Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Christophe Jaffrelot : New Delhi et le monde, Une puissance émergent entre realpolitik et soft power

Paris, Autrement, 2008, 156 pages
Divya Leducq
Référence(s) :

Christophe Jaffrelot (dir) : New Delhi et le monde, Une puissance émergent entre realpolitik et soft power, Paris, Autrement, 2008, 156 pages

Texte intégral

1Ayant dirigé et rédigé plus d’une dizaine d’ouvrages consacrés à l’Asie du Sud, dont les deux éditions de L’Inde contemporaine (1996, 2006, Fayard), C. Jaffrelot, directeur du CERI-Science Po nous offre ici une lecture pluri-sectorielle des questions de géopolitique et de puissance vues depuis New Delhi.

2Le chapitre introductif retrace les grandes périodes qui scindent la géopolitique indienne et évoque notamment les visées de la politique extérieure post-indépendance menée par Nehru. Ensuite, sont successivement brossés les portraits d’Indira puis de Rajiv Gandhi dans l’importance accordée à l’échelle régionale – monde indien – et dans les relations bilatérales entretenues par ce géant démographique, avec l’URSS par exemple. Mais l’Inde entre, à la fin des années 1990, dans une nouvelle ère, celle de l’internationalisation et de la mondialisation économique. Parallèlement, elle assoie donc sa quête de puissance sur la scène internationale signant ainsi son rapprochement avec les États-Unis d’Amérique. Enfin une troisième période, la plus récente semble marquer un tournant inédit dans la géopolitique indienne : la valorisation de l’axe sud-sud et la volonté affichée de coopérer activement avec des partenaires comme le Brésil et l’Afrique du Sud. L’utilisation d’un soft power aux formes multiples, à côté des impératifs de la realpolitik, fait également son apparition servant tour à tour une seule cause, l’affirmation d’une puissance indépendante, volontariste, émergente et nationaliste.

3Ces grands axes des relations extérieures indiennes, sont remarquablement illustrés par les six chapitres suivants qui explorent des thématiques aussi variées et spécifiques que l’axe Washington-New Dehli (contribution de N. Blarel), le rôle des diasporas aux provenances aussi diverses que leurs points d’ancrage (I. Therwath) ou encore les multinationales du secteur privé dont des grands noms - Tata, Birla ou Bajaj - viennent à l’esprit (J. Ruet). L’objectif est de traverser le miroir et l’image que renvoie l’Inde au monde pour à la fois creuser la complexité d’interrelations changeantes et témoigner de leur symétrie de plus en plus prégnante.

4Le format du paratexte ne facilite ni la lecture aléatoire ni celle d’un néophyte, mais elle est davantage due à la présentation imposée par la collection qu’à la clarté d’un propos qui se suit facilement. À noter également que l’absence de chapitre conclusif ne facilite pas la chute de ce recueil de textes issus d’une étude sur le rôle de New Delhi dans le rayonnement culturel indien. En effet, aucun questionnement général ou transitoire n’est esquissé concernant les choix ou voies possibles de la présence indienne sur la scène internationale. Néanmoins et très certainement, l’un des plus grands apports de cet ouvrage, au-delà de l’analyse précise et synthétique de soixante ans de politique étrangère qu’il livre à tout lecteur intéressé par cette question, est constitué par les trente-quatre encarts illustratifs qui constituent des extraits de discours politiques, économiques ou diplomatiques prononcés par des personnalités indiennes et étrangères.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Divya Leducq, « Christophe Jaffrelot : New Delhi et le monde, Une puissance émergent entre realpolitik et soft power », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 17-18 | 2013, mis en ligne le 06 avril 2017, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://tem.revues.org/2067

Haut de page

Auteur

Divya Leducq

Université de la Réunion

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page