Navigation – Plan du site
Articles

Les espaces de la création artistique à Paris et Berlin

Entre pôle artistique et centralité urbaine
Spaces of the artistic creation in Paris and Berlin : between specialised node and urban centrality
Camille Boichot
p. 19-39

Résumés

Alors que les activités créatives suscitent un intérêt croissant dans le champ des études urbaines et que le lien entre la ville et la création artistique est avéré, l'approche géographique de la création artistique reste à ce jour peu explorée. Cet article propose une géographie urbaine de l'activité de création à partir d'une analyse originale des lieux de l'art dans deux villes européennes particulièrement dynamiques du point de vue culturel : Paris et Berlin. La concentration de la création dans certains quartiers en voie de gentrification, comme à Montreuil ou à Neukölln, révèle d'importants enjeux socio-économiques et surtout spatiaux liés à la présence des artistes. Les territoires de la création apparaissent comme des espaces sociaux complexes, au-delà du cliché du quartier « bohème ». Les pratiques des artistes contribuent à faire naître, autour de sociabilités et de manières d'habiter singulières, de véritable « centralités de création », renforcées par les représentations performatives du rôle des artistes dans les transformations urbaines.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Esthètes de l'urbain ou pionniers de la gentrification, les artistes sont de plus en plus souvent considérés comme des acteurs cruciaux de la transformation des espaces urbains, parfois malgré eux (Florida, 2002 ; Tremblay et Pilati, 2008 ; Vivant et Charmes, 2007). Peu de travaux s'attachent pourtant à définir la spécificité des espaces de création et des pratiques qui contribuent à les faire émerger. Nous proposons dans cet article de considérer ces espaces de la création artistique comme des centralités urbaines spécialisées résultant autant de contraintes économiques, de stratégies politiques que de modes d'appropriation individuelle des espaces urbains. La première étape du cheminement que nous proposons vers une géographie de la création artistique consiste à mettre en lumière les spatialisations d'une activité parfois difficile à saisir et fréquemment associée aux « activités créatives » par les études urbaines. Nous abordons ici la création artistique en tant que production de formes esthétiques inédites, d'abord dans le système de lieux et d'acteurs de ce qu'Howard Becker (1988) a défini comme les « mondes de l'art ». Notre propos s'attache à caractériser la place de la création par rapport aux différents lieux dédiés à l'art. Ces lieux, comme les acteurs de l'art, sont largement concentrés dans les espaces urbains et plus particulièrement dans les métropoles (Lucchini, 2002 ; Menger, 2009). Les artistes informent la ville des images, des représentations, des œuvres qu'ils produisent tout comme ils s'en nourrissent : en témoignent les revendications labellisatrices d' « école de Leipzig », de « scènes » new-yorkaises ou berlinoises. Ce sont ces interactions entre métropoles et système artistique que nous interrogeons dans un second temps, au prisme de la création artistique et de ses lieux. Nous travaillons sur les exemples de Paris et Berlin, deux des métropoles culturelles européennes les plus importantes (Grésillon, 2002). Notre contribution à l'étude déjà établie des géographies culturelles de ces deux métropoles porte sur l'identification de « centralités de création » marquées autant par les pratiques des artistes eux-mêmes que par les représentations liées à leur présence. Nous nous appuyons plus particulièrement sur une forme de création artistique, la production plastique contemporaine, c'est-à-dire les arts visuels traditionnellement définis en opposition au spectacle vivant. Il ne s'agit pas par là de segmenter des pratiques de création qui ne le sont en réalité que rarement, mais de replacer les lieux de création dans un système spécialisé de production et de diffusion, puis d'interroger, à l'échelle de l'individu, les spatialisations d'une activité qui peut nécessiter des agencements et des espaces de création qui lui sont propres. L'approche multiscalaire que nous proposons s'appuie sur la création d'une base de données quantitative concernant la localisation et la nature des lieux des arts visuels à Paris et à Berlin, données qui nous permettent de saisir la position relative des lieux de création. L’étude s’appuie aussi sur un travail qualitatif d'observation et d'entretiens, mené dans deux quartiers marqués par la création artistique. L'examen des quartiers de Montreuil, dans l'agglomération parisienne et de Neukölln, à Berlin, permet ainsi à plus grande échelle d'interroger les logiques de spatialisation de la création artistique et de mettre en évidence les enjeux liés à la présence des artistes, souvent limitée à un facteur de revalorisation des espaces urbains, sans que soit interrogée leur portée polarisante dans un système de lieux artistiques.

1. Une géographie de la création artistique : enjeux et méthodologie

2Si les activités artistiques sont souvent associées aux activités créatives et retiennent fortement depuis vingt ans l'attention des chercheurs et des politiques, peu de travaux mettent en avant les dynamiques spatiales propres à la création artistique (Volvey, 2003).

1.1. Les enjeux économiques et urbains de la création artistique

  • 1 « The Super creative Core of this new class includes scientists and engineers, university professor (...)

3Géographie économique, géographie des faits culturels, géographie culturelle : les angles d'approche sont nombreux mais les questions se rejoignent souvent et se confondent parfois lorsqu'on aborde les activités artistiques et créatives. L'une des manières les plus courantes et courues d'aborder la répartition et le rôle des activités artistiques dans le développement des villes est en effet de considérer les artistes comme partie intégrante du noyau dur1 de ce que le géographe et économiste américain R. Florida (2002) a défini comme la « Creative Class ». Si le terme de classe est sujet à de vifs débats (Vivant, 2006), ces travaux ont contribué à la banalisation de l'usage du qualificatif « créatives » pour désigner les activités du tertiaire supérieur dévolues à l'invention de technologies, d'idées ou de formes nouvelles. Aborder les activités artistiques comme un élément des activités créatives permet de mettre en évidence les enjeux économiques d'activités de création majoritairement urbaines. Les activités créatives apparaissent d'abord comme un élément indispensable de définition, voire de redéfinition, de la centralité urbaine à différentes échelles en contribuant à la spécialisation et à la hiérarchisation des villes les unes par rapport aux autres, mais aussi au renforcement, voire à l'émergence, de centralités intramétropolitaines (Debroux, 2008 ; Florida, 2002 ; Lucchini, 2003). Le dynamisme de la production culturelle et artistique et l'intensité des échanges dans ce domaine particulier renforcent la puissance de rayonnement des grandes métropoles et peut parfois même, ainsi que l'a montré B. Grésillon (2002) à propos de Berlin, constituer un des éléments majeurs de définition du statut métropolitain.

4L'agglomération des activités créatives en clusters favorise les contacts directs et accroît le potentiel d'innovation. Elle contribue en outre, à l'échelle des métropoles, à une organisation en réseaux des pôles créatifs et donc au développement de structures métropolitaines polycentriques (Scott et Leriche, 2003). La localisation des activités créatives respecte en effet dans une large mesure, quelle que soit l'échelle d'analyse, les centralités urbaines traditionnelles, mais elle révèle également des tendances fortes à la formation de pôles spécialisés dans le reste de l’espace urbain. La perspective économique, qui domine largement les études portant sur les liens entre l’urbain et les activités créatives, ne prend pourtant en compte qu'un aspect de cette relation : celui de la production et de la marchandisation culturelle et créative. Au-delà de la question de la plus-value économique que peuvent générer les activités artistiques et culturelles (Markusen, 2006) et celle qu'elle sous-entend de l'insertion dans les marchés internationaux, certains travaux soulignent la nécessité de prendre en compte les logiques d'acteurs des secteurs artistiques et culturels dans les transformations socio-économiques des espaces urbains.

  • 2 « La notion anglo-saxonne de gentrification apporte un éclairage intéressant sur les dynamiques gén (...)

5L'intérêt particulier porté aux artistes résulte de ce qu'ils sont actuellement considérés comme des acteurs majeurs dans les mutations récentes du capitalisme et comme des archétypes des individus créatifs (Chiapello et Boltanski, 1999 ; Menger, 2002). Les artistes sont en effet fréquemment vus comme les parangons d'une économie de projet basée sur l'inventivité, la flexibilité, la mobilité de ses acteurs, ce que résume bien E. Vivant lorsqu'elle écrit : « Le travailleur créatif tend à ressembler aux représentions actuelles de l'artiste au travail : inventif, mobile, motivé, aux revenus incertains, en concurrence avec ses pairs, et à la trajectoire professionnelle précaire » (Vivant, 2009 : 41). Les artistes sont en ce sens fréquemment considérés comme un indice, si ce n'est un facteur de transformation des espaces urbains. Artistes et créatifs participeraient à la transformation et à la revalorisation des environnements urbains qu'ils pratiquent, comme en témoigne l'exemple du célèbre quartier de SoHo à New-York (Zukin, 1982). Leur présence serait par ailleurs un indicateur de processus de gentrification2 plus ou moins avancé (Clerval, 2008). Ce phénomène s'explique, selon certains auteurs, par le rôle joué par des populations à capital culturel important mais aux ressources économiques limitées dans la transformation socio-spatiale des espaces investis, populations dont font partie les artistes qui investissent des lieux bon marché (Ley, 2003). D'autres auteurs considèrent plutôt l'implantation des activités artistiques et créatives en soulignant les transformations des modes de production et de consommation qui en résultent, en particulier la mise sur le marché de produits culturels progressivement standardisés (Scott, 2000 ; Markusen, 2006). Il s'agit de deux aspects d'un faisceau complexe de facteurs permettant d'appréhender les processus de gentrification dans lesquels les artistes, même s'ils ne sont pas les seuls éléments déclencheurs de ces transformations, peuvent faire parfois figure de pionniers.

  • 3 En mars 2010, le TIP, magazine berlinois, titrait : « Nord-Neukölln : Berlins Lower East Side ».
  • 4 Le terme renvoie à l'expression anglo-saxonne Urban Studies : la ville y est abordée comme un champ (...)

6C'est dans la lignée de ces travaux que nous proposons d'interroger plus largement les spatialisations propres à la création artistique, activité où l'invention de formes esthétiques représente un enjeu majeur. La création artistique témoigne des capacités d'invention et de créativité d'acteurs qui contribuent à la définition et au dynamisme de territoires de la création. La répartition géographique de ces acteurs pourrait en effet mettre en évidence des formes d'appropriation originales des espaces urbains. Le lien à l'urbain de ces « nouveaux territoires de l'art » (Greffe, 2008), à l'instar de friches urbaines réinvesties, comme le Lieu Unique à Nantes ou de « quartiers d'artistes » en devenir (Ambrosino, 2009 ; Traversier, 2009) et largement médiatisés, comme le Nord-Neukölln à Berlin3, est bien établi par la littérature. Il reste cependant beaucoup à comprendre de cette géographie de la création à laquelle nous voulons contribuer. Les géographes s'intéressant à la création artistique se trouvent en effet confrontés à un problème de sources dispersées et hétérogènes (Lucchini, 2003). Se pose ensuite une question de méthode permettant d'envisager la création artistique au croisement des études urbaines4 et d'une géographie du fait culturel (Grésillon, 2008).

1.2. Les arts visuels à Paris et à Berlin : une distinction entre création et diffusion

7Pour mettre en évidence la répartition spatiale des activités artistiques, la plupart des travaux privilégient une entrée par les infrastructures. Celle-ci est particulièrement intéressante lorsqu'elle considère les lieux de l'art et de la culture comme les nœuds de réseaux où lieux de création et lieux de diffusion et de médiation fonctionnent en systèmes multiscalaires (Scott, 2000 ; Grésillon, 2002). Les lieux de création qui nous intéressent, qu'il s'agisse d'ateliers individuels, d'espaces éphémères de la performance ou de friches organisées collectivement, ne fonctionnent en effet pas indépendamment des structures de formation telles que les écoles d'art, des structures de diffusion marchande, telles que les galeries d'art, ou non marchandes, comme les musées. L’approche comparative des métropoles parisienne et berlinoise, qui prolonge les démarches déjà amorcées par des géographes (Duhem, Grésillon et Kohler, 2000), permet d'interroger les régularités et les éléments de contextes présidant à l'organisation d'un secteur qui balance entre les tendances globalisantes liées à la mondialisation et la recherche des particularités locales liée à la valeur accordée à la rareté. Ce point de notre article présente, à partir d'une entrée classique par les infrastructures, la géographie des arts visuels à Paris et à Berlin, entre diffusion et création.

  • 5 Le prix d'achat au mètre carré est à Berlin de 1600 euros en moyenne (Source : Immobilien Bundesver (...)
  • 6 Les arts visuels tels que la peinture, la sculpture mais aussi l'installation et la vidéo se défini (...)

8Á Paris comme à Berlin, les activités artistiques restent largement concentrées dans les zones centrales des agglomérations (Boichot, 2011). Si la superficie de l’agglomération est huit fois plus importante à Berlin qu'à Paris, les prix immobiliers pratiqués à Berlin sont nettement moins élevés : le prix d'achat moyen au mètre carré y est un peu plus de quatre fois inférieur à celui du marché parisien5. Ce facteur est probablement favorable au maintien des activités artistiques dans la zone centrale de Berlin. À une échelle plus fine, les infrastructures artistiques dessinent dans les deux cas des pôles plus ou moins spécialisés qui recoupent fréquemment des centralités urbaines plus traditionnelles telles que les centralités commerciales. C'est le cas notamment des agglomérations de musées ou d'opéras observables à Paris comme à Berlin, dans les centres anciens des métropoles, le long de la Seine à Paris, et sur l'Île aux musées (Museeninsel) ou autour du Kulturforum à Berlin dans le Bezirk de Mitte (figures 1 et 2). Si les concentrations des différents types d'infrastructures culturelles se recoupent dans une large mesure (Grésillon, 2002 ; Lucchini, 2003), il importe de considérer dans leur spécificité les arts plastiques d’une part et les arts vivants, ou arts du spectacle, d’autre part. Les différences des rapports à l'espace, espace de représentation toujours, plus ou moins performatif ou immédiat selon le type de création considéré ainsi que les réseaux d'acteurs mis en jeux diffèrent en effet sensiblement selon les activités artistiques et sont susceptibles de donner lieu à des usages de l'espace singuliers. Nous nous intéressons plus particulièrement à l'exemple des arts visuels6. Cette distinction prend en compte les lieux particuliers de la création plastique de l'atelier à la galerie d'art et les réseaux de diffusion spécialisés propres à ce champ artistique dont l'une des principales caractéristiques est d'être structuré à différentes échelles par un marché des œuvres d'art puissant.

Figure 1 : Limites administratives des Bezirke berlinois

Figure 1 : Limites administratives des Bezirke berlinois

Source : Ville de Berlin [www.berlin.de].

Figure 2 : Les lieux des arts visuels à Berlin

Figure 2 : Les lieux des arts visuels à Berlin

Source : Recensement par C. Boichot

  • 7 Pour une présentation détaillée de la base de données et de la méthode utilisée, voir Boichot C. (à (...)
  • 8 Terme anglais qui désigne des lieux de diffusion gérés par les artistes. Voir Ambrosino (2009).

9L'essai de géographie de la création artistique que nous proposons s'appuie sur l'exploitation d'une base de données originale dans laquelle nous avons recensé les lieux de diffusion, les plus fréquemment étudiés tels que les musées ou les centres d'art (Gilabert, 2004), mais aussi les lieux de formation et les lieux mêlant diffusion et création. Cette base prend en compte l'ensemble des structures parisiennes et berlinoises ainsi que les expositions qu’elles ont respectivement organisées au cours du mois de janvier 20107, ce qui permet de mettre en relation les différents types de lieux en tenant compte de leur échelle de rayonnement et des temporalités dans lesquels ils s'inscrivent. Les agglomérations de lieux peuvent à leur tour être caractérisées par leur échelle de rayonnement, paramètre indispensable quand la renommée internationale assied la puissance et la stabilité de ces pôles, comme par exemple les agglomérations de galeries d'art dans le Marais à Paris ou dans le quartier de Mitte à Berlin, pôles de diffusion artistiques importants dans les deux métropoles (figure 2). L'analyse de ces données permet notamment de distinguer entre des lieux spécifiquement dédiés à la diffusion et des lieux où diffusion et création se mêlent, à l'instar des ateliers-galeries ou des « artists-run-spaces8 ». Elle montre que les lieux des arts visuels sont regroupés à l'échelle intra-urbaine en pôles spécialisés.

Figure 3 : Les lieux des arts visuels à Paris

Figure 3 : Les lieux des arts visuels à Paris

Source : Recensement par C. Boichot

10Une lecture croisée de la répartition des lieux d'arts visuels à Paris et à Berlin (figures 2 et 3) montre bien les différences de localisation entre lieux de création et lieux de diffusion. Si l'ensemble des lieux des arts visuels est, à Berlin, largement concentré dans les quartiers les plus centraux de la ville, la tendance est encore plus accentuée lorsqu'on observe les lieux d'exposition traditionnels que sont les galeries et les musées. La répartition des galeries marchandes autour de deux pôles centraux des quartiers de Mitte et de Charlottenburg correspond respectivement au centre des anciens Berlin-Est et Berlin-Ouest. Héritée de la partition de la ville, la persistance de ces deux pôles après 1989 s'explique par la densité et la relative stabilité des structures commerciales autour de ces deux centres ; mais elle est aussi à relativiser et le développement d'autres pôles se lit aussi à travers la répartition des galeries d'art : un certain nombre de galeries de renommée internationale s'installent en effet depuis quelques années dans le nord de Kreuzberg et le long du Landwehrkanal entre Schöneberg et Charlottenburg, ce qui laisse présager de l'émergence de nouveaux pôles de diffusion. D’autre part, la politique de rénovation et de valorisation des grands musées et lieux d'exposition menée par la Ville de Berlin, à l'instar de la réunion des collections de certains musées comme le Nationales Museum et le Altes National Museum, ou de la gestion commune des collections des musées du Kulturforum, contribue à réduire le nombre de doublons issus de la partition de la ville que soulignait B. Grésillon (2002 : 90) et à rendre cette dernière progressivement moins marquée dans l'organisation géographique des lieux culturels. Alors qu'on observe aussi une coïncidence, dans le cas de Paris, entre des centralités commerciales traditionnelles et les zones de concentration des musées et des galeries d'art contemporain, on observe aussi que la répartition des lieux artistiques peut contribuer à l'émergence de nouvelles centralités commerciales (figure 3). À la fin des années 1990, de jeunes galeries d'art se sont installées autour de la rue Louise Weiss dans le 13ème arrondissement et ont profité de la revalorisation du Quartier de la Gare, dans le cadre de l'opération Paris Rive Gauche, pour s'installer en marge des traditionnels quartiers de galeries d’art.

  • 9 « Selon la vision anglo-saxonne, le tiers secteur, constitué d’organismes sans but lucratif, est vo (...)

11Les lieux d'exposition que nous distinguons par leur appartenance au tiers-secteur9 économique s'inscrivent dans des projets non lucratifs et sont fréquemment mixtes, entre lieu d'exposition et de création. Il peut s'agir de projets associatifs comme la friche de la BrotFabrik, de galeries-ateliers ou d'ateliers ouverts dans le cadre d'une exposition. Ce sont pour certains des lieux Off tels que les définit E. Vivant (2007), difficiles à recenser parce que divers et souvent éphémères. Indicateurs de la création, on les trouve dans certains quartiers très centraux tels Mitte, mais ils investissent également des quartiers péricentraux tels le Nord de Prenzlauer Berg (figure 2, dans le Bezirk de Pankow), Steglitz, le Nord de Neukölln ou Treptow. On observe également ce phénomène à Paris où les lieux associatifs ou mixtes s'étendent au-delà du centre ancien, dans les arrondissements du nord-est, comme autour des bassins de la Villette et vers les communes de proche périphérie comme Montreuil ou Bagnolet (figure 3).

12Ces exemples soulignent la spécificité de la répartition de lieux mêlant production et diffusion artistique qui s'étendent, plus que les lieux consacrés uniquement à la diffusion des œuvres, en périphérie des centres anciens. Ce constat introduit à ce que nous souhaitons définir comme une géographie de la création artistique. Une entrée par les lieux répertoriés n'en offre cependant qu'une vision partielle. Elle ignore, par exemple, les lieux qui ne proposent pas d'exposition ou qui ne sont pas référencés comme des ateliers d'artistes. Nous proposons donc de travailler également à partir des adresses de résidence des artistes en suivant l'hypothèse que fonctions de création et de résidence sont fréquemment confondues par les plasticiens.

2. La création artistique aux marges des centres anciens

13Comme un certain nombre d'activités professionnelles requérant une flexibilité et une autonomie particulièrement grande de la part des individus, l'activité de création mêle fréquemment pratiques professionnelles et pratiques résidentielles (Gravereau, 2008 ; Menger, 2002). Les difficultés économiques rencontrées par les artistes, notamment au début de leur carrière, rendent, qui plus est, cette imbrication souvent nécessaire. Les limites floues entre espaces résidentiels et espaces professionnels nous ont amené à croiser des données relatives aux lieux d'activité des artistes et d’autres relatives à leurs lieux de résidence, plus rarement utilisées dans les études concernant les activités créatives. L'investigation de différentes sources de données, officielles ou spécialisées, disponibles à différentes échelles, nous a permis de retracer une géographie de la création qui tienne compte de la diversité des activités et des acteurs, mais aussi des contraintes de saisie de chaque type d'information. Cette géographie montre que le nombre et la proportion d'artistes dans certains quartiers péricentraux parisiens et berlinois dessinent de véritables « centralités de création », en marge et au contact d'autres pôles artistiques.

2.1. Á Paris : une diffusion des artistes du centre ancien vers le nord-est de l'agglomération

  • 10 Association professionnelle des créateurs et des diffuseurs d'œuvres plastiques en France, la Maiso (...)
  • 11 Les artistes visuels déclarés à la Maison des Artistes sont répartis en 12 catégories : graphistes, (...)

14Les données relatives aux lieux de résidence des artistes déclarés en 2008, auxquelles nous avons pu avoir accès par la Maison des Artistes10, confirment une très forte concentration des artistes dans Paris-intra-muros où vivent 58 % des artistes visuels déclarés en Île-de-France en 2008, dont plus de la moitié, selon cette fois S. Gravereau (2008 : 43), résiderait en 2006 dans le nord est de Paris. Le reste des artistes déclarés à la MDA est ventilé dans les départements de la petite couronne parisienne : Hauts-de-Seine (11 % du total), Seine-Saint-Denis (8 %) et Val-de-Marne (8 %). La répartition des artistes selon le type d'activité11 corrobore ces tendances générales sans que se dégagent de logiques de spécialisation particulières. Les graphistes, qui sont les plus nombreux, représentent ainsi dans chacun des départements d'Île-de-France près de 40 % des artistes déclarés. Les peintres représentent environ un tiers des effectifs totaux et les illustrateurs en moyenne 8 %. Ces proportions sont vraies dans toute l'Île-de-France et montrent une forte sur-représentation des activités graphiques par rapport aux autres types d'arts visuels. Paris domine très largement le paysage de la création artistique et la concentration des artistes dans Paris intra-muros semble bien renforcer la domination du centre de l'agglomération parisienne sur sa périphérie. La présence de groupes de population dont les artistes font partie dans les arrondissements du nord-est parisien et dans les communes limitrophes telles que Montreuil ou Bagnolet invite toutefois à nuancer ce constat.

Figure 4 : Les Professions de l'Information des Arts et du Spectacle à Paris (PIAS) et en petite couronne

Figure 4 : Les Professions de l'Information des Arts et du Spectacle à Paris (PIAS) et en petite couronne

Source : Données RGP 1999, réalisation : Camille Boichot 2010.

  • 12 Sources : Association les Ateliers d'Artistes de Belleville, Mairie de Montreuil et centre National (...)

15La catégorie des Professions de l'Information, des Arts et du Spectacle (PIAS) du Recensement Général de la Population (RGP) permet d'approcher au plus près les créateurs auxquels on s'intéresse et constitue un indicateur intéressant des logiques résidentielles d'actifs des secteurs artistiques et culturels. Très hétérogène toutefois en terme d'emplois et de salaires (Clerval, 2008 : 208), cette catégorie ne recouvre que partiellement notre objet d'étude et est, en ce sens, à manier avec précaution, en la confrontant à la localisation des lieux de création recensés, comme les ateliers d'artistes. Les lieux de résidences des actifs des PIAS (figure 4) correspondent dans une certaine mesure à la concentration des lieux artistiques et des activités créatives dans le centre de la métropole parisienne. Ils occupent cependant davantage les arrondissements de la rive droite, et plus particulièrement les quartiers du nord est parisien qui correspondent, ainsi que l'a montré A. Clerval (2008 : 210), aux quartiers qui, en 1999, sont en voie de gentrification. En bordure des arrondissements du nord-est et du sud parisien, certaines communes telles que Montrouge, Montreuil ou Bagnolet comptent également des îlots où la présence relative des PIAS est plus forte qu'ailleurs. Cette localisation d'une partie des PIAS dans des arrondissements et des communes limitrophes de Paris du nord-est et du sud de l'agglomération pourrait correspondre, si l'on suit les schémas évoqués auparavant, à une diffusion progressive des processus de gentrification. Les artistes, qui disposent d'un capital culturel important mais d'un capital économique moindre parmi l'ensemble des professionnels des PIAS joueraient dans ce sens un rôle de pionniers. La correspondance entre les localisations résidentielles des PIAS et des concentrations d'ateliers d'artistes dans certains arrondissements et communes de l'agglomération parisienne comme Belleville ou Montreuil, où l'on a recensé respectivement 152 et 192 lieux12, valide l'hypothèse d'une concordance au moins partielle des lieux de résidence et des lieux de création et accuse la concentration des activités de création dans le nord-est parisien. Les concentrations d'ateliers et d'actifs des PIAS, c'est-à-dire l'association de lieux de résidence de populations qui ont pu être définies comme créatives (Florida, 2002) et de structures de création artistique, nous semble le fondement même de la définition de pôles de création aux marges orientales du centre ancien. Ce schème de répartition de la création artistique en périphérie directe des centres anciens se retrouve également à Berlin, malgré une organisation centre-périphérie moins accusée que dans le cas parisien.

2.2. Á Berlin : un ou des centres ?

  • 13 Fédération des artistes plasticiens et caisse d'assurance maladie principale des artistes déclarés. (...)

16La répartition des artistes berlinois témoigne des mêmes logiques d'agglomération qu'à Paris. Les artistes déclarés à la Berufsverband für Bildende Künstler (BBK)13 se regroupent en effet, quelle que soit l'activité artistique pratiquée, dans les Bezirke ou arrondissements centraux et péricentraux de l'agglomération berlinoise et, plus précisément, dans certains quartiers de ces arrondissements (figure 5). Cette tendance générale observée tant pour les arts du spectacle que pour la musique, la création littéraire ou les arts visuels permet de souligner l'appartenance du groupe qui nous intéresse particulièrement à un ensemble de professions artistiques et culturelles, à l'instar de ce que l'on a pu montrer par le biais des localisations résidentielles des PIAS dans l'agglomération parisienne. On observe ainsi à Berlin une forte tendance à la localisation des artistes, dans leur ensemble, d'une part autour des anciens centres de l'est et de l'ouest de la ville, et d'autre part en très proche périphérie du quartier central de Mitte où est concentrée, on l'a vu, la majeure partie des infrastructures culturelles et artistiques.

  • 14 Source : Statistisches Landesamt Berlin, 2008.

17Les concentrations d'artistes dans les quartiers de l'ancien Berlin Ouest tels que Steglitz ou Charlottenburg sont cependant moins importantes que celles que l'on peut observer autour de Mitte. La persistance, même amoindrie, d'une séparation entre les anciens centres de l'est et de l'ouest peut s'expliquer du fait qu'un certain nombre d'artistes déclarés à la BBK ont connu la division de la ville et ont continué à vivre dans la partie de la ville où ils résidaient. La moindre importance numéraire des artistes des anciens quartiers de l'ouest témoigne par ailleurs de la domination des quartiers de Mitte et Prenzlauer Berg dans les secteurs artistiques et culturels. Prenzlauer Berg, et plus généralement l'arrondissement de Pankow dont il fait partie, compte par ailleurs les plus importantes proportions d'actifs du secteur culturel (7 % du total des actifs14), à l'instar de Mitte (5 %) et de Friedrichshain-Kreuzberg (8 %). Cette correspondance entre les lieux de résidence des artistes et une concentration importante d'actifs du secteur culturel peut témoigner, si l'on suit l'hypothèse d'un certain nombre de travaux concernant les pratiques spatiales des individus dit créatifs, d'un établissement relativement plus ancien des artistes dans ces secteurs de l'ancien Berlin Est, qui ont été suivis d'autres professionnels du spectacle, de la culture et des médias (Lange, 2007). L'installation des artistes résidant actuellement dans ces quartiers date effectivement pour partie de la fin des années 1980 et du début des années 1990 (Grésillon, 2002). Lieux de contestation avant la chute du mur, ils ont été investis dès le début de la réunification par une population de jeunes et d'artistes qui profitaient à la fois de l'émulation artistique propre à cette période et d'une disponibilité immobilière propice à l'installation. De nombreux logements vides ont en effet pu être squattés, surtout à l'est, puis acquis à moindre coût dans le flou des changements juridiques. Dans les années 1990, certains de ces squatts sont devenus emblématiques de l'association des mouvements artistiques et contestataires, comme le Tacheles à Mitte ou Köpi à Kreuzberg.

Figure 5 : Répartition géographique des artistes berlinois (Lieu de résidence déclaré en 2008 - code postal)

Figure 5 : Répartition géographique des artistes berlinois (Lieu de résidence déclaré en 2008 - code postal)

Source : Berufsverband Berliner Künstler, conception-réalisation : C. Boichot 2009.

  • 15 Source : Statistisches Landesamt Berlin, 2008.

18Á l'échelle du Land de Berlin, les données du registre des entreprises et actifs déclarés du secteur de la culture15 disponibles à l'échelle des arrondissements (ou Bezirke) mettent également en évidence une concentration des actifs de la création littéraire et artistique dans les arrondissements centraux, à l'instar d'autres activités dites créatives (figure 6). Les arrondissements de Friedrichshain-Kreuzberg, de Mitte et de Pankow comptent les proportions les plus élevées d'actifs du secteur culturel, toutes spécialités confondues. Ce qui correspond à la localisation de véritables clusters d'entreprises de médias, de productions graphiques et musicales autour de la Spree notamment, dans le cas de Friedrichshain-Kreuzberg et dans les quartiers du nord de Mitte et de Prenzlauer Berg (Kraetke, 2002 ; Lange, 2007). C'est également dans ces arrondissements que l'on trouve, relativement à l'ensemble de la population active, les proportions les plus importantes d'actifs et d'entreprises de la création littéraire et plastique. L'importance de ceux qui sont désignés comme « créateurs », et qui représentent la majorité des actifs et entreprises de la culture (57 %) en 2008, correspond tant à un nombre effectivement important d'individus et de sociétés déclarées dans cette branche qu'à la forme même de l'organisation de cette branche d'activité où les acteurs sont, plus fréquemment que dans les arts du spectacles par exemple, de petites structures, voire des entreprises individuelles.

19Si on s'intéresse précisément aux activités de création, les Bezirke de Neukölln, de Steglitz-Zehlendorf et de Pankow montrent des proportions significatives d'individus et de structures déclarés. Ce qui est peu surprenant dans le cas de Pankow, qui comprend le quartier de Prenzlauer Berg, est par contre plus remarquable dans les cas de Steglitz-Zehlendorf et de Neukölln. Ces deux Bezirke concentrent en effet, plus que les autres, les activités de création à proprement parler. Celles-ci ne sont pourtant pas réparties de façon homogène dans l'ensemble de l'arrondissement mais concernent les quartiers les plus proches du centre de l'agglomération, le nord de Steglitz et, plus nettement encore, le nord de Neukölln, ce qui correspond également à la localisation des lieux de résidence des artistes. Comme dans le cas parisien, recouper les données relatives aux infrastructures de création et aux lieux de résidence des artistes permet de mettre en évidence des pôles spécialisés dans la création artistique, des logiques d'agglomération différentes de celle des activités créatives dans leur ensemble.

Figure 6 : Actifs déclarés dans le secteur de la création artistique en 2008 à Berlin

Figure 6 : Actifs déclarés dans le secteur de la création artistique en 2008 à Berlin

Source : Statistisches Landesamt Berlin.

20La proportion importante d'artistes, ou de groupes de population dans lesquels ils s'inscrivent, dans certaines zones des métropoles parisienne et berlinoise tend ainsi à dessiner des pôles spécialisés dans les activités de création artistique situés à proximité directe des centres anciens, et donc à proximité des structures de diffusion. Ces observations contribuent à définir de véritables centralités de création dans la mesure où lieux de diffusion artistique et présence des artistes contribuent à une attractivité artistique particulière de ces espaces, où, relativement à d'autres types d'activités dites créatives, la création est particulièrement importante (Boichot, 2011).

21Résultat de la recherche d'économies d'agglomération pour des artistes partageant des espaces et des réseaux de travail, jeux des contraintes immobilières, les concentrations de « créateurs » dans la ville impliquent des enjeux territoriaux particuliers tant en terme de définition ou de redéfinition des modes d'appropriation de l'espace urbain par les artistes eux-mêmes, qu'en terme d'instrumentalisation de leur présence, comme nous le montrons dans la dernière partie de cet article à partir de l'exemple de Montreuil pour le cas parisien et de Neukölln pour le cas berlinois. Ces deux « communes-quartiers » illustrent de façon emblématique des centralités de création aux enjeux territoriaux complexes. Toutes deux situées en périphérie directe des centres anciens, leur rôle de pôle de création invite à reconsidérer ou, pourquoi pas, à inverser les lectures centre-périphérie habituelles.

3. Les centralités de création : espaces porteurs d'enjeux de valorisation sociale

  • 16 Pour Howard Becker (1974, 1988), la création artistique s'organise autour de « structures d‘actions (...)

22Le travail d'enquête mené à Montreuil et à Neukölln permet de saisir la spécificité de centralités artistiques où les pratiques spatiales des artistes peuvent donner lieu à des territorialités et des sociabilités particulières. Nous montrons, qu'au-delà d'un rôle dans la revalorisation immobilière des quartiers (Clerval, 2008), les artistes, en mêlant intimement pratiques professionnelles et pratiques résidentielles, concourent à la définition d'espaces sociaux de création qui contribuent à la fois à leur identification professionnelle et sociale et à la valorisation de centralités de création reconnues comme telles par des publics familiers de pratiques culturelles associées aux « mondes de l'art »16 (Becker, 1988).

3.1. Des espaces de création définis par les pratiques individuelles

  • 17 Entretien réalisé auprès de la direction de la MAP, le 4 mars 2010. La Mission aux Arts plastiques (...)

23Le nombre d'artistes installés à Montreuil et à Neukölln ne cesse de croître, comme en témoignent les quelques 40 nouvelles inscriptions par an, en moyenne depuis 10 ans, à la Mission aux Arts Plastiques (MAP) de la Mairie de Montreuil17 ou la croissance, à Neukölln, du nombre de participants aux festivals locaux Nacht und Nebel ou 48 Stunden Neukölln :

  • 18 « Im Vergleich zu 2008, es gab dieses Jahr mehr als 50 neue Teilnehmer, und das ist bei 48Stunden n (...)

24« Plus de 50 nouveaux ateliers ont cette année, en comparaison à 2008, participé au festival Nacht und Nebel. Et c'est encore davantage dans le cas de 48 H Neukölln. Beaucoup d'artistes viennent actuellement s'installer à Neukölln. Les loyers sont bas et les réseaux multiples. C'est un gros avantage pour eux. »
Entretien réalisé le 8 février 2010 auprès de la directrice de la Mission Culturelle de la Mairie de Neukölln. Traduction de C. Boichot.18

25Deux facteurs majeurs expliquent cet engouement des artistes pour les quartiers de Montreuil et de Neukölln dans lesquels ils s'installent.

  • 19 Sources : Mietspiegel 2009, Senatsverwaltung für Stadtentwicklung, Chambre des Notaires de Paris, 2 (...)

26Le premier, et sans conteste le plus important aux yeux des artistes et des responsables locaux interrogés, reste le niveau relativement bas des prix de l'immobilier dans ces deux communes, au regard du reste de l'agglomération. Les loyers sont en effet, à qualité de logement comparable, en moyenne 10 % moins élevés dans le nord de Neukölln que dans le quartier de Mitte, différentiel qui atteint quasiment 25 % entre Montreuil dans son ensemble et le 19ème arrondissement de Paris qui le jouxte19. Cette rente différentielle du prix immobilier, à l'origine de l'appel d'air créé par ce que Neil Smith (1966) a identifié comme le rent gap, est l'un des facteurs déclenchant des phénomènes complexes de gentrification observés dans de nombreux centres urbains anciens, réalité qu’on retrouve tant à Montreuil, notamment dans le Bas-Montreuil (Collet, 2008) qu'à Neukölln, et surtout dans le nord du quartier. Cette réalité n'est toutefois pas directement présente dans le discours des artistes interrogés, qui revendiquent davantage un important besoin d'espace. Dans une profession où la disponibilité en espace compte autant pour la réalisation des oeuvres, les prix immobiliers jouent en effet un rôle prédominant dans le choix de la localisation professionnelle. La possibilité de disposer d'un espace suffisant réservé à la création artistique a ainsi, pour tous les artistes interrogés, déterminé l'emplacement actuel de leur atelier. Cette possibilité d'installation a surtout joué dans le cas montreuillois à partir de la fin des années 1980 où la suppression de nombreux emplois industriels a eu pour effet de libérer une partie du parc immobilier de petites et moyennes industries que comptait la commune. Les caractéristiques de ce type de bâti, peu coûteux en l'état, peu cloisonné et haut de plafond ont rendu possible l'acquisition et la réhabilitation d'un certain nombre de ces petites usines en ateliers ou en lofts comme dans le cas de l'usine Paul Signac transformée en ateliers d'artistes à la fin des années 1990. Si les prix immobiliers restent en moyenne moins élevés à Montreuil que dans Paris intra-muros, le marché immobilier y est aujourd'hui bien plus saturé et la manne immobilière qu'a pu représenter Montreuil, surtout les quartiers de la commune les plus proches de Paris comme le Bas-Montreuil, ne suffit plus à elle seule à expliquer l'installation actuelle des artistes dans ces quartiers.

  • 20 Sources : Monitoring soziale Stadtentwicklung, 2009.
  • 21 Acronyme de Young Urban Professionnal utilisé en Allemagne, proche de l'expression « bourgeois bohè (...)

27Á Neukölln, les prix de l'immobilier expliquent à l'heure actuelle l'attrait croissant du quartier et il semblerait que les artistes participent d'un mouvement plus général d'arrivée de populations jeunes et au niveau de formation supérieur à la moyenne du quartier, dans une logique de diffusion en « tâche d'huile » depuis le quartier de Kreuzberg vers le nord de Neukölln, appelé de fait « Kreuzkölln » par les habitants. La hausse des loyers dans le nord du quartier (de 2 à 4 %) ainsi que la rapidité de rotation des populations résidentes, visible au travers des taux élevés de migration résidentielle (33 à 40 % du total des habitants en 2008)20, témoignent de l'attractivité croissante et des changements rapides à l'œuvre dans cette partie du quartier, qui correspond également, comme on l'a montré, au lieu de résidence d'un certain nombre de plasticiens berlinois. La présence des artistes pourrait signaler l'un des fronts les plus récents des processus de gentrification berlinois, même si ceux-ci sont, dans le Nord-Neukölln, moins avancés que dans d'autres quartiers comme Prenzlauer Berg ou Friedrichshain (Haeussermann, Holm et Zunder, 2002). Davantage qu'un outil d'analyse scientifique, le terme « gentrification » (« Gentrifiezierung » en allemand) est d'ailleurs en Allemagne, et à Berlin plus particulièrement, très largement repris et diffusé dans la société civile, et fait l'objet de revendications locales contre l'arrivée de « yuppies »21 ou contre la hausse des loyers, comme en témoignent les graffitis systématiquement effacés et réécrits sur les murs de certains cafés ou immeubles. La stigmatisation en tant que vecteurs de l'embourgeoisement du quartier dont peuvent faire l'objet les nouveaux arrivants, et parmi eux les artistes, est ainsi lisible sur les murs de Neukölln (figure 7).

Figure 7 : Bar  de Neukölln : graffitis contre les nouveaux habitants du quartier

Figure 7 : Bar  de Neukölln : graffitis contre les nouveaux habitants du quartier

Cliché : C. Boichot, 2010.

28Montreuil, comme le nord de Neukölln, constitue ou a constitué ce que l'on pourrait appeler des niches immobilières appréciées des artistes. Les coûts immobiliers n'expliquent pourtant pas à eux-seuls l’attractivité de ces quartiers, et les discours des artistes laissent à voir l'importance accordée aux relations de coprésence dans un même espace.

  • 22 « Ich habe fast gleich in Neukölln gewohnt. Ich bin da eingekommen, weil nur da könnte ich mich ein (...)

29« J'ai habité presque tout de suite à Neukölln -arrivée à Berlin en 2006- j'y suis arrivée parce que c'était le seul endroit où je pouvais disposer d'assez d'espace pour un logement et un atelier. En fait, dans l'immeuble, il n'y a presque que des artistes, des peintres, une céramiste. On ne travaille pas vraiment ensemble mais c'est agréable de vivre avec des gens qui travaillent de la même façon. Artistiquement, je travaille surtout avec des amis proches, mais c'est important pour moi cet environnement, ces relations un peu plus lâches que l'on a avec des voisins. J'aime bien dire bonjour aux artistes de l'atelier en bas, au propriétaire de la galerie, un peu plus loin ».
Entretien réalisé le 6 avril 2010 auprès d'une artiste du réseau KünstlerNetzwerk Neukölln22. Traduction de C. Boichot.

30Les avantages économiques et sociaux offerts par la proximité géographique contribuent dans un second temps à expliquer non seulement la concentration, mais aussi la polarisation de populations d'artistes observables dans certains quartiers comme Montreuil et Neukölln. La recherche d'économies d'agglomération joue tout d'abord à plein dans le cas de l'installation de populations d’artistes qui peuvent, en se regroupant, partager le coût d'infrastructures spécialisées, associations telles que la Maison Populaire à Montreuil, ou lieux d'exposition gérés à moindre coût par les artistes eux-mêmes, comme la Kunstapotheke à Neukölln. Cette recherche d'économies d'agglomération explique par ailleurs la concentration des lieux de consommation et de sociabilités banals tels que boutiques et cafés dont les artistes, entre autres, peuvent être les consommateurs.

31La présence d'autres artistes est ensuite perçue de façon positive et semble jouer un rôle important dans la qualité de l'environnement local. Cette tendance au regroupement observable chez les artistes renvoie à des phénomènes de regroupement entre pairs partageant des pratiques et un habitus communs bien connus de la sociologie urbaine (Donzelot, 2004 ; Pinçon et Pinçon-Charlot, 2004). Elle rejoint les études récentes concernant la sociabilité des « gentrifieurs », valorisant certaines formes de convivialité liées à l'esprit « village » des quartiers populaires qu'ils investissent (Baudin et Dupuy, 2001 ; Charmes, 2005). Les relations de voisinage sont ainsi fréquemment valorisées par les artistes interrogés. L'esprit « village » n'est cependant cité, ou tout du moins sous-tendu, que dans les discours des artistes montreuillois interrogés, comme en témoigne cet exemple :

32« C'est ça qui est agréable aussi ici : on est tout près de Paris, vous avez vu, le métro Croix-de-Chavaux est vraiment à côté, mais il y un côté village qu'il n'y a pas à Paris. Maintenant j'habite à côté d'un petit marché très sympa, et puis il y a des cafés. Les cafés, c'est important. Ce n'est pas seulement pour boire de l'alcool comme ils croyaient où j'habitais avant (à Pantin). C'est surtout pour se rencontrer, pour discuter. On peut même jouer, tiens, dans celui-là. »
Entretien réalisé le 20 novembre 2009 auprès d'une artiste de Montreuil

  • 23 Office Public de l'Habitat à Loyer Modéré.

33Cette référence au village, « Dorf » en allemand, est moins présente dans le cas de Neukölln, ce qui peut s'expliquer par une différence dans l'histoire des deux quartiers, où Neukölln n'a été que plus récemment réinvesti par des classes sociales moins populaires que celles qui traditionnellement habitent le quartier : immigrés et ouvriers. Dans les deux cas, la valorisation de sociabilités pouvant témoigner de ce qu'Éric Charmes (2005) désigne comme un « retour à la rue » ne doit pas faire oublier l'éviction d'autres habitants dont elle peut être en partie la cause (Oberti et Préteceille, 2004). L'observation des interactions dans les rues de Montreuil ou de Neukölln met certes en évidence un mélange culturel palpable, mais mélange ne signifie pas mixité. Certains des artistes interrogés, surtout les néo-arrivants, sont conscients, bien qu'ayant fréquemment de faibles ressources, du renforcement des contrastes socio-économiques qu'ils peuvent contribuer à engendrer et cherchent à s'engager localement dans des actions de médiation et de création sollicitant la participation des habitants du quartier. C'est le cas des deux fondatrices du réseau international d'artistes Neukölln-Import qui ont participé à la revalorisation d'une des rues de Neukölln actuellement les plus connues, la Boddinstrasse, en ouvrant leur atelier, en y organisant des activités pour les voisins. C’est le cas aussi d'artistes installés dans les ateliers-logements flambant neufs du quartier du Bel-Air mis en place par l'OPHLM23 de Montreuil en 2007 qui organisent des journées d'activités spécifiques destinées aux enfants du quartier auxquels des évènements comme les Portes Ouvertes d'Ateliers ne sont pas destinés, mais qui requièrent une médiation adaptée. Ces formes d'engagement local ne sont pas rares mais ne concernent pas la majorité des artistes interrogés, qui insistent davantage sur la possibilité d'exercer leur activité dans les conditions économiques et sociales les plus confortables possibles, compte-tenu de ressources économiques souvent faibles.

34La ressource que peut constituer l'ancrage local de réseaux artistiques constitue ainsi fréquemment un autre facteur d'attraction. La proximité joue en effet un rôle particulièrement important dans le cas des activités créatives en général, et de la création artistique en particulier, dans la mesure où, dans le cas d'activités de création, l'invention de nouvelles formes ou pratiques, autrement dit l'innovation, constitue un enjeu de développement majeur et est largement tributaire des échanges et des observations permis par la coprésence (Camagni et Maillat, 2006). La proximité facilite dans ce cas l'accès et l'insertion dans des réseaux spécialisés implantés localement mais qui s'étendent parfois à l'échelle internationale, comme le réseau Neukölln-Import mettant en lien des artistes internationaux ou comme le réseau artistique franco-latino-américain évoqué par l'un des artistes interrogé à Montreuil.

35Les bénéfices tirés de l'interconnaissance sont toutefois évoqués différemment à Montreuil et à Neukölln. Le tropisme neuköllnois, et berlinois en général, dans le domaine de la création artistique (Grésillon, 2002) ne s'accompagne pas, en effet, des puissants relais que constituent les réseaux de diffusion d'envergure internationale qui existent à Paris. L'insertion dans des réseaux locaux constitue ainsi à Berlin, plus souvent qu'à Paris, un enjeu de diffusion des œuvres. Les artistes interrogés à Montreuil évoquent eux presque systématiquement l'accès à des réseaux parisiens qui peuvent offrir des opportunités de diffusion à l'échelle internationale. L'attrait de Montreuil réside de ce fait autant dans les qualités résidentielles de l'environnement de création que dans la proximité parisienne où existent ces puissants réseaux de diffusion.

36Au croisement des facteurs économiques et des avantages multiples de la coprésence, c'est enfin à l'échelle micro-géographique des pratiques résidentielles, et au-delà de la simple dimension résidentielle, de l'habiter des artistes dans les quartiers qu'ils investissent, que se joue la spécificité des centralités de création et l'entretien de leur attractivité au-delà d'effets conjoncturels. La notion d'habiter permet de prendre en compte l'ensemble des pratiques spatiales des individus qui contribuent à produire et à définir l'ensemble des lieux qu'ils s'approprient (Giroud, 2007 ; Lefebvre, 1973/2000 ; Stock, 2006). La possibilité de développer des modes mixtes d'appropriation des espaces, à la fois professionnels et résidentiels, dans ce qui a pu être défini comme l'archétype du mode de vie artiste, le loft-living (Zukin, 1982), contribue fortement à la définition, dans ces quartiers en particulier, de ce que l'on pourrait appeler un « habiter-artiste ». Si quelques-uns des artistes interrogés ne vivent pas dans le même lieu que celui où ils exercent leur activité, la plupart revendique l'association du lieu de travail et du lieu de résidence comme un choix de mode de vie permettant une grande flexibilité.

37« J'aime habiter là où je travaille. C'est évidemment parce que l'espace ici est très grand, c'était une ancienne usine. Et puis il correspond aussi à mon esthétique de vie. J'ai pu l'aménager comme je le souhaitais. Mais ça me permet aussi une flexibilité et une disponibilité que je n'aurais pas autrement. »
Entretien réalisé le 19 janvier 2010 auprès d'un artiste de Montreuil.

38Le mode d'habiter est ainsi souvent présenté comme une composante d'un mode de vie artiste auquel s'identifient fortement les individus. Ce mode de vie passe, comme l'a montré la sociologie de l'art, par l'adoption de certaines normes comme la flexibilité, la recherche esthétique ou un travail organisé en temporalités de projet, normes permettant la reconnaissance sociale en tant qu'artiste (Heinich, 2004 ; Menger, 2002). Cette reconnaissance passe aussi par une matérialisation de la présence des artistes dans l'espace urbain, dont les ateliers sont signalés voire ouverts au public, au moins le temps d'évènements tels que les Portes Ouvertes de Montreuil. Phénomène apparu à Berlin dans les années 1970, l'existence à Berlin de « Produzentengalerien », galeries-ateliers et bien souvent galerie-logement-atelier, crée une interface entre espace privé et espace public qui accentue encore la visibilité des artistes dans le quartier (Dabrowska, 2008). L'organisation d'évènements artistiques autoproduits (exposition, performance, etc) y est fréquente et souvent rendue visible au passant par l'animation qu'elle entraîne dans la rue, même si les évènements que l'on a pu observer restaient fréquentés par un public plutôt homogène de jeunes gens artistes ou affichant leur goût pour l'art. Cette observation renvoie au risque d'une possible ségrégation des espaces, même si nous n'employons ce terme qu'avec de grandes précautions. Lorsque les modes de vie des artistes correspondent également à des pratiques socialement exclusives, ils peuvent en effet à la fois contribuer à rendre les quartiers qu'ils investissent plus attractifs pour des classes sociales plus aisées mais aussi renforcer des tendances à la polarisation sociale que l'on observe dans des quartiers en voie de transformation (Charmes, 2005 ; Hamnett, 1995). Au croisement des sphères privées et publiques, le mode de vie des artistes se traduit spatialement par un mode d'habiter particulier et ainsi contribue ainsi à définir des territorialisations propres à la création artistique qui marque l'espace urbain et participe à son évolution.

39La concentration des artistes dans certains quartiers de Montreuil et de Neukölln s'explique par des conditions sociales et spatiales favorables à l'exercice d'une activité de création. Conditions intrinsèques de l'existence de centralités de création telles qu'on a pu les mettre en évidence, celles-ci existent et se définissent également à travers les représentations et les usages extérieurs qu'elles contribuent à produire.

3.2. Les centralités de création : de la valorisation symbolique à l'instrumentalisation politique

40La présence artistique, et plus spécifiquement la présence d'activités de création artistique, est souvent mise en avant comme un élément de la spécificité des espaces urbains, et par là comme un élément de définition de l'image de ces derniers (Ley, 2003). La multiplication des événements artistiques et certaines politiques incitatives mises en place à Montreuil comme à Neukölln dépassent, selon nous, les enjeux patrimoniaux ou touristiques pour contribuer à la définition des centralités artistiques, non seulement en encourageant leur développement mais surtout en contribuant à véhiculer des représentations spatiales qui valident leur existence aux yeux de l'observateur extérieur aux milieux artistiques.

41Les efforts des deux communes, tout d'abord en termes d'encouragement et de médiation de la présence artistique, témoignent de l'importance accordée à cette dernière dans la revalorisation des espaces urbains. L'investissement, par des activités de création artistique, des dents creuses laissées par la disparition d’activités productives ou commerciales résulte pour partie d'initiatives individuelles mais est aussi favorisée par des politiques municipales qui encouragent l'installation des artistes. Les politiques étatiques des années 1980, relayées par les politiques municipales dans les années 1990, ont ainsi permis l'implantation à Montreuil d'une centaine d'ateliers, actuellement gérés par différents bailleurs sociaux. L'objectif était, au moment de la mise en place de ces politiques, de contribuer au développement du dynamisme culturel municipal par une politique volontariste d'incitation à l'implantation d'artistes à un moment où la ville subissait par ailleurs une destruction massive d'emplois industriels. Si la Mairie ne gère actuellement plus directement les ateliers subventionnés, la Mission aux Arts Plastiques assure un rôle de médiateur et de mise en visibilité des artistes présents dans la commune en organisant les Ateliers Ouverts de Montreuil et en éditant un annuaire des plasticiens. Elle contribue par là à la création et à la diffusion d'un discours autour de l'identité créatrice de Montreuil :

42« De façon un peu identitaire, on est une ville où si on est artiste, d'Île-de-France et qu'on cherche un endroit où on peut trouver des compères, faire un type de travail, on va regarder à Montreuil en premier. Certainement de façon privilégiée. Il y a d'autres endroits mais voilà. »
Extrait de l'entretien réalisé auprès de la direction de la MAP, le 4 mars 2010.

43L'existence à Neukölln de la Zwischennutzung Agentur (qui se traduit littéralement par : Agence pour un Usage « Entre-Deux ») est peut être encore plus symptomatique de l'utilisation de la création artistique comme moyen de réappropriation d'espaces ou de locaux vides. Mise en place en 2005 dans un contexte de lutte contre la dégradation des espaces urbains en friche, elle met en relation d’une part les propriétaires ou les gérants des locaux et espaces vides et d’autre part les utilisateurs potentiels avant que ces locaux ne soient détruits, rénovés ou vendus. Les artistes constituent un public privilégié de l'association qui offre des possibilités d'installation compatibles au développement de projets artistiques sur une durée délimitée. Cet exemple s'inscrit dans une volonté d'utilisation plus générale de l'art et de la culture comme instrument de valorisation d'un quartier dont l'image est avant tout marquée par les problèmes sociaux liés au chômage et à l'immigration (Brammer, 2008), comme en témoignent ces propos recueillis à la Mairie de Neukölln :

  • 24 « Neukölln hat nämlich viele oekonomische sowie soziale Probleme. Aber wenn solche Events wie 48Stu (...)

44« Neukölln a évidemment d'importants problèmes économiques et sociaux. Mais lorsqu'on organise des évènements comme 48Stunden Neukölln et que des milliers de personnes qui n'habitent pas ici découvrent le dynamisme de la scène artistique, ils repartent probablement avec une autre image du quartier. »24
Entretien réalisé le 8 février 2010 auprès de la direction de la Mission Culturelle de la Mairie de Neukölln. Traduction de C. Boichot.

45La présence artistique, qui engendre le développement d'une image de pôle de création attractif, constitue enfin un enjeu de valorisation symbolique stratégique à l'heure où le marketing urbain instaure une véritable guerre de l'image. Les manifestations culturelles telles que les 48 Heures de Neukölln ou les Ateliers ouverts de Montreuil attirent en effet un public extérieur et génèrent des pratiques touristiques dans les espaces de création. Ce type d'évènements invite par là à des usages et des regards sur l'espace urbain, modifiés par le temps de l'évènement et de l'extra-quotidien propre au festival (Di Méo, 2005 : 16). À travers cette mise en visibilité et en spectacle des espaces de la création, ceux-ci acquièrent une légitimité extérieure qui contribue à leur définition et à leur influence. Ils participent également à une redéfinition des espaces publics dont la dimension festive, liée à la multiplication d'événements et notamment d'événements culturels prend une importance croissante (Fleury, 2007 ; Gravari-Barbas et Jacquot, 2007). Les enjeux territoriaux liés à la présence des artistes dépassent ainsi largement la seule définition de modes originaux d'appropriation de l'espace. C'est aussi dans l'élaboration et la diffusion de discours qui instrumentalise cette présence, dans l'objectif d'une revalorisation des lieux ou de l'image d'un quartier que se définit le rôle des espaces de création, dans une dialectique constante entre leurs liens aux autres espaces de l'art et aux contextes urbains spécifiques dans lesquels ils s'inscrivent. Il nous semble ainsi nécessaire de prendre en compte non seulement la localisation des activités mais aussi les interactions sociales dont elles résultent et qu'elles produisent pour comprendre les enjeux de transformations urbaines complexes liés aux centralités de création.

Conclusion

46Cet article a tenté d'explorer la place de la création artistique dans l'espace urbain et les enjeux territoriaux soulevés par le développement de ce type d'activités créatives. Nous poursuivons en ce sens les réflexions menées sur le champ des études concernant la créativité pour les élargir à un questionnement plus vaste autour de l'acte créateur et de son rapport intime à l'urbain (Grésillon, 2008 ; Menger, 2009).

47A partir d'un travail de recensement original, nous avons d'abord proposé une géographie de la création artistique dans deux métropoles européennes, Paris et Berlin. Essai méthodologique, cette première étape met en évidence la difficulté de saisie d'une activité qui, si elle marque fortement les espaces dans lesquels elle s'inscrit, ne s'affiche pas toujours comme telle, que l'on pense aux artistes non déclarés ou aux ateliers-résidence. En croisant une entrée par la résidence à une autre plus traditionnelle par les infrastructures de création, nous montrons que la création artistique se concentre dans des pôles spécialisés, proches des centres anciens et des réseaux de diffusion artistique mais qui s'en distinguent et que nous définissons comme des centralités de création.

48Centralités spécialisées certes, mais urbaines avant tout, ces pôles de création résultent, comme le montre l'enquête menée à Montreuil et à Neukölln, autant des pratiques spatiales d'artistes qui donnent lieu à des sociabilités et à des modes d'habiter singuliers qu'aux interactions nées entre créateurs, publics, décideurs et habitants. Les territoires de la création se définissent ainsi, entre pratiques et représentations spatiales des artistes et celles liées à leur présence, comme des espaces sociaux produits, en perpétuel mouvement.

49Une géographie de la création artistique comme nous la proposons peut à notre sens non seulement contribuer à une géographie du fait culturel telle qu'elle se développe en France et ailleurs, mais surtout toucher de près aux mécanismes intriqués d'évolutions et d'inventions des manières de produire l'espace et les formes. Au géographe de questionner et de dépasser les mythes du créateur, pour en faire son portrait en travailleur certes (Menger, 2002), en producteur et acteur d'un espace social certainement.

Haut de page

Bibliographie

Ambrosino C., 2009, Créateurs de ville. Genèse et transformation d’un quartier artistique de Londres, Thèse de doctorat de l'Institut d'Urbanisme de Grenoble, 379 p.

Baudin G., Dupuy S., 2001, Le village ambigu. Des voisins de la ville, Les annales de la recherche urbaine, n° 90, pp. 77-83.

Becker H. S., 1974, Art As Collective Action, American Sociological Review, 39 (6), pp. 767 - 776.

Becker H. S., 1988, Mondes de l’art, Paris : Flammarion, 379 p.

Boichot C., 2011, Centralités artistiques et recomposition des espaces urbains : les enjeux d’une géographie de l'art à Paris et à Berlin, Mondes du tourisme, Hors série, septembre, pp. 350–361.

Brammer M., 2008, Zwischennutzung in Berlin Neukölln, Standort, vol. 32-2, Berlin : Springer, pp. 71-77.

Camagni R., Maillat D. (Dir.), 2006, Milieux innovateurs : théorie et politiques, Paris : Économica, 502 p.

Charmes É., 2005, Le retour à la rue comme support de la gentrification, Espaces et sociétés, n° 122 (4), pp. 115-135.

Chiapello E., Boltanski L., 1999, Le nouvel esprit du capitalisme, Paris : Gallimard, 843 p.

Clerval A., 2008, La gentrification à Paris intra-muros : dynamiques spatiales, rapports sociaux et politiques publiques, Thèse de doctorat de l'Université Paris 1, 602 p.

Collet A., 2008, Les « gentrifieurs » du Bas Montreuil : vie résidentielle et vie professionnelle, Espaces et sociétés, n° 132-133 (1), pp. 125-141.

Debroux T., 2008, La hiérarchisation des villes sur base de critères artistiques : le cas des agglomérations urbaines en Belgique, Actes du 76éme congrès de l’ACFAS : « Arts et territoires : vers une nouvelle économie culturelle ? », Québec, 6-7 mai, 28 p. [http://chairefernanddumont.ucs.inrs.ca/Mai2008/Arts.html]

Dabrowska I., 2008, Strategien künstlerischer “Selbstvermarktung“. Uber den Ursprung der Produzentengalerie, in C. Becker, C. Klonk, F. Schäfer et F. Solte (Eds.), Metropolitan views. Kunstszenen in Berlin und London, München : Deutscher Kunstverlag, pp. 119-133.

Di Meo G., 2005, Le renouvellement des fêtes et des festivals. Ses implications géographiques, Les annales de géographie, n° 643, pp. 227-243.

Donzelot J., 2004, La ville à trois vitesses : relégation, périurbanisation, gentrification, Esprit, n° 303, 30 p.

Duhem G., Grésillon B., Kohler D., 2000, Paris-Berlin, Paris : Anthropos, 263 p.

Fleury A., 2007, L’espace public dans les politiques métropolitaines. Réflexion au croisement de trois expériences : de Paris aux quartiers centraux de Berlin et Istanbul, Thèse de doctorat de l'Université Paris 1, 685 p.

Florida R., 2002, The Rise of the Creative Class : And How It's Transforming Work, Leisure, Community and Everyday Life , New-York : Basic Books, 464 p.

Gilabert T., 2004, Géographie de l'art contemporain, Thèse de Doctorat de l'Université de Nantes, 533 p.

Giroud M. 2007, Résister en habitant. Renouvellement urbain et continuités populaires en centre ancien (Berria St-Bruno à Grenoble et Alcantâra à Lisbonne), Thèse de doctorat de l'Université de Poitiers, 527 p.

Gravereau S., 2008, Artistes de Belleville : entre mondes de l'art et territoires urbains, Thèse de doctorat de l'EHESS, 474 p.

Gravari-Barbas M., Jacquot S., 2007, L’événement, outil de légitimation de projets urbains : l'instrumentalisation des espaces et des temporalités événementiels à Lille et Gênes, Géocarrefour, vol. 82(3), pp. 155-163.

Greffe X., 2008, Artistes et marchés, Paris : La Documentation Française, 304 p.

Grésillon B., 2002, Berlin, métropole culturelle, Paris : Belin, Coll. Mappemonde, 352 p.

Grésillon B. 2008, Ville et création artistique : pour une autre géographie culturelle, Les Annales de Géographie, pp. 179-198.

Haeussermann H., Holm A., Zunzer D. (Hrg), 2002, Stadterneuerung in der Berliner Republik. Modernisierung in Berlin Prenzlauer Berg., Opladen : Leske und Budrich, 244 p.

Hamnett C., 1995, Les changements socio-économiques à Londres. Croissance des catégories tertiaires qualifiées ou polarisation ?, Sociétés contemporaines, 22 (1), pp. 15-32.

Heinich N., 2004, La sociologie de l’art, Paris : La Découverte, 123 p.

Kraetke S., 2002, Medienstadt. Urbane Clusters und globale Zentren der Kulturproduktion, Opladen : Leske&Budrich, 276 p.

Lange B., 2007, Die Räume der Kreativszenen. Culturepreneurs und ihre Orte in Berlin, Bielefeld : Transcript, 332 p.

Lefebvre H., 1973 (réed. 2000), La production de l'espace, Paris : Anthropos, 485 p.

Ley David, 2003, Artists, aestheticisation and the field of gentrification, Urban Studies, vol. 12, pp. 2527-2544.

Lucchini F., 2003, La culture au service des villes, Paris : Anthropos, 264 p.

Markusen A. 2006, Urban development and the politics of a Creative Class : evidences from a study of artists, Environnment and Planning A , n° 38, pp. 1921-1940.

Menger P. M., 2002, Portrait de l'artiste en travailleur. Métamorphoses du capitalisme, Paris : Seuil, 96 p.

Menger P. M., 2009, Le travail créateur : s'accomplir dans l'incertain, Paris : Gallimard/Seuil/éditions de l'EHESS, Coll. Hautes Études, 670 p.

Oberti M., Préteceille E., 2004, Les classes moyennes et la ségrégation urbaine, Éducation et sociétés, n° 14(2), pp. 135-153.

Pincon M., Pincon-Charlot M., 2004, Sociologie de Paris, Paris : La Découverte, 117 p.

Scott A.J., 2000, The Cultural Economy of Cities : Essays on the Geography of Image-Producing Industries, Londres : Sage, 256 p.

Scott A. J., Leriche F., 2005, Les ressorts géographiques de l'économie culturelle : du local au mondial, L'espace Géographique, Paris : Belin, pp. 207-222.

Smith N., 1966, The new urban frontier : gentrification and the revanchist city , London : Routledge, 262 p.

Stock M., 2006, L’hypothèse de l’habiter poly-topique : pratiquer les lieux géographiques dans les sociétés à individus mobiles, EspacesTemps.net, Textuel, 26.02.2006, 16 p.

Traversier M., 2009, Le quartier artistique, un objet pour l’histoire urbaine, Histoire urbaine, n° 26-3, pp. 5-20.

Tremblay D.-G., Pilati T., 2008, Les centres d’artistes autogérés et leur rôle dans l’attraction de la classe créative, Géographie, économie, société, n° 10 (4), pp. 429-449.

Vivant E., 2006, La classe créative existe-t-elle ?, Les annales de la recherche urbaine, n° 101, pp. 155-161.

Vivant E., 2007, Sécurisation, pacification, animation. L'instrumentalisation des scènes culturelles off dans les politiques urbaines (Enquête), Terrains et travaux, n° 13, Cachan : ENS Cachan, pp. 169-188.

Vivant E., 2009, Qu’est-ce que la ville créative ?, Paris : Presses universitaires de France, 92 p.

Vivant E., Charmes E., 2008, La gentrification et ses pionniers. Le rôle des artistes off en question, Métropoles, n° 3, pp. 29-6.

Volvey A., 2003, Art et spatialités d’après l’oeuvre d’art in situ outdoors de Christo et Jeanne-Claude - Objet textile, objet d’art et oeuvre d’art dans l’action artistique et l’expérience esthétique, Thèse de Doctorat de Géographie, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Zukin S, 1982, Loft living. Culture and capital in urban change, New Brunswick : Rutger's University Press, 212 p.

Haut de page

Notes

1 « The Super creative Core of this new class includes scientists and engineers, university professors, poets and novelists, artists, entertainers [..] » (Florida, 2002 : 69).

2 « La notion anglo-saxonne de gentrification apporte un éclairage intéressant sur les dynamiques générales d'embourgeoisement. Elle en désigne une forme particulière, qui concerne la transformation des quartiers populaires anciens et centraux à travers l'amélioration du bâti pour et par des classes moyennes et supérieures. » (Clerval, 2008 : 11)

3 En mars 2010, le TIP, magazine berlinois, titrait : « Nord-Neukölln : Berlins Lower East Side ».

4 Le terme renvoie à l'expression anglo-saxonne Urban Studies : la ville y est abordée comme un champ d'études sans se limiter à l'une ou l'autre perspective disciplinaire.

5 Le prix d'achat au mètre carré est à Berlin de 1600 euros en moyenne (Source : Immobilien Bundesverband IVD, Focus avril 2010) contre 7030 euros à Paris (Source : Chambre des notaires de Paris 2010).

6 Les arts visuels tels que la peinture, la sculpture mais aussi l'installation et la vidéo se définissent par rapport aux arts scéniques. Il est intéressant de distinguer entre ces deux grands types de création artistique dans la mesure où, si les concentrations géographiques observées se recoupent, ces deux types d’art ont des dynamiques de territorialisation spécifiques.

7 Pour une présentation détaillée de la base de données et de la méthode utilisée, voir Boichot C. (à paraître) : « Centralités artistiques et recompositions des espaces urbains : les enjeux d'une géographie de l'art à Paris et à Berlin ». Actes de colloque Les rendez-vous Champlain.

8 Terme anglais qui désigne des lieux de diffusion gérés par les artistes. Voir Ambrosino (2009).

9 « Selon la vision anglo-saxonne, le tiers secteur, constitué d’organismes sans but lucratif, est voué à pallier les défaillances de l’État et du marché. » (Azam, 2003, Les « nouvelles théories économiques » : 156).

10 Association professionnelle des créateurs et des diffuseurs d'œuvres plastiques en France, la Maison des Artistes fonctionne également comme une caisse d'assurance maladie spécialisée pour les artistes, sur la base de l'auto-déclaration.

11 Les artistes visuels déclarés à la Maison des Artistes sont répartis en 12 catégories : graphistes, céramistes, dessinateurs, dessinateurs textile, graveurs, illustrateurs, peintres, plasticiens, sculpteurs, tapissiers et vitraillistes.

12 Sources : Association les Ateliers d'Artistes de Belleville, Mairie de Montreuil et centre National des Arts Plastiques (CNAP) 2010.

13 Fédération des artistes plasticiens et caisse d'assurance maladie principale des artistes déclarés. Le système d'assurance maladie allemand diffère du système français et est organisé autour de plusieurs caisses spécialisées et privées, conventionnées ou non, entre lesquelles il est possible de choisir.

14 Source : Statistisches Landesamt Berlin, 2008.

15 Source : Statistisches Landesamt Berlin, 2008.

16 Pour Howard Becker (1974, 1988), la création artistique s'organise autour de « structures d‘actions collectives » et est caractérisée par une division du travail propre à chaque type de création, des musiciens de jazz aux peintres, ce qui engendrent différents « mondes de l'art ».

17 Entretien réalisé auprès de la direction de la MAP, le 4 mars 2010. La Mission aux Arts plastiques recense et met en lien les artistes montreuillois. L'inscription s'y fait sur la base du volontariat, mais comme le fait remarquer J. Toussaint, responsable de la section « Arts plastiques » : « les nouveaux arrivants viennent volontiers, le bouche à oreille fonctionne assez bien, ils savent que la mission existe donc ils viennent s'inscrire ».

18 « Im Vergleich zu 2008, es gab dieses Jahr mehr als 50 neue Teilnehmer, und das ist bei 48Stunden noch viel mehr. Viele Künstler ziehen jetzt neu nach Neukölln ein. Die Miete sind einfach niedrig und die Netzwerke vielfältig. Das ist einen grossen Vorteil für Sie. », Kulturamt Neukölln, 8 février 2010.

19 Sources : Mietspiegel 2009, Senatsverwaltung für Stadtentwicklung, Chambre des Notaires de Paris, 2010.

20 Sources : Monitoring soziale Stadtentwicklung, 2009.

21 Acronyme de Young Urban Professionnal utilisé en Allemagne, proche de l'expression « bourgeois bohème » en France.

22 « Ich habe fast gleich in Neukölln gewohnt. Ich bin da eingekommen, weil nur da könnte ich mich eine Wohnung leisten, wo ich genug Platz für mein Atelier auch hatte. Danach habe ich mitgekriegt, dass fast nur Künstler im Haus wohnten : Mahler, eine Keramikerin... Das heisst nicht, dass wir zusammen arbeiten, aber mir gefällt's, mit Leute die eine ähnliche Tätigkeit wie ich schaffen zu leben. In meine künstleriche Arbeit, arbeite ich fast nur mit Freunden, aber dieses Umfeld ist mir trotzdem sehr wichtig, diese weiche Beziehungen, die man hat mit Nachbarn. Man kennt sich. Ich grüsse die Leute vom Atelier, da unten, die Leute von der Galerie weiter in der Strasse. »

23 Office Public de l'Habitat à Loyer Modéré.

24 « Neukölln hat nämlich viele oekonomische sowie soziale Probleme. Aber wenn solche Events wie 48Stunden Neukölln organisiert werden, und tausend Besucher, die nicht in Neukölln wohnen die vielfähigket der Szene hier sich angucken, dann kommen die bestimmt mit einem anderen Eindruck Neuköllns zurück. »

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Limites administratives des Bezirke berlinois
Crédits Source : Ville de Berlin [www.berlin.de].
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2122/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Figure 2 : Les lieux des arts visuels à Berlin
Crédits Source : Recensement par C. Boichot
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2122/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre Figure 3 : Les lieux des arts visuels à Paris
Crédits Source : Recensement par C. Boichot
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2122/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre Figure 4 : Les Professions de l'Information des Arts et du Spectacle à Paris (PIAS) et en petite couronne
Crédits Source : Données RGP 1999, réalisation : Camille Boichot 2010.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2122/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Titre Figure 5 : Répartition géographique des artistes berlinois (Lieu de résidence déclaré en 2008 - code postal)
Crédits Source : Berufsverband Berliner Künstler, conception-réalisation : C. Boichot 2009.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2122/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 776k
Titre Figure 6 : Actifs déclarés dans le secteur de la création artistique en 2008 à Berlin
Crédits Source : Statistisches Landesamt Berlin.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2122/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Titre Figure 7 : Bar  de Neukölln : graffitis contre les nouveaux habitants du quartier
Crédits Cliché : C. Boichot, 2010.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2122/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 263k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Camille Boichot, « Les espaces de la création artistique à Paris et Berlin », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 19-20 | 2013, mis en ligne le 01 mai 2015, consulté le 30 avril 2017. URL : http://tem.revues.org/2122 ; DOI : 10.4000/tem.2122

Haut de page

Auteur

Camille Boichot

Doctorante en géographie
UMR Géographie-Cités
13, rue du four
75006 Paris
camille.boichot@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page