Navigation – Plan du site

Activités marchandes et pratiques de la frontière

Nicolas Lebrun

Le commerce frontalier constitue un des thèmes de réflexion au sein du nouvel Institut des Frontières et Discontinuités qui regroupe des chercheurs du Nord-Pas-de-Calais (Université d’Artois, Université Lille 1 Sciences et Technologies, Université du Littoral Côte d’Opale) et de Belgique (Université Catholique de Louvain – Mons).

La question de la perméabilité, de la pérennité ou de la pertinence des frontières pose nécessairement la question des modalités et des formes de l’échange transfrontalier. Cet échange peut être matérialisé par des flux de personnes, de marchandises, d’information, qui affectent fortement le fonctionnement d’un espace dit frontalier, de part et d’autre de la limite d’état. Nous nous intéresserons ici aux répercussions et formes spatiales des flux, de personnes ou de biens, générés par le seul facteur marchand.

L’objectif de ce numéro de la revue Territoire en Mouvement est d’appréhender la diversité des situations dans lesquelles la proximité de la frontière affecte les paysages commerciaux, les pratiques marchandes licites ou illicites, les comportements d’achats individuels ou collectifs, les mobilités ou immobilités des consommateurs.

Rapporté aux logiques de localisation et de fréquentation des commerces de détail, le rôle de la frontière est plus ou moins prononcé. Ainsi, des logiques commerciales éprouvées (prenant en compte l’accessibilité) se trouvent transformées par des effets de limites, au point de provoquer des comportements marchands de prime-abord illogiques (implantations doublons de part et d’autre d’une frontière, surreprésentation de certaines formes marchandes d’un côté de la frontière, etc.). De même, rapporté aux logiques frontalières, le poids de l’échange marchand est variable au regard de la nature du différentiel frontalier, de la perméabilité de la dyade.

Les analyses pourront prendre tant la forme d’analyses théoriques des modalités d’usage marchand de la dyade que la forme d’études issues d’un terrain transfrontalier choisi pour sa représentativité ou à l’inverse l’originalité de son fonctionnement. De fait, toute frontière pouvant constituer un terrain d’étude pertinent peut être retenue, indépendamment de sa localisation sur le globe.

Les entrées sur la thématique issues de disciplines autres que la géographie sont les bienvenues, à condition de bien mettre en avant la dimension spatiale transfrontalière des objets et phénomènes étudiés.

Calendrier

Propositions (résumés et titres) : 20 mai 2013

Articles complets (pour les propositions retenues) : 30 octobre 2013

Contact

Toutes les propositions et articles sont à envoyer à :

nicolas.lebrun@univ-artois.fr