Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Michel Foucher : La Bataille des cartes. Analyse critique des visions du monde

Paris, François Bourin Éditeur, 2011, 191 pages
Pierre-Jacques Olagnier
Référence(s) :

Michel Foucher : La Bataille des cartes. Analyse critique des visions du monde, Paris, François Bourin Éditeur, 2011, 191 pages

Texte intégral

1Auteur d’une vingtaine de livres de géographie et de géopolitique (L’Europe et l’avenir du monde, 2009 ; L’obsession des frontières, 2007 ; Fragments d’Europe, 1993 ; Fronts et frontières, un tour du monde géopolitique, 1988), Michel Foucher brosse, dans son dernier ouvrage, un portrait géopolitique de l’état du monde à partir d’un « regard de géographe » qu’il revendique. Cet « essai », comme le qualifie son auteur dans l’introduction, se fonde sur de nombreuses représentations cartographiques, considérées comme des outils d’analyse des projets et des « visions du monde » portés par les principaux acteurs géopolitiques d’aujourd’hui.

2Version revue et légèrement augmentée d’une quinzaine de pages et d’une douzaine de cartes d’une première édition (parue en 2010), l’ouvrage reprend exactement la même organisation que la première version, une organisation en trois parties qui permet à l’auteur de concilier approches thématiques et études de cas à plusieurs échelles, de l’échelle « mondiale » à celle des États.

3La première partie, intitulée « La grande émancipation », analyse le processus de mise en place d’un monde polycentrique, résultat de l’émergence de nouveaux acteurs internationaux et de l’arrivée, sur la scène internationale, de grandes puissances issues des pays du Sud. Cette réflexion sur « l’émancipation » de certains États passe à la fois par un retour critique sur les termes, les notions, les concepts utilisés pour désigner ces pays du Sud (« tiers monde », « sud », « économies émergentes », etc.) et par l’étude de leurs représentations du monde (leurs « cartes mentales »). Les grandes puissances analysées sont, tour à tour, le Brésil, l’Inde, la Chine, la Corée du Sud – nouvel acteur analysé dans cette seconde édition – et enfin la Turquie dont le chapitre change d’intitulé : « L’exception turque » de la première édition devient dans la seconde « Les ambitions turques », ce qui souligne, si ce n’est le changement de statut de cet État, au moins un nouveau positionnement géopolitique. Si un chapitre est consacré à chacun de ces États, un chapitre supplémentaire est consacré à d’« autres » États, très succinctement abordés comme l’Argentine, le Mexique, l’Arabie saoudite, l’Afrique du Sud et enfin l’Indonésie.

4La deuxième partie de l’ouvrage, « Le globe, le monde, la terre et la planète », est ensuite consacrée à des questions internationales et aux grands enjeux planétaires et géopolitiques, qu’il s’agisse des aspects liés à la démographie mondiale, à la mobilité, à la sécurité alimentaire, aux principales crises géopolitiques ou environnementales ou encore à la question de la pertinence de la « maille de l’État » (qui correspond à l’un des principaux centres d’intérêt de Michel Foucher dans ses différents ouvrages).

5Enfin, la troisième partie, « Le forum et l’arène », répond, dans une certaine mesure, à la première partie de l’ouvrage car elle se penche sur les représentations géopolitiques de sept grandes puissances actuelles ou passées (États-Unis, Russie, Japon, Royaume-Uni, Allemagne, France et Europe), là où la première partie s’interrogeait sur l’émergence de nouvelles puissances.

  • 1 BURK : Belarus, Ukraine, Russie et Kazakhstan

6Au final, les modifications entre les deux éditions, même si elles sont relativement limitées, n’en sont pas moins intéressantes et significatives, puisqu’elles soulignent la volonté d’actualisation des analyses proposées par l’auteur ainsi que le souci d’être en prise avec l’actualité par l’ajout ou par la suppression de certains développements. Le premier chapitre de la première partie, « La place au soleil », en est l’illustration. Plus développé que dans la nouvelle édition, il bénéficie de nouvelles analyses sur le rôle des principaux centres financiers et de la capitalisation boursière. De même, les textes consacrés au Japon ou aux crises géopolitiques mondiales ont été réécrits en tenant compte respectivement du tsunami de 2011 ainsi que des crises et transitions dans le monde arabe et l’aire turco-iranienne. Les cartes, réalisées par Pascal Orcier, ont également été actualisées : de nouvelles cartes sont présentes (« Le monde selon l’agence Standard & Poor’s » ou encore « La dette publique des États de l’OCDE ») ; d’autres ont été complétées comme la « Carte mentale des banquiers » qui intègre dans la légende deux nouveaux items : les « nids d’aigle » et les « BURK »1, afin de prendre en considération de nouvelles catégorisations actuellement en train d’apparaître.

7De nombreuses illustrations complètent les soixante-sept cartes de Pascal Orcier et confèrent à l’ouvrage une perspective géohistorique à l’aide de cartes anciennes ou d’autres dispositifs iconographiques (gravure du XVIIe siècle, couverture du magazine américain Life, etc.) qui permettent d’appréhender différemment la manière avec laquelle les États se représentaient la place et le rôle géopolitique qu’ils revendiquaient ou qu’ils revendiquent encore.

8En conclusion, l’ouvrage de Michel Foucher est à la fois un beau livre par le nombre et la variété de ses illustrations, mais également un essai stimulant sur les changements géopolitiques les plus contemporains.

Haut de page

Notes

1 BURK : Belarus, Ukraine, Russie et Kazakhstan

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre-Jacques Olagnier, « Michel Foucher : La Bataille des cartes. Analyse critique des visions du monde », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 17-18 | 2013, mis en ligne le 06 avril 2017, consulté le 26 mai 2017. URL : http://tem.revues.org/2080

Haut de page

Auteur

Pierre-Jacques Olagnier

Université de Picardie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page