de conquêtes et les contractions. Le Saulnois est ce très vieux pays lorrain, riche de ses salines, qui progressivement s’est étendu vers l’est par ses colonisations agraires au Moyen Âge et à l’Époque moderne (Mathis, 2009). C’est au Moyen Âge, en lien probable avec la diffusion de la cypriniculture que s’organisent les premiers grands domaines stagnustres (Lindre, Stock). La pisciculture extensive des carpes devient une activité importante de cette région de l’interfluve entre le Sânon, la Seille et la Nied à l’ouest et la Sarre à l’est. Elle est d’ailleurs associée à l’assolement rotatif triennal, introduisant une année sur trois un assec cultivé au sein du rythme des pêches (Mathis, 2009). Ce système agro-piscicole n’est pas propre au Pays des Étangs, mais concernait également la plupart des espaces d’étangs en Lorraine.

5Lors des crises historiques et démographiques nombreuses, notamment la guerre de Trente Ans (1618-1648), les centres historiques étant eux-mêmes en phase de contraction, cette marge s’est vidée. Des villages sont ainsi restés déserts pendant 60 à 70 ans jusqu’au début du XVIIIème siècle (Mathis, 2009). Si la dernière phase de reprise a été rapide, le plein rural est atteint vers 1830 – 1840, elle s’arrête brutalement par le déclin de deux activités : le bucheronnage/charbonnage et les pêches. Depuis le XVIIIe siècle, le bois de chauffe des salines était prélevé dans les forêts de Gondrexange, de Fribourg et transporté par flottage jusqu’aux salines (Salées-Eaux et Moyenvic). En 1843, la contraction des activités salicoles sur le site de Dieuze interrompt une dynamique de défrichement et par là-même de colonisations agraires (Mathis, 2009 ; 2011). D’autre part, depuis la mise en eau du canal de la Marne au Rhin et du canal des Houillères en 1853 et en 1866, les pratiques agro-piscicoles sur les grands étangs (Mittersheim, Stock et Gondrexange) ont été abandonnées. Ces hydrosystèmes stagnustres servent désormais d’étangs réservoirs. Pour ces étangs, les grandes pêches ont fait place à une pêche professionnelle bien incapable de remplacer l’activité traditionnelle à laquelle de nombreuses communautés participaient. Seul, le domaine du Lindre a poursuivi cette pratique alternative et triennale de pêches et de cultures jusqu’en 1976.

6Á partir de la seconde moitié du XIXe siècle, les activités secondaires disparaissant, les villages se vident. Pourtant, il n’y a pas de déprise agraire, les terres délaissées par les migrants sont reprises par ceux qui restent. Ainsi, la plupart des clairières agricoles sont restées à peu près stables. Le déclin des activités traditionnelles fragilise l’espace agricole productif et amorce une transition avant l’heure vers un espace récréatif (chasse, repos, équitation). Les étangs deviennent des lieux possédés et fréquentés par une bourgeoisie urbaine lorraine (Gagne, 2000). Pour l’espace agricole, la modernisation était difficile, les grandes forêts passées sous le contrôle de l’État ne pouvaient plus être défrichées. Les rendements médiocres, le système agricole de l’assolement rotatif triennal maintenu parfois jusque dans les années 1960, les remembrements tardifs empêchent toutes innovations agricoles. L’espace agricole s’est transformé. Terre de labours, il est devenu terre d’élevage bovin et ovin. La déprise, qui touche depuis le milieu du XIXe siècle le Saulnois et le pays de Sarrebourg (ces territoires forment aujourd’hui le désert mosellan), accentue la phase de contraction sur leurs marges. Ces anciennes terres de colonisations agraires sont devenues répulsives et marquées par une déprise démographique. Les densités moyennes sont passées de 50 à 60 habitants/km² au moment du plein rural (1830 - 1840) à 20 à 30 habitants/km² en 1970 - 1980. Mal reliée, sans axe de transport majeur, cette région est restée à l’écart des grands courants économiques des XIXe et XXe siècles. C’est à partir de cet espace flou que naît l’utopie territoriale du Pays des Étangs.

1.2. Une utopie territoriale

  • 2 Les conflits d’usage au sein d’hydrosystèmes fragilisés ou encore les démarches hygiénistes ont fai (...)

7Comme toujours dans le cadre de l’approche territoriale du pays, le problème principal provient de sa délimitation. La contraction sur eux-mêmes du Saulnois et du « Pays de Sarrebourg » a dégagé un territoire marginal. Ce dernier se caractérisait par ses grandes forêts désormais préservées et par ses étangs pérennisés2 par les servitudes des canaux de navigation. Paradoxalement, alors que le système agro-piscicole s’effaçait progressivement pour ne résister qu’au Lindre, la spécificité paysagère des étangs est devenue un élément identitaire. Ainsi, au XIXe siècle, géologues et géographes allemands, dans le souci d’inventorier et de dénommer les espaces, ont qualifié cette frange en référence aux éléments paysagers dominants : les étangs, créant ainsi le « Weiher Gegend », le Pays des Étangs. Pour le délimiter, H. Joly (1911) proposait le découpage d’un espace compris « entre les chemins de fer d’Avricourt à Sarrebourg, de Sarrebourg à Bénestroff, de Bénestroff à Château-Salins » (carte 1). Déjà, dans les limites se révèle toute la problématique de ce « pays » inventé. En effet, cette cote mal taillée, délimitée par des lignes de chemin de fer, révèle la volonté de transformer un territoire d’étangs au système productif obsolète en un Pays des Étangs.

Carte 1 : Les différentes enveloppes territoriales du Pays des Étangs dans le contexte régional

Carte 1 : Les différentes enveloppes territoriales du Pays des Étangs dans le contexte régional

Conception et réalisation : D. Mathis.

8Beaucoup de géographes ont repris cette dénomination et ont cherché à lui donner une consistance. Avec l’effondrement des vieux pays, imposer cette nouvelle entité devient plus facile. C’est en cela qu’il s’agit d’une utopie territoriale visant à classifier une vaste bande territoriale nord-sud. La délimitation de ce « pays » constitue désormais un enjeu. R. Frécaut (1983) le limitait, tout aussi aléatoirement que H. Joly, en l’inscrivant dans un pentagone ayant pour angles les villes et villages de Dieuze, Albestroff, Fénétrange, Sarrebourg, Réchicourt-le-Château (carte 1). Ce sont ces limites qui sont aujourd’hui communément reprises. Le PNRL, créé en 1972, n’a rien modifié. Dans son secteur est, le Parc se compose d’une partie du Saulnois et du Pays des Étangs. Tarquimpol, village au cœur du vaste domaine des étangs du Lindre, est à la charnière entre ces deux ensembles. Ancienne capitale du Saulnois, le village a reçu la Maison du Pays des Étangs. Le Parc définit le Pays des Étangs comme faisant partie du Plateau lorrain avec les mêmes limites que R. Frécaut (1983) et affirme que c’est « un territoire agricole marqué par un relief ondulé et l’omniprésence de l’eau et de la forêt ».

9Cette zone comporte la majeure partie des grands étangs, toutefois elle est plus restrictive que celle de H. Joly. Le Pays des Étangs de R. Frécaut ne regroupait qu’une petite partie de cet espace et il précisait bien qu’on ne pouvait y intégrer les étangs de la Mutche et de Bischwald au nord de Morhange car ils présentent une morphologie identique mais moins forestière ! Dans la géographie de la Lorraine, R. Frécaut (1983) a cherché à justifier ce pays de façon culturelle : « le Pays des Étangs représente d’ailleurs une entité rurale particulière de dialecte germanique, qui sans être isolée, a longtemps vécu repliée sur elle-même ». Il identifiait peut-être partiellement un des critères de définition du « Weiher Gegend ». Il ne s’agit pas de l’entité particulière linguistique ; nombre de villages de la zone ont été repeuplés par des Picards au XVIIIe siècle, mais de l’évocation du repli dans lequel cet espace flou a évolué séparément de ses anciens centres décisionnels. R. Frécaut soulignait que ce pays, par sa marginalité, a conservé une identité rurale plus marquée que ses voisins. C’est ce qui fait sa spécificité et son authenticité. Cette dernière donne naissance à un pays construit à partir des pôles des grands étangs. Ces derniers ont su générer un essor touristique qui a créé des dynamiques territoriales propres à chaque étang. L’expression « Pays des Étangs » est récente, elle n’est pas fondée sur un système territorial mais tient compte d’une ambiance stagnustre et forestière, sans lien réel avec l’histoire de ce territoire. C’est à ce titre qu’il s’agit d’un territoire jeune et en construction. L’autonomisation de cette ancienne marge permet aujourd’hui de dégager et de faire émerger un pays dans la mesure où ses voisins ont pris à leur tour une position marginale. Ce territoire d’étangs en Moselle, comme tant d’autres en France, sont au cœur d’une valorisation patrimoniale (Manceron, 2006 ; Angéliaume-Descamps et Bartout, 2007).

2. Naissance d’une identité rurale fondée sur des paysages stagnustres

2.1. Un espace rural authentique à la croisée entre paysage naturel et paysage vécu

10« Dans cette région, les étangs sont nombreux {…} Leur atmosphère humide ajoute encore une sensation à cette harmonie générale de silence et d’humilité. Leur cuvette n’est pas profonde ; çà et là, jusque de leur miroir, des roseaux et des joncs émergent, qui forment de bas rideaux ou des îlots de verdure. Sur leurs rives peu nettes et mâchées, l’eau affleure des bois de chênes et de hêtres. Et nulle chênaie, nulle hêtraie, je dirai mieux, - tant est frappante la grâce de ces solitudes - nulle société féminine ne passe en douceur et en perfection de goût ces lisières où il y a toutes les variétés de l’or automnal avec des courbes de branches infiniment émouvantes. ». C’est par cette description sensible où se mêlent représentation et perception que l’écrivain M. Barrès (1905), séjournant à Alteville (ferme-château - Tarquimpol) en périphérie de l’étang du Lindre, évoquait ce paysage unique des étangs. Il exprime des sentiments forts et émouvants et évoque une campagne idéalisée, qui associe un paysage réel et un paysage perçu. Aujourd’hui, dans une démarche de découverte, c’est le touriste ou le visiteur qui percevra ces atmosphères et ces ambiances du paysage stagnustre.

11Ce paysage du Pays des Étangs est un espace authentique, c'est-à-dire : « un territoire-patrimoine chargé de valeurs héritées du passé contribuant à la définition des traditions et de l’identité locale. L’espace, souvent considéré par le plus grand nombre comme quasi-immuable dans ses formes paysagères, devient alors le support de transmission de la culture des sociétés qui y ont vécu et qui y vivent peut-être encore. Cette transmission se traduit par la pérennité de caractéristiques locales de natures diverses (…) qui sont ancrées dans le paysage et qui contribuent à l’explication des différenciations et des spécificités territoriales repérables d’un espace à un autre. » (Delignières, 1998). Ainsi, le Pays des Étangs, dont l’histoire est inconnue, offre au visiteur, peut-être bien plus que de nombreux autres pays lorrains, cette part d’authenticité. En effet, l’aspect intemporel des paysages d’eau et de forêts crée un paysage nature ; les petites clairières agricoles avec leurs vieux villages traditionnels font oublier que la plupart des pratiques agricoles ancestrales (pêche et pratique de l’assec des étangs, transport et travail du bois) ont disparu, même dans la mémoire de ses habitants. Cette région apparaît préservée, loin des grands ensembles urbains. Les villes les plus proches sont Sarrebourg et Dieuze.

  • 3 La « maison du Clément » à Belles-Forêts est la propriété du PNRL, maison à pan de bois datant de 1 (...)

12La forte déprise démographique et les guerres ont relativement préservé les formes de l’habitat. Certes, les fermes ont dû développer stabulations et hangars modernes, mais les maisons ont conservé les caractéristiques de la maison lorraine. La présence de formes d’habitat à pans de bois, souligne encore davantage l’intemporalité des villages. La région constitue une zone relique de cette forme d’habitat (Guillaume, 1982 ; Chauvet, 2009 ; Mathis, 2009). Ce type de maisons, bien que parfois transformées et réaménagées par la diffusion de la maison lorraine « en profondeur », fait l’objet d’opérations de réhabilitation3. Aujourd’hui, certaines de ces maisons, bien restaurées, ajoutent une valeur patrimoniale qualitative aux villages. Les toitures pentues témoignent également d’une spécificité régionale. En effet, région pauvre, le Pays des Étangs a continué longtemps à utiliser le chaume pour couvrir les maisons. Si les tuiles ont aujourd’hui remplacé le chaume, les maisons ont conservé les pentes des toits, ce qui nuance encore les formes de maisons lorraines traditionnelles. Certes, les zones de diffusion de l’habitat à pans de bois et des fortes pentes des toits dépassent le cadre géographique du Pays des Étangs (Guillaume, 1982), mais l’action du PNRL en a fait un élément identitaire relictuelle du Pays des Étangs. Les villages ont conservé localement des usoirs fonctionnels avec des tas de fumiers entoisés à l’avant des fermes. Toutefois, le maintien partiel de la fonctionnalité agricole des usoirs s’est accompagné d’un effort de fleurissement, d’engazonnement et d’entretien de ces derniers dans une démarche qualitative de cet espace, accentuant le contraste visuel entre fonctionnalité et modernité. Ce contraste accroît encore l’aspect d’un village intemporel.

Photo 1 : Belles-Forêts : une clairière agricole typique du Pays des Étangs

Photo 1 : Belles-Forêts : une clairière agricole typique du Pays des Étangs

Source : CERPA - Humbert A.

  • 4 La fusion communale d’Angviller-lès-Bisping, de Bisping et de Desseling en 1973, a pris le nom de B (...)

13La commune de Belles-Forêts4 établie au cœur d’une clairière culturale donne un bel exemple de ce paysage agraire du Pays des Étangs (photo 1). L’évolution des espaces agricoles a fait naître, à l’opposé du reste du Plateau lorrain, une véritable terre d’élevage avec ses paysages de prairies. Ils offrent au regard, non des terres nues car libérées de cultures, mais des dégradés de verts des prairies de fauche, des pâturages, des prairies humides. La taille des parcelles est restée modeste. La topographie légèrement vallonnée donne un caractère doux et harmonieux à ces paysages où l’eau est partout présente. Les villages, établis sur les croupes, rendent perceptible une structure de clairières plus ou moins vastes. Les évolutions différentes ont fait de cet espace agricole un territoire original par rapport à ses voisins. En changeant d’échelle, l’identité paysagère est constituée par les étangs et les forêts trouées de clairières lors de phases de colonisations diverses. L’essentiel du domaine forestier appartient à l’État et sa gestion rationnelle préserve les massifs des déprédations. Au sein du paysage, la forêt individualise chaque pôle d’étangs fractionnant ainsi l’espace. Le massif matérialise visuellement la zone de rupture avec les paysages agricoles du Saulnois et ceux de la vallée de la Sarre.

2.2. Le tourisme des grands étangs

14Dans les années 1960, cet espace forme ces « terres à prendre » évoqué par J.-P. Husson (2008). Cet espace en déprise, au fort potentiel paysager, a favorisé l’essor spontané d’un tourisme vert, entraînant la mutation d’un espace productif en un espace cadre de vie. Les paysages préservés, presque archaïques, forts d’une identité qui les démarque des paysages banalisés du post-openfield (Mathis, 2009) sont attractifs pour une population urbaine qui cherche des vacances ou des week-ends dans un espace naturel préservé. Les grands étangs constituent une ressource paysagère à préserver tout en étant l’élément attractif créant également un espace convoité. Chacun des grands étangs a connu des formes de développements touristiques avec des spécificités propres, mais s’intégrant dans la même logique de consommation du paysage pour produire un espace de repos associé à de nombreuses activités de loisirs (carte 2). Cette attractivité, sous sa forme colonisatrice et conquérante des périphéries des étangs, a été contestée par la plupart des acteurs institutionnels, mais elle a été soutenue et encouragée par les communes qui y ont vu une chance de renaissance rurale.

Carte 2. Les 4 pôles des grands étangs de Moselle

Carte 2. Les 4 pôles des grands étangs de Moselle

Conception : D. Mathis - Réalisation  : A. et D. Mathis, 2011.

15Ainsi, les étangs du Stock et de Mittersheim ont été fortement marqués par l’aménagement touristique et le mitage de leurs rives par des formes d’urbanisation résidentielle entre 1960 et 1975.

16Les terres agricoles bordant les étangs ont été acquises et loties le plus souvent hors de toutes règles d’urbanisme. Cette urbanisation a été qualifiée d’anarchique et de sauvage dans la mesure où, souvent, elle a été menée sans permis de construire. F. Provin (1976) a souligné cette transformation d’un habitat touristique de structure légère (tentes, caravanes, abris de jardins) en des formes plus indurées au sein du paysage, créant de véritables lotissements de résidences secondaires dans des quartiers privés. Plages, pontons et bases nautiques ont été aménagés par les estivants comme le souligne la photo 2.

Photo 2 : Rhodes : Une urbanisation résidentielle et touristique éclatée avec en son cœur un vieux village régénéré

Photo 2 : Rhodes : Une urbanisation résidentielle et touristique éclatée avec en son cœur un vieux village régénéré

Source : CERPA - Humbert A.

  • 5 Source INSEE - http://www.statistiques-locales.insee.fr/​FICHES/​DL/​EPCI/​DL_EPCI245701248.pdf

17Cette appropriation de l’espace agricole, dénoncée à l’époque, a obligé les communes à intervenir avec la mise en place de POS. afin de préserver les berges des étangs. L’urbanisation résidentielle a été l’œuvre de promoteurs comme à l’Eden Lorrain à Langatte ou les Bachats à Rhodes. Mais elle s’est aussi développée anarchiquement sur de nombreuses cornées de l’étang. C’est d’ailleurs cette forme d’urbanisation qui a généré le plus de problèmes puisque hors de toutes règles d’urbanisme (assainissement, réseau viaire, conditions sanitaires). Seules les rives boisées de l’étang du Stock ont été préservées. En 2009, 71,7 % des logements des communes riveraines de l’étang du Stock sont des résidences secondaires et des logements occasionnels (soit 1048 logements, pour une population multipliée par 4 à 5 durant la période estivale)5. Les résidences secondaires sont établies sous forme de lotissements détachés des villages qui gardent ainsi leurs spécificités. Les quartiers de résidences touristiques mitent l’espace agricole et s’organisent autour de chaque cornée, formant de multiples entités dont certaines constituent des quartiers fermés.

18Aujourd’hui, les résidences estivales pionnières ont évolué en résidences secondaires puis en résidences secondes. C'est-à-dire que pour cette population, souvent allemande, la semaine est rythmée par un temps de vie en ville et un temps de vie au vert, dans une nouvelle pratique de l’habiter par un nomadisme hebdomadaire.

19En 1980, le pari le plus fou a été la mutation fonctionnelle de l’exploitation agricole de la ferme de Sainte-Croix en un parc animalier. Aujourd’hui, c’est devenu un des sites touristiques majeurs. Le parc, en présentant des animaux d’Europe au sein d’un espace marqué par une forte identité environnementale, a été un choix judicieux. Cette faune présentée au public est en accord avec l’image de la région et accentue le caractère authentique et vrai de celle-ci. Á l’écart des grands axes, à l’origine sans soutien, cette démarche individuelle est une indéniable réussite avec plus de 214 000 visiteurs en 2009. La clientèle est régionale, nationale et internationale, elle est surtout en augmentation régulière pour ce parc qui a désormais passé les trente années d’exploitation et accueilli 3 millions de visiteurs.

20L’urbanisation résidentielle de l’étang de Mittersheim a été tout aussi spontanée avec des abris de jardins, des caravanes, des chalets de week-end. Aujourd’hui 600 bungalows et caravanes occupent les berges. Les activités sont nombreuses et touchent tous les types de nautisme : de la promenade en bateau à la voile. La création de bases nautiques permet d’accueillir des yachts club tel celui de Saarbrücken à Mittersheim.

21Toutefois, cette forme de développement a été, et est encore, remise en cause par le PNRL qui affirme « la privatisation des berges a rendu l’accès au plan d’eau impossible. L’absence d’un schéma d’aménagement global et d’un minimum de règles architecturales a conduit à dénaturer les paysages et l’environnement de l’étang du Stock. » (PNRL, 2004). Préconisant que « les constructions d’architecture disparates, la colonisation des berges, consommatrice d’espace tendent à appauvrir la diversité écologique et banaliser les paysages. Un mode d’hébergement individuel consommateur d’espace n’est sans doute pas la solution à privilégier ». Le PNRL, en condamnant ces formes dévoreuses d’espace au sein d’une campagne exsangue, ne cherche pas à accompagner ce phénomène de mitage. Il ne tient pas compte des évolutions en cours, de la pérennisation et de l’induration du phénomène d’urbanisation résidentielle. La critique était valable lors de la création du PNRL ; aujourd’hui les formes résidentielles sont devenues plus matures dans une démarche d’amélioration qualitative et d’intégration environnementale, notamment pour ce qui est de l’assainissement. Sous couvert de préservation des étangs, le PNRL propose seulement de se priver de ce qui a permis la renaissance rurale de ce territoire, c'est-à-dire le tourisme des résidences secondaires.

22L’étang du Lindre, associé à douze petits étangs, forme le centre de pisciculture du Domaine du Lindre qui est le plus grand centre de pisciculture en France. Il est la propriété du Conseil Général de Moselle depuis 1976. L’enjeu de cette acquisition était lié à la volonté de préserver ce milieu de toute atteinte par l’urbanisation résidentielle. Cet espace stagnustre a donc été marginalisé par rapport aux autres étangs. Le PNRL et le Conseil Général en ont fait un des sites d’appel de la politique touristique départementale, notamment par l’affichage événementiel des Grandes Pêches. Ainsi, en un week-end, le petit village de Lindre accueille près de 15 000 visiteurs pour assister à la vidange de l’étang, la pêche et la vente directe du poisson. Il abrite également la Maison du Pays des Étangs, site d’accueil du PNRL. Le Lindre offre des potentialités exceptionnelles avec un important patrimoine archéologique recensé sur ses rives et au cœur d’un vaste ensemble forestier. Les choix qui ont été menés depuis l’acquisition n’ont qu’un but : la préservation d’un espace sensible et fragile. L’ensemble du domaine a donc été préservé et figé. De 1976 à 2007, le Grand Étang n’a plus été soumis à l’assec, il a subi durant cette période une eutrophisation marquée. Un retour à l’assec a été pratiqué afin de restaurer l’équilibre écologique. Comparée à la logique touristique de l’étang du Stock, celle du domaine du Lindre et du PNRL apparaît bien plus modeste : Maison des Étangs, sentiers de promenade, observatoire ornithologique, volière des cigognes ne constituent pas un affichage suffisant pour ce site. Les animations estivales, la Grande Pêche sont des événements ponctuels bien plus réussis favorisant la découverte du milieu stagnustre, c’est en cela que le domaine du Lindre constitue un site d’activités pédagogiques et s’inscrit dans une démarche de développement durable. Le choix de développer un tourisme durable afin de préserver ce site naturel a partiellement stérilisé cette station. De façon caricaturale, la faiblesse des résultats touristiques pour le domaine du Lindre crée une forme durable d’atonie qui rejaillit sur le canton et la ville de Dieuze. Il est possible de concevoir au sein d’un espace touristique à forte naturalité une zone de préservation naturelle, mais lorsque cette dernière fait partie d’un projet global et concerté. Le pôle du Lindre peut s’inscrire dans cette démarche, mais il doit être intégré dans un projet en lien avec les autres stations, non être construit comme leur antithèse. La qualité paysagère d’un espace n’existe que par ses observateurs, ils seront alors les acteurs du développement.

23J. Peltre (1989) écrivait à propos des campagnes lorraines « nos campagnes {…} doivent offrir aux visiteurs des localités propres et accueillantes. Pour atteindre ce but, il faut « sensibiliser » les populations et les municipalités, les convaincre que leur héritage matériel, public ou privé, doit être entretenu ; que c’est une condition de leur identité retrouvée et, dans la meilleure des hypothèses, une chance de développement ». Pour le Pays des Étangs, l’essor touristique est antérieur à cette prise en compte par les populations et les municipalités de leur héritage ; il a été l’élément déclencheur de cette dynamique qui donne naissance à une nouvelle ruralité, la renaissance est liée à un paysage ressource constitué par les grands étangs.

3. nouvelle ruralité et émergence d’un bassin de vie

3.1. Le développement touristique local, facteur de la renaissance des villages

24La renaissance de ce territoire apporte une consistance réelle à ce pays au sein de communautés de communes qui ont su valoriser leur patrimoine naturel dans le cadre d’une promotion paysagère. Ainsi, comme l’affirme J.-P. Husson (2008) « c’est une entrée pour remédier, soigner, redresser un espace appauvri en hommes, endormi ou balayé par des successions de révolutions agricoles déstabilisantes ». L’essor touristique, relativement ancien pour des communes riveraines des étangs, n’avait pas eu d’impact réel sur le caractère des villages. Le projet de valorisation du paysage n’a pas été orchestré par les grands acteurs institutionnels et politiques, notamment par le PNRL.

25Paradoxalement, la renaissance des villages est arrivée tardivement dans le contexte d’émergence de l’identité du Pays des Étangs. En effet, les villages lorrains traditionnels n’offraient pas un aspect engageant, image dégradée en raison du nombre de maisons fermées, délaissées et abandonnées, de maisons en ruine et de « dents creuses » mal entretenues, autant d’éléments dissuasifs pour une éventuelle renaissance rurale. C’est ce qui explique que le développement de résidences secondaires s’est effectué hors du cadre villageois, profitant de la fragilité du foncier agricole qui a permis l’essor de structures touristiques au bord de l’eau.

26Depuis une vingtaine d’années, on assiste à une dynamique de reconquête qui se manifeste dans les villages, par de nouvelles constructions ainsi que des restaurations d’anciennes maisons et dans les lotissements touristiques, par la transformation de résidences secondaires en résidences principales. Les réhabilitations des façades constituent souvent un acte fort ; dynamique individuelle elle induit des démarches collectives stimulant la réhabilitation des maisons, des usoirs, le fleurissement du village, la mise en valeur d’éléments de petits patrimoines : abreuvoirs, fontaines, calvaires. Bien entendu, cette dynamique individuelle ne peut fonctionner qu’avec le soutien et l’aide des municipalités. Tous ces éléments concourent à l’affichage du village. L’entretien des chemins, la plantation de haies et d’arbres, autant d’actions participent à l’habillage et soulignent le dynamisme communal, donc son attractivité. La renaissance rurale produit dans cette région un nouveau village lorrain, qui intègre des populations diverses : anciens et néo-ruraux, touristes et résidents permanents. Il dispose d’un potentiel de croissance lié à cette population touristique qui peut opter pour une sédentarisation dans la région, parce qu’elle aura choisi la campagne dans une démarche de « retour à la terre ». C’est ce qu’évoquent M. Perrot et M. de La Soudière (1998) « Les résidences secondaires forment une catégorie mixte entre étrangers ou simples touristes et autochtones, dans un milieu rural où par ailleurs le pouvoir municipal échappe de plus en plus aux agriculteurs » et plus globalement aux populations autochtones.

27Une commune comme Rhodes traduit tout à fait cette renaissance d’une forme nouvelle de ruralité. En fait, le petit village fleuri, au mobilier urbain soigné, ne répond plus à l’image traditionnelle de la ruralité Lorraine. Le village, un des plus petits de Moselle, a connu une profonde transformation. Le Parc Animalier de Sainte-Croix souligne également la réussite d’une reconversion d’une agriculture en difficulté vers des formes innovantes de « ruralité ».

  • 6 Sources INSEE – commune de Rhodes

28Avec ses résidences secondaires, ses chambres d’hôtes, ses gîtes ruraux, son parc résidentiel de loisirs, ses 3 restaurants, son école de voile, son petit bateau de croisière acquis et géré par la commune, qui pourrait dire que ce village était, il y a de cela 20 ans, moribond avec un peu plus de 50 habitants permanents ? En 1990, le village était devenu inconsistant, avec une vingtaine de résidences principales et plusieurs grosses fermes sur son ban. Depuis, la reprise démographique est forte. En l’espace d’une vingtaine d’années, la commune a retrouvé une variation positive qui repose sur un excédent de ses soldes naturel et migratoire. En 2008, la commune atteint désormais une population totale de 90 habitants, soit une situation comparable à 1968. Le village a enregistré huit nouvelles constructions entre 1999 et 2004 et de nouvelles réalisations sont en cours. Entre 1999 et 2007, la structure de la population s’est profondément modifiée. La part des plus de 60 ans a diminué passant de 34 % à 14 % seulement en 2007, celle des 15-60 ans a fortement augmenté, celle des moins de 15 ans restant stable.6 A cette réussite, il faudrait ajouter la part de plus en plus importante de cette population qui désormais a fait du lieu sa résidence seconde et « habite » le village hors de son temps de travail.

29C’est une nouvelle identité qui se crée, forte de sa réussite touristique et de la revitalisation de sa démographie. Elle associe l’habitat ancien souvent réapproprié et restructuré pour répondre à la modernité et l’habitat moderne en lotissement ou inscrit au sein du village traditionnel, remplissant alors les « dents creuses » et remplaçant les maisons en ruine. C’est dans ce cas une lente reconquête de l’espace rural, qui sécrète ainsi une nouvelle forme de ruralité, comme L. Thomsin (2003) l’a souligné pour les Parcs Naturels en Wallonie. Cette dernière est consommatrice d’un paysage « naturel » hérité de longs siècles d’organisation et de façonnement anthropiques. Dans le cadre de cette nouvelle identité, les néo-ruraux « habitent » désormais la campagne, ils en ont accepté une part d’héritage et de patrimoine, ils participent par leurs investissements à l’affichage et à la redynamisation de ce dernier, ils ne sont plus acteurs temporaires mais à temps plein.

3.2. Stations des étangs et communautés de communes

30Le Pays des Étangs souffre encore de l’absence d’un affichage réel. Issues de la faiblesse institutionnelle des premiers temps, trois Etablissements Publics de Coopération Intercommunale (EPCI) se sont créés qui, désormais, prennent à leur charge les aspects touristiques, la qualité de vie et l’environnement. Chacun des grands étangs, à l’exception du Lindre, constitue un des pôles de ces EPCI. Les communes ont dû mutualiser leurs moyens pour répondre aux forts déséquilibres nés de l’invasion de visiteurs et de touristes. Chacune de ces EPCI gère la gestion touristique autour d’un des grands étangs, créant ainsi en quelque sorte une « station » touristique.

31La plus petite de ces EPCI, la Communauté de Communes de l’Étang du Stock, (Rhodes, Langatte, Diane-Capelle et Kerprich-aux-Bois) a été fondée en 1999. Sa population permanente reste limitée (949 habitants en 2009), mais cette EPCI a dû faire face, d’une part, aux problèmes environnementaux (assainissement et gestion des déchets) liés à des décennies d’urbanisation spontanée et, d’autre part, à l’important différentiel existant entre la population réelle des villages et une population estivale qui occupe le parc de résidences secondaires. Cette communauté de communes poursuit l’accompagnement des évolutions du parc de résidences secondaires en résidences secondes ou en résidences principales, le développement de l’attrait touristique, la redynamisation de l’activité économique avec la mise en place d’un commerce multiservices destiné à rendre son territoire touristique moins dépendant de Sarrebourg. La renaissance de ce territoire passe aussi par l’affirmation d’un lieu de vie (création d’un accueil périscolaire et d’un centre aéré). La Communauté de Communes accueille et s’ouvre à ce titre à une commune extérieure : Haut-Clocher.

32La Communauté de Communes du Pays des Étangs, créée en 2003, regroupe quatorze communes du canton de Réchicourt-le-Château. Son siège est à Moussey. Le constat de ce territoire est différent de celui du précédent. En effet, cet espace est globalement le moins dynamique. Le tourisme repose sur l’étang de Gondrexange et sur des projets plus modestes comme ceux de Fribourg. D’autre part, la Communauté de Communes a dû tenir compte de la fermeture en 2001 de l’entreprise Bata, modèle industriel en milieu rural, symbole d’un paternalisme patronal et d’un urbanisme utopique. Aussi, il n’est pas anodin de remarquer que la Communauté de Communes a réhabilité l'ancien magasin d'usine en maison de services de proximité et bureaux de la collectivité. D’autre part, elle a choisi l’amélioration du cadre de vie en jouant sur l’offre scolaire préservée, mais aussi sur l’amélioration de l’habitat. La qualité visuelle des villages constitue un des enjeux majeurs de l’attractivité d’un territoire. La création du Center Parcs du domaine des Trois-Forêts, à la périphérie de cette communauté de communes, étend cet espace touristique au sud en construisant une nouvelle station.

33L’étang de Mittersheim relève lui d’un troisième ensemble : la Communauté de Communes du Pays de Fénétrange, née en 1997 et regroupant vingt communes dont une partie seulement s’intègre aux étangs. Malgré son nom qui rappelle l’ancienne seigneurie de Fénétrange, cette structure territoriale unit des espaces aux enjeux différents. L’étang de Mittersheim est le pôle du tourisme, rattaché à Fénétrange et à son patrimoine médiéval. Ce pôle de l’étang de Mittersheim, bien qu’identique à celui de l’étang du Stock, s’intègre à un espace rural aux enjeux multiples : celui de la vallée de la Sarre. Les différences entre ces trois EPCI soulignent la faiblesse de cette construction territoriale autour des étangs.

3.3. Les recompositions territoriales régionales

  • 7 Le Conseil Général de Moselle est devenu un acteur majeur de la gestion des grands domaines stagnus (...)

34Les trois EPCI établissent, à partir d’un des grands étangs, un modèle de développement touristique : une station. L’étang du Lindre relève, lui, de la Communauté de Communes du Saulnois. Cette dernière connaît des difficultés, traversée de conflits internes exacerbés par les restructurations militaires qui ont frappé la petite ville de garnison de Dieuze. L’enclavement, mais surtout une identité urbaine focalisée sur le rôle de ville de garnison, créent le malaise dieuzois (Mathis, 2011). L’appui des communes rurales du canton de Dieuze, impactées par la perte d’une partie de leurs résidents, souligne l’identification de ce territoire à la présence de l’armée. Les communes menacent la Communauté de Communes de scission. Ce risque traduit la fragmentation du Saulnois entre deux espaces : le sud-est en quête d’identité, tiraillé par la construction de l’espace des étangs et l’ouest concerné par les phénomènes périurbains en liaison avec Metz et Nancy (Mathis, 2009). Dieuze, à la périphérie de l’espace des étangs, est la ville du Lindre. Pourtant, elle ne s’est jamais appuyée sur l’image d’appel touristique du Grand Étang. La Maison des Étangs à Tarquimpol, le Lindre, le patrimoine salicole sont autant d’atouts pour s’intégrer à l’espace touristique des étangs. Cela permettrait de repositionner également le Domaine du Lindre dans le cadre d’un projet d’ensemble, car sa situation institutionnelle à la charnière entre le Saulnois et le Pays des Étangs le rend marginal au sein des deux entités. Site d’appel du PNRL, le Lindre n’a pas l’attractivité des autres pôles d’étangs. Son projet touristique durable repose sur l’événement des Grandes Pêches dans une démarche de conservation d’un espace productif et de découverte et de préservation du milieu stagnustre. Ce choix environnemental, s’il démontre désormais un savoir-faire dans la gestion des étangs7 par le Conseil Général de Moselle et le Conservatoire des Sites lorrains, souligne un projet différent par rapport aux autres grands étangs. En fait, cela démontre la nécessité d’une approche globale pour les étangs dans lequel Dieuze, porte du Pays des Étangs doit jouer un rôle.

35Plus au sud, la création du Center Parcs Moselle à Hattigny entraîne de nouvelles évolutions. En effet, il est localisé en bordure de la Communauté de Communes du Pays des Étangs qui constituait l’élément le plus fragilisé du Pays des Étangs. Soutenue par le Département de la Moselle, cette réalisation doit redynamiser les cantons ruraux fragiles de Lorquin et surtout de Réchicourt-le-Château, durement touchés par la fermeture de l’usine Bata à Moussey. Il influera également au-delà pour les cantons ruraux de Blâmont et de Cirey-sur-Vezouze. Ce projet étend vers le sud l’arc touristique des étangs. Il s’appuie sur les mêmes atouts : une forte image de naturalité au sein de la forêt des Harcholins. Cet espace aménagé reproduit le modèle de pôle d’eau et de forêts des grands étangs. Ce nouveau site forme un trait d’union entre les espaces touristiques des Étangs et le piémont des Vosges mosellanes. Cette implantation renforce la dichotomie de l’arrondissement sarrebourgeois avec à l’ouest et au sud un territoire rural à forte identité (Étangs, Vosges mosellanes) et à l’est un espace résidentiel, né avec l’extension résidentielle de l’Alsace produisant un étalement urbain autour de l’axe Sarrebourg – Phalsbourg.

36La création du syndicat du Pays de Sarrebourg regroupant les sept EPCI de l’arrondissement de Sarrebourg témoigne des vastes recompositions territoriales en cours. Acteur dans le projet Center Parcs, Sarrebourg polarise sans conteste ces territoires périphériques et marginaux et élabore lentement une nouvelle identité pour cet espace rural. Au sein de l’arrondissement de Sarrebourg, le nombre important de communautés de communes est amené à évoluer comme le présente la carte 3.

Carte 3 : Les évolutions prochaines des intercommunalités de la région de Sarrebourg : vers une nouvelle recomposition territoriale

Carte 3 : Les évolutions prochaines des intercommunalités de la région de Sarrebourg : vers une nouvelle recomposition territoriale

Conception : Denis Mathis - Réalisation : Anne Mathis.

37Des fusions concernent les communautés de communes de l’agglomération de Sarrebourg, du Pays de Fénétrange et de l’Étang du Stock et sont prévues pour janvier 2014. D’autre part, il est recommandé que les communautés de communes du Pays des Étangs et des Deux Sarres fusionnent aussi d’ici 2017. Enfin, la ville de Phalsbourg est invitée à rejoindre la Communauté de Communes du pays de Phalsbourg8. Cette réorganisation au sein des EPCI vise à produire un espace cohérant autour de Sarrebourg. S. de Ruffray (2000) avait souligné que « la marginalité territoriale pouvait sécréter des recompositions territoriales marginales », construisant des bassins de vie à partir de villes moyennes. Ce bassin de vie s’organise dans l’arrondissement de Sarrebourg, exploitant le cadre naturel des étangs, des canaux et des Vosges mosellanes, pour accueillir des touristes en provenance d’Allemagne, de Belgique, des Pays Bas. Ainsi, en s’appuyant sur la notion de stations vertes et bleues9, le Pôle d’Excellence Rurale doit relier entre elles les stations par des corridors touristiques (canaux du tourisme fluvial, pistes cyclables, sentiers).

Conclusion

38Le Pays des Étangs est un territoire en construction, non pas un de ces vieux pays reliques et fossilisés dans une démarche uniquement de préservation patrimoniale, mais dans l’affirmation d’une identité et d’une ruralité choisies, de la définition lente d’un bassin de vie « harmonieux », fondé sur une qualité d’un espace partagé avec des touristes eux-mêmes usagers de cet espace. Les dynamiques démographiques actuelles montrent un espace en renaissance. Paradoxalement, et envers et contre tous, les communes riveraines de l’étang du Stock ont su imposer des choix décriés par les acteurs de l’aménagement régional. La Communauté de Communes de l’Étang du Stock, Rhodes et le Parc animalier de Sainte-Croix illustrent la réussite d’un projet accompli, fait d’initiatives locales. Certes, des problèmes entre préservation du milieu stagnustre et projets touristiques persistent, mais la lente évolution du parc de résidences secondaires en parc de résidences principales souligne les choix de vie d’une population qui a découvert la région et qui choisit désormais d’y résider.

  • 10 En mars 1971, Puttelange-lès-Farschviller est devenu Puttelange-aux-Lacs, amorçant l’appropriation (...)

39Malgré les problèmes « d’affichage », d’accessibilité, cette ceinture d’eau et de forêts forme aujourd’hui un territoire spécifique. Ancien espace rural en déprise, isolé, presque archaïque, il a profité de ses atouts paysagers pour faire naître une identité réelle. Le tourisme qui s’est développé, hors des cadres traditionnels, profitant d’un espace vrai autour d’une envie de « nature », favorise aujourd’hui un renouveau. Les villages traditionnels lentement revivifiés traduisent désormais non plus une ruralité subie mais une ruralité choisie. Le Pays des Étangs reste hiérarchiquement un des sous-ensembles de l’espace sarrebourgeois. Du néant de la marge organisationnelle naît un petit pays homogène, s’intégrant à un espace en construction lui aussi autour du pôle sarrebourgeois. Il est à noter que dans ce contexte des étangs, des espaces marginaux de l’espace lorrain, de nouveaux pays d’étangs s’organisent, tel le pays de l’Albe et des Lacs autour de Puttelange-aux-lacs10, produisant également un projet touristique lié à la reconversion fonctionnelle des étangs de la ligne Maginot aquatique.

Haut de page

Bibliographie

Angéliaume-Descamps A., Bartout P., 2007, Armagnac et Limousin, deux régions oubliées de l’histoire des étangs, in, Touchart L., Géographie de l’étang, des théories globales aux pratiques locales, Paris : L’Harmattan, pp. 181-194.

Barrès M., 1905, Au service de l’Allemagne, Paris, Fayard, 126p.

Chauvet J-Y., 2009, Est Mosellan. Du charpentier ou du maçon qui bâtit la maison ? Villages Lorrains, n° 128, pp. 4-18.

Delignières V., 1998, L’authenticité des territoires ruraux touristiques en question Réflexions au sujet de l’Auxois et du Morvan, Revue Géographique de l’Est, tome XXXVIII, n° 3, pp 103-116.

Frécaut R. (dir.), 1983, Géographie de la Lorraine, PUN-Serpenoise, 633p.

Gagne E., 2000 - Chasse et amitié au Pays des Étangs sous le Second Empire. L’album de Grünhoff, Archives départementales de la Moselle, Saint-Julien-lès-Metz, 200p.

Guillaume J., 1982, L’architecture en pan de bois en Lorraine, Villages et Maisons de Lorraine, Actes du Colloque de Nancy (22-24 octobre 1981), Nancy-Metz :PUN-Serpenoise, pp. 105-122.

Husson J-P., 2008, Envies de campagne. Les territoires ruraux français, Paris : Éditions Ellipses, collection Carrefours, 207p.

Joly H., 1911, Géographie physique de la Lorraine et de ses enveloppes, Nancy, A. Barbier, Nancy, 350 p.

Manceron V., 2006, Le pays de Dombes et ses mises en image : jeu sur les frontières et quête de reconnaissance, Ruralia [En ligne], 18/19 | 2006, mis en ligne le 31 décembre 2010, consulté le 02 août 2012. URL : http://ruralia.revues.org/1261

Mathis D., 2009, Géohistoire agraire d’un pays lorrain : le Saulnois, Thèse de 3e cycle universitaire, Nancy-Université, inédit, 966p.

Mathis D., 2011, Les vestiges paysagers de l’exploitation du sel dans le territoire d'approvisionnement en bois des salines de Moyenvic et Salées-Eaux, Villages Lorrains n° 136, pp. 23-28.

Mathis D., 2011, « Quand l’armée s’en va ». Approche géohistorique des restructurations des espaces militarisés : l’exemple du sud mosellan, Revue Géographique de l'Est [En ligne], vol. 51 / 1-2 | 2011, mis en ligne le 19 décembre 2011, consulté le 02 août 2012. URL : http://rge.revues.org/3249

Peltre J., 1984, Les campagnes lorraines, les paysages agraires : survivances et évolutions, 25e congrès international de géographie, Symposium n° 22, Transformations historiques du parcellaire et de l'habitat rural.

Peltre J., 1989, L’avenir touristique des campagnes méconnues : l’exemple lorrain, Revue Géographique de l’Est, tome XXIX, n° 1, pp 73-77.

Perrot M., La Soudière M. (de), 1998, La résidence secondaire : un nouveau mode d'habiter la campagne ?, Ruralia [En ligne], 02 | 1998, mis en ligne le 01 janvier 2003, consulté le 02 août 2012. URL : http://ruralia.revues.org/34

PNRL, 2004, Guide pour la préservation et la valorisation du patrimoine naturel et bâti dans les projets d’aménagements. Le Pays des Étangs dans le parc naturel régional de Lorraine, 22p.

Provin F., 1976, Ecologie et aménagement des étangs de Mittersheim, du Stock, de Gondrexange et de Lindre, Mémoire de maîtrise, Université de Nancy II, inédit, 145p.

Ruffray S. (de), 2000, De la marginalité territoriale à la recomposition territoriale « marginale », Revue Géographique de l’Est, tome XL, n° 4, pp. 207-220.

Thomsin L., 2003, Intercommunalité rurale et gestion des mobilités résidentielles. Des parcs naturels en Wallonie, Ruralia [En ligne], 12/13 | 2003, mis en ligne le 01 juillet 2007, consulté le 02 août 2012, http://ruralia.revues.org/333

Haut de page

Notes

1 Queue ou cornée (Lorraine), espace amont correspondant à un ancien vallon souvent en tête de bassin, inondé lors de la mise en eau d’un étang. Sa forme triangulaire comparable à une corne explique cette dénomination. Les grands étangs, aux berges fortement découpées, se composent en plusieurs cornées.

2 Les conflits d’usage au sein d’hydrosystèmes fragilisés ou encore les démarches hygiénistes ont fait disparaître certains étangs dans le Saulnois.

3 La « maison du Clément » à Belles-Forêts est la propriété du PNRL, maison à pan de bois datant de 1750, elle a été réhabilitée, devenant un site d’animation du parc. http://maisonduclement.blogspot.fr/p/la-maison.html

4 La fusion communale d’Angviller-lès-Bisping, de Bisping et de Desseling en 1973, a pris le nom de Belles-Forêts.

5 Source INSEE - http://www.statistiques-locales.insee.fr/FICHES/DL/EPCI/DL_EPCI245701248.pdf

6 Sources INSEE – commune de Rhodes

7 Le Conseil Général de Moselle est devenu un acteur majeur de la gestion des grands domaines stagnustres (étang de Lindre, étang du Bischwald....).

8 Carrefour des pays lorrains, la recomposition des territoires en Lorraine, Point d'étape juin 2012 http://cpl.asso.fr/sites/default/files/recomposition_des_territoires_en_lorraine_-_juin_2012_1.pdf

9 http://poles-excellence-rurale.datar.gouv.fr/

10 En mars 1971, Puttelange-lès-Farschviller est devenu Puttelange-aux-Lacs, amorçant l’appropriation du patrimoine militaire.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 : Les différentes enveloppes territoriales du Pays des Étangs dans le contexte régional
Crédits Conception et réalisation : D. Mathis.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2415/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Photo 1 : Belles-Forêts : une clairière agricole typique du Pays des Étangs
Crédits Source : CERPA - Humbert A.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2415/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Carte 2. Les 4 pôles des grands étangs de Moselle
Crédits Conception : D. Mathis - Réalisation  : A. et D. Mathis, 2011.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2415/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre Photo 2 : Rhodes : Une urbanisation résidentielle et touristique éclatée avec en son cœur un vieux village régénéré
Crédits Source : CERPA - Humbert A.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2415/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Carte 3 : Les évolutions prochaines des intercommunalités de la région de Sarrebourg : vers une nouvelle recomposition territoriale
Crédits Conception : Denis Mathis - Réalisation : Anne Mathis.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2415/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 299k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denis Mathis, « Recomposition territoriale d’un espace rural flou », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 22 | 2014, mis en ligne le 15 juin 2014, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://tem.revues.org/2415 ; DOI : 10.4000/tem.2415

Haut de page

Auteur

Denis Mathis

Docteur en géographie
Chercheur associé au Laboratoire d’Observation des Territoires (LOTERR, anc. CERPA)
Université de Lorraine
23, boulevard Albert 1er
BP 33-97
54015 NANCY CEDEX
denis.mathis@ac-nancy-metz.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page