Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Brunel Sylvie : Géographie amoureuse du monde

Paris, Editions JC Lattès, 2011, 278 pages
Patrick Picouet
Référence(s) :

Brunel Sylvie, Géographie amoureuse du monde, Paris, Editions JC Lattès, 2011, 278 pages

Texte intégral

1L’ouvrage commence par une déclaration d’amour à la « terre qu’ont façonnée les hommes. (…) C’est la main de l’homme qui a rendu la planète accueillante, apprivoisé la nature ». S. Brunel veut donner des clefs pour comprendre et aimer le monde où nous vivons. L’intention est louable.

2L’auteur présente d’abord une « petite géographie à l’usage du monde ». Elle y soutient avec enthousiasme la géographie qui permet de décrypter les empreintes laissées par les civilisations et le géographe qui lit le monde. Elle dénonce surtout les « prophètes de malheur qui ne cessent de nous prédire les pires catastrophes, (…) et ceux des plus pessimistes qui ont leur couvert mis en permanence à la table des médias ». Optimiste résolue, S. Brunel devient presque aussi vindicative que ceux dont elle condamne les jugements et énonce des faits sans les nuances nécessaires. Par exemple : « aujourd’hui, nous sommes sept milliards d’êtres humains. Nous vivons désormais en paix, deux fois plus longtemps que nos arrière-grands-parents. (…) Les grandes pandémies ont disparu, sauf dans les pays très pauvres ». Ce sont des affirmations qui mériteraient des explications nuancées » !

3Le discours ne peut que séduire le lecteur en le rassurant mais est-il nécessaire d’utiliser un vocabulaire digne des guerres de religion afin de le convaincre ? Les termes ne manquent pas, les « nouveaux flagellants » (p.18), les « imprécateurs » (p.20), les « prédictions dramatiques » (p.21), un « catéchisme dérisoire » (p.21.). Il y aurait donc d’un côté, les annonciateurs de la fin du monde et de l’autre, S. Brunel qui « commet un péché mortel, celui de l’inconscience et du négationnisme ». (p.19). Engager le lecteur sur un tel terrain ne présage guère d’un débat constructif même si l’auteur propose de « construire des solutions durables » plutôt que d’accabler l’humanité.

4Le livre nous embarque ensuite pour un tour du monde sur « une planète qui mérite d’être aimée ». La Camargue, les îles tropicales, le monde disneylandisé des touristes, l’île de Pâques, Abou Dhabi, le Nordeste du Brésil, l’Afrique et l’agriculture française, en particulier, marquent les étapes de ce parcours. Chaque cas est présenté de façon inégalement succincte en introduisant systématiquement dans les analyses utiles et fondées (par exemple, celle de la Camargue) des prises de position rapides, voire politiquement contestables. Il ne s’agit donc pas d’un ouvrage scientifique mais d’un plaidoyer pour un mode développement que l’auteur considère comme durable face aux écologistes « virulents » comme René Dumont. Certaines affirmations ressemblent à des règlements de compte. Heureusement, une bibliographie thématique à la fin de l’ouvrage sera très utile aux lecteurs soucieux d’aller au-delà de propos polémiques.

5Une remarque peut enfin sembler stupéfiante pour une géographe qui a fait le tour du monde : jeune agrégée vivant à Lyon, S. Brunel considère qu’être mutée à Forbach est un exil ! Cela fera plaisir à tous les professeurs « exilés » et aux habitants de Forbach.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Picouet, « Brunel Sylvie : Géographie amoureuse du monde », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 17-18 | 2013, mis en ligne le 26 octobre 2016, consulté le 27 mars 2017. URL : http://tem.revues.org/2085

Haut de page

Auteur

Patrick Picouet

Université Lille1 Sciences et Technologies

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page