Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Christine Vergnolle-Mainar : La géographie dans l’enseignement, une discipline en dialogue

Presses Universitaires de Rennes, 2011, 183 pages
Yves Boquet
Référence(s) :

Christine Vergnolle-Mainar, La géographie dans l’enseignement, une discipline en dialogue, Presses Universitaires de Rennes, 2011, 183 pages

Texte intégral

1La géographie, par essence discipline de l’entre-deux, science sociale et science de la nature, a une place ambiguë dans l’enseignement, certains de ses objets d’étude étant aussi dans l’orbite des sciences naturelles, de l’économie. Souvent à la remorque de l’histoire, du fait des cursus de formation de la majorité des enseignants du secondaire, la géographie a vu son contenu scolaire évoluer au fil des programmes.

2On ne peut plus penser l’enseignement de la géographie uniquement en termes de transposition didactique du « savoir savant » au « savoir à enseigner », au « savoir enseigner » et au « savoir acquis » par les élèves. Dans cet ouvrage, Christine Vergnolle-Mainar, maître de conférences à l’IUFM Midi-Pyrénées (université de Toulouse II – Le Mirail) et membre du laboratoire GEODE (GEOgraphie De l’Environnement) explore les liens (le « dialogue ») entre la géographie et les autres disciplines scolaires et avance l’idée que l’accent mis sur le développement durable ces dernières années peut permettre à la géographie de s’assurer une place plus solide dans les cursus scolaires.

3Dans la première partie du livre, « Les disciplines scolaires et l’évolution des attentes sociales : enjeu de reconnaissance pour la géographie », elle évoque d’abord l’affirmation des identités disciplinaires, en retraçant entre autre l’histoire des programmes du secondaire depuis le IIIe République et en identifiant des phases de doute, de solidité et de crise dans la géographie scolaire. Elle montre que la géographie scolaire n’a pas connu de rupture majeure de paradigme comme d’autres disciplines (musique) mais des ajustements progressifs suivant peu ou prou les évolutions de la géographie universitaire et les empiétements d’autres disciplines (disparition de l’astronomie, de la tectonique des plaques..) sur des secteurs ne faisant pas partie du cœur de la pensée géographique. Elle évoque ensuite la « nouvelle donne » de l’inter/transdisciplinarité, mettant en relief de nouveaux savoirs de référence à la croisée des champs scientifiques (histoire de l’environnement, gestion des milieux) qui favorisent les approches systémiques décloisonnant les disciplines et répondent aussi à des attentes de l’institution scolaire (« parcours diversifiés » et « travaux croisés » en collège, « itinéraires de découverte » et « travaux personnels encadrés » en lycée) et à l’essor des « éducation à… » (la santé, les risques, la sécurité, le développement durable). Tout cela entraîne une révision de la façon d’enseigner la géographie, mais aussi une réflexion sur la place de la géographie dans les cursus, les programmes et les horaires, car elle est en concurrence avec d’autres disciplines, les enjeux de positionnement comportant aussi un volet qu’on ne peut négliger, celui des postes d’enseignants. La géographie se situe là aussi entre deux eaux : est-elle menacée de disparaître car les élèves apprennent beaucoup sur le monde à l’extérieur de l’école ? Son image de marque n’est pas valorisée comme celle des mathématiques, elle ne conduit pas à priori à des carrières prestigieuses, mais elle reste pour beaucoup une matière qui a sa place à l’école pour permettre aux élèves de mieux comprendre les images du monde dont ils sont saturés par les média. Dans le chapitre 4, illustré par une série de graphiques basés sur l’examen des horaires et des coefficients disciplinaires aux examens, l’auteur montre quelles disciplines sont centrales ou périphériques dans les programmes scolaires en 1902, 1927, 1945, 1959, 1966, 1970, 1995 et 2006 : grec et latin ont quitté la sphère centrale, l’économie est arrivée, l’histoire-géographie n’a jamais été vraiment au cœur ni jamais reléguée au loin.

4Dans la seconde partie du livre, « Les disciplines scolaires dans l’interdisciplinarité et la transdisciplinarité. La géographie de l’environnement à l’éducation au développement durable », Christine Vergnolle-Mainar présente les nouvelles problématiques pour aborder l’interface nature-société, du nouveau contexte intellectuel d’approche de la nature à l’introduction des thématiques environnementales dans l’enseignement secondaire et à l’éducation au développement durable. Elle montre comment la géographie physique est peu à peu partie vers les « sciences naturelles », aujourd’hui « sciences de la vie et de la terre », et comment la géographie peut/doit retrouver son volet physique pour garder sa spécificité de discipline entre science et nature. Il faut trouver un nouveau discours scolaire, par exemple dans l’analyse de paysages en 3 dimensions au-delà du vénérable bloc-diagramme. Il faut qu’elle tire parti de l’engouement des élèves pour les technologies de l’information et du potentiel d’outils comme Google Earth. La popularité de la thématique du développement durable a conduit à multiplier les efforts pour l’inclure dans les programmes, au risque d’en saturer les élèves, mais le géographe est-il seul à pouvoir s’emparer de cette question ? Deux des piliers du développement durable étant l’économique et le social, les enseignants de SES estiment que la géographie ne peut revendiquer seule l’enseignement au développement durable. Il faut donc travailler en transversalité, par exemple sur des questions comme les ressources ou le paysage.

5Bien documenté, citant des auteurs aussi divers qu’Edgar Morin, Pierre Bourdieu, André Dauphiné, Jean Demangeot, Gaston Bachelard, Sylvie Brunel…, mais bien entendu aussi des didacticiens de la géographie, cet ouvrage nous semble être utile tant aux formateurs en IUFM qu’aux épistémologues de la géographie, mais surtout aux étudiants préparant les concours, car pour majorité d’entre eux, la réflexion sur la discipline « géographie » reste insuffisante. Ce livre pourra combler certaines lacunes avant le concours, c’est en effet une histoire intéressante de l’évolution des programmes scolaires et une ouverture sur ce qui peut faire l’essence de la géographie au-delà des contraintes de l’institution scolaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Boquet, « Christine Vergnolle-Mainar : La géographie dans l’enseignement, une discipline en dialogue », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 21 | 2014, mis en ligne le 27 octobre 2016, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://tem.revues.org/2355

Haut de page

Auteur

Yves Boquet

Université de Bourgogne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page