Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Catherine Hofmann, Hélène Richard, Emmanuel Vagnon : L’âge d’or des cartes marines, quand l’Europe découvrait le monde

Editions Seuil /Bibliothèque nationale de France, 2012, 256 pages
Patrick Picouet
Référence(s) :

Catherine Hofmann, Hélène Richard, Emmanuel Vagnon, (dir.), L’âge d’or des cartes marines, Quand l’Europe découvrait le monde, Editions Seuil /Bibliothèque nationale de France, 2012, 256 pages

Texte intégral

1Riche de la plus grande collection de portulans au monde, la Bibliothèque nationale de France a puisé dans ses fonds pour nous proposer une superbe exposition et un catalogue magnifique tant par la qualité des reproductions que par la richesse des textes.

2L’organisation du catalogue propose une démonstration remarquable de ce que fut la découverte du monde par les Européens. Avec les portulans, cartes marines « pleines de trous, ajourées de vides, terrae incognitae des profondeurs continentales, solitudes tumultueuses de l’Océan meublées de naufrages et de monstres marins » (p.13), le lecteur curieux n’a qu’une envie, celle de savoir ce que cachent les vides, les trous, et comprend ainsi ce qui aiguisait la soif d’aventures des marins, commerçants et autres conquérants au Moyen Âge et à l’Époque Moderne.

3Du XIIIe siècle au XVIIIe siècle, les portulans guident les marins sur toutes les mers et océans du monde grâce aux roses des vents et lignes de rhumbs, associées aux échelles de mesure. La Méditerranée, centre du monde antique et médiéval en est « la matrice », autour de laquelle les continents ne sont que des marges (carte Pisane). Puis les portulans étendent leurs représentations aux rivages de l’Atlantique, des côtes de l’Angleterre jusqu’à celles de l’Afrique. Après les premières explorations portugaises tentant un passage vers l’Orient par l’est, le premier voyage de Christophe Colomb annonce l’appel du grand large et l’expansion castillane vers l’Ouest. Les progrès techniques de la Renaissance et les connaissances héritées du Moyen Âge et de l’Antiquité (données climatiques de la cartographie de Ptolémée) favorisent la navigation dans l’Atlantique. Les portulans montrent la découverte de terres nouvelles comme les rivages du Brésil après le voyage de Cabral.

4Ils témoignent aussi des rivalités géopolitiques entre l’Espagne et le Portugal, les grandes puissances coloniales de l’époque qui se partagent le monde sans le connaître précisément avec les Traités de Tordesillas et de Saragosse. Sans doute, peut-on considérer qu’il s’agit d’une première étape de la mondialisation. Laquelle se poursuit lorsque les Portugais atteignent l’Océan indien ; s’y croisent alors les connaissances européennes et orientales, ottomanes en particulier. L’Océan Indien est déjà à l’époque un espace d’échanges économiques et culturels très ancien. La cartographie de l’Océan Indien témoigne de ces échanges.

5Les portulans offrent aussi pendant la Renaissance les premières représentations de l’intérieur des continents où se mêlent symboles des puissances conquérantes, symboles hérités des civilisations découvertes (soleil des Incas), richesses rencontrées (bois-brésil) et imaginaire lié aux zones encore inconnues. Á cette époque, les grands atlas offrent une vision extraordinaire du monde ; parmi les plus beaux, l’Atlas de Guillaume Le Testu (1556) est sans doute l’un des plus richement illustrés. Le catalogue se termine par la liste de toutes les cartes exposées, une orientation bibliographique et un glossaire qui combleront les plus curieux. Je ne peux que conseiller la lecture de cet ouvrage à tous les géographes et en particulier aux étudiants soucieux de connaître l’évolution et le rôle de la cartographie dans la découverte et la conquête du monde.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Picouet, « Catherine Hofmann, Hélène Richard, Emmanuel Vagnon : L’âge d’or des cartes marines, quand l’Europe découvrait le monde », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 21 | 2014, mis en ligne le 02 mai 2017, consulté le 29 juin 2017. URL : http://tem.revues.org/2343

Haut de page

Auteur

Patrick Picouet

Université Lille 1

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page