Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Oliver Walser, Laurent Thévoz, Florent Joerin, Martin Schuler, Stéphane Joost, Bernard Debarbieux et Hy Dao : Les SIG au service du développement territorial

Suisse/Lausanne, Presses Polytechniques et Universitaires Romandes, 2011, 318 pages
Guillaume Schmitt
Référence(s) :

Oliver Walser, Laurent Thévoz, Florent Joerin, Martin Schuler, Stephane Joost, Bernard Debarbieux et Hy Dao, Les SIG au service du développement territorial, Suisse/Lausanne, Presses Polytechniques et Universitaires Romandes, 2011, 318 pages

Texte intégral

1Les 318 pages proposées par Olivier Walser, Laurent Thévoz, Florent Joerin, Martin Schuler, Stéphane Joost, Bernard Debarbieux et Hy Dao réunissent une vingtaine de communications, condensées entre 8 et 21 pages, qui ont été effectuées durant le séminaire d’enseignement de 3ème cycle éponyme du titre de l’ouvrage entre avril et juin 2010. Depuis 1981, il s’agit du douzième séminaire organisé par la Communauté d’Études pour l’Aménagement du Territoire (CEAT) composée d’institutions politiques et d’universités suisses.

2L’assemblage de ces communications sous la forme d’un ouvrage est notamment assuré par la problématique suivante : « Comment les SIG (Système d’Information Géographique) et l’analyse spatiale contribuent-ils à la prise de décision en faveur du développement territorial souhaité ? » (p. 17 et 313). Celle-ci est développée dans deux textes encadrant par un habile jeu de miroir la pluralité des thèmes abordés par la trentaine d’auteurs. Nous avons la réponse à l’une des questions essentielles de l’ouvrage dès l’introduction de Florent Joerin et Olivier Walser. Pourquoi représenter l’une des icônes des années 1980 – le Rubik’s Cube - en couverture ? Simplement, pour refléter les dimensions technique, analytique et décisionnelle de la problématique illustrées par l’ordonnancement parfait ou au contraire le mélange d’une photographie aérienne (représentant les SIG), d’une cartographie thématique (les méthodes spécifiques) et d’une foule bigarrée (les acteurs). Les implications sont certes relatives à l’approche conceptuelle du territoire, elles sont tout autant organisationnelles. En effet, avant de laisser la place à une seconde partie dédiée à des études de cas dans le champ du développement territorial, la première partie de l’ouvrage reprend peu ou prou ce triptyque et décrit plusieurs manières de « mettre en ordre » (p. 18) l’information géographique, son analyse, sa diffusion et sa réception auprès de différents acteurs. Dans sa synthèse de clôture, Laurent Thévoz revient sur la problématique de l’ouvrage en insistant sur l’absence de linéarité (de l’analyse « objective » à l’action publique) et l’évidente interactivité dans les processus de décision territoriale aux rationalités effectives mais où démarche de projet, éléments techniques et références mobilisées s’entremêlent constamment.

3À la lecture des textes rédigés par des chercheurs et enseignants-chercheurs du Canada, de France, d’Italie et de Suisse en aménagement, cartographie, développement régional, géographie, science géomatique, science politique et urbanisme, trois points semblent, depuis quelques années, particulièrement saillants dans les relations entre SIG et décision territoriale. Le premier regroupe ce que Grégoire Feyt nomme la « gouvernance informationnelle » et s’entend tout d’abord comme l’acculturation réciproque des « techniciens » et « thématiciens » du territoire et surtout comme les démarches de coopération entre « institutions productrices de données », « l’interdisciplinarité » ou « le partage d’informations » (p. 150). La massification des usages (et parfois sans s’en rendre compte allant jusqu’à la production de données) est le deuxième élément marquant depuis la généralisation des globes-virtuels (Google Earth en 2004-2005), des portails cartographiques ou des applications sur Smartphones (texte de Jens Ingensand). Enfin, les néologismes sont légions avec les emplois récents de l’outil SIG recensés par Stéphane Roche (SIG contributifs, participatifs…), ainsi qu’avec des termes attenants tels que Géoweb 2.0, WikiSIG, géocaching, mashup…

4Dans la seconde partie de l’ouvrage, une première étude de cas relative à la cartographie du bruit lié à la route dans Paris illustre bien ces propos. L’auteur (Philippe Zittoun) démontre par une approche plus proche des sciences politiques que de la géomatique comment la carte, qui est ici une simulation et non une réduction de la réalité, est un instrument, d’une part de « légitimation des actions » publiques (p. 207) et d’autre part rend « incontournable l’existence du problème » (p. 218). Une seconde étude de cas (Isabelle Kiener), reflète les préoccupations du moment de nombreux gestionnaires de l’espace et présente des méthodes d’estimation « des stocks » de terrains à bâtir en Suisse, autrement dit de flux potentiels entre différents types d’utilisation du sol (à ce sujet voir également le texte de Joël Chételat). Il est ici question de mobiliser les SIG et l’analyse spatiale pour réinterroger des décisions publiques antérieures au regard de l’(ir)rationalité de la planification urbaine (ajustement de l’offre et de la demande, seuils de densité…).

5Au fil des contributions l’intérêt d’une édition couleur apparaît évident au regard de la richesse des illustrations, bien que celles-ci ne soient pas toujours suffisamment lisibles (p. 52 et p. 231 par exemple). Plusieurs scories et références bibliographiques manquantes (p. 50, 73, 84, 87, 120…) jalonnent les textes, ce qui ponctuellement rend la lecture moins aisée, mais ne remet nullement en cause l’intérêt général de l’ouvrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Schmitt, « Oliver Walser, Laurent Thévoz, Florent Joerin, Martin Schuler, Stéphane Joost, Bernard Debarbieux et Hy Dao : Les SIG au service du développement territorial », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 17-18 | 2013, mis en ligne le 06 avril 2017, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://tem.revues.org/2093

Haut de page

Auteur

Guillaume Schmitt

Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page