Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Frédéric Lasserre et Luc Descroix : Eaux et territoires, tensions, coopérations et géopolitiques de l’eau

3ème édition, Canada/Québec, Presses de l’Université du Québec, 2011, 490 pages
Helga-Jane Scarwell
Référence(s) :

Frédéric Lasserre et Luc Descroix, Eaux et territoires, tensions, coopérations et géopolitiques de l’eau , 3ème édition, Canada/Québec, Presses de l’Université du Québec, 2011, 490 pages

Texte intégral

1« Eaux et territoires. Tensions, coopération et géopolitique de l’eau » est un ouvrage collectif publié par les Presses de l’Université du Québec dans la collection « Géographie contemporaine », 3ème édition.

2L’ouvrage couvre la question de l’eau en 478 pages, divisées en deux parties précédées d’une longue introduction de 13 pages (bibliographie comprise). La subdivision du livre en deux parties comprend 6 chapitres pour la première et 11 pour la seconde.

3L’introduction ressemble à un chapitre introductif de mise au point sur le contenu de l’ouvrage en insistant sur la disponibilité, les difficultés d’accès et la crise de l’eau (guerres de l’eau au XXIe siècle, seuils et foyers de tension). La problématique est clairement délimitée : « la question de l’eau longtemps ignorée » (p. 5) et « l’émergence d’une thèse millénariste : la crise de l’eau » (p. 7), enfin, « la multiplication des foyers de tensions”. L’introduction s’achève par une prise de position des auteurs (p. 12). Ils concluent notamment, contrairement à d’autres, que « la crise actuelle […] est bien plus une crise de la répartition, de la distribution de cette eau, qu’une question de rareté réelle ».

4La première partie du livre traite des enjeux de l’eau dans le monde. Un premier chapitre relativement long interroge la question : « les guerres de l’eau : mythe ou réalité future ? » à l’aide de nombreux tableaux chiffrés (20, 21, 24, 25, 29, 30, 31, 56, 57, 59).

5Les auteurs nous expliquent d’abord en quoi une ressource naturelle rare peut devenir « un facteur réel de tension, voire de conflit ». Mais, nous disent-ils, il faut distinguer les situations où l’eau est un outil militaire de celles où l’eau est une cible de conflits. Puis, ils nous rappellent que l’eau peut aussi être source de coopération.

6Dans un deuxième chapitre, les auteurs développent le concept selon lequel la rareté de l’eau relèverait avant tout de « questions d’ordre intérieur ». Le propos est original car il introduit la distinction entre rareté objective (exprimée en volume disponible par habitant) et rareté vécue (liée à l’usage de l’eau). Ils en déduisent qu’il y a la ressource elle-même (ressource de premier ordre) et la ressource sociale (ressource de deuxième ordre ou « capacité d’adaptation sociale »). Face à la rareté, des solutions existent (ils suggèrent plusieurs possibilités de réduction de la consommation domestique de l’eau) comme une entente ou une coopération internationale en vue de réguler les conflits. Ceci étant, ils insistent sur les changements d’habitudes et les engagements des pouvoirs publics qui les sous-tendent pour y parvenir.

7Dans un court chapitre 3, les auteurs abordent la question de la juridicité du droit international pour régler la coopération mais aussi les litiges. Ils concluent à l’espoir qu’il fait naître, tout en soulignant la faible juridicité de ce droit.

8Les trois autres chapitres rappellent les pistes pour une meilleure gestion des ressources en eau : l’irrigation et ses problèmes, l’aménagement de l’espace en fonction de l’hydrologie d’un territoire et, enfin, la gestion intégrée des ressources en eau par bassin.

9La seconde partie du livre (chapitres 7 à 17) couvre entièrement des études de cas qui analysent la question de l’eau dans son contexte régional à travers onze situations différentes réparties sur l’ensemble du globe : études de cas sur le Proche-Orient, l’Afrique de l’Est et du Nord-Est (chapitres 7 à 10), l’Asie Centrale et la mer d’Aral (chapitre 11), la Chine du Nord (chapitre 12), l’Australie (chapitre 13), l’Amérique (chapitre 14), le Nord et le Sud (chapitre 15 ), le nord du Mexique (chapitre 16 ) et, enfin, la vallée du Sénégal (chapitre 1 7).

10On perçoit dans cette seconde partie l’ambition de l’ouvrage exprimée dans le titre : la géopolitique de l’eau dans le monde. A cet égard, l’ouvrage apportera une aide précieuse aux enseignants et étudiants.

11Cependant, et sans mésestimer la grande valeur des textes proposés et la réflexion conduite dans cet ouvrage, on regrettera quelques maladresses, à commencer par le début du titre, « Eaux et territoires », qui semble surfer sur une thématique à la mode et ne correspond pas exactement au contenu de l’ouvrage. Le sous-titre correspond quant à lui davantage aux propos des auteurs. Comme signalé plus haut, la structure même de l’ouvrage, composée de deux parties (17 chapitres) dont 11 concernent les études de cas, est clairement déséquilibrée. Enfin, on regrettera l’absence de lien entre les différents chapitres qui rend parfois artificiel le passage d’une étude de cas à une autre.

12Ces observations n’enlèvent cependant rien à la très bonne qualité du travail accompli.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Helga-Jane Scarwell, « Frédéric Lasserre et Luc Descroix : Eaux et territoires, tensions, coopérations et géopolitiques de l’eau », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 17-18 | 2013, mis en ligne le 06 avril 2017, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://tem.revues.org/2105

Haut de page

Auteur

Helga-Jane Scarwell

Université Lille1 Sciences et Technologies

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page