Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lectures

Manuel Appert, Mark Bailoni, Delphine Papin : Atlas de Londres. Une métropole en perpétuelle mutation

2012, Autrement, 96 pages
Antoine Le Blanc
Référence(s) :

Manuel Appert, Mark Bailoni, Delphine Papin : Atlas de Londres. Une métropole en perpétuelle mutation, 2012, Autrement, 96 pages

Texte intégral

1Ce nouvel atlas de la série des métropoles publiée par Autrement est un ouvrage très agréable à feuilleter, très coloré, illustré de façon variée et dense. De nombreuses photographies viennent compléter la série de cartes attendues et sérieuses. Un texte dense, intéressant et relativement précis commente utilement la cartographie. Les textes d’accompagnement constituent peut-être un des atouts majeurs de ce livre, dans la mesure où la cartographie n’est pas toujours aussi satisfaisante.

2L’ouvrage est très à jour et développe aussi bien un historique de la capitale anglaise que des problématiques actuelles, des Jeux Olympiques aux problématiques sociales en passant par des enjeux programmatiques liés à l’urbanisme et aux transports. Il s’agit d’un livre facile à comprendre, destiné à un public large : l’ouvrage s’adresse non seulement aux géographes, mais aussi aux touristes, aux amoureux de la ville et de la géographie, et plus généralement à un grand public désireux de mieux comprendre les enjeux actuels de la métropole londonienne. Cette facilité de lecture est en grande partie due à l’unité de la méthode cartographique, qui permet une compréhension simple et rapide des cartes, ainsi qu’une mise en parallèle de celles-ci, à différentes échelles.

3Toutefois, l’ouvrage cède souvent à certaines facilités. L’approche n’est pas vraiment originale, le plan de l’atlas est très conventionnel ; certes, ces choix permettent de donner une vision assez simple d’une réalité très complexe et de considérer Londres dans sa diversité spatiale, sociale, temporelle et fonctionnelle de manière efficace. Mais cet objectif de lisibilité laisse parfois sur sa faim : les cartes ne sont pas toutes fondamentales et fouillées ; nombreuses sont celles qui, peut-être afin de dédensifier l’ouvrage, sont assez légères, peu informatives et peu nouvelles.

4Le plan de l’ouvrage s’attarde d’abord sur les origines de la ville, présente Londres comme une ville mondiale actuelle puis développe certains thèmes à l’échelle urbaine et intra-urbaine, avant d’élargir la réflexion à la place de Londres dans sa région pour terminer sur quelques réflexions prospectives. Dans cet ensemble sans surprises, la partie la plus intéressante est certainement l’analyse intra-urbaine, la plus riche et la plus originale d’un point de vue cartographique. Cette partie couvre près du tiers de l’atlas : enjeux divers, programmes urbains, tensions sociales sont abordés de manière explicite, claire et utilement soutenus par la cartographie. On appréciera notamment un effort important de lisibilité ethnique de la capitale, grâce à plusieurs cartes assez diversifiées.

5La partie suivante, qui traite de l’insertion de la métropole à l’échelle régionale, est plus attendue, mais également utile. Les cartes sont nombreuses et les jeux d’échelles permettent de bien situer la mégapole dans son contexte national. On regrettera peut-être l’absence d’une mise en contexte européen. Les réflexions prospectives finales sont moins convaincantes, regroupant des thèmes très différents : les Jeux Olympiques, les risques d’inondation et la ressource en eau, les éco-quartiers, la verticalisation de la ville…

6Quelques manques peuvent être soulignés : peu de cartes concernent les espaces verts, les risques, quelques autres thématiques comme le tourisme. Mais surtout, on regrettera le faible nombre de cartes de flux : la majorité des cartes sont statiques, photographiques. Même les cartes à tonalité économique sont assez peu dynamiques, comme la carte de Bishopsgate / Shoreditch, p. 40 qui tente de pointer quelques évolutions, mais de manière assez discrète – au point qu’on se demande si les cartographes n’ont pas tenté d’abolir les flèches dans leurs représentations… Ce qui rend la lecture assez peu évolutive et nuit à la compréhension de l’expansion de la ville, des dynamiques de population, de l’économie métropolitaine.

7Malgré ce manque de dynamisme, cet ouvrage constitue au final un outil intéressant, agréable et clair.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Le Blanc, « Manuel Appert, Mark Bailoni, Delphine Papin : Atlas de Londres. Une métropole en perpétuelle mutation », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 19-20 | 2013, mis en ligne le 12 avril 2017, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://tem.revues.org/2183

Haut de page

Auteur

Antoine Le Blanc

Université du Littoral et de la Côte d'Opale
laboratoire TVES

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page