Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Florence Smits : Géographie de la France

Hatier : collection Initial, 2011, 285 pages
Ségolène Darly
Référence(s) :

Florence Smits, Géographie de la France, Hatier : collection Initial, 2011, 285 pages

Texte intégral

1La première édition de Géographie de la France, de Florence Smits, agrégée de géographie et professeure au Lycée Louis le Grand, est parue en 2007. Quatre ans plus tard, l’auteure nous propose donc une seconde édition augmentée de 36 pages et actualisée pour tenir compte de la totalité des résultats statistiques du premier cycle de recensement annuel de l’Insee diffusés à partir de 2009. Annette Ciattoni nous promet en préface « bien plus qu’une mise à jour » mais on devine que les grandes tendances d’évolution de l’espace français auront peu évoluées en seulement quelques années et on ne s’étonnera donc pas de retrouver en 2011 exactement la même structure de plan qu’en 2007.

2L’ouvrage est constitué de cinq chapitres équilibrés. Le premier est consacré aux dynamiques démographiques et de mobilité de la population française (chapitre 1). Cette approche descriptive est suivie, dans le second chapitre, d’une démarche plus analytique (chapitre 2) à travers laquelle l’auteur fournit trois cadres d’analyse et d’interprétation de ces dynamiques (métropolisation, jeu des interfaces et structuration des réseaux). Cette entrée par la géographie de la population est complétée dans les deux chapitres suivant d’une analyse des évolutions et de la distribution des activités économiques qui y sont liées. Le cheminement intellectuel est cependant inversé : une synthèse très fournie présentant les grandes forces d’évolution du système économique (chapitre 3) précède une partie plus traditionnelle et descriptive des territoires productifs et de leurs mutations (chapitre 4). Enfin, le dernier chapitre aborde la question de l’inégale répartition des ressources et des contraintes des milieux naturels et des politiques publiques d’aménagement du territoire menées depuis plus de 40 ans pour en tirer le meilleur parti possible (chapitre 5).

3La densité du texte, liée à la richesse du contenu mais aussi au format choisi (A5), est équilibrée par le recours à de nombreux tableaux et cartes de synthèse qui pourront servir de supports pédagogiques (certaines cartes sont d’ailleurs reprises de manuels du secondaire). Pour pallier les éventuelles difficultés d’appropriation d’une grande quantité d’informations, cette seconde édition propose par ailleurs désormais une synthèse des points clefs à retenir à chaque fin de chapitre.

4S’inscrivant pleinement dans la perspective de la géographie économique et des sciences de l’aménagement, l’auteure invite le lecteur à prendre conscience de la dimension « mondialisée » des grands processus explicatifs de la répartition des populations et des activités à l’intérieur du territoire. Proche des démarches modélisatrices de l’économie spatiale, la démonstration s’appuie cependant sur de nombreux exemples illustratifs qui font l’objet d’encadrés répartis dans le texte (plus de 40 répartis dans l’ensemble des chapitres). On regrettera cependant une inégalité de traitement entre les secteurs secondaires et tertiaires et le secteur agricole dont la géographie reste très fragmentée par grandes régions de production et peu reliée aux processus de globalisation. De récents résultats de géographie économique agricole fournissent pourtant d’utiles connaissances sur les dynamiques de spécialisation/concentration des systèmes productifs qui auraient toute leur place dans cet ouvrage.

5En dehors des processus géographiques, une place importante est par ailleurs réservée aux dispositifs de l’action publique de développement et d’aménagement dont l’ouvrage présente un panorama très complet et fort bien documenté. En contrepartie, le format de certaines sections, très détaillées, se rapproche de celui d’un catalogue d’actions qui contraste avec la qualité analytique du reste de l’ouvrage.

6L’auteur aura par ailleurs fait le choix de n’aborder l’environnement qu’au cinquième et dernier chapitre, en le concevant en termes de milieux à valoriser et d’aléas auxquels s’adapter. Un parti-pris en cohérence avec le choix de proposer une géographie à l’usage des étudiants et professionnels de l’aménagement, mais qui occulte cependant la place des formations naturelles dans la structuration des découpages hérités.

7Ainsi, on l’aura compris, les bases régionales de l’espace français ne sont évoquées que de façon fragmentée alors qu’elles déterminent aujourd’hui les différentes modalités d’ancrage de l’espace français dans la mondialisation. Le lecteur trouvera facilement dans d’autres Géographies de la France les informations relatives à ce sujet qui, loin de les remplacer, complèteront utilement les connaissances fondamentales rassemblées dans cet ouvrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ségolène Darly, « Florence Smits : Géographie de la France », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 21 | 2014, mis en ligne le 02 mai 2017, consulté le 28 juin 2017. URL : http://tem.revues.org/2353

Haut de page

Auteur

Ségolène Darly

Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page