Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Marie-Claire Robic, Jean-Louis Tissier, Philippe Pinchemel : Deux siècles de géographie française. Une anthologie, Paris

Éditions du CTHS, 2011, 559 pages
Patrick Picouet
Référence(s) :

Marie-Claire Robic, Jean-Louis Tissier, Philippe Pinchemel, Deux siècles de géographie française. Une anthologie, Paris, Éditions du CTHS, 2011, 559 pages

Texte intégral

1Comme l’affirment les auteurs dès l’introduction, ce volume exprime le mouvement de la géographie, et cela lors des deux derniers siècles.

2Le lecteur peut le saisir immédiatement par la chronologie proposée, certes classique dans les grandes époques évoquées même si le renouvellement des années 1970 est décalé vers les années 1980, avec, toutefois, une longue présentation des trente dernières années qui complètent logiquement la première édition du même ouvrage. On retrouve donc un ensemble d’auteurs d’avant 1890, époque durant laquelle la géographie est encore celle des connaissances humaines associées aux voyages de découverte, tel celui de V. Guérin, véritable travail de terrain d’un géographe, mais aussi celle des premières encyclopédies contemporaines (Malte-Brun et E. Reclus). Les ingénieurs peu connus (J. Reynaud, L. Lalanne) se mêlent aux enseignants parfois très célèbres comme Levasseur, grand artisan avec Vidal de la réforme de l’enseignement de la géographie dans les années 1860-1870. La place de J. Verne dans ces huit repérages ne surprendra pas le lecteur tant son œuvre a contribué à enrichir l’imaginaire géographique des enfants pendant des générations.

3La période de 1890 à 1926 s’inscrit complètement dans l’ombre de Vidal dont le texte sur la régionalisation propose des réflexions remarquables quant à l’évolution de sa pensée, parfois orientée par des préoccupations pédagogiques (textes des années 1890), en 1910-1911, beaucoup plus influencée par des demandes politiques (A. Briand). Parmi ses élèves, on lira avec intérêt les plus brillants comme J. Bruhnes, le géophotographe ou ceux controversés mais reconnus aujourd’hui tel C. Vallaux. Les extraits de l’introduction puis de la conclusion de la thèse de Demangeon soulignent l’évolution de sa pensée entre le déterminisme du début et l’évocation de la profonde et étroite « coopération de l’élément naturel et de l’élément humain » de la fin. L. Febvre y a toute sa place par sa vision critique de la géographie humaine et ses remarques rejoignant celles d’Albert Demangeon à propos des relations entre les sociétés humaines et la nature. Emmanuel de Martonne, auteur du premier traité de géographie physique, fait partie de ces grandes figures de la géographie vidalienne dont l’influence s’étend sur le XXe siècle, en particulier grâce à son rôle d’expert dans le tracé des nouvelles frontières issues de la 1ère Guerre Mondiale.

4La période de la « géographie établie » ou a-t-on pu dire de la géographie classique, est évoquée par un double mouvement, celui des auteurs plus nombreux et de leurs textes plus courts qui rythment les pages et la lecture de l’ouvrage, et celui de la diversification des perspectives géographiques, souvent en lien avec d’autres sciences, l’ethnologie ou l’économie. L’extrait du Guide de l’étudiant publié par A. Cholley est bien sûr fondamental tout comme les réflexions de M. Sorre à propos de l’évolution de la géographie ; les travaux des vidaliens (Gallois, Demangeon, Sion, etc.) expriment l’importance de la pensée de Vidal durant cette période ; la géographie s’épanouit dans une spécialité qui s’affirme, la géographie rurale (Roger Dion), une autre qui se développe, la géographie urbaine (texte de Chabot et les « zones d’influence d’une ville ») ; la géographie tropicale apparaît à travers son fondateur, P. Gourou. Le lecteur pourra lire avec grand intérêt l’extrait de J. Gottmann au titre évocateur des renouvellements futurs « De l’organisation de l’espace » ou encore le texte d’E. Dardel, auteur longtemps oublié.

5La période de 1960 à 1983 marque les profonds renouvellements de la géographie accompagnés de débats comme celui opposant M. Le Lannou à C. Grataloup et J. Lévy, débat épistémologique à propos de la géographie, science de synthèse à la fois humaine et physique. De nouvelles revues apparaissent telles « Hérodote » dont le premier éditorial évoque le projet d’une géographie alternative et combattante, « l’Espace géographique », revue qui souhaite développer des réflexions méthodologiques et épistémologiques, carence importante des traditions géographiques. Le lecteur trouvera des textes fondateurs tel celui de G. Bertrand renouvelant la géographie physique à partir du concept de géosystème ou encore celui de R. Brunet évoquant les apports essentiels de F. Auriac dans son étude du vignoble languedocien. Le renouveau de la géographie est associé à l’utilisation de l’informatique (D. Pumain, T. Saint-Julien, M. Vigouroux) et au développement des logiciels de traitement des données. Mais l’homme s’affirme aussi au cœur des préoccupations géographiques dans le texte d’A. Frémont et la présentation de l’espace vécu.

6« Lettres et lieux », titre de la cinquième partie de cette anthologie, nous embarque avec J-L. Tissier sur les grands chemins de la littérature et de la géographie. M. Serres, J. Gracq et G. Perec, auteurs qui expriment leur relation au monde et nous montrent à quel point la géographie actuelle peut entrer en résonance avec les représentations et les images. J-F. Staszak le démontre quand il étudie le parcours, les peintures et les représentations de Gauguin en Polynésie.

7Les trente dernières années soulignent l’accélération du mouvement par la multiplication des textes et des auteurs, autant de pistes, de richesses nouvelles dans la géographie « contemporaine ». Le foisonnement des extraits permettra au lecteur d’aborder de nombreuses orientations nouvelles. Chacun peut y trouver sa « nourriture » géographique : bien sûr des textes consacrés à des concepts fondamentaux de la nouvelle géographie tel l’espace (P.Pinchemel, J. Lévy, M. Lussault) puis le territoire et la territorialité (J. Bonnemaison, B. Debarbieux), la place de la nature (A. Berque, N. Mathieu), les expressions du renouvellement de la discipline, par exemple, ses nouvelles définitions et son vocabulaire (R. Brunet) ou les nouveaux champs telle la géographie culturelle (P. Claval), la géopolitique des régions françaises (B. Giblin), la géographie du vin (J-R. Pitte), la présentation d’ une nouvelle approche du monde (le système-monde d’O. Dollfus), le rôle de nouveaux outils, l’image satellitale (F. Verger) et récemment Internet (D. Pumain), les jeux vidéo (H. Ter Minassian, S. Rufat). La géographie post-moderne n’est pas oubliée avec des perspectives consacrées à la géographie des homosexualités (M. Blidon) ou aux « femmes invisibles » (D. Zeneidi).

8En plus des extraits choisis, les auteurs disparus sont présentés et leurs recherches mises en perspective par des spécialistes, et des repères bibliographiques complètent les nombreuses références accompagnant les textes. Comme dans toute anthologie, les choix effectués ne peuvent satisfaire tous les lecteurs ; on pourra regretter, par exemple, l’absence de climatologues. Cependant, cela n’enlève en rien les grandes qualités de l’ouvrage. Ce gros volume de 559 pages. révèle quelques uns des traits fondamentaux de la géographie des deux derniers siècles et sa lecture s’avère indispensable pour tous les géographes et, en particulier, pour les étudiants en géographie soucieux d’en connaître l’évolution épistémologique. Elle sera même utile à un plus large public qui, à travers l’évolution de la pensée géographique, pourra mieux comprendre notre relation au monde.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Picouet, « Marie-Claire Robic, Jean-Louis Tissier, Philippe Pinchemel : Deux siècles de géographie française. Une anthologie, Paris », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 17-18 | 2013, mis en ligne le 06 avril 2017, consulté le 25 avril 2017. URL : http://tem.revues.org/2089

Haut de page

Auteur

Patrick Picouet

Université Lille1 Sciences et Technologies

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page