Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lectures

Nicolas Soulier : Reconquérir les rues. Exemples à travers le monde et pistes d’action

2012, Paris, Ulmer, 285 pages
Pierre-Jacques Olagnier
Référence(s) :

Nicolas Soulier : Reconquérir les rues. Exemples à travers le monde et pistes d’actions, 2012, Paris, Ulmer, 285 pages

Texte intégral

1Nicolas Soulier propose, dans cet ouvrage, un récit d’expériences professionnelles auxquelles il a participé, pendant une trentaine d’années, à des degrés divers en tant qu’architecte, urbaniste ou enseignant. Très abondamment illustré par des photographies, parfois en double page et souvent commentées, par des encarts de textes (extraits de règlements d’urbanisme, de journaux, de témoignages d’acteurs ou d’habitants) qui complètent les analyses, l’ouvrage, dont les récits et les réflexions portent essentiellement sur des opérations d’aménagement françaises et européennes, agrémenté de quelques incursions au Canada, aux Etats-Unis et au Japon, n’est « ni un manuel, ni un livre scientifique », si l’on reprend les propres mots de l’auteur. Toutefois, sous certains aspects, le livre peut aussi être considéré comme un guide de « bonnes pratiques » d’un praticien de l’aménagement, ce que révèle, en particulier, sa structure, débouchant sur un véritable programme d’actions exposées dans la dernière partie.

  • 1 On pense, en particulier, à : Eric Charmes, 2006, La rue, Village ou décor ?, Grâne, Créaphis, 158  (...)

2Comme le souligne le sous-titre du livre, « Pour des villes où l’on aimerait habiter », le ton est militant et défend certaines conceptions de l’urbanité et de la citadinité qui considèrent que la rue joue et doit jouer un rôle primordial dans la qualité de la vie urbaine. Ce faisant, l’auteur se place dans la perspective initiée par les travaux de Jane Jacobs dans Déclin et survie des grandes villes américaines, une parenté reconnue et assumée d’ailleurs par N. Soulier. « Reconquérir » les rues est ainsi considéré comme le moyen d’améliorer l’urbanité des lieux et la citadinité des habitants par une transformation de l’aménagement et de l’organisation de certains espaces viaires actuels. La perspective défendue suppose de passer d’une logique routière d’aménagement qui « disloque » à une logique urbaine où la rue « rassemble », où elle est « vivante » et « donne envie d’y habiter », ce qui renvoie aux réflexions menées sur la rue qui se sont renouvelées depuis plus d’une dizaine d’années1.

3Au travers des quatre parties qui structurent l’ouvrage, la démarche de l’auteur vise à analyser les « processus de stérilisation » (partie I) et de « fertilisation » (partie II) de l’espace de la rue, ce qui lui permet ensuite de dresser un panorama des logiques d’aménagement existantes (partie III) et de conclure par des propositions de « nouvelles » pratiques d’aménagement (partie IV). Selon l’auteur, les processus de stérilisation sont au nombre de trois. Le premier tient au cadre réglementaire (règlement municipal, règlement de copropriété, etc.) qui cherche à atteindre un double objectif de sécurisation des espaces publics ou privés et d’évitement des conflits et des accidents de tous ordres, « au nom de l’harmonie, de l’esthétique, de l’hygiène ». Le poids des logiques routières dans l’aménagement de grandes voies de circulation correspond à un deuxième processus de stérilisation que N. Soulier analyse grâce à l’exemple du réaménagement du boulevard périphérique de Nîmes en « boulevard urbain » auquel il a pris part. Enfin, les relations entre espace résidentiel et voies de circulation, entre espace bâti et rue, constituent le troisième processus, étudié à partir de l’analyse des opérations d’aménagement urbain de deux grands ensembles de banlieue parisienne, à Aulnay-sous-Bois et à Viry-Châtillon, auxquelles N. Soulier a, une nouvelle fois, participé.

4Toutefois, face à ces logiques de stérilisation, d’autres processus de fertilisation peuvent être mis en place, et l’ont déjà été, dans différents quartiers de villes européennes. N. Soulier aborde principalement deux expériences d’urbanisme développées à Brême et à Fribourg. Respectivement, le double partage modal et « frontal » de la rue ainsi que les « deuxièmes chantiers » sont présentés comme des actions ayant permis de créer et/ou de maintenir des rues vivantes dans des quartiers résidentiels. Si le partage modal de la rue correspond à une pratique désormais classique d’aménagement, la notion de partage « frontal » et l’expression « deuxièmes chantiers » sont plus confidentielles. Ces « deuxièmes chantiers » correspondent, en l’occurrence, à des processus multiformes d’ajouts d’aménagements informels (mais autorisés) par les habitants, une fois le « premier chantier », c’est-à-dire l’opération d’aménagement, achevé ; ils s’inscrivent dans le cadre d’une « architecture du non-fini ». Le qualificatif « frontal », quant à lui, renvoie à « l’espace-de-bord-de-rue », au terme de « frontage », très peu utilisé en français, qui désigne l’interface entre rue et espace public ou privé, où, selon l’auteur, tout se joue. Celui-ci distingue, en effet, frontages « actifs », susceptibles de créer de l’urbanité et de la citadinité, et frontages « passifs » qui contribuent fortement à la stérilisation des voies circulatoires.

5La troisième partie de l’ouvrage dresse un « panorama » des actions mises en œuvre dans les frontages. Des exemples nombreux, mais inégalement analysés, sont mobilisés, parfois hors d’Europe, du stoep hollandais à certains quartiers résidentiels de villes états-uniennes, canadiennes ou japonaises, en passant par un retour en Europe avec l’étude de la démarche de la « rénovation urbaine prudente » menée à Leipzig. Si chacun des exemples bénéficie de nombreuses illustrations, les analyses proposées sont globalement peu approfondies – il s’agit bel et bien d’un « panorama » – et soulignent qu’il ne s’agit pas d’un ouvrage scientifique, ce que l’absence d’une bibliographie atteste également.

6Enfin, la dernière partie propose, pour le nouvel aménagement souhaité, deux grandes pistes d’actions. La première se décline en six mesures classiques qui visent, directement ou indirectement, à instaurer un nouveau partage modal de la rue. La seconde, plus originale, concerne le rééquilibrage du « partage frontal » de la rue en favorisant l’aménagement de frontages actifs.

  • 2 Jean Rieucau, 2009, « De la rue en sciences humaines, en architecture et dans l’urbanisme, au début (...)

7Comme le souligne Jean Rieucau, la rue « fascine et interroge les sciences humaines »2. Cet ouvrage montre que les questions d’aménagement posées par un tel géotype restent d’actualité. Dans tous les cas, l’ouvrage sera à la fois utile au praticien de l’aménagement, de l’urbanisme et de l’architecture, mais également à l’étudiant ou à l’enseignant-chercheur s’intéressant aux pratiques d’aménagement des rues, qui trouveront matière à renouveler leur réflexion sur les « frontages ».

Haut de page

Notes

1 On pense, en particulier, à : Eric Charmes, 2006, La rue, Village ou décor ?, Grâne, Créaphis, 158 p. ; La rue entre réseaux et territoires, Marne-la-Vallée, Octobre 2006 - Mars 2007, n° 66/67, Flux Cahiers scientifiques internationaux Réseaux et Territoires, 184 p. ; Jean-Loup Gourdon, 2001, La rue. Essai sur l’économie de la forme urbaine, La Tour d’Aigues, Editions de l’Aube, 286 p.

2 Jean Rieucau, 2009, « De la rue en sciences humaines, en architecture et dans l’urbanisme, au début du XXIe siècle », Géocarrefour, vol. 84/3, p. 172.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre-Jacques Olagnier, « Nicolas Soulier : Reconquérir les rues. Exemples à travers le monde et pistes d’action », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 19-20 | 2013, mis en ligne le 26 octobre 2016, consulté le 27 mars 2017. URL : http://tem.revues.org/2194

Haut de page

Auteur

Pierre-Jacques Olagnier

Université de Picardie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page