Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lectures

Philippe Pelletier : L’Extrême-Orient. L’invention d’une histoire et d’une géographie

2011, Gallimard, Folio Histoire, 867 pages
Yves Boquet
Référence(s) :

Philippe Pelletier : L’Extrême-Orient. L’invention d’une histoire et d’une géographie, 2011, Gallimard, Folio Histoire, 867 pages

Texte intégral

1Un demi-siècle après Pierre Gourou, cet ambitieux ouvrage très fouillé et érudit de Philippe Pelletier, spécialiste bien connu du Japon, tente de définir ce qu’on appelle Extrême-Orient, en construisant une histoire comparée des connaissances géographiques respectives entre Orient et Occident.

2Publié dans une collection d’histoire, il aborde la nature géographique, culturelle et politique de cette notion récente, forgée en Occident au début du XXe siècle, en analysant son émergence sur le temps long, vingt-cinq siècles de circulations, échanges, innovations et emprunts. Il insiste en particulier sur la circulation des savoirs cartographiques, mathématiques et astronomiques entre Orient et Occident. Déjà, en 2009, Christian Grataloup, dans « L’invention des continents », avait montré le caractère historique et culturel de notions comme « les limites » de continents. C’est dans cette veine que se situe le travail de Philippe Pelletier, organisé en neuf chapitres.

3Le géographe se retrouve d’emblée dans les deux premiers chapitre (« Les découpages du monde », « Le principe méridien »), où l’auteur compare les modes de penser l’espace du monde sinisé et du monde « métaméditerranéen » (sphère/damier, centres et périphéries, abstraction/pragmatisme), associés à des logiques cartographiques qui évoluent avec le traité de Tordesillas et les Grandes Découvertes.

4Dans les chapitres trois et quatre (« Désirs de rivages », « Vers les mers de Chine et d’Orient »), P. Pelletier se penche sur les expéditions maritimes chinoises et l’émergence des représentations cartographiques de la Corée, du Japon et de l’archipel des Ryukyu.

5Le chapitre 5 (« Une mer en construction ») est consacré à la rencontre entre les cartographies japonaise et chinoise d’une part, européenne d’autre part, avec le rôle majeur joué par Matteo Ricci.

6Les chapitres 6 (« Le tournant géopolitique ») et 7 (« Le territoire en Extrême-Orient et sa modernisation ») sont consacrés davantage à la notion d’État et de territoire en Asie, à la fois avec la fermeture – peut-être pas si absolue qu’on ne le pense – puis la réouverture face aux entreprises occidentales et à l’affirmation de la nation japonaise face au « centre » chinois, alors que les Européens cartographient le monde.

7Les deux derniers chapitres (« Les courants métagéographiques contemporains » et « Un retour en Asie ? ») examinent les façons dont les deux mondes, est-asiatique et occidental se rencontrent et se comparent et, en évoquant dans le contexte actuel de montée en force de l’Asie dans l’économie mondiale, la place d’un asiatisme retrouvé.

8Au fil de l’ouvrage, parfois un peu ardu par son érudition et sa longueur, on comprend bien que la notion d’Extrême-Orient, qui a un attrait certain pour les Européens, est composite : l’Extrême-Orient serait non seulement à l’extrémité physique de l’Orient mais en serait aussi la forme la plus extrême. Or cette notion d’Orient est consubstantielle à celle d’Occident. C’est l’Occident qui vient faire irruption dans le monde sinisé, mais pas le contraire, car la Chine et ses voisins se passent parfaitement de l’Europe et de l’Amérique, dans logique de l’Empire du Milieu. Face à la poussée européenne et américaine, le Japon réagit plus vite et plus fort que la Chine et adopte certains des comportements impérialistes de l’Occident, ne serait-ce déjà qu’en intégrant à son territoire Hokkaïdo et les Ryukyu.

9Un petit atlas en couleur est intégré au centre de l’ouvrage, reproduisant certaines cartes anciennes, tant européennes qu’asiatiques. Malheureusement le format de poche du livre rend ces cartes bien peu lisibles. C’est vraiment dommage !

10Au total, même si sans doute certaines longueurs auraient pu être évitées, cet ouvrage, s’appuyant sur une abondante bibliographie internationale (français, anglais, japonais) de 47 pages, est un beau travail de géo-histoire qui soulève des questions passionnantes sur des notions fondamentales. Á lire en complément des ouvrages de C. Grataloup si l’on s’intéresse à l’Asie orientale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Boquet, « Philippe Pelletier : L’Extrême-Orient. L’invention d’une histoire et d’une géographie », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 19-20 | 2013, mis en ligne le 12 avril 2017, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://tem.revues.org/2207

Haut de page

Auteur

Yves Boquet

Université de Bourgogne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page