Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Lionel Laslaz : Atlas mondial des espaces protégés. Les sociétés face à la nature

Autrement, Collection Atlas/Monde, 2012, 96 pages
Christophe Grenier
Référence(s) :

Lionel Laslaz, Atlas mondial des espaces protégés. Les sociétés face à la nature

Autrement, Collection Atlas/Monde, 2012, 96 pages

Texte intégral

1Un petit ouvrage intéressant qui fait, en 96 pages dont la moitié de cartes de très bonne facture, un tour du monde des espaces protégés (EP) en 35 chapitres : un tour de force de quatre géographes travaillant sur la conservation de la nature sur plusieurs continents. La photo de couverture est belle mais suprenante pour illustrer le thème : est-ce un espace protégé ? Cette ambiguïté domine l’atlas.

2L’introduction est dans le fil d’un courant, au sein de la « géographie politique de l’environnement » à laquelle se rattachent les auteurs, qui affiche un certain scepticisme à l’égard de la crise écologique globale : il « s’inscrit à l’encontre des discours simplificateurs et néo-malthusiens », car « le monde n’a jamais été autant protégé qu’il ne l’est aujourd’hui » (6). Comme plusieurs chapitres de l’ouvrage infirment cette dernière affirmation et que la précédente n’est pas étayée, celles-ci dénotent une « prise de parti » et un « positionnement idéologique » dont ces auteurs disent s’être dégagés. Il est pourtant normal que la protection de la nature suscite des débats puisque ce thème mobilise et interroge des idées-valeurs culturelles et politiques. Ainsi, les auteurs distinguent-ils trois paradigmes environnementaux présidant aux doctrines de protection de la nature (14-15), un classement discutable : car outre le fait que le « paradigme radical » ne se définisse pas « contre l’homme » – que penser alors du sous-titre de l’atlas, « les sociétés face à la nature » ? - et qu’il ait plusieurs justifications sociales, dont celle des scientifiques naturalistes, le paradigme économique a été oublié. Né aux États-Unis avec les parcs nationaux et développé par le conservationnisme de Pinchot, le paradigme économique domine aujourd’hui la plupart des EP dans le monde, à travers leur mise en tourisme ou l’objectif de « développement durable » qui leur est assigné : l’atlas en expose de nombreux exemples.

3Sous prétexte d’échapper à tout « déterminisme naturaliste », le parti pris des auteurs consiste à “analyser les EP comme des composantes des sociétés » (7), ce qui les conduit à oublier l’un des fondements d’une approche géographique de la conservation. Car, quelles que soient les utilisations politiques que l’on en fait (et c’est l’intérêt de l’atlas d’en dévoiler la diversité), la conservation se déploie, à travers ses « espaces protégés », sur des écosystèmes et des paysages singuliers, sur des régions de la Terre, dont il importe aussi de connaître la diversité écologique : or, à l’échelle globale, celle-ci est seulement mentionnée à travers le concept de hot spots (18-19). Ce désintérêt pour la nature protégée (sauf exception, comme sur l’Amérique Centrale, 64-65) conduit parfois à sa méconnaissance. Par exemple, dans le chapitre sur les Galapagos (74-75), l’auteur qualifie de paradoxe une faible biodiversité insulaire et un fort taux d’endémisme, alors que les deux sont liés. En effet, si peu d’espèces réussissent à coloniser les îles océaniques, c’est parce que celles-ci sont isolées, ce qui explique aussi leur fort taux d’endémisme. Ce n’est donc pas« en raison de l’exiguité des îles (que) les impacts du tourisme sont nombreux » (74), mais parce que leurs écosystèmes, qui ont évolué en isolement écologique, sont menacés par un rapide processus géographique de rattachement au système Monde – par des réseaux de transport et toutes sortes de flux - dont le tourisme est le moteur.

4La diversité écologique est souvent associée à des« communautés autochtones », d’où l’intérêt conservationniste de les considérer ensemble, comme en Australie (48-49). Cette relation est exprimée par le concept de géodiversité, qui donne son titre à une partie de l’ouvrage, où il est présenté comme le fait que les sociétés modifient, voire entretiennent la biodiversité (25). Plus exactement, la géodiversité relie les diversités écologique et « géo-culturelle » (ou les traits d’une culture produisant une géo-graphie) aux échelles régionale et mondiale. Les EP sont souvent établis dans des régions à forte géodiversité, dont les caractéristiques écologiques particulières (endémisme, forte biodiversité, etc.) ont été peu altérées par des empreintes anthropiques parfois très anciennes, ce qui révèle l’adaptation durable de ces sociétés à leur environnement et/ou la trajectoire géohistorique d’isolats de ces régions dans le système Monde. Or la mondialisation a comme effet paradoxal de créer des EP tout en les ouvrant à divers types de flux : c’est manifeste dès les premiers parcs nationaux nord-américains (40-41), dont la fondation est liée à la progression de la « Frontière », au développement des chemins de fer et à celui, escompté, du tourisme.

5C’est la deuxième dimension essentielle d’une approche géographique de la conservation qui fait défaut à cet ouvrage : on y traite de faits à l’échelle mondiale, notamment dans sa première partie, mais on n’y trouve pas d’analyse des effets de la mondialisation sur les EP. Or ceux-ci ont en partie été créés pour protéger certains écosystèmes et paysages de types d’exploitation qui s’étendent ailleurs dans le Monde, notamment par ouverture géographique. Ce processus, qui désigne les profondes transformations écologiques et sociales des régions reliées de façon rapide et massive au système Monde, est illustré dans plusieurs chapitres de l’atlas : au Kamtchatka (22-23), en Amazonie (30-33), dans les Rocheuses (60-61) ou dans les Andes (66-67). Le lien entre diversité écologique et mondialisation est bien illustré par l’un des principaux problèmes touchant les EP, les invasions biologiques : or celles-ci ne sont évoquées que deux fois dans l’atlas, de façon marginale.

6J’aurais encore beaucoup à dire sur cet ouvrage utile, autant par les cartes, analyses et données qu’il apporte sur de nombreux EP que par les discussions qu’il devrait, j’espère, susciter.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Grenier, « Lionel Laslaz : Atlas mondial des espaces protégés. Les sociétés face à la nature », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 21 | 2014, mis en ligne le 02 mai 2017, consulté le 16 août 2017. URL : http://tem.revues.org/2350

Haut de page

Auteur

Christophe Grenier

Université de Nantes

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page