Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Magali Reghezza-Zitt : Paris coule-t-il ?

Paris, Fayard, 2012, 96 pages
Antoine Le Blanc
Référence(s) :

Magali Reghezza-Zitt, Paris coule-t-il ?, Paris, Fayard, 2012, 96 pages

Texte intégral

1Ce livre se présente comme un ouvrage de vulgarisation scientifique, issu des travaux de la thèse de doctorat de l’auteure ; mais il est bien plus que cela. Ce n’est pas ici un simple cas d’étude : c’est à la fois une synthèse remarquable d’enquêtes approfondies, un scénario écrit de façon passionnante, et une série de réflexions qui s’apparentent au final à des préconisations sérieuses et utiles pour les divers acteurs de la gestion du risque d’inondation concernant la métropole parisienne.

2L’auteure, en spécialiste des risques, propose un discours à la fois nuancé et très concret, oscillant toujours entre la nécessaire imagination d’un scénario de prévention liée à une inondation dont la survenue est certaine et les limites liées aux incertitudes très fortes des modalités de la catastrophe. La catastrophe aura lieu un jour et il est sûr qu’elle sera complexe, nouvelle, et surdéterminée par les enjeux métropolitains d’une capitale nationale et ville mondiale. Mais, cette même catastrophe aura des effets qui peuvent varier selon une amplitude (temporelle, financière, psychologique, sociale…) tellement importante que la modélisation en est presque impossible et l’anticipation en devient très incertaine : dès lors, comment empêcher que Paris coule ?

3Le scénario que déroule Magali Reghezza-Zitt est implacable et très informé. L’auteure s’appuie sur de très nombreux entretiens et sur une connaissance approfondie tant des aléas que des enjeux très complexes liés à une intrication d’échelles, de territoires et d’acteurs, prenant en considération les réseaux souterrains, les zonages urbains et administratifs, la verticalité de la ville, son extension géographique et sa diversité humaine et fonctionnelle, entre autres facteurs de compréhension et d’anticipation de la crue centennale qui surviendra un jour à Paris et dans sa région. Certains lecteurs trouveront peut-être quelque peu fastidieux par moments, un discours qui se doit d’être clair tout en restant scientifique et qui passe donc par un certain nombre de détours explicatifs plus ou moins longs – mais cet exercice est bien maîtrisé par l’auteure qui l’agrémente le plus souvent d’exemples concrets et rend la pilule plus douce grâce à de fréquentes figures stylistiques impliquant l’imagination du lecteur : « imaginez-vous que vous êtes dans telle situation… » - et le lecteur se prête facilement au jeu.

4Peut-être pourra-t-on regretter, seul bémol véritable, que le livre s’adresse essentiellement à de fins connaisseurs de Paris et de l’Île-de-France. L’ouvrage rappelle, certes, de nombreux autres exemples de catastrophes survenues ailleurs dans le monde, mais toujours de manière relativement superficielle et sans comparaison approfondie avec le cas parisien. On comprendra aisément que l’auteure ait choisi de rester centrée sur un seul cas, déjà extrêmement complexe et on appréciera ce choix de la rigueur et de l’efficacité démonstrative et narrative au détriment d’une adresse à un public plus large.

5Cela étant, l’écriture, simple et imagée – l’auteure s’autorise de multiples titres évocateurs parfois cyniques – permettra non seulement aux géographes mais aussi aux décideurs, ainsi que, plus largement, au grand public (surtout parisien, on l’a dit), de se retrouver et de se positionner dans ce discours. Loin d’être un réquisitoire ou un pamphlet, ce livre se veut le plus objectif possible, dramatique mais mesuré, critique mais politiquement neutre ; il souligne utilement les nombreuses dynamiques mises en place par les divers acteurs pour tenter de se prémunir contre d’éventuels dégâts provoqués par une crue majeure de la Seine, et propose d’autres pistes, remontant assez loin en amont (au sens propre comme au sens figuré) pour suggérer, dans un « plaidoyer pour une révolution » clôturant l’ouvrage, que s’enclenchent des modifications culturelles et comportementales – la résilience tant vantée que décriée – seuls moyens non pas d’éviter la crise, mais de parvenir à en limiter les effets, et à vivre mieux dans une capitale menacée, chaque hiver, par une épée de Damoclès extrêmement lourde, mais tenue par un fil que nous ne voyons pas.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Le Blanc, « Magali Reghezza-Zitt : Paris coule-t-il ? », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 17-18 | 2013, mis en ligne le 06 avril 2017, consulté le 27 mai 2017. URL : http://tem.revues.org/2065

Haut de page

Auteur

Antoine Le Blanc

Université du Littoral

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page