Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Michel Catala, Dominique Le Page, Jean-Claude Meuret : Frontières oubliées, frontières retrouvées ; Marches et limites anciennes en France et en Europe

Presses Universitaires de Rennes, 2011, 428 pages
Pierre Zembri
Référence(s) :

Michel Catala, Dominique Le Page, Jean-Claude Meuret (Dir.), Frontières oubliées, frontières retrouvées ; Marches et limites anciennes en France et en Europe, Presses Universitaires de Rennes, 2011, 428 pages

Texte intégral

1Ce volumineux ouvrage rassemble les contributions à un colloque éponyme organisé à Chateaubriant, haut-lieu des Marches de Bretagne, entre le 30 septembre et le 2 octobre 2010. Il s’agissait de confronter différentes approches de la frontière à différentes périodes et dans des contextes très variés. Intervenaient donc majoritairement des historiens et des archéologues mais, pour une petite fraction des contributions (4 sur 28), des géographes (Daniel Le Couedic, Julien Gardaix, Frédéric Durand et Benoît Montabone).

2Il est difficile de résumer une telle somme qui vaut surtout pour la diversité des terrains et des approches. On relèvera une excellente introduction de Daniel Nordmann -EHESS- (pp. 13-19) sur l’évolution de l’idée de frontière (ce qu’elle est avant d’être un objet qui a pu revêtir plusieurs formes au fil du temps) : elle balaye de façon très synthétique les théories de la frontière naturelle (censées justifier le caractère durable et intangible de la délimitation), l’idée de permanence des contours territoriaux dans le temps (même s’ils changent de dénomination), appuyée sur le bornage, les traités et différents actes de délimitation, le lien entre la frontière et les valeurs politiques (chaque type de régime a sa propre conception, la frontière peut être investie, à tracé constant, de valeurs qui changent au fil du temps), le lien enfin entre les limites et les acteurs ou institutions (les premières sont l’objet de compromis entre les seconds).

3Les contributions s’organisent plus ou moins selon une logique de progression chronologique. On distingue cependant une première partie (pp. 27-162) relative aux marges de la Bretagne (au sens le plus large), qui va du mésolithique (les pointes de flèche comme marqueur de différenciations territoriales) aux reconfigurations du paysage universitaire breton depuis les années 1960 et au « caractère consubstantiel » des affaires universitaires et de la conformation territoriale. La seconde partie (« Conceptions et constructions de la frontière », pp. 165–297) associe des contributions relatives à un panel plus varié de territoires, toujours dans une grande variété de périodes. L’application de concepts géographiques contemporains à des situations très anciennes est parfois hardie mais convaincante comme le montre la contribution d’Isabelle Pimouguet-Pédarros sur « la formation d’espaces périurbains aux marges du territoire des cités : les exemples de Milet, de Rhodes et de Termessos de Pisidie » (pp. 165-176). On se situe en Asie Mineure au Ve siècle avant notre ère. On passe ensuite au Moyen-Âge en Espagne (deux contributions dont une consacrée à Madrid, ville de la Marche du royaume Omeyyade entre les IXe et XIe siècles) puis dans le reste de l’Europe (en mettant particulièrement l’accent sur le rôle des ordres militaires). Le passage des seigneuries aux États princiers, entre le Moyen-Âge et la renaissance, est ensuite analysé par Laurence Moal (pp. 209-220), avec un accent particulier sur les interactions entre Bourgogne, Dauphiné, Savoie entre XIIe et XVe siècles. La frontière est ici en mouvement, avec de nombreux états successifs liés à l’évolution rapports de force entre puissants voisins. La contribution suivante (pp. 221-234) illustre bien cette phase de transition en traitant plus particulièrement de la frontière de Meuse entre Royaume de France et Empire, où l’original duché de Bar, à cheval sur la frontière « naturelle » choisie par les deux géants territoriaux, doit composer entre deux suzerains (le Barrois mouvant relève du roi de France tandis que le Barrois non-mouvant est terre d’Empire) : Léonard Dauphant met en évidence un « faisceau de limites, […] où le pouvoir royal s’estompe graduellement » : en résulte une grande variété d’usages et de statuts, sans oublier la contrebande et le faux-monnayages qui permettent de tirer profit des différences de statut fiscal de part et d’autre de la limite conventionnelle. L’inévitable Traité des Pyrénées de 1659 fait l’objet d’une contribution d’Oscar Jané (pp. 235-247), sous l’angle des effets de la délimitation sur les populations concernées (qui n’étaient évidemment pas demanderesses). Le bornage n’est intervenu que deux siècles plus tard, dans un contexte local hostile, ce qui montre les difficultés d’imposition de cette limite politique décidée pour mettre fin à un conflit. La contribution de Julien Gardaix (pp. 289-297) clôture la seconde partie de l’ouvrage en traitant de l’intégration des espaces maritimes à l’Europe. Les lignes frontalières matérialisées par les littoraux ont été progressivement remplacées par des « marches de la mer », bandes d’eaux territoriales de plus en plus étendues, avec tous les problèmes posés par la démarcation entre zones maritimes d’États voisins. L’auteur appelle de se vœux une implication accrue de l’Union Européenne dans les logiques de souveraineté maritime, tout en taisant des conflits internes tenaces comme entre la Grèce et la Turquie.

4La troisième et dernière partie (pp. 301-388) est intitulée « Frontières retrouvées ». On y trouve des contributions sur la redécouverte, l’instrumentalisation à des fins politiques et plus récemment la patrimonialisation et la mise en tourisme du Limes romain en Allemagne, sur les Marches catalanes en tant qu’objet de mémoire collective, sur les jeux et rites festifs dans la région des Borders (à la limite entre Angleterre et Écosse), sur la persistance et les mutations des frontières impériales en Haute-Silésie (aux 19ème et 20ème siècles), sur les représentations des détroits turcs comme limites continentales (à défaut d’être des frontières politiques) dans les Géographies universelles des 19ème et 20ème siècles. Deux contributions traitent de la difficile patrimonialisation de l’ancien Mur de Berlin, qu’il a surtout été question de faire disparaître à jamais, avec un éclairage particulier sur la valorisation des points de passage, notamment le célèbre Checkpoint Charlie, rendu célèbre par divers épisodes largement médiatisés de tension ou de contestation des injustices générées par cette coupure artificielle en pleine ville.

5Au final, un ensemble cohérent dans sa variété, qui montre ce que la pluridisciplinarité peut produire de meilleur sur un objet a priori géographique, avec un véritable dialogue matérialisé par les deux textes de conclusion.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Zembri, « Michel Catala, Dominique Le Page, Jean-Claude Meuret : Frontières oubliées, frontières retrouvées ; Marches et limites anciennes en France et en Europe », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 21 | 2014, mis en ligne le 02 mai 2017, consulté le 15 août 2017. URL : http://tem.revues.org/2337

Haut de page

Auteur

Pierre Zembri

Université de Cergy Pontoise

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page