Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Vincent Adoumié (dir) : Géographie de la France

Paris, Hachette supérieur, collection Hachette Université, 288 pages
Ségolène Darly
Référence(s) :

Vincent Adoumié (dir), Géographie de la France, Paris, Hachette supérieur, collection Hachette Université, 288 pages

Texte intégral

1Si les auteurs réunis autour de Vincent Adoumié ne prétendent pas rédiger la géographie de la France mais une géographie de la France, il s’agit très certainement d’une géographie à l’écoute des récentes évolutions de la discipline, mais aussi d’une géographie pédagogique, rendue lisible et manipulable par tous ceux qui se préparent à l’enseigner. L’ouvrage propose d’articuler en un seul volume l’essentiel des savoirs spécifiques et des méthodes de géographie appliqués à l’analyse des mutations contemporaines du territoire français et des grands ensembles régionaux qui le constituent. Là où les autres manuels de géographie universitaire de la France des éditions Hachette Supérieur privilégient le détail de la démonstration (cf. Le territoire français, Permanences mutations, de Félix Damette et Jacques Scheibling et La France, Le fait régional, de Philippe Piercy dans la collection Carré Géographie et Les régions françaises, du même auteur), celui-ci semble guidé par un esprit de synthèse, qui se présente cependant dès l’introduction comme respectueux des nuances et des ruptures d’une discipline en évolution (les personnages fondateurs de la géographie « savante » du XXème siècle sont par exemple très régulièrement cités pour mieux s’en démarquer et démontrer les repositionnements opérés). Dans cette entreprise, des choix auront été nécessaires afin de ne pas perdre le lecteur en multipliant les catégories d’analyse. Ceux-ci se sont avérés judicieux, à l’exception de quelques notions, qui mériteront, de notre point de vue, des lectures complémentaires.

2Les dix-sept chapitres, regroupés en cinq parties, respectent un ordre logique assez classique partant des structures spatiales héritées (partie 1) qu’il convient de garder à l’esprit au moment d’analyser les tendances actuelles de la répartition des populations (partie 2) et des activités (partie 3) pour mieux comprendre le découpage de l’espace national en six grands ensembles régionaux (partie 4) dont la dynamique est fortement dépendante de la position actuelle de la France au sein de l’Union Européenne et dans le monde (partie 5).

3L’originalité de la première partie réside très certainement dans son second chapitre qui remplace le traditionnel tableau de géographie physique des milieux naturels par l’introduction de la notion de domaines « néo-naturels », concept issu de la reconnaissance des perceptions sociétales comme clé de lecture supplémentaire de la diversité des milieux de vie. La seconde partie fournit une mise à jour utile des indicateurs classiques de la répartition des populations et de leur composition à partir des derniers chiffres du recensement de la population de 2010, ce qui permet de révéler les continuités et les ruptures caractéristiques de la dernière période intercensitaire. On pourra s’étonner cependant que les processus de métropolisation et de périurbanisation, s’ils sont évoqués à quelques endroits, ne soient pas plus explicitement mobilisés comme nouvelles catégories d’analyse des dynamiques urbaines alors qu’elles sont aujourd’hui structurantes dans les milieux de la recherche mais aussi des professionnels de l’aménagement. En comparaison, le processus de mondialisation est lui plus explicitement désigné, en introduction de la partie 3, comme l’un des principaux facteurs explicatifs des mutations de l’économie française. Dans cette partie, l’attention particulière portée aux évolutions du secteur agricole dans le chapitre 7 « Une grande puissance agricole »doit être soulignée, même si la date de publication choisie (révélatrice des stratégies éditoriales) est malheureusement trop précoce pour permettre aux auteurs de mettre à jour l’analyse à partir des résultats du dernier recensement agricole de 2010. Enfin, le chapitre 9 « Un territoire attractif valorisé par ses réseaux » est particulièrement révélateur du renouvellement des objets de la géographie dans la mondialisation, au sein desquels l’analyse des flux et des réseaux n’est plus réservée à la thématique du transport et de la logistique, mais devient aussi facteur de différenciation territoriale.

4Le choix des grands ensembles régionaux plutôt que des régions administratives comme unité de découpage et d’analyse de l’espace national constitue l’élément structurant de la partie 4. Si l’identification, en introduction, de trois catégories de grands ensembles régionaux n’a apparemment pas servi à penser l’organisation des six chapitres que compte cette partie, elle fournit cependant au lecteur des pistes intéressantes pour concevoir des analyses comparatives dans une perspective pédagogique. Si dans le troisième chapitre de la première partie, les auteurs constatent la redéfinition du rôle de l’État au profit des régions et des logiques supra-nationales, il était attendu que l’analyse des grands ensembles régionaux soit suivie par un rappel de la position de la France au sein de l’Union européenne et dans le monde. La problématisation de ces rappels exigera cependant des lecteurs un effort de lectures complémentaires afin de reconstituer plus clairement les enjeux économiques et sociaux de ce positionnement.

5En complément du texte, les auteurs proposent un ensemble documentaire à chaque fin de chapitre. L’édition soignée et harmonisée des cartes et graphiques en rend la lecture agréable. La diversité des sources utilisées et des échelles traitées et le souci de clarté qui semble avoir guidé le choix de l’iconographie témoignent de l’ambition des auteurs de proposer des matériaux utiles à la construction de supports de cours didactiques. On ne peut donc que regretter l’absence de citation des sources ayant servi à la production de ces documents, ce qui peut étonner au regard des objectifs de l’ouvrage.

6Plus qu’une géographie de la France, la seconde édition de Géographie de la France, dirigée par Vincent Adoumié, reconstitue un portrait des géographies de la France dont nous n’avons commenté que les traits les plus marquants. Sa composition pourra faire l’objet de réclamations, mais le tableau proposé n’en reste pas moins révélateur des mutations contemporaines de la France du XXIème siècle et des adaptations qu’elles exigent de la discipline.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ségolène Darly, « Vincent Adoumié (dir) : Géographie de la France », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 17-18 | 2013, mis en ligne le 24 octobre 2016, consulté le 27 mars 2017. URL : http://tem.revues.org/2054

Haut de page

Auteur

Ségolène Darly

Université Paris 8

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page