Navigation – Plan du site
Articles

Artistes et espace rural : l’émergence d’une dynamique créative

Artists and Rural Space : the Emergence of a creative dynamic
Claire Delfosse et Pierre-Marie Georges
p. 60-76

Résumés

Le rôle des artistes, dans des territoires ruraux encore marqués par les succès de « l’évidence patrimoniale », est rarement identifié comme le marqueur d’une possible économie culturelle, trop souvent associée à la ville. Pourtant, la place occupée par les artistes à la campagne évolue en synergie avec des constructions territoriales tout en se confrontant aux caractéristiques inhérentes aux espaces ruraux : faible densité et absence d’équipement. Une place complexe qui interroge les formes particulières de l’économie créative en milieu rural.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Nous considérons comme artisans d’art ceux qui sont inscrits dans un processus de création ; nous n (...)

1Les ressources culturelles sont de plus en plus identifiées comme facteur de développement, y compris dans les territoires ruraux (Gumuchian et Pecqueur, 2007). Un récent rapport parlementaire (DADDT, 2006) atteste d’ailleurs de l’importance accordée à la culture dans le développement des territoires ruraux en termes d’attractivité et d’économie résidentielle. Un certain nombre de procédures de développement local conforte la place de la culture en milieu rural, à l’exemple des différentes générations de programmes Leader, du label Pays d’art et d’histoire (Delfosse, 2009) ou de la procédure de pôles d’excellence rurale (Landel et Senil, 2008). Pourtant, à travers les discours sur la ville créative, on comprend que la dynamique économique des territoires créatifs est souvent pensée dans son ancrage urbain et, en particulier, celui des grandes métropoles. Et, quand il est question des espaces dits de faible densité, l’économie créative est étudiée à travers l’exemple des villes moyennes et petites (Berneman et Meyronin, 2010 ; Sibertin-Blanc, 2008). Les modèles d’innovation culturelle et d’attractivité territoriale oublient d’intégrer à leur analyse l’échelle des espaces ruraux. C’est sans doute parce qu’il est difficile de chiffrer et d’évaluer les apports de la culture dans les espaces de faible densité. Or l’économie culturelle en milieu rural est réellement prise en charge par la présence d’artistes et d’artisans d’art1 que la survalorisation du patrimoine rural ne doit pas occulter (Delfosse, 2003, 2011b ; Jousseaume et al., 2007). En effet, les ouvrages récents sur l’économie créative, quand l’espace rural est évoqué, confortent l’évidence patrimoniale attachée aux campagnes françaises : « il s’agit de construire pour ces territoires un patrimoine collectif et cognitif qui concourt parfois à l’émergence locale de micro-filières constituées de services dérivés (formation, édition musicale, librairie…) et parfois de productions artisanales de biens originaux qui répondent à une demande sociale en quête d’authenticité » (Leriche et Daviet, 2008 : 21). Dès lors, l’économie créative serait résumée aux festivals et à la valorisation du patrimoine, y compris culinaire (Sagot, 2010), renforcée par la reconnaissance récente en France et surtout récemment médiatisée du patrimoine culturel immatériel. De fait, l’intérêt renouvelé pour l’artisanat d’art, et en particulier en milieu rural, apporte son lot de questions, entre patrimoine et création, entre permanence et nouveauté, entre économie touristique et économie créative, entre diffusion et concentration, ou encore entre éphémère et pérenne.

  • 2 Il s’agit notamment de travaux et de journées d’études réalisés dans le cadre du master d’Etudes ru (...)

2Dans cet article, nous nous proposons d’analyser la dynamique culturelle en milieu rural à travers l’impact des parcours individuels, comme a pu le faire Ann Markusen pour New York (2008). Face à la difficulté de faire des recensements et à l’impossibilité d’une définition exhaustive et satisfaisante de l’action artistique, l’analyse est le fruit d’une expérience répétée, principalement à l’échelle de la région Rhône-Alpes et d’une accumulation de regards croisés, reposant sur des dires d’acteurs saisis à l’occasion de travaux sur le développement rural2 et alimentés par des recherches sur la culture en milieu rural (Delfosse, 2011a et b) et sur ce que signifie habiter le rural (Georges, 2009). Dans une première partie, nous envisageons les modalités d’installation, de présence des artistes en milieu rural, puis, dans un deuxième temps, nous verrons quel rôle les politiques culturelles leur font jouer. Enfin, des monographies de territoires ruraux permettront de discuter différentes dynamiques qui montrent l’émergence d’une logique de pôles d’économie créative reposant sur l’emploi, l’animation et l’attractivité.

1. La spécificité de l’artiste en milieu rural

3La présence des artistes en milieu rural revêt différents aspects : il y a ceux qui décident de résider et de créer en milieu rural alors que leur marché est essentiellement urbain, ceux dont la présence est temporaire, à l’occasion d’un évènement ou d’une résidence d’artiste ou encore ceux qui reviennent régulièrement et créent des évènements en milieu rural (Delfosse, 2011). Cette diversité de la présence artistique doit être pensée en fonction des caractéristiques même de l’espace rural ainsi que de celles de la culture en milieu rural. Les formes de présence de l’artiste en milieu rural dessinent des typologies mouvantes dans leur spatialité (espace diffus) et leur temporalité (liens fluctuants) et dans les fonctions qu’ils se donnent dans l’espace rural.

1.1. Une présence diffuse

4Les modalités de présence des artistes en milieu rural doivent être analysées en fonction de la caractéristique première de l’espace rural qui est celle d’être un espace de plus faible densité que la ville, un espace disposant de peu d’équipements culturels permettant d’accueillir et de « regrouper » des artistes. Parfois, la présence d’un équipement culturel de haut niveau peut apparaître comme une sorte d’isolat ne générant pas la présence pérenne d’artistes sur le territoire. Les exemples du Centre d’Art Contemporain à Lacoux et du Centre Culturel de Rencontre d’Ambronay (musique baroque), tous deux dans le département de l’Ain, sont à ce titre révélateur car l’excellence de leur action est reconnue et financée par le ministère ; mais ils peinent à rayonner sur le territoire rural environnant.

5La faiblesse de la densité fait que la présence même des artistes apparaît comme diffuse, moins perceptible, voire imperceptible. Cet aspect est renforcé par le fait que les artistes peuvent venir vivre et créer à la campagne, tout en diffusant leur production en ville. En effet, les artistes et les artisans d’art ne sont pas imperméables aux représentations que notre société urbanisée véhicule sur la campagne : qualité de vie, calme, proximité de la nature, autres rapports sociaux. Autant de facteurs qui font qu’artistes et artisans d’art souhaitent s’installer en milieu rural pour y vivre et travailler. L’attractivité de la campagne est d’autant plus forte que l’immobilier y est de moindre coût et qu’ainsi ils disposent d’espace pour vivre et surtout pour créer. Les artisans d’art sont localisés de préférence dans des communes de moins de 20 000 habitants, et même dans de plus petites communes pour une bonne part d’entre eux (Observatoire d’Ateliers d’Art de France, 2010).

  • 3 Un artiste catalan qui a créé un centre de création contemporaine dans d’anciennes serres au cœur d (...)

6Certains artistes s’installent dans l’espace rural à la recherche d’inspiration ou de lieu « de marge », avec une sorte d’ambition missionnaire ou de volonté de sortir d’une culture de grands équipements3. En matière d’arts plastiques, le Land’Art trouve en milieu rural son espace de prédilection. Ainsi, « Le Vent des forêts » organise depuis 1997, dans six villages agricoles et forestiers du département de la Meuse qui appartient à la « France du vide », des résidences annuelles qui réunissent une dizaine de plasticiens internationaux. Durant deux semaines et en public, les artistes réalisent des œuvres monumentales sur les sites naturels et avec les matériaux du pays. L’association drômoise « Art in situ » organise des résidences d’artistes sur ce thème depuis 2000 dans le but de créer un réseau entre des artistes européens et des artistes vivants dans la Drôme.

  • 4 Source : site Internet du « Chemin des artistes de Savoie ».

7De même, en termes d’art vivant, la taille des équipements et les conditions de jeu en milieu rural peuvent amener à ressusciter ou développer d’autres disciplines artistiques comme le conte et la marionnette. Il semblerait qu’en matière d’arts vivants il y ait plus de liberté pour innover, mêler des disciplines qui, dans des lieux « d’excellence » comme les grandes scènes, ne travailleraient pas forcément ensemble. Ici, l’espace investi, tant pour créer que pour diffuser, devient un support créatif. En effet, exposer ou jouer dans les lieux qui ne sont pas dédiés à la culture induit des rapports différents au public, expérience que recherche une nouvelle génération d’artistes. Ainsi, pour toucher d’autres publics, les rendez-vous artistiques « décentralisés » (organisés par la scène nationale de Chambéry et de la Savoie, associé au « DÔME théâtre », scène conventionnée d’Alberville), les « Chemin des artistes de Savoie » proposent des spectacles dans des collèges, des restaurants, des salles des fêtes, en plein air, spectacles qui se déroulent « dans une proximité et une intimité conviviale différentes de celle des grandes salles »4. Si les arts du théâtre de rue et du théâtre d’objets ont été précurseurs, les exemples sont nombreux aujourd’hui et les champs artistiques concernés se multiplient.

  • 5 « Les adhérents d’Ateliers d’Art de France sont résolument engagés dans le monde du Web : 94,6 % po (...)

8Le caractère diffus de la présence des artistes habitant et travaillant dans l’espace rural peut susciter un sentiment d’isolement. En l’absence d’ingénierie culturelle, les artistes peinent aussi à trouver des débouchés, qu’il s’agisse d’un public, et plus encore d’acheteurs, ce qui peut les pousser à reprendre pied en milieu urbain. Face à l’isolement en milieu rural, artistes et artisans d’art créent des réseaux qui leur permettent d’échanger au-delà même de leur discipline. On peut citer l’association des artistes de Chartreuse ou celle des artisans d’art du parc du Pilat qui ont créé des collectifs afin d’améliorer leur visibilité, notamment par l’organisation de journées portes ouvertes. La question de l’isolement amène les artistes et artisans d’art à être fortement tributaires d’internet5.

9L’importance des sites internet s’explique aussi par la situation particulière des artistes et des artisans d’art en milieu rural qui est celle d’une tension entre « ici » et « ailleurs ». La plupart vivent et créent en milieu rural mais diffusent et vendent « ailleurs ». Ainsi 53,2 % des adhérents de l’association des artisans d’Art de France déclarent toucher une clientèle nationale et même internationale (29,5 %), la clientèle locale étant la moins importante. Les plasticiens exposent également plutôt en ville, et les compagnies de théâtre localisées en milieu rural vont jouer essentiellement dans les grandes villes françaises, voire étrangères. Ces critères de présence induisent des rapports aux lieux très différenciés, une tension entre l’ « ici » et l’ « ailleurs », tension qui s’exprime aussi, mais en sens inverse, chez les artistes et artisans d’art citadins qui viennent à la campagne pour trouver d’autres conditions de diffusion. Il reste que ces échanges entre l’ « ici » et l’ « ailleurs » génèrent une forme de mobilité, des flux multiples qui n’améliorent pas toujours la lisibilité de l’artiste en milieu rural.

1.2. Des liens fluctuants : entre éphémère et itinérance

10La dispersion spatiale se double d’un effet qui accentue cette atomisation : le temps de présence des artistes. En milieu rural, l’absence d’équipement est souvent compensée par l’itinérance et l’éphémère, suscitant des liens fluctuant entre artistes et lieux. Ainsi faut-il, à l’inverse d’une densité liée à la présence permanente et quotidienne d’artistes en milieu urbain, analyser leur présence occasionnelle sur le terrain rural comme un facteur de spécification de la place occupée par les artistes à la campagne.

  • 6 Les festivals les plus modestes ont parfois recours au logement chez l’habitant pour accueillir les (...)

11Les liens temporels fluctuants trouvent leur paroxysme avec les festivals qui se sont multipliés et irriguent l’espace rural, notamment durant la saison estivale (Benito, 2001 ; Pailhe, 2000). Éphémère, l’événement festivalier induit une consommation culturelle momentanée, le rapport avec l’artiste se limitant à sa présence sur scène. Certes, les bénévoles peuvent y trouver l’occasion d’une relation privilégiée avec l’artiste6, mais dans l’ensemble, le produit festivalier demeure l’archétype d’une consommation culturelle temporaire. Le rural est également un espace de l’itinérance artistique qui renforce la problématique temporelle fluctuante de présence/absence selon deux modalités distinctes. La première forme d’itinérance renvoie aux politiques de décentralisation culturelle et aux exigences des financements publics. Les théâtres urbains, par exemple, touchent de l’argent au titre de l’action culturelle pour financer des programmes d’itinérance. Cette logique d’irrigation du rural contribue à pérenniser l’éclatement de l’offre culturelle et l’affirmation de lieux éphémères. On peut citer les « Petites scènes vertes » financées par le Contrat de Développement durable Rhône-Alpes de Bourg-en-Bresse, le programme des Scènes rurales du conseil général de Seine-et-Marne ou encore la « Comédie Itinérante de Valence » qui irriguent les foyers ruraux et autres salles des fêtes des campagnes environnantes et induisent une présence artistique d’autant plus éphémère que les lieux investis ne sont pas dédiés aux représentations artistiques. Et cela, d’autant plus que la plupart de ces programmes visent à faire tourner les représentations rurales dans des communes différentes d’année en année, l’idée étant d’aller au devant du public rural en changeant de commune d’accueil des spectacles d’une année sur l’autre. L’éphémère des lieux trouve son expression la plus directe lorsque l’artiste pénètre chez les habitants qui deviennent, le temps d’une représentation d’un soir, les hôtes d’un spectacle. Ainsi la Compagnie Arnica, à travers son programme de théâtre de marionnettes intitulé « Sillons », va à la rencontre des habitants des villages de l’Ain, jouant parfois chez des particuliers.

12Le caractère éphémère de l’artiste en milieu rural tient également à la multiplication des résidences d’artistes dans des lieux permanents créés à cet effet et qui accueillent presque tout le temps un artiste. Le Sentier des Lauzes, une association ardéchoise créée en 2001 dans la vallée cévenole de la Drobie, organise une résidence de création permanente, notamment en partenariat avec le Parc naturel régional des Monts d’Ardèche. Elle accueille des artistes de différentes disciplines (architectes, écrivains, sculpteurs, paysagistes…) dans un lieu d’habitation et de création réalisé par des architectes au milieu des terrasses du village de Saint-Mélany. Souvent, les résidences d’artistes se développent dans des lieux insolites et non dédiés comme dans le cas des résidences d’artistes des Fermades (Vercors) où les artistes sont accueillis dans des exploitations agricoles. Ce caractère éphémère se retrouve pour les résidences d’artistes développées à l’occasion d’un festival, qui ne sont eux-mêmes pas toujours localisés dans les mêmes lieux, voire qui ne se renouvellent pas d’une année sur l’autre ou qui n’arrivent pas à se pérenniser (Miconnet, 2010). En effet, éphémère et itinérante, la présence artistique en milieu rural est également fluctuante en raison de financements inconstants. En l’absence de gros équipements qui engagent les politiques concernées dans le long terme, le milieu rural se caractérise ainsi par le non-permanent. Des résidences d’artistes, des spectacles, des festivals sont souvent financés sur des programmes de développement local, les programmes européens Leader notamment, dont la durée est limitée. Une fois le programme terminé, l’action s’arrête. Cette fragilité est parfois compensée par des initiatives portées par de fortes personnalités qui réussissent à engager un dialogue avec les acteurs politiques locaux pour pérenniser leur action, à l’exemple de « Pronomade(s) » en Haute-Garonne. Cette manifestation est devenue Scène conventionnée en 2003, avec l’appui de la municipalité de St-Gaudens, puis Centre national des arts de la rue depuis 2005. Mais à l’inverse, la fragilité des programmes tient aussi au fait qu’ils reposent sur l’engagement de quelques responsables de structures qui ont pour volonté d’aller au devant des spectateurs sur leur territoire de vie.

1.3. Une fonction de service vitale

13Les artistes et les programmes sont mobiles mais, pour vivre, les artistes installés à la campagne cherchent pour la plupart à s’ancrer localement et se faire connaître des habitants. Cette stratégie tient pour un certain nombre d’entre eux à la nécessité de trouver des compléments de revenu. Ainsi, les artistes installés s’investissent dans des associations, participent aux comités des fêtes locaux et aux animations locales ou créent de nouvelles associations. Proposer une offre de service joue le même rôle. Sous l’impulsion de la Compagnie Ariadne, la Maison du théâtre de Jasseron, dans l’Ain, a initié en 1998 la création d’un centre documentaire de théâtre contemporain, une « théâtrothèque », qui offre un service de lecture publique dans ce petit village. De la même manière, l’association Ardèche Images à Lussas (900 habitants), créée en 1979, a d’abord développé une offre itinérante de projection de films, avant de proposer un événementiel en 1989 (États généraux du film documentaire), pour finalement créer et animer avec l’appui de la municipalité un centre de ressource en 1994 (la Maison du documentaire). Ainsi des artistes rencontrent la volonté d’animation culturelle de territoire et génèrent des services qui fabriquent une relation renouvelée à l’œuvre artistique contemporaine. Cela leur permet, dans certains cas, d’obtenir ou de maintenir des financements publics. La fonction d’animation est enfin nécessaire pour fidéliser le public et assurer la pérennité même de l’activité.

14De plus en plus d’artistes et d’artisans d’art organisent des stages pour les habitants, les touristes et/ou leurs enfants. L’initiation à la pratique permet de s’inscrire dans la vie locale et de trouver des revenus complémentaires. Elle répond à une demande de plus en plus importante de la part des habitants et des touristes de l’espace rural en termes de pratique culturelle et de loisirs créatifs. La lisibilité locale des artistes et la recherche de « contrats locaux » passent également par la présence en milieu scolaire. Les artistes et collectifs d’artistes installés proposent des spectacles spécifiques pour les établissements scolaires, des initiations à des pratiques artistiques et vendent ainsi « sur place » leur création. L’école est un levier pour l’intégration, en tant que lieu de rencontre, mais aussi une source de visibilité et d’économie locale. Les artistes deviennent, à l’instar des agriculteurs, des pluriactifs.

15La recherche de compléments de revenu amène enfin les artistes à être des prestataires de service pour d’autres artistes, résidant en ville par exemple. Bénéficiant de mètres carrés moins chers, ils proposent des lieux pour créer, répéter et cela d’autant plus que les politiques publiques les accompagnent sur ce terrain. Les collectivités territoriales peuvent, en effet, s’affirmer comme un relais important pour soutenir la présence artistique.

2. L’artiste comme faire-valoir ?

16La présence des artistes et artisans d’art, leur place dans les territoires dépendent aussi des politiques culturelles menées. Or, en milieu rural, elles revêtent quelques spécificités (Delfosse, 2003). La première tient à « l’évidence patrimoniale » : les politiques culturelles sur-valorisent le patrimoine, voire ont tendance à ne reconnaître que la fonction patrimoniale de la culture. La deuxième tient à l’importance attachée aux pratiques amateurs. Enfin, l’originalité de l’action culturelle en milieu rural réside dans les relations très étroites qu’elle entretient avec le thème du développement local.

2.1. L’artiste et le patrimoine

17Il n’est pas rare de rencontrer des politiques qui pensent l’artiste comme un animateur du patrimoine. En effet, la présence d’artistes est souhaitée pour qu’ils fassent vivre, mettent en valeur, voire révèlent au public des lieux patrimoniaux. C’est le rôle donné aux artistes dans les sites patrimoniaux majeurs que l’on associe souvent à l’organisation d’un festival (Pailhe, 2000) et au mieux à des résidences d’artistes.

  • 7 Entretien avec M. Tacquard, président de l’association du parc de Wesserling, septembre 2010.

18Des villages touristiques aux friches industrielles rurales, le patrimoine sert d’appui au développement d’une économie autour de l’artisanat d’art. On distingue plusieurs logiques. La première veut qu’il donne sens à un lieu patrimonial, à un bourg ou un village remarquable. Les artisans d’art ont alors pour rôle de donner de la vie, voire de contribuer à la réhabilitation du patrimoine bâti. C’est cette synergie entre reconquête du bâti du centre d’Ornans (Doubs) et des artisans d’art que décrivent Michelle Bergadaa et Florence Clarac (2010). De même, artistes et artisans ne sont pas oubliés dans le « complexe patrimonialo-culturel » du parc textile du Wesserling situé dans une vallée rurale alsacienne marquée par la tradition industrielle. Ce parc, conçu autour de la réhabilitation d’une importante friche industrielle et d’un écomusée du textile, peut s’apparenter aux actions conduites au nord de la Ruhr, autour de l’Emscher Park qui symbolise la métamorphose d’un immense site industriel en un projet culturel, social et écologique. En Alsace, il s’agit de combiner patrimoine et création artistique, culture et développement touristique. Le site concentre donc un écomusée, des jardins, une ferme patrimoniale, des ateliers d’artistes, un espace culturel et une salle de spectacle. Il accueille depuis 2006 « le pavillon des créateurs » qui regroupe des artisans d’art contemporain travaillant sur le matériau textile. En effet, le musée textile, au cœur du site, « est l’axe central qui agit comme le levier de sa reconversion et de son attractivité »7 et comme un support d’attractivité économique pour l’artisanat d’art. Ainsi, les artisans contribuent à l’animation de ce complexe patrimonial et mettent en valeur les savoir-faire des lieux, ceux liés au textile.

19Une autre fonction est, en effet, dévolue à l’artisan d’art en milieu rural, celle d’être un détenteur de savoir-faire patrimonial et un acteur de la transmission du patrimoine culturel immatériel, un savoir-faire souvent revendiqué comme attaché à un territoire rural. La valorisation des savoir-faire traditionnels comme facteur de développement local dans les territoires ruraux date des années 1980 et connaît un nouvel engouement avec la signature de la convention de l’Unesco sur le patrimoine culturel immatériel. Des territoires ruraux inventorient leurs éléments du patrimoine immatériel parmi lesquels ils rangent les savoir-faire des métiers d’art afin de les valoriser. La valorisation peut passer par une simple présentation de type muséographique ou encourager une production encore existante et assurer la transmission des savoir-faire. Dans cette logique de conservation-valorisation des savoir-faire traditionnels, se pose la question de la part laissée à la création pour des artisans d’art qui se considèrent de plus en plus comme des artistes.

  • 8 Cette convention dénommée Panoram’art a été signée en 2007 entre la Chambre régionale de Métiers et (...)

20Les artisans d’art sont de mieux en mieux intégrés dans les politiques de développement. Dans la région Rhône-Alpes, outre une convention régionale signée entre les différents acteurs afin de promouvoir ces métiers8, des chambres consulaires œuvrent au niveau départemental ou plus local (Proust, 2008). Les parcs naturels régionaux valorisent ces « filières ». Le Parc Naturel Régional (PNR) du Pilat a engagé des actions en faveur des métiers d’art depuis les années 1990. Il organise chaque année une exposition collective, « L’objet qui parle », dans trois communes et a créé une route des métiers d’art. Dans un rapport sur ses actions en faveur des artisans d’art, le PNR affirme que ceux-ci « constituent un potentiel à des fins de développement culturel, touristique et économique du territoire du Pilat ». Contrairement à d’autres structures de développement, le PNR considère que les métiers d’art sont des acteurs économiques à part entière.

2.2. Entre artiste professionnel et artiste amateur

21La confusion entre artiste professionnel et amateur tient, pour une part, à l’histoire des politiques culturelles en milieu rural qui a longtemps été le fait du Ministère de l’Agriculture et tient, pour une autre part, à l’importance des mouvements d’éducation populaire, encourageant et encadrant la pratique amateur (Delfosse, 2003). Aujourd’hui, la question de la frontière et de la place à accorder aux amateurs et aux professionnels s’inscrit dans le poids accordé aux loisirs créatifs dans notre société et à la pratique amateur comme forme de loisir. Une bonne partie des efforts consentis par les élus ruraux en direction de la culture porte sur la création d’écoles de musique intercommunales, par exemple. L’animation culturelle est, en milieu rural, portée pour partie par les amateurs. On y compte un grand nombre de troupes de théâtre amateur qui ont leur festival, des troupes amateurs qui peuvent compter jusqu’à 300 personnes. Cette pratique est aussi importante en termes de création : les professionnels du théâtre reconnaissent qu’elles seules peuvent produire des pièces qui nécessitent beaucoup d’acteurs et qu’elles hésitent moins à jouer des pièces nouvelles. Il reste que, dans un contexte caractérisé par la faiblesse des lieux de diffusion et des équipements, ainsi que celle des financements, cela engendre une certaine concurrence, voire une préférence de la part des élus pour ce qui est gratuit et amateur. La faiblesse de l’ingénierie culturelle en milieu rural ne fait que conforter la confusion et les incompréhensions. Lorsque le portage de l’institution passe par une association, comme dans le cas du Centre d’Art contemporain de Lacoux (Navarro, 2011), la tension peut mettre en péril la pérennisation même du centre culturel et de ses missions. Ainsi, le nouveau président du centre, originaire du milieu local et attentif à l’ancrage local de la structure, n’a pas suivi la politique d’excellence menée par la conservatrice et a souhaité ouvrir prioritairement le lieu aux amateurs locaux. Si bien qu’aujourd’hui la labellisation, les financements départementaux, régionaux et nationaux sont remis en cause.

22Cette confusion entre amateurs et professionnels se retrouvent au sein d’associations où les différents groupes ne poursuivent pas les mêmes objectifs. C’est le cas dans l’association des artistes de Chartreuse où les artistes professionnels qui ont été à l’initiative de sa création se retrouvent minoritaires suite à l’adhésion de nombreux artistes autodidactes amateurs. Ce succès, qui exprime aussi la force et la permanence du mouvement associatif en milieu rural, est révélateur de l’incompréhension qui s’est installée progressivement entre amateurs et professionnels, au point de créer de fortes tensions. Car finalement, à force d’adhésions et de stages, les artistes professionnels deviennent moins visibles dans la masse d’amateurs qu’ils ont générés et éprouvent toujours les mêmes difficultés à vivre de leur travail.

23Pour ce qui est de la pratique amateur en Bretagne, des liens plus durables, plus forts et plus construits entre professionnels et associations existent autour de la culture bretonne, en particulier dans le domaine de la musique. Cette région est au second rang après l’Ile-de-France en termes de musique pour le nombre d’intermittents du spectacle. Si l’on regarde le domaine des intermittents liés à la musique dans l’Atlas des activités culturelles en France (1998), des départements ruraux se détachent nettement : les départements bretons et en particulier ceux du Finistère et du Morbihan , la Corse et celui des Deux-Sèvres où se trouve l’association Métive, anciennement Union pour la culture populaire en Poitou-Charentes et Vendée (Delfosse, 2003). Cette originalité repose sur la valorisation des cultures dites traditionnelles, en particulier les chansons et les groupes de musique. Dans ces cas, de puissantes associations d’amateurs, soutenues par les collectivités territoriales, concourent elles-mêmes à la professionnalisation de la culture en formant et soutenant des artistes dans le champ des musiques du monde. En retour, la forte pratique associative et amateur constitue une clientèle potentiellement importante pour ces artistes.

2.3. L’artiste, prestataire d’ingénierie du développement ?

24En l’absence d’une véritable ingénierie du développement, des projets de territoire s’appuient sur les artistes pour prendre en charge l’animation. Cette fonction d’animation n’est pas sans ambiguïté : ainsi, autour du festival « On n’arrive pas les mains vides » à Villars Reculas, station village alpine, une tension est apparue entre des artistes, à qui l’on propose de venir créer, et qui, dans les faits, viennent animer le village (Miconnet, 2010).

25D’une autre manière, et comme en ville, émerge une figure de l’artiste « passeur de sens ». A travers cette posture, l’artiste est perçu comme un metteur en débat afin de fabriquer un lien renouvelé entre les habitants d’un même territoire. Des collectivités locales invitent ces artistes « aménageurs » dans l’objectif d’apporter une réponse aux mutations sociales de ces dernières années. Ainsi, face au constat de césure entre anciens et nouveaux habitants, le petit village de Cobonne dans la Drôme a accueilli entre 2006 et 2008 le collectif « Le bruit du frigo » qui, avec l’appui de la sociologue Yannick Sencebé, a entrepris un travail artistique de révélation de sens commun en revisitant l’espace public villageois.

26Entre animateur et créateur, l’artiste « ré-inventeur » permet également aux territoires de dire qui ils sont. Ainsi s’explique le succès grandissant des démarches où le territoire rural, dans son originalité, est valorisé par des artistes qui, à travers leurs créations, donnent une lecture critique du rural sans le renier. L’association « Sur le sentier des lauzes », en Ardèche, développe depuis 2001 un projet culturel qui a pour objectif d’interroger collectivement les habitants, anciens et nouveaux, sur ce qu’ils souhaitent faire de leur territoire. Un chemin dédié à la création d’artistes (de toutes disciplines y compris un paysagiste) propose d’autres regards sur le paysage de terrasses et son enfrichement.

27L’art questionne le vivre ensemble et l’artiste fait vivre les territoires, dans sa double dimension d’acteur, comme résident/habitant « consommateur » et comme acteur culturel passeur d’imaginaire et de sensibilité. Dans certains cas, le regroupement spatial d’artistes peut faire émerger des pôles ruraux d’économie créative.

3. Vers des pôles ruraux d’économie créative

28Trois exemples montrent que l’on peut envisager conjointement monde rural et économie créative. Le premier concerne une ancienne commune industrielle, disposant de friches textiles, située dans un parc naturel régional, dont la dynamique culture-économie-création s’articule entre artisans d’art et création artistique. Le deuxième exemple illustre comment la combinaison entre pratiques en amateur et artistes professionnels peut donner naissance à un dynamisme créatif dans un espace rural considéré comme fragile. Enfin, le troisième cas présentant la dynamique culturelle de la vallée de la Drôme (Communauté de communes du Val de Drôme), se situe dans un espace rural ayant bénéficié de plusieurs vagues d’immigration.

3.1. Saint-Julien-Molin-Molette : un pôle culturel dans un espace rural périurbain labellisé

  • 9 Site internet, commune de Saint-Julien-Molin-Molette consulté en 2011.

29À Saint-Julien-Molin-Molette, commune rurale du parc naturel du Pilat qui comptait 1229 habitants en 2008 (Insee), on recense plus d’une quarantaine d’artistes (comédiens, sculpteur, chanteurs, photographes…) et d’artisans d’art (céramistes, ferronniers, etc.), ainsi que plusieurs compagnies et collectifs d’artistes dont les membres vivent et créent sur la commune, sans oublier des entreprises culturelles (éditeurs...). A cela, il convient d’ajouter les artistes qui viennent créer ou répéter temporairement auprès de ceux qui vivent sur la commune. Comment expliquer ce dynamisme ? Saint-Julien-Molin-Molette est une commune marquée par le développement des industries textiles lyonnaises du 19e siècle. Les dernières ont fermé au milieu du 20e siècle, laissant de vastes locaux inoccupés. Dans les années 1990, la municipalité a racheté une partie des usines pour les revendre à des artistes. Elle a qualifié cet espace en une zone dédiée aux artistes et à l’artisanat d’art. Il s’agissait de « réhabiliter un patrimoine historique, redonner vie à d’anciens quartiers, favoriser l’accueil d’artistes et d’artisans d’art, faire de notre village un centre de tourisme culturel »9. Cette action a initié une dynamique importante. Aujourd’hui, tous les locaux appartiennent à des artistes ou artisans. D’autres friches industrielles appartenant encore à des familles d’industriels font aujourd’hui l’objet de convoitises.

30La dynamique culturelle bénéficie d’un contexte favorable qui est celui du parc naturel régional du Pilat créé dans le courant des années 1970 et considéré comme exemplaire du point de vue des actions culturelles menées (Delfosse, 2011a). Par ailleurs, Saint-Julien-Molin-Molette n’est pas très éloigné de grandes métropoles, Lyon et Saint-Etienne. Ainsi les aides, l’ambiance, la qualité de vie, la proximité des métropoles régionales et l’immobilier bon marché sont autant d’atouts pour les artistes et artisans d’art.

31Si cette dynamique culturelle offre un nombre restreint d’emplois, pourtant loin d’être négligeable en milieu rural, elle participe à la vie, à l’attractivité du village et du PNR. Elle contribue à pérenniser d’autres types d’entreprises, comme la fabrique de bonbons et la brasserie qui se visitent et attirent un grand nombre de visiteurs. Cette dernière joue beaucoup sur son site internet des caractéristiques originales du village liées à la présence d’artistes et d’artisans. Par ailleurs, une partie des artistes et artisans proposent des animations à destination de la population locale et des touristes métropolitains. Ainsi, la dynamique artistique conforte le développement touristique du PNR et l’épanouissement associatif du village. Elle appuie également le rôle de territoire d’accueil et d’innovation d’un PNR en termes culturels et économiques.

32Les associations et collectifs font souvent référence dans leur dénomination au passé industriel de la commune, jouant sur le « lieu de fabrique » et la connotation alternative de la friche. Ainsi a-t-on : « Ceci n’est pas une usine », « Musique à l’usine », « L’essaim de Julie », « L’atelier de la liberté », « L’atelier de la lumière »… Ils revendiquent également leur appartenance rurale, à une campagne rêvée, à un parc naturel régional. Ils associent donc l’imaginaire de la friche industrielle à celle de la campagne pour promouvoir un lieu créatif et innovant. Une partie des artistes et des collectifs installés proposent des services à d’autres artistes : prestations de formation, de stockage, de répétition, de résidence, voire de diffusion.

33On peut donc parler d’un pôle culturel lié à une commune et rayonnant dans un espace rural labellisé et proche de grandes métropoles. Mais concentration ne veut pas dire coopération, et si le village a capitalisé sur ses atouts ruraux pour attirer nombre d’artistes et constituer un pôle spatial identifié, l’absence de fédération des acteurs interdit la constitution d’une économie créative partagée. A l’inverse, l’exemple suivant consiste en un projet culturel moins fragmenté, et pourtant plus diffus dans un espace rural plus fragile : le Centre Bretagne.

3.2. La culture identitaire : le Centre Bretagne10

  • 10 Cette monographie est issue d’une recherche effectuée par Claire Delfosse au début des années 2000 (...)

34La dynamique du Centre Bretagne repose sur plusieurs ressorts : une culture identitaire régionale forte, des politiques publiques encourageant les liens entre artistes-amateurs et professionnels, et une Bretagne intérieure qui cherche des solutions pour son développement face à la littoralisation des hommes et des activités. La culture constitue un atout pour la création d’emplois et de dynamique de développement dans le Centre Bretagne. Deux exemples montrent l’articulation entre valorisation et vivacité de la culture « identitaire », professionnalisation et développement d’un territoire.

35Une des grandes fédérations d’associations de danse et musique bretonne a créé une coopérative il y a une cinquantaine d’années, Coop-Breizh, permettant à ses membres d’obtenir des ouvrages de musique ayant trait à la Bretagne et aux pays celtiques. Cette coopérative est aujourd’hui un éditeur et diffuseur de livres bretons ou portant sur la Bretagne ainsi que de disques d’artistes ou de groupes bretons. Elle est localisée à Spézet au cœur de la Montagne noire. L’installation de cette entreprise et son succès contribuent au dynamisme de la commune, un dynamisme centré sur la culture. Cette structure, par son existence même, contribue au succès de la culture bretonne et à la professionnalisation d’un certain nombre d’artistes qui trouvent là un éditeur et une structure de diffusion.

  • 11 Les écoles Diwan, créées à la fin des années 1970, sont des écoles associatives où la totalité de l (...)
  • 12 Dastum, association créée en 1972 est reconnue comme centre de musiques traditionnelles en région p (...)

36L’imbrication forte entre amateurs et professionnels, culture identitaire et culture classique se concrétise également autour du festival « Les vieilles charrues » qui se déroule à Carhaix, une petite ville de 8000 habitants toute proche de Spézet. Le festival, dont la dénomination revendique l’appartenance à la ruralité, constitue un acte militant. Il s’agissait d’organiser un fest-noz à Landeleau, à côté de Carhaix, en réaction à « Brest 1992 », la grande réunion médiatique de vieux gréements. L’opération a été renouvelée en 1993-1994 et s’est prolongée par le festival dont on connaît le succès aujourd’hui : des artistes du monde entier viennent à Carhaix pour le festival. Outre les emplois (douze permanents et une centaine de postes équivalent temps plein), les bénéfices dégagés par le festival contribuent au financement d’actions culturelles de Carhaix. Dans un premier temps, elles ont surtout appuyé des opérations en faveur de la culture bretonne : contribution à la réalisation du premier lycée Diwan11 et d’un centre de collecte de la mémoire du Centre Bretagne en collaboration avec l’Université de Brest, des collectivités territoriales et de l’association Dastum12 ; contribution à la réhabilitation d’un château qui est désormais affecté à l’Office culturel de la langue bretonne. Les fonds ont également été mis à profit pour réaliser un pôle culturel, l’espace Glenmor, constitué d’une salle de spectacle et de congrès de 630 places et d’une salle de cinéma classée Art et Essai. L’association appuie les dynamiques de création, de reconnaissance et de professionnalisation dans les métiers de la culture. Un projet de centre de création doit soutenir les artistes de Bretagne dans leurs nouveaux projets d’expression. Ainsi, les équipements culturels de Carhaix constituent un technopôle culturel chargé de rayonner sur le Centre Bretagne et de redonner une forme de centralité dynamique à la ville de Carhaix. Même si la présence artistique permanente est difficile à mesurer, la présence éphémère d’artistes de renommée internationale ainsi que la création d’équipements culturels contribuent à une dynamique culturelle locale qui active et porte un renouveau rural.

3.3. Le Val de Drôme : un district culturel centré sur une troupe de spectacle vivant de renommée internationale

37Le dernier exemple présente une dynamique rurale qui se développe en dehors de tout pôle urbain, dans le sud de la Drôme, et est importante en termes d’emploi. Il y a dans cette petite région de la vallée de la Drôme, entre Vercors, Diois et vallée du Rhône, une densité d’artistes assez exceptionnelle. Un diagnostic culturel de territoire mené en 2004 par la Communauté de Communes du Val de Drôme montrait que le territoire comprenait plus de 270 associations à caractère culturel, une centaine d’artistes plasticiens et artisans d’art (verriers, potiers, tourneurs sur bois et même luthiers), 40 collectifs professionnels et compagnies (musique, théâtre, arts de la rue, danse). La dynamique est essentiellement centrée sur les arts de la rue, autour d’une compagnie de renommée internationale : Transe express (Tillard, 2008). La durée de sa présence (trente ans) dans la vallée, a suscité l’installation d’artistes et a fortement contribué à constituer un tissu culturel local.

38Le dynamisme artistique de la vallée s’explique également par l’histoire démographique et l’attractivité des lieux. Il s’agit d’un espace rural aux paysages remarquables, au climat clément, proche de la vallée du Rhône et de ses grandes infrastructures de transport qui permettent aux artistes de lier facilement l’« ici » de la résidence et de la création et l’« ailleurs » de la diffusion nationale ou internationale. Ce territoire rural est attractif depuis plusieurs décennies : on y compte plusieurs vagues de « néo-ruraux » français et étrangers. Il construit son identité autour du brassage de population et de l’idée de contestation. Ainsi, les habitants sont favorables à l’installation d’artistes, demandent et participent à l’offre culturelle. Cette dernière est également encouragée par le tourisme estival qui permet de faire vivre les festivals en été. Autre facteur positif : une communauté de communes ancienne et attentive à la culture.

39La reconnaissance de cette dynamique a amené la communauté de communes à s’investir dans un projet culturel structurant et d’envergure : le pôle des arts de la rue « La gare à coulisse », « lieu de fabrique partagé ». Ce lieu particulier a été créé sur d’anciens terrains appartenant à la SNCF, aménagés par la communauté de communes en complexe de développement durable. Elle offre ainsi un nouveau lieu d’accueil pour la compagnie Transe Express présente à Crest (petite ville de la vallée de la Drôme) depuis de nombreuses années. Qualifiée de véritable entreprise culturelle, Transe Express joue un rôle économique important dans la vallée. Elle procure une centaine d’emplois et elle fait vivre de façon indirecte un certain nombre d’artistes et d’entreprises culturelles. Cet impact sur l’emploi ne pouvait laisser indifférent les élus qui ont décidé de s’investir dans une structure sur la base des arts de la rue. Cette dernière répond aux besoins de Transe express mais aussi à ceux d’autres compagnies situées dans la vallée. Le but du projet était également de diversifier l’offre culturelle locale et de proposer une offre de formation pour favoriser le transfert de compétences.

40On peut dire que l’on a dans cette vallée un district culturel rural. Il s’organise autour de Transe Express et du pôle des arts de la rue, mais pas seulement. L’analyse des sites Internet des acteurs culturels de la vallée montre les liens étroits qu’ils entretiennent les uns avec les autres dans ce qu’on appelle une forme de complémentarité et d’émulation. On remarque également aussi un renouvellement des artistes et des entreprises culturelles. La création de la « gare à coulisse » a stimulé ces installations qui, aujourd’hui, dépassent les arts de la rue. Une nouvelle catégorie d’acteurs culturels apparaît enfin, des entreprises de service aux artistes et aux entreprises culturelles, autour de l’éclairage, de la réalisation de site internet par exemple.

41Par ailleurs, cette dynamique culturelle s’inscrit dans celle du territoire qui se veut de qualité : qualité culturelle, sociale et environnementale (on parle ici de Biovallée en référence à l’importance de l’agriculture biologique et de la production de plantes médicinales et cosmétiques biologiques). Des solidarités se tissent entre l’agriculture, la culture et les autres activités du territoire, dans une forme d’économie qui se revendique du développement durable et solidaire.

42C’est finalement ce qui unit les trois exemples de territoires que nous venons de présenter : assurer un nouveau dynamisme autour des artistes en milieu rural sans pour autant rejeter la ville, la métropolisation (sauf peut-être pour le centre-Bretagne) et cela autour d’une nouvelle économie alliant réseaux culturels et réseaux agricoles.

Conclusion

43A travers la question de la place donnée, occupée ou saisie par les artistes, quelques mécanismes majeurs et tendances lourdes ressortent de cet examen des dynamiques créatives en milieu rural. Cet article montre l’intérêt de penser les logiques créatives au-delà de leurs acteurs institutionnels. Il porte une attention particulière à l’acteur artistique, « celui qui est là », dans sa posture individuelle et collective. La façon dont les artistes interviennent laisse en effet ouverte la réflexion sur les futurs possibles des espaces ruraux, notamment à travers des réseaux qu’ils mettent en scène et dont l’organisation fait contrepoids au paradigme de la centralité créative et urbaine comme unique moyen de penser l’action culturelle. L’opposition rural/urbain est-elle en effet pertinente pour distinguer les spatialités créatives ? Dans une certaine mesure, on a montré que les espaces ruraux sont riches en potentialités créatives. Aussi, sans se penser indépendamment des proximités urbaines, l’économie créative rurale tend à s’en distinguer par l’affirmation progressive de l’originalité de la campagne et par la mise en valeur de ses atouts. Elle participe de l’économie résidentielle décrite par Laurent Davezies (2008). L’absence ou le rejet d’ingénierie culturelle en milieu rural induit un problème de financement chronique qui sanctuarise le rural comme le lieu de l’éphémère et du diffus. Cependant, si les effets de contexte demeurent prégnants, l’importance de la présence d’artistes dans certains espaces ruraux constitue un critère de qualité. Finalement, cette approche exploratoire de l’économie créative en milieu rural appelle à repenser l’aménagement du territoire ainsi que les politiques culturelles destinées à l’espace rural. Car si la dynamique est positive, elle révèle aussi une grande fragilité, un manque de financement, de reconnaissance, d’équipement et de formation.

Haut de page

Bibliographie

Benito L., 2001, Les festivals en France : marchés, enjeux et alchimie, Paris : L’harmattan, 196 p.

Bergadaa M., Blarac F., 2010, Acteurs et créateurs d’un pôle de métiers d’art : le cas d’Ornans, in C. Berneman et B. Meyronin (dir.), Culture et attractivité des territoires. Nouveaux enjeux, nouvelles perspectives, Paris : L’harmattan, pp. 253-276.

Berneman C., Meyronin B. (dir.), 2010, Culture et attractivité des territoires. Nouveaux enjeux, nouvelles perspectives, Paris : L’harmattan, 282 p.

DADDT, 2006, L’action culturelle diffuse, instrument de développement des territoires, Rapport d’information présenté par J. Launay et H. Martinez à l’Assemblée Nationale, 7 juin, n° 3127.

Davezies L., 2008, La République et ses territoires : la circulation invisible des richesses, Paris : Seuil, 111 p.

Delfosse C., 2003, Géographie rurale, culture et patrimoine, Habilitation à diriger des recherches (HDR), Université de Lille 1, 2 vol. : vol. de synthèse (312 p.) et volume de publications (443 p.).

Delfosse C., 2009, Patrimoine et territoire : une relation complexe, in Collectif, Des patrimoines habités. Villes et pays d’art et d’histoire en Rhônes-Alpes, Lyon : La passe du vent, pp. 30-31.

Delfosse C., 2011a, La culture à la campagne, Revue Pour, « Services en milieu rural : nouvelles attentes, nouvelles réponses », n° 208, pp. 43-48.

Delfosse C., 2011b, Culture et inégalités spatiales en milieu rural et politiques in F. Chauvaud, Y. Jean, L. Willemez (dir), Justice et sociétés rurales du XVIe à nos jours, Rennes : PUR, coll. "histoire", pp. 103-118.

Département des études et de la prospective, 1998, Atlas des activités culturelles, Paris : Ministère de la Culture et de la Communication/La Documentation française, 95 p.

Georges P.-M., 2009, Habiter le Royans-Drôme, patrimonialité d’un espace rural en question, Rapport pour la conservation du patrimoine de la Drôme, 111 p.

Gumuchian H., Pecqueur B., 2007, La ressource territoriale, Paris : Economica, 252 p.

Jousseaume V., David O., Delfosse C., 2007, Patrimoine, culture et construction identitaire dans les territoires ruraux, Norois, n° 204, pp. 7-9.

Landel P.-A., Senil N., 2008, Les nouveaux territoires et leurs noms entre projet et compétitivité : le cas des «  pôles d’excellence rurale », L'Espace Politique [En ligne], 5 | 2008-2, mis en ligne le 11 mai 2009, URL : http://espacepolitique.revues.org/index270.html

Leriche F., Daviet S. et alii (dir.), 2008, L’économie culturelle et ses territoires, Toulouse : PUM, 381 p.

Markusen A., 2008, Les artistes au cœur du développement urbain : une approche par les métiers, in F. Leriche et S. Daviet (dir.), L’économie culturelle et ses territoires, pp. 217-242.

Miconnet M., 2010, Une action culturelle en milieu montagnard : on n'arrive pas les mains vides à Villard Reculas, Mémoire de Master 2 Etudes rurales « Patrimoine rural et valorisation culturelle », Université Lyon2, 189 p.

Navarro A., 2011, Le CACL, une conciliation difficile entre l'exigence de reconnaissance nationale et l'inscription locale, Dossier de Master 2 Études rurales « Patrimoine rural et valorisation culturelle », Université Lyon 2, 23 p.

Observatoire d’Ateliers d’Art de France, Baromètre 2010, Innovation et création, Portraits des métiers d’art, Octobre 2010, 45 p.

Pailhe J., 2000, Les festivals musicaux dans l’espace aquitain, Sud-Ouest européen, n° 8, pp .31- 47.

Proust O., 2008, Métiers d’art, quel avenir économique en milieu rural ?, Transrural Initiatives, n° 354, pp. 5.

Sagot S., 2010, Le design comme outil de développement culturel. L’exemple de La cuisine, centre d’art et de design appliqués à l’alimentation, in L-S. Fournier, C. Bernié-Boissard, D. Crozat, C. Chastagner (dir.), Développement culturel et territoires, Paris : L’Harmattan, Coll. Conférences universitaires de Nîmes, pp. 285-302.

Sibertin-Blanc M., 2008, La culture dans l’action publique des petites villes. Un révélateur des politiques urbaines et recompositions territoriales, Géocarrefour, n° 83, pp. 5-13

Tillard F., 2008, Le Val de Drôme : du développement culturel à l’affirmation d’un territoire, Mémoire de Master 1 Etudes rurales, sous la direction de Claire Delfosse, Université de Lyon 2, 115 p.

Vulliez A., 2011, L’usine Utopik à Tessy-sur-Vire, Transrural-intiatives, n° 404, pp. 18.

Haut de page

Notes

1 Nous considérons comme artisans d’art ceux qui sont inscrits dans un processus de création ; nous ne tenons donc pas compte des artisans d’art spécialisés dans la restauration d’objets ou de bâtiments. Ainsi la différence entre artiste et artisan d’art est ténue. Elle tient souvent au statut dont relève l’artisan d’art : artisan relevant de la chambre de Métiers, ou ressortissant de la Maison des artistes, ou profession libérale, ou auto-entrepreneur.

2 Il s’agit notamment de travaux et de journées d’études réalisés dans le cadre du master d’Etudes rurales spécialité professionnelle « Patrimoine rural et valorisation culturelle ». Il se nourrit également de la thèse en cours de P-M. Georges, qui interroge les trajectoires spatiales des acteurs de la création culturelle.

3 Un artiste catalan qui a créé un centre de création contemporaine dans d’anciennes serres au cœur de la vallée de la Vire dans la Manche explique : « Cela correspondait exactement à ce que j’essayais de mettre en place : décentraliser l’art contemporain et collaborer à pallier ce système de culture à deux vitesses qui veut que l’art soit réservé à la ville » (Vulliez, 2011).

4 Source : site Internet du « Chemin des artistes de Savoie ».

5 « Les adhérents d’Ateliers d’Art de France sont résolument engagés dans le monde du Web : 94,6 % possèdent une connexion internet haut débit et 84,5 % disposent d’une page web. » (Observatoire d’Ateliers d’Art de France, 2010).

6 Les festivals les plus modestes ont parfois recours au logement chez l’habitant pour accueillir les artistes. Lors de la Fête du Livre Jeunesse de Montbrison, dans la Loire, par exemple, les bénévoles se réjouissent de partager quelques moments du quotidien avec les artistes qu’ils accueillent chez eux.

7 Entretien avec M. Tacquard, président de l’association du parc de Wesserling, septembre 2010.

8 Cette convention dénommée Panoram’art a été signée en 2007 entre la Chambre régionale de Métiers et de l’Artisanat, le Conseil régional, l’État et l’Union des métiers d’Art. Elle a pour but de promouvoir les métiers d’art, de les faire connaître comme des activités à part entière, d’adapter les formes de commercialisation à la qualité des producteurs et d’encourager la formation continue.

9 Site internet, commune de Saint-Julien-Molin-Molette consulté en 2011.

10 Cette monographie est issue d’une recherche effectuée par Claire Delfosse au début des années 2000 sur la culture bretonne dans le département du Finistère, pour le compte du Ministère de la Culture et actualisée par quelques recherches complémentaires.

11 Les écoles Diwan, créées à la fin des années 1970, sont des écoles associatives où la totalité de l’enseignement est fait en breton.

12 Dastum, association créée en 1972 est reconnue comme centre de musiques traditionnelles en région par convention avec le ministère de la Culture et s’est développée grâce à un important réseau de bénévoles, d’équipes locales et d’associations partenaires. Ses missions sont la collecte, la conservation, la diffusion et la mise en valeur du patrimoine ethnologique de Bretagne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Delfosse et Pierre-Marie Georges, « Artistes et espace rural : l’émergence d’une dynamique créative », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 19-20 | 2013, mis en ligne le 01 mai 2015, consulté le 28 juin 2017. URL : http://tem.revues.org/2147 ; DOI : 10.4000/tem.2147

Haut de page

Auteurs

Claire Delfosse

Professeur de Géographie
Université Lumière Lyon 2
Laboratoire d’Études Rurales EA 3728-Usc INRA 2024
16 avenue Berthelot
69363 Lyon Cedex 7
Claire.delfosse@wanadoo.fr

Pierre-Marie Georges

Doctorant en Géographie
Université Lumière Lyon 2
Laboratoire d’Études Rurales EA 3728-Usc INRA 2024
16 avenue Berthelot
69363 LYON CEDEX 7
pmgeorges@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page