Navigation – Plan du site
Articles

Le patrimoine, un argument de négociation pour l’aménagement d’un espace

Le renouvellement de la concession de l’aménagement hydroélectrique de Cusset
Heritage : an argument in bargaining for spatial planning - The renewal of the Cusset hydroelectric central concession
Clément Colin
p. 82-92

Résumés

Dans le contexte de la valorisation et de la préservation de l’objet fleuve comme élément patrimonial, nous nous intéressons aux sites occupés et exploités par des structures et des équipements représentatifs de l’approche ingénieriste du XXème siècle. Quel est le statut donné à ces sites industriels et comment les acteurs de la reconquête des fleuves les appréhendent-ils ? À partir de l’aménagement hydroélectrique de Cusset, au nord-est de l’agglomération de Lyon, l’article interroge la manière dont l’argument « patrimoine » est utilisé par les différents acteurs des négociations pour le renouvellement de sa concession EDF (1991-2002). Dans le cadre de ces débats autour des différents usages du fleuve, nous analysons les stratégies d’acteurs et la place des gestionnaires des différents composants du site (barrages, usine-barrage et canal de dérivation). Nous abordons ainsi la production patrimoniale dans ses dimensions instrumentale et politique.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Dans les années 1980, les cours d’eau passent du statut de ressources énergétiques et industrielles à celui de patrimoines à protéger et valoriser. De nombreuses villes restaurent leurs quais et leurs berges afin de les transformer en espaces publics pour le loisir des citadins (Lechner, 2006). Dans les zones rurales, les élus cherchent à attirer les touristes et les visiteurs en proposant des activités sportives en lien avec le fleuve et en valorisant les paysages des vallées. De son côté, l’État réglemente les zones humides pour protéger leur biodiversité. Dans ce cadre, les équipements industriels détonnent avec l’image que ces acteurs territoriaux souhaitent associer aux fleuves. Afin de questionner la place de ces objets dans les politiques patrimoniales, nous nous appuyons sur le cas de l’aménagement hydroélectrique de Cusset, dans l’Est lyonnais. Depuis la fin des années 1970, le Rhône et la Saône sont considérés par les élus du Grand Lyon et les agents de l’Agence d’urbanisme de Lyon comme des axes structurants de l’agglomération (Gérardot, 2007). Par conséquent, les quais et les berges sont ouverts au public et sont transformés en espaces paysagers pour le plaisir des habitants. L’aménagement hydroélectrique de Cusset est au cœur de ce territoire intercommunal. Entre 1991 et 2002, le renouvellement de sa concession fait l’objet de négociations entre élus municipaux, communautaires (Grand Lyon), les agents des services de l’État, d’EDF, des habitants regroupés en associations et les défenseurs de l’environnement.

2L’objet de l’article est de montrer comment et pourquoi l’argument « patrimoine » est utilisé par ces acteurs territoriaux dans le cadre des ajustements d’intérêts pour le renouvellement de la concession. Nous nous intéressons ainsi à la manière dont cet espace industriel est transformé en patrimoine par les négociations. Nous faisons l’hypothèse d’un double mouvement de patrimonialisation : la mobilisation des habitants à travers des associations de défense de l’aménagement de Cusset et sa construction en ressource territoriale (François et al., 2006 ; Gumuchian et Pecqueur, 2007) par les élus communaux et communautaires. Les deux processus ne répondent cependant ni aux mêmes attentes ni aux mêmes intentions. Pour le premier, il s’agit d’une appropriation symbolique de l’espace par les habitants qui « suppose la production, l’usage de symboles, dotés d’une efficacité sociale et politique pour signifier que tel espace, tel objet est associé à un groupe, à une institution, à un pouvoir » (Veschambre, 2008) et qui répond à la défense d’une mémoire ouvrière et industrielle. Pour le second, il s’agit de répondre à un besoin économique et social de changement d’image du territoire par la valorisation patrimoniale.

  • 1 Notre recherche doctorale est soutenue par l’Établissement public Loire et le FEDER au titre du Pla (...)
  • 2 Fondée en 1999, le collectif L’Usine sans fin (USF) regroupe l’Association Mémoires, l’Institut d’h (...)
  • 3 Nous reprenons ici ce terme bien qu’il soit impropre – la Saône n’est pas un fleuve mais un affluen (...)

3L’article se fonde sur une enquête effectuée en 2011 dans le cadre de notre recherche doctorale1. Nous utilisons cinq entretiens semi-directifs effectués respectivement avec le président du Syndicat intercommunal des communes riveraines du canal de Jonage (mis en place en 1990), le responsable du site de production EDF de Cusset, le président du collectif L’Usine sans fin (USF)2, le vice-président de la communauté urbaine de Lyon chargé des fleuves3 et l’adjoint au développement territorial de la ville de Villeurbanne. À partir de ces discours, nous articulons notre propos autour de trois questionnements principaux :

  • Quelles sont les conditions permettant la reconnaissance et la construction de ce bien en tant que patrimoine ?

  • En quoi les différentes valeurs associées à l’usine-barrage de Cusset et son canal de dérivation sont-elles révélatrices des attentes et des intentions des personnes engagées dans les négociations ?

  • Comment la revendication patrimoniale est-elle utilisée comme un argument par les acteurs territoriaux pour trouver un compromis sur l’usage du site ?

4Après une brève présentation de l’aménagement de Cusset, nous nous intéressons à la manière dont les acteurs territoriaux interprètent les dimensions patrimoniales de l’aménagement lors du renouvellement de la concession EDF. Pour cela, nous abordons d’abord les négociations entre le syndicat intercommunal des communes riveraines du canal de Jonage, USF et EDF, puis, entre eux et le Grand Lyon.

1. Aménagement hydro-electrique de cusset : mise en place et évolution

1.1. Un équipement innovant de la fin du XIXe siècle et son développement

5L’espace où se trouve aujourd’hui l’usine-barrage de Cusset est utilisé depuis le Moyen-âge par les communautés rurales voisines pour obtenir le bois de chauffe, le pâturage et la pêche (Bravard et al., 1995). Cependant, le lit majeur du Rhône en amont de Lyon est composé de chenaux multiples qui rendent son exploitation agricole plus difficile. Le XIXe siècle constitue un tournant majeur car son statut change sous l’influence de Lyon. Dans un premier temps, le service de navigation du Rhône (Ponts et Chaussées) fait creuser le canal de Miribel entre 1848 et 1857 pour favoriser la navigation en amont de la ville.

Carte n° 1 : Aménagement hydro-électrique de Cusset

Carte n° 1 : Aménagement hydro-électrique de Cusset

Réalisation : Clément Colin, 2013.

  • 4 Ingénieur des Ponts et Chaussées, il participe, entre autre, à l’édification des quais de Lyon.
  • 5 Ancien président du Conseil des prud’hommes et de l’association Syndicale de la fabrique lyonnaise, (...)

6En 1858, le secteur des îles de Miribel acquiert la fonction de champ d’expansion des crues. À la fin du XIXe siècle, un autre canal – celui de Jonage – est creusé pour répondre à la demande énergétique des industries textiles installées sur les terrasses des communes de Villeurbanne et de Vaulx-en-Velin. En effet, l’augmentation du prix du gaz et du charbon oblige les entrepreneurs à chercher une énergie moins chère. En 1874, l’ingénieur Jean-François Raclet4 envisage la dérivation du Rhône au nord est de Lyon et obtient le soutien de Joseph-Alphonse Henry5, une grande figure de l’industrie textile lyonnaise (Varaschin et Varaschin, 1992). Ce dernier signe une convention de concession de 99 ans en 1892 qui prévoit la production d’électricité, la fourniture d’eau pour l’industrie et l’agriculture (exclusion de l’eau potable) et la navigation vers l’amont permise grâce à des écluses. À l’époque, cet aménagement est un cas unique de dérivation d’un fleuve rassemblant trois objectifs a priori difficilement conciliables. Les chantiers durent de 1894 à 1899.

Photo n° 1 : Façade de l’usine-barrage de Cusset

Photo n° 1 : Façade de l’usine-barrage de Cusset

Source : www.culture.gouv.fr, base mérimée.

  • 6 Ni l’une ni l’autre n’ont fonctionné (Bravard, 1987).

7L’élément producteur d’énergie électrique est l’usine-barrage de Cusset (Photo n° 1), à cheval entre Villeurbanne et Vaulx-en-Velin sur le canal de Jonage (long de 18,8 km) qui se poursuit à l’aval de l’usine. L’ensemble industriel se compose de deux écluses : une à côté de l’usine de Cusset et l’autre à côté du barrage de Jonage6. Dans la convention d’origine, l’État impose un déversoir et un barrage au milieu du canal destinés à évacuer le trop plein d’eau. Il demande aussi la mise en place d’un réservoir (qui n'est plus utilisé depuis 1930), nommé le « Grand large », pour alimenter l’usine-barrage de Cusset. Une usine thermique est ajoutée en 1906, pour compléter, au besoin, la production de l’usine-barrage mais elle est arrêtée en 1934 à cause du coût de fonctionnement trop élevé. Dans les années 1930 (1934-1937), le barrage de Jons est construit en amont du canal pour dériver les eaux du Rhône vers le canal de Jonage car l’auto-creusement du canal de Miribel fait qu’il capte des débits croissants aux dépens du canal de Jonage (Bravard et al., 1995). Le barrage de Jons permet de maintenir le débit du canal de Jonage à 650 m3/s, soit la quantité nécessaire à la production hydroélectrique.

8Le creusement de la partie amont de Miribel conduit à l’assèchement de certains bras du Rhône divisés en différents chenaux avant l’aménagement (Bravard, 1987). L’île de Miribel-Jonage entre ces deux canaux est aujourd’hui le Parc de Miribel-Jonage (carte n° 1) qui accueille jusqu’à quatre millions de visiteurs par an.

1.2. Dimensions mémorielles et enjeux associés

9Différentes strates de mémoire sont associées à cet espace. D’abord espace rural navigué au XIXème siècle, il est ensuite attaché au développement industriel de Lyon. Il est aussi le premier type d’exploitation hydroélectrique de cette envergure sur le Rhône. Par conséquent, il incarne l’apparition de l’hydroélectricité et son utilisation dans les grandes villes françaises. Dans le même temps, les ouvriers présents pour la construction de cet équipement sont aussi constructeurs d’une mémoire. De nationalités différentes, ils s’installent à côté des chantiers et représentent les premières vagues d’immigration de la fin du XIXème siècle et du début du XXème siècle.

10Dans la seconde partie du XXème siècle, l’aménagement devient un prototype reproduit sur plusieurs parties du fleuve par la Compagnie nationale du Rhône. Il est aujourd’hui un espace naturel paysager pour les habitants du Grand Lyon. La production hydroélectrique continue et est assurée par EDF, ce qui renvoie à un autre type de mémoire : le service d’intérêt général et public, idée conçue par le conseil national de la résistance et appliquée dans la période d’après-guerre par cette entreprise.

11Cependant, le contexte territorial évolue entre la fin du XIXème siècle et les années 2000 : l’aménagement réalisé à l’origine dans un espace rural peu habité se trouve à présent au cœur de l’agglomération lyonnaise. L’usine et son canal sont, aujourd’hui, au centre de stratégies d’appropriation par différentes catégories d’acteurs qui se manifestent à deux échelles emboîtées : à l’échelle du site, l’exploitant industriel, EDF, concessionnaire jusqu’en 1991, se préoccupe à la fois de la rentabilité de la centrale et de la concurrence avec la Compagnie Nationale du Rhône ; les communes riveraines, réunies en syndicat intercommunal, sont sensibles aux enjeux urbanistiques et paysagers de la mise en valeur du canal de Jonage ; une partie des habitants se mobilisent dans des associations de défense de l’environnement ou du patrimoine. Enfin à un niveau supérieur, le Grand Lyon place parmi ses enjeux une appropriation métropolitaine du Rhône et de l’Est lyonnais.

2. Échelle du site : des négociations pour le renouvellement de la concession à la valorisation patrimoniale

12En 1991, EDF ne souhaite pas renouveler la concession. Trop coûteuse, peu performante à côté d’équipements plus récents, l’usine-barrage de Cusset n’est pas considérée comme un des éléments les plus productifs et rentables par l’entreprise. Au même moment, les élus des communes riveraines se rassemblent au sein d’un syndicat intercommunal pour revendiquer un partage des fonctions du canal de Jonage et pour contraindre EDF à le laisser en meilleur état. Sans le renouvellement, ces communes ne peuvent pas financer à elles seules l’entretien du site et son adaptation à la promenade. À la fin des années 1990, des habitants de l’Est lyonnais (notamment de Villeurbanne) se réunissent au sein d’un collectif pour influencer les choix d’EDF et empêcher qu’elle laisse l’usine-barrage à l’abandon. Les positions de chacun évoluent et finalement EDF renouvelle sa concession en 2002 (Gras, 2007). Aujourd’hui, l’aménagement est considéré par l’ensemble des acteurs territoriaux concernés comme un patrimoine qu’il convient de rendre accessible aux habitants. Cependant, le mot « patrimoine » n’est pas utilisé avec les mêmes objectifs.

2.1. Les intérêts d’EDF pour le renouvellement de la concession

13Par le renouvellement de la concession, EDF cherche à devenir un acteur du territoire à travers des partenariats multiples. Le responsable EDF de l’aménagement hydroélectrique de Cusset explique ses intentions :

14« Le but aujourd’hui c’est que les gens retournent vers le canal. On fait beaucoup d’aménagements pour. On investit beaucoup d’argent avec les communes et le Grand Lyon pour que l’ensemble des berges soit réapproprié par les habitants ».

15Il insiste aussi sur le fait que tout financement versé dans un projet est partagé pour un montant équivalent entre les collectivités territoriales par leurs fonds propres, ceux du Grand Lyon ou en sollicitant des institutions extérieures (région, État, Union européenne…).

16Cependant, l’objectif réel d’EDF est ailleurs : il s’agit de créer une image d’entreprise en lien avec le territoire où elle se situe. Dans le cadre de la réhabilitation du canal de Jonage, cette entreprise est aussi confrontée aux associations de protection de la nature très attentives aux usages hydroélectriques de cette voie d’eau. Cependant, pour le responsable de l’aménagement, les agents de son entreprise ont une sensibilité environnementale depuis toujours : « Nous, dans nos études qui doivent avoir lieu obligatoirement, nous devons prendre en compte l’environnement. D’un autre côté en tant qu’hydrauliciens, on a toujours été dans la nature et proches de la nature. On n’a jamais fait sans ». Son intérêt est de montrer qu’EDF ne change pas d’attitudes vis-à-vis de ce site et que ses agents ont répondu au cahier des charges de la concession précédente (entretien des digues, des écluses et désenvasement du « Grand Large »). Pour donner une bonne image d’elle-même, EDF met un bateau électrique à disposition des communes et de leurs habitants durant l’été 2011. Tandis que le président du syndicat intercommunal des communes riveraines du canal parle de « stratégie commerciale », le responsable EDF explique que cette situation « facilite la vie pour tout le monde ». Son objectif est clairement que les élus et les associations (du patrimoine ou de défense de l’environnement) le laissent faire son travail de producteur d’électricité.

  • 7 Mise en place en 1933 grâce à la volonté d’élus locaux, notamment de Léon Perrier, député de l’Isèr (...)

17Depuis la fin des années 1990, EDF est en situation de concurrence sur le marché de l’hydroélectricité. Dans ce cadre, elle souhaite obtenir certaines concessions octroyées par l’État à la Compagnie nationale du Rhône7 (CNR). À partir du site de Cusset, EDF veut construire une image d’entreprise soucieuse de l’environnement et du bien vivre des riverains. Le président du syndicat intercommunal des communes riveraines du canal de Jonage fait allusion à cette stratégie lorsqu’il dit « le canal de Jonage est aujourd’hui une bonne référence pour EDF ». Cette dernière veut faire du site de Cusset un exemple en termes de collaboration avec les collectivités territoriales et les associations présentes sur ce territoire. Son intention est de conserver une concession sur le fleuve Rhône afin d’être présent en 2023 lors de la fin de celles accordées à la CNR.

2.2. La mobilisation des élus des communes riveraines du canal de Jonage

18Le renouvellement de la concession est le moment propice pour réévaluer les accords entre les collectivités territoriales et EDF à propos de l’usage et de la gestion du canal de Jonage. Pour le président du syndicat intercommunal des communes riveraines l’aménagement de Cusset a rompu les liens entre les habitants et le fleuve : « Entre Jons et Lyon, sur 20 km, les changements du lit majeur du Rhône sont importants et aujourd’hui, le Rhône, transformé en canal, n’a pas permis l’appropriation « normale » du fleuve ». L’interlocuteur parle d’appropriation « normale » du fleuve. Celle du canal de Jonage n’apparaît pas comme telle dans la mesure où il ne s’agit pas d’un fleuve naturel mais d’un couloir d’eau canalisé pour la production d’électricité. Cependant, la transformation du fleuve en deux canaux s’est produite essentiellement à cause de celui de Miribel. Le caractère « anormal » semble venir surtout de la monofonctionnalité du canal de Jonage : pour des raisons de sécurité, EDF n’autorise pas les autres usages de canal (pêche, nage, navigation). Dans le cadre du renouvellement de la concession, l’intention première des élus municipaux est de changer cette situation.

19Dès 1990, le syndicat intercommunal d’aménagement des communes riveraines du canal de Jonage est mis en place par les élus qui revendiquent leur droit à l’usage du canal qui, selon eux, ne peut pas être uniquement un espace de production d’électricité. La question des compensations est posée par le président du syndicat : « Nous en avons discuté avec l’État et EDF et, nous, on a fait valoir qu’il fallait qu’on entre dans le régime des compensations et qu’on revienne à des usages liés au fleuve. Le syndicat a été créé pour ça et ça a été son discours ».

  • 8 Élaboration de missions d’intérêt général pour redistribuer les gains financiers de la production h (...)

20Le canal fait l’objet d’animations et d’usages ludiques comme la pêche, la promenade ou la baignade (Varaschin et Varaschin, 1992) jusqu’aux années 1950 (Gras, 2007) mais la population s’en est peu à peu désintéressée au profit du grand parc de Miribel-Jonage aménagé pour les loisirs des habitants de l’agglomération lyonnaise. Dans son discours, le président du Syndicat intercommunal d’aménagement des communes riveraines du canal de Jonage désigne EDF et l’État comme responsables de ce phénomène qu’il présente comme un handicap. Afin de compenser cette perte d’intérêt, les élus demandent à EDF de partager les dépenses pour rendre accessible les chemins de halage et de remettre en état, à ses frais, le canal et le réservoir du « Grand Large » totalement envasé. Ce type de demande n’est pas isolé : à la fin des années 1990, la même revendication est faite auprès de la Compagnie Nationale du Rhône (CNR)8 lors de discussions à propos du nouveau cahier des charges signé en 2003. EDF se trouve obligé de répondre favorablement à la requête pour rester concurrentiel face à la CNR.

  • 9 L’ « Anneau bleu » est le nom donné à la valorisation paysagère et la mise en accessibilité pour le (...)

21Aujourd’hui, cette démarche est financée en grande partie par le Grand Lyon et EDF. Elle fait partie d’un plus vaste projet nommé « l’Anneau Bleu »9. En 1998, lors de la signature d’un protocole d’accord entre EDF et les communes, ces dernières exigent de l’État la remise en état du canal, notamment du Grand Large, dégradé et envasé, et la réparation des deux écluses pour permettre de nouveau la navigation.

2.3. La mobilisation des habitants en faveur du site industriel

  • 10 La valeur historique d’un monument historique « résulte du fait qu’il représente pour nous un momen (...)

22Les actions du collectif L’Usine sans fin sensibilisent les responsables d’EDF aux dimensions patrimoniales du site. Fondé en 1999 par des associations d’habitants à l’occasion des 100 ans de l’usine-barrage de Cusset, l’USF a pour objectif de faire connaître l’aménagement de Cusset qu’il considère comme déterminant dans l'électrification de Lyon au début du XXème siècle. Les valeurs historiques10 et mémorielles sont défendues par ces habitants passionnés. L’usine-barrage de Cusset matérialise alors la mémoire ouvrière, technologique et industrielle de ce territoire. Lors des négociations, les membres du collectif USF s’appuient sur cet objet pour défendre leurs idées sur l’aménagement.

2.3.1. De la demande de classement à la convention entre USF et EDF

  • 11 À l’époque, il travaille au ministère de l’Équipement.

23En 1999, USF démarre une procédure de classement de la façade de l’usine-barrage de Cusset. Avec l’aide de son président11, le collectif sollicite le ministère de la Culture à ce sujet. Cependant, EDF refuse ce classement qui empêcherait le bon fonctionnement de l’usine-barrage de Cusset et sa modernisation. De plus, cette procédure n’est pas souhaitée par les communes avoisinantes car elle engendrerait un périmètre de protection de 500 mètres autour du bâti qui soumettrait les futurs projets sur le secteur à de fortes contraintes. Pour le président du collectif, le fait qu’il n’y ait pas eu de classement a permis à EDF de moderniser l’usine : « EDF a tout refait à l’intérieur et c’est devenu une usine très performante, plus qu’avant ». Pour lui, s’il y avait eu classement, « elle aurait dépéri comme une petite usine de fin de parcours ». Cette affirmation renvoie à la question des relations conflictuelles entre deux approches du patrimoine : une conservatrice et une fonctionnelle. Tandis que le classement de l’usine aurait permis la restauration et la conservation de ses valeurs historiques et artistiques, son non-classement favorise son usage. Or, aujourd’hui, il apparait clairement que ce qui confère le plus à un bien le statut de patrimoine et qui favorise à la fois son entretien et sa mise en relation avec un public est son utilisation et son fonctionnement.

24La mobilisation du collectif USF fait prendre conscience aux agents d' EDF de l’intérêt patrimonial de l’aménagement. Le responsable EDF explique alors pourquoi les agents de cette entreprise ne s’intéressaient pas à cette dimension avant l’intervention du collectif : « Ce n’était pas notre corps de métier. Nous, c’est produire de l’électricité ». Les revendications du collectif servent d’arguments à EDF pour mieux assoir sa légitimité à produire de l’électricité sur ce canal. Une convention de partenariat est signée entre EDF et USF en 2002. Les objectifs poursuivis par les deux signataires visent, entre autres, à favoriser la découverte du site, à expliquer son rôle dans l’agglomération, à conduire des activités pédagogiques, scientifiques et culturelles, à réfléchir à la valorisation patrimoniale de cet ensemble industriel et à participer à la valorisation des énergies renouvelables.

  • 12 Le projet urbain « Carré de Soie » commence en 2002 et a pour objectif de changer la dynamique et l (...)

25Aujourd’hui, l’objectif d’USF est de montrer le canal de l’usine à Jons comme un outil industriel dont les dimensions historiques sont à faire connaître à la population et aux élus. Le président du collectif explique ainsi que son travail « est de montrer que toute l’histoire de Lyon est liée à cette usine ». Dans ce cadre, il souhaiterait que la reconnaissance patrimoniale de cet aménagement soit plus grande dans les politiques d’aménagement urbain et paysager menées par le Grand Lyon, notamment les projets du « Carré de Soie »12 entre Villeurbanne et Vaulx-en-Velin ou de l’« Anneau Bleu » sur le site de Miribel-Jonage.

2.3.2. Les actions de sensibilisation à la dimension patrimoniale de l’usine-barrage de Cusset

26En 2007, l’illumination de la façade de l’usine-barrage de Cusset est financée en grande partie par EDF ainsi que par les communes de Villeurbanne et Vaulx-en-Velin, le Grand Lyon et la région Rhône-Alpes. Dès la signature de la convention partenariale (2002), le collectif USF joue un rôle important dans la prise en compte de cette usine comme patrimoine. Son président raconte les réactions des journalistes après la mise en lumière de l’usine-barrage : « Dans la presse, ils ont dit « il y a une usine » et moi je disais en rigolant « vous avez un Chenonceau à Lyon et vous l’ignoriez complètement ». Les médias ont repris cette idée de bâtiment ressemblant à Chenonceau ». L’esthétisation de l’équipement favorise sa reconnaissance et son acceptation par les élus et les habitants. Nous observons ainsi que par le jeu de lumière, l’objet existe sous une nouvelle forme. Il ne s’agit plus seulement d’un lieu de production d’électricité. Il se constitue en lieu de mémoire (Nora, 1997). L’objet patrimonial n’existe alors que dans son animation.

27Que ce soit en raison de la réglementation du plan Vigipirate ou de questions de sécurité liées à l’activité industrielle, l’usine n’est pas ouverte au public de manière régulière. Les Journées européennes du patrimoine répondent en partie à ce problème en mettant en relation un public avec les techniques de production d’électricité. Le responsable EDF explique l’intérêt de l’entreprise : « Depuis trois ans maintenant on participe aux Journées européennes du patrimoine et ça permet aux personnes de voir qu’elle fonctionne et ils nous posent des questions et ça a énormément de succès. On tourne entre 1000 et 1500 personnes à la journée ».

28Pour lui, les Journées européennes du patrimoine favorisent la sensibilisation des habitants au travail d’EDF. L’évènement permet à l’entreprise de faire découvrir aux habitants ses savoir-faire. Finalement, les visiteurs portent un intérêt beaucoup plus grand au fonctionnement de l’usine qu’à son architecture. Si cette mise en relation n’était pas effectuée, aucune mémoire n’y serait associée. Le responsable EDF raconte ainsi que la plupart des riverains ne savent pas que l’usine est encore en fonction : « Il y a une grande partie des personnes qui pensent que l’aménagement de Cusset ne fonctionne pas et que c’est un musée ». De l’extérieur, il est impossible de savoir ce qui se passe dans l’usine. Seul un bruit sourd indique qu’elle est en fonctionnement. Les visiteurs sont ainsi curieux de voir de leurs propres yeux les travailleurs en action. Encore une fois, l’animation et les gestes de production constituent la patrimonialité de l’objet.

29La dernière initiative, non encore réalisée, concerne la création d’un centre d’interprétation de l’aménagement qui devrait se trouver dans le « Célibatorium », maison fermée à 500 mètres de l’usine-barrage. Construit en 1911 pour maintenir la tension constante aux extrémités des lignes, ce bâtiment est ensuite transformé par EDF (1946) en logements pour des ouvriers célibataires. Il est aujourd’hui abandonné et pose des problèmes de sécurité. Initié en 2006-2007, le projet de centre d’interprétation connait un problème de portage politique et financier. Remis à l’ordre du jour en 2010 par EDF, il est encore en cours de réalisation en 2013. Véritable centre de mémoire en action, il est aussi associé à la stratégie commerciale d’EDF qui cherche à mieux s’intégrer sur son territoire d’implantation en expliquant l’intérêt de son activité. Ces mémoires sont interprétées par EDF qui s’appuie aussi sur les écrits produits ou recueillis par USF.

30L’analyse des discours des acteurs territoriaux rencontrés révèle une vision très contrastée des valeurs associées à l’aménagement de Cusset. Les valeurs paysagères attribuées à ce site par les communes limitrophes font face à la valeur d’usage défendue par EDF qui doit s’adapter à un nouveau contexte territorial. La valeur historique soutenue par USF est mise de côté car l’usage prime sur celle-ci. Ce collectif continue cependant ses démarches par d’autres actions (illuminations, publications, expositions). Il n’a néanmoins aucune légitimité juridique à agir sur ce site : il n’est ni propriétaire no concessionnaire. Seule la convention signée avec EDF matérialise l’appropriation symbolique du site par USF. L’aménagement de Cusset est pris entre exploitation, valorisation patrimoniale, ouverture au public et protection de la biodiversité.

3. Échelle métropolitaine : l’aménagement hydro-électrique pris dans les politiques territoriales du Grand Lyon

31Depuis les années 2000, l’aménagement hydroélectrique, notamment la partie où est située l’usine-barrage de Cusset, se trouve au cœur de deux projets d’agglomération pilotés par la communauté urbaine de Lyon : l’ « Anneau bleu » et le « Carré de Soie ». 

3.1. La valorisation de l’espace « naturel » paysager de Miribel-Jonage, une opération d’envergure métropolitaine

32L’ « Anneau bleu » a comme objectif principal de redonner « vie » aux canaux par la mise en place de pistes cyclables, la réhabilitation des chemins de halage et l’aménagement de haltes. Le vice-président aux fleuves du Grand Lyon explique la démarche entreprise : « L'Anneau bleu est une volonté du Grand Lyon et de ses élus de donner à cet Est lyonnais une requalification d'image à travers 3000 hectares naturels, un plan d'eau assez exceptionnel, et de rompre avec ce passé pénalisant d'urbanisation sauvage pour loger le plus grand nombre mais qui a amené ce mal-vivre et cette délinquance que l'on connait. » Pour lui, grâce à ce projet, « aujourd'hui, les six ou sept communes riveraines du canal de Jonage sont en pleine restructuration de leur centre ville avec une approche différente en voulant se ré-accrocher au canal de Jonage comme une colonne vertébrale qui rend à nouveau une lisibilité flatteuse à leur commune ». Pour la Communauté urbaine, l’un des intérêts du projet est de rattacher ces pistes le long du canal aux voies déjà existantes le long du Rhône à Lyon afin de rendre accessible par voie cyclable le Parc Miribel-Jonage depuis Lyon.

33Par les financements qu’elle apporte, la communauté urbaine est le principal porteur politique de l’ « Anneau bleu » (Grand Lyon, 2005). Le président du syndicat des communes limitrophes au canal de Jonage explique que ce dernier n’a pas les moyens financiers pour assurer ce projet : « La Communauté urbaine va donner des fonds pour ce programme. Nous, on est un petit syndicat en termes d’études, d’équipe, de matériels et, même si on a des fonds, on n’a pas la possibilité de monter à nous seuls un chantier de l’importance de l’Anneau bleu ».

34En devenant le maître d’ouvrage de ce projet, le Grand Lyon peut ainsi rendre plus accessible le parc de Miribel-Jonage et les bords des deux canaux aux Lyonnais. Dans ce cadre, il le considère comme un espace vert d’envergure métropolitaine (Autran, 2004). Néanmoins, le président du syndicat intercommunal des communes riveraines du canal de Jonage apporte une nuance à ces propos en repositionnant ce territoire dans le Grand Lyon : « Si on regarde aujourd’hui une vue d’ensemble, on se rend compte qu’on n’est plus aujourd’hui hors de l’agglomération mais au cœur de l’agglomération, on n’est plus périurbain, on est urbain. On est en ville avec la nature au cœur de la ville » Le parc de Miribel-Jonage représente un avantage pour Lyon (Bravard et al., 1995) qui détient, du coup, un grand espace de nature aux portes de la ville. De plus, les stations de pompage d’eau potable se situent dans cet espace : La Communauté urbaine de Lyon a tout intérêt à faire attention à la gestion et à la qualité des cours d’eau.

35La dénomination « Anneau bleu » fait référence à la forme d’anneau que prennent les deux canaux. Face à l’état très dégradé du canal de Miribel géré par l’État et en raison de la réticence des communes riveraines du département de l’Ain à participer au projet, peu de choses concrètes se réalisent pour ce canal. Jonage est entièrement situé dans le département du Rhône, depuis 1967, date à laquelle sont rattachées les communes de Jons et de Jonage, auparavant dans le département de l’Isère. De son côté, Miribel s’étend sur les départements du Rhône et de l’Ain et les communes de l’Ain ne veulent aucunement être rattachées au Grand Lyon, même dans le cadre d’un projet. Ces dernières n’ont pas les mêmes moyens financiers que le Grand Lyon et, du coup, elles ne veulent pas être dépossédées des décisions concernant l’avenir de leur territoire. Le site est aussi au cœur du conflit historique entre Lyon et Villeurbanne (Scherrer, 1995) et plus largement les communes de l’est de l’agglomération lyonnaise. Durant le XIXème siècle, Lyon annexe progressivement les communes limitrophes (La Guillotière, Vaise et Croix-Rousse) de façon à s’agrandir. Tout au long du XIXème siècle, la municipalité lyonnaise tente, avec l’aide de l’État, d’absorber les communes de l’Est lyonnais. Cependant, de leur côté, celles-ci veulent rester autonomes et unies face à Lyon. Les projets de l’ « Anneau bleu » et du « Carré de soie » participent encore actuellement de ces désirs de conquête lyonnaise sur l’est de l’agglomération.

36Le rapport conflictuel entre le Grand Lyon d’un côté, les mobilisations associatives et les élus de l’Est lyonnais de l’autre à propos de l’appropriation de cet espace, est visible par l’utilisation de l’instrument « patrimoine ». Le Grand Lyon s’appuie sur les Journées européennes du patrimoine, dont il a la compétence depuis 2005, pour affirmer et rendre visible sa politique communautaire (Colin, 2009). Le passé industriel de l’agglomération y est exploité pour montrer le lien historique qu’il peut y avoir entre toutes les communes de l’agglomération. Dans ce cadre, l’usine-barrage de Cusset est considérée par les coordinateurs des Journées européennes du patrimoine comme un patrimoine du Grand Lyon. De leur côté, les associations et les élus de l’Est lyonnais présentent cet aménagement comme l’initiateur de l’urbanisation et de l’industrialisation de l’Est lyonnais et de Lyon en général pour affirmer le poids politique historique de cette partie de l’agglomération par rapport à la conquête lyonnaise. Les associations de défense du patrimoine réunies tentent de valoriser « leurs » patrimoines matérialisant leurs mémoires ouvrières.

3.2. L’usine-barrage de Cusset intégrée dans le projet « Carré de Soie »

37Au début des années 2000, la Communauté urbaine de Lyon s’intéresse à l’est de l’agglomération, territoire dénigré à cause de son image de banlieues populaires. L’adjoint au développement territorial de Villeurbanne montre que, contrairement à Lyon qui est une ville historique, Villeurbanne s’est développée principalement par l’expansion urbaine et industrielle au début du XXème siècle. L’immigration provoquée par l’industrialisation fut très importante à cette époque et l’arrivée massive de population a produit ce qui est désigné par le vice-président aux fleuves du Grand Lyon comme de « l’urbanisation démunie de toute qualité urbaine ». La ville de Vaulx-en-Velin est plus connue en France pour ses problèmes sociaux que pour le parc de Miribel-Jonage ou ses jardins ouvriers.

38Les premiers mouvements de contestation des changements urbains prévus dans l’Est lyonnais commencent avec la constitution de L’Usine sans fin et se poursuivent, dans le cadre du projet urbain « Carré de Soie », avec la mobilisation contre la destruction de l’Usine TASE (Textile Artificiel du Sud Est) fermée en 1980 (Ben Ameur, 2008). Cela se concrétise sous la forme d’un collectif d’associations nommé Cercle de la Soie Rayonne qui regroupe certains protagonistes du collectif USF.

  • 13 La Mission site historique de la ville de Lyon, depuis 2000, anime et gère le site inscrit au Patri (...)
  • 14 Fondée en 1989 sous l’impulsion de Michel Noir, maire de Lyon, l’association RUL a pour mission d’a (...)

39Ces protestations ont des effets sur les prises de décision et les démarches engagées par le Grand Lyon. En 2008, la Communauté urbaine commande à l’Agence d’urbanisme un diagnostic patrimonial pour identifier les entités territoriales et architecturales perçues comme des témoignages du développement de la partie est de l’agglomération lyonnaise (Forêt, 2009). Dans cette étude, l’usine de Cusset et les bâtiments EDF sont montrés comme des éléments à « fort potentiel patrimonial ». La mobilisation sociale pour sauver l’usine TASE aboutit à son inscription aux monuments historiques le 25 mai 2011. De son côté, les élus du Grand Lyon comprennent leur intérêt à prendre en compte un nouveau type de patrimoine favorisant la construction d’une « identité » Grand lyonnaise. Dans cette même dynamique, l’agence d’urbanisme de Lyon produit un Atlas de l’aventure industrielle de l’agglomération lyonnaise (Berthe et al., 2009) qui traite des liens entre les différents territoires de l’industrie dans cette agglomération. Les Journées européennes du patrimoine sont, dans la même optique, transférées des communes au Grand Lyon et la « Mission site historique » de Lyon13 coordonne cet évènement à l’échelle de la Communauté urbaine puis de la Région urbaine de Lyon (RUL)14 à partir de 2010.

Conclusion 

40À l’échelle du site, la valeur paysagère défendue par les élus s’est imposée progressivement à la vision monofonctionnelle qu’en avait EDF. Le collectif USF revendique les valeurs historiques et mémorielles du site. En lien avec EDF, il veut mettre en relation le site industriel avec les habitants lyonnais et grands lyonnais par la publication d’ouvrages, par l’illumination de la façade de l’usine-barrage de Cusset et par son ouverture au public. À l’échelle métropolitaine, les projets d’agglomération portés par le Grand Lyon doivent faire face à la mobilisation d’habitants qui veulent défendre la mémoire ouvrière de l’Est lyonnais par la conservation de traces architecturales. Dans ce cadre, les agents et les élus de la Communauté urbaine de Lyon prennent conscience de leur intérêt à prendre en compte le patrimoine dans ces politiques urbaines. EDF, de son côté, cherche à s’ancrer davantage sur ce territoire par cette dimension patrimoniale et par ses liens avec les différents acteurs territoriaux (élus, associations sportives, du patrimoine et de défense de l’environnement).

41L’étude de cas de l’aménagement de Cusset présente le double processus qui conduit, des négociations pour le renouvellement de la concession à la construction patrimoniale de l’objet. Enjeux sociaux, mémoriels, politiques, économiques et marketing se mêlent à propos de ce même espace. Dans ce cadre, chaque enjeu peut s’incarner dans le mot « patrimoine » qui est employé par l’ensemble des acteurs territoriaux mais dans des intentions et des sens différents.

42Le cas étudié reste, néanmoins, particulier par le fait que l’usine-barrage de Cusset est encore en fonction. L’originalité de cet exemple vient du fait que l’activité est l’élément qui permet la construction patrimoniale de l’usine-barrage. Contrairement aux processus patrimoniaux « classiques », tout l’enjeu est, ici, le maintien de l’exploitation de l’aménagement. L’utilisation du mot « patrimoine » ne renvoie pas à des désirs « conservateurs » mais de « durabilité ». En devenant outil de négociation, la notion de patrimoine fait son entrée dans le monde contemporain et ne désigne plus seulement les objets inutilisés ou en « fin de vie » : le patrimoine est ici ce qui fonctionne et détient une utilité aujourd’hui et dans le futur.

Haut de page

Bibliographie

Autran S., 2004, Les infrastructures vertes à l’épreuve des plans d’urbanisme, Lyon : Éditions du CERTU, 320 p.

Ben Ameur N., 2008, Le patrimoine industriel, objet de conflits ? Exemple de l’ensemble TASE dans le projet urbain du Carré de Soie, mémoire ENTPE sous la direction de N. Zanetti, ENTPE, 104 p.

Berthe F., Cigolotti A., Wasserstrom S., 2009, Atlas de l’aventure industrielle de l’agglomération lyonnaise (XIXème-XXIème siècle), Lyon : Agence d’urbanisme pour le développement de l’agglomération lyonnaise, 116 p.

Bravard J.-P.., 1987, Le Rhône du Léman à Lyon, Lyon : Ed La Manufacture, 451 p.

Bravard J.-P., Amoros A., Davallon J., Girel J., Laurent A-M., Micoud A., 1995, « Orientations pour la mise en valeur du site de Miribel-Jonage » in Bravard J-P., Laurent A-M., Davallon J., Bethemont J. (dir), Les paysages de l'eau aux portes de la ville, Lyon : PRSH Rhône-Alpes et Centre Jacques Cartier, pp. 3-56

Colin C., 2009, Les villes patrimoniales à l’heure de l’internationalisation, mémoire de master 2 sous la direction de N. Baron-Yellès, Université Paris-Est, 132 p.

Forêt C., 2009, De l’épopée industrielle de l’Est lyonnais au projet urbain du « Carré de Soie », ou l’invention d’un territoire d’agglomération : Brève histoire d’un retour vers le futur, Lyon : Grand Lyon Millénaire 3, 38 p.

François H., Hirczak M., Senil N., 2006, « Patrimoine et territoire : la co-construction d’une dynamique et de ses ressources », Revue d’économie régionale et urbaine, n° 5, pp. 683-700.

Gérardot C., 2007, Fleuves et action urbaine : de l’objet à l’argument géographique, Le Rhône et la Saône à Lyon, retour sur près de trente ans de « reconquête » des fronts d’eau urbains, Thèse en géographie en Aménagement et urbanisme, sous la direction de F. Scherrer, 513 p.

Gumuchian H., Pecqueur B. (dir), 2007, La ressource territoriale, Paris : Economica Anthropos, 252 p.

Grand Lyon, 2005, Charte d’objectifs de l’Anneau bleu, Lyon : Grand Lyon, 18 p.

Gras P., 2007, « Un trésor se révèle », Les guides du patrimoine rhônalpin, n° 40, 60 p.

Lechner G., 2006, Le fleuve dans la ville, la valorisation des berges en milieu urbain, La Défense : DGUHC, 120 p.

Nora P. (dir), 1997, Lieux de mémoire, vol. 1, Paris : Gallimard, 1642 p.

Riegl A., 2003, Le culte moderne des monuments. Sa nature, son origine (1ère édition :1903), Paris : L’Harmattan, coll. Esthétiques, 124 p.

Scherrer F., 1995, « Genèse et métamorphose d'un territoire d'agglomération urbaine : de Lyon au Grand Lyon », Revue de géographie de Lyon, vol. 70, n° 2, pp. 105-114.

Varaschin A., Varaschin D., 1992, La Construction du canal de Jonage, Grenoble : La Luiraz, 320 p.

Veschambre V., 2008, Traces et Mémoires urbaines, Enjeux sociaux de la patrimonialisation et de la démolition, Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 310 p.

Haut de page

Notes

1 Notre recherche doctorale est soutenue par l’Établissement public Loire et le FEDER au titre du Plan Loire grandeur nature, troisième plan interrégional de bassin de la Loire (2007-2013). Elle porte sur une analyse des processus d’extension de la construction patrimoniale et mémorielle des fleuves aux équipements industriels en activité. Pour cela, nous comparons des études de cas dans les vallées de la Loire et du Rhône. L’aménagement hydroélectrique de Cusset est un de nos terrains d’études.

2 Fondée en 1999, le collectif L’Usine sans fin (USF) regroupe l’Association Mémoires, l’Institut d’histoire sociale de la CGT, l’association Robins des villes, le président du Conseil du quartier de Tonkin, Ebulliscience, ALEA et ARLEDUC, le syndicat CGT de l’usine ainsi que l’Amicale des anciens de Cusset.

3 Nous reprenons ici ce terme bien qu’il soit impropre – la Saône n’est pas un fleuve mais un affluent du Rhône – dans la mesure où il est adopté par les acteurs et les analystes.

4 Ingénieur des Ponts et Chaussées, il participe, entre autre, à l’édification des quais de Lyon.

5 Ancien président du Conseil des prud’hommes et de l’association Syndicale de la fabrique lyonnaise, il est par la suite le fondateur du Syndicat lyonnais des forces motrices du Rhône qui détient la concession du canal de Jonage jusqu’à la mise en place d’EDF (1946).

6 Ni l’une ni l’autre n’ont fonctionné (Bravard, 1987).

7 Mise en place en 1933 grâce à la volonté d’élus locaux, notamment de Léon Perrier, député de l’Isère de 1910 à 1919 puis Sénateur de 1920 à 1940, elle est concessionnaire de la quasi-totalité du Rhône qu’elle exploite à travers trois missions : la navigation, la production hydroélectrique et l’irrigation des terres agricoles.

8 Élaboration de missions d’intérêt général pour redistribuer les gains financiers de la production hydroélectrique vers les communes rhodaniennes.

9 L’ « Anneau bleu » est le nom donné à la valorisation paysagère et la mise en accessibilité pour les piétons et les cyclistes des chemins de halage des canaux de Jonage et de Miribel (voir section 3.1 ci-dessous).

10 La valeur historique d’un monument historique « résulte du fait qu’il représente pour nous un moment déterminé de l’évolution dans un domaine quelconque de l’activité humaine » (Riegl, 2003).

11 À l’époque, il travaille au ministère de l’Équipement.

12 Le projet urbain « Carré de Soie » commence en 2002 et a pour objectif de changer la dynamique et l’image de l’Est lyonnais en y implantant une zone commerciale de taille métropolitaine et en réhabilitant des pans entiers de territoires, que ce soient des logements sociaux ou des friches industrielles (voir section 3.).

13 La Mission site historique de la ville de Lyon, depuis 2000, anime et gère le site inscrit au Patrimoine mondial (Colin, 2009) et, depuis 2005, elle a pour mission au sein de la Communauté urbaine de Lyon de coordonner des Journées européennes du patrimoine à l’échelle du Grand Lyon

14 Fondée en 1989 sous l’impulsion de Michel Noir, maire de Lyon, l’association RUL a pour mission d’animer la concertation et la mise en place de projets territoriaux à l’échelle d’un vaste territoire comprenant le Grand Lyon, la région Rhône-Alpes, Saint-Étienne Métropole, les départements de l'Ain, de l'Isère, de la Loire et du Rhône et les communautés d'agglomération de la Porte de l'Isère, du Pays Viennois, de Villefranche-sur-Saône, du Grand Roanne et de Bourg-en-Bresse. Elle est présidée aujourd’hui par Gérard Collomb, sénateur-maire de Lyon et président du Grand Lyon.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte n° 1 : Aménagement hydro-électrique de Cusset
Crédits Réalisation : Clément Colin, 2013.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2312/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Photo n° 1 : Façade de l’usine-barrage de Cusset
Crédits Source : www.culture.gouv.fr, base mérimée.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2312/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clément Colin, « Le patrimoine, un argument de négociation pour l’aménagement d’un espace », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 21 | 2014, mis en ligne le 18 février 2014, consulté le 01 mai 2017. URL : http://tem.revues.org/2312 ; DOI : 10.4000/tem.2312

Haut de page

Auteur

Clément Colin

Doctorant
Université Paris Est -École des Ponts ParisTech
6-8 Avenue Blaise Pascal
Champs sur Marne
F-77455 Marne la Vallée Cedex 2
colinc@enpc.fr
colinclement@orange.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page