Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Geneviève Bédoucha : Les liens de l’eau. En Brenne, une société autour de ses étangs

Maison des Sciences de l’Homme, 2011, 688 pages
Magalie Franchomme
Référence(s) :

Geneviève Bédoucha, Les liens de l’eau. En Brenne, une société autour de ses étangs, Maison des Sciences de l’Homme, 2011, 688 pages

Texte intégral

1Geneviève Bédoucha, directrice de recherche au CNRS en anthropologie sociale, livre en plus de 680 pages, l’histoire riche et émouvante de la Brenne qui permet de porter un regard attentif sur la gestion si particulière des étangs. Cette Brenne, qu'on lui présente comme enclavée, isolée (p. 18), était jusqu’à cette étude inconnue de l’auteure et n’avait que peu intéressé les anthropologues (un « blanc ethnologique »). Cet ouvrage est le résultat d’une étude à la fois originale et dense, qui a occupé l’auteure pendant près de vingt ans et qui a exigé une immersion totale, comme en atteste les nombreuses enquêtes de terrain et les multiples entretiens.

2Solidarité, opposition, conflit, obligations multiples et réciproques sont autant de traits sociaux présentés, analysés et décortiqués pour permettre aux lecteurs de comprendre les rapports humains souvent complexes qui se nouent sur ce territoire. Le sujet y est traité avec beaucoup d’humanité et d’humilité, rendant sa lecture très plaisante. Une illustration riche et diversifiée enrichie l’ouvrage, de nombreuses photographies noir et blanc et cartes ponctuent le texte. Qu’elles soient anciennes ou originales (corpus de 23 cartes) les cartes permettent au lecteur de prendre connaissance des lieux et des enjeux qui s’y nouent. A cela s’ajoute, un cahier central présentant 63 photographies et deux cartes couleurs. Hélas, en raison des contraintes de mise en page, ces documents sont souvent de petite taille, rendant leur lecteur difficile. En outre, en raison de sa densité, l’ouvrage présente quelques longueurs et de nombreuses redites entre les parties et les chapitres.

  • 1 G. Bédoucha, 1987, L'eau, l'amie du puissant: une communauté oasienne du sud-tunisien, Editions des (...)
  • 2 G. Bédoucha, 2004, Éclipse de lune au Yémen: émotions et désarrois d'une ethnologue, Ed. Odile Jaco (...)

3En introduction, l’auteure revient sur les événements qui l’ont conduite à investir la Brenne et sur les questionnements qui ont suivi. En effet, Geneviève Bédoucha étudie depuis longtemps les rapports entre gestion de l’eau et société, mais s’était jusqu’alors concentrée sur zones arides et semi-arides : Tunisie1 ou Yémen2, bien loin des zones humides continentales. L’introduction se présente sous la forme d’un carnet de notes, tout au long duquel, à travers de multiples anecdotes et récits « passionnés », elle prend le temps de remercier (en plus des premières pages de l’ouvrage consacrées exclusivement à cet exercice) l’ensemble des personnes qui ont croisé son chemin et ont à leur manière permis l’écriture de cet ouvrage. Elle y relate ces réflexions et ses sentiments face ce territoire et ses rapports nouveaux. Certaines de ces anecdotes auraient parfaitement trouvé leur place au fil du texte permettant ainsi de présenter une introduction plus courte, (mais) plus classique.

4L’ouvrage se compose de trois parties, se déclinant respectivement en 6, 3 et 4 chapitres. La première partie intitulée L'espace d'une société (p. 43-301) s’emploie à démonter des siècles de rapports sociaux afin de nous livrer en quelques pages une base solide pour comprendre la Brenne d’aujourd’hui. Après avoir délimité son territoire dans ses frontières, des frontières invisibles mais parfaitement perçues par les habitants de la Brenne et des régions voisines (« l’œil perçoit la limite, évidente », p. 46, et que ne sont pas celles revendiquée par le Parc naturel régional), l’anthropologue décrit les spécificités géologiques et géographiques de la Brenne : terre d’argile et de grès, « qui capture et retient l’eau », que bien des migrants du nord ou de l’ouest de la France ont tenté en vain de cultiver. Une terre parsemée de milliers d’étangs reliés entre eux par un dense maillage de fossés et de ruisseaux. Des étangs qui réclament la contribution de tous les hommes, aussi bien des propriétaires que des exploitants piscicole et des fermiers, tous dépendants d’une manière ou d’une autre des étangs. « Il n’était pas rare que le propriétaire prévienne son fermier avant même que le contrat ne soit signé, que son aide serait demandée lors de la pêche des étangs du domaine » (p. 54). Comprenant très vite l’appoint capital que sont les étangs forment la saison chaude, ils sont aisément prêtés à l’usage. S’appuyant sur une impressionnante recherche en archives, l’auteure retrace le contexte historique de l’exploitation piscicole. Au gré des textes, minutes et procès, elle relate les antagonismes et les importantes résistances aux lois et décrets relatifs aux desséchements des marais permettant une fois encore que l’histoire des zones humides se confonde avec celle des sociétés locales et se différencie du modèle national.

  • 3 En application du décret n°99-736 du 27 août 1999 modifiant le décret n° 93-743 du 29 mars 1993 rel (...)

5Dans sa deuxième partie, Les liens de l'eau (rappel du l’ouvrage, p. 303-492), Geneviève Bédoucha fait une description historique et technique de ce vaste système d’étangs qui n’a cessé de croitre au point qu'on a arrêté d’évaluer leur nombre et leur superficie (p. 324). Leur densité varie fortement d’une étude à l’autre, d’autant que jusqu’en 1999, la création d’étangs de moins de 3 ha n’était soumise ni à déclaration, ni à autorisation. Face à la prolifération des plans d'eau, le seuil a été abaissé aux plans d’eau de 1 ha en tête de bassin versant par application du décret du 27 août 19993, le seuil est maintenu à 3 ha à l'amont des cours d'eau. En Brenne, les étangs s’agencent en ligne reliés les uns aux autres, aucun étang n’est isolé. Un système ancien que l’on retrouve sur les cartes de Cassini. La carte 9 p. 329 en est l’illustration. Ce système génère une interdépendance des étangs qui se vident les uns dans les autres au sein d’un même bassin versant au moment des pêches. L’alignement des étangs – leur position en haut ou en bas de la ligne – guide la catégorie du plan d’eau et permet ainsi de différencier la production et suivre l’élevage. Les étangs du haut (en amont), ceux dont le contrôle de la hauteur d’eau est plus aisé, sont ainsi destinés à la ponte ou au développement des feuilles. En outre ce système a longtemps encourage une solidarité étroite entre les propriétaires, rares sont ceux qui disposent de toutes les catégories et la mise à tire ou l’assec (c’est-à-dire la vidange de l’étang) ne peut se faire sans concertation. La coordination des dates de pêches est essentielle et repose sur une longue tradition piscicole maintenue dans cette société brennoise. « Fortement ritualisées, les journées de pêche rapprochent les hommes de catégories sociales différentes », révèlent les tensions et les inimitiés toute en étant le socle de ce tissu social.

  • 4 Vanessa Manceron, 2005, Une terre en partage. Liens et rivalités dans une société rurale. Paris, Éd (...)

6La maitrise des étangs et de l’eau en général est en effet ici un privilège social, une liberté précieuse, qui, si elle n’est pas héritée, doit être absolument acquise. Cette même observation est faite par V. Manceron en Dombes. V. Manceron l’expose parfaitement dans son ouvrage de 2005 : Une terre en partage. Liens et rivalités dans une société rurale4, elle y dénonce des stratégies foncières visant à une propriété exclusive de l’eau.

7Le tissu social et les rapports sociaux qui le régissent sont exposés en troisième partie : Autour de l'étang, une société qui se resserre (p. 493-659). Il est important de noter que la société locale s’identifie fortement au territoire et que cette identité, bien qu’elle soit héritée de plusieurs siècles de rapports au territoire, est confortée par le maintien, voire la défense, de la tradition. En effet, la société locale est régie par des liens sociaux établis de longue date et entretenus par le rituel des journées de pêche de l’étang et autres corvées d’entretien. Il est aussi intéressant d’observer que l’invitation à participer (presque toujours de façon bénévole) à ces travaux, pourtant pénibles et exigeants, est vécue, pour quelques uns, comme un véritable privilège « offert et reçu », pour d’autres comme un « service que l’on avait tout intérêt à rendre » (p. 495). Ne pas y participer prend alors forme de punition ou d’humiliation surtout chez les plus âgés (p. 503). La « rétribution » qui pendant longtemps s’effectuait en avantages divers (tolérance d’abreuvage, pacage accordée) et en poisson (carpes, brochets et gardons), s’apprécie désormais de plus en plus en journée de chasse (p. 517 et suivantes). Une récompense mesure à sa juste valeur : « on est largement et justement payé pour sa fatigue », car beaucoup n’auraient pas les moyens d’acquérir une action de chasse. Geneviève Bédoucha souligne, en quelques pages, l’importance des activités cynégétiques dans cette société et en profite pour s’exposer la peur persistante de l’ingérence d’institution européenne ou internationale dont les objectifs pèsent comme une menace trop souvent floue. Cette crainte s’est notamment exprimée en 1989 par une opposition active et construite au moment de la création du Parc naturel régional.

8Ainsi, l’ouvrage ici proposé est très riche, tant que le plan ethnographique, qu’historique, géographique et social. Aussi il touchera tous ceux, chercheurs, gestionnaires ou citoyens qui s’intéressent à la Brenne mais aussi aux milieux d’eau, car bon nombre d’observations trouvent un écho dans d’autres territoires.

Haut de page

Notes

1 G. Bédoucha, 1987, L'eau, l'amie du puissant: une communauté oasienne du sud-tunisien, Editions des Archives contemporaines, 27 pages.

2 G. Bédoucha, 2004, Éclipse de lune au Yémen: émotions et désarrois d'une ethnologue, Ed. Odile Jacob, Sciences humaines, 348 p.

3 En application du décret n°99-736 du 27 août 1999 modifiant le décret n° 93-743 du 29 mars 1993 relatif à la nomenclature des opérations soumises à autorisation ou à déclaration.

4 Vanessa Manceron, 2005, Une terre en partage. Liens et rivalités dans une société rurale. Paris, Éd. de la MSH – Ministère de la Culture et de la Communication, 256 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Magalie Franchomme, « Geneviève Bédoucha : Les liens de l’eau. En Brenne, une société autour de ses étangs », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 21 | 2014, mis en ligne le 02 mai 2017, consulté le 29 juin 2017. URL : http://tem.revues.org/2334

Haut de page

Auteur

Magalie Franchomme

Université Lille 1

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page