Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lectures

Jean-Marc Holz : Les Jeux Olympiques et leurs territoires

2011, Perpignan, Presses Universitaires de Perpignan (Collection Études), 247 pages
Pierre-Jacques Olagnier
Référence(s) :

Jean-Marc Holz (dir.) : Les Jeux Olympiques et leurs territoires, 2011, Perpignan, Presses Universitaires de Perpignan (Collection Études), 247 pages

Texte intégral

1Connu pour ses recherches en géographie économique, J.-M. Holz coordonne ici un ouvrage consacré à la géographie du sport, sujet auquel il s’est déjà intéressé dans un précédent livre coédité avec D. Giband en 2007 et intitulé Les territoires du sport entre politiques et pratiques.

2Cet ouvrage réunit douze contributions de onze auteurs : chercheurs du Centre d’Études Olympiques (dépendant du CIO), enseignants-chercheurs, consultants en urbanisme et journalistes. Coordonnateur de l’ouvrage, J.-M. Holz est également l’auteur de deux articles et le co-auteur de trois autres articles.

3Le caractère original de ce recueil – mais cela constitue également l’une de ses limites – réside dans la diversité des auteurs et dans les différents types de contributions rassemblées ici : articles plus ou moins directement issus de travaux de thèses de géographie, actualisés par leurs auteurs ou par J.-M. Holz et articles de presse, publiés au printemps-été 2011 dans la presse quotidienne nationale (Le Monde, Le Figaro) ou dans la presse hebdomadaire régionale (L’essor savoyard). Ce parti pris éditorial de mélanger des textes très différents dans leur conception et dans leur écriture permet d’aborder des situations de l’actualité olympique très récente (échec de la candidature d’Annecy à l’accueil des J.O. 2018, aménagements liés aux futurs J.O. 2014 de Sotchi), mais, revers de la médaille, le degré d’analyse proposé est très inégal, certaines contributions manquant alors de distance critique, même si elles apportent des informations inédites en français.

4L’ouvrage se compose de trois grandes parties thématiques qui permettent d’analyser l’événement « Jeux Olympiques » selon une double perspective géopolitique puis aménagiste avant de proposer trois études de cas.

5La première partie, intitulée « La planète olympique » et constituée de deux articles, est centrée sur l’analyse de la mondialisation réelle et multiforme que connaissent le mouvement olympique (CIO) et les Jeux Olympiques. Comme le souligne N. Chamerois dans le premier article, cette mondialisation est « asymétrique » ou « ambiguë », ce que la relative absence de l’Inde, eu égard à son poids démographique et à sa puissance économique, révèle également en creux dans le second article de J.-M. Holz.

6Le seconde partie se focalise sur l’étude des « villes et villages olympiques », dans une perspective plus aménagiste. Les transformations urbaines et les projets urbains liés à l’accueil des Jeux Olympiques d’été sont au cœur de l’article sur Athènes 2004 (A. Henry) et de la très brève contribution sur Barcelone 1992. Deux autres articles sont consacrés aux impacts territoriaux des Jeux Olympiques d’hiver, à travers l’étude de l’organisation de l’événement olympique dans les Alpes. Ils soulignent les particularités tant des J.O. d’hiver que des territoires montagnards et concentrent leurs analyses sur le choix des villes olympiques (et de leur profil) et sur les aménagements prévus par rapport aux J.O. d’été.

7La troisième partie, enfin, explore les « espoirs et [la] déception » liés respectivement à l’obtention des Jeux Olympiques ou à l’échec d’une candidature. Les cinq articles de cette dernière partie examinent trois situations contemporaines : les transformations de la région de Sotchi qui doit accueillir en 2014 les futurs Jeux Olympiques d’hiver, les effets territoriaux « décalés » ou plutôt « déplacés » de Londres 2012 dans le Nord-Pas-de-Calais et l’échec de la candidature d’Annecy 2018.

8Si l’article d’O. Iskandyarova-Terrado sur les J.O. 2014 à Sotchi, intitulé « La roulette russe », se limite à la compilation et à la traduction d’informations diffusées par différents médias russes, deux articles (G. Deffrennes et J.-M. Holz) étudient de manière approfondie, en croisant regard journalistique et approche scientifique, la manière dont la région Nord-Pas-de-Calais, non candidate à l’accueil des Jeux Olympiques de 2012, s’est servie, par un original renversement de situation, de sa proximité spatiale et de l’événement Jeux Olympiques comme d’un instrument de marketing territorial dans le cadre de l’opération « Le plus grand terrain de Jeux ».

9Trois articles traitent, enfin, de l’échec de la candidature d’Annecy 2018 et adoptent une triple perspective associant réflexion sur la gouvernance de cette candidature, étude des choix d’organisation territoriale du dossier de candidature et analyse des atouts des villes concurrentes, ce qui permet de souligner les interactions entre géopolitique et logiques d’aménagement.

10La bibliographie générale de 276 références, proposée à la fin de l’ouvrage, est accompagnée d’un index géographique par ville olympique et d’un index thématique ; elle constitue un outil précieux pour qui s’intéresse à la géographie et à la géopolitique du sport ainsi qu’aux enjeux aménagistes des grands événements sportifs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre-Jacques Olagnier, « Jean-Marc Holz : Les Jeux Olympiques et leurs territoires », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 19-20 | 2013, mis en ligne le 12 avril 2017, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://tem.revues.org/2192

Haut de page

Auteur

Pierre-Jacques Olagnier

Université de Picardie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page