Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Hervé Vieillard-Baron : Banlieues et périphéries. Des singularités françaises aux réalités mondiales

2ème édition revue et augmentée, Paris, Hachette supérieur, Carré Géographie, 304 pages
Nathalie Lemarchand
Référence(s) :

Hervé Vieillard-Baron, Banlieues et périphéries. Des singularités françaises aux réalités mondiales, 2ème édition revue et augmentée, Paris, Hachette supérieur, Carré Géographie, 304 pages

Texte intégral

1Dans cette nouvelle édition de son livre sur les banlieues, H. Vieillard-Baron remet à jour le texte publié en 2001. L’ouvrage se découpe en quatre parties : les trois premières sont consacrées aux banlieues françaises et la quatrième traite des banlieues dans plusieurs parties du monde.

2Dans la première partie, l’auteur commence par une étude étymologique et historique de la banlieue en France, il fera de même plus rapidement pour chaque région du monde abordée dans la quatrième partie. Il souligne également les changements dans l’appréciation statistique, cherchant à démontrer que la transformation du phénomène passe inévitablement par l’appréciation du chiffre. À partir de cette démarche étymologique et statistique, il explique que l’on est passé de la banlieue à la périphérie, ce qui oblige à focaliser sur la notion d’étalement urbain. Par là-même, il fait état de la variété des situations dans les « banlieues » et rappelle que « banlieues et périphéries » désignent des formes urbaines différentes. La première, en continuité des villes-centres, dispose elle aussi d’un tissu urbain aujourd’hui assez dense que l’on ne retrouve pas dans la périphérie, qui elle-même en ses marges se connecte avec un espace que certains qualifient de « rurbain ». L’auteur conclut cette première partie en reprenant les travaux des géographes ayant traité la banlieue en rappelant l’intérêt tardif de ceux-ci et la diversité des problématiques.

3Dans la deuxième partie, l’auteur aborde la question du paysage de banlieue, en prenant les différentes époques constitutives et leur justification par des fonctions qui l’ont nécessairement construit. Ainsi, avec l’ensemble des facteurs explicatifs de la formation des banlieues, il démonte les mécanismes de construction des paysages qui s’y déploient. Hervé Vieillard-Baron rappelle aussi les politiques du logement menées dans ses territoires constitutifs de l’agglomération pour accueillir les nouveaux salariés des activités économiques se déployant dans ses banlieues. Il souligne les enjeux sociaux mais aussi économiques et politiques qui se jouent autour de ses programmes de logement et, plus largement, autour de la croissance démographique et économique de ses banlieues qui vont finir par engendrer une politique de villes nouvelles.

4La troisième partie s’attache à analyser, au-delà des images médiatiques et des discours politiques, ce que l’on appelle « la crise des banlieues » qui a conduit à déterminer l’existence de « quartiers sensibles ». L’auteur reprend chaque élément constitutif de ces quartiers, spatial, social et économique et les traite dans leur complétude et leur complémentarité. Il réfute, avec justesse, l’idée de qualifier les quartiers sensibles français de « ghettos », ce terme répondant à des situations spécifiques liées à l’histoire et à la formation de quartiers ethniques immigrants aux Etats-Unis. Le parallèle trouve en effet vite ses limites. L’auteur, là encore, réalise un travail détaillé qui lui permet de faire valoir la diversité des situations et l’absence de profil homogène dans les quartiers dits « sensibles ». Hervé Vieillard-Baron établit une classification en douze critères des quartiers sensibles en prenant dans des critères démographiques, sociaux, spatiaux et politiques.

5Enfin, la quatrième partie traite des banlieues en Europe et en Amérique du Nord, de l’extension spatiale des grandes métropoles asiatiques et des états émergents ou en développement, incluant l’Amérique du Sud. On voit d’abord toute la difficulté à trouver un équivalent au terme banlieue qu’il s’agisse du parallèle statistique comme du sens du contenu et de sa représentation. Cependant, si le phénomène n’est pas dénommé de la même façon ni n’a les mêmes caractéristiques, il apparaît cependant que partout les villes sortent de leurs limites, même proches, pour s’étendre de plus en plus loin. Et cette extension urbaine, partout provoque les mêmes problèmes urbains et sociaux. Problème d’accessibilité aux emplois mais aussi aux services de la ville, sans que cette distance n’ait le même coût social et économique selon le profil socio-économique de la banlieue.

6En conclusion, Hervé Vieillard-Baron évoque la diversité des situations démontrées. Ainsi : « Il y a des aires dans l’agglomération où les interactions sociales sont assurées et il y a des lieux où l’enclavement contrarie profondément le lien social. » Plus haut, il écrit : « Tout est affaire de distance et de réduction de la distance ». Nous en ferons nos mots de conclusions.

7Á notre avis, le livre reprend et développe des aspects de l’édition précédente tout en l’enrichissant par l’actualité mais aussi la réflexion. Le travail est très complet sur le lien entre la place du logement dans les banlieues et les différentes politiques qui se sont succédé dans ce domaine. On pourrait lui reprocher sur les parties consacrées aux banlieues françaises qu’il se limite au cas parisien. Mais nonobstant cette remarque, le livre est complet et rigoureux, plaisant à lire et instructif, bref il répond tout à fait aux objectifs de la collection Carré Géographie et permet à tout public intéressé à la question des banlieues de saisir, au-delà des images médiatiques, la complexité et la diversité de celles-ci.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Lemarchand, « Hervé Vieillard-Baron : Banlieues et périphéries. Des singularités françaises aux réalités mondiales », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 17-18 | 2013, mis en ligne le 06 avril 2017, consulté le 25 mai 2017. URL : http://tem.revues.org/2232

Haut de page

Auteur

Nathalie Lemarchand

Université Paris 8

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page