Navigation – Plan du site
Articles

Le rôle des artistes dans la revitalisation des espaces urbains en déclin

Pour une approche sensorielle de la ville
The role of artists in urban regeneration processes: a sensory approach of the city
Aili Vahtrapuu
p. 103-116

Résumés

Notre article porte sur le rôle clé des artistes dans les processus de revitalisation des espaces urbains, sur leur possible fonction de catalyseur des forces de changement qui s’y expriment à divers niveaux. Il revient peut-être à l’artiste de mettre en scène un espace pluridimensionnel et ce, non à la manière d’un faiseur de décor, mais d’un constructeur de sens, d’un interprète de la vie urbaine dans ce qu’elle a de plus immédiate et concrète. Les deux cas que nous présentons portent sur des quartiers où des processus de revitalisation passent par l'engagement d'artistes, à Tallinn en Estonie et à Helsinki en Finlande. Cette analyse vise à spécifier le rôle des artistes dans le développement de villes qui se veulent créatives.

Haut de page

Texte intégral

Introduction1

  • 1 Article retravaillé dans sa forme par C. Liefooghe, responsable du numéro, avec l’accord de l’auteu (...)
  • 2 Le programme Creative Metropoles (2008-2011) a porté sur le potentiel de l’économie créative dans o (...)

1Dans les débats scientifiques et socio-politiques, la créativité et l’innovation sont considérées comme des éléments clefs dans le développement des organisations économiques et des régions (Florida, 2002). Les villes jouent un rôle particulier en tant qu’incubateurs de créativité, en tant qu’espaces d’inspiration, d’expérimentation et de production culturelle. Charles Landry (2000) a d’ailleurs mis en avant la culture comme terreau d’émergence de la créativité au profit de la croissance et du développement. Le rôle des artistes dans le déclenchement de la gentrification des quartiers a également été mis en évidence dans diverses études, en France et dans les pays anglo-saxons (Colomb, 2006). De nombreuses villes ont, de fait, investi dans la rénovation d’anciens bâtiments industriels et le développement de quartiers culturels et créatifs. Néanmoins, si les approches théoriques portant sur les liens entre territoires et industries créatives sont nombreuses, l’analyse empirique des relations entre ces industries créatives et culturelles et le changement urbain manque d’arguments concluants. Nous considérons que la question de l’art comme catalyseur de la vie sociale et le rôle potentiel des artistes plasticiens dans la renaissance de l’espace urbain sont au cœur de la réflexion. Cet article se propose d’en discuter en se fondant, d’une part sur des approches de l’espace urbain tel qu’il peut être lu et perçu par des artistes, d’autre part sur le programme de recherche Creative Metropoles (2008 - 2011) qui a analysé les politiques de onze villes européennes visant à devenir des métropoles créatives2.

2L’objectif est d’ouvrir la discussion sur le nouveau rôle des artistes dans un dialogue avec d’autres disciplines, telles que l’architecture et l’urbanisme. Car l’espace architectural, soumis au changement, reflète les troubles et les doutes liés à la vie contemporaine. Repenser cet espace devient une tâche fondamentale. La ville, avec ses superpositions de structures architecturales anciennes et nouvelles qui forment autant de configurations spatiales en partie autonomes, a peut-être perdu la capacité de fonctionner comme un environnement de communication. L’espace urbain soumis au changement peut-il devenir dans les mains des artistes plasticiens, quand ils sont porteurs d’une vision qualitative de l’espace, un espace aux dimensions sensibles accrues, un espace porteur de qualités qui permettraient de répondre aux besoins de convivialité des citadins ? Cette question nous permettra notamment d’analyser la problématique de théâtralité et les modalités de la prédominance de l’élément visuel dans l’espace. L’artiste peut donner plus de profondeur sensorielle à une scénographie nouvelle de l’espace urbain, être acteur de la construction de sens dans un espace urbain en mutation, comme nous le verrons à propos de la transformation des villes post-socialistes ou à travers la régénération de quartiers industriels à Helsinki et à Tallinn. Nous souhaitons donc mettre en évidence les problématiques que soulèvent l’art et le rôle de l’artiste dans le contexte urbain contemporain, mais également mettre en lumière les lacunes de la création et de la réflexion artistique en matière d’espace urbain. Cet article ne prétend pas, cependant, présenter des conclusions définitives. Il vise plutôt à apporter des pistes de recherche pour comprendre le rôle de l’artiste dans la construction d’espaces publics de sociabilité, dans la re-création d’espace en tant qu’éveilleur d’imaginaire et de sens. Il est important de préciser à cet égard que notre approche est avant tout celle d’une artiste plasticienne et non celle d’une géographe.

1. La nécessaire renaissance des villes occidentales

« Un espace ne s’adresse pas seulement à l’oeil, mais concerne le corps entier et ne peut, sous peine de réduction, être traité dans le seul cadre d’une esthétique de la vision : l’espace de notre quotidienneté n’est pas vu d’avion, mais vécu à ras de terre. L’approche du tout visuel méconnaît par ailleurs le fait, et c’est plus gênant, qu’un espace urbain ne peut ainsi être perçu d’un coup, mais seulement dans la successivité de séquences fragmentaires, au gré du temps et des parcours. » F. Choay (1985)

3L’art dans l’espace a été, tout au long de l’histoire, un puissant levier de la culture urbaine et constitue de fait une sorte de miroir esthétique et social de la ville. Mais les pratiques sociales changent et, dès lors, le sens et les fonctions de l’espace urbain. Une force puissante instille de la vie et le changement permanent dans la ville. Cette force est celle des citoyens, lesquels jouent un rôle dans la définition de leurs quartiers. De fait, la relation entre espace et pratiques sociales a été un thème de prédilection pour les architectes, sociologues, philosophes et urbanistes. Comment fournir de l’espace à une multitude de pratiques, telle est la question maintes fois posée au vingtième siècle. Le regard des artistes plasticiens, quand ils sont porteurs d’une vision qualitative de l’espace, enrichit le dialogue sur la nécessaire renaissance des villes occidentales.

1.1. Qu’est-ce que la ville occidentale aujourd’hui ?

  • 3 DEBORD, G., 1957, Guide Psychogéographique de Paris, Copenhagen : éd. Permild & Rosengreen, cité pa (...)

4La ville qui, initialement, correspondait en Occident à un processus de concentration des habitations est devenue à l’époque moderne une entité plus labile. Les situationnistes, qui ont eu une certaine influence sur l’art et la vie sociale, déclaraient dès les années 1960 que c’était le réseau de transports en commun qui dessinait les limites de la ville de Paris3. En effet, depuis l’invention des tramways, des métros et plus généralement des transports urbains, la ville tend à se confondre avec un réseau d’interconnexions, lequel se prolonge, par le biais de grands axes routiers, vers la périphérie. La ville prend fin, provisoirement, à l’endroit même où le maillage des habitations se relâche. Si cette définition fonctionne bien pour certaines grandes villes, elle peut s’avérer problématique pour d’autres villes à configuration satellitaire, pour les villes qui se composent en fait de plusieurs agglomérations, en particulier en Amérique. Cette ouverture de la ville va même entraîner, au fur et à mesure que les technologies de l’information vont se perfectionner, un processus d’urbanisation globale des territoires nationaux.

5De plus en plus sans limite claire, la ville n’en garde pas moins une identité, un caractère qui lui est propre. Elle continue à se structurer autour des lieux porteurs de sens, de lieux cardinaux qui, malgré de nombreux changements, continuent à servir de repères aux citadins. Ce sont précisément ces lieux qui devraient attirer l’attention de l’artiste. Rein Raud (2002), un des principaux théoriciens de l’espace urbain en Estonie, nous explique comment la division de l’espace selon des trajectoires, frontières et point nodaux, va de pair avec celle de l’énergie sociale qui se répartit selon des lignes de force dans l’espace urbain : « En voyant l’espace urbain social comme un réseau de trajectoires éventuelles, nous sommes capables de décrire le rôle des limites spatiales dans la division de l’énergie sociale. L’énergie se concentre dans les points cruciaux, qui bien souvent restent aux mêmes endroits » et ce, quelle que soit la nature de ces lieux, nature qui peut aussi être changeante. La fonction du lieu peut changer, mais l’énergie reste. Ainsi, si nous remplacions, à Tallinn, l’opéra qui se trouve sur la place centrale de la ville, par une église ou un palais, le lieu attirerait les gens de la même façon et l’influence qu’il a sur eux resterait inchangée. Un mouvement apparemment chaotique, mais qui reste schématisable en un ensemble de trajectoires et de lignes de force, finit, pour peu qu’on prenne la peine de l’étudier, par révéler une structure socio-culturelle profonde qui peut continuer à exister à travers de longues périodes de changements. Selon les trajectoires des gens, l’espace urbain contemporain est divisé en différents quartiers. Il y a des trajectoires que le citadin est obligé d’emprunter chaque jour pour aller à son lieu de travail et des trajectoires qui mènent vers les zones de loisirs. Cette notion de trajectoire joue aussi un rôle important dans les théories de l’espace présentées par Henri Lefèbvre (1974, 1991). Le Corbusier (1994 : 10), quant à lui, nous signale métaphoriquement l’existence de deux types de trajectoires dans l’espace urbain : « La rue courbe est le chemin des ânes, la rue droite le chemin des hommes ». Dans sa définition, Le Corbusier évoque en fait, en termes voilés, deux types de villes et deux façons d’envisager non seulement la ville mais la civilisation dont elle reste le reflet : il y a un monde rectiligne et un monde courbe. Dans l’espace urbain contemporain, le débat entre les adhérents de ces deux conceptions joue un rôle considérable dans le développement de la ville. Les trajectoires, droites ou courbes, dessinent et sous-tendent des lieux essentiels dans la ville.

6Bernard Lamizet (2002 : 11) nous explique qu’une ville ne se découvre qu’à pied : « Le parcours à pied est le processus par lequel, en allant de lieu en lieu dans l’espace de la ville, on se l’approprie en le reconnaissant et en lui donnant du sens ». Nous pouvons dire que le parcours permet de connaître la ville, de se familiariser avec sa dynamique et de percer son caractère. Expérimenter les parcours, c’est aussi expérimenter la ville qui est peut-être toute entière une sorte de mise en mouvement de l’espace. L’artiste, face à la multiplicité des rythmes urbains, se voit investi d’une difficile mission : celle de dessiner de nouvelles trajectoires qui puissent donner une forme viable et un tant soit peu commune à un écheveau de destinées quotidiennes, de créer des lieux qui fédèrent et, en entrecroisant passé et présent, de les faire entrer en correspondance avec des lieux préexistants, par un système d’entrelacs et de renvois. Paul Ardenne (2002 : 103) nous parle du caractère fluctuant de la ville, évoquant un espace urbain envahi par l’art contextuel : « La ville moderne est l’espace par excellence du transitoire, lieu baudelairien dont la forme, dit le poète du Cygne, « change plus vite, hélas !, que le cœur d’un mortel ». L’art doit alors se faire transitoire, lui aussi accompagner passages et dérives des citadins, se mouler dans la dynamique d’espaces que modifie sans arrêt la ville vive, se soumettre à une perpétuelle transformation ».

1.2. La prédominance de l’élément visuel dans l’espace

7À partir des années 1970, l’art urbain fait l’objet, dans plusieurs pays, de profondes réorientations. On attribue aux lieux une signification provisoire, éphémère. Les parcours intra-urbains changent et varient tandis que de nouvelles trajectoires et de nouveaux lieux, de nouvelles intentions surgissent. J. S. Jauhiainen (2005 : 53) souligne que : « Les villes sont remplies de lieux signifiants. L’accumulation de la créativité dans ces lieux se manifeste d’une façon particulière, en grappes. C’est un des aspects les plus marquants de l’économie contemporaine. Cela rend les villes et la vie urbaine plus attirantes pour les citadins ». Or dans le monde contemporain, la force d’attraction des villes représente un enjeu extrêmement important, au confluent de l’économie, de la culture et de la science. Dans ce contexte de concurrence, l’art est souvent utilisé comme un moyen et un outil pour renforcer l’attractivité des villes. La ville est autant laboratoire qu’espace de mise en scène des innovations culturelles et techniques, autant espace de création que d’application. Sa force d’attraction dépend non seulement de ses capacités à innover mais encore de sa faculté à mettre en scène son espace et de l’investir de nouvelles pratiques culturelles, sociales et artistiques. En bref, il y a une certaine congruence entre l’évolution de l’espace urbain et l’innovation, qu’elle soit technique, sociale ou esthétique. Mais la ville ne peut se contenter d’être attractive par le seul spectacle de ses mutations. Elle doit aussi proposer un cadre viable à long terme pour ses habitants. Une ville en mouvement doit être capable de coordonner, penser l’innovation et finalement d’impliquer l’ensemble de ses habitants dans ce processus selon un modèle participatif dont l’interactivité devrait être le socle. Cela passe par une réflexion sur l’espace architectural, tant dans son aspect physique qu’esthétique.

8Ainsi, dans son livre intitulé « Penser la ville par l’art contemporain », François Delarue (2004 : 6) se demande : « Comment l’appel à l’art contemporain et le dialogue entre urbaniste et artiste peuvent-ils donner du sens à l’espace urbain ou lui offrir une pluralité de sens, aider à retrouver des repères, conforter l’identité des lieux de vie, l’appartenance à un territoire, à une société ? ». L’artiste et l’architecte nous montrent à quel point les nouvelles expressions artistiques peuvent être différentes et variées. Le désaccord entre l’art, l’architecture et la ville est une invitation à trouver de nouvelles manières de concevoir l’urbanité et de construire la ville. L’objectif est d’ouvrir la discussion sur le nouveau rôle des artistes. Si l’artiste trouve une expression innovante qui soit le fruit d’un dialogue avec d’autres disciplines telles que l’architecture, l’urbanisme, le paysagisme, il en résultera un espace urbain aux dimensions sensibles accrues, régénéré, porteur de nouvelles qualités, ce qui permettra de mieux répondre aux besoins de convivialité des citadins.

9Mais l’art hésite entre isolement, repli sur soi et relation, dialogue. Il voudrait être le grand laboratoire des nouvelles formes architecturales et urbaines. On peut dire cependant que, dans les villes occidentales, l’art public contemporain n’a pas été assez intégré à l’espace urbain. Il n’y a pas eu assez de dialogue, de respiration entre l’installation, l’œuvre artistique et la ville vivante, laborieuse, la ville en mouvement, remuante, des citadins. L’œuvre d’art constituant une fin en soi, un topos isolé, refuse de s’intégrer à cette ville contemporaine qui s’apparente à un ensemble de flux. Réduite à un artefact, un objet fabriqué à l’image de n’importe quel produit industriel ou culturel, elle se cantonne à un rôle décoratif. Elle pourrait pourtant jouer un certain rôle dans la mise en place des activités spatiotemporelles des citadins, et ce, tout en gardant sa spécificité et l’auréole que lui confère l’isolement. L’œuvre d’art peut en effet servir à relier des espaces qui s’opposent en apparence et aplanir, tout en les mettant en valeur, les contradictions de l’espace urbain. Elle peut, sur des lieux de spectacle qui lui permettent de rencontrer les citadins, des agoras, convoquer différents acteurs et institutions de la communication. Mais pour cela, il est nécessaire de mettre en place un véritable dialogue avec les maîtres d’ouvrage, un dialogue entre artistes et commanditaires, entre architectes et urbanistes. Cela permettrait de sensibiliser les pouvoirs publics aux apports de l’interaction entre citoyens, espace, culture et entreprises, de se positionner en travaillant à la mise en place d’un environnement favorable à leur épanouissement et d’identifier des outils nécessaires à une inscription dans le long terme de cette thématique.

1.3. Des outils pour la valorisation des espaces urbains 

10L’effort fait pour optimiser la valeur d’un espace urbain en améliorant sa qualité, en ajoutant de nouvelles fonctions bénéfiques et en accroissant l’attractivité de cet espace fait partie de l’esprit humain depuis longtemps (Van Schaik, 2008). Dans beaucoup de villes américaines et européennes, 1 % du budget consacré à un nouveau chantier de construction ou à des reconstructions est utilisé pour donner, au travers des arts et du design, un supplément de valeur aux différents espaces aménagés. Le raisonnement qui sous-tend cette décision est que l’art devrait être accessible à tous les habitants, quel que soit leur milieu ou leur mode de vie. Dans le cadre du programme Creative Metropoles, beaucoup de grandes villes (Amsterdam, Birmingham, Helsinki, Oslo, Stockholm) ont utilisé le dispositif « % pour l’art » dans l’optique d’apporter davantage d’animation dans les quartiers et les centres-villes. Certaines de ces villes ont même appliqué la règle à tous les chantiers lancés par leur municipalité. À Stockholm, l’accent est mis sur des institutions, comme les écoles ou les maisons de repos. D’autres villes, comme Helsinki, ont fait en sorte que le « % pour l’art » s’applique à une forme de développement spécifique des quartiers. On discute désormais de l’application de cette mesure dans les pays d’Europe de l’Est, dont l’Estonie. Mais ces actions en faveur des œuvres d’art dans la ville renvoient à la problématique de la commande publique. Peut-elle être un moteur pour activer la vie en société ? La commande publique oblige en outre l’artiste à se poser diverses questions relatives à l’histoire, à la culture et à intégrer dans son projet un contexte qu’il ne connaît peut-être pas directement. L’esthétique rejoint ici le politique au sens grec de « polis », l’œuvre de commande se situant en effet au confluent de plusieurs institutions : administration urbaine, État, milieux académiques, médias. Divers enjeux s’y téléscopent si bien que l’artiste doit, pour rester « maître de la situation », analyser avec acuité une situation originale où il est à la fois l’élu et l’otage potentiel.

2. Rôle de l’artiste et construction du sens dans un espace urbain soumis au changement

11L’art d’aujourd’hui ne saurait retrouver sa place dans l’espace de l’urbanité sans avoir inventé une nouvelle fonction. Laquelle ? Visualiser, symboliser et recueillir sont des aspects du processus d’habitation, au sens existentiel du mot. Les artistes peuvent partir en quête des signes qui sillonnent l’espace urbain, mais ils doivent aussi faire un choix parmi des médias très diversifiés en s’adressant plus spécifiquement à l’un ou l’autre de nos sens. Une des lignes directrices de notre pratique personnelle est l’idée que c’est le rôle de l’artiste de mettre en scène l’espace pluridimensionnel et d’établir un dialogue avec le citadin. Pour cela, nous nous référons à deux principes : pluri-sensorialité et interactivité. Nous considérons en effet que l’artiste n’est pas créateur de mondes virtuels mais éveilleur d’imaginaire et de sens. Il intervient comme re-créateur d’espace. 

2.1. Le rôle des artistes : créer un espace d’expérimentation et d’interaction

  • 4 Ceux liés aux nouvelles technologies. Ne parlait-on pas, dans les années 1980, d’autoroutes de l’in (...)

12L’expérience de la relation entre l’espace, l’artiste et l’art urbain ne peut se résumer à un savoir technique, à un ensemble d’informations. Cette relation nécessite l’analyse plus profonde, une analyse qui permettrait de repenser l’idée d’espace. De ce laboratoire peuvent émerger de nouveaux langages et de nouvelles formes, sensibles et structurales. L’espace serait alors appréhendé comme un champ relationnel où un ensemble de mécanismes complexes trouverait à s’exercer. Pour l’artiste, connaître la matière de la ville, c’est-à-dire sa structure profonde, est essentiel car c’est par rapport à cela qu’il peut effectuer ses déplacements qui sont autant de repérages des lieux où il convient d’agir. Travailler simultanément avec l’espace et le temps dans des lieux stratégiques est l’un des défis que l’artiste doit relever. L’omniprésence, en ville, des traces de la vie des individus comme des groupes nous rappelle qu’elle est un lieu d’activité incessante, rythmé par des actes humains. Aussi, convient-il, pour mieux connaître son caractère, de s’interroger sur ces rythmes urbains. En même temps, depuis un siècle et demi, les machines comme la voiture et le train, ont instauré de nouvelles trajectoires, de nouvelles façons de se déplacer et d’appréhender l’espace. Ainsi les parcours réels (ou virtuels)4 jouent un rôle considérable dans la perception de l’espace urbain. Ils déterminent en partie les rapports entre les individus et l’espace qu’ils traversent. Ce sont aussi ces parcours qui, en se croisant, se recroisant ou en s’éloignant l’un de l’autre font ressortir, émerger les lieux qui intéresseront l’artiste. L’artiste devra réinterroger l’espace urbain ainsi redéfini et appréhender la ville comme un ensemble de trajectoires, de parcours, lesquels constituent peut-être la structure moins visible mais organique de ce que l’on appelle la ville. C’est désormais en se mettant à l’écoute de cette ville confondue avec ses habitants, leurs parcours et leurs activités quotidiennes que l’artiste peut apporter sa plus précieuse contribution : re-créer des espaces, créer des œuvres qui soient autant de miroirs de la dynamique invisible (activités et déplacements des citadins) qui anime la ville contemporaine.

13Pour redevenir une cité, la ville doit retrouver les chemins du dialogue. Est-cela le rôle de l’artiste : ouvrir le dialogue ? Et dans quel espace un artiste contemporain doit-il agir ? L’espace public est une zone ouverte et accessible à tous les citoyens, sans distinction. L’accessibilité et les interactions sociales deviennent dès lors d’importants objets d’analyse pour l’artiste. Ne pourrait-il pas donner plus de profondeur sensorielle à une scénographie nouvelle de cet espace urbain partagé ? Il revient peut-être à l’artiste de mettre en scène cet espace pluridimensionnel et ce, non à la manière d’un faiseur de décor, mais d’un constructeur de sens, d’un interprète de la vie urbaine dans ce qu’elle a de plus immédiat et concret. Sortant d’une théâtralité stérile, il peut alors se proposer d’activer par ses créations, installations, différents espaces névralgiques où les passants, spectateurs, peuvent redevenir des citadins-acteurs (photo 1). Les artistes peuvent sans doute jouer ici, par une approche transversale mêlant des considérations ayant trait aussi bien aux domaines des techniques, de l’esthétique que de la sociologie, un rôle clé dans les processus de revitalisation des espaces, notamment des espaces abandonnés ou dévalorisés, voire même, dans certains cas, catalyser les forces de changement qui sourdent dans une communauté.

Photo 1 : L’espace interactif sonore du compositeur E. Tubin. Tartu, Estonie, 2005. (Sculpteur : Aili Vahtrapuu, Architecte : Véronique Valk, Son : Louis Dandrel)

Photo 1 : L’espace interactif sonore du compositeur E. Tubin. Tartu, Estonie, 2005. (Sculpteur : Aili Vahtrapuu, Architecte : Véronique Valk, Son : Louis Dandrel)

Source : Photographie de A. Vahtrapuu.

14Il va de soi que les programmes artistiques peuvent lancer un défi aux décideurs en initiant des projets controversés qui obligent les responsables à débattre et à affirmer des positions pouvant avoir des retentissements sur la vie sociale. Chaque cas est unique, chaque régénération urbaine présente un caractère spécifique en fonction des lieux où elle est mise en oeuvre, du contexte, des conditions et de l’évaluation des ressources existantes, et donc le caractère expérimental reste entier. Ces projets incitent en effet la société à l’introspection et peuvent aller jusqu’à donner la parole à des personnes ou des communautés jusque là peu consultées.

2.2. Intégrer ou non le legs du passé à une pratique moderne : le dangereux dilemme des pays post-soviétiques

15Certaines villes européennes ont une longue expérience des pratiques artistiques appliquées à l’espace urbain (Amsterdam, Barcelone, Berlin, Birmingham, Helsinki, Oslo, Stockholm), mais d’autres villes, comme celles des pays post-soviétiques, commencent seulement à faire leurs premiers pas dans ce domaine (Riga, Tallinn, Vilnius). La revue internationale Architectural Design (2006, nº 3) s’est intéressée à L’Europe Nouvelle. Dans son article Place(s) without a Sense of Place ? (Les lieux que l’on ne ressent pas comme des lieux), Valentina Croci invite à analyser les relations entre culture et architecture dans dix pays nouvellement entrés dans l’Union Européenne. Les pays post-soviétiques forment un groupe à part dans l’Union à cause d’un fond culturel commun qui leur a été imposé, d’un vécu et d’une mémoire marqués par des épreuves semblables. Ils ont en commun ce même segment temporel, une cinquantaine d’années, vécu comme une rupture dans l’histoire, la culture, l’économie. Ces pays se trouvent devant un dangereux dilemme : que doivent-ils conserver de ce passé qui reste écrit dans les mémoires, de cinquante ans de mode de vie soviétique ? Le gommer, ou le recycler et l’utiliser comme matériau pour de nouvelles interprétations ? Ce legs peut-il servir de tremplin à des projets qui permettraient de pacifier les citadins avec un passé qui se traduit dans le corps de leur ville par des sortes de hiatus urbanistiques ?

  • 5 « A major problem of such reconstructions is the risk of historicing architectural artefacts, with (...)

16Autant de questionnements qui nous font apparaître de manière encore plus claire le rôle central que peut jouer l’artiste dans ce contexte inédit : celui d’un passeur entre passé et présent, capable de trouver un équilibre, des points de raccordement entre la lourdeur d’un héritage, des structures en apparence figées, héritées d’une parenthèse révolue, et le dynamisme, l’ouverture, la soif de reconfiguration propres à la ville contemporaine. Valentina Croci fait, à ce propos, l’observation suivante : « Un des problèmes majeurs dans ces reconstructions est qu’elles posent le risque d’une historicisation des créations architecturales, avec le danger inhérent que les monuments puissent acquérir des valeurs métonymiques et jouer un rôle de propagande »5. L’un des exemples les plus célèbres du problème pointé par V. Croci se trouve à Tallinn. Depuis longtemps, la société estonienne est agitée par le débat concernant le groupe sculptural appelé « Le Soldat russe » qui se trouve au centre de la ville de Tallinn. Faut-il le démolir ou le conserver en l’adaptant à l’époque ? (photo 2)

Photo 2 : « Le Soldat russe », réalisé en 1947 par le sculpteur Enn Roos (Centre ville de Tallinn-Estonie)

Photo 2 : « Le Soldat russe », réalisé en 1947 par le sculpteur Enn Roos (Centre ville de Tallinn-Estonie)

17Il nous semble, quant à nous, peu judicieux de faire table rase du passé et d’accepter les modèles occidentaux, dans l’économie ou dans l’architecture, sans aucune critique. La solution ne se cache-t-elle pas plutôt dans la mémoire historique de chaque pays membre ? Chaque espace urbain n’est-il pas irréductible, porteur de valeurs, de marques architecturales et artistiques propres ? Il serait bon, en effet, d’entrevoir l’espace urbain comme un lieu où s’accumulent les événements historiques. Chaque changement, chaque retouche dans le périmètre historique de la ville nous parle des changements politiques ou culturels que connaît la société, marquant, à leur façon, des époques. Les contrastes eux-mêmes deviennent éloquents et prennent valeur de symboles. L’artiste plasticien, dans sa pratique, peut ainsi avoir à composer avec un patrimoine, des marques, des signes propres à ces époques. Doit-il ignorer ces signes ? Peut-il les ignorer ? Comment peut-il utiliser, tout en les détournant, les signes d’une époque à « sens unique », et les intégrer à la polysémie de la période contemporaine ? Il doit en tout cas faire des choix qui ne peuvent ignorer, quand bien même ils seraient « neutres », les enjeux politiques propres à toute intervention artistique dans l’espace urbain.

18Les responsables de l’espace urbain en Estonie devraient peut-être s’appuyer sur ces principes qui les guideraient dans les choix à venir. Il est clair que, du fait de besoins nouveaux, on a tendance à gommer les anciennes structures alors que les dimensions de l’espace urbain restent les mêmes. C’est ainsi que, dans bien des espaces urbains historiques, nous pouvons observer un mélange entre l’ancien et le contemporain. Dans ce cas, ce sont les vieilles structures qui nous sont souvent les plus sympathiques, du fait peut être de la relation intime qu’elles entretiennent avec les populations, de la vie qui les entoure. Supports de diverses projections, elles sont finalement ressenties comme plus proches du caractère humain. Ce sont des signes du passé qui peuvent alors inspirer l’artiste et devenir dans ses mains des matériaux et des repères pour ses créations futures. L’artiste peut opter pour la cohérence ou le contraste entre deux directions qui, bien qu’antinomiques en apparence, ouvrent toutes deux une possibilité de dialogue entre passé, présent et futur. En effet, la relation au temps a toujours été pour l’artiste un défi intéressant, en particulier quand il doit interpréter le passé en l’actualisant. Il peut alors prendre l’espace urbain comme il est et créer des événements en induisant, par ses « retouches », de nouvelles situations. Il peut de même investir des espaces fonctionnels en les détournant de leur fonction, s’appuyant pour cela sur différents effets propres aux nouveaux médias et même susciter des communautés virtuelles. Le faible écart entre deux moments ouvre l’espace d’un doute et déplie le présent en une durée paradoxale. C’est ce temps-là que l’architecte ou l’artiste cherche à rendre sensible en créant une accumulation de vies parallèles. Nous voyons donc ici que le temps nous aide à donner plus d’épaisseur au présent. Hélas, il faut nous contenter du fait que nous n’agissons que dans les dimensions temporelles qui nous sont soumises. Notre perception est en effet limitée. Par exemple, nous ne pouvons pas suivre du regard le développement d’un arbre comme nous le faisons quand il s’agit de la construction d’un gratte-ciel. Cependant, chaque espace peut aussi connaître des changements épisodiques, relatifs au passage des saisons ou au degré de luminosité, lesquels induisent différentes émotions que l’artiste peut faire ressortir et accompagner. La ville devient ainsi le support d’un art qui nourrit une tension entre l’espace intérieur et extérieur, l’ombre et la lumière, le quotidien et le particulier, l’ouvert et le fermé. La ville renvoie à la fois à une éthique de l’existence et à une esthétique de la perception.

19La majorité des villes ont investi dans la régénération urbaine de leur centre-ville, ce lieu symbolique où est mis en scène au quotidien l’identité d’une ville et son potentiel en matière de loisirs et de création. Mais de plus en plus de villes élaborent des stratégies de renaissance d’autres espaces urbains. La rénovation de vieux bâtiments industriels et le développement de districts culturels sont autant d’opportunités de revisiter le passé et de mobiliser la créativité des artistes et des habitants. Les exemples du quartier de l’Arabianranta à Helsinki et du Kultuurikatel à Tallinn vont nous donner l’occasion d’observer sur le terrain le rôle des artistes dans la construction de nouvelles perceptions et de nouvelles pratiques dans des espaces urbains soumis au changement.

3. Territoires créatifs et régénération des espaces en front d’eau : l’Arabianranta á Helsinki et le Kultuurikatel á Tallinn

« L’eau dans la ville est comme une respiration,
la première résultant de ses habitants »
Thierry Paquot, 2009, p. 149.

20L’eau a toujours occupé une place de choix dans les villes occidentales. Cependant, on s’est souvent contenté de l’utiliser de manière fonctionnelle, laissant de côté l’aspect artistique et émotionnel dont elle est naturellement porteuse. Les espaces consacrés à l’eau, en particulier au Nord de l’Europe, n’ont pas été pensés dans toutes leurs dimensions, tout comme n’ont pas été exploitées les potentialités esthétiques et sociales propres à cet élément. Dans les dernières décennies, les zones portuaires font figure de laboratoire où s’expriment de nouvelles visions urbanistiques. De nombreuses archives de projets et contre-projets architecturaux deviennent autant de documents témoignant des tentatives de lier ville et port. Plusieurs villes engagées dans le programme Creative Metropoles (Barcelone, Helsinki, Oslo) ont dépensé d’importantes sommes d’argent dans le but d’intégrer leur front de mer au centre ville. Les villes paraissent vouloir assumer par de nouveaux bâtiments civils, des espaces publics et diverses fonctions urbaines, un rapport physique immédiat, avec l’eau et le rivage. Créer des connexions revient aussi à attirer les citadins à pied ou à vélo vers les fronts de mer au lieu de compter exclusivement sur la voiture. C’est peut-être Helsinki qui possède le meilleur exemple de ce type de connexion : l’Esplanade mène, comme par un effet de magie, du cœur de la ville jusqu’au front de mer. À Oslo, l’Aker Brygge Harborfront, réaménagé récemment, fait en sorte que les nouveaux développements urbanistiques soient en accord avec la vision de la communauté des citoyens. À travers les exemples du quartier d’Arabianranta à Helsinki et de celui du « chaudron culturel » à Tallinn, nous souhaitons interroger la place de l’art et des artistes dans la régénération des espaces industriels, au-delà de l’implantation d’activités créatives et culturelles et de leurs effets économiques attendus.

3.1. Le « Chaudron culturel » ou la reconquête du front de mer de Tallinn

21Dans son livre intitulé La géographie urbaine, Jussi Jauhiainen (2005), géographe et urbaniste finlandais, considère que la culture urbaine traditionnelle s’est mise à reprendre vie en Estonie. Le centre historique de Tallinn, capitale politique et économique du pays, est d’ailleurs l’objet d’un programme de réhabilitation qui vise à valoriser le patrimoine architectural d’avant 1940. Mais la ville a également engagé un mouvement d’ouverture vers la mer, vers ce front de mer industrialisé et militarisé interdit au public entre 1940 et 1991. La transformation esthétique de cet espace urbain littoral s’appuie notamment sur le développement d’un district culturel autour du Kultuurikatel6 ou « chaudron culturel » (photo 3). Industrialisé dès 1860, le quartier du Kultuurikatel se définit comme un ensemble de constructions, avec en son centre un ou deux bâtiments phares dont l’ancienne centrale thermique. Ce dernier site est aujourd’hui un patrimoine classé qui doit devenir un centre culturel avec galeries d’art, studios d’enregistrement, centre d’architecture, théâtre, espaces publics. Un poste d’observation du paysage doit être construit en haut de la cheminée de l’ancienne centrale. Le programme global de réhabilitation doit se faire en quatre phases, dont la dernière est prévue pour 2015, même si le Kultuurikatel a été un des sites d’accueil des événementiels organisés en 2011 quand Tallinn a été « Capitale européenne de la culture ».

Photo 3 : Kultuurikatel, Tallinn, Estonie

Photo 3 : Kultuurikatel, Tallinn, Estonie

Source : Photographie de M. Hammer

22L’objectif des urbanistes et promoteurs visant à rénover d’anciens bâtiments industriels à Tallinn correspondait en fait aux besoins exprimés par des artistes ou des structures culturelles en quête d’espaces. Ainsi, la surface de l’ancienne centrale électrique encourageait une utilisation culturelle car les édifices de grande taille sont faciles à subdiviser. Le Kulturrikatel comprend en effet un certain nombre d’espaces de travail partagés et auto-administrés à des niveaux de loyer modiques. Ces espaces de travail partagés donnent la possibilité aux entrepreneurs culturels de monter des start-up et de bénéficier d’aides administratives et juridiques ainsi que de formations en création d’entreprise et en développement commercial. Toutefois, le bénéfice majeur que tirent les entrepreneurs culturels d’un espace partagé découle d’une proximité physique avec d’autres entrepreneurs culturels, proximité qui rend possible des effets de synergie. Ces effets s’appuient sur des interactions personnelles, au quotidien, entre personnes engagées dans des processus créatifs. De quoi donner corps à une notion de synergie qui permet d’explorer de nouvelles pistes et de développer de nouveaux produits et services dans le domaine de l’économie culturelle.

23Dans le cadre du Kultuurikatel, les réseaux informels entre artistes et acteurs culturels ont préfiguré l’approche matérielle de la régénération urbaine par la culture. Ces centres d'artistes autogérés sont autant des « fabriques de création » que des clusters d’activités artistiques. En prolongement de l’opération du « chaudron culturel » est née l’idée du quartier culturel et créatif et, plus largement, de milieu créatif. Le long du front de mer ouvert à la population, entrepôts, usines et chantiers navals ont vocation à accueillir des entreprises créatives et font place à la musique, au théâtre, à l’opéra, aux restaurants mais aussi à des bureaux et des appartements. Ce « kilomètre culturel » est au service de l’économie créative mais la re-création d’un espace urbain en collaboration avec les artistes et les habitants offre également une nouvelle ambiance aux citoyens. Au-delà de la valorisation du patrimoine historique et du classement du centre-ville au titre de patrimoine mondial de l’Unesco, en 1997, les autorités de Tallinn ont porté leur attention sur la créativité et les industries culturelles dès 2005 et ambitionnent de faire de leur cité une ville créative. Les programmes de régénération urbaine par la culture tout comme les événementiels culturels (capitale européenne de la culture, fête de la lumière...) ont pour objectif de promouvoir la diversité de la vie culturelle, de changer durablement la qualité de vie des habitants et de promouvoir une image dynamique de l’Estonie post-soviétique. Sur l’autre rive du golfe de Finlande, au droit de Tallinn, la ville d’Helsinki expérimente l’interaction avec des artistes dans le nouveau quartier d’Arabianranta.

3.2. Le quartier d'Arabianranta à Helsinki : un front pionnier pour l’art et le design

  • 7 Etude de l’Institut d’aménagement et urbanisme d’Ile-de-France : organisation spatiale de l’agglomé (...)
  • 8 Carton de localisation et projets urbains d’Helsinki et de ses alentours, et plan-masse du quartier (...)
  • 9 Plans, maquettes et photographies du nouveau quartier d’Arabianranta sur le site de la ville d’Hels (...)

24Front pionnier de l’urbanisation à quatre kilomètres au nord-est du centre d’Helsinki, Arabianranta est un des nouveaux pôles de développement de la péninsule d’Helsinki7. Un quartier résidentiel, planifié en 1992, se construit depuis 1998 sur d’anciens espaces industriels pollués, en bordure d’une baie maritime8. Les travaux de dépollution et de poldérisation renchérissent les coûts de construction au regard d’autres quartiers situés à distance égale du centre d’Helsinki. Aussi Arabianranta, qui doit être achevé en 2013, a-t-il été conçu comme un laboratoire de l’habitat contemporain et comme le futur principal cluster de design de la Baltique9. Logements, bureaux, centre commercial et autres infrastructures sont séparés de la mer par un parc public d’une vingtaine d’hectares aménagé de long du littoral. Les habitants ont une vue sur la baie et sur une importante zone de protection des oiseaux classée Natura 2000. Mais la qualité urbaine d’Arabianranta est aussi dans le projet social puisque s’y mêlent des logements sociaux et des logements pour personnes aisées, des logements pour étudiants, pour personnes âgées ou pour handicapés. En outre, l’équipement numérique du quartier a permis d’y développer un projet-pilote de télé-services à la population. Arabianranta est ainsi devenu le premier « village virtuel finlandais », modèle destiné à être étendu à l’ensemble de l’agglomération d’Helsinki.

25Une autre spécificité du quartier est d’être adaptée aux formes de travail des industries créatives puisque beaucoup d’appartements incluent un atelier ou un bureau. La vocation économique d’Arabianranta s’est notamment construite autour de l’Université d’art et de design d’Helsinki (TaiK) implantée dès 1988 dans l’ancienne usine de céramique Arabia (photo 4). Un campus culturel, artistique et scientifique s’est peu à peu constitué dans ce quartier par l’agrégation spatiale d’autres établissements de formation, notamment en musique (conservatoire Pop and Jazz d’Helsinki), en arts de la scène ou en sciences appliquées. Près de 6 000 étudiants et 1 500 professionnels y constituent désormais un vivier pour les industries créatives. Arabianranta est le symbole de la régénération d’un quartier industriel par la culture (Landry, 1998) autour de la réhabilitation des bâtiments de la manufacture Arabia : musée, bibliothèque, librairies, cafés, bureaux et locaux commerciaux pour les arts de la maison se sont installés à proximité du bâtiment qui abrite une partie de la TaiK et dont le revêtement extérieur multicolore est en fait une œuvre d’art.

Photo 4 : Helsinki, quartier d’Arabianranta

Photo 4 : Helsinki, quartier d’Arabianranta

Source : Photographie de E. Linnap.

26Car, pour construire la vocation culturelle et artistique du quartier, la ville d’Helsinki a exigé de toutes les parties prenant part au développement d’Arabianranta qu’ils utilisent de 1 à 2 % des sommes investies dans les différents chantiers pour financer des œuvres d’art10. Placées dans des endroits stratégiques (cours, allées, parkings) ou sur les berges de la rivière Arabia, ces oeuvres émaillent cette nouvelle zone urbaine de signes dont de nombreux renvoient au fil d’Ariane d’une nature si proche comme le Bird paradise, l’oiseau de bronze de Jukka Vikberg, le Waterfront park ou encore les nids d’aluminium placés sur les façades de certains bâtiments d’habitation par les architectes de l’agence QUAD. Les œuvres d’art sont aussi le reflet de l’histoire aux multiples facettes d’Arabianranta, depuis les sculptures métalliques rouge-orange de Howard Smith, dans le Kaj Frank Park, qui font référence aux anciennes usines de céramique jusqu’à l’Arabia carpet, tapis aux carreaux multicolores d’Elina Aalto qui, avec ses motif orientaux, entre en résonance de manière un peu surréaliste avec l’ancien nom du site : Arabia ja Kaanaan maa, le pays d’Arabie et Canaan. Les œuvres d’art contribuent ainsi à donner forme à l’identité toujours en gestation de ce nouveau quartier.

Photo 5 : Helsinki, quartier d’Arabianranta. Oeuvres d’artistes finnois, scandinaves et internationaux

Photo 5 : Helsinki, quartier d’Arabianranta. Oeuvres d’artistes finnois, scandinaves et internationaux

Source : Photographie de E. Linnap.

27Même si les nombreuses œuvres d’artistes finnois, scandinaves et internationaux (photo 5) ont contribué à rendre cette aire urbaine plus attractive, ce ne sont pourtant pas des intérêts purement économiques qui ont guidé la mise en place du projet artistique. Les œuvres entrent surtout en écho avec la vocation artistique du quartier. De même, elles manifestent l’émergence progressive d’un espace public, d’un lieu de vie apte à fédérer les différentes populations qui s’y côtoient quotidiennement : chefs entreprises, artistes, informaticiens, designers. Ils permettent finalement de renforcer l’identité d’Arabianranta dans l’optique d’une ville polycentrique et interconnectée.

Conclusion

28La ville a besoin de créativité tout comme la créativité a besoin de la ville. Pas de la ville définitivement établie et saturée, mais plutôt de la ville des niches et des brèches, celle du dialogue des cultures et de l’enthousiasme lié au changement. En 1961, Jane Jacobs, en sa qualité de sociologue et observatrice du fait urbain, soutient dans son livre « Vie et mort des grandes villes » que la diversité et les échanges d’idées jouent un rôle important dans la création d’une vie urbaine puissante et dynamique. Pour elle, la ville possède sa propre personnalité avec des quartiers qui se développent comme résultat d’un rassemblement spontané d’individus réunis par un objectif commun. Spontanéité et mise en commun à l’intérieur d’un espace public sont ici des notions essentielles. Toute modification physique de l’espace urbain a, en effet, des effets sociaux, ne serait-ce que par la modification du contexte dans lequel les personnes vivent. Les dimensions artistiques et culturelles peuvent même jouer un rôle déterminant en faveur du développement durable des quartiers, en permettant d'améliorer la confiance que les habitants ont en eux-mêmes et en renforçant leur sentiment d'appartenance à la ville.

29C’est pourquoi une attention particulière a été portée à l’intégration des « catalyseurs culturels » qui peuvent être de nature physique, économique ou sociale, mais dont l’impact a généralement une portée plus vaste. Ainsi, il convient, selon nous, d’explorer les possibilités qu’offre l’activité culturelle en termes de recherche de talents, de dialogue entre les cultures et de changement de mentalité dans la société. Car réduire les activités culturelles à des instruments au service de l'attractivité, de la théâtralité, serait une erreur. L’espace est une matière première à la fois concrète et abstraite, malléable et fragile, précieuse humainement. Tous les changements peuvent à la fois le bonifier ou l’exposer à des processus de saturation, de déperdition ou de sédimentation léthargique. Le fait d’insister sur le rôle de l’artiste en tant qu’intermédiateur de créativité, de sociabilité dans l’espace nous conduit à proposer une synthèse des solutions possibles : favoriser la mise en place d’une approche transversale des politiques culturelles, économiques et institutionnelles afin de mettre la créativité au cœur de ces politiques. Il s’agit ainsi de sensibiliser les acteurs de la ville à une approche pro-active de la créativité pour promouvoir une politique territoriale ouverte aux défis des territoires de demain.

Haut de page

Bibliographie

Ardenne P., 2002, Un Art Contextuel, Paris: Flammarion.

Choay F., 1985, Production de la ville, esthétique urbaine et architecture, in M. Roncayolo et G. Duby (dir.), Histoire de la France urbaine, tome 5 : La ville aujourd’hui, Paris : Seuil, pp. 232-279.

Colomb C., 2006, Le New Labour et le discours de la « Renaissance Urbaine » au Royaume-Uni. Vers une revitalisation durable ou une gentrification accélérée des centres villes britanniques ?, Sociétés Contemporaines, 63, pp. 16-30.

Croci V., 2006, New Europe : Place(s) without a Sense of Place ?, Architectural Design, n° 3, pp. 6-11.

Delarue F., 2004, Offrir une pluralité de sens à l’espace urbain, in A. Masbourgi (dir.), Penser la ville par l’art contemporaine, Paris : Éditions de la Villette, pp. 6.

Florida R., 2002, The rise of the creative class : and how it’s transforming work,

leisure, community and every day life, New York : Basic books.

Jauhiainen J. S., 2005, Linnageograafia. Linnad ja linnauurimine modernismist postmodernismini (Urban geography. Cities and urban studies from modernism to postmodernism), Tallinn: Eesti Kunstiakadeemia.

Lamizet B., 2002, Le sens de la ville, Paris: L’Harmattan.

Landry C., 1998, Helsinki : Towards a creative city. Seizing the opportunity and maximizing potential, Helsinki : City of Helsinki.

Landry C., 2000, The Creative City : A toolkit for urban innovators, London : Earthscan.

Le Corbusier, 1994, Urbanisme, Paris : Flammarion.

Lefebvre H., 1974, La Production de l’Espace, Paris : Anthropos.

Lefebvre H., 1991, The production of space, Oxford : Blackwell.

Paquot T., 2002, L’urbain entre deux eaux : de l’eau à H2O, in C. Younes et T. Paquot (dir.), Philosophie, ville et architecture, Paris : La Découverte, pp. 149-159.

Raud R., 2002, Trajektoorid ühiskondlikus linnaruumis, ettekanne rahv. Seminaril Koht ja Paik III Linn, Tallinn.

Van Schaik L., 2008, Spatial Intelligence: new futures for architecture, Great Britain: John Wiley&Son Inc.

Haut de page

Notes

1 Article retravaillé dans sa forme par C. Liefooghe, responsable du numéro, avec l’accord de l’auteur. Le contenu reste sous la responsabilité de l’auteur.

2 Le programme Creative Metropoles (2008-2011) a porté sur le potentiel de l’économie créative dans onze métropoles européennes (Amsterdam, Barcelone, Berlin, Birmingham, Helsinki, Oslo, Riga, Stockholm, Tallinn, Vilnius, Varsovie).[http://www.creativemetropoles.eu/uploads/files/report_cm_final_formatted_02.2010.pdf]

3 DEBORD, G., 1957, Guide Psychogéographique de Paris, Copenhagen : éd. Permild & Rosengreen, cité par J. Jauhiainen, 2005.

4 Ceux liés aux nouvelles technologies. Ne parlait-on pas, dans les années 1980, d’autoroutes de l’information !

5 « A major problem of such reconstructions is the risk of historicing architectural artefacts, with the inherit danger that monuments might acquire new metonymical and propagandistic values ».

6 Présentation détaillée du site (photographies) et du projet sur : [http://www.skyscrapercity.com/showthread.php ?t =1341235].

7 Etude de l’Institut d’aménagement et urbanisme d’Ile-de-France : organisation spatiale de l’agglomération d’Helsinki et des pôles de développement en p. 14 ; projet, carte, plan-masse et photographies sur Arabianranta en p. 57 à 60 sur [http://www.iau-idf.fr/fileadmin/Etudes/etude_655/Monographie_HELSINKI.pdf]

8 Carton de localisation et projets urbains d’Helsinki et de ses alentours, et plan-masse du quartier d’Arabianranta sur [http://www.helsinki.fi/jarj/mao/urban/arabia.html]

9 Plans, maquettes et photographies du nouveau quartier d’Arabianranta sur le site de la ville d’Helsinki : [http://www.hel2.fi/taske/Dynamic_Helsinki/Arabianranta.html]

10 Plan avec localisation des oeuvres d’art (pdf en français) sur : [http://www.visithelsinki.fi/sites/visithelsinki.fi/files/files/Esitteet/Muut/arabian_aarteet_ranska.pdf]. Description des oeuvres et localisation (PDF couleur) sur : [http://arts.aalto.fi/fi/services/arabianranta/art_in_arabianranta.pdf]

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photo 1 : L’espace interactif sonore du compositeur E. Tubin. Tartu, Estonie, 2005. (Sculpteur : Aili Vahtrapuu, Architecte : Véronique Valk, Son : Louis Dandrel)
Crédits Source : Photographie de A. Vahtrapuu.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2043/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 856k
Titre Photo 2 : « Le Soldat russe », réalisé en 1947 par le sculpteur Enn Roos (Centre ville de Tallinn-Estonie)
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2043/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Titre Photo 3 : Kultuurikatel, Tallinn, Estonie
Crédits Source : Photographie de M. Hammer
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2043/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 548k
Titre Photo 4 : Helsinki, quartier d’Arabianranta
Crédits Source : Photographie de E. Linnap.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2043/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 916k
Titre Photo 5 : Helsinki, quartier d’Arabianranta. Oeuvres d’artistes finnois, scandinaves et internationaux
Crédits Source : Photographie de E. Linnap.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2043/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 692k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aili Vahtrapuu, « Le rôle des artistes dans la revitalisation des espaces urbains en déclin », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 17-18 | 2013, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://tem.revues.org/2043 ; DOI : 10.4000/tem.2043

Haut de page

Auteur

Aili Vahtrapuu

Artiste et professeur
Department of Applied Creativity
Institute of Fine Arts, Tallinn University
Lai 13
10133 Tallinn
Estonia
Aili.Vahtrapuu@mail.ee

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page