Navigation – Plan du site
Articles

La valorisation du végétal à Angers : de la ressource au patrimoine ?

Valuation of vegetation as a ressource for heritage in Angers
Sophie Deraëve
p. 69-81

Résumés

L’article questionne les liens entre processus de patrimonialisation d’une ressource et spécialisation d’une agglomération autour d’une thématique originale : le végétal. Dans le contexte angevin, le « végétal » renvoie à un contenu spécifique qui est construit depuis les années 1980 par les acteurs publics et économiques Il désigne la production horticole, mais aussi des fonctions urbaines : enseignement supérieur, R&D, et plus récemment un nouvel aspect du tourisme à thème, Terra Botanica. L’innovation technologique, à travers le pôle de compétitivité Végépolys, est le principal domaine de valorisation du végétal. Parallèlement, la production de différents signes spatiaux et a-spatiaux et de symboles autour du végétal amène à poser l’hypothèse de la patrimonialisation de cette ressource. La mobilisation des acteurs publics peut-elle faire émerger une spécificité territoriale de l’agglomération autour du végétal ? L’article s’appuie sur des entretiens menés en 2010, sur l’analyse de la presse et de documents historiques ou prescriptifs. Il propose une lecture du processus de patrimonialisation du végétal (partie 1). Il expose comment le traitement mémoriel et patrimonial de la ressource vient appuyer la redynamisation de l’économie locale (partie 2). Enfin, la mobilisation des acteurs autour du patrimoine végétal est analysée comme une opportunité de différenciation territoriale (partie 3).

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1En Anjou, l’horticulture et la vigne font partie des paysages et des savoir-faire historiques du territoire. Ces ressources représentent un levier ancien de valorisation économique. A partir des années 1980, pour appuyer la spécificité de la thématique du végétal à Angers, différents acteurs importants (Comité Interprofessionnel du Végétal Spécialisé -CIVS-, Collectivités, Université) ont désigné par « végétal spécialisé » certaines productions à haute valeur ajoutée de l’agriculture : semences, horticulture ornementale, arboriculture, maraîchage, viticulture, culture du champignon, plantes médicinales et aromatiques et cidriculture. Pour ces activités, la ressource végétale est traitée de manière souvent contradictoire : tantôt la mise en valeur du végétal s’accompagne de mutations dans l’exploitation, dans l’usage et la nature même de la ressource, tantôt la ressource est préservée, à l’exemple de la mise en place d’une charte foncière de protections des espaces horticoles. Progressivement, le « végétal » est devenu le terme employé par les acteurs économiques et institutionnels locaux pour désigner largement la « ressource végétale à valoriser ».

2La notion du « végétal angevin » se construit peu à peu avec des interprétations différentes : elle peut renvoyer à des productions, des biens communs, des savoir-faire. Le thème du végétal traverse l’histoire angevine, et a opéré différentes évolutions, notamment sur le plan horticole et industriel. Dans la période récente, il est porté à travers deux opérations emblématiques : Végépolys, le pôle de compétitivité labellisé en 2006 et le parc à thème Terra Botanica, inauguré en 2010. Si Végépolys entend renforcer les synergies entre innovations technologiques et ancrage local de la production et de savoir-faire horticoles, avec Terra Botanica, le végétal prend une nouvelle orientation assez éloignée de l’héritage local. En effet, le parc propose des attractions qui ne présentent pas de lien évident avec les spécificités horticoles angevines. Pourtant, la réalisation du projet a été justifiée en s’appuyant sur l’importance historique du secteur du végétal en Anjou.

3Ces différentes modalités de valorisation constituent-elles un processus de patrimonialisation (Léniaud, 1992) de la ressource végétale ? La forte mobilisation des acteurs publics amène à poser l’hypothèse de la production sociale (Di Méo, 2008 : 2) d’un patrimoine végétal angevin. Le « patrimoine végétal », le végétal vu sous l’angle patrimonial, ne fait pas immédiatement sens, bien que les contours de la notion de patrimoine se soient considérablement élargis (Rautenberg, 2003). Dans une première acception ; il revêtirait des aspects techniques et paysagers, de la transmission des techniques à la préservation des cultures horticoles. Il accorderait une moindre importance aux parcs urbains, davantage traités comme des éléments paysagers que patrimoniaux (Garat et al., 2008). Le traitement récent du thème du végétal amène à penser que le contenu du « patrimoine végétal » se transforme. L’exemple du patrimoine végétal angevin illustre plus largement l’évolution de la notion de patrimoine : « Le patrimoine est devenu une affaire (au sens économique), un enjeu (un sens de l’image de la ville ou d’un site et une distraction (selon les modalités de l’industrie culturelle). »(Pumain et al., 2006 : 209).

4Comme souvent dans les stratégies d’attractivité des villes, les processus de patrimonialisation sont motivés par des finalités économiques (Di Méo, 2008). Les différents ressorts de la patrimonialisation de la ressource végétale sont des points d’appui à la construction de stratégies autour de l’attractivité du territoire. La déclinaison de la ressource végétale à travers la construction d’une identité territoriale autour de produits, de savoir-faire, d’animation culturelle, de paysages va constituer un actif spécifique (Pecqueur, 2006) et donner au territoire les moyens d’un développement endogène basé sur la différenciation du territoire (Landel et Sénil, 2009). L’affirmation d’une spécialisation thématique s’appuyant sur le végétal, articulée autour de fonctions métropolitaines (R&D et enseignement supérieur) pourrait permettre à l’agglomération angevine d’élargir son rayonnement économique.

5Aujourd’hui, le « verdissement » fait partie des éléments récurrents des stratégies urbaines (Poirot-Delpech et Raineau, 2012). Cette tendance tendrait à relativiser la spécificité angevine du végétal. Mais, la valorisation du végétal à Angers s’appuie sur démarche originale qui cherche à rapprocher patrimoine et innovation technologique et urbaine. Encore faut-il en identifier les modalités, les originalités et également les limites.

6L’article s’appuie sur des entretiens menés en 2010, sur l’analyse de la presse et de documents historiques ou prescriptifs. Il propose une lecture du processus de patrimonialisation du végétal (partie 1). Il expose comment le traitement mémoriel et patrimonial de la ressource vient appuyer la redynamisation de l’économie locale (partie 2). Enfin, la mobilisation des acteurs autour du patrimoine végétal est analysée comme une opportunité de différenciation territoriale (partie 3).

1. Les différents aspects du « patrimoine végétal » à Angers

1.1 Le contexte territorial : l’atout de la « douceur angevine » 

  • 1 Atlas Les Echos n° 19991 du 26/04/1999, p. 71.

7Á l’échelle européenne, Angers, préfecture du Maine-et-Loire, est une ville de taille moyenne. La ville polarise une aire urbaine de 394 710 habitants et constitue le centre d’une Communauté d’Agglomération (Angers Loire Métropole) de 33 communes et de 283 000 habitants en 2009. Elle profite du dynamisme démographique du Grand Ouest Français : l’aire urbaine a gagné plus de 20 000 habitants entre 1998 et 2008. 45 % de la population vit désormais dans le périurbain, ce qui entraine des conflits d’usage sur ce territoire qui demeure fortement agricole. L’attractivité résidentielle reflète un dynamisme économique convenable : le bassin d’emplois offre plus d’emplois qu’il y a de résidents (+13 600 en 2006). La base économique est diversifiée avec 77 % d’emplois tertiaires et des profils plutôt qualifiés (15 % de cadres et de professions intellectuelles supérieures en 2006). La qualité de vie est un atout vanté auprès des décideurs : « La douceur angevine n'est pas un mythe, mais bien une réalité qui profite au développement économique de la région »1.

8Cependant, à l’image d’autres villes moyennes, Angers a été très fortement fragilisée par la désindustrialisation, notamment de sa filière électronique. La fermeture de Technicolor en 2012 est un des derniers soubresauts (350 salariés). L’agglomération cherche à renouveler les facteurs de sa performance dans la déclinaison de la ressource végétale : horticulture, innovation, tourisme. Le choix de la valorisation du « végétal » s’appuie sur un environnement économique conséquent, estimé à quelque 4 200 entreprises et plus de 20 000 emplois au niveau départemental, concentrés essentiellement sur le bassin d’emploi angevin.

9De nombreux projets d’aménagement ont été lancés pour moderniser l’agglomération : tramway et contournement de l’autoroute inaugurés en 2011, requalification des berges de Maine à l’horizon 2030, Gare Plus, le plus grand centre commercial de l’Ouest, « l’ Atoll », ouvert en 2012. Au nord de l’agglomération, à Angers et Avrillé, le projet Mayenne-Capucins est le projet urbain le plus ambitieux et le plus original. La création de ces deux nouveaux éco-quartiers contigus, destiné à accueillir 20 000 nouveaux habitants 10 000 logements sur 240 hectares à l’horizon 2025, s’accompagne de nombreux équipements structurants déjà livrés en 2012 : une école et une crèche, une résidence universitaire, un stade, le campus universitaire de l’ESEO (école supérieure d’électronique de l’Ouest).

1.2 Les atouts patrimoniaux angevins et le statut particulier du végétal

1.2.1 Les différents patrimoines « activés »

10Á Angers, les processus patrimoniaux ont été observés par V. Veschambre (2008 :160) : « La situation angevine parait exemplaire des mécanismes qui se mettent en place lorsqu’il n’y a pas de reconnaissance locale des héritages industriels » Cette allusion renvoie à l’effacement des traces des héritages industriels locaux les plus importants : les usines textiles et les corderies Bessonneau dans les faubourgs angevins (le Mail, la Gare et la Madeleine) qui ont fait vivre un tiers de la population angevine au cours du XIXème siècle. Les choix urbanistiques des années 1960 ont fait disparaitre les principaux héritages de l’industrie, jusqu’à ce que « l’on oublie qu’Angers était une ville industrielle » (Veschambre, 2005 : 90). Un abondant patrimoine bâti est valorisé : 2 992 édifices sont protégés dans la commune d’Angers, près de 20 fois plus qu’à Reims, Amiens ou Orléans. Le centre-ville est principalement concerné, autour des quartiers médiévaux : Château et de la Doutre, Cloître Toussaint, Musée des Beaux-Arts, Collégiale Saint-Martin. Par endroits, des processus de gentrification très marqués se développent. C’est le cas pour le quartier de la Doutre où les loyers ont quadruplé en quinze ans (Veschambre, 2008 : 69).

1.2.2 Le végétal : une présence ancienne dans la culture locale et l’espace urbain

  • 2 www.angers.fr, consulté le 5/12/2011

11Si les traces industrielles ont été effacées depuis l’après-guerre, une mémoire des savoir-faire agricoles est fortement valorisée. C’est ainsi qu'autour des acteurs de la filière horticole se construit une mémoire industrielle angevine. Dès la Révolution Industrielle, le lien est scellé entre horticulture et industrie. Angers est considérée comme étant à la tête d’un « mouvement industriel » horticole (Turgan, 1863 : 11). Les pépiniéristes locaux attirent des compétences de haut niveau (les colporteurs de l’Oisans). Une main-d’œuvre qualifiée s’organise rapidement. Dès 1838, une section de la Société d’agriculture2 regroupant pépiniéristes, horticulteurs et « marchands-greniers » organise des expositions sur les plantes. Dès 1860, elle met en place des enseignements dispensés par des professionnels et un diplôme qualifiant (Deguil, 1933). Déjà, la dimension internationale de l’horticulture angevine est valorisée : « Aux environs de Paris, à Metz, à Orléans, et surtout à Angers, existent de véritables manufactures d’arbres et d’arbustes que les chemins de fer transportent ensuite vers les divers points de l’Empire » (Turgan, 1863 : 11).

12Les pépiniéristes angevins développent leur activité dans la ville d’Angers. Leroy et Vilmorin (quatrième semencier mondial aujourd’hui) s’imposent alors comme des figures emblématiques de l’entreprenariat horticole. Si l’urbanisation a progressivement recouvert les anciennes serres et pépinières, un marquage spatial rappelant ce passé industriel est fréquemment évoqué à travers la toponymie des rues et places de la ville (Place André Leroy, Boulevard du Roi René, Promenades Jean Turc, etc.) Ces marques discrètes dans l’espace urbain rappellent des aspects économiques et entrepreneuriaux du patrimoine végétal.

13Ces différents aspects s’inscrivent dans une appropriation de longue date des plantes par les acteurs économiques. Les affiches de J-A Mercier ont illustré quinze foires commerciales de l’Anjou entre 1924 et 1983 en mettant en avant les produits horticoles comme emblèmes de la région et ont contribué à diffuser une représentation de l’économie locale construite sur une imagerie végétale. (Figure 1)

Figure 1 : L’iconographie publicitaire : un marqueur de la patrimonialisation du végétal

Figure 1 : L’iconographie publicitaire : un marqueur de la patrimonialisation du végétal

Source : Anne-Claude Lelieur (1995), Jean-Adrien Mercier, affichiste, Paris bibliothèque

14La culture des jardins est l’autre registre botanique revendiqué comme un élément de la mémoire culturelle angevine, créant ainsi un marquage plus visible de la patrimonialisation à l’œuvre autour de la ressource végétale : l’histoire locale attribue au Comte de Plantagenêt la mode des jardins (XIIème siècle) et véhicule l’image du Roi René (XVème siècle) en amoureux des fleurs. Sous l’Ancien Régime, Angers a été un lieu de villégiature prisé par la bourgeoisie locale. Ce patrimoine rural (Letellier-d’Espinose, Biguet, 2009) est désormais intégré au milieu urbain et rappelle la proximité de la campagne dans les pratiques citadines. Aujourd’hui, 87 de ces anciennes « maisons de campagne » existent encore en ville, dont certaines ont été transformées en parcs ouverts au public (Parc du Hutreau, Parc du Pin).

15Les expressions d’un patrimoine –au sens de bien commun- autour du végétal se matérialisent également dans la réhabilitation des espaces publics, lieux privilégiés de la construction de l'identité individuelle et collective (Ghorra-Gobin, 2001). Ainsi, la place du Ralliement, le cœur du centre-ville, a été parée d’un nouveau mobilier urbain évoquant plantes et feuillage. Ces motifs décoratifs convoqués dans l’espace public rappellent de manière diffuse la présence du végétal dans la ville.

1.3 Une appropriation locale du thème du végétal ?

1.3.1 Des animations autour du patrimoine végétal

16Á partir des années 2000, le processus de valorisation de la ressource végétale va prendre un nouvel aspect : les acteurs publics vont la mobiliser pour renforcer l’identité angevine, à l’appui de l’attractivité territoriale. La suggestion d’une identité partagée autour de la botanique est offerte au grand public par l’investissement de toutes sortes de lieux et la création de manifestations. Plusieurs expositions sur le Végétal ont été organisées dans les lieux culturels angevins (Le Quai en 2007 ; Médiathèque Toussaint en 2011), des journées portes-ouvertes ont lieu au sein de Végépolys. Les Journées du Patrimoine ont été doublées de « Journées du Végétal ». L’Université participe également à l’identification de processus de patrimonialisation de la ressource végétale : depuis 2009, des recherches sont menées sur l’histoire du végétal, donnant lieu à différents colloques et à un axe de recherche pluridisciplinaire « Cultures du Végétal » autour des laboratoires d’histoire, d’aménagement et de littérature.

1.3.2 Une survalorisation de la dimension identitaire du végétal ?

  • 3 Symboles recherchés : « produit-phare », « site ou lieu », « savoir-faire », « entreprise », « mani (...)

17Les références à l’histoire locale du végétal sont réactualisées dans l’espace urbain, des événements culturels multiplient les allusions et rapprochent les citadins du végétal. Ces manifestations suggèrent une appropriation possible par la population du végétal comme marqueur identitaire du territoire. Cependant, il faut sûrement relativiser l’importance du végétal comme patrimoine collectivement approprié. En 2009, la communauté d'agglomération a lancé une démarche de diagnostic sur son identité territoriale. Deux enquêtes ont été réalisées : une première pour prendre la mesure de la réputation d’Angers auprès des Français non résidents dans le Maine-et-Loire, outil du marketing territorial pour identifier son attractivité « hors les murs ». La seconde a identifié les représentations de l’espace vécu des habitants pour anticiper leur maintien sur le territoire. L’enquête a proposé différents symboles3 permettant de définir « l’identité territoriale » partagée par les Angevins. 16 % de l’échantillon a choisi l’horticulture comme produit phare, derrière quatre autres produits emblématiques de la région : le vin, le Quernon d’ardoise (confiserie locale), le Cointreau, et l’ardoise. 24 % des enquêtés considèrent l’horticulture comme un « savoir-faire » emblématique de l’Anjou, derrière la viticulture et l’extraction d’ardoises. Ces résultats reflètent le sentiment d’appropriation relativement faible du végétal, ce qui invite à nuancer la place de la thématique dans les représentations qu’ont les angevins de leur territoire.

18Le thème du végétal investit l’espace urbain et est construit comme un élément du patrimoine local, dont le contenu est large, tour à tour héritage de savoir-faire horticoles et scientifiques, objet de mémoire des pratiques commerciales ou paysage à préserver. Les acteurs publics vont développer un discours sur l’identité et la mémoire du végétal pour renforcer le sentiment d’une identité collective, mais surtout pour permettre de légitimer un discours économique consensuel et fédérateur.

2. La ressource végétale : un motif mémoriel et patrimonial à l’appui d’une redynamisation de l’économie angevine ?

19La valorisation du végétal participe à la production d’un capital symbolique consensuel qui rapproche les acteurs politiques, parapublics et économiques, tout en cherchant à associer la société civile. Mais la revendication d’un patrimoine végétal amène un renouvellement des usages de la ressource, portés par des jeux d’acteurs spécifiques.

2.1 Une mobilisation ancienne des acteurs institutionnels locaux autour du végétal

20La valorisation du potentiel horticole a été favorisée par l’engagement des collectivités dès les années 1980 alors que la question de la capacité d’adaptation du secteur à la concurrence mondiale sur le plan de la production devenait sensible. Aujourd’hui, la Région finance le pôle Végépolys ; Angers Loire Métropole (2003) a mis en place une charte foncière pour préserver les espaces horticoles et soutient la filière via Angers Technopôle, le Conseil Général a choisi de traiter le végétal sur un registre touristique avec Terra Botanica. Ces déclinaisons d’engagement élargissent les jeux d’acteurs qui contribuent soit à la préservation, soit à l’exploitation de la ressource végétale.

21La mobilisation des acteurs a été facilitée par l’arrivée à différents postes à responsabilité économique et politique de notables liés au milieu horticole, que ce soit dans le champ de la production ou de la recherche industrielle. A titre d’exemple, un trio d’acteurs a joué des rôles déterminants : Robert Goxe4, directeur de la Chambre de Commerce et d’Industrie de 1966 à 1993, est le pionnier de l’innovation végétale. En 1982, il créée le PRIA (Pôle de Recherche et d’Innovation Angevin), précurseur d’Angers Technopole (1986), qui donne naissance en 1983 au Pôle du Végétal où, pour la première fois de manière institutionnelle, les milieux économiques industriels et universitaires peuvent organiser l’avenir de la filière. Dans les années 1990, Jean Quessada, directeur d’Angers Technopole joue un rôle actif pour structurer la proximité relationnelle entre les acteurs : « Outre le végétal, le second point qui caractérise la technopole d'Angers est sa fonction de réseau »5. Louis-Marie Rivière a été président du centre de recherche de l’INRA Angers et du pôle végétal. Président du Conseil de Développement de la Région Angevine depuis 2009, il organise des manifestations de vulgarisation autour des plantes et suggère aux collectivités un rapprochement entre la société civile et la thématique du végétal, exprimé dans la proposition du Conseil de Développement (2011) : « Le végétal, élément fondateur de l’identité Angevine » (p.21). Son action souligne les intentions de diffusion du thème du végétal à la société civile sur un registre identitaire. Pour le végétal angevin « la sélection des éléments patrimoniaux dépend étroitement du jeu de ces acteurs variés » (Di Méo, 2008, p. 12).

2.2 La patrimonialisation du foncier horticole

22Depuis les années 1960 (plan Pisani, 1966) et jusqu’à la charte foncière mise en place en 2006, le politique a tenté de limiter la disparition des zones horticoles exposées à de fortes pressions urbaines, principalement en périphérie de l’agglomération, le long de la Maine et de l’Authion (figure 2).

Figure 2 : Les orientations stratégiques en faveur de la gestion du patrimoine horticole en Anjou

Figure 2 : Les orientations stratégiques en faveur de la gestion du patrimoine horticole en Anjou

Source : Angers Loire Métropole (2006)
Conception : S. Deraëve, S. Piantoni

23La charte foncière est un document prescriptif, mis en place à la demande des acteurs de la filière et a pour signataires le préfet, le Conseil Général, les collectivités, la Chambre d’agriculture, le CIVS (Comité Interprofessionnel du Végétal Spécialisé). Deux types de sites sont identifiés : les sites à préserver (figure 2 secteurs 2 et 4) et les sites à développer (figure 2 secteurs 1 et 3). Les nouveaux espaces de production au nord et à l’est s’éloignent des sites historiques des cultures (Ménard, 1956), modifiant ainsi la géographie des cultures horticoles. Le déplacement de ces zones de culture questionne la préservation à long terme des terres du patrimoine foncier et la préservation des types de plantes cultivées au profit des expérimentations sur le végétal spécialisé soutenu par Végépolys. La charte illustre la patrimonialisation limitée du foncier horticole et sert principalement de cadre pour accompagner les mutations spatiales et de la ressource à l’appui de l’innovation végétale soutenue par le pôle de compétitivité.

2.3 Végépolys : du patrimoine horticole à l’innovation végétale

  • 6 Entretien avec la coordinatrice innovation au pôle de compétitivité Végépolys, 4/01/2011
  • 7 Ibid

24Le pôle de compétitivité Végépolys n’est pas seulement une réponse opportuniste des acteurs locaux à l’appel lancée par la DIACT en 2004. La labellisation du pôle va permettre de formaliser au niveau national la capacité préexistante d’innovation organisationnelle des acteurs des filières du végétal6. Le milieu horticole angevin se prévaut d’une longue tradition de capacité collective autour de l’innovation horticole. Depuis le XIXème siècle, elle lui aurait permis de résister aux crises successives du système productif et d’être un secteur agricole affranchi des aides de la Politique Agricole Commune7. L’acceptation régulière de l’innovation (dans les procédés mais aussi dans la capacité à organiser la filière) est un aspect du système productif horticole angevin. L’innovation implique normalement un changement et une rupture avec l’héritage et le patrimoine. A Angers, les acteurs de l’innovation végétale construisent un discours rappelant la continuité entre le patrimoine horticole et technique et les enjeux contemporains de la filière, portée par la présence de réseaux d’acteurs fortement ancrés sur le territoire.

  • 8 Conseil du Pays et de l’agglomération d’Angers, 2003 ; Conseil économique et social, 2006.
  • 9 Entretien avec Cristina Oghina-Pavie, historienne, 6/01/2011

25Végépolys illustre également comment le politique s’empare d’un élément patrimonial pour renforcer des proximités relationnelles, institutionnelles et géographiques au service de l’innovation technologique sur un territoire8. Dès les années 1980, autour du pôle végétal du PRIA porté par la CCI, la thématique de l’innovation technologique rassemble les différents acteurs du végétal spécialisé avec pour objectif de tisser des liens entre les horticulteurs et les laboratoires de recherche9. Progressivement, le pôle végétal du PRIA parvient à attirer des institutions nationales et européennes à Angers, comme l’Office Communautaire des Variétés Végétales en 1995 (environ 45 fonctionnaires européens permanents). Angers profite aussi de décentralisations successives : la Station Nationale d’Essai des Semences en 1993, l’UMR Physiologie Moléculaire des Semences (Guillemot et Soumagne, 2006), l’École Nationale Supérieure d’Horticulture de Versailles qui fusionne en 1998 avec l’École d’Ingénieurs des travaux de l’horticulture et du paysage, devenant l’Institut National d’Horticulture. La recherche privée est déjà bien implantée avec six établissements de grands groupes agro-industriels axés sur la sélection et la création variétale de semences (dont Limagrain-Vilmorin, Caillard, Labosem). Plusieurs laboratoires publics complètent cet effort de recherche et se spécialisent progressivement autour de l’horticulture et de la production ornementale (Guillemot L et Soumagne, 2006).

26Lors de sa labellisation en 2006, le pôle est soutenu par le Conseil Général, Angers Technopôle et la CCI. Le projet a été porté par des professionnels du végétal à travers le CIVS. La proximité relationnelle historique entre les professionnels et les institutionnels a permis d’impliquer un nombre important d’acteurs variés : 5 établissements d’enseignement et de recherche offrant 25 formations supérieures, 315 personnes identifiées « recherche végétale » dont plus de 150 chercheurs et enseignants-chercheurs permanents. En 2011, le pôle compte 315 membres-adhérents : 25 représentants des filières (fédérations nationales, ONF, unions horticoles, Météo France...), 6 représentants des chambres consulaires, 40 représentants « recherche et expérimentation » (enseignement secondaire et supérieur, GEVES, laboratoires…) et 244 entreprises. Le pôle permet de poursuivre la dynamique d’accumulation des fonctions de recherche et innovation autour du végétal, notamment avec l’arrivée du Groupe d’Étude et de contrôle des Variétés et des Semences (à Beaucouzé et Angers) délocalisé de Guyancourt. La création de l’IRHS (Institut de Recherche en Horticulture et Semences) en 2012 marque la dernière étape de la concentration des établissements dédiés au végétal du Grand Ouest, qui se présente désormais comme le pôle de recherche et d’enseignement sur le végétal le plus complet au niveau national. L’innovation technologique développée au sein du pôle Végépolys est la priorité, mais le thème végétal attire l’attention sur d’autres types d’innovation. Le pôle cherche à développer localement des compétences en design végétal, avec la mise en place d’appels à projet en lien avec le BTS « design de produit » des Herbiers (Vendée) afin d’inciter les TPE et PME localisées dans les Pays-de-la-Loire à se diversifier. La recherche de nouveaux produits autour du végétal est donc encouragée dans des directions variées en lien avec les ressources disponibles sur le territoire.

  • 10 Entretien avec la coordinatrice innovation au pôle de compétitivité Végépolys, 4/01/2011.

27Dès les débuts du pôle de l’innovation, le souhait de créer une proximité géographique entre les acteurs de l’innovation végétale s’est traduit dans l’espace. Les laboratoires de recherche végétale, le siège de Végépolys, les plateformes de transfert de technologie Valinov et de conseil Plante et Cités ont été installés près d’Angers Technopôle sur le campus universitaire. Le projet de cluster se poursuit dans le CPER 2007-2014, avec l’incitation au regroupement géographique des chercheurs dans un « Institut du végétal », invoquant l’esprit du « campus américain 10 ». Bien que se tenant à distance des producteurs, le cluster Campus Végétal se précise, rassemblant progressivement, les laboratoires et les structures de gouvernance et d’animation du pôle.

28Avec Végépolys, le patrimoine végétal ne renvoie pas à la ressource naturelle en elle-même mais à la qualité des relations et à l’héritage d’une capacité d’action collective. Ce capital relationnel est mis au service de l’économie locale et de l’innovation. Avec Terra Botanica, le Conseil Général va décliner un autre aspect du thème du végétal, en le traitant de manière inédite. Le Parc donne corps à l’affirmation progressive par les pouvoirs publics locaux d’une spécialisation territoriale autour du végétal.

2.4 Terra Botanica : un nouveau lieu touristique pour le patrimoine végétal ?

29La création du parc de loisirs Terra Botanica s’appuie sur la revendication d’un héritage angevin autour de la ressource végétale. Initié par le Conseil Général, cet investissement de 83 millions d’euros interpelle sur le lien véritable entre les spécificités locales héritées du « végétal angevin » et le contenu de l’offre que propose cette nouvelle aménité touristique.

30En 2010, l’activité touristique en Anjou est un atout important pour l’économie locale. Elle représente 2,7 millions d’entrées annuelles dans 160 sites et génère 30 000 emplois directs et indirects. Le site Unesco du Val de Loire et le Parc Naturel Régional Loire-Anjou-Touraine confèrent un environnement privilégié pour le tourisme axé sur le patrimoine naturel et culturel, notamment autour des vignes. Le tourisme botanique est déjà bien implanté dans le département. Le Parc Oriental de Maulévrier (95 000 visiteurs en 2009), Camifolia à Chemillé, le Chemin de la Rose à Doué-la-Fontaine, le Jardin Maupassant à Allonnes constituent une offre dispersée mais connue des visiteurs du département.

31Le parc Terra Botanica, implanté au cœur de l’agglomération, propose une offre récréative inédite au niveau national et polarise l’attractivité de l’offre du tourisme végétal sur Angers. S’étendant sur 27 hectares dont 11 ouverts aux visiteurs, le parc est devenu la première attraction du département, réalisant 300 000 entrées en 2012. Il concurrence les offres déjà existantes sur le territoire : le Parc de Maulévrier, a enregistré une baisse de sa fréquentation de 15 000 visiteurs l’année d’ouverture de Terra Botanica. Mais la concurrence n’a pas été un frein au projet : le Président du Conseil Général et l’ancien Maire et Conseiller Général de Maulévrier ont dirigé la Société anonyme d'économie mixte locale Terra Botanica, maître d’ouvrage du projet. Un ticket groupé a été mis en place en 2010, permettant de visiter les différents parcs à thème sur le végétal présents dans le département afin de créer des complémentarités entre les différentes propositions.

32Le programme du parc, conçu par l’architecte-paysagiste Thierry Huau, décline des attractions diverses autour du végétal : découverte de la route des épices dans les cales d’un bateau, voyage en coquille de noix à pédales au-dessus de la « canopée », cinéma dynamique retraçant le parcours d’une goutte d’eau, reconstitution de la forêt préhistorique, etc. Ciblant un public familial, ces différentes approches du végétal laissent au final peu de place à la célébration du patrimoine végétal local, mais cherchent davantage à s’imposer comme un équipement grand public et ludique (figure 3).

Figure 3 : Une attraction et un prospectus du parc Terra Botanica

Figure 3 : Une attraction et un prospectus du parc Terra Botanica

Source : Terra Botanica (2010).

33Quelles relations spatiales cette aménité construit-elle avec la ville ? La Ville d’Angers n’a pas été porteur de ce projet de développement local alors qu’elle développe le grand projet urbain Mayenne-Capucins, site d’implantation de Terra Botanica (partie 1.1). Ces intérêts divergents se font ressentir jusque dans la mauvaise accessibilité du parc par les transports publics de la collectivité, puisqu’il faut plus de 10 minutes à pied pour rejoindre l’entrée du parc à partir de la station de tramway la plus proche. Il affiche l’engagement du Conseil Général pour valoriser la thématique végétale comme une industrie culturelle. Par ailleurs, le faible engagement de la Ville et l’Agglomération dans le projet illustre une conception différente de l’exploitation de la ressource végétale qu’elles préfèrent valoriser différemment, par exemple à travers la place importante laissée au végétal dans le projet Mayenne-Capucins.

  • 11 Entretien à l’Agence d’Urbanisme de la Région Angevine, 30/04/2012

34Avec Terra Botanica, le Conseil Général n’active pas de processus de patrimonialisation du végétal, même s’il s’est appuyé sur l’ancrage historique de la ressource. Ce nouvel équipement est par ailleurs très discuté quant à la valeur scientifique et culturelle du projet et sa déconnexion avec les savoir-faire locaux11. Le patrimoine est ici invoqué au service d’une nouvelle distraction, outil de développement local, en lien avec la spécificité du thème végétal angevin.

3. La valorisation du patrimoine végétal : une opportunité de différenciation pour la métropole angevine ?

35Le « végétal angevin », en se construisant progressivement, prend ses distances avec la ressource historique (cultures et techniques) pour des motifs évidents : « Dans une situation de concurrence territoriale accrue (…), le patrimoine territorialisé devient un argument économique de premier ordre » (Di Méo, 2008 : 8). La valorisation du végétal, sous ses différents aspects fonciers, industriels et touristiques, semble répondre à différents objectifs : transmettre une mémoire industrielle autour du végétal pour développer l’innovation technologique, renforcer l’identité collective à l’appui de l’attractivité territoriale et appuyer des projets de relance économique de l’agglomération.

36L’agglomération angevine, organisée en communauté d’agglomération dénommée de façon volontariste « Angers Loire Métropole », cherche à renforcer son rôle dans le système de villes du Grand Ouest dominé par Nantes et à remédier à sa faible notoriété au niveau national, dont témoigne l’avis désabusé de J-B. Humeau et C. Lucas (1997) : « Le Maine-et-Loire n’est pas un département identifiable aisément dans la mosaïque départementale française. La connaissance d’Angers se limite bien souvent à la représentation d’une ville médiévale sur le trajet de l’autoroute qui relie Paris à l’Atlantique ». Le thème du végétal angevin est perçu comme un facteur de différenciation urbaine, mobilisé de manière différenciée dans les discours du marketing urbain et du développement durable, pour affirmer l’agglomération angevine dans le contexte de concurrence territoriale.

3.1 Le marketing territorial autour du végétal

37Le tourisme est un atout ancien de promotion de l’Anjou, principalement autour du vin et de la route des vignobles. Il a contribué à faire connaitre le patrimoine local à l’échelle nationale et internationale. Le parc Terra Botanica introduit une différence importante dans le traitement touristique du patrimoine végétal. Il est érigé comme emblème monumental du végétal angevin, marquant une nouvelle forme d’appropriation de l’espace (Veschambre, 2008) en milieu urbain. Mais, c’est surtout par sa finalité que cet équipement change l’approche touristique locale autour du patrimoine végétal. En effet, ce nouvel équipement vient davantage à l’appui du marketing territorial qu’il ne sert à la célébration de la mémoire horticole et des spécificités végétales de l’agglomération. Terra Botanica a été souhaité par le Conseil Général comme une vitrine pour le Maine-et-Loire, avec la création d’un « espace de promotion de l’Anjou » (magasin de produits locaux et points d’information touristique), mais le site a surtout été conçu comme une vitrine pour Végépolys et le tourisme d’affaire. Il intègre un centre d’affaires où 150 manifestations ont été programmées en 2010. A titre d’exemple, les « Rencontres des étudiants Végépolytains » sont organisées pour découvrir le pôle et proposer des stages. A l’initiative du Bureau horticole régional, le site de Terra Botanica peut servir de lieu d’exposition à 36 horticulteurs.

38Le parc développe ainsi des animations en lien avec le pôle de compétitivité mais n’est pas en lien avec les autres dispositifs de protection du patrimoine local, comme le Parc Naturel Régional Loire-Touraine ou le site Unesco du Val de la Loire. De son côte, l’Agglomération ne communique pas non plus sur le patrimoine du PNR en lien avec le végétal. La valorisation du fleuve par l’Unesco et du vignoble d’un côté, puis le développement de Terra Botanica de l’autre, tendent à créer une différenciation assez nette entre le patrimoine végétal de la vigne et le patrimoine autour du végétal spécialisé dans le reste du territoire. Cette distinction, à la fois thématique et spatiale, amène à craindre l’accentuation d’ « une offre de plus en plus segmentée autour de thématiques fortes (vin, Loire, végétal) » (CCI49 : 8) qui pourrait, à terme, nuire à l’efficacité du potentiel touristique.

39Quand il est inscrit dans l’espace de la ville, le patrimoine végétal n’est plus exclusivement traité comme une ressource naturelle, mais également comme un thème fédérateur pour décliner une diversité d’activités économiques, industrielles et culturelles. Parallèlement au renfort de la thématique végétale en ville, un discours institutionnel autour du végétal se met en place à l’appui du marketing territorial. Le Conseil Général a lancé en 2011 une campagne massive d’affichage dans l’agglomération. Sous le slogan « L’avenir pousse en Anjou », des jeunes, des célébrités locales et nationales prennent la pose avec un arrosoir, symbole des projets que l’on peut « cultiver » sur le territoire angevin. Cette communication met clairement en avant l’esprit d’innovation revendiqué par les acteurs du végétal, contre-pied à l’image de la « douceur angevine » parfois associée négativement à « un manque de dynamisme et une torpeur » par les dirigeants économiques locaux (Arnaud, Bart et Pasquier, 2005 : 73). La réception par le public de cette campagne reste à évaluer, d’autant plus que l’enquête commanditée par la communauté d'Agglomération a montré que le thème végétal n’est pas un symbole identitaire très marquant pour la population. De fait, si le Conseil Général s’engage pleinement dans la promotion de son territoire autour du végétal, l’Agglomération Angers Loire Métropole a adopté une stratégie plus neutre sur le plan de l’affirmation d’une identité locale, en développant une marque « Angers Loire Valley » qui promeut l’attractivité du territoire autour de critères plus classiques : projets urbains, économie, culture, patrimoine bâti et naturel (vigne).

3.2 Le végétal angevin à l’heure de la « ville verte » ?

40La promotion de la qualité du cadre de vie et du développement durable est un autre ressort du marketing territorial. Chose étonnante, à l’échelle de l’agglomération, il n’apparait pas de rapprochement évident entre l’importance du patrimoine végétal et l’injonction au développement durable, au-delà de la question du paysage. La proximité dans les discours politiques à Angers entre les enjeux paysagers et ceux du patrimoine a été soulignée : « Á côté du volet monumental, l’accent est mis sur les jardins, sur les espaces verts et les élus rencontrés parlent finalement plus volontiers de paysage que de patrimoine » (Garat et al., 2008 : 8). Dans l’Agenda 21, la frontière entre patrimoine, paysage et environnement est également mince : « Derrière un intitulé patrimonial, c’est en fait la thématique environnementale et paysagère (dans 5 actions sur 6) qui prédomine » (Garat et al., 2008 : 8).

41Au-delà de l’Agenda 21, un discours « vert », évoquant ponctuellement le végétal est présent dans différents documents de planification : projet d’agglomération 2015, SCoT. Le projet d’agglomération d’Angers évoque la volonté de développement d’un « ‘modèle urbain angevin’, à décliner sous forme d’un ‘urbanisme végétal’ au travers d’un soin tout particulier accordé aux paysages » (p.10). Des traductions de ces principes sont à l’œuvre, à l’exemple du projet Mayenne-Capucins dont la partie du Plateau de Mayenne a été conçue comme un éco-quartier en trois plaques urbaines et paysagères et où chacune associe une densité et une essence végétale spécifiques. Mais le choix des essences s’inscrit sans référence particulière aux espèces cultivées historiquement sur le territoire. Au final, le discours produit et les préconisations sont de faible originalité et proposent peu de chose au-delà du phénomène de verdissement généralisé dans de nombreuses villes soucieuses de leur image environnementale, et peu de connexions sont créées avec les spécificités angevines du végétal.

3.3 La mobilisation du végétal au service de l’identité et de la compétitivité territoriales

42La thématique végétale s’impose aux élus comme un des moyens d’affirmer l’identité territoriale d’Angers dans son environnement régional, et notamment par rapport à Nantes. Nantes est incontestablement la métropole régionale, à moins de 100 km et 35 minutes en TGV. Angers admet difficilement son rôle secondaire dans le système urbain régional, ce qui nourrit une certaine défiance et un esprit de concurrence par rapport à la métropole nantaise. Au-delà de cette relation spécifique, « les acteurs locaux cherchent à s’affirmer dans la compétition entre collectivités territoriales à travers les thématiques [du patrimoine et du développement durable]. » (Garat et al., 2008 : 2).

43Du côté de la valorisation patrimoniale, alors que l’Agglomération angevine a souhaité effacer des traces de sa mémoire industrielle (1.2.1), Nantes s’est lancée dans une ambitieuse reconversion de son patrimoine industriel sur l’Île de Nantes, accompagnée d’un projet urbain innovant autour du Quartier de la Création. Si Nantes a pu acquérir une reconnaissance nationale grâce à ce processus inédit de patrimonialisation, Angers s’est montrée moins innovante, en mettant en avant le patrimoine bâti des quartiers centraux et les paysages. Du côté du développement durable, la Ville d’Angers s’est fait connaitre comme pionnière dans l’application des principes du développement durable. En 2006, elle est une des premières villes à mettre en place un Agenda 21, alors que Nantes ne s’était pas encore emparée de la question du développement durable (Garat et al., 2008). Pourtant, Angers n’a pas su maintenir cette avance par rapport à la capitale régionale. En effet, au succès de l’Île de Nantes, s’est ajoutée récemment une reconnaissance internationale du modèle urbain nantais, le prix Capitale Verte 2013, récompensant les politiques urbaines novatrices. Le prix est ouvert à toutes les villes européennes de plus de 200 000 habitants, mais Angers ne s’est pas imposée dans cette compétition, laissant passer une opportunité d’associer développement durable et affirmation de sa spécificité végétale à l’appui de l’attractivité territoriale. Angers affiche le végétal comme une thématique puissante de différenciation territoriale, notamment par rapport à Nantes, mais en l’articulant insuffisamment aux leviers du développement durable, elle peine à imposer sa spécificité.

Conclusion

44Le végétal angevin est l’objet de nombreux efforts de valorisation et se construit bien au-delà de la ressource et du patrimoine horticole. Sous certains aspects, cette valorisation s’apparente à un processus de patrimonialisation : reconnaissance de savoir-faire et d’une capacité d’innovation collective autour du végétal, affirmation progressive d’une identité partagée autour de la thématique. Les enjeux patrimoniaux du végétal se perçoivent aussi dans l’apparition des conflits classiques autour de l’espace : préservation du foncier horticole, déplacement de la ressource et mutations de ses formes d’exploitation.

45Le rapprochement progressif entre le végétal « agricole et industriel » autour de Végépolys et le végétal « culturel et récréatif » se manifeste dans les liens tissés entre Terra Botanica et Végépolys. L’importance prise par le thème du végétal est également rendue visible par des marquages plus discrets dans l’espace public (mobilier urbain), et surtout par son traitement fréquent dans le marketing territorial du département. Ainsi la valorisation de la ressource s’écarte sensiblement des processus de patrimonialisation les plus évidents, mais le végétal angevin présente des modalités semblables aux ressorts patrimoniaux actuels évoqués en introduction : c’est une affaire (Végépolys), un enjeu pour l’image de la ville et, désormais, une distraction, à travers les différentes animations citées et Terra Botanica.

46Cependant, la spécificité du végétal angevin s’affirme difficilement. L’appropriation par la population est encore faible. Les différentes initiatives entreprises autour de la valorisation du végétal sont encore dispersées et nécessiteraient davantage de transversalité, à l’exemple de l’offre de tourisme. Enfin, elle n’est pas suffisamment intégrée aux discours valorisant l’attractivité territoriale, à l’image du développement durable et manque ainsi une occasion de se différencier davantage dans le contexte de concurrence entre les villes.

Haut de page

Bibliographie

Angers Loire Métropole, 2003, Projet d’Agglomération, 123 p.

Arnaud L., Bart C.-L., PASQUIER R, 2005, Les idéologies émergentes des politiques territoriales, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 204 p.

CCI49, 2011, L’évolution de la filière tourisme en Anjou, à l’horizon 2020, 12 p.

Conseil de développement de la Région d’Angers, 2011, Porter et promouvoir l’identité de la région angevine, 39 p.

Conseil du Pays et de l’agglomération d’Angers, 2003, Le pôle végétal angevin, les moyens de l’excellence, 81p.

Conseil Économique et Social, 2006, Rapport sur les perspectives économiques des secteurs de l’horticulture, 184 p.

Deguil I., 1933, L'horticulture en Anjou, Annales de Géographie, t. 42, n° 240. pp. 601-609.

Di Méo G., 2008, Processus de patrimonialisation et construction des territoires, Actes du colloque « Patrimoine et industrie en Poitou-Charentes : connaître pour valoriser », Poitiers-Châtellerault, 19p.

Garat I., Gravari-Barbas M., Veschambre V., 2008, Préservation du patrimoine bâti et développement durable : une tautologie ? Les cas de Nantes et Angers, Développement durable et territoires, Dossier 4, 21 p. [En ligne http://developpementdurable.revues.org/4913, consulté le 5 décembre 2011.

GHORRA-GOBIN C., 2001, Les espaces publics, capital social, Géocarrefour, pp. 5-11, [En ligne] http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/geoca_1627-4873_2001_num_76_1_2499, consulté le 2 juin 2013.

Guillemot L, Soumagne J, 2006, Le technopôle d’Angers : d’une logique urbaine à une logique territoriale et sectorielle, Norois, Rennes : Presses Universitaires de Rennes, n° 200, pp. 11-24.

Humeau J.-B., Lucas C., 1997, Atlas de l’Anjou, Le Polygraphe -Ouest-France, 102 p.

Landel P.-A., Senil N., 2009, Patrimoine et territoire, les nouvelles ressources du développement, Développement durable et territoires, Dossier 12, [En ligne], http://developpementdurable.revues.org, consulté le 5 décembre 2011.

Leniaud J-M, 1992, L’utopie française, essai sur le patrimoine, Paris, Mengès, 180 p.

Letellier d'Espinose D, Biguet O, 2009, Entre ville et campagne, la villégiature à Angers au XIXème siècle, In Situ, n° 12, 33p., [En ligne] http://insitu.revues.org/6590#text, consulté le 12 septembre 2012.

Ménard A., 1956, Angers, centre national d'horticulture, Norois, n° 12, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, pp. 409-425.

Pecqueur B., 2006, Le tournant territorial de l’économie globale, Espaces et sociétés, Paris : Eres, n° 124-125, pp. 17-32.

Poirot-Delpech S.-L., Raineau L. (dir.), 2012, Pour une socio-anthropologie de l’environnement : Tome 1, Par-delà le local et le global, Paris, L’Harmattan, 240 p.

Rautenberg M., 2003, La rupture patrimoniale, Paris, A La Croisée, 173p.

Pumain D., Paquot T., Kleinschmager R., 2006, Dictionnaire de la ville et l’urbain, Paris : Economica, 320 p.

Turgan, 1863, Les pépinières d'André Leroy à Angers, Les grandes usines de France, vol. 52, Paris : Michel Lévy-Frères, 16 p.

Veschambre V, 2005, Le recyclage urbain, entre démolition et patrimonialisation : enjeux d’appropriation symbolique de l’espace, Norois, n° 195, Rennes : Presses Universitaires de Rennes, pp. 79-92.

Veschambre V., 2008, Traces et mémoires urbaines, Enjeux sociaux de la patrimonialisation et de la démolition, Rennes : Presses universitaires de Rennes, 315p.

Haut de page

Notes

1 Atlas Les Echos n° 19991 du 26/04/1999, p. 71.

2 www.angers.fr, consulté le 5/12/2011

3 Symboles recherchés : « produit-phare », « site ou lieu », « savoir-faire », « entreprise », « manifestation-événement », « personnalité »

4 angers.maville.com consulté le 5/12/2011

5 Les Echos, Atlas du Maine-et-Loire, 1999, p. 71 [En ligne]http://archives.lesechos.fr/archives/1998/Atlas/19991-32-ATL.htm, consulté le 2 juin 2013

6 Entretien avec la coordinatrice innovation au pôle de compétitivité Végépolys, 4/01/2011

7 Ibid

8 Conseil du Pays et de l’agglomération d’Angers, 2003 ; Conseil économique et social, 2006.

9 Entretien avec Cristina Oghina-Pavie, historienne, 6/01/2011

10 Entretien avec la coordinatrice innovation au pôle de compétitivité Végépolys, 4/01/2011.

11 Entretien à l’Agence d’Urbanisme de la Région Angevine, 30/04/2012

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : L’iconographie publicitaire : un marqueur de la patrimonialisation du végétal
Crédits Source : Anne-Claude Lelieur (1995), Jean-Adrien Mercier, affichiste, Paris bibliothèque
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2304/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Titre Figure 2 : Les orientations stratégiques en faveur de la gestion du patrimoine horticole en Anjou
Crédits Source : Angers Loire Métropole (2006)Conception : S. Deraëve, S. Piantoni
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2304/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Figure 3 : Une attraction et un prospectus du parc Terra Botanica
Crédits Source : Terra Botanica (2010).
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2304/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 167k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Deraëve, « La valorisation du végétal à Angers : de la ressource au patrimoine ? », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 21 | 2014, mis en ligne le 18 février 2014, consulté le 29 juin 2017. URL : http://tem.revues.org/2304 ; DOI : 10.4000/tem.2304

Haut de page

Auteur

Sophie Deraëve

Doctorante et ATER en Aménagement
UMR 6590 – ESO et EA 2079 – Habiter
Université de Reims Champagne-Ardenne
Sophie.deraeve@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page