Navigation – Plan du site
Editorial

Editorial

Marcel Bazin, Marie Delaplace et Pernette Grandjean
p. 1-5

Texte intégral

  • 1 Voir à ce propos H-P. Jeudy (2001) et N. Heinich (2009) qui évoquent l’ « inflation patrimoniale » (...)
  • 2 Comme en témoigne le label EPV (Entreprise du Patrimoine Vivant) du Ministère de l’économie, des Fi (...)

1Largement explorée depuis les années 1970, tout d’abord par les historiens de l’art, les architectes et les urbanistes (Choay, 1996), la notion de patrimoine a été progressivement saisie par une large palette de disciplines, de l’économie à l’aménagement, la sociologie, l’histoire, l’anthropologie ou la géographie. La notion de patrimoine est aujourd’hui omniprésente. Cette « inflation disciplinaire »1 s’est accompagnée de sensibles changements de sens. Issu d’une acception étroite tirée de son origine latine « patrimonium » – qui signifie héritage du père composé de biens – le terme recouvre désormais un ensemble varié d’éléments que révèle la diversité des adjectifs qui lui sont accolés : patrimoine agricole, architectural, bâti, cinématographique, culturel, ferroviaire, financier, foncier, gastronomique, génétique, historique, identitaire, immatériel, immobilier, industriel, littéraire, local, maritime, militaire, minier, monumental, naturel, numérique, paysager, productif, religieux, rural, scientifique, scolaire, social, technologique, touristique, urbain, végétal, viticole, vernaculaire, vivant2, etc. Comme le souligne Hartog (1998), aujourd’hui « tout est patrimoine ou, à tout le moins, susceptible de le devenir », trajectoire qui inclut, à côté des biens matériels, ce qui est d’ordre naturel (les paysages) et d’ordre immatériel, culturel (les savoir-faire etc.).

2De même, initialement utilisée dans le domaine du droit privé, la notion s’est étendue à des formes de détention collective qui concernent des groupes d’individus constitués en société, comme des nations, voire l’humanité entière dans le cas du concept de « patrimoine mondial culturel et naturel », adopté par la convention de l’UNESCO en 1972 pour considérer la « valeur universelle exceptionnelle » d’un patrimoine qui appartient à tous les peuples du monde, sans tenir compte du territoire dans lequel il s’inscrit. L’extension de la notion de patrimoine est donc à la fois typologique (biens matériels et immatériels), chronologique (des œuvres de l’Antiquité jusqu’à l’époque contemporaine) et géographique.

3Qu’y-a-t-il de commun dans cette diversité substantielle ? Quelle que soit sa forme, quelle que soit sa substance, la notion de patrimoine revêt une certaine unité qui résulte de ce qu’elle est spontanément associée à l’idée de transmission : le patrimoine est conservé pour être transmis. À un instant t, si le patrimoine est un stock, fruit d’une sédimentation historique, il prend ainsi son sens dans un mouvement, dans un flux liant le présent et l’avenir. Il revêt de ce fait une dimension temporelle originale. Dans le même temps, ce qui est transmis a une valeur et prend sens. Tout patrimoine a donc une fonction identitaire pour le groupe qui l’entretient et le conserve. J. Le Goff le souligne bien : « Le patrimoine est devenu …l’un des éléments essentiels de cette recherche éperdue, individuelle et collective, d’une identité » (Le Goff, 1997 : 118). Même la définition qui est proposée par Henry Ollagnon (1989, cité par Godard, 1990 : 229) pour le patrimoine naturel repose sur la notion d’identité : « Le patrimoine est l'ensemble des éléments matériels et immatériels qui concourent à maintenir et à développer l'identité et l'autonomie de son titulaire dans le temps et dans l'espace par l'adaptation en milieu évolutif ».

  • 3 L’article « Territoire » du Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés (Lévy , Debar (...)
  • 4 http://www.cnrtl.fr/​etymologie/​territoire

4Le terme qui lui est associé dans la thématique de ce numéro, le territoire, ne pose pas moins de questions. Très polysémique, son sens diffère largement selon les disciplines et au sein même d’une discipline3. Dans son acception juridico-administrative, reprise par la science politique, l’aménagement et une partie de la géographie, le terme dérive de son origine latine « territorium », défini comme « une étendue de terre qui dépend d'un empire, d'une province, d'une ville, d'une juridiction, etc. » ou comme une « étendue de pays formant une circonscription politique »4. Autrement dit, dans cette acception, le territoire dépend d’institutions qui se sont créées par la sédimentation localisée de patrimoines, dans des frontières politiques déterminées. Ces institutions façonnent les comportements des individus et des groupes qui y résident, au sens où ces comportements sont encadrés par des règles et des normes.

5En laissant de côté l’approche d’une géographie qui définit le territoire comme un type d’espace à continuité spatiale (en l’opposant ainsi au réseau), on peut ici préciser l’approche de la géographie culturelle et sociale. Celle-ci relie la notion de territoire à celle d’appropriation, en donnant à ce dernier terme un sens fort : l’appropriation est à la fois matérielle et symbolique. Le territoire, espace approprié, est alors défini par Bernard Debarbieux comme « l’agencement de ressources matérielles et symboliques capables de structurer les conditions pratiques de l’existence d’un individu ou d’un collectif social et d’informer en retour cet individu et ce collectif sur sa propre identité » (Lévy, Debarbieux et Ferrier, 2003 : 910). Le territoire est le résultat de processus qui s’inscrivent sur le temps long et fonctionnent en interaction : l’action des sociétés qui agissent sur le support matériel, leur espace de vie, et le système de représentations qui influence et guide ces actions. Le territoire est donc de « l’espace conscientisé et réordonné par ce qui relève de la sémiosphère »… qui repose sur « deux piliers complémentaires : le matériel et l’idéel » (Elissalde, 2002 : 195). On voit bien comment le patrimoine, qui appartient au registre des valeurs et du symbolique, peut être utilisé dans ce processus comme un marqueur territorial fort.

6Travailler sur la thématique « Patrimoine et territoires » invite donc à penser la relation que les sociétés et les hommes entretiennent avec leur espace, relation qui existe entre un temps historique, infini, qui jamais ne s’arrête et une « portion déterminée de l'espace », définie ou non par des frontières.

7Économistes et géographes ont voulu croiser leur regard sur ce thème. Qu’apporte le discours des économistes sur un tel sujet ? L’analyse économique standard ignore tout à la fois le patrimoine, parce que le temps qu’éventuellement elle mobilise n’a aucune épaisseur, et le territoire au sens de lieu de vie des individus parce qu’elle réduit l’espace à la distance. Ainsi B. Billaudot (2004 : 2) citant Robbins (1935) dit du territoire qu’il « est l’impensé de la science économique normale ». L’homo economicus est un être abstrait, a-historique et a-situé. L’économie standard fait ainsi l’impasse sur le patrimoine et le territoire. Cependant, si l’analyse standard est largement dominante en économie, l’analyse économique ne s’y réduit évidemment pas : de nombreux chercheurs essaient de penser aussi bien le territoire - à des échelles spatiales différentes - que le patrimoine.

  • 5 Depuis les travaux fondateurs de Philippe Aydalot et du GREMI (Groupement de Recherche et d'Étude s (...)

8De longue date, existent des travaux d’économie régionale ou d’économie territoriale parmi lesquels on peut citer ceux entrepris dans la lignée de Marshall, de Perroux ou d’Aydalot. Ces travaux essentiellement hétérodoxes (par opposition à l’orthodoxie néoclassique, i.e. la Science économique dominante) se fondent sur l’existence de dynamiques économiques localisées, des success stories. Une littérature aussi abondante que diverse a ainsi cherché depuis le milieu des années 1980 à conceptualiser le rôle du territoire dans ces dynamiques et notamment dans l’innovation. C’est le cas des analyses en termes de district industriel (Becattini, 1992), de milieu innovateur (Camagni et al., 1999)5, puis de système local d’innovation (Gilly et Grossetti, 1993), voire de cluster (Porter, 1999). Dans ces analyses, l’espace est alors bien autre chose qu’une seule distance réductible à des coûts de transport : il est le produit d’un construit historique dans un espace déterminé mais sans frontière a priori. C’est, en revanche, plus récemment que les économistes se sont intéressés à la notion de patrimoine en tant que telle. Au-delà de ses aspects financiers, fonciers ou immobiliers, le patrimoine fait une entrée en force dans le champ économique avec les considérations environnementales.

9Enfin, c’est au cours des années 2000, à partir notamment de travaux menés à Reims dans le cadre d’approches là aussi pluridisciplinaires, que sont produites des conceptualisations du patrimoine. Si tous les auteurs s’accordent sur la nécessité de dépasser l’acception du patrimoine comme capital, les tentatives de conceptualisation ne sont pas univoques (Barrère et al., 2005 ; Requier-Desjardins, 2009). Ainsi le patrimoine peut être conçu :

  • comme un stock de capital mais également comme un ensemble de règles, d’institutions et de normes de comportement auquel se réfèrent un individu ou un groupe d’individus (Barrère, 2007) ;

  • comme une relation économique spécifique (Nieddu, 2007 ; Barthélémy, 2007) qui s’opposerait à la relation marchande.

10Quant aux géographes, ils se sont saisis assez tardivement de la problématique patrimoniale, à travers tout d’abord les travaux de Guy Di Méo (1994) qui relève la parenté conceptuelle entre patrimoine et territoire. A la fin des années 1990, ce thème est travaillé par un nombre croissant d’entre eux, dans un premier temps en géographie urbaine qui aborde l’objet patrimonial « essentiellement par l’intermédiaire des quartiers anciens et des questions qui s’y posent : dégradation du bâti, mutation urbaine, marginalisation ou gentrification » (Garrat et al., 2001 : 33). Par la suite, la problématique patrimoniale fera l’objet de travaux en géographie culturelle puis en géographie sociale traduisant une recomposition de la géographie humaine par convergence de ces deux approches, comme le montre l’état des lieux dressé par Vincent Veschambre (2007). C’est la dimension idéologique du patrimoine qui est surtout mobilisée à travers différentes thématiques qui touchent à l’appropriation de l’espace, aux enjeux de pouvoir et aux conflits : le patrimoine, observé dans un contexte spatial dans lequel s’exercent des rapports de force, peut être objet de conflits. Les éléments patrimoniaux marquent l’espace social et contribuent au processus de construction identitaire des groupes sociaux qui s’en emparent. L’objet patrimonial s’inscrit donc de façon nette dans l’approche que fait du territoire la géographie sociale.

11La complexité du patrimoine, dans toute sa diversité, et sa relation au territoire rendent alors nécessaire le croisement d’approches disciplinaires bien souvent isolées. Ce numéro spécial a ainsi pour objectif de rassembler des analyses d’aménageurs, de géographes et d’économistes portant sur cette relation. Plus spécifiquement les travaux se focalisent sur la question des interactions entre biens patrimoniaux localisés et dynamisme des territoires. Ils montrent qu’au-delà d’une vision optimiste du patrimoine comme élément participant à ce dynamisme, celui-ci peut également être un poids, réduisant le champ des possibles.

12Dans une première partie de ce numéro de Territoire en mouvement, c’est à travers des patrimoines spécifiques, la gastronomie et le vin, que sera investie la relation patrimoine / territoire.

13Dans un premier article, les économistes Christian Barrère, Quentin Bonnard et Véronique Chossat explorent le lien entre tourisme de luxe et gastronomie. Qualifiant la gastronomie de bien à utilité essentiellement hédoniste, ils se proposent d’analyser le lien entre un tourisme de luxe et une gastronomie également de luxe. Ils montrent que cette dernière est de plus en plus un élément constitutif des patrimoines touristiques et que les profondes mutations qui l’ont touchée ont contribué à l’associer au tourisme de luxe. Ce faisant a émergé une nouvelle « Sainte Alliance » sur fond de patrimoine dont les enjeux financiers directs et indirects- sur les territoires- sont considérables.

14L’article qui suit est consacré au cas du champagne qui permet à Christian Barrère, Quentin Bonnard et à l’aménageur-économiste Marie Delaplace de démontrer que la possession d’un patrimoine localisé important n’est pas en soi une source de développement pour la région qui l’accueille. Les auteurs avancent, en effet, l’idée que la concurrence au sein du secteur a conduit à des formes spécifiques d’utilisation de la rente produite par le champagne (investissement dans les terres viticoles, en Champagne et ailleurs) qui ont limité ses effets sur le développement régional. Cette situation n’a pas évolué malgré l'intervention, dans le secteur, d'acteurs nouveaux liés aux groupes internationaux du luxe à la fin des années 1980.

15Enfin, dans un article consacré à l’activité vitivinicole en Bourgogne, Marie Delaplace et Elsa Gatelier soulignent que cette activité, caractéristique majeure de l’identité bourguignonne, a fait l’objet d’un processus de patrimonialisation de la part des acteurs du secteur, en interne puis de façon extensive dans le champ du tourisme. Ce processus a contribué à ancrer encore davantage la ressource « vigne et vin » dans le territoire. Cet ancrage a permis à d’autres acteurs de le valoriser en termes d’oenotourisme et a conduit à des formes de patrimonialisation collective. Le vin, qui est au cœur du panier de biens et services territorialisés (Pecqueur, 2001), est ainsi source de dynamisme pour le territoire.

16La seconde partie de ce dossier s’intéresse à une autre forme de patrimoine, le patrimoine productif, complexe constitué à la fois de patrimoines matériels (les lieux de production) et immatériels (les savoir-faire, les connaissances). La question est alors d’identifier dans quelle mesure la transformation d’un patrimoine existant peut être source de nouvelles dynamiques ou comment une dynamique de patrimonialisation localisée peut se construire sur un territoire à partir d’une vision partagée. Trois géographes abordent ces aspects dans trois régions françaises différentes.

17A partir du cas des Ardennes, le géographe-aménageur Marcel Bazin propose une analyse de la transformation d’un patrimoine productif qui fut longtemps source de richesses en un patrimoine industriel, source possible de renouveau pour cet espace, dès lors qu’il serait revalorisé. Il examine dans un premier temps, comment la notion de patrimoine industriel a émergé et comment les disciplines du territoire (la géographie, l’économie ou l’aménagement-urbanisme) l’ont analysé. Dans un second temps, à partir du cas des Ardennes, il montre comment ce patrimoine a contribué à renforcer une identité mise au service du tourisme industriel et du développement territorial, tout en soulignant les difficultés de l’exercice.

18Sophie Deraëve aborde la question du lien territoire/patrimoine à partir d’un objet d’étude original, le patrimoine végétal. A partir d’entretiens, elle montre comment une ressource « le végétal » est progressivement transformée en patrimoine et comment ce patrimoine est ensuite utilisé afin de redynamiser l’économie locale à des fins productives (pôle de compétitivité Végépolys) ou à des fins touristiques (parc d’attractions Terra Botanica). L’auteur montre comment cette spécialisation thématique, mobilisée par différents acteurs locaux, a non seulement servi de point d’appui à un développement économique (pôle de compétitivité, université, horticulture…) mais a également été à la base d’un discours identitaire cherchant à faire émerger une spécificité territoriale de l’agglomération. Elle montre ainsi comment cette mobilisation des acteurs autour du patrimoine végétal est utilisée en termes de différenciation territoriale vis-à-vis de la métropole nantaise toute proche.

19Enfin, un autre géographe, Clément Colin, s’attache à montrer comment et pourquoi l’argument du patrimoine est mobilisé comme instrument politique par divers acteurs territoriaux. Il s’appuie sur l’exemple de la centrale hydro-électrique EDF de Cusset sur le canal de Jonage, dans l’est lyonnais, et met en évidence comment cet espace industriel est progressivement transformé en patrimoine - mais dans des intentions et des sens différents selon les acteurs - par les négociations autour du renouvellement de la concession EDF. Ces négociations se déroulent à différentes échelles : entre le syndicat intercommunal des communes riveraines du canal de Jonage, le collectif d’associations L’Usine sans fin (USF) et EDF, mais également entre ces acteurs et le Grand Lyon.

20Ces regards croisés de différentes disciplines sur deux objets, le patrimoine et le territoire, montrent à nouveau, si besoin était, combien le temps et l’espace sont intimement liés dans la production patrimoniale et territoriale. Ils montrent également comment, en leur permettant de dépasser les frontières de leurs champs scientifiques respectifs, la rencontre entre aménageurs, géographes et économistes peut avoir une valeur heuristique importante. En effet, reprenant les propos d’E. Morin (1990), « l'histoire des sciences n'est pas seulement celle de la constitution et de la prolifération des disciplines, mais en même temps celle de ruptures des frontières disciplinaires, d'empiétements d'un problème d'une discipline sur une autre, de circulation de concepts, de formation de disciplines hybrides ». 

Haut de page

Bibliographie

Barrère C., 2007, Vers une théorie substantiviste du patrimoine, « Economie du patrimoine », Économie appliquée, Tome LX, n° 3, pp. 7-30.

Barrère C., Barthélémy D., Nieddu M., Vivien F-D. (dir.), 2005, Réinventer le patrimoine. De la culture à l’économie, une nouvelle pensée du patrimoine ? Paris : L’Harmattan, 337 p.

Barthélémy D., 2007, Économie identitaire versus Économie marchande, « Économie du patrimoine », Économie appliquée, Tome LX, n° 3, pp. 57-84.

Becattini G., 1992, Le district marshallien : une notion socio-économique, in G. Benko & A. Lipietz, Les régions qui gagnent, Paris : PUF, pp. 35-55.

Billaudot B., 2004, Le territoire et son patrimoine, Efficience et Mutations des Organisations Industrielles, Cahiers de recherche EMOI-LEPII, n° 4, 18 p.

Camagni R., Maillat D., Matteaccioli A., Perrin J.C. (dir.), 1999, Le paradigme de milieu innovateur dans l’économie spatiale contemporaine, Revue d’Économie Régionale et Urbaine, n° 3, pp. 419-658.

Choay F., 1996, Article « Patrimoine », in P. Merlin et F. Choay (dir.), Dictionnaire de l’urbanisme et de l’aménagement, Paris : P.U.F., 2e éd., pp. 556-559.

Di Méo G., 1994, Patrimoine et territoire, une parenté conceptuelle, Espaces et Sociétés, n° 78, pp. 15-34.

Elissalde B., 2002, Une géographie des territoires, L’information géographique, n° 3, pp. 193-205.

Garrat I., Gravari-Barbas M., Veschambre V., 2001, Émergence et affirmation du patrimoine dans la géographie française : la position de la géographie sociale, Faire la géographie sociale aujourd’hui, Les documents de la MRSH de Caen, n° 14, Presses Universitaires de Caen, pp. 31-41.

Gilly J-P., Grossetti M., 1993, Organisation, individus et territoire. Le cas des systèmes locaux d’innovation, Revue d’Économie Régionale et Urbaine, n° 3, pp. 449-468.

Godard O., 1990, Environnement, modes de coordination et systèmes de légitimité : analyse de la catégorie de patrimoine naturel, Revue économique, 41, 2, pp. 215-241.

Hartog F., 1998, Patrimoine et histoire : les temps du patrimoine, in J.-Y. Andrieux (dir.) Patrimoine et Société, Rennes : P.U. Rennes, pp. 3-17.

Heinich N., 2009, La fabrique du patrimoine, De la cathédrale à la petite cuillère, Paris : éditions de la Maison des Sciences de l’homme, 286 p.

Jeudy H.-P., 2001, La machinerie patrimoniale, Paris : Sens & Tonka, 127 p.

Le Goff J., 1997, Conclusion, in P. Nora, Science et conscience du patrimoine, Paris : Fayard, pp. 118.

Lévy J., Debarbieux B., Ferrier J-P., 2003, Article « Territoire », in J. Lévy et M. Lussault (dir.), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris : Belin, pp. 907-917.

Morin E., 1990, « L’interdisciplinarité », in Carrefour des sciences, Actes du Colloque du CNRS Interdisciplinarité, Paris : Éditions du CNRS, http://ciret-transdisciplinarity.org/bulletin/b2c2.php

Nieddu M., 2007, Le patrimoine comme relation économique, Économie appliquée, Tome LX, n° 3, pp. 31-57.

Pecqueur B., 2001, Qualité et développement territorial : l’hypothèse du panier de biens et services territorialisés, Économie Rurale, n° 261, pp. 37-49.

Porter M., 1999, La concurrence selon Porter, Paris : Village mondial, 475 p.

Requier-Desjardins D., 2009, Territoires – Identités – Patrimoine : une approche économique ? Développement durable et territoires, Dossier 12, mis en ligne le 20 janvier 2009. URL : http://developpementdurable.revues.org/7852.

Veschambre V., 2007, Patrimoine : un objet révélateur des évolutions de la géographie et de sa place dans les sciences sociales, Annales de Géographie, n° 656, pp. 361-381.

Haut de page

Notes

1 Voir à ce propos H-P. Jeudy (2001) et N. Heinich (2009) qui évoquent l’ « inflation patrimoniale » découlant de l’extension des problématiques liées au patrimoine, accompagnée d’une « inflation éditoriale ».

2 Comme en témoigne le label EPV (Entreprise du Patrimoine Vivant) du Ministère de l’économie, des Finances et de l’Industrie.

3 L’article « Territoire » du Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés (Lévy , Debarbieux et Ferrier, 2003) juxtapose les points de vue de trois auteurs, dont le premier (Jacques Lévy) rappelle d’abord huit définitions concurrentes ayant cours chez les géographes.

4 http://www.cnrtl.fr/etymologie/territoire

5 Depuis les travaux fondateurs de Philippe Aydalot et du GREMI (Groupement de Recherche et d'Étude sur les Milieux Innovateurs) constitué en 1983.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marcel Bazin, Marie Delaplace et Pernette Grandjean, « Editorial », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 21 | 2014, mis en ligne le 18 février 2014, consulté le 30 avril 2017. URL : http://tem.revues.org/2262

Haut de page

Auteurs

Marcel Bazin

Professeur émérite
EA 2076 – Habiter
Université de Reims
Champagne-Ardenne
marcel.bazin@numericable.fr

Articles du même auteur

Marie Delaplace

Professeur
EA 3482 – Lab’Urba
Université de Paris-Est
Marne-la-Vallée
marie.delaplace@univ-mlv.fr

Articles du même auteur

Pernette Grandjean

Professeur
EA 2076 – Habiter
Université de Reims
Champagne-Ardenne
pernette.grandjean@laposte.net

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page