Navigation – Plan du site
Articles

Les territoires créatifs : quelques notions théoriques et une analyse bruxelloise

Creative Spaces : some theorical concepts and the Brussels'case
Tatiana Debroux
p. 40-59

Résumés

Depuis une vingtaine d'années, un intérêt croissant pour les artistes et les activités culturelles s'est développé dans la littérature scientifique, notamment en géographie. Du fait du lien ancien existant entre villes et artistes mais surtout de l'intégration récente des activités artistiques au programme des politiques de développement urbain, ces thématiques constituent pour les chercheurs une clé de compréhension originale des dynamiques urbaines contemporaines. L'inscription spatiale des artistes et des activités artistiques a ainsi été formalisée à travers différents concepts, qu’il s’agisse des concentrations d'industries liées à la culture, d'institutions artistiques ou d'artistes. Dans cet article, je reviens sur les termes utilisés pour désigner ces espaces et sur trois perspectives d’analyse présentes dans la littérature, avant de proposer une typologie des territoires créatifs, selon la dimension de l'activité artistique qui est considérée (production, consommation) et le caractère plus ou moins « spontané » ou « planifié » de leur développement. A travers l'analyse de données relatives à l'emploi du secteur créatif, à la présence d'artistes et aux infrastructures culturelles, la deuxième partie de l’article offre d’observer comment s'expriment spatialement à Bruxelles les différentes dimensions de l'activité créative. Les résultats appellent à étudier de façon plus approfondie certains espaces afin de mieux comprendre le développement de ces territoires créatifs et de les replacer dans les dynamiques urbaines à l'œuvre dans la capitale belge.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L'intérêt porté aux territoires créatifs dans la littérature géographique date d'une vingtaine d'années et est encore en plein développement. Cet intérêt résulte d'une part, de la diffusion du thème de la créativité à travers de nombreux champs de recherche et, d'autre part, de l'émergence de la notion d'économie culturelle ou créative. Celle-ci, que l'on peut définir comme « un ensemble d'activités (…) tournées vers l'exploitation marchande de la création artistique et sémiotique » dans les sphères des services et de l'industrie (Scott et Leriche, 2005 : 208), remporte un franc succès auprès des chercheurs comme des autorités locales. Secteur économique en croissance (Scott, 1997), les industries – dites créatives ou culturelles – de cette « nouvelle » économie sont désormais perçues comme une opportunité de développement économique pour les territoires. Ceux-ci ont dès lors intérêt à attirer ces entreprises et leurs travailleurs qualifiés à travers la mise en place d'un cadre de vie agréable et d'activités culturelles variées (Lloyd, 2002). L'apparition des concepts de « ville créative » et de « classe créative » et la rapidité avec laquelle ils se sont répandus traduisent l'espoir placé par de nombreuses autorités locales en ces solutions malgré un vif débat dans la sphère scientifique (Vivant, 2006). Pour étayer ou contredire les thèses de la ville créative, de nouveaux indicateurs ont été développés dans la littérature géographique et économique visant à quantifier et à localiser la présence des industries culturelles et de l'activité artistique.

2Si ce champ d'analyse axé sur le développement économique des territoires s'intéresse essentiellement aux régions urbaines (Markusen et Schrock, 2006 ; Florida, 2002), d'autres recherches dédiées aux relations entre culture et territoires travaillent à des échelles d'analyse variées, offrant des perspectives différentes sur les territoires créatifs. C'est le cas notamment de la littérature consacrée à la transformation des villes par la culture qui analyse des opérations de revitalisation urbaine par l'organisation de grands événements culturels ou par la construction d'objets-phares censés marquer l'image de la ville dans son ensemble (Miles, 2005). À plus grande échelle encore, la présence d'artistes et d'activités artistiques dans certains quartiers urbains est interrogée en regard des processus de gentrification qui semblent en découler (Vivant et Charmes, 2008). Ainsi, la thématique du développement économique et celle de la transformation des espaces urbains par l'activité artistique ou les industries créatives s'entremêlent. La diversité du vocabulaire utilisé pour décrire les répartitions spatiales de ces activités est le reflet de cette situation : de nombreux termes existent pour désigner les concentrations spatiales, termes qui sont trop rarement définis et représentent souvent des réalités disparates. S'ajoute à cette confusion le problème de la traduction des concepts dans différentes langues. Bien que d'abord développés dans la littérature nord-américaine, les thèmes de recherche liant la culture au développement des territoires sont peu à peu apparus en Europe et dans le monde scientifique francophone à travers l'organisation de journées d'étude et des publications (Grésillon, 2002 ; Ambrosino, 2008 ; Vivant et Charmes, 2008). Cette multiplication des concepts et des cas d'étude internationaux est significative d’un champ de recherche en construction. Elle traduit aussi le désir des chercheurs de mieux comprendre les relations multiples entre ville et culture et leurs retombées économiques, sociales voire artistiques.

3La première partie de cet article expose les différentes façons dont la littérature scientifique traite des espaces de concentration de l'activité culturelle. Derrière une apparente diversité du vocabulaire utilisé, plusieurs grandes perspectives d’analyse se dessinent abordant chacune un aspect particulier de la relation culture/territoire urbain. A partir des différentes dimensions de l’activité artistique envisagées dans la littérature (aspects de la production ou de la consommation) et des modes de développement des concentrations analysées, il est possible de proposer une typologie des territoires créatifs. La première dimension à la base de cette typologie, distinguant des espaces de production ou de consommation, servira ensuite à l’élaboration d’une géographie des activités créatives à Bruxelles, premier pas dans l’interrogation de l’existence des différents types de territoires créatifs. A la fois capitale d'un Etat et région à part entière, la ville étudiée présente un profil culturel particulier : si Bruxelles abrite une grande part des activités de production culturelle du pays, c'est également la ville où se rencontrent les plus fortes concentrations d’acteurs de la création artistique et de lieux de consommation culturelle. Quelle est la géographie respective de ces acteurs et de ces lieux ? Observe-t-on des concentrations spatiales significatives et celles-ci se superposent-elles ? À partir de données statistiques de nature variée, deux logiques spatiales différentes seront mises en évidence, qui distinguent principalement les espaces de consommation culturelle des espaces où résident les créateurs.

1. Territoires créatifs : le flou artistique ?

4Les phénomènes d'agglomération des acteurs et des structures de la production artistique revêtent différentes formes en fonction du contexte et de l'espace dans lesquels ils s'inscrivent. Des concentrations de peintres existent, par exemple, dès le XIXe siècle dans des villages, formant des « colonies rurales » (Boyens, 2001 ; Jacobs, 1985). De tels regroupements s’observent encore aujourd'hui, bien que le lien avec la ville, et donc le marché de l'art, semble indispensable pour la reconnaissance du travail artistique (Mitchell et al., 2004).

5Les espaces urbains abritent en effet les différents acteurs et structures qui participent à la production artistique et constituent les maillons de ce que H. Becker (1982) nomme les « mondes de l'art ». L'inégale répartition de ces structures et de ces acteurs est à l'origine d'espaces spécialisés dans l'un ou l'autre aspect de la production artistique. Nommer ces concentrations spatiales n’est cependant pas chose évidente. Une certaine confusion règne dans la littérature, au gré des disciplines et des auteurs : clusters, quartiers artistiques, districts culturels, etc. Le terme « cluster », par exemple, est souvent employé pour décrire l'organisation spatiale et le fonctionnement du secteur économique des industries culturelles, faisant ainsi référence aux travaux de Marshall (Marshall, 1890 cité par Pilati et Tremblay, 2007). Dans d’autres travaux, ce terme est utilisé de manière bien moins spécifique pour désigner des concentrations spatiales d'institutions culturelles où seule compte la proximité géographique et non plus les interactions entre les éléments du cluster. Le même mot recouvre donc des réalités très différentes.

6De célèbres cas d'étude jalonnent la littérature consacrée aux relations ville/culture, qu'il s'agisse des concentrations d'industries culturelles à Los Angeles (Scott, 1996), du musée Guggenheim à Bilbao (Plaza, 2000), du titre de capitale européenne de la culture de Glasgow (García, 2005) ou encore des transformations du quartier new-yorkais de SoHo après que des artistes s'y soient installés (Simpson, 1981 ; Zukin, 1989). Nés dans des contextes socio-économiques particuliers et nécessitant de ce fait d'être comparés avec prudence à d'autres situations, ces exemples offrent néanmoins l'avantage de présenter des traits distinctifs facilement identifiables. Ces exemples constituent en quelque sorte des modèles-types pour l’étude des territoires créatifs, caractérisés selon leur mode de développement et d’organisation ou analysés dans une perspective plus large, liée au déploiement de nouvelles politiques de rénovation et de redéveloppement économique des villes.

7Au-delà de la diversité des situations et des termes employés, ce sont bien les phénomènes que les multiples exemples de territoires créatifs recouvrent qui ont de l'importance et qui peuvent servir à construire une typologie de ces espaces (Greffe, 2007 : 271).

1.1. Le territoire créatif comme lieu de production de l'industrie créative

8Une première approche des territoires créatifs correspond aux industries culturelles ou créatives. Elle est le fait de chercheurs intéressés par le mode de fonctionnement et la localisation du secteur de production des biens et services culturels. La référence aux « industries » est d'ailleurs souvent présente dans les appellations que les auteurs donnent aux espaces analysés : Brown et al. (2000) parlent de cultural industry quarters ; Bayliss (2007), Basset et al. (2002) de creative industrial clusters ou Santagata (2002) encore traite d'industrial cultural district. Il s'agit plutôt d'une orientation de recherche européenne bien qu'un de ses auteurs-phares, Allen J. Scott, soit américain et ait traité d'exemples tant européens qu'américains.

9Le contexte théorique sur lequel se basent ces études provient des travaux des économistes Marshall et Porter sur les clusters industriels. Ceux-ci consistent en « [groupements] d'entreprises, de sous-traitants et d'institutions géographiquement proches qui collaborent dans un même secteur d'activité, une même filière, et dont l'objectif est de travailler en synergie afin de favoriser l'innovation et la compétitivité » (Ambrosino, 2008 : 3, citant Porter). L'importance d'une « atmosphère ». génératrice d'externalités productives et d'un équilibre entre collaboration et compétition des entreprises avait déjà été énoncée par Marshall, en1890, à propos des districts industriels. Le modèle économique de la Troisième Italie et les interactions observées dans les années 1970 entre différents secteurs de l'artisanat industriel sont également mobilisés (Scott, 1997 : 329 ; Brown et al., 2000 : 443).

  • 1 Pratt (2008 : 113) souligne à ce sujet que le passage dans ce contexte de l'adjectif "culturel" à c (...)

10L'application de ces concepts au secteur culturel pose la question de la définition des industries qui le composent : « la notion industries culturelles » désigne généralement un ensemble assez disparate regroupant tant la création artistique et l'interprétation, que la conservation des œuvres et leur reproduction. « [Elles] s'inscrivent dans une double logique de production créative et de reproduction industrielle » (Vivant, 2009 : 56). Le terme « industries créatives » est lui plus récent : il reprend une version élargie des industries culturelles (ajout du design, de la publicité…) se basant également sur l'exploitation de la création esthétique et de la propriété intellectuelle. L'apparition de ce terme date de la fin des années 1990 en Grande-Bretagne, après que le gouvernement travailliste ait désigné lesdites industries créatives comme moteur de croissance pour l'économie britannique et comme outil de revitalisation des villes1 (Ambrosino, 2008). Des rapports et études ont dès lors cherché à mesurer la présence des industries créatives dans les villes britanniques puis sur le continent européen. Cependant la plupart de ces études s’intéressent à chaque fois à une seule catégorie d’industries créatives, pour restreindre le champ d'investigation mais surtout parce que peu de villes ont une taille suffisante pour abriter des concentrations de divers types d’industries créatives. Ce sont par exemple des agglomérations d'entreprises dans le secteur du film documentaire (Basset et al., 2002) ou de la musique (Brown et al., 2000) qui ont été étudiées en Grande-Bretagne, ou encore de firmes du secteur informatique à Dublin (Bayliss, 2007).

11Tantôt résultat d'une agglomération successive d'entreprises dans un secteur d'activité particulier, tantôt opérations volontaires de création d'un cluster créatif par les pouvoirs locaux (Chapain et Comunian, 2010), nombre de ces regroupements d'entreprises manquent toutefois d'une réelle intégration de leurs ressources comme décrite dans le modèle des clusters marshalliens et n'ont finalement en commun que la contiguïté spatiale (Mommaas, 2004). Par ailleurs, la dimension productive de ces clusters est souvent occultée par celle de la consommation culturelle engendrée par d’autres infrastructures – musées, boutiques spécialisées, théâtres – qui s'établissent à proximité (Ambrosino, 2008).

1.2. Le territoire créatif comme espace de l'activité artistique

12Un deuxième angle d'approche concerne directement la localisation de la création artistique et de la consommation des œuvres à travers la géographie de la présence des artistes et des lieux de diffusion de la production artistique. Pour distinguer ce qu’il appelle des quartiers artistiques, Lorente (2008) retient trois éléments complémentaires : des concentrations d'artistes dont la visibilité se marque à travers la présence d'ateliers ; des galeries, musées ou d'écoles d'art ; la présence d'œuvres dans l'espace public. La coexistence de ces trois aspects n'est pas nécessaire pour parler de quartiers artistiques, mais leur superposition semble néanmoins fréquente (Lorente, 2000 : 258 ; Chapple et Jackson, 2010 ; Stern et Seifert, 2010). Il n'est pas toujours évident néanmoins que les aspects de création et de consommation culturelles soient apparus en même temps dans les espaces étudiés. Si la présence d'artistes résulte souvent d'un processus d'agglomération spontané dans un quartier leur offrant de vastes espaces de travail et de logement à faible coût, les concentrations d'institutions artistiques peuvent avoir été planifiées pour renforcer le caractère artistique du quartier et amorcer son réinvestissement.

13Les quartiers artistiques ou de consommation culturelle constituent par ailleurs de plus en plus fréquemment un sujet d’étude pour des historiens – et de rares historiens de l'art – intéressés par l'histoire urbaine et celle des activités artistiques envisagées d'un point de vue spatial. Leurs travaux apportent un autre regard sur le développement de territoires créatifs tout en mettant en lumière plusieurs éléments communs avec les situations analysées actuellement. Les deux dimensions de création artistique et de consommation se retrouvent ainsi dans différentes études portant sur des catégories d'artistes particulières – dont font partie les travaux de Charle (1977) sur le champ littéraire parisien à la fin du XIXe siècle, ceux de Campos (2009) portant sur le « quartier de la chanson » à la même époque à Paris ou l'étude diachronique de Wedd et al. (2001) portant sur des quartiers de plasticiens à Londres. Campos décrit par exemple l'organisation et les relations quotidiennes entretenues par les différents acteurs d'un secteur basé sur la nouveauté (musiciens, éditeurs, paroliers, facteurs d'instruments…) qui s'apparentent aux clusters décrits à l'époque contemporaine. D'autres traits mis en avant par les historiens interpellent car ils semblent préfigurer des situations encore observables aujourd’hui. L'étude de Charpy (2009), qui porte sur les quartiers d'artistes à Paris, révèle ainsi des processus de récupération par d'autres groupes sociaux, d'espaces investis par les artistes, phénomène qui n’est pas sans rappeler les processus contemporains de gentrification et le rôle précurseur qui y est attribué aux créateurs (Ley, 2003). Enfin, en soulignant les disparitions et reconfigurations successives de quartiers artistiques au cours du temps, Traversier (2009 : 19) soulève la question de la permanence, réelle ou illusoire, de ces espaces.

1.3. Le territoire créatif comme instrument de revitalisation urbaine

14Le troisième angle d'étude des relations entre ville et culture occupe une place très importante dans la littérature. Il correspond à l'instrumentalisation des acteurs et des lieux de l'activité artistique afin de lutter contre la désaffection des centres urbains et en vue de leur « revitalisation ». Par sa nature, cette approche diffère de celles précédemment abordées, même si les espaces étudiés se rejoignent bien souvent – les concentrations de l’industrie ou des acteurs de la culture pouvant évidemment être perçues et utilisées comme des atouts par les autorités locales. Les cas d'étude liés à cette troisième approche ont néanmoins pour caractéristique distinctive d'être le fruit de politiques volontaristes ou d'initiatives privées qui misent essentiellement sur les infrastructures culturelles. Cette approche plus « consumériste » des espaces créatifs est destinée avant tout à attirer des populations extérieures : nouveaux habitants nantis, travailleurs qualifiés ou touristes. Elle a d'abord été développée en Amérique du Nord (Brown et al., 2000 : 439), avant de se développer en Europe – qui a fourni quelques exemples célèbres à la littérature.

15La transformation radicale d'un quartier portuaire à Bilbao autour de la construction du musée Guggenheim dans les années 1990 est un exemple emblématique d’une première phase des politiques urbaines de revitalisation par la culture, orientées autour de flagship-projects ou projets-phares (Plaza, 2000). Organisées autour de la construction d'un objet urbain ou d'un événement devenant le symbole de la transformation de la ville, ces opérations visent avant tout à attirer de nouveaux consommateurs en lui conférant une nouvelle image : « Culture can put you on the map », résume Montgomery (2004 : 3). Elles peuvent notamment s'appuyer sur les évolutions récentes du secteur muséal qui transforment ces institutions en lieu de consommation standardisés et font des grandes collections artistiques des marques à succursales, au détriment de la qualité des œuvres présentées – ce que Vivant nomme « la politique des coquilles vides » (Vivant, 2009 : 70). La labellisation de quartiers muséaux ou de quartiers du spectacle, là où des concentrations anciennes pré-existaient souvent, participent également à cette approche de la culture « orientée consommation » : le Museum Quarter de Vienne ou le quartier de Broadway à New York en sont des exemples. Toutefois, la multiplication d'initiatives similaires en dehors de toute politique culturelle et de la prise en compte du contexte et de l'histoire locale voue souvent à l'échec ces opérations (Vivant, 2009).

16Une seconde phase des politiques de revitalisation urbaine par la culture correspond au développement de quartiers culturels « complets » mêlant création artistique, industries créatives et consommation culturelle. Si les politiques de flagship-projects visaient principalement à redorer l'image de la ville dans son ensemble, ces opérations-ci concernent une échelle plus locale, tout en s'adressant également à des populations extérieures. Une analyse comparative de cinq quartiers culturels réalisée par Mommaas (2004) aux Pays-Bas révèle la diversité de formes que peuvent prendre ces espaces. Celle-ci résulte de la combinaison d'éléments qui ont donné naissance au quartier (initiateurs du projet et schéma de développement, types d'activités présentes et leur diversité, situation géographique du secteur…) et d’éléments liés à son organisation (acteurs présents et leur intégration). Une activité artistique préexistante semble être une condition indispensable à la création d’un quartier culturel. Le quartier londonien de Hoxton en fournit une belle illustration. En une décennie, cet ancien quartier de petites industries a connu une revalorisation foncière importante et la transformation de son tissu urbain en espace de consommation et d'habitation branché, suite à l'installation initiale d'artistes et de petites entreprises de la net-économie au début des années 1990 (Pratt, 2009 : 1047). Ce que le cas de Hoxton démontre aussi, c'est la difficulté à maintenir un équilibre entre les différents aspects de l'activité culturelle dans ce type de quartier : le risque existe que la dimension commerciale anéantisse la création artistique et les petites entreprises créatives, plus fragiles face à la revalorisation du foncier et l'augmentation conséquente des loyers. Identifié comme un modèle de milieu créatif par les pouvoirs publics, Hoxton est en même temps un mauvais exemple de développement économique et social, du fait des phénomènes de gentrification qui s'y sont développés et du départ consécutif des artistes et des petites entreprises initialement présents (Ambrosino, 2008 : 2).

1.4. Typologie des territoires créatifs

17Deux dimensions semblent, en fin de compte, importantes pour caractériser les différentes acceptions des territoires créatifs et en dresser une typologie. Il s'agit, d'une part, du type d'activités artistiques qui y est représenté (création artistique, production de biens et services par les industries culturelles, consommation culturelle) et, d'autre part, du mode d'apparition de ces territoires (caractère spontané ou planifié de leur développement). Le tableau 1 propose une tentative de classification des territoires créatifs en fonction de ces deux critères.

Tableau 1 : Typologie des territoires créatifs

Tableau 1 : Typologie des territoires créatifs

Réalisation : T. Debroux, ULB, 2010.

18Consacré à la production de biens ou de services dans le secteur des industries créatives, le cluster d'industries créatives résulte le plus souvent de démarches décentralisées, de processus d'agglomération successive d'entreprises œuvrant dans un même domaine d'activités. Si la fonction de production n'est pas isolée et qu'une activité de création artistique coexiste avec les entreprises de l'industrie créative, on parlera plutôt de cluster créatif, qui peut être le résultat d'une agrégation successive des différentes fonctions ou, parfois, d'une action volontaire.

19L'ajout – souvent planifié – des fonctions de consommation culturelle et/ou de création peut faire évoluer le cluster en quartier culturel. Ce dernier, issu de politiques culturelles ou, le plus souvent, de politiques de revitalisation urbaine, nécessite pour se développer que préexistent des activités de production créative ou de création artistique. Toutefois, au fur et à mesure du développement du quartier culturel, c'est souvent la dimension de consommation culturelle qui tend à prendre le pas sur les deux autres dimensions.

20Résultant également d'une planification, le quartier de musées (ou, selon le type d'infrastructures qui y sont concentrées, le quartier du spectacle, le quartier patrimonial, etc.) est uniquement axé sur la consommation d'œuvres et de produits culturels. En cela, il s'adresse généralement à une population plus large que celle des habitants locaux et possède de ce fait une forte orientation touristique.

21Inversement, le quartier d'artistes est un espace urbain où se concentrent les artistes et leurs espaces de vie et de travail. Son apparition résulte de l'agrégation spontanée de créateurs et interprètes dans un espace de la ville réunissant des conditions favorables, variant en fonction des époques. Le quartier d'art, enfin, réunit création et consommation culturelle : la visibilité de l'activité artistique y est plus marquée, du fait des lieux de diffusion et des événements organisés qui incitent des populations extérieures au quartier à le fréquenter.

22Les catégories proposées ici ne sont évidemment pas figées et des situations intermédiaires – notamment du point de vue de l'apparition des espaces – peuvent exister. Par ailleurs, un type de territoire créatif peut évoluer vers un autre, à la suite de décisions d'acteurs individuels ou collectifs.

23La première dimension à prendre en compte pour distinguer les territoires créatifs réside dans la répartition des différentes composantes de l’activité créative. Ce n’est qu’une fois les concentrations d’acteurs et de lieux identifiées qu’il est possible d’étudier leurs processus de formation (deuxième dimension de la typologie) et de confronter la réalité d’un terrain d’étude à une classification des territoires créatifs construite à partir de la littérature internationale. La deuxième partie de cet article est consacrée à la ville de Bruxelles et consiste en la première étape décrite : à travers la mobilisation de sources de natures variées, il est question d’analyser à échelle fine la façon dont s’expriment spatialement les différentes dimensions de l’activité artistique et créative. Des polarisations évidentes apparaissent et certains espaces de la ville réunissent plusieurs dimensions considérées.

2. Le cas de Bruxelles

2.1. Contexte urbain et culturel bruxellois

  • 2 Cette carte présente par ailleurs plusieurs repères nominaux relatifs à la suite du texte.

24L'étude des territoires créatifs à Bruxelles laisse apparaître certains traits majeurs de l'organisation de la ville en ce qui concerne notamment son développement spatial et son organisation socio-économique. À partir du cœur historique et des limites médiévales de la seconde enceinte, l'espace du « Pentagone » sur la figure 12, la ville s'est développée de manière concentrique par l'incorporation des espaces ruraux périphériques. Les communes de « première couronne » (Saint-Gilles ou Schaerbeek, par exemple) s'urbanisent dès la deuxième partie du XIXe siècle. Les communes de « deuxième couronne » sont de développement plus récent, à partir de l'entre-deux-guerres et jusqu'aux années 1960 (Uccle, Woluwé ou Jette, notamment). La densité du bâti et de la population suit environ le même gradient, très dense au centre de l’agglomération et moins dense à mesure que l'on se dirige vers les espaces extérieurs.

25L'espace bruxellois se structure également selon une opposition est-ouest résultant d'une ségrégation socio-spatiale très ancienne. La vallée de la Senne, très dissymétrique, a été le fondement topographique du développement asymétrique de la ville dès le Moyen Âge. Dès l'origine, les activités économiques dépendant de la voie d'eau se sont développées dans le fond de la vallée, tandis que les élites s'installaient sur une haute terrasse du versant raide oriental, à l'écart du fond de vallée insalubre et dominant symboliquement la ville. Si la rivière est désormais souterraine, l'axe de la vallée de la Senne est perceptible sur la figure 1 par le tracé du canal. L'industrialisation ultérieure de la ville a renforcé cette ségrégation entre ville basse et ville haute. De manière générale, le développement de Bruxelles correspond à une dilatation des structures existantes, sans remise en cause majeure de la géographie héritée des siècles précédents. Par exemple la localisation actuelle des populations pauvres reflète encore cette situation : elles sont principalement situées dans la ville basse et les anciens quartiers industriels bordant le canal, espace dénommé le « croissant pauvre » (figure 1), d'après Kesteloot et al. (1998).

Figure 1 : Carte-repère de l'espace bruxellois

Figure 1 : Carte-repère de l'espace bruxellois

Sources : Urbis, PRAS, Kesteloot et al. (1998).
Réalisation : T. Debroux, ULB, 2010.

26Sur le plan politique, la capitale de la Belgique est également une région à part entière depuis 1989, suite au processus de fédéralisation de l'Etat commencé dans les années 1970 et au découpage institutionnel complexe qui en a résulté. Les différents niveaux de pouvoirs disposent chacun de compétences propres : la culture, assimilée à la langue pratiquée, est une compétence communautaire depuis 1970. La cohabitation de flamands et de francophones, ainsi que le statut de capitale nationale ont conféré à la Région bruxelloise un statut bilingue qui rend de fait compétentes les deux communautés en matière de culture. La Fédération Wallonie-Bruxelles (anciennement Communauté française) et la Vlaamse gemeenschap gèrent donc chacune leurs institutions culturelles, et attribuent des subventions aux autres institutions culturelles et aux artistes en fonction de leur appartenance linguistique. Plusieurs grandes institutions nationales présentes à Bruxelles sont cependant gérées par l'Etat fédéral (les grands musées, Bozar, l'opéra de La Monnaie…), tandis que les dix-neuf communes constituant la Région bruxelloise disposent elles aussi de certaines compétences en matière culturelle. Du fait de la multiplicité des acteurs compétents, il n'existe pas à Bruxelles de politique culturelle unique. Pour la même raison, on ne dispose pas de données d'ensemble sur le monde artistique bruxellois qui permettraient une appréhension globale de son importance et de sa structuration. La ville accueille pourtant la plus grande concentration d'artistes du pays (en termes relatifs et absolus) et constitue le principal pôle artistique en Belgique (Debroux, 2009). De par son importance au niveau national et en raison de sa complexité, il est donc intéressant d’étudier la géographie du champ artistique et créatif bruxellois.

2.2. Méthodologie

2.2.1. Délimiter les territoires créatifs

27Si de nombreux termes sont employés dans la littérature pour désigner les concentrations spatiales d'acteurs ou d'équipements culturels, en revanche, seuls quelques auteurs dépassent une brève définition de ces concepts et établissent des critères permettant d'identifier ces espaces au sein du tissu urbain. Deux approches sont envisagées. La première correspond à des auteurs qui s'intéressent à des territoires créatifs déjà reconnus comme tels et qui mènent leurs analyses à l'échelle locale. C'est le cas notamment des travaux réalisés par Pratt (2009) dans le quartier londonien de Hoxton. Sur la base d'une longue étude de terrain, de relevés et d'entretiens, cet auteur a analysé la formation de ce quartier culturel en lien avec le développement d'industries créatives et les politiques de régénération urbaine. John Montgomery, dans un double article paru en 2003 et 2004, s'intéresse quant à lui aux facteurs de succès de cinq quartiers culturels reconnus. Parmi les trois dimensions que l'auteur estime nécessaires au bon fonctionnement de tels quartiers, figurent en premier lieu les activités qui s’y exercent ainsi que le type de bâti et la perception du quartier. Ces activités doivent être variées, en taille et en genre. La mixité de fonctions liée à la coexistence d'infrastructures de consommation culturelle (musées, galeries, salles de spectacle), d'espaces de création et de répétition, d'entreprises du secteur créatif, de lieux d'enseignement ou encore de divertissement implique par ailleurs des horaires variés d'utilisation, ce qui est favorable à l'animation du quartier, de jour comme en soirée (Montgomery, 2004 : 296).

28La démarche menée par Mark Stern et Susan Seifert (2010) dans une étude portant sur les conséquences locales de la présence artistique se distingue des précédentes. Elle correspond à une seconde approche, menée à échelle plus fine, visant à distinguer des territoires créatifs au sein de la ville à l’aide de données variées, relatives à la production ou la consommation culturelle. Différents indicateurs relatifs à la participation aux activités culturelles, aux infrastructures de production et de diffusion artistiques, ainsi qu'à la présence des artistes ont été testés par Stern et Seifert, puis rassemblés en un indice global – le Cultural Asset Index. Cet indice a ensuite été appliqué au niveau des census blocks de Philadelphie sur deux années, et comparé à des données démographiques et socio-économiques afin d'analyser les conséquences de la présence de ces « atouts culturels » sur l'évolution des quartiers. Contrairement à la démarche développée par Pratt ou Montgomery, l'étude de Stern et Seifert ne s'intéresse pas à des quartiers définis par avance mais fournit une méthode opérationnelle d'identification des quartiers à partir de la concentration de plusieurs indicateurs de l'activité artistique.

29Dans le cadre de cet article et étant donné l'absence de territoire créatif reconnu comme tel a priori à Bruxelles, j’ai cherché à mettre en place une approche semblable, destinée à dégager des espaces de concentration de l'activité artistique à l’aide de sources variées. Celles-ci ne permettent toutefois pas d’interroger en détail l’existence des différents types présentés dans la première partie de l’article et de procéder à une comparaison terme à terme entre cette typologie et les espaces mis en évidence au sein de la ville. Ce travail constitue néanmoins une première étape importante dans la définition des territoires créatifs à Bruxelles, en révélant plusieurs facettes de la géographie du secteur artistique et créatif bruxellois, très peu connue jusqu’ici.

2.2.2. Sources et méthodes

30La question des sources, jamais évidente lorsque l'on s'intéresse à la géographie du champ artistique, soulève plusieurs problèmes dans le cas bruxellois. La multiplicité des pouvoirs compétents en matière culturelle dans la capitale explique principalement l'absence de données centralisées et homogènes en la matière. En réaction à cette situation, deux réseaux d'institutions flamandes et francophones étudient actuellement la possibilité de créer une base de données et une cartographie commune, suite à la récente publication d'un « Plan culturel pour Bruxelles » qui entend attirer l'attention du monde politique sur la spécificité bruxelloise et l'amélioration de sa gestion culturelle (RAB-BKO, 2009).

31Dans cet article, plusieurs types de données ont été mobilisés pour esquisser l'existence de territoires créatifs à Bruxelles. Les données ont été analysées séparément puis combinées à travers une analyse en composantes principales dont la cartographie des scores offre une synthèse des espaces de la création et de la consommation culturelle.

  • 3 Office National de Sécurité Sociale
  • 4 Institut National d’Assurances Sociales pour Travailleurs Indépendants
  • 5 Nomenclature Générale des Activités Économiques
  • 6 Les catégories retenues sont les suivantes : édition de biens culturels / activités cinématographiq (...)

32En ce qui concerne la production culturelle et la dimension des industries créatives, les données rassemblées correspondent aux emplois exercés en Belgique en 2002, recensés au lieu de travail (compilation de données ONSS3 et INASTI4). La définition que j’adopte pour définir les industries créatives se base sur la nomenclature NACE5 et s'inspire de plusieurs classifications présentes dans la littérature6 (KEA, 2006 ; Pratt, 2004 ; Commission européenne, 2000 ; Nayer et al., 2000). L'utilisation de ces données souffre toutefois du fait qu'elles sont agrégées par communes : elles n'offrent donc que des résultats grossiers sur le plan de la répartition des emplois du secteur culturel et elles n'ont pu, pour la même raison, être intégrées à l'analyse synthétique menée à une échelle plus détaillée.

  • 7 Il est très rare de disposer d'informations statistiques sur le lieu de travail des artistes et ain (...)

33Ce sont des données de nature différente qui ont été employées pour approcher la répartition de la création artistique envisagée à travers le lieu de résidence des artistes professionnels7. Faute de données récentes et détaillées sur les professions dans le dernier recensement de la population de 2001, les artistes recensés dans cette analyse correspondent aux membres de l'association professionnelle SMart, active depuis 1998 (SMart, 2008). Imparfaite pour plusieurs raisons – dont l'absence d'exhaustivité, la diversité de profil de ses membres ou le manque d'information concernant les lieux de travail – cette source permet cependant de tracer une géographie actuelle des artistes en Région de Bruxelles-Capitale qui est cohérente avec la situation que l'on pouvait observer en 1991 en se basant sur le dernier recensement complet.

  • 8 Par ailleurs, un tel recensement ne tient pas compte de la capacité des salles et de leur fréquenta (...)

34Enfin, pour appréhender les espaces de consommation culturelle, ce sont les adresses et la programmation des infrastructures reprises dans un agenda culturel qui ont été employées. Publié chaque semaine en complément de l'hebdomadaire bruxellois flamand Brussel Deze Week, l'Agenda présente un inventaire détaillé de l'offre culturelle en Région bruxelloise, sans tenir compte du critère linguistique. Tout au long de la saison 2008-2009, un encodage des activités a été réalisé une semaine par mois, de septembre à août, permettant de localiser les infrastructures culturelles mais également de recenser les événements organisés durant cette période. Une fois encore, cette méthode présente des imperfections : seul un quart de l'activité culturelle environ est répertorié et tous les lieux ne sont pas repris (s'ils ne programmaient rien pendant les semaines d'encodage ou ne communiquent pas leur programmation8). Elle offre toutefois une image intéressante, comparable à l’étude réalisée il y a une dizaine d'années par De Salle (2001).

2.3. Géographie de la production créative et de la consommation culturelle à Bruxelles

35Plus grande ville belge et principal bassin d'emploi, Bruxelles concentre un grand nombre de personnes actives dans les différents secteurs des industries créatives. La région urbaine bruxelloise compte près de 40 000 emplois dans ces secteurs, représentant 3,99 % du total des emplois (données ONSS et INASTI, 2002). Le pourcentage de l'emploi créatif dans l'emploi total au niveau de la Belgique est de 2,4 %, chiffre qui se situe dans la moyenne européenne, d'après les rapports comparant le secteur des industries culturelles en Europe (European Commission, 2007 ; KEA, 2006).

36Bruxelles concentre ces emplois. Suivent les autres grandes villes du pays : Anvers (2,99 %), Gand (2,42 %), Liège (2,31 %), Charleroi (1,54 %). D'une manière générale, les emplois créatifs à Bruxelles sont majoritairement situés au centre de la Région et dans ses communes orientales (Schaerbeek, Ixelles, Uccle ou Saint-Gilles), comme le montre le tableau 2.

Tableau 2 : Répartition des emplois des industries créatives à Bruxelles

Tableau 2 : Répartition des emplois des industries créatives à Bruxelles

Sources : ONSS, INASTI, 2002.
Réalisation : T. Debroux, ULB, 2010.

37Le secteur publicitaire et celui de la presse (audiovisuelle et écrite) sont les plus représentés globalement à Bruxelles (26 % et 21 % des emplois créatifs). Le secteur de la presse est particulièrement localisé dans la commune de Schaerbeek où se situent les sièges principaux de la RTBF et de la VRT, respectivement radio et télévision francophone et flamande, ce qui explique l'importance de cette commune en la matière. Dans la même commune se localisent par ailleurs 22 % des emplois bruxellois dans le cinéma et la vidéo.

38Les activités artistiques et la production de biens culturels représentent ensuite 16 % et 11 % de l'emploi créatif de la Région ; tous deux sont principalement situés dans le centre-ville, la commune de Bruxelles-Ville abritant plus de la moitié des emplois bruxellois dans ces secteurs d'activités. Ces deux derniers secteurs (activités artistiques et production de biens culturels) représentent les secteurs les plus concentrés dans le centre-ville, avec les activités de conservation (qui reprennent notamment les musées). Outre qu’il offre de nombreux services aux entreprises créatives, le centre est également un espace très fréquenté par les publics, locaux ou exogènes, des activités culturelles.

39Les données relatives aux emplois des secteurs créatifs répartissent les travailleurs selon leur commune de travail. Il semble donc logique de retrouver au centre-ville les infrastructures culturelles dans lesquelles sont employés de nombreux travailleurs des secteurs artistiques et de la conservation, bien représentés dans la commune de Bruxelles-Ville (tableau 2). Une concentration importante d’infrastructures culturelles est effectivement observable dans le centre, conformément à ce que les chiffres d’emplois laissaient supposer (figure 2). La localisation centrale des infrastructures culturelles correspond au besoin d’accessibilité éprouvé par ces structures qui doivent être facilement atteignables pour le public local et extérieur à la ville. La répartition précise des infrastructures montre qu'elles se concentrent très nettement au sein du Pentagone, suivant globalement une diagonale nord-ouest/sud-est qui se prolonge, en se diffusant quelque peu, dans les communes de Saint-Gilles et Ixelles, au sud. En dehors des espaces centraux de la Région, la densité d'infrastructures culturelles décroît rapidement ; l'offre est toutefois assurée par les réseaux de centres culturels communaux, gérés par les deux communautés.

Figure 2 : Répartition des infrastructures culturelles à Bruxelles

Figure 2 : Répartition des infrastructures culturelles à Bruxelles

40Source : AGENDA, 2008-2009.
Réalisation : T. Debroux, ULB, 2010.

41Différents types de structures se trouvent en réalité regroupés sous le terme d’infrastructures culturelles sur la figure 2. Vu leur nombre, il n’était pas possible de les distinguer graphiquement sur la carte : la description de quelques particularités de la répartition des diverses structures recensées dans l’Agenda (théâtres, salles de concert, galeries, etc.) apporte néanmoins des précisions intéressantes.

42Parmi les structures présentes dans le Pentagone, nombreux sont les théâtres qui, par leur programmation abondante, contribuent notablement à l'activité culturelle de Bruxelles (hormis le centre, des théâtres sont également présents à Ixelles, Saint-Josse et Schaerbeek). Une concentration importante de théâtres existe dans le quadrant nord-ouest du Pentagone, à proximité de la rue Dansaert et en bordure du canal : elle présente la particularité d'abriter plusieurs grandes salles de théâtre flamandes, comme le Kaaitheater ou le KVS. Leur présence est symptomatique d'un dynamisme culturel flamand important et assez perceptible dans cet espace de la ville qui accueille par ailleurs une immigration récente de jeunes néerlandophones (Romainville, 2005).

43Les salles qui programment de la musique non-classique (pop, folk, chanson, jazz) contribuent également à l'activité et la fréquentation culturelle du centre-ville, particulièrement en soirée. Ces lieux se situent principalement dans la partie basse de la ville, aux alentours de la Grand Place et de la Bourse. De nombreux lieux de sortie y sont également présents (clubs et cafés). Les lieux de diffusion de la musique classique offrent une toute autre image : hormis le pôle majeur constitué par l'opéra de La Monnaie dans le bas de la ville, la quasi-totalité des concerts se déroule à l'est du Pentagone, dans les espaces cossus et élitaires du haut de la ville.

44Plusieurs institutions programmant de la musique classique se localisent plus particulièrement au Mont des Arts et dans le quartier royal adjacent : cette partie de la ville, qui accueille aussi plusieurs grands musées et salles de spectacle, possède une vocation culturelle ancienne et est le seul espace à avoir été planifié par les autorités bruxelloises comme quartier d'art, dès le tournant du XXe siècle. Aujourd'hui encore, il est présenté et promu comme tel par la Région, et a été renforcé par l'ouverture en 2009 d'un nouveau musée dédié à Magritte et l’annonce d’un nouveau musée « Fin de Siècle ». Directement au sud de cet espace, se trouve le quartier cossu du Sablon, qui constitue un pôle important de galeries à Bruxelles, tout comme l'axe de l'avenue Louise. Ces concentrations datent de plusieurs décennies et regroupent aujourd'hui galeries d'art et antiquaires reconnus. A l'inverse, le pôle de lieux d'exposition situé dans le quartier Dansaert est plus récent et d'une autre nature : des galeries d'art contemporain voisinent avec des espaces de design et de stylisme, dans un environnement commercial branché (Van Criekingen et Fleury, 2006). Un certain nombre d'espaces d'exposition se situent encore en dehors du Pentagone, à Ixelles et Saint-Gilles, de part et d'autre de l'avenue Louise. Ces galeries sont aussi d'implantation plus récente et leur paysage évolue rapidement, parallèlement à la transformation de ces quartiers qui connaissent depuis une vingtaine d'année des phénomènes de rénovation urbaine.

  • 9 3900 membres de SMart sont cartographiés à leur lieu de résidence. Tous déclarent une activité de c (...)
  • 10 Plus petite entité spatiale définie par l’Institut National de Statistique pour collecter ses infor (...)
  • 11 Ce rapport vaut 5,9 ‰ pour l'ensemble de la Région de Bruxelles-Capitale.

45Le quartier Dansaert, dans le centre, et les communes de Saint-Gilles et Ixelles au sud-est du Pentagone ressortent également sur la figure 3, qui présente la répartition des artistes professionnels à Bruxelles9, par secteur statistique10 et en proportion de la population active en 200811.

Figure 3 : Répartition des artistes à Bruxelles

Figure 3 : Répartition des artistes à Bruxelles

Sources : Base de données SMartBe, 2008, INS, 2007.
Réalisation : T. Debroux, ULB, 2010.

46La géographie des artistes au sein de la Région présente des centralités différentes de celles observées pour les infrastructures culturelles. Deux communes de première couronne, Saint-Gilles et Ixelles, abritent les plus fortes concentrations d’artistes, à leur lieu de domicile, tant en nombre absolu qu’en nombre relatif. Dans le centre de Bruxelles (Pentagone), les artistes sont surtout présents dans le quadrant nord-ouest (les quartiers Dansaert et du Béguinage, en bordure est du canal) et dans le quartier populaire des Marolles, au sud. A l’extérieur du Pentagone encore, certains secteurs se distinguent quelque peu dans la commune de Schaerbeek, au nord, de même que quelques secteurs peu peuplés des communes de deuxième couronne sud-est (Watermael-Boitsfort et Uccle).

47Les espaces où réside un grand nombre d’artistes présentent des caractéristiques urbanistiques semblables, en dehors du fait notable d'être situés à proximité du centre-ville et de son activité culturelle. D’une part, ils présentent un bâti ancien mixte constitué principalement de maisons bourgeoises (ré)aménagées en appartements, alliées à des intérieurs d’îlots ayant abrité d’anciennes fabriques ou entrepôts, aujourd'hui disponibles pour établir des ateliers. D’autre part, les immeubles possèdent souvent des qualités architecturales recherchées par les artistes (qualité des matériaux, grands volumes et lumière), malgré leur caractère parfois vétuste aujourd'hui.

48Une deuxième constatation fondamentale s'impose : elle concerne la dissymétrie importante de la répartition des créateurs dans la Région de Bruxelles. On retrouve ici la césure classique de la géographie bruxelloise, distinguant schématiquement les espaces plus pauvres et qui furent voués à l'industrie, à l'ouest de la voie d'eau (qui ne comptent que peu de créateurs), et les espaces plus bourgeois des communes orientales, dont certains concentrent les artistes de manière notable.

49En regard des situations observées dans d'autres villes européennes, une telle situation peut sembler assez exceptionnelle et en contradiction avec l'image de l'artiste pauvre dans son entrepôt industriel. Deux éléments permettent toutefois d'expliquer cet état de fait. D'une part, l'évolution socio-économique de Bruxelles à partir des années 1960 a été marquée par une périurbanisation intense des classes moyennes, délaissant les espaces bourgeois centraux qui furent alors récupérés par des populations plus pauvres et dont les valeurs immobilières baissèrent. Des espaces comme Saint-Gilles et Ixelles possédaient par ailleurs un passé artistique important, ayant déjà connu des concentrations majeures d'artistes au tournant du XXe siècle. Le fait que ces espaces soient proches du centre, bon marché et que leur bâti présente des caractéristiques architecturales recherchées par les artistes sont autant de facteurs matériels ayant favorisé leur installation durant le dernier quart du siècle dernier, facteurs matériels auxquels s’ajoute, dans le cas des communes du sud-est, l’attrait symbolique de leur aura artistique.

50D'autre part, ces quartiers qui, jusqu'il y a peu, étaient accessibles sur le plan financier, connaissent des phénomènes de gentrification ; ils sont donc de moins en moins intéressants pour les artistes en recherche d'espaces bon marché. D'autres quartiers les accueillent désormais. Plusieurs structures de répétition et de création se sont, par exemple, déjà installées sur la rive ouest du canal, à Molenbeek, face à l'extrémité de la rue Dansaert. Elles n'apparaissent toutefois pas sur la figure 3 qui représente des lieux de résidence. Il serait à l’avenir intéressant de suivre les mutations de la géographie des artistes à Bruxelles et d’observer la migration des concentrations spatiales, notamment dans le tissu ouvrier et industriel situé à l'ouest de la voie d'eau.

51L'analyse cartographique des différentes dimensions de l'activité artistique à Bruxelles a fait ressortir plusieurs logiques spatiales distinctes. Afin de synthétiser ces observations, les données disponibles à une échelle détaillée (création et consommation) ont été soumises à une analyse en composantes principales (figure 4). Pour cette analyse, les observations sont des quartiers (regroupement de secteurs statistiques, permettant d'augmenter les effectifs et de stabiliser l'analyse) et les variables sont des densités relatives aux différentes catégories d'artistes et d'activités organisées, ainsi que deux rapports du nombre d'artistes et d'événements à leur total régional. Ensemble, les deux premières composantes expliquent plus de 76 % de la variance (51 % pour la première et 25 % pour la deuxième). Si la première met logiquement en évidence les quartiers au caractère créatif le plus développé (scores positifs), la deuxième synthétise l'opposition entre les territoires de consommation culturelle (scores positifs) et les espaces où résident les artistes (scores négatifs). La mise en évidence de la centralité des activités artistiques à Bruxelles (composante 1) est donc nuancée par l'observation de logiques spatiales différentes au niveau de la deuxième composante.

Figure 4 : Territoires créatifs à Bruxelles : cartographie des scores des deux premières composantes de l'analyse en composantes principales

Figure 4 : Territoires créatifs à Bruxelles : cartographie des scores des deux premières composantes de l'analyse en composantes principales

Note : Les variables liées aux artistes sont indiquées en italique.

Sources : Base de données SMartBe, 2008 ; AGENDA, 2008-2009.
Réalisation : T. Debroux, ULB, 2010.

52Les infrastructures culturelles recensées via l’Agenda se concentrent fortement dans le cœur de la Région de Bruxelles-Capitale puisque la diversité de l'offre et l'accessibilité du centre assurent à ces lieux une fréquentation importante. De manière logique, l'analyse des emplois dans le secteur des industries créatives a révélé une forte représentation des emplois dans les secteurs des activités artistiques et des musées au centre-ville, tandis que d'autres fonctions moins directement « artistiques » sont représentées dans d'autres communes. Les quartiers présentant des scores négatifs sur la deuxième composante se situent eux en dehors du Pentagone, dans les communes de première couronne à l'est du canal, particulièrement dans le haut de Saint-Gilles et d’Ixelles. Ces espaces, en proie aujourd’hui à des phénomènes de rénovation urbaine transformant leur tissu social et le cadre bâti, connaissent d'importantes concentrations d'artistes et accueillent également plusieurs galeries d'art contemporain. Quelques quartiers schaerbeekois apparaissent également sur la carte ; il s'agit toutefois de quartiers denses où la proportion d'artistes parmi la population active totale est cependant moins élevée que dans les communes au sud/sud-est du Pentagone.

53A travers les deux dimensions prises en compte dans l’analyse en composantes principales se dessine le contour des espaces de la créativité à Bruxelles (scores positifs de la 1ere composante). C’est donc au sein de ce tracé qu’il convient d’interroger plus précisément la distinction de « territoires créatifs » au sein de la ville, selon les classes définies dans la typologie proposée en début d’article. Les résultats de la deuxième composante confirment l’existence de différenciations, en distinguant les espaces dédiés principalement à la consommation culturelle de ceux caractérisés par une présence d’artistes importante.

Conclusion

54Le foisonnement d’études consacrées à la dimension créative des territoires urbains, les différents angles d’analyse adoptés par les auteurs et la multiplication de termes utilisés pour désigner les espaces de concentration des activités de production, de création et de consommation culturelle, m’ont incitée à proposer dans cet article une typologie des « territoires créatifs » Sa définition se base sur deux critères : l’un correspond au type d’activités créatives envisagées, l’autre concerne le mode de formation des territoires créatifs.

55Mon terrain d’étude privilégié étant la Région de Bruxelles-Capitale, j’ai souhaité interroger l’existence de tels territoires dans la capitale belge, par ailleurs très peu étudiée sur le plan de sa géographie culturelle. Le travail présenté dans la deuxième partie de ce texte est une première étape pour distinguer les territoires créatifs bruxellois à échelle fine, en considérant l’une des deux dimensions constitutives de la typologie élaborée. L'analyse de données relatives à l'emploi du secteur créatif, à la présence d'artistes et aux infrastructures culturelles permet d’observer comment s’expriment spatialement les différentes dimensions de l’activité artistique (production créative et consommation culturelle).

56Les différentes données regroupées dans le cadre de cet article, bien qu'imparfaites, révèlent la centralité de ces activités, qui se concentrent essentiellement dans le Pentagone et les communes de première couronne situées à l’est du canal. Au sein de cette centralité, deux logiques différentes apparaissent distinguant les espaces de concentration où la dimension de la consommation culturelle est dominante de ceux où la dimension qui prime est la production artistique. Certains espaces, comme le quadrant nord-ouest du Pentagone, combinent toutefois la présence d'artistes et de lieux culturels. Pourrait-on pour autant le qualifier de quartier d'art ? Pourrait-on parler de quartier de musées pour le Mont des Arts et de quartier d'artistes pour le haut de Saint-Gilles ?

57Menée à fine échelle et sur un ensemble de données réduit qui appelle à être étoffé, l’analyse présentée dans cet article montre ses limites puisqu’elle ne permet pas à ce stade de confronter les éléments de la typologie aux différents espaces de concentration de l’activité artistique. Elle constitue toutefois une première étape importante qui révèle de plus un aspect méconnu de l’organisation spatiale bruxelloise.

58D'autres dimensions demandent évidemment encore à être interrogées pour compléter l'analyse. Une étude à une échelle encore plus fine des lieux de concentration mis en évidence, sous forme de monographies, permettrait d'inclure dans l'analyse d'autres dimensions, non disponibles dans les statistiques classiques ou non-perceptibles à travers une analyse cartographique (organisation des territoires de vie et territoires fonctionnels de la créativité, par exemple). Une étude approfondie permettrait aussi d'analyser la formation de ces espaces (deuxième dimension de la typologie établie). Connaître leur genèse et leur développement, planifié ou non, offrirait alors la possibilité de caractériser et différencier les territoires créatifs bruxellois.

59La concentration d’institutions culturelles flamandes dans le quadrant nord-ouest du centre-ville pose question et, par exemple, révèle l’influence des politiques culturelles communautaires dans la géographie bruxelloise. Dans un autre registre, l’encouragement de la présence des artistes à Saint-Gilles fait partie de politiques communales développées dès la fin des années 1980, dans le cadre d’une politique plus large de revitalisation de la commune. Inscrits au cœur de la ville, les espaces de la créativité s’insèrent aussi au sein des enjeux urbains actuels, notamment en termes du redéveloppement territorial de la Région bruxelloise et des transformations de son tissu urbain et social. Dans ce cadre particulier, la création ou la récupération de territoires créatifs par différents niveaux de pouvoir à Bruxelles peuvent aussi influencer le développement de ces espaces.

60Concluant son analyse centrée sur le quartier londonien de Hoxton, Pratt (2009 : 1058) insistait sur la nécessité de considérer la dimension temporelle dans l'analyse des territoires créatifs. Une analyse à long terme peut en effet apporter des informations utiles sur le développement général des espaces de la culture dans une ville donnée, et permet également de recontextualiser l'apparition d'un territoire créatif à l'aune des développements urbains du passé. Des recherches menées dans le cas de Bruxelles soulignent l'intérêt de cette démarche, qui fait ressortir la présence longue de concentrations d’artistes dans des communes de première couronne (Debroux, 2010). De la même façon, la concentration d'infrastructures culturelles près de la Place Royale et au Mont des Arts résulte d'une longue accumulation, existant dès le début du XIXe siècle avec la présence d'un musée et du Palais des arts. A l'inverse, la présence d'activités artistiques dans le quadrant nord-ouest du Pentagone est plus récente et procède d'une autre logique qu’il faudra analyser.

61La prise en compte d'indicateurs supplémentaires et une analyse historique fine (à moyen et à long terme) méritent d'être envisagées pour mieux comprendre la mise en place et la nature des territoires créatifs à l'échelle de Bruxelles. Au-delà de l’identification de ces territoires, une analyse approfondie de certains d'entre eux, de leur développement et des acteurs impliqués permettra d'interroger aussi les conséquences économiques, sociales et artistiques de ces concentrations, et la place que celles-ci occupent dans les dynamiques et les recompositions de l'espace urbain contemporain.

Haut de page

Bibliographie

Ambrosino C., 2008, Du quartier d'artistes au cluster culturel, perspective londonienne, Actes du colloque : « Arts et territoires : vers une nouvelle économie culturelle ? », Québec, 6 et 7 mai 2008.

Basset K., Griffiths R., Smith I., 2002, Cultural industries, cultural clusters and the city : the example of natural history film-making in Bristol, Geoforum, vol. 33, pp. 165-177.

Bayliss D., 2007, Dublin's Digital Hubris : Lessons from an Attempt to Develop a Creative Industrial Cluster, European Planning Studies, vol. 15, n° 9, pp. 1261-1271.

Becker H.S., 1982, Les mondes de l'art, Paris : Flammarion.

Boyens P., 2001, Une rare plénitude : les artistes de Laethem-Saint-Martin 1900-1930, Catalogue d'exposition, Gent – Paris : Ludion – Flammarion, 215 p.

Brown A., O'connor J., Cohen S., 2000, Local music policies within a global music industry : cultural quarters in Manchester and Sheffield, Geoforum, n° 31, pp. 437-451.

Campos R., 2009, Le quartier parisien de la chanson de la fin du XIXe siècle aux années 1930, Histoire Urbaine, n° 26, pp. 69-87.

Chapain C., Comunian R., 2010, Enabling or inhibiting the creative economy : the role of the local and regional dimensions in England, Regional Studies, vol. 44, n° 6, pp. 717-734.

Chapple K., Jackson S., 2010, Arts, neighborhoods, and social practices : towards an integrated epistemology of community arts, Journal of Planning Education and Research (Online First), vol. 29, no 4, pp. 478-490.

Charle C., 1977, Situation spatiale et position sociale. Essai de géographie sociale du champ littéraire à la fin du 19e siècle, Actes de la Recherche en Sciences Sociales, n° 13, février, pp. 45-59.

Charpy M., 2009, Les ateliers d'artistes et leurs voisinages. Espaces et scènes urbaines des modes bourgeoises à Paris entre 1830-1914, Histoire Urbaine, n° 26, pp. 43-68.

Commission Européenne, 2000, Les statistiques culturelles dans l'UE. Rapport final du LEG, Eurostat Working papers.

Debroux T., 2009, Géographie des artistes dans les régions urbaines en Belgique, Belgeo – Revue Belge de Géographie, vol. 2, pp. 119-136.

Debroux T., 2010, Géographie de l'élite artistique bruxelloise à la fin du 19e siècle, Les Cahiers de la Fonderie, n° 43, pp. 31-37.

De Salle J., 2001, Approche analytique et cartographique des aires de densité culturelle en région bruxelloise, Les Cahiers de l’Urbanisme, n° 33, mars, pp. 52-55.

European Commission, 2007, Cultural statistics, Eurostat Pocket Books.

Florida R., 2002, The rise of the creative class : and how it's transforming work, leisure, community and everyday life, New York : Basic Books.

García B., 2005, Deconstructing the city of culture : the long-term cultural legacies of Glasgow 1990, Urban Studies, vol. 42, n° 5/6, pp. 841-868.

Greffe X., 2007, Artistes et marchés, Paris : La Documentation française.

Gresillon B., 2002, Berlin métropole culturelle, Paris : Editions Belin, Collection Mappemonde, 351 p.

Jacobs M., 1985, The good and simple life. Artist colonies in Europe and America, Oxford : Phaidon, 176 p.

KEA, 2006, The economy of culture in Europe, Study prepared for the European Commission (Directorate-General for education and culture), October 2006.

Kesteloot C., Mistiaen P., Decroly J-M., 1998, La dimension spatiale de la pauvreté à Bruxelles : indicateurs, causes et stratégies locales de lutte contre la pauvreté, in J. Vrancken, B. Vanhercke, L. Carton, G. Van Menxel (eds.), 20 ans CPAS, vers une actualisation du projet de société, Acco Leuven, pp. 123-153.

Ley D., 2003, Artists, aestheticisation and the field of gentrification, Urban Studies, vol. 40, n° 12, pp. 2527-2544.

Lloyd R., 2002, Neo-bohemia : art and neighbourhood redevelopment in Chicago, Journal of Urban Affairs, vol. 24, n° 5, pp. 517-532.

Lorente J.P., 2008, ¿Que es un barrio artístico ? ¿Qué papel pueden desempeñar los museos en su desarrollo ?, AACADigital – Revista de la Asociación Aragonesa de Críticos de Artes, n° 2, dernière consultation mai 2010 : [http://www.aacadigital.com/contenido.php ?idarticulo =84]

Lorente J.P., 2000, Quartiers d'art, revitalisation urbaine : reconsidération des termes – Etude historique et étude comparative entre Marseille et Liverpool, in T. Raspail, J-P. Saez, 2000, L'art contemporain : champs artistiques, critères, réception, actes du colloque l'Art sur le Place organisé à Lyon les 16-18 octobre 1998, Paris : L'Harmattan, pp. 237-258.

Markusen A., Schrock G., 2006, The artistic dividend : urban artistic specialization and economic development implications, Urban Studies, vol. 43, n° 10, pp. 1661-1686.

Miles M., 2005, Interruptions : Testing the rhetoric of culturally led urban development, Urban Studies, vol. 42, n° 5/6, pp. 889-911.

Mitchell C. J. A., Bunting T., Piccioni M., 2004, Visual artists : counter-urbanites in the Canadian countryside, The Canadian Geographer, vol. 48, n° 2, pp. 152-167.

Mommaas H., 2004, Cultural clusters and the post-industrial city : towards the remapping of urban cultural policy, Urban Studies, vol. 41, n° 3, pp. 507-532.

Montgomery J., 2003, Cultural quarters as mechanisms for urban regeneration. Part 1 : conceptualising cultural quarters, Planning Practice and Research, vol. 18, n° 4, pp. 293-306.

Montgomery J., 2004, Cultural quarters as mechanisms for urban regeneration. Part 2 : A review of four cultural quarters in the UK, Ireland and Australia, Planning Practice and Research, vol. 19, n° 1, pp. 3-31.

Nayer A., Parent X., Van Langendonck J., 2000, Etude ayant pour objet une analyse de l'importance de l'activité artistique dans l'économie belge et les possibilités de l'augmenter par une réforme du statut social et fiscal des artistes, Rapport final présenté à l'Etat belge, représenté par le Ministre de l'économie et de la recherche scientifique.

Pilati T., Tremblay D.-G., 2007, Cité créative et district culturel : une analyse des thèses en présence, Géographie, Economie, Société, n° 9, pp. 381-401.

Plaza A., 2000, Evaluating the influence of a large cultural artefact on tourism : the Guggenheim Museum Bilbao case, Urban Affairs Quarterly, vol. 36, n° 2, pp. 264-274.

Pratt A.C., 2004, Mapping the cultural industries : regionalisation – the example of South East England, in D. Power, A.J. Scott (eds), Cultural industries and the production of culture, London : Routledge, pp. 19-36.

Pratt A.C., 2008, Creative cities : the cultural industries and the creative class, Geografiska Annaler : Series B, Human Geography, vol. 90, n° 2, pp. 107-117.

Pratt A.C., 2009, Urban regeneration : from the arts 'feel good' factor to the cultural economy : a case study of Hoxton, London, Urban Studies, vol. 46, n° 5/6, pp. 1041-1061.

RAB – BKO, 2009, Plan culturel pour Bruxelles, Bruxelles : Brussels Kunstenoverleg, Réseau des Arts à Bruxelles.

Romainville A., 2005, Une « flamandisation » de Bruxelles ?, Belgeo – Revue Belge de Géographie, vol. 3, pp. 349-372.

Santagata W., 2002, Cultural Districts, Property Rights and Sustainable Economic Growth, International Journal of Urban and Regional Research, vol. 26, n° 1, pp. 9-23.

Scott A.J., 1996, The craft, fashion and cultural-products industries of Los Angeles : competitive dynamics and policy dimensions in a multisectorial image-producing complex, Annals of the Association of American Geographers, vol. 86, n° 2, pp. 306-323.

Scott A.J., 1997, The cultural economy of cities, International Journal of Urban and Regional Research, vol. 21, n° 2, pp. 323-339.

Scott A.J., Leriche F., 2005, Les ressorts géographiques de l'économie culturelle : du local au mondial, L'espace Géographique, n° 3, pp. 207-222.

Simpson C.R., 1981, SoHo : the artist in the city, Chicago : The University of Chicago Press.

SMart, 2008, SMart 1998-2008. Histoire, portraits, activités, perspectives, Bruxelles : SMart.

SMart, 2010, Être intermittent dans le secteur artistique, étude réalisée par le Bureau d'études de SMart, Bruxelles : SMartBe Association Professionnelle des Métiers de la Création asbl.

Stern M.K., Seifert S.C., 2010, Cultural clusters : the implications of cultural assets agglomeration for neighborhood revitalization, Journal of Planning Education and Research, vol. 29, n° 3, pp. 262-279.

Traversier M., 2009, Le quartier artistique, objet pour l'histoire urbaine, Histoire Urbaine, n° 26, pp. 5-20.

Van Criekingen M., Fleury A., 2006, La ville branchée : gentrification et dynamiques commerciales à Bruxelles et Paris, Belgeo – Revue Belge de Géographie, vol. 1-2, pp. 113-133.

Vivant E., 2006, La classe créative existe-t-elle ?, Les Annales de la Recherche Urbaine, n° 101, pp. 155-161.

Vivant E., 2009, Qu'est-ce que la ville créative ?, Paris : PUF, 92 p.

Vivant E., Charmes E., 2008, La gentrification et ses pionniers : le rôle des artistes off en question, Métropoles, n° 3, pp. 29-66.

Wedd K., Pettz L., Ross C., 2001, Artists' London – Holbein to Hirst, London : Merrell.

Zukin S., 1989, Loft living. Culture and capital in urban change, New Brunswick : Rutgers University Press, 232 p.

Haut de page

Notes

1 Pratt (2008 : 113) souligne à ce sujet que le passage dans ce contexte de l'adjectif "culturel" à celui de "créatif" est plus politique que simplement sémantique.

2 Cette carte présente par ailleurs plusieurs repères nominaux relatifs à la suite du texte.

3 Office National de Sécurité Sociale

4 Institut National d’Assurances Sociales pour Travailleurs Indépendants

5 Nomenclature Générale des Activités Économiques

6 Les catégories retenues sont les suivantes : édition de biens culturels / activités cinématographiques et vidéo / activités de radio, TV et agences de presse / commerce de détail de livres, journaux et papeterie / activités artistiques et spectacle vivant / activités de conservation et bibliothèques / activités publicitaires / bureaux d'architectes.

7 Il est très rare de disposer d'informations statistiques sur le lieu de travail des artistes et ainsi de pouvoir distinguer l’atelier ou l’espace de répétition, du domicile. Par défaut, c'est donc ce dernier qui a été employé ici (et qui l'est classiquement) pour délimiter les quartiers d'artistes.

8 Par ailleurs, un tel recensement ne tient pas compte de la capacité des salles et de leur fréquentation, mais uniquement du nombre d'événements programmés.

9 3900 membres de SMart sont cartographiés à leur lieu de résidence. Tous déclarent une activité de création ou d'interprétation dans des domaines artistiques variés, dominés toutefois par le secteur des arts plastiques, des arts du spectacle et par le secteur musical (SMart, 2010 : 16).

10 Plus petite entité spatiale définie par l’Institut National de Statistique pour collecter ses informations. Bruxelles en compte 722.

11 Ce rapport vaut 5,9 ‰ pour l'ensemble de la Région de Bruxelles-Capitale.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Typologie des territoires créatifs
Crédits Réalisation : T. Debroux, ULB, 2010.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2128/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Figure 1 : Carte-repère de l'espace bruxellois
Crédits Sources : Urbis, PRAS, Kesteloot et al. (1998).Réalisation : T. Debroux, ULB, 2010.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2128/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre Tableau 2 : Répartition des emplois des industries créatives à Bruxelles
Crédits Sources : ONSS, INASTI, 2002.Réalisation : T. Debroux, ULB, 2010.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2128/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre Figure 2 : Répartition des infrastructures culturelles à Bruxelles
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2128/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre Figure 3 : Répartition des artistes à Bruxelles
Crédits Sources : Base de données SMartBe, 2008, INS, 2007.Réalisation : T. Debroux, ULB, 2010.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2128/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Titre Figure 4 : Territoires créatifs à Bruxelles : cartographie des scores des deux premières composantes de l'analyse en composantes principales
Légende Note : Les variables liées aux artistes sont indiquées en italique.
Crédits Sources : Base de données SMartBe, 2008 ; AGENDA, 2008-2009. Réalisation : T. Debroux, ULB, 2010.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2128/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 902k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tatiana Debroux, « Les territoires créatifs : quelques notions théoriques et une analyse bruxelloise », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 19-20 | 2013, mis en ligne le 01 mai 2015, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://tem.revues.org/2128 ; DOI : 10.4000/tem.2128

Haut de page

Auteur

Tatiana Debroux

Doctorante
Laboratoire de géographie humaine
Université Libre de Bruxelles – CP 246
Bd du Triomphe, accès 5, bât. S
1050 Bruxelles
Belgique
tdebroux@ulb.ac.be

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page