Navigation – Plan du site
Editorial

Editorial

Frédéric Lescureux
p. 1-5

Texte intégral

1Les campagnes françaises sont dans l'ensemble attractives et désirables. Depuis « La renaissance rurale » détectée par B. Kayser (1990) il y a plus de vingt ans, le regard que nous portons sur les campagnes françaises n’a cessé de se renouveler, de s’affiner.

2« Ce mouvement vers les campagnes est le fait de jeunes gens tentés par l’agriculture biologique, l’élevage, la viticulture, et de retraités qui recherchent paix et harmonie ; (…) On peut envisager que l’accroissement des stress urbains, que l’augmentation du nombre de retraités, que la force d’appel d’une nouvelle vie rurale ou pastorale développeront cette tendance » (Morin E., 2011).

3Dans l'appel à textes de ce numéro de Territoire en mouvement, nous souhaitions explorer ce que deviennent les campagnes, françaises principalement, en partant de l’analyse des projets qui les animent, souvent élémentaires et touchant au quotidien des habitants (s’abriter, manger, travailler, échanger, se déplacer…) En particulier, des projets de développement à caractère social, culturel ou éducatif portés par des collectifs et qui, marchands ou pas, ont pour finalité progressiste la recherche d’une vie harmonieuse en société. Nous voulions mieux comprendre ce qui pousse tant de gens à projeter dans les campagnes leur quête existentielle et leur idéal de vie en commun.

4Qu’est-ce que ces projets révèlent des campagnes françaises telles qu’elles se recomposent aujourd’hui ? Qu’expriment-ils des mutations, des représentations et des usages des campagnes ? Comment orientent-ils le développement des bassins de vie et les co-construisent ? Au-delà de l’impression d’un émiettement de projets, d’une dilution des initiatives, existe-t-il des logiques régionales et des effets de seuil quant aux densités conditionnant le développement attendu ? L’échelle de ces actions permet-elle de donner un sens au « local » ou à la « proximité » si souvent associés au rural, comme leviers du développement ? Tel était alors l’essentiel de notre questionnement.

5Finalement les auteurs ici publiés nous offrent un bel aperçu de ce que sont les campagnes françaises en mouvement pour « mieux vivre ensemble ».

6Les deux-tiers des contributions entrent dans ces espaces par les thématiques agricole (AMAP pour Associations pour le maintien d’une agriculture paysanne et Fermes ouvertes) et sylvicole (Pôles d’excellence rurale sur la filière-bois), toujours omniprésentes quand il est question des dynamiques rurales. Mais ici, c’est pour mieux discuter la nature des liens tissés localement entre acteurs spatiaux.

7Une cinquième contribution porte sur l’étang comme figure de campagne-paysage - dans le prolongement de l’usage piscicole - à la source d’une construction territoriale inespérée. La sixième traite du temps libre des jeunes ruraux.

8Á l’échelle internationale cette fois, s’inscrivant dans une sociologie de l’action collective, Béatrice Mesini et Delphine Thivet analysent les dynamiques des luttes paysannes et rurales telles qu’elles se sont exprimées dans les forums sociaux pendant les années 2000. Dans leur article, les campagnes nous apparaissent comme des « espaces porteurs de résistance et comme milieux incubateurs d’alternatives » et producteurs de solidarités face aux méfaits de la mondialisation libérale. Ces deux auteurs nous interpellent quant à l’internationalisation des enjeux, la convergence des mobilisations et des revendications et la définition de nouveaux « droits-devoirs » envers la Terre commune. Atypique par rapport aux autres publications, celle-ci nous amène à nous décentrer des campagnes françaises et donc à prendre un recul appréciable.

9Deux clés de lecture des mouvements étudiés en France transparaissent à savoir, l’émergence d’espaces publics de discussion, sur notre alimentation notamment, et le besoin d’action publique locale de développement.

10Les campagnes nous sont de nouveau décrites comme des espaces profondément recomposés (intercommunalité, démographie…), généralement dynamisés du fait de l’arrivée d’urbains et encore en cours de diversification, notamment dans les domaines agricoles et forestiers (productions, activités, circuits de commercialisation…). Cette diversification s’explique fréquemment par la présence de difficultés à surmonter. Ainsi dans le Périgord (Vincent Banos et Jacqueline Candau), des éleveurs blessés par un discours médiatique décriant l’industrialisation des pratiques d’élevage vont-ils défendre leur savoir-faire en ouvrant gratuitement leurs fermes au public, pour rétablir leur vérité dans une démarche pédagogique. Ailleurs, dans le sud de la France (Johan Milian et Sandrine Bacconnier-Baylet), grâce au dispositif des Pôles d’excellence rurale, « la reconquête d’une ressource aide à se penser comme ’’des territoires actifs’’ », quand les populations hier encore indifférentes ou défiantes se réapproprient la forêt jusqu’alors « subie » localement.

11Il n’empêche que deux articles soulignent les inégalités auxquelles sont encore confrontées les campagnes : inégalité des bassins de vie ruraux – et en particulier du « rural isolé » - quant à leur potentiel d’émergence de projets du type AMAP (Jean-Claude Raynal et Lala Razafimahefa) assimilés à des opportunités de développement, et inégalité d’accès des Jeunes ruraux aux services socio-éducatifs à partir de l’exemple de l’Ille-et-Vilaine (Olivier David). Le « mieux vivre ensemble » ne va donc pas de soi.

Vers l’émergence d’espaces publics de discussion et d’échanges

12De nouveaux espaces publics, dont la figure est pourtant très urbaine, émergent-ils dans les campagnes ? La question est posée par Vincent Banos et Jacqueline Candau, qui cherchent en effet à décrire et à caractériser la diversité de nouvelles formes de discussions publiques, à travers l’étude d’un réseau de fermes d’élevage allaitant ouvertes au public dans un espace rural patrimonialisé, le Périgord, et élevé au rang de « modèle pour l’Aquitaine ».

13« Ce qui se joue dans le cas précis de ces visites participerait de la construction d’un débat public en différé », telle est leur hypothèse. En contribuant « à la redéfinition continue de la ruralité au sens de la coexistence d’usages différenciés dont dépend notamment la sociabilité entre résidents, dont certains ont un rapport professionnel à l’espace », ces visites, initiées par des éleveurs en quête de réhabilitation à la suite des crises de « la vache folle » et à leur couverture médiatique vécue comme injuste à leur égard, engageraient le devenir des campagnes ainsi mises en mouvement.

14En remarquant l’orientation volontiers technique du discours des éleveurs, Vincent Banos et Jacqueline Candau soulignent toutefois que le public non initié ne peut guère apporter de contradiction, ni critiquer : « ces visites s’apparentent davantage à une tribune libre pour les agriculteurs, à un droit de réponse en différé devant un public intéressé… ».

15Cette création d’espaces de débat, ici sur l’alimentation, ses modes de production et sa qualité entre concitoyens, tendant à ouvrir les campagnes et à mieux les faire connaître par-delà les clichés habituels, concerne également les Associations pour le maintien d’une agriculture paysanne (AMAP).

16Apparues au tournant du XXIème siècle et fondées dans l’esprit d’un « mieux vivre ensemble » en nouant des liens contractuels entre des producteurs, des maraîchers le plus souvent, et des consommateurs, les AMAP font figure de projets sociaux et solidaires exemplaires, porteurs de valeurs et territorialisés, et leurs acteurs témoignent ouvertement d’une volonté de rencontre et de rapprochement.

17Jean-Claude Raynal et Lala Razafimahefa les ont étudiées à l’échelle des bassins de vie et proposent une méthodologie originale : un Indice de potentialité d’émergence (IPE) pour tester la capacité des campagnes de France métropolitaine à créer et porter durablement de tels projets et une typologie en quatre classes des AMAP « rurales ». D’après eux, un tiers des bassins de vie ruraux ont plus d’une chance sur deux de voir apparaître une AMAP. Ces AMAP seraient les témoins et les « vecteurs d’une résilience locale de l’espace rural et du refus de citadinisation des campagnes ».

18Monique Poulot propose « un voyage en AMAP » en Ile-de-France - où leur densité est la plus forte et leur croissance exponentielle et note toutefois que leur succès peut conduire à s’écarter du modèle de leur Charte et à s’éloigner « des logiques solidaires premières » au profit de logiques plus marchandes (extension aux systèmes de « paniers ») et de la réappropriation du principe par des entreprises commerciales spécialisées dans la logistique.

Le local pour échelle du « mieux vivre ensemble » 

19S'interrogeant sur l'échelle à laquelle doit se lire « le faire territoire ensemble des pratiques ’’amapiennes’’ » Monique Poulot, répond au terme de travaux sur une vingtaine d’AMAP et une centaine d’AMAPiens : « la démarche AMAP met le local dans tous ses états ». Á tel point, insiste-t-elle, qu’il se révèle plus facile de dire ce qu’il n’est pas.

20Il semble en fait que, dans le cas des AMAP, le désir de « local » efface le désir de « campagne » et le désir de « bio » aurait tendance à gommer celui de…local, mais le local demeure sans consistance objective ni délimitation précise. Monique Poulot relève une importante variété d’acceptions et d’oscillations d’échelles. L’invocation du local, même flou, suffirait en réalité à satisfaire les besoins personnels des AMAPiens, pour lesquels il serait davantage « une manière de concevoir l’agriculture en lien avec les consommateurs et la ville ». Le local renvoie par association d’idées à la notion de proximité laquelle, toute relative elle aussi - qu’il s’agisse des acteurs ou de leurs valeurs - apparaît alors comme une ressource territoriale (agriculture de proximité…). Cette proximité s’exprime à travers l’appartenance active à des réseaux professionnels non majoritaires pour les producteurs ou à un réseau social pour les consommateurs.

21En définitive, dans les représentations des AMAPiens, le local est « figuré par le lieu d’échange des paniers, la présence active du paysan symbolisant le lien avec l’espace de production », sous-entendu avec la campagne.

22Les motivations des producteurs, entrés en résistance à l’économie-monde, et celles des consommateurs, au désir vif de rapprochement, se rejoignent ainsi. Monique Poulot envisage le resserrement du « local » et sa régionalisation conformément à l’institutionnalisation en cours du processus des AMAP et des paniers en Ile-de-France.

23Vincent Banos et Jacqueline Candau montrent quant à eux que, s’il est évidemment composé d’estivants urbains au regard de la saisonnalité choisie pour les visites, le public des fermes ouvertes en Périgord peut aussi être qualifié de « public de proximité » et de local en raison notamment à la présence de voisins des éleveurs concernés dans une proportion inattendue (35 % environ).

Un besoin d’action publique locale

24Á l’issue de l’étude de plusieurs Pôles d’excellence rurale (PER) consacrés à la filière-bois, dans le cadre d’un programme de recherche sur la construction de l’action territoriale de développement piloté par la DATAR, Johan Milian et Sandrine Bacconnier-Baylet nous invitent eux aussi à une « relecture de l’espace local comme un creuset pour produire des projets de ’’territoires durables’’» et mettent en évidence la recomposition des « systèmes locaux d’action territoriale » à partir de ce dispositif national de soutien et de financement de l’économie rurale.

25Venant plutôt consolider des démarches pré-engagées, le dispositif des PER permet localement de re-développer la filière-bois, par nature complexe, et de se réapproprier la forêt - dans une perspective multifonctionnelle - comme ressource et « composante de l’habiter ». Et ce, là où il y a portage politique par un élu charismatique : un élu « porteur d’une vision stratégique et capable d’insuffler un élan collectif ». C’est l’une des conditions d’émergence de « territoires de projet forestiers ». Les dynamiques ainsi observées à travers des PER relèvent, d’après les auteurs, d’une « ruralité active (…) dont les attributs seraient l’ambition de cohésion territoriale (autour d’un renforcement de la relation ressources-activités-populations), un objectif de réhabilitation (de l’image de soi et de celle du territoire) et enfin une stratégie de différenciation (par l’innovation) pensée en complémentarité avec l’urbain (en termes de fonctionnalités) ».

26Dans le cas du « Pays des Étangs », étudié en Moselle par Denis Mathis, la recomposition territoriale se produit sous l’effet d’une « forme spontanée de renaissance rurale » qui lui « donne ainsi une réalité » à partir d’une situation de marge rurale, frontalière et floue.

27Abandonnés à la suite de l’extinction des systèmes agro-piscicoles au XIXème siècle mais se voyant offrir une seconde vie grâce au renouveau de leur image, les (grands) étangs ont fait figure de pôles d’attraction et de ressource paysagère pour ce pays neuf, espace délaissé perçu comme libre d’occupation et donc « exploité » à usage résidentiel et récréatif par des populations nomades, souvent d’outre-frontière et vivant entre villes et campagnes.

28L’auteur analyse la trajectoire de cet espace pauvre et de faible densité (moins de 30 habitants par km²), sans histoire ni nom, aux paysages intemporels et aux villages presque archaïques, et qui soudain se trouve investi par des touristes qui en convoitent « l’ambiance stagnustre et forestière » au point de l’urbaniser de manière « anarchique et sauvage ».

29Ce qui frappe ici c’est l’impression de « laisser-faire », le désordre des aménagements individuels (privatisant cet espace, et en particulier les rives des grands étangs) succédant au vide relatif et à l’abandon. Ce mouvement apparaît brutal et, à force de maltraiter l’espace en question il a provoqué une prise de conscience collective et suscité (certes tardivement) le besoin d’une action publique locale. D’où la tentative de reprise en mains de cette renaissance « spontanée » par les Collectivités locales, avec l’avènement plutôt heurté d’intercommunalités, pour veiller à « mieux vivre ensemble » dans ce pays et ses villages, eux-mêmes ré-habités, au prix d’une recherche de cohésion territoriale.

30S’intéressant aux pratiques sociales des jeunes ruraux en Ille-et-Vilaine, Olivier David attire notre attention sur le double désavantage dont ils souffrent à savoir, l’insuffisance et l’étroitesse relatives de l’offre de services socio-éducatifs au lieu de résidence et la rareté des politiques éducatives locales de prise en charge et d’accompagnement de leur temps libre. L’auteur parle dès lors de « pratiques contraintes » et d’« inégalités d’accès » souvent mal vécues, vécues comme une injustice. Il conviendrait donc de développer la mobilité de ces jeunes pour leur faciliter l’accès aux ressources de proximité, alentour, mais seulement 29 % des élus des communes rurales d’Ille-et-Vilaine déclarent entreprendre des actions allant dans le sens d’une telle autonomisation.

31Les jeunes figurent une ressource territoriale trop ignorée par les élus ruraux, ceux-ci se les représentant surtout comme des populations à problèmes. Dans ces campagnes, la jeunesse n’apparaît guère comme une priorité à l’échelle locale. Les difficultés des élus à se saisir des réalités vécues par les jeunes et donc à y répondre expliquent la faiblesse de leurs interventions et des dispositifs d’accompagnement des projets de jeunes. Á lui, seul l’argument du manque de moyens financiers n’est cependant pas suffisamment convaincant.

32Localement se fait donc sentir un fort besoin de repenser et rebâtir l’action publique à destination de la jeunesse pour « mieux vivre ensemble » dans ces campagnes, plutôt à l’échelle inter-territoriale sous réserve d’une gouvernance pertinente à des fins de mutualisation et de solidarité entre villes et campagnes.

La piste de l’urbanisme rural

33Dans ce numéro de Territoire en mouvement, les campagnes apparaissent dans l’ensemble comme des espaces de prise d’initiatives et de participation où la quête d’interconnaissance et de concitoyenneté est vécue comme un besoin existentiel en différents lieux et réseaux. Les campagnes doivent leur attractivité à « la possibilité de construire des relations sociales nombreuses et variées (une altérité), mais dans un ensemble lisible, compréhensible parce qu’entièrement connu, où le commerce interpersonnel des repères n’est pas conduit à renoncer devant l’infinité potentielle du lien social » (Vanier M., 2012).

34Le développement de tels espaces demande toutefois une forte action publique locale au risque, sinon, d’exclure des catégories de la population de cette mise en mouvement ou de voir les conflits d’usage compromettre le « mieux vivre ensemble ».

35L’analyse des initiatives sociales et solidaires qui germent dans ces campagnes montre, plus souvent en filigrane qu’explicitement, ce qu’elles doivent à la proximité et aux échanges avec les villes, et aux demandes de celles-ci (voir l’appel à communications du colloque international intitulé « Les campagnes : espaces d’innovation dans un monde urbain » et organisé à Nantes en Juin 2014 par l’UMR CNRS 6590 « Espaces et sociétés »). Les trois-quarts des 1828 AMAP dénombrées en France métropolitaine par Jean-Claude Raynal et Lala Razafimahefa à l’été 2011 sont ainsi localisées dans les bassins de vie urbains et trois cinquièmes des AMAP franciliennes le sont à Paris intra-muros ou dans son aire urbaine d’après Monique Poulot, qui avance que « la démarche amapienne participe d’une création de nouveaux rapports villes-campagnes, voire de nouveaux rapports sociaux ». La typologie des AMAP s’avère en effet très liée aux types de pôles (urbains ou ruraux) des bassins de vie dans lesquelles elles sont créées.

36En revanche, l’absence de bassin de vie urbain en limite de territoire à dominante rurale y est un facteur d’accroissement du potentiel endogène d’émergence d’une AMAP.

37Un faisceau de projets convergents, à caractère social, culturel ou éducatif, peut-il forger de nouveaux territoires, alternatifs et militants ? Les articles se focalisant pour la plupart sur un seul type de projets ou une région à dominante rurale mais sans projet-type particulier, aucune réponse n’a été apportée, ici, à cette question. Des recherches pluridisciplinaires sur l’« urbanisme rural », notion invitant à repenser l’habitat des bourgs et des villages pour tenter d’y refaire société, pourraient à l’avenir nous apporter des éléments de réponse. « Une nouvelle manière d’habiter la campagne est à inventer » (Micoud A., 2011).

Haut de page

Bibliographie

Kayser B., 1990, La renaissance rurale : sociologie des campagnes du monde occidental, Paris : Armand Colin, 320 p.

Micoud A., 2011, Pourquoi des architectes dans les campagnes ?, in Guillot X. (dir.), Espace rural & projet spatial vol. 1, PU Saint-Etienne, pp. 226-231.

Morin E., 2011, La Voie, pour l’avenir de l’humanité, Fayard, 307 p.

Vanier M., 2012, Campagnes pour tous ! Un ailleurs métropolisé, in Guillot X. (dir.), Espace rural & projet spatial vol. 3, PU Saint-Etienne, pp. 32-39.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Lescureux, « Editorial », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 22 | 2014, mis en ligne le 16 juin 2014, consulté le 26 avril 2017. URL : http://tem.revues.org/2360

Haut de page

Auteur

Frédéric Lescureux

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page