Navigation – Plan du site
Articles

Prospective territoriale dans le cadre de projets sociaux et solidaires : analyse de l’émergence des AMAP au sein des bassins de vie ruraux en France

Territorial foresight in the frame of social and solidarity projects: analysis of the emergence of AMAP (french CSA) inside the rural living-basins in France
Jean-Claude Raynal et Lala Razafimahefa
p. 21-39

Résumés

Les enjeux du développement durable, les crises sanitaires, mais aussi les crises économiques, ont affecté les modes de consommation en France. Ainsi, les initiatives solidaires privilégiant les circuits courts alimentaires, à travers lesquelles le consommateur se considère comme « consom’acteur », tendent à se développer. C’est dans ce contexte que les AMAP (Association pour le maintien d’une agriculture paysanne), qui se veulent porteuses de valeurs solidaires et orientées vers une agriculture « authentique » et « saine », se diffusent. Phénomène marginal ou éveil des consciences citoyennes, il convient de s’interroger sur l’émergence de ces nouvelles pratiques et sur ceux qui en sont les acteurs. Ces comportements sont d’autant plus intéressants à décrypter en ces temps où les espaces ruraux, y compris les plus isolés, se recomposent notamment sous l’effet de l’arrivée, pour une large part, d’une population issue de l’espace urbain.

La présente contribution s’interroge sur les contextes et conditions favorables à ces projets sociaux et solidaires. Est-ce que les campagnes françaises disposent du potentiel nécessaire à l’essor et la pérennité de ces projets ? Pour répondre à ces questions, nous proposons un outil méthodologique qui consiste dans un premier temps à valider la pertinence d’indicateurs en lien avec la présence d’AMAP. Dans un deuxième temps, ces indicateurs permettent de construire un indice pour évaluer le potentiel d’émergence des AMAP au sein des territoires ruraux français. Ces indicateurs ont trait d’une part au tissu agricole et d’autre part, aux tissus démographique, socioéconomique et associatif. L’unité spatiale de référence adoptée est le bassin de vie.

Les résultats obtenus montrent des disparités conséquentes qui traduisent les dynamiques socio-spatiales différenciées au sein des territoires ruraux. Ils mettent également en évidence le caractère endogène du potentiel de ces territoires, revendiqué et exploité par les acteurs locaux dans les processus de recomposition actuellement en cours.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Ces dernières décennies, les enjeux du développement durable, les crises sanitaires mais aussi les crises économique et écologique, ont modelé de nouvelles attentes sociétales. Dans le domaine de la consommation, ces attentes gravitent autour de cinq grandes préoccupations :

  • Faire face aux difficultés du monde agricole, pour lutter contre la disparition des petites exploitations, sauvegarder et développer l’activité agricole locale ;

  • Avoir accès à une alimentation saine, de qualité, diversifiée et non-standardisée (David-Leroy et Girou, 2009) ;

  • Adopter un comportement éthique à travers la défense d’une économie nourricière contre une économie du profit, ou encore, des « critiques sur l’agriculture productiviste, sur le mode de vie consumériste imposé par la grande distribution » (Pouzenc et al., 2008) ;

  • Mener des actions écologiques pour la protection de l’environnement et la lutte contre les pollutions et les risques de l’agriculture industrielle ;

  • Introduire une dimension sociale et solidaire dans la dynamique de rapprochement entre producteurs et consommateurs, en favorisant une agriculture de proximité et une gestion responsable et partagée des biens communs.

2La montée en puissance de ces diverses préoccupations se matérialise par un nouveau type de comportement citoyen : la consommation engagée. Elle participe à l’essor des réseaux agro-alimentaires alternatifs tels que les circuits courts de distribution qui permettent de limiter les surcoûts et de favoriser les liens sociaux, la traçabilité des produits et la transparence sur les techniques utilisées. Comme le soulignent E. Langhade et al. (2010 :13), « si les circuits courts traditionnels ont toujours existé (marchés, vente directe), de nouvelles formes se développent pour répondre aux attentes des consommateurs. En France comme dans d’autres pays, elles offrent de nouvelles alternatives pour les producteurs ». Il s’agit de mettre en place des systèmes reliant producteurs et consommateurs dans la recherche du « mieux vivre ensemble ». Pour observer les initiatives prises en faveur de ces attentes citoyennes, l’AMAP (Association pour le maintien d’une agriculture paysanne), modalité particulière de circuit court, constitue un bon exemple.

3Le questionnement est de savoir dans quelle mesure ces initiatives peuvent-elles s’inscrire et se diffuser dans l’espace, et plus particulièrement les espaces ruraux français. A partir de monographies locales ou régionales qui ont été réalisées jusqu’à présent sur les AMAP (Bitoun, 2009 ; Bitoun et al., 2009 ; Chalopin, 2007 ; Chambon, 2010 ; David-Leroy et Girou, 2009 ; Douence et al., 2009 ; Lamine, 2008 ; Minvielle et al., 2011 ; Mundler, 2007 ; Mundler et al., 2006 ; Olivier Et Coquart, 2008 ; Pouzenc et al., 2008 ; Rigo, 2006), nous souhaitons étendre au niveau national l’analyse des dynamiques territoriales liées à ces initiatives et prospecter pour de nouveaux lieux favorables à leur essaimage. Notre travail, sans prétendre à l’exhaustivité, se basera sur des indicateurs reconnus comme pertinents pour cette analyse par les travaux déjà menés et cités précédemment. Il consistera essentiellement en des analyses typologiques et cartographiques, ayant pour finalité une proposition méthodologique pour l’élaboration d’un outil adapté à la prospective territoriale.

4L’article se déroulera en trois parties. Tout d’abord, nous présenterons le système AMAP et choisirons l’unité spatiale appropriée à son analyse qui est le bassin de vie. Puis, nous étudierons les spécificités des acteurs et réseaux impliqués dans les AMAP par l’intermédiaire des indicateurs thématiques que nous avons recueillis à l’échelle communale et agrégés au niveau des bassins de vie. Ces spécificités nous permettront ensuite de construire un indice de potentialité d’émergence des AMAP à partir duquel nous analyserons les territoires d’implantation et d’essaimage de ces AMAP en milieu rural. Enfin, nous conclurons sur ce que les AMAP peuvent révéler des campagnes françaises telles qu’elles se recomposent aujourd’hui.

1. L’AMAP, un partenariat solidaire entre consommateurs et producteurs au cœur des bassins de vie

1.1. L’AMAP, une modalité particulière de circuit court

5Le circuit court a été défini par le ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation et de la Pêche en 2009 comme étant un mode de commercialisation des produits agricoles qui s’exerce soit par la vente directe du producteur au consommateur, soit par la vente indirecte, à condition qu’il n’y ait qu’un seul intermédiaire. Il existe une grande diversité de circuits courts de distribution (Figure 1)

Figure 1 : La diversité des circuits courts de commercialisation de produits agricoles

Figure 1 : La diversité des circuits courts de commercialisation de produits agricoles

Source : INRA/Les Cahiers de l’Observatoire CROC, 2007.

6Parmi l’ensemble des modalités de circuits courts, l’AMAP se particularise par son fonctionnement sur le principe d’un contrat entre producteurs et consommateurs qui « formalise » de manière concrète leur engagement réciproque, même s’il ne s’agit pas d’un contrat au sens règlementaire du terme, mais plutôt d’un contrat moral et d’un engagement mutuel (David-Leroy et Girou, 2009).

1.2. L’AMAP, une réponse aux diverses préoccupations de la société

7Alliance Provence (2001), réseau régional historique et dépositaire de la marque AMAP, définit celle-ci comme « une Association pour le maintien d’une agriculture paysanne ayant pour objectif de préserver l’existence et la continuité des fermes de proximité dans une logique d’agriculture durable, c’est-à-dire une agriculture paysanne, socialement équitable et écologiquement saine ». Ses autres objectifs consistent en :

  • la préservation de l’environnement par des pratiques agricoles écologiques et un maintien de la biodiversité ;

  • l’établissement d’un commerce équitable entre agriculteurs et consommateurs ;

  • l’incitation à une alimentation de qualité et prenant en compte la santé ;

  • (la responsabilisation à travers un engagement citoyen et solidaire par l’établissement d’un partenariat entre consommateurs et producteurs locaux à travers des contrats (cf. site Internet Alliance Provence).

8Au sein de chaque AMAP, ce partenariat contractuel, qui se réfère à la charte des AMAP élaborée par Alliance Provence et qui conditionne toute nouvelle adhésion, revêt trois aspects. Le premier aspect concerne l’engagement économique et financier. Chaque consommateur achète à l’avance en début de saison une part de la production à un coût équitable constant. Le producteur met en œuvre les moyens de production pour assurer la fourniture périodique et régulière de produits frais, sains et diversifiés. Ainsi, les contractants sont solidaires dans les aléas mais également les surplus de production. Le deuxième aspect est l’engagement éthique, à travers le respect des principes généraux de la charte des AMAP par les consommateurs et les producteurs. Le troisième aspect aborde l’engagement social et associatif, par la participation à la vie de l’AMAP et le respect de ses modes de fonctionnement (distribution, communication, animation, création de liens entre Amapiens et prise en compte de leurs remarques, etc.). Á ceci s’ajoutent, pour le producteur, la pédagogie concernant le travail sur l’exploitation et l’organisation des visites de la ferme.

9Ainsi, la structure, l’organisation et le fonctionnement de l’AMAP, mais également les valeurs qu’elle porte (équité, proximité, transparence, solidarité, convivialité, qualité, écologie) dans une volonté de tisser de nouveaux rapports sociaux, l’insèrent dans le champ de l’économie sociale et solidaire. Elles lui confèrent une dimension politique puisque l’AMAP permet aux consommateurs de manifester leurs préférences non seulement sur le produit, mais également sur le contexte de sa production (Mundler, 2007). De plus, les initiatives de type AMAP s’inscrivent dans les trois axes classiques du développement durable, à savoir les dimensions environnementale, sociale et économique (Lamine, 2008).

1.3. Une approche territoriale des AMAP par le bassin de vie

10Ces initiatives ayant un impact sur le territoire, l’étude de leur dynamique, ainsi que leur spatialisation, impose le choix d’une échelle d’observation. Nous optons de nous baser sur le bassin de vie (noté BV). Celui-ci est défini de manière simplifiée comme « le plus petit territoire sur lequel les habitants ont accès à la fois aux équipements et à l'emploi ». C’est un outil proposé pour faciliter la compréhension de la structuration du territoire de la France métropolitaine et mieux qualifier l'espace à dominante rurale (Julien et al., 2003).

1.1.1. Le bassin de vie, une échelle d’analyse pertinente

11Le choix du BV pour analyser les dynamiques territoriales des AMAP est motivé par trois raisons principales : la nature des produits alimentaires échangés, la constitution d’un réseau de proximité et une logique d’ensemble de l’offre en circuits courts.

12D’une part, la grande majorité des AMAP métropolitaines (91,5 %) sont dédiées à l’approvisionnement de panier de légumes (cf. Site Internet Avenir Bio, http://www.avenir-bio.fr/​annuaire_amap.php). A l’origine, c’est la catégorie de produits agricoles autour de laquelle s’est construit le concept des AMAP en 2001. En raison des contraintes liées à leur mode de fonctionnement basé sur des livraisons hebdomadaires, les AMAP légumes fonctionnent souvent à l’échelle d’un quartier, d’une commune ou d’un bassin de vie (David-Leroy et Girou, 2009 ; Minvielle et al., 2011).

13D’autre part, la proximité géographique du producteur et des consommateurs et l’appui à l’agriculture paysanne locale, font partie des dix-huit principes fondateurs de l’AMAP (cf. site Internet Alliance Provence). Dans la pratique, le choix du lieu de distribution ou les nouvelles adhésions, par exemple, sont conditionnés par cette proximité des adhérents. Dans le même temps, les textes règlementaires (décret n° 2002-1468 publié au JORF le 19 décembre 2002 sous le n° 295) distinguent la vente directe sur le marché local comme étant des systèmes spécifiques, combinant « petite production », « origine locale du produit » et « vente à proximité » dans un rayon de 80 km maximum du lieu de production. Les différentes études déjà menées ont également permis d’estimer de manière quantitative cette proximité des membres. Ainsi, la durée moyenne du transport en voiture ou camionnette pour le producteur a été estimée à 50 mn (Olivier et Coquart, 2008), pour une distance variant en moyenne de 11 à 65 km (Lamine, 2008). Quant aux consommateurs, ils résident très rarement à plus de 20 km du siège de l’AMAP (Bitoun et al., 2009). L’échelle territoriale du BV nous semble donc appropriée pour prendre en compte cette proximité.

14Mais surtout, l’offre multiple en circuits courts conserve une logique d’ensemble. Si, pour le producteur, il s’agit plutôt de disposer d’une complémentarité des circuits de distribution, le consommateur en revanche souhaite pouvoir couvrir ses habitudes alimentaires, tout en satisfaisant ses engagements, sur son territoire proche. La figure 2 ci-dessous synthétise la manière dont cette diversité des modalités de circuits courts permet de répondre de manière globale aux attentes des consommateurs.

Figure 2. Circuits courts et attentes des consommateurs

Figure 2. Circuits courts et attentes des consommateurs

Source : Maréchal et al., 2009.

15Cette logique d’ensemble de l’offre en circuits courts est alors en parfaite cohérence avec le principe de délimitation du BV.

16Nous allons donc positionner notre analyse à l’échelle des BV, intermédiaire entre la commune, trop restreinte, et le département, trop vaste.

1.3.2. Un processus déjà engagé de diffusion des AMAP en milieu rural

17En nous intéressant plus particulièrement aux dynamiques territoriales des AMAP dans les campagnes françaises, nous sommes amenés à définir ce qui est qualifié de « BV rural ». Nous nous référons pour cela à la méthodologie de l’OCDE pour définir des zones rurales (European Commission, 2006) que nous adaptons à notre étude. Il s’agit d’établir une typologie de la ruralité d’un BV en se basant sur le pourcentage de la population vivant dans des communes rurales, au sens du ZAU (Bessy-Pietri et Sicamois, 2001). Deux types de BV sont définis : le BV urbain, qui compte moins de 15 % de sa population habitant dans des communes rurales et le BV rural, qui en compte 15 % ou plus. Ainsi construits, les BV ruraux sont constitués à 96,8 % de BV des bourgs et petites villes, qui forment le référentiel rural restreint tel que défini par l’INSEE pour la DATAR (Julien et al., 2003), légitimant ainsi notre choix méthodologique. Ce zonage construit sur le RGP 1999 correspond au mieux à l'émergence des AMAP sur la période 2001-2011. Le territoire national comporte alors 1190 BV ruraux (62,1 %), et 726 BV urbains (37,9 %).

18Un recoupement de différentes sources d’informations (sites Internet des réseaux nationaux et régionaux des AMAP, Journal officiel des associations, site Internet d’Avenir-bio) a permis d’inventorier un nombre total de 1828 AMAP en France métropolitaine en août 2011 (Carte 1) . La moitié d’entre elles environ (947) est constituée en associations loi 1901, le reste étant des associations de fait. En extrapolant les estimations effectuées par E. Langhade (2010, op.cit.), on peut avancer que les AMAP représentent environ 91 000 familles en partenariat solidaire avec à peu près 1500 producteurs, générant un chiffre d’affaires annuel de 65 millions d’euros.

Carte 1. Répartition spatiale des AMAP par type de bassin de vie en France métropolitaine

Carte 1. Répartition spatiale des AMAP par type de bassin de vie en France métropolitaine

Sources : Réseaux nationaux et régionaux des AMAP, 2011 ; Journal officiel des associations, 2011 ; Avenir-bio, 2011 ; INSEE Zonage en bassins de vie, 2004 ; ©IGN GEOFLA, 2001.

19Les régions leaders de la dynamique des AMAP sont l’Ile-de-France (qui compte une AMAP sur six), Rhône-Alpes (1/8), PACA (1/10), Midi-Pyrénées et Pays-de-la-Loire (1/11 chacune) et Aquitaine (1/15). Or, chacune de ces régions, exceptée la région Pays-de-la-Loire, a mis en place son propre réseau. Cela laisse supposer le rôle prépondérant de ces réseaux régionaux dans l’essaimage des AMAP.

20Le focus porté sur les AMAP rurales est motivé par le fait qu’environ un quart des AMAP métropolitaines (440 au total) est localisé dans les BV ruraux. Cette répartition est quasiment identique à celle de la population rurale en France qui représente 24 % de la population totale. La présence avérée des AMAP en milieu rural autorise à s’interroger sur les contextes et conditions qui leur sont favorables.

2. L’AMAP, un système lié à des profils d’acteurs et des contextes spécifiques

21D’une manière générale, la naissance et la structuration, notamment géographique, des circuits courts sont influencées par différents facteurs : l’offre et la demande à travers leurs composantes démographiques, sociales et territoriales, ainsi que les potentiels agro-économiques. Autrement dit, il s’agit ici, d’une part, de s’intéresser aux acteurs impliqués dans les AMAP (producteurs, consommateurs, réseaux) et, d’autre part, d’analyser l’existant concernant les facteurs agronomiques et la disponibilité du marché.

2.1. Méthodologie d’évaluation de la potentialité d’émergence d’une AMAP au sein d’un bassin de vie

22L’analyse des enquêtes menées jusqu’alors nous a conduits à retenir 59 indicateurs pouvant influer sur l’émergence d’une AMAP, rassemblés en dix groupes thématiques. Nous nous inspirons des travaux menés par B. Lallau et E. Thibaut (2009), basés sur les outils de la « logique floue », pour mettre en place une méthodologie destinée à l’élaboration d’un Indice de potentialité d’émergence d’AMAP, noté IPE, au sein d’un BV. Cette méthodologie repose sur les principes suivants :

  • L’IPE est une combinaison linéaire de dix facteurs qui sont les indices intermédiaires relatifs aux groupes thématiques constitués. Les coefficients linéaires associés, notés Tn, permettent d’affecter une pondération relative à chaque indice intermédiaire et la somme des poids pour les dix indices doit être égale à 1 (100 %).

  • Le nème indice intermédiaire concernant un BV est lui-même une combinaison linéaire des indicateurs (au nombre de An) qui composent le groupe thématique lui correspondant. Les coefficients linéaires associés, notés Gn,p, permettent d’affecter une pondération relative à chaque indicateur, et la somme des poids pour les An indicateurs doit être égale à 1 (100 %).

  • Á chaque indicateur, on associe une fonction, notée Fn,p, prenant un nombre fixé au préalable de modalités (cinq, dans notre cas). Leurs valeurs sont initialisées de manière croissante en fonction d'une contribution plus favorable de la modalité au potentiel d'émergence d'une AMAP.

Tableau1. Les indices intermédiaires et les groupes thématiques correspondants

Indice intermédiaire

Groupe thématique

I1

Difficultés du monde agricole

I2

Profils sociodémographiques des agriculteurs

I3

Structure et activité des exploitations agricoles

I4

Production agricole

I5

Les circuits de commercialisation investis

I6

Profils sociodémographiques des consommateurs

I7

Paysage social et citoyen autour des AMAP

I8

Offre en circuits courts de distribution

I9

Essor démographique

I10

Potentialité en termes de proximité

23L’enjeu de la méthode réside donc dans la modulation des paramètres Fn,p(B), Gn,p et Tn afin qu’ils reflètent la base de connaissances adéquate. S’agissant ici d’une esquisse méthodologique, nous avons adopté les hypothèses suivantes :

  • pour chacun des 59 indicateurs, la fonction d’appartenance Fn,p(B) aura des valeurs indépendantes de n et p, chaque valeur étant égale au quintile où se classe l’indicateur pour le BV B ;

  • pour chacun des groupes thématiques, nous avons caractérisé la variable présence/absence d’AMAP au sein du BV par chacun des indicateurs (variables de type continu). Les valeurs des coefficients linéaires Gn,p du groupe ont été initialisées proportionnellement à l’intensité de la liaison entre l’indicateur et la présence d’AMAP. Cette intensité est calculée en réalisant une analyse de variance dont la probabilité résultante sera traduite en nombre d’écarts-type par rapport au profil-moyen ;

  • enfin, pour simplifier, nous avons considéré qu’aucun des dix groupes thématiques n’est plus prépondérant qu’un autre, tous les coefficients Tn sont donc égaux à 0,1.

24Par cette méthode, l’IPE et les dix indices In s’évaluent sur une échelle de 0 (aucune chance) à 1 (100 % de chance).

2.2. Des acteurs à même d’assurer la pérennité du système AMAP

2.1.1. Des petits producteurs agricoles en quête de viabilité ou de changements dans leur activité

25Alliance Provence résume les motivations qui peuvent inciter des producteurs à entrer en AMAP en trois points essentiels : un intérêt économique, une sécurité financière et une valorisation sociale. Si la tangibilité de ces motivations s’est effectivement vérifiée sur le terrain, nombre d’enquêtes y ajoutent également la nécessité pour les producteurs de se sortir d’une situation délicate.

26I1 : Les difficultés du monde agricole, moteurs de changement
Les premières justifications des producteurs pour l’entrée en AMAP, et plus particulièrement les maraîchers, sont très souvent liées aux difficultés du monde agricole. Cela peut avoir trait à des considérations économiques, à savoir des conditions précaires, une irrégularité des revenus, une difficulté à trouver un équilibre sur la ferme (Pouzenc et al., 2008 ; David-Leroy et Girou, 2009), ou encore l’absence de successeur connu pour les chefs d’exploitations proches de la retraite. Ceci a pour conséquence directe la diminution du nombre d’agriculteurs ou la disparition des exploitations agricoles. Cela peut aussi consister en la difficulté d’accès ou de maintien au foncier, que ce soit en termes de coûts ou de disponibilité liée à la disparition des terres agricoles ou à l’urbanisation (Pouzenc et al., 2008).

27L’analyse montre que la diminution du nombre d’exploitations productrices de légumes, le prix élevé des terres agricoles et l’absence de successeur connu pour les exploitants proches de la retraite, seraient les indicateurs les plus pertinents pour identifier les BV propices à l’émergence d’AMAP. La valeur moyenne de I1 est égale à 0,511 (écart-type σ = 0,163), et l’on vérifie que cet indice est en moyenne significativement supérieur dans les BV ruraux où les AMAP sont présentes (moyenne x̄ = 0,528 ; écart-type σ = 0,161 ; erreur α = 1,6 %).

28I2 : Des agriculteurs hautement qualifiés, néo-ruraux, pluriactifs
Le profil sociodémographique des agriculteurs qui entrent en AMAP se démarque surtout par un niveau élevé de formation. Dans une moindre mesure, on y trouve également plus significativement des exploitants installés récemment, depuis moins de 10 ans avec, pour la majorité d’entre eux, un conjoint qui travaille hors de l’exploitation (Douence et al., 2009 ; Mundler et al., 2006 ; Pouzenc et al., 2008).

29L’analyse confirme l’importance de ces trois indicateurs dans l’IPE. I2 vaut en moyenne 0,497 (σ = 0,161). Pour les BV ruraux avec présence d’AMAP, la moyenne est significativement supérieure (x̄ = 0,515 ; σ = 0,153 ; α = 1,3 %).

30I3 : Des petites structures individuelles avec une diversification de l’activité au sein de l’exploitation
H. Douence et al. (2009 : 43-59) récapitulent ainsi assez bien les caractéristiques des exploitations entrées en AMAP, en matière de structure et d’activité pratiquée : « la majorité des agriculteurs en AMAP sont exploitants à titre principal (…). De ce fait, le statut juridique de leur exploitation reste majoritairement l’exploitation individuelle (…). En termes de surface autant que de chiffre d’affaires ou d’emploi, ce sont des exploitations de petite dimension (…). Au-delà des pratiques agricoles stricto sensu, la diversification des activités sur l’exploitation est aussi un indicateur des orientations et des projets d’exploitation », accueil à la ferme à vocation pédagogique, transformation des productions à la ferme et, dans une moindre mesure, activités touristiques.

31Ce sont pourtant ces activités touristiques et d’accueil, ou les activités pédagogiques, pratiquées au sein d’exploitations certifiées ou non en agriculture biologique, qui sont les plus révélatrices du potentiel d’émergence d’AMAP. Les données de structures ne sont pas assez discriminantes. La valeur moyenne de I3 est égale à 0,335 (σ = 0,216), et cet indice est en moyenne très significativement supérieur dans les BV ruraux où les AMAP sont présentes (x̄ = 0,420 ; σ = 0,228 ; α ≈ 0 %).

32I4 : Importance de la diversification et de la qualité des productions agricoles
Idéalement, pratiquer une diversification de la production entre maraîchage, verger multi-espèces et petite production de volailles procure des avantages certains. Elle permet de répondre de manière satisfaisante à la demande des consommateurs, tout en adoptant un mode de production écologique, et par la suite de stabiliser le partenariat au sein de l’AMAP (Mundler et al., 2006). D’autre part, si les certifications officielles, telles que l’agriculture biologique, ne sont pas des obligations pour l’entrée d’une exploitation en AMAP, elles peuvent accélérer le processus en donnant à l’exploitant une avance sur la mise en conformité de son exploitation avec les exigences des AMAP en termes de modes de production.

33La production de volaille constitue un indicateur important pour l’identification des BV potentiels à l’émergence d’AMAP, même si le mode de production biologique n’est pas nécessairement recherché pour ce type de production. En revanche, ce sont bien des légumes frais produits aux normes biologiques qui sont les plus révélateurs de ces potentiels, ainsi que les fruits dans une moindre mesure. Les signes de qualité agricole (IGP, AOC, AOP) apparaissent tout autant parmi les facteurs primordiaux d’indentification. L’indice intermédiaire I4 vaut en moyenne 0,422 (σ = 0,224). La valeur supérieure de la moyenne de cet indice pour les BV avec présence d’AMAP est très fortement significative (x̄ = 0,527 ; σ = 0,221 ; α ≈ 0 %).

34I5 : Des pratiques de commercialisation des produits agricoles privilégiant les circuits courts
Si l’AMAP constitue une voie complémentaire ou alternative aux autres modes de commercialisation, les producteurs qui s’y engagent ont surtout déjà au préalable une forte propension à s’éloigner de la grande distribution et à privilégier la vente directe et les circuits courts. Cela concerne, pour l’essentiel, la vente sur les marchés, la vente directe à la ferme (à travers des réseaux tels que « Accueil Paysan » ou « Bienvenue à la ferme »), les points de vente collectifs et, de manière plus confidentielle, la vente directe aux collectivités ou aux privés, pour la restauration scolaire ou dans le cadre de buffets fermiers.

35L’analyse de ces pratiques de commercialisation (exceptés les points de vente collectifs) ne pointe pas une modalité de circuit court particulière, à part évidemment les AMAP déjà présentes sur le territoire. Le second indicateur auquel a été attribué le plus grand potentiel est le nombre de producteurs en agriculture biologique pratiquant la vente directe, suivi de ceux également bio qui sont fournisseurs pour la restauration collective. Si I5 vaut en moyenne 0,280 (σ = 0,271), sa valeur dans les BV avec présence d’AMAP décolle littéralement vers une moyenne supérieure, très fortement significative de l’importance de ce groupe d’indicateurs dans l’éligibilité d’un BV rural à l’émergence d’une AMAP (x̄ = 0,696 ; σ = 0,140 ; α ≈ 0 %).

2.2.2. Des consommateurs entre motivations militantes et hédonistes

36Selon Alliance Provence, il y a trois types de raisons qui incitent les consommateurs à entrer en AMAP, constatations confortées, par ailleurs, par les enquêtes menées jusqu’alors : un engagement citoyen, une motivation personnelle et une motivation sociale. Á ces raisons peuvent s’ajouter un militantisme « anticonsumériste », voire politique par la recherche d’une adéquation entre idées et pratiques (cf. §2.2.3), ainsi que la conscience du pouvoir du consommateur, sur le contrôle de la qualité des produits comme sur les conditions de leur production, mais aussi en tant que relais d'opinion vers les pouvoirs publics (Savina et Jouanneau, 2008). Au final, la population des consommateurs engagés dans les AMAP oppose deux tendances : d’un côté, des consommateurs qui se revendiquent de la sphère « alternative », militants sensibilisés aux problèmes sociaux, économiques et environnementaux et, de l’autre, ceux qui sont dans des logiques plus hédonistes (Mundler, 2007).

37I6 : Des consommateurs plutôt jeunes actifs, bien formés, adeptes de la consommation de produits biologiques
Le profil sociodémographique qui se dégage pour les Amapiens est celui d’un consommateur entre 35 et 50 ans, en couple avec deux enfants ou plus, ayant un niveau de formation supérieur allant jusqu’à quatre ans après le baccalauréat. On observe une surreprésentation des cadres ou professions libérales (sans que ce soit la catégorie socioprofessionnelle majoritaire). Ces derniers, paradoxalement, déclarent disposer d’un revenu mensuel moyen, voire bas, par rapport à la moyenne nationale. Concernant ses habitudes de consommation, il se tourne préférentiellement vers les produits issus de l’agriculture biologique, et s’approvisionne aussi souvent qu’il le peut ailleurs que dans les magasins de la grande distribution, surtout pour les produits frais ou spécifiques (Mundler et al., 2006).

38L’analyse des indicateurs sociodémographiques concernant les consommateurs met surtout l’accent sur l’importance du niveau de formation et de la catégorie socioprofessionnelle. I6 vaut en moyenne 0,501 (σ = 0,228). Pour les BV ruraux où les AMAP sont présentes, la moyenne est significativement supérieure (x̄ = 0,588 ; σ = 0,205 ; α ≈ 0 %).

2.2.3. Des acteurs déjà impliqués dans d’autres adhésions et engagements

39I7 : Un paysage social et citoyen autour des AMAP, alternatif, militant et solidaire
En grande partie, les adhérents aux AMAP indiquent qu’ils militent également largement, ou du moins sont des sympathisants, dans des collectifs de contestation tels qu’ATTAC (Association pour la taxation des transactions financières et pour l’action citoyenne) ou APIC (Association pour l’insurrection des consciences) ou dans des partis politiques (de nuance tournée vers l’écologie et l’environnement). Ils s’impliquent dans des associations axées, par exemple, sur la sensibilisation et la défense de l’environnement, la promotion d’alternatives économiques et, dans une moindre mesure, celles d’envergure internationale telles que Greenpeace ou Peuples solidaires, par exemple. Les Amapiens peuvent également s’investir dans d’autres projets solidaires tels que les Jardins de Cocagne ou les projets Terres de Liens. Le rapprochement avec ces projets peut d’ailleurs ne pas se faire individuellement mais être initié par l’AMAP elle-même. Par ailleurs, les Amapiens peuvent aussi participer à des réseaux d’échanges locaux tels que les SEL (Système d’échange local). Enfin, les adhérents revendiquent une attitude « écolo » à travers l’utilisation d’énergies renouvelables ou la volonté de limiter leurs déplacements en voiture, etc. L’engagement de ces citoyens peut aller jusqu’à la prise de responsabilité en tant qu’élu associatif, professionnel, syndical ou politique.

40L’analyse place le nombre total d’associations et la création d’associations « alternatives » ou « sociales » sur les quatre dernières années, parmi les critères les plus favorables. I7 vaut en moyenne 0,352 (σ = 0,220). Pour les BV avec présence d’AMAP, la valeur moyenne de cet indice est largement supérieure et très fortement significative (x̄ = 0,494 ; σ = 0,228 ; α ≈ 0 %). Ceci confirme l’importance des principaux indicateurs de ce groupe thématique dans l’éligibilité d’un BV à l’émergence d’une AMAP.

2.3. Un contexte agro-économique propice

2.3.1. Une capacité de diversification pouvant satisfaire l’approvisionnement des AMAP

41L’importance de la diversification des productions agricoles a déjà été démontrée. C. Lamine (2008 : 105) précise que « le premier effet de levier qui peut contribuer à élargir l’impact du système AMAP, côté production comme côté consommation, c’est la diversification des paniers », afin de toucher un plus grand nombre. Par ailleurs, des exploitations diversifiées de petite taille permettraient l’installation de jeunes agriculteurs dans des systèmes demandant moins de capital de départ, notamment foncier. La diversification peut également constituer une solution au problème évoqué plus haut d’absence de successeur pour les agriculteurs proches de la retraite installés sur de petites et moyennes exploitations, en favorisant la reprise de ces dernières par des producteurs souhaitant entrer en AMAP (Mundler et al., 2006).

2.3.2. Un panel des circuits courts existant non-affaibli par l’introduction des AMAP

42I8 : Les offres en circuits courts de distribution
L’émergence des AMAP n’est pas encore perçue par les producteurs comme une concurrence aux circuits de distribution habituels. M. Pouzenc et al. (2008 : 207) évoquent même « l’apparition d’une certaine complémentarité entre AMAP et marchés de plein vent ». En réalité, l’AMAP représente l’opportunité d’une diversification des circuits courts de distribution, car la plupart des producteurs en AMAP n’écoulent pas exclusivement leur production en AMAP mais investissent encore principalement les marchés physiques et autres circuits courts. Selon Mundler et al. (2006 : 42), de l’avis général, les producteurs sont convaincus que « le développement des circuits courts est globalement profitable pour le monde agricole dans son ensemble et que la diversité des types d’offre est positive ».

43L’analyse de deux autres circuits courts de distribution fréquemment pratiqués par les producteurs et les consommateurs (marchés et magasins spécialisés bio) confirme l’importance probable de leur liaison avec le système AMAP. En effet, si I8 vaut en moyenne 0,310 (σ = 0,297), on constate que pour les BV ruraux avec présence d’AMAP, la moyenne est très significativement supérieure (x̄ = 0,456 ; σ = 0,324 ; α ≈ 0 %).

2.4. Des dynamiques territoriales favorables

2.4.1. Une demande en AMAP très forte, associée à une faiblesse de l’offre disponible

44L’allongement des listes d’attente actuelles de consommateurs pour la constitution d’AMAP proposant principalement des paniers de légumes témoigne de l’existence d’une forte demande dont les producteurs ont d’ailleurs pleinement conscience. Parallèlement, le nombre d’exploitations agricoles orientées vers le maraîchage s’amenuise. La combinaison de ces deux facteurs pose la question du développement des AMAP et donne une importance accrue au rôle que jouent les réseaux régionaux dans l’installation de nouveaux agriculteurs.

2.4.2. Un essor démographique qui accentue le phénomène

45I9 : Le poids des néo-ruraux et du fort taux de natalité
L’essor démographique rural se reflète au sein de la composition des AMAP par une large présence de néo-ruraux, ainsi que par un taux de natalité élevé. La naissance d’un enfant est souvent évoquée parmi les motifs d’adhésion.

46L’intégration de ces deux indicateurs dans l’analyse confirme leur importance dans la potentialité d’émergence. I9 vaut en moyenne 0,500 (σ = 0,256) ; Pour les BV ruraux avec présence d’AMAP, la moyenne est légèrement supérieure (x̄ = 0,525 ; σ = 0,248 ; α = 2,4 %).

2.4.3. Une forte potentialité spatiale liée à la proximité

47I10 : Proximité relative des AMAP existantes aux bassins de vie
L’essaimage des AMAP est, pour l’essentiel, un phénomène de diffusion au sens spatial du terme, en lien avec la proximité des acteurs et des réseaux, sociaux et organisationnels. Ainsi, la potentialité d’un espace de voir émerger une nouvelle AMAP est directement liée à une plus ou moins grande distance à une AMAP déjà existante. L’introduction dans l’analyse de cet indicateur de proximité d’une AMAP autour du BV lui confère une valeur moyenne I10 de 0,785 (σ = 0,161).

2.5. L’importance relative des groupes thématiques

48Notre choix méthodologique ayant consisté à ne privilégier aucun groupe thématique en particulier, la figure 3 permet de comparer leurs poids dans la détermination de l’IPE pour chaque BV.

Figure 3. Comparaison des valeurs moyennes des indices intermédiaires

Figure 3. Comparaison des valeurs moyennes des indices intermédiaires

©J-C. Raynal, L. Razafimahefa, 2011.

3. Des espaces ruraux à potentialités variables d’implantation et d’essaimage d’AMAP

49Selon notre analyse, le BV rural le moins favorable (Liffol-le-Grand, dans les Vosges) présente 18 % de chance de voir émerger une AMAP sur son territoire. Á l’opposé, le BV rural le plus favorable (Crest, dans la Drôme) peut avoir jusqu’à 84 % de chance de voir émerger une AMAP. L’IPE moyen est de 0,449 (σ = 0,124). Globalement, un tiers des BV ruraux en France ont plus d’une chance sur deux qu’une AMAP émerge au sein de leur territoire (Carte 2).

50Les BV qui ont les IPE les plus élevés (IPE ≥ 0,55) sont significativement plus nombreux en Languedoc-Roussillon (Gard, Hérault), en PACA (Vaucluse), en Rhône-Alpes (Isère), en Midi-Pyrénées (Tarn), en Aquitaine (Pyrénées-Atlantiques) et en Pays-de-la-Loire (Loire-Atlantique). Le nombre total de ces BV à fort IPE est également élevé en Bretagne.

51Les BV ayant un IPE moyennement élevé (0,45 ≤ IPE < 0,55) ne se retrouvent pas dans une région ou un département en particulier. Leur distribution suit la répartition globale des BV ruraux. Seuls, quelques BV situés dans le département de la Seine-Maritime sont spécifiques à ce groupe.

52Il en est de même pour les BV ayant un IPE moyennement bas (0,37 ≤ IPE < 0,45) qui se répartissent selon la tendance générale. On note uniquement quelques BV particuliers dans les départements de la Sarthe et du Jura.

53Enfin, les BV qui ont les IPE les plus faibles (IPE < 0,37) sont significativement plus nombreux en Auvergne (Allier, Puy-de-Dôme), en Limousin (Creuse), en Champagne-Ardenne (Haute-Marne), en Bourgogne (Nièvre) et en région Centre (Indre).

Carte 2. Potentialité d’émergence d’une AMAP au sein des bassins de vie ruraux

Carte 2. Potentialité d’émergence d’une AMAP au sein des bassins de vie ruraux

Sources : INSEE Zonage en bassins de vie, 2004 ; ©IGN GEOFLA, 2001.
©J-C. Raynal, L. Razafimahefa, 2011.

54La nature des facteurs d’émergence des AMAP varie selon les territoires. Globalement, cela peut être analysé par l’équilibre entre deux composantes : d’un côté, le tissu agricole (indices I1 à I5) et, de l’autre côté, les indicateurs concernant les consommateurs et le territoire en général, tels que le tissu sociodémographique, associatif, économique ou spatial (indice I6 à I10). Une typologie effectuée sur ces deux composantes permet d’aboutir à quatre classes (Figure 4)

  • Le premier ensemble de 284 BV (Classe 1) se caractérise par un IPE fort (62 % de chance en moyenne) lié simultanément aux deux composantes agricole et territoriale dont les moyennes dans ce groupe sont très significativement supérieures à leur moyenne générale ;

  • Dans le deuxième ensemble qui compte 251 BV (Classe 2), la potentialité globale, d’une valeur de 0,453 proche de la moyenne, est dominée par le poids très important de la composante agricole ;

  • A l’opposé, dans le troisième ensemble constitué de 308 BV (Classe 3), pour un IPE également moyen de 0,442, cette composante agricole a beaucoup moins de poids et c’est la composante territoriale qui domine ;

  • Enfin, le quatrième ensemble (Classe 4) contient 347 BV ruraux à faible IPE d’une valeur moyenne de 0,312, pour lesquels les deux composantes ont toutes deux des moyennes très en-dessous de leur moyenne générale

Figure 4. La potentialité globale et ses deux composantes, agricole et territoriale

Figure 4. La potentialité globale et ses deux composantes, agricole et territoriale

Sources : ©J-C. Raynal, L. Razafimahefa, 2011.

55La Carte 3 montre la répartition spatiale des BV ruraux selon les deux composantes, agricole et territoriale, de l’IPE. Il est intéressant d’y noter également les BV ruraux disposant de « potentiels endogènes » favorables à l’émergence des AMAP. Ce caractère endogène est entendu dans le sens de la conjugaison de trois facteurs : un IPE moyen ou fort (Classe 1, 2 ou 3), l’absence actuelle d’AMAP au sein du BV et l’inexistence de BV urbain limitrophe. Cette situation se retrouve dans 129 BV, soit plus d’un BV rural sur dix.

56Ces BV particuliers sont éparpillés sur l’ensemble du territoire français, mais sont plus significativement présents, par leur potentialité agricole, en Languedoc-Roussillon (16 BV), en Aquitaine (16) et en Basse-Normandie (9), et par leur potentialité territoriale, en Bretagne (17), en Midi-Pyrénées (14) et en Pays-de-la-Loire (12).

Carte 3. Typologie de l’indice de potentialité d’émergence selon ses deux composantes, agricole et territoriale

Carte 3. Typologie de l’indice de potentialité d’émergence selon ses deux composantes, agricole et territoriale

Sources : ©J-C. Raynal, L. Razafimahefa, 2011 ; INSEE Zonage en bassins de vie, 2004 ; ©IGN GEOFLA, 2001.

57Si l’on se positionne à l’échelle plus fine du pôle des BV (le « pôle » d’un BV ayant été défini par l’INSEE comme la commune la plus peuplée), on constate une nette différenciation selon les classes. Ainsi, plus de la moitié (55 %) des pôles des BV de la Classe 1 sont des pôles ruraux (au sens du ZAUER 2002). C’est également dans cette classe, à fort IPE, que l’on retrouve près des deux-tiers (61 %) des pôles urbains. Les pôles des BV des classes 2 et 3 se partagent essentiellement entre pôles ruraux et communes du rural isolé (désignées par « autres communes rurales »). Toutefois, dans la Classe 2 qui a une potentialité davantage liée à l’agriculture, les communes du rural isolé sont significativement surreprésentées (54 %), contrairement à la Classe 3 dont la potentialité est plus liée au territoire, qui comporte significativement plus de pôles ruraux (50 %). Enfin, les pôles des BV de la Classe 4, à faible IPE, sont largement dominés à 70 % par des communes du rural isolé, le reste étant constitué quasi-totalement de pôles ruraux. Près de la moitié (45 %) des BV dont le pôle est une commune du rural isolé se retrouve dans cette classe (Carte 4).

Carte 4. Lien entre indice de potentialité d’émergence et catégorie du pôle des bassins de vie selon le ZAUER

Carte 4. Lien entre indice de potentialité d’émergence et catégorie du pôle des bassins de vie selon le ZAUER

Sources : ©J-C. Raynal, L. Razafimahefa, 2011 ; INSEE, 2002.

58Parmi les IPE forts, l’abondance des BV dont le pôle est un pôle urbain peut expliquer ceux liés à la composante territoriale, tandis que la présence des BV dont le pôle est un pôle rural justifie ceux liés à l’agriculture. Il semble également logique de retrouver des BV dont le pôle est aussi un pôle rural, mais cette fois-ci en raison des importantes ressources territoriales de ce dernier, dans un ensemble de BV plutôt caractérisé par la composante territoriale de l’IPE. Une partie du rural isolé détenant encore une place prépondérante dans la dynamique agricole, ceci concorde avec la spécificité des BV dont l’IPE est plus lié à la composante agricole. Enfin, c’est dans la partie la plus défavorisée du rural isolé que l’on retrouve les IPE les plus faibles.

59Sur un autre plan, nous constatons que, sur les 1190 BV ruraux, il n’y en a que 6 qui ont un IPE estimé faible (Classe 4) et où, pourtant, une AMAP est déjà présente. Il s’agit des BV de Dompierre-sur-Besbre (03), Evaux-les-Bains (23), Mondoubleau (41), Chatillon-sur-Loire (45), Ligny-en-Barrois (55) et Saint-Valéry-sur-Somme (80). Ceci peut être interprété comme une validation à 99,5 % de la pertinence des indicateurs et des paramètres que nous avons adoptés pour cette analyse, mais il rappelle surtout que d’autres facteurs explicatifs sont à prendre également en compte pour étudier l’émergence des AMAP. Il est nécessaire, par exemple, d’évaluer le rôle des réseaux d’AMAP, des structures professionnelles agricoles comme les Chambres d’agriculture ou les CIVAM (Centre d'initiatives pour valoriser l'agriculture et le milieu rural), des syndicats agricoles (Confédération Paysanne, FDSEA, CDJA, etc.) ou encore l’importance du soutien des collectivités territoriales, voire même des instances nationales.

Conclusion

60Les circuits courts, et plus précisément les AMAP, font l’objet d’un intérêt croissant. D’une part, des consommateurs de plus en plus nombreux affichent leur désir de trouver une alimentation saine et de qualité, produite dans des conditions socialement responsables garanties par la relation directe avec le producteur. D’autre part, un nombre toujours plus grand d’agriculteurs y voit une alternative possible aux circuits traditionnels de commercialisation, l’opportunité de changer leurs modes de production et un moyen d’instaurer de nouveaux rapports avec les consommateurs et de redonner du sens à leur métier. Enfin, les collectivités territoriales, dans un contexte de crise sectorielle sur laquelle elles n’ont que peu de prise, y trouvent un moyen de soutenir le développement d’une agriculture locale multifonctionnelle (Mundler, 2007).

61Les AMAP sont en quelque sorte des « facilitatrices d’une nouvelle gouvernance alimentaire ». Elles répondent bien à cette demande sociale de réappropriation du contrôle de la qualité du produit, de protection de l’environnement, ou d’aide à la petite agriculture (Pouzenc et al., 2008). Toutefois, leur pérennisation, d'une part, repose sur des acteurs volontaires, engagés, et fortement investis dans le comité de pilotage de l’AMAP et, d'autre part, nécessite un long apprentissage.

62Après la validation de critères sélectionnés, qui présentent en plus l’avantage d’être reproductibles, la méthodologie mise en œuvre a abouti à l’élaboration d’un indice de potentialité d’émergence cohérent. Il en résulte qu’un tiers des bassins de vie ruraux ont plus d’une chance sur deux de voir émerger une AMAP. Il apparaît également des territoires qui recèlent un réel potentiel endogène de support pour ce type d’initiative. L’analyse montre que le potentiel d’émergence varie significativement en fonction de ses deux composantes, agricole et territoriale. Ce résultat est étayé par un examen au plus près des pôles des BV ruraux. On constate alors que la typologie de l’IPE est étroitement liée à la catégorie dont relèvent ces pôles dans le ZAUER 2002.

63L’émergence de ces projets solidaires en milieu rural témoigne de la diffusion de nouvelles formes de consommation, et plus généralement de modes de pensée, de comportements sociaux et de militantisme au sein des campagnes françaises. Elle traduit une volonté de recréer du lien et de la cohésion sociale. Si l’on peut admettre que l’apport de néo-ruraux peut contribuer à cette émergence, il convient de la relier également au nombre croissant de petits producteurs agricoles en difficulté ou à la recherche de changements, de nouveaux modes de production, d’un rapprochement producteurs-consommateurs.

64Par leur forme, l’engagement qu’elles impliquent, et leur impact territorial, les AMAP peuvent être considérées comme des témoins et, plus encore, des vecteurs d’une résilience locale de l’espace rural. Elles expriment le refus d’une « citadinisation » des campagnes, une relocalisation de l’activité et de son développement, et une vision élargie du métier d’agriculteur. Elles contribuent au développement économique local et, au-delà, à un développement social, solidaire et durable.

65Plus généralement, dans un contexte social devenu favorable, les nouvelles attentes sociétales révélées par les AMAP font l’objet d’une « thématisation » par les décideurs politiques invoquant leur souhait de sortir d’un soutien exclusivement structurel à l’agriculture. Cette attention porté aux AMAP, concrétisée souvent par une prise en charge de la valorisation de ces initiatives auprès du grand public, impacte et oriente le développement territorial, du niveau local au niveau global.

66Les descripteurs que nous avons adoptés, loin d’être exhaustifs, ont toutefois permis de mettre en évidence la réalité du potentiel de support et d’essaimage des AMAP au sein des bassins de vie ruraux. Afin de rendre l’analyse plus pertinente, il conviendrait de constituer une base de connaissances permettant d’affiner les valeurs des coefficients linéaires des équations 1 et 2, ainsi que les paramètres des fonctions d’appartenance aux groupes thématiques, pour mieux pondérer les variables. Ainsi, le processus de construction d’un tel outil d’appui à la prospective territoriale passe, en amont, par une recherche scientifique intégrant la réalité des stratégies des politiques et les moyens mis en œuvre, ce qui pose la question de l’échelle d’action, souvent intercommunale, et en aval, par le déploiement d’une méthodologie appropriée.

Haut de page

Bibliographie

Alliance Provence, 2001, Statuts d’Alliance Provence - réseau régional des AMAP, [En ligne], 7 p.

Bessy-Pietri P., Sicamois Y., 2001, Le zonage en aires urbaines en 1999, INSEE Première, n° 765, 4 p.

Bitoun P., 2009, Qui sont les consommateurs-citoyens de l’AMAP Bio en Brenne, enquête INRA-MONA, 12 p.

Bitoun P., Carmillet C., Lefebvre C., 2009, Qui sont les consommateurs-citoyens de l’AMAP Terre de Mer, enquête INRA-MONA/ESA, Angers, 15 p.

Chalopin M., 2007, Avantage compétitif des AMAP pour les producteurs agricoles ?, HEC Paris, Observatoire du Management Alternatif, 61 p.

Chambon L., 2010, Le profil social des consommateurs en AMAP, Université du Maine, 74 p.

David-Leroy M., Girou S., 2009, AMAP Association pour le maintien d’une agriculture paysanne. Replaçons l’alimentation au cœur de nos sociétés, Éditions Dangles, 152 p.

Douence H. (dir.), 2009, Enquête auprès des consommateurs et des producteurs des AMAP du Béarn, Données FD CIVAM 64/relais AMAP Béarn, Université de Pau et des Pays de l’Adour, 61 p.

EUROPEAN COMMISSION, 2006, Rural development in the European Union. Statistical and economic information, Directorate-General for Agriculture and Rural Development Report, August 2006, 411 p.

Julien Ph. (dir.), 2003, Structuration de l’espace rural : une approche par les bassins de vie, Rapport de l’INSEE (avec la participation de IFEN, INRA, SCEES) pour la DATAR - Juillet 2003, 170 p.

Lallau B., Thibaut E., 2009, La résilience en débat : quel devenir pour les agriculteurs en difficultés, Revue d’études en agriculture et environnement, 90 (1), pp. 79-102.

Lamine C., 2008, Les AMAP : un nouveau pacte entre producteurs et consommateurs ?, éditions Yves Michel, collection Société civile, 163 p.

Langhade E. (dir.), 2010, Circuits courts, une relation de proximité, APCA, Pôle Economie et Politiques Agricoles, Chambres d’agriculture, n° 991, pp. 11-40.

Maréchal G. (dir), 2009, Évaluer les circuits courts, CIVAM Bretagne, Fiche repères - Défi alimentaire - Projet SALT, 9 p.

Minvielle P., Consales J.-N., Daligaux J., 2011, Région PACA : le système AMAP, l'émergence d'un SYAL métropolitain, Économie rurale, 2011/2 n° 322, pp. 50-63.

Mundler P. (dir.), 2006, Fonctionnement et reproductibilité des AMAP en Rhône-Alpes, rapport d’étude, ISARA, 68 p.

Mundler P., 2007, Les Associations pour le maintien de l’agriculture paysanne (AMAP) en Rhône-Alpes, entre marché et solidarité, Ruralia [En ligne], 20 | 2007, 22 p.

Olivier V., Coquart D., 2008, Les AMAP, des réseaux agro-alimentaires alternatifs émergents en soutien à la « petite agriculture locale » : quelles opportunités pour l’amélioration des revenus des agriculteurs ?, 2ème journées de recherches en sciences sociales, INRA – SFER – CIRAD, Lille, France, 17 p.

Pouzenc M. (dir.), 2008, Les relations de proximité agriculteurs-consommateurs : points de vente collectifs et AMAP en Midi-Pyrénées, Rapport d’étude UMR Dynamiques rurales, Université de Toulouse Le Mirail, 268 p.

Rigo J., 2006, Les consommateurs en association pour le maintien de l'agriculture paysanne (AMAP) : des trajectoires différentes mais un collectif malgré tout, Aix-Marseille II : Université de la Méditerranée, 135 p.

Savina M., Jouanneau J., 2008, Les AMAP : plus qu’un projet agricole ?, Le Bulletin CAB, n° 73, pp. 8-10.

Sources Internet :

Agence BIO, http://www.agencebio.org, 13/07/2011

Alliance Provence, http://allianceprovence.org, 07/04/2011.

Alliance Rhône-Alpes, http://www.alliancepec-rhonealpes.org, 22/04/2011

AMAP Aquitaine, http://www.amap-aquitaine.org, 11/04/2011

AMAP-Idf, le réseau francilien des AMAP, http://www.amap-idf.org, 05/07/2011

Annuaire des AMAP, http://www.amapy.fr, 07/04/2011

Avenir Bio, http://www.avenir-bio.fr, 07/04/2011

CREAMAP France, http://www.amap-france.fr, 07/04/2011

Journal Officiel des associations, http://www.journal-officiel.gouv.fr/association, 11/08/2011

MIRAMAP, http://miramap.org, 07/04/2011

Réseau des AMAP de Midi-Pyrénées, http://www.amapreseau-mp.org, 07/04/2011

Site national des AMAP, http://www.reseau-amap.org, 07/04/2011

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : La diversité des circuits courts de commercialisation de produits agricoles
Crédits Source : INRA/Les Cahiers de l’Observatoire CROC, 2007.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2387/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Figure 2. Circuits courts et attentes des consommateurs
Crédits Source : Maréchal et al., 2009.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2387/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Carte 1. Répartition spatiale des AMAP par type de bassin de vie en France métropolitaine
Crédits Sources : Réseaux nationaux et régionaux des AMAP, 2011 ; Journal officiel des associations, 2011 ; Avenir-bio, 2011 ; INSEE Zonage en bassins de vie, 2004 ; ©IGN GEOFLA, 2001.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2387/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2387/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Titre Figure 3. Comparaison des valeurs moyennes des indices intermédiaires
Crédits ©J-C. Raynal, L. Razafimahefa, 2011.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2387/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Carte 2. Potentialité d’émergence d’une AMAP au sein des bassins de vie ruraux
Crédits Sources : INSEE Zonage en bassins de vie, 2004 ; ©IGN GEOFLA, 2001.©J-C. Raynal, L. Razafimahefa, 2011.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2387/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre Figure 4. La potentialité globale et ses deux composantes, agricole et territoriale
Crédits Sources : ©J-C. Raynal, L. Razafimahefa, 2011.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2387/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Carte 3. Typologie de l’indice de potentialité d’émergence selon ses deux composantes, agricole et territoriale
Crédits Sources : ©J-C. Raynal, L. Razafimahefa, 2011 ; INSEE Zonage en bassins de vie, 2004 ; ©IGN GEOFLA, 2001.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2387/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Titre Carte 4. Lien entre indice de potentialité d’émergence et catégorie du pôle des bassins de vie selon le ZAUER
Crédits Sources : ©J-C. Raynal, L. Razafimahefa, 2011 ; INSEE, 2002.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2387/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 580k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Claude Raynal et Lala Razafimahefa, « Prospective territoriale dans le cadre de projets sociaux et solidaires : analyse de l’émergence des AMAP au sein des bassins de vie ruraux en France », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 22 | 2014, mis en ligne le 15 juin 2014, consulté le 25 mars 2017. URL : http://tem.revues.org/2387

Haut de page

Auteurs

Jean-Claude Raynal

Ingénieur d’études EHESS
Division Histoire
EHESS
190-198, avenue de France
75013 PARIS
raynal@ehess.fr

Lala Razafimahefa

Ingénieur d’études CNRS
ART-Dev - UMR 5281
Université Paul Valéry – Site Saint-Charles
Rue Henri Serre
34090 MONTPELLIER
lala.razafimahefa@univ-montp3.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page