Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Annette Ciattoni et Yvette Veyret : Géographie et géopolitique de la mondialisation

Collection initial, Paris, Hatier, 2011, 256 pages
Yves Boquet
Référence(s) :

Annette Ciattoni et Yvette Veyret (dir) : Géographie et géopolitique de la mondialisation, Collection initial, Paris, Hatier, 2011, 256 pages

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif, de format pratique, clairement destiné à un public étudiant, est une introduction commode aux mécanismes de la mondialisation et à ses effets sur les espaces.

2Laurent Carroué, dans un premier chapitre (le plus long du livre, 48 pages) intitulé « Mondialisation et système productif », reprend sous une forme condensée la teneur de ses ouvrages récents sur le thème, montrant que le processus géohistorique de la mondialisation est en mutation permanente et qu’il soulève l’enjeu majeur du développement durable, tout en étant créateur d’inégalités à toutes les échelles de l’espace géographique. Il présente les principaux acteurs de la mondialisation que sont firmes transnationales (Apple, Gazprom, Goldman Sachs ou encore Wal-Mart) sous forme d’encadrés.

3Après ce tableau d’ensemble, les auteurs suivants offrent une approche plus sectorielle de la mondialisation.

4Jean-Paul Charvet aborde la question des liens entre mondialisation (du système agro-alimentaire) et sécurité alimentaire, insistant sur le rôle des firmes transnationales comme Cargill et sur la diffusion des OGM vers les grands pays émergents.

5Sarah Mekdjian évoque un monde en mouvement, dans le chapitre 3, « Mobilités et mondialisations », essentiellement consacré aux migrations et diasporas qui se retrouvent dans les villes mondiales kaléidoscopes, comme Los Angeles.

6Gabriel Dupuy, dans le chapitre 4, « Mondialisation et technologies de l’information », retrace la croissance d’Internet et montre qu’il accélère la mondialisation tout en créant de nouvelles fractures territoriales.

7Pour Yvette Veyret (« Mondialisation, environnement et développment durable »), la mondialisation écologique, encadrée par des accords internationaux et l’action des ONG, ne peut être dissociée de la mondialisation économique.

8Annette Ciattoni (chapitre 6, « Villes globales, villes mondiales ») reprend les points majeurs développés par des auteurs comme S. Sassen, O. Dollfus, P. Veltz, ou encore le groupe de recherche GaWC.

9Dans un chapitre plus original, Fabrizio Maccaglia dévoile les espaces cachés de la mondialisation, sous le titre « Contourner, frauder, trafiquer », évoquant tour à tour réseaux de prostitution, trafics de cocaïne, exportations frauduleuses de déchets. On regrettera qu’il n’évoque pas plus les paradis fiscaux

10Edith Fagnoni (chapitre 8, « Patrimoine et culture au rythme de la mondialisation ») montre que la culture est de plus en plus utilisée comme vecteur de développement économique dans les opérations de régénération urbaine ou de projets urbains grandioses pour une intégration rapide à l’espace mondialisé (grands musées à Bilbao, Lens, mais aussi Abu Dhabi). Elle examine aussi la notion de patrimoine mondial et les critères d’évaluation de l’UNESCO.

11Pascal Gillon et Loïc Ravenel s’intéressent quant à eux au sport, reflet de la mondialisation, examinant dans un premier temps le processus historique de diffusion des grands sports à partir de foyers européens ou nord-américains, voire japonais pour les arts martiaux, puis l’instrumentalisation politique des grands événements sportifs (Jeux Olympiques, Coupe du monde de football) et les stratégies de pays comme le Qatar, ainsi que les changements de nationalités d’athlètes.

12Dans le dernier chapitre, François Louveaux aborde les aspects géopolitiques de la mondialisation qui a introduit de nouvelles échelles d’analyse (global/local), de nouveaux acteurs, de nouvelles revendications et oblige à repenser les relations entre États, espaces et territoires.

13Bien illustré, cet ouvrage répond pour l’essentiel à son objectif, offrir aux étudiants une vision claire, méthodique et polymorphe de la mondialisation. On regrettera cependant l’absence gênante d’un chapitre consacré au rôle des transports dans les processus de la mondialisation : où sont les ports et les aéroports, nœuds du système d’échange et de circulation mondialisé ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Boquet, « Annette Ciattoni et Yvette Veyret : Géographie et géopolitique de la mondialisation », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 17-18 | 2013, mis en ligne le 06 avril 2017, consulté le 25 avril 2017. URL : http://tem.revues.org/2052

Haut de page

Auteur

Yves Boquet

Université de Bourgogne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page