Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Odette Louiset : L’oubli des villes de l’Inde – Pour une géographie culturelle de la ville

Paris, Armand Colin - Recherches, 2011, 296 pages
Christelle Hinnewinkel
Référence(s) :

Odette Louiset : L’oubli des villes de l’Inde – Pour une géographie culturelle de la ville, Paris, Armand Colin - Recherches, 2011, 296 pages

Texte intégral

  • 1 Odette Louiset, spécialiste des villes indiennes depuis les années 1980, est professeur de géograph (...)

1Géographe spécialiste des villes indiennes, Odette Louiset1 propose dans son ouvrage intitulé « L’oubli des villes de l’Inde – Pour une géographie culturelle de la ville » un très beau texte qui nous aide à déchiffrer la richesse des villes indiennes. Cette géographie culturelle qui souligne la construction sociale et l’histoire du phénomène urbain en Inde invite à regarder la ville autrement que par sa morphologie. En étudiant les villes indiennes, l’auteur réfléchit à la définition de la ville et discute de l’universalité de ce concept.

2La première partie, consacrée aux représentations et aux définitions de la ville en Inde, nous plonge dans la richesse du fait urbain. La construction des stéréotypes culturels et économiques est analysée pour mieux cerner les enjeux de l’idée de « ville indienne » et ainsi mieux comprendre la difficulté à mesurer le phénomène urbain et la spécificité de l’urbanité indienne. L’auteur nous propose alors de « définir » ou plus exactement de lire la ville par ses marges. Une étude de « l’invention du bidonville » (p. 56) et plus largement de « l’invention de la ville par ses marges » (p. 64) amène alors à discuter des modèles théoriques utilisés pour interpréter l’urbanité indienne.

  • 2 Cette manière de considérer les slums revient à les analyser en termes de pathologie comme cela se (...)

3L’existence d’un modèle indien de la ville est alors logiquement discutée dans la deuxième partie. Pour appréhender ce modèle, l’auteur propose une synthèse des discours indiens sur la ville en mettant en évidence la dialectique entre le discours anti-urbain gandhien et le discours de la modernité urbaine incarnée par Chandigarh. Se pose alors la question de la nature de l’urbanité indienne. Est-ce que l’indianité réside uniquement dans le modèle villageois cher à Gandhi et marqué par les valeurs brahmaniques d’une société de castes ? Les villes en Inde sont-elles, elles aussi, indiennes ? Il s’agit ici de la question de la continuité de la ville indienne avec les autres espaces indiens. L’auteur avance qu’« à première vue, l’espace urbain indien ne montre que des indices ténus de la présence des castes et des tabous qui y sont traditionnellement liés » (p. 125) mais que la référence aux castes n’a pas totalement disparu en ville. Certes il existe des quartiers multicastes mais certaines castes sont attachées à des quartiers particuliers et les slums restent majoritairement habités par des intouchables. Cependant même si les slums se caractérisent par l’intouchabilité, ils ressemblent aux autres bidonvilles du monde et sont considérés comme des lieux de subversion et de pauvreté aux marges de la ville idéale2. En contradiction avec cette double marginalisation (socioculturelle et économique), l’implication des habitants des slums dans l’économie et la vie politique de la ville montre qu’ils vivent dans la continuité sociale de la ville. L’auteur se demande alors s’il est pertinent de considérer que les slums sont aux marges de la ville (p. 145). Et s’ils le sont, c’est aux marges de quelle ville ? Le détour par une approche de ce qu’est un slum permet d’aborder la ville dans ces contradictions apparentes et ainsi de dessiner par la suite l’esquisse d’un modèle indien de la ville à travers l’exemple d’Hyderabad. Pour l’auteur « la spatialité indienne s’exprime dans la ville selon un mode que l’on pourrait dire analogique reliant les « divers ordres de la réalité » » (p. 183). Le texte se poursuit alors logiquement par une invitation à aborder la ville par les concepts de voisinage, d’entre-deux, de centres mouvants, de carrefours. L’enjeu ici est de « réfléchir au concept de ville pour le dégager de son européanité » (p. 268).

  • 3 L’auteur étudie l’espace public en tant que « comparable », c’est-à-dire comme outil qui permet « d (...)

4Pour compléter cette discussion du concept de ville au regard des villes indiennes, l’universalisme du phénomène urbain est analysé dans la troisième partie. Dans un premier temps, l’histoire de l’urban planning en Inde permet de comprendre comment l’idée d’espace public3 est déconstruite et reconstruite en Inde et ainsi d’éclairer le lien avec le fait urbain général qu’est le concept d’espace public (p. 211). L’auteur propose alors une synthèse des différentes conceptions de l’espace en Inde comme invitation à une analyse de la ville indienne en tant que formation socio-spatiale qui mêle les géographies culturelles aux pratiques et aux rapports de pouvoirs (p. 231). Dans un second temps, la comparaison avec les villes du monde discute de la continuité du modèle indien des villes avec celui des autres villes et des différents universalismes. La comparaison est utilisée comme outil méthodologique qui recherche le passage d’une culture à une autre pour éviter les stéréotypes. Ainsi, pour l’auteur « comprendre la spatialité de la société indienne ne peut pas se réduire ni à la projection du modèle idéologique hindou sur un espace support, ni à la recherche des discontinuités qui fondent notre propre mode spatial. Il faut questionner la conception du monde de la société, dans son rapport au temps, à l’espace, sans présumer de son immuabilité ni de sa fermeture vis-à-vis de l’extérieur » (p. 272).

  • 4 Une géographie culturelle « culturalisante » répond au critère du culturalisme qui explique les phé (...)
  • 5 Harvey D., 1973, Social Justice and the City, Baltimore, John Hopkins University Press, 336 p. ; Ha (...)

5Texte d’une très grande richesse scientifique, cet ouvrage est passionnant à lire et très stimulant pour les géographes. En proposant une géographie culturelle non « culturalisante4 » qui souligne la construction sociale du phénomène urbain, cette réflexion sur les relations entre espace et société contribue à enrichir les réflexions sur les territorialités. Par exemple, l’auteur met en évidence que le passage du social au spatial en Inde n’est pas évident car « les distances sociales ne se traduisent pas en aires homogènes exclusives mais en voisinage choisi dont les dégradés sont infinis » (p. 147). Pour l’auteur, « la société indienne investit symboliquement son espace selon des modalités différentes de celles qui nous sont familières… Cet espace de la société existe … dans un agencement topologique (réticulaire) plutôt que topographique (auréolaire et aréolaire) » (p. 174). C’est pour cela qu’Odette Louiset invite à une lecture culturelle de la ville qui recherche les passages d’une culture à une autre. Ainsi l’auteur affirme que « les slums indiens présentent des ressemblances avec les bidonvilles rencontrés ailleurs mais ce n’est probablement pas par l’urbanisme que la comparaison peut être la plus fructueuse : c’est par l’affirmation du droit à la ville » (p. 217). Pour compléter cette réflexion, il serait très intéressant que l’auteur nous livre son regard sur les travaux de David Harvey consacrés à l’espace urbain5. La lecture par l’auteur spécialiste des villes indiennes de l’œuvre du géographe britannique qui poursuit l’idée de droit à la ville proposée par Henri Lefebvre serait certainement riche d’enseignements.

Haut de page

Notes

1 Odette Louiset, spécialiste des villes indiennes depuis les années 1980, est professeur de géographie à l’université de Rouen, responsable du laboratoire « Ailleurs ».

2 Cette manière de considérer les slums revient à les analyser en termes de pathologie comme cela se fait pour les banlieues françaises (Fourcaut A., 2000, Pour en finir avec la banlieue, Géocarrefour, Vol 15 n°2, pp. 101-105).

3 L’auteur étudie l’espace public en tant que « comparable », c’est-à-dire comme outil qui permet « d’envisager les réalités circulatoires d’aujourd’hui » (p. 195).

4 Une géographie culturelle « culturalisante » répond au critère du culturalisme qui explique les phénomènes par la culture.

5 Harvey D., 1973, Social Justice and the City, Baltimore, John Hopkins University Press, 336 p. ; Harvey, D. 1985, The Urbanization of Capital: Studies in the History and Theory of Capitalist Urbanization, Baltimore, MD, Johns Hopkins University Press, 259 p. ; Harvey, D. 1985, Consciousness and the Urban Experience, Baltimore, MD, Johns Hopkins University Press, 320 p. ; Harvey, D. 1989, The urban experience, Baltimore, MD, Johns Hopkins University Press, 312 p. ; Harvey, D., 2000, Megacities Lecture 4: Possible Urban Worlds, Twynstra Gudde Management Consultants, Amersfoort, The Netherlands, 124 p. En ligne : http://www.megacities.nl/lecture_4/possible.pdf ; Harvey, D. 2012, Rebel Cities: From the Right to the City to the Urban Revolution, London, Verso Books, 112 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christelle Hinnewinkel, « Odette Louiset : L’oubli des villes de l’Inde – Pour une géographie culturelle de la ville », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 17-18 | 2013, mis en ligne le 06 avril 2017, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://tem.revues.org/2063

Haut de page

Auteur

Christelle Hinnewinkel

Université Lille1 Sciences et Technologies

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page