Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lectures

Guy Lubeigt : Nay Pyi Taw. Une résidence royale pour l’armée birmane

2011, RASEC, Les Indes Savantes, Bangkok, Paris, 185 pages
Yves Boquet
Référence(s) :

Guy Lubeigt : Nay Pyi Taw. Une résidence royale pour l’armée birmane, 2011, RASEC, Les Indes Savantes, Bangkok, Paris, 185 pages

Texte intégral

1Fin connaisseur de la Birmanie, Guy Lubeigt nous livre une analyse lucide et acérée du transfert de la capitale birmane depuis Rangoon vers le site de Nay Piy Taw en novembre 2005. Transfert brutal de milliers de fonctionnaires transportés (déportés ?) sans préavis vers un lieu dont même la majorité des architectes et bâtisseurs ignoraient la finalité lors des travaux, amorcés en 2000. À la différence de Brasilia, clairement identifiée dans ses objectifs et annoncée à l’avance, voire d’Ashkhabad, Nay Pyi Taw reste largement un mystère. Guy Lubeigt cherche à lever le voile sur ce qui est caché par le régime birman.

2Dans un premier chapitre, « Le cadre géographique de la nouvelle capitale », l’auteur nous décrit une riche région agricole où abondent les ressources naturelles, mais faiblement industrialisée. Remarquablement située sur le seuil Takton-Yamétin, ligne de partage des eaux entre les bassins du Sittang au Sud et de la Samon au Nord, la région de Nay Pyi Taw marque la transition entre Birmanie humide et Birmanie sèche. La capitale est-elle une ville, une conurbation, une région-capitale, un territoire de l’Union birmane ? Difficile à définir, car « les trois townships de Pyinmana, Lewè et Takton ont été mobilisés pour former Nay Pyi Taw », qui comprend sept agglomérations distinctes. C’est une vaste zone de 7000km², caractérisée par « des quartiers aux limites imprécises, une absence flagrante de signalétique et un manque de dynamique urbaine » (p. 24). Il est impossible de trouver des cartes de l’ensemble, et si « on peut circuler sur des autoroutes magnifiques à trois ou six voies, il est interdit de s’arrêter pour prendre des photos ». Dans cet espace distendu où les dortoirs de fonctionnaires sont isolés des immeubles des ministères, on ne peut relever que deux points de repère majeurs. Au centre de la ville la plus ancienne, Pyinmana, la statue d’un éléphant et de son mahout poussant une grume de teck, ce qui évoque l’ancienne économie locale basée sur l’exploitation forestière. L’autre monument significatif est la grande pagode Uppatasanti, isolée en rase campagne.

3Dans le second chapitre (« La vallée des rois, histoire millénaire et traditions »), Guy Lubeight analyse les racines historiques de l’implantation de la capitale. Si l’histoire de la Birmanie est largement centrée sur la vallée de l’Irrawaddy, voie navigable permettant de remonter loin vers le nord, l’axe méridien parallèle de la Sittang a lui aussi connu un riche passé historique que l’auteur retrace en détail de l’Antiquité à la colonisation britannique avant d’évoquer la vivacité des croyances locales et des superstitions qui ont trouvé leur écho jusqu’au coeur de la junte militaire birmane qui sacrifie à de nombreux rites bouddhistes, entre autres pour se concilier les bonnes grâces de la population .

4Dans le chapitre 3 (« la Cité royale et ses habitants »), G. Lubeigt confie que « on ne peut échapper à l’impression que Nay Pyi Taw a été menée comme une opération militaire de grande envergure, conduite dans le plus grand secret » (p. 75). Quelles en sont les motivations ? Les explications divergent sur cette délocalisation radicale. Pour l’historien Aung Thwin – que Lubeigt ne suit pas – il se serait simplement agi d’une volonté de retour vers la zone sèche et le berceau culturel des Birmans, une forme de décolonisation rejetant Rangoon comme symbole de l’influence étrangère (pp. 81-82), un peu à la façon de la Chine de Mao affaiblissant volontairement Shanghai. Pour les rebelles Shan du Nord-est birman, la logique de création de la nouvelle capitale serait de rapprocher l’état-major birman des régions « à problème » pour en assurer un meilleur contrôle, sur fond de rivalité entre généraux de la junte. Selon un politologue birman résidant à Singapour, il fallait protéger la junte de la population après les manifestations ayant abouti à l’assignation à résidence de l’opposante Aung San Suu Kyi. Pour lui, il y aurait une paranoia des membres de la junte affolés du potentiel de débarquement américain en Birmanie, mais aussi un intérêt géopolitique avec le croisement de l’axe nord-sud et d’une grande voie est-ouest connectant l’Inde à la Chine via la Birmanie et la Thaïlande. Pour G. Lubeigt, la publicité accordée au transfert de la capitale a aussi permis de créer un écran de fumée masquant des exactions du régime et des projets plus dangereux pour la paix internationale tels que des bases de missiles à tête nucléaire dans le périmètre de la région-capitale (p. 95). Cela permettait aussi de ne pas évoquer les difficiles conditions de vie imposées aux fonctionnaires dans une « ville » quasiment sans transports urbains, bien qu’un métro à grande profondeur (pourquoi ?) soit aujourd’hui en cours de construction par l’allié russe et qu’il doive desservir le centre de commandement souterrain de l’armée birmane.

5Dans l’ultime chapitre (4 Les réalisations symboliques de Nay Pyi Taw), l’auteur décortique les efforts de légitimation d’une capitale artificielle sans profondeur historique. La pagode Uppatasanti, réplique partielle de la pagode Shwédagon de Rangoon, doit être un symbole de l’unité nationale et un marqueur du caractère sacré de la capitale. Le parlement, interdit aux visiteurs étrangers ou locaux, n’est-il qu’un vaste complexe administratif ou une réplique du palais royal de Mandalay ? L’aéroport international, sans avions, et la « gare internationale », presque sans trains, sont des coquilles vides. Culture, santé, éducation, trois éléments essentiels de la vie urbaine, n’ont pas été des priorités pour le régime alors qu’un argent fou a été dépensé pour un zoo sans visiteurs et le planétarium. Les visiteurs étrangers sont mis à l’écart et surveillés dans une zone hôtelière où tout contact avec la population locale est impossible. Quant aux résidences de la nomenklatura, on n’en sait pas grand-chose. Ce qui est sûr par contre, c’est que l’environnement local a été saccagé par l’édification de la capitale, et que certains groupes de l’industrie du bâtiment comme Asia World, liés à des dignitaires du régime, ont été de grands bénéficiaires de l’entreprise des militaires.

6Cet ouvrage, portant sur un des pays les plus secrets de la planète, est rédigé de façon dynamique, avec des illustrations inédites (cartes) et des photos (il y en a quand même). Ce sera une addition intéressante à la littérature scientifique sur les villes conçues ex-nihilo ou presque comme capitales. Ce qui frappe, en comparaison de Washington, Islamabad, New Delhi, Brasilia, Astana…, c’est l’absence d’un projet urbain monumental autour d’un axe central. Les créateurs de Nay Pyi Taw sont les officiers supérieurs de l’armée birmane, George Washington n’était-il pas lui aussi général ? Mais Nay Pyi Taw n’a pas eu son Pierre L’Enfant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Boquet, « Guy Lubeigt : Nay Pyi Taw. Une résidence royale pour l’armée birmane », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 19-20 | 2013, mis en ligne le 26 octobre 2016, consulté le 27 mars 2017. URL : http://tem.revues.org/2208

Haut de page

Auteur

Yves Boquet

Université de Bourgogne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page