Navigation – Plan du site
Articles

Stodolní ulice à Ostrava : un exemple de régénération du centre d’une ville post-socialiste en République tchèque

Naissance d’un quartier culturel ou d’un espace de consommation ?1
Stodolni Street in Ostrava: a Post-Socialist City Centre Regeneration in the Czech Republic. Emergence of a Cultural Quarter or a Consumption Place ?
Ondřej Slach, Tomáš Boruta, Pavel Bednář et Jaroslav Koutský
p. 52-72

Résumés

L’article traite du processus de régénération d’une partie du centre urbain d’Ostrava, plus précisément de la naissance d’un quartier culturel dans les conditions d’une ville post-socialiste ayant une forte tradition industrielle. L’objectif est d’analyser la naissance d’un quartier culturel et de discuter de sa transformation progressive en quartier de consommation ou de divertissement. Le cadre théorique de départ s’appuie sur des concepts élaborés pour l’analyse des villes post-industrielles des pays développés, concepts qui sont, pour les besoins de l’étude, confrontés aux conditions des villes post-socialistes. Une attention plus particulière est accordée à l’importance et au rôle des artistes lors de la régénération de cette zone, ainsi qu’au développement plus global de tout l’espace de la rue Stodolní jusqu’à nos jours. En conclusion, ce sont non seulement les résultats actuels du processus de régénération qui sont discutés, mais aussi les possibilités et les conditions d’un nouvel essor de cet espace.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Ce texte a été élaboré sous les auspices du projet WD 61-07-1 : « Rôle des facteurs intangibles de (...)

1Depuis le début des années 1990, on peut observer dans les pays développés, sous l’influence de la désindustrialisation et de la concurrence internationale grandissante, un changement sensible de la perception du rôle de la culture dans le contexte de la régénération urbaine. Dorénavant, la culture n’est plus comprise comme un fournisseur passif de valeurs sociales et d’artefacts, mais elle est plutôt perçue comme une filière économique à fort potentiel dans la création d’emplois et de valeurs économiques. En substance, nous pouvons parler d’une économicisation globale de la culture, au sens large du terme (Scott, 1996 ; 2000). Pour connecter les espaces urbains à la culture, l’approche « régénération entraînée par la culture » est devenue une clé majeure qui peut, en théorie, contribuer à la stimulation de la créativité et de la production d’innovations, à la création d’emplois, à l’encouragement à la coopération entre acteurs, voire à l’amélioration de l’image véhiculée (McCarthy, 2005). La culture devient aussi un élément important dans la concurrence entre les villes quand elle devient une composante forte des campagnes de marketing. En même temps, le potentiel de la culture pour la régénération des villes post-industrielles est mis en relief dans de nombreuses approches, par exemple dans le cas de Bilbao, Manchester, Birmingham, et cela aussi bien dans le cadre de la construction d’infrastructures culturelles que dans le cadre de la production culturelle elle-même (Bianchini et Parkinson, 1993 ; Rodriguez et al., 2001). Toutefois, les apports de la régénération urbaine entraînée par la culture ne peuvent être surestimés (Gomez, 1998 ; Miles et Paddison, 2005). À l’inverse, Harvey évalue de manière critique la concurrence entre les villes qui agit comme « un pouvoir extérieur coercitif ». Une telle évolution conduit ensuite paradoxalement, selon l’auteur, à la formation « d’une reproduction en série des mêmes formes de renouvellement urbain » (Harvey, 1989 : 10). À la fin des années 1990, le concept de régénération culturelle fut élargi aux « villes créatives » (Landry, 2000), aux clusters culturels ou aux quartiers ayant une orientation thématique, lesdits Urban Villages (Bell et Jayne, 2004). Le rôle de la créativité, de l’art ou des artistes, a été extrêmement thématisé par Richard Florida (2002) avec le concept de classe créative. L’actuel intérêt pour la créativité est motivé, selon Wojan et al. (2007), par l’attente que l’énergie créative localisée peut engendrer de nouvelles opportunités économiques, résistantes aux tensions, en vue de réduire les coûts dus à la globalisation. Cependant, on ne peut voir la créativité ou la classe créative (dans laquelle les artistes font partie dudit « super noyau créatif ») comme un concept univoque qui ne peut être mis en doute pour le développement des villes ou des régions (Peck, 2005 ; Scott, 2006 ; Markusen, 2006).

2Alors que dans les pays développés, on mène une discussion intense sur les concepts de la créativité, des villes créatives, des quartiers ou clusters culturels, dans les États post-socialistes d’Europe centrale et orientale, la discussion ne fait que commencer. Dans une certaine mesure, il s’agit d’un processus d’évolution naturelle car les villes post-socialistes ont dû, dans la période de transformation, s’orienter d’abord sur la construction de l’infrastructure technique, physique et sociale, soit sur la suppression ou l’élimination des déficits du passé. Au centre des préoccupations se dressaient et d’une certaine manière se dressent encore les efforts d’amélioration des facteurs « durs » de développement (hard factors) et le développement des facteurs « intangibles » (soft factors) n’a suscité qu’une attention marginale. La saturation progressive des hard factors et la convergence globale des États post-socialistes vers les pays développés se manifestent aussi par un déplacement vers la création d’une image et de symboles attrayants, plus précisément vers les projets qui constituent et profilent ces facteurs « intangibles » (Landry et Bianchini, 1995). La culture comme un des éléments clés devient ainsi une force importante dans le développement urbain. Dans le cadre du présent article, nous allons nous concentrer sur le rôle des artistes et leur importance dans la régénération des quartiers urbains dégradés dans les conditions d’une ville industrielle post-socialiste, plus précisément sur le quartier de Stodolní ulice à Ostrava, une ville périphérique (au moins par rapport aux marchés occidentaux) et qui fait partie aujourd’hui des lieux de divertissement les plus connus de toute la République tchèque (Boruta et al., 2009 ; Koutský et al., 2010).

3La structure du texte est la suivante : d'abord, nous allons discuter du concept de quartier culturel (cluster) et des facteurs fondamentaux de leur apparition. Nous accorderons notre attention au rôle même des artistes lors de l'émergence des quartiers culturels et notamment, au stade embryonnaire de leur naissance Parce qu’Ostrava fait partie des villes post-socialistes, nous concentrerons notre attention également sur le concept des villes post-socialistes, avec une ébauche historique du développement de la ville d’Ostrava et une attention particulière pour le centre ville, dont fait également partie l’espace d’influence de la rue Stodolní. Le point central de l’article consiste ensuite en l’analyse de l’essor de l’espace de la rue Stodolní et son évaluation.

1. Les quartiers culturels : entre production et consommation

1.1. Les quartiers culturels : définitions et fonctions

4En règle générale, le quartier culturel ou de divertissement peut être défini comme un espace limité et spécifique qui possède une grande concentration d’établissements culturels. Les quartiers culturels peuvent être étroitement profilés thématiquement, par exemple, « le cluster de musées »(De Frantz, 2005) ou être multifonctionnels et composés d’activités hétérogènes, notamment d’activités artistiques (musique, design, théâtre, etc.). La plupart des quartiers culturels se distinguent par le fait qu’aux activités culturelles s’ajoutent d’autres formes de divertissement social comme les cafés, bars, petits commerces, voire des infrastructures sportives (Mommaas, 2004), ce qui renforce les effets synergiques. Les caractéristiques clés des quartiers culturels se distinguent, selon M. Wansborough et A. Mageean (2000), par les éléments suivants :

  • une situation centrale dans la ville, souvent à proximité de centres commerciaux et d’immeubles de bureaux, souvent avec une bonne desserte ;

  • des établissements culturels axés aussi bien sur la consommation que sur la production artistique, c’est-à-dire des salles de musique, des studios d’enregistrement, des cinémas et des écoles de cinéma, des stands et des ateliers d’artisanat, des lieux de manifestations culturelles (festivals). Néanmoins, la plupart des quartiers culturels ont tendance à devenir des centres de consommation, des curiosités touristiques, plutôt que de production ;

  • une exploitation mixte du site avec un bâti résidentiel, des moyens et petits commerces spécialisés, des cafés, bars, restaurants, clubs, hôtels, boîtes de nuit, cinémas et théâtres qui complètent les activités précédentes ;

  • une connexion entre fabrication et consommation du fait de la valeur ajoutée relativement élevée du secteur de l’industrie culturelle, pour laquelle la contiguïté étroite entre le lieu de production et le lieu de consommation est importante. Les établissements culturels sont aptes à partager les moyens, les savoir-faire et les aménagements ;

  • un art public et son intégration dans l’environnement bâti où, par exemple, les artistes locaux peuvent être utilisés pour faire une attraction locale dans un espace public. L’art public devrait être présenté aussi à l’aide d’un bon design urbain et, enfin, également par une sphère publique vivante et bouillonnante.

5La concentration spatiale d’activités culturelles ou de divertissement ne produit pas uniquement des quartiers culturels mais aussi d’autres types d’espaces ; la différence clé repose sur la part respective de la production et de la consommation, ainsi que sur le rôle de la culture dans ces différents types de quartiers (Newman et Smith, 2000 ; Mommaas, 2009). Parmi les espaces où la consommation prévaut sur la production, nous pouvons citer les « popular leisure epicentre », qui peuvent être caractérisés comme des îlots de renouveau à l’intérieur de la ville, avec une grande concentration de restaurants (ethniques et/ou continentaux), cafés, clubs de musique, magasins d’antiquités, magasins de mode, de livres et de produits musicaux ainsi que des petits théâtres d’avant-garde. Ils se trouvent en général dans des quartiers en déclin résidentiel et commercial mais régénérés par un renouvellement urbain. Les structures urbaines sont pour la plupart composées de bâtiments locaux en bon état, reconstruits et remis en service (Gospodiny, 2006 : 319). Un autre type d’espace où domine la consommation est représenté par les zones de divertissement (Entertainment Zone), expressément orientées sur la concentration d’activités liées à la vie nocturne. La caractéristique essentielle de ces zones est leur localisation en retrait du centre ville, dans des espaces commerciaux et industriels abandonnés, en fait dans des lieux oubliés par le développement résidentiel et commercial (Campo et Ryan, 2008). Le dernier type d’espace avec une dominante claire de la consommation est celui desdits « lieux de consommation » (Consumption Places). Ils se définissent comme des « espaces qui sont spécialement édifiés ou reconstruits pour les habitants qui achètent et consomment les produits et services de divertissement qui y sont proposés » (Mullins et al., 1999 : 44) attendu que, dans l’étude citée, on différencie cinq types d’espace de consommation, entre autres, des espaces de consommation avec des brasseries, des clubs ou des salles de jeu qui offrent une large palette d’émotions reposant sur la consommation d’alcool, de drogues et l’activité de pari. Les caractéristiques et les typologies présentées ci-dessus doivent toujours être considérées dans le contexte d’un espace donné sachant que, par exemple, il existe une série de dissonances ; c’est pourquoi il faut considérer ces types d’espaces comme une orientation pour l’analyse plutôt que comme un dogme ou une norme.

1.2. Naissance des quartiers culturels

6La prémisse essentielle à l’existence du quartier culturel est la présence d’activités culturelles qui devraient inclure aussi bien une production culturelle (fabrication d’objets et offre de services) qu’une consommation culturelle (participation aux représentations de théâtre, sorties au cinéma et visites de galeries) comme l’indique dès 1991 le réseau COMEDIA fondé par Charles Landry2 (Montgomery, 2003 : 296). Les activités doivent être accessibles au public en journée comme en soirée. Dans l’intérêt de sauvegarder la culture vivante, il est important, au moins pour certaines organisations culturelles comme les compagnies de théâtre ou les agences artistiques, d’établir dans les quartiers culturels compétents leurs propres sièges, encourageant ainsi la création de nouveaux postes de travail. L’étendue du milieu urbain comprenant le quartier culturel devrait avoir un rayon d’environ 400 mètres et des bâtiments ayant en moyenne cinq à huit étages, avec des rues ne dépassant pas dix mètres de largeur. Un autre attribut est la présence d’activités de vente, de commerce et de culture en rez-de-chaussée des immeubles, avec des espaces semi-publics qui fournissent une interaction sociale (marché, vendeurs de rue, devantures de maisons et terrasses de cafés et restaurants) et constituent lesdits troisièmes lieux (Oldenburg, 1999). Les activités des gens qui fréquentent ces quartiers, qu’ils se promènent ou suivent des rencontres sportives devant les brasseries et les clubs, sont également décisives. Montgomery souligne que « très souvent des liaisons apparaissent avec les institutions d’enseignement formelles, qui fournissent une préparation spécialisée, et l’afflux de nouveaux artistes et entrepreneurs et employés en recherche et développement » (Montgomery, 2004 : 4), qui aident à maintenir les quartiers culturels vivants et bouillonnants, avec une production et une consommation d’art et d’activités créatrices.

7En général, la naissance des clusters culturels ou des quartiers culturels est favorisée par des facteurs similaires à ceux des clusters industriels quand, dans leur cadre, apparaissent des économies externes (économies d’agglomération) au travers du partage des infrastructures, des technologies, du marché du travail ou au travers des transferts de connaissances. La seule différence est que les firmes ou les individus intégrés dans ces clusters tirent avantage desdites « externalités Jacobs », c’est-à-dire de la diversité des filières qui assure un échange d’informations et d’idées novatrices entre acteurs économiques. C’est pourquoi les industries créatives se concentrent principalement dans les noyaux des régions urbaines (Mossig, 2005 ; Hutton, 2006) dans le cadre desquelles elles constituent souvent des quartiers ou des clusters spécialisés (Scott, 1996). Les firmes et les acteurs de l’intégration dans le cadre du cluster peuvent profiter :

  • d’un attrayant mélange fonctionnel ;

  • d’une fréquence accrue de visiteurs (touristes), de clients potentiels ;

  • d’une baisse du niveau de risque pour ses membres parce qu’ils font partie d’un tout et ne fonctionnent pas de façon isolée ;

  • d’une image commune parce que si un cluster culturel attrayant a une marque forte, alors elle se reflète aussi dans l’image des différents membres.

8Un cluster prospère peut fonctionner comme une marque d’identité spatiale (Kunzmann, 2002 ; Mommaas, 2004), non seulement au sein de la ville en renforçant son identité (Mizzau et Montanari, 2008), mais aussi pour l’image extérieure de la ville dans son ensemble.

9Ces espaces ou quartiers naissent notamment dans les parties historiques de la ville qui ont une valeur esthétique et symbolique élevée, non seulement parce que ces zones urbaines touchées par le déclin proposent des locaux à faibles loyers et avec un contrôle formel minimum, mais aussi parce que l’inventivité et la créativité peuvent être stimulées par la structure urbaine (urban landscapes) (Drake, 2003 ; Helbrecht, 2004). La naissance de ces espaces peut être aussi bien organique qu’organisée. Elle est souvent le résultat des politiques culturelles ou des stratégies des villes sachant que, notamment lors de la phase embryonnaire, il s’agit d’un processus organique ou spontané qui est par la suite utilisé par le secteur public ou privé. Dans la phase initiale de leur apparition, les embryons peuvent être des clubs alternatifs isolés où l’atmosphère, la musique ou le design sont authentiques et qui peuvent constituer la base d’une plus grande concentration de vie nocturne et engendrer des lieux de consommation (Chatterton et Hollands, 2002). Dans certains cas, des quartiers culturels sont même apparus malgré et non pour des raisons de politique culturelle de l’administration publique locale (Hitters et Richards, 2002 : 245). Dans le cadre des politiques ou stratégies culturelles que Mommaas (2004 : 508) caractérise de glissement idéaliste d’ « une politique orientée sur l’organisation d’opportunités vers une politique plutôt d’harmonisation, axée aussi sur la création d’espaces, de quartiers et d’environnements pour la production et la créativité culturelle », le principal objectif consiste notamment en la régénération des zones en déclin.

10Selon Hannigan (1998 cité par Mommaas, 2009), le volet culturel est toutefois devenu une partie intégrante des projets de régénération de zone urbaine en déclin, en partie pour des raisons économiques parce que ces projets permettaient d’obtenir des financements publics qui réduisaient les coûts d’investissement pour les promoteurs et pouvaient en même temps renforcer le caractère attractif et la valeur de zones données du centre ville. Ces projets n’étaient de fait pas tant destinés à créer des communautés artistiques qu’à revitaliser les fonctions culturelles axées notamment sur le cinéma, les clubs et le théâtre. Il s’agissait d’un moyen pour attirer de nouveau les classes moyennes au centre ville (Zukin, 1995). Chatterton et Holland (2002) décrivent l’importance de l’économie de la nuit en relation avec la consommation d’alcool et son impact sur la régénération des centres de métropoles anglaises, plus précisément sur l’apparition des urban nightscapes. L’apparition de tels espaces est souvent accompagnée de criminalité, de drogues et d’alcool, ce qui conduit dans certains cas à l’apparition de no-go areas se distinguant par la criminalité et le désordre (Roberts, 2006).

11C’est justement l’harmonisation entre ces approches bottom-up organiques et top-down constructivistes qui constitue l’un des plus grands défis lors de la naissance et de la gestion des quartiers culturels. L’approche trop dirigiste et réductionniste de la politique de développement des quartiers culturels, encouragée par l’acceptation de « bonnes pratiques » sans connaissance du contexte spatial (McCarthy, 2005) ou par l’accent excessif sur l’agrandissement de la localité, peut conduire au final à l’homogénéisation et à l’unification, fonctionnelle, physique et sociale, de l’espace sans activité culturelle (Moss, 2002). Comme par ailleurs l’affirme Kunzmann (2004), le zonage de la créativité ou des activités culturelles peut s’avérer hautement contre-productif. De même, l’absence totale d’une quelconque politique peut dans le même temps conduire à des résultats semblables, voire plus mauvais qu’avec des interventions trop importantes (Gospodiny, 2006).

1.3. Les quartiers culturels : quel rôle pour les artistes ?

12Le rôle des acteurs, c’est-à-dire des artistes ou des entrepreneurs de la culture, lors de l’apparition de quartiers culturels, notamment au stade embryonnaire de la naissance du quartier culturel, ne suscite pas autant d’attention à l’inverse des principes, des mécanismes et des structures. En général, on peut percevoir l’artiste comme la victime des forces capitalistes du marché et en même temps comme l’initiateur voire le responsable de changements qui ont des conséquences négatives, telle l’exclusion sociale lors du processus de régénération. Inversement, l’aptitude des artistes à contribuer à la valorisation générale de l’espace lors du processus de gentrification est portée au pinacle (Ley, 2003). Dans de nombreux cas, des personnes à la fibre artistique ont accepté de venir dans des espaces industriels abandonnés pour jouer le rôle de « pionniers/catalyseurs urbains » et participer ainsi à la revalorisation des biens immobiliers en réhabilitant des unités habitables ou non (Zukin, 1982). Néanmoins, dans la plupart des cas, ils permettent ainsi l’arrivée du capital privé qui accélère le processus général de renouvellement, notamment par le biais d’une réalisation plus massive de projets résidentiels et commerciaux, d’infrastructures de temps libre et de divertissement. Les fonctions essentiellement culturelles sont alors utilisées par le capital privé (Cameron et Coaffee, 2005).

13Pour expliquer la relation des entrepreneurs de la culture à l’espace, il faut ébaucher les caractéristiques fondamentales de l’organisation des industries créatives et de leur rapport à l’espace. L’économie créative fait partie des initiateurs de la restructuration des formes de productions économiques et sociales : des marchés en transformation rapide (tendances de mode, par exemple), un degré élevé de risque, une hyper concurrence, une dynamique spontanée de firmes anciennes qui disparaissent et de nouvelles firmes qui sont créées en parallèle. Les marchés du travail liés à ces secteurs sont extrêmement concurrentiels. De nombreux salariés travaillent à temps partiel ou sont souvent des auto-entrepreneurs (Ellmeier, 2003 ; Scott, 2006) et la main d’œuvre, souvent hautement qualifiée, est organisée dans le cadre de projets temporaires (Grabher, 2002). La construction de réseaux personnels dépend des modes de vie urbains qui permettent de nouer des contacts éphémères superficiels. Les espaces urbains publics et semi-publics produisent souvent des arènes partielles pour obtenir des contacts personnels. Les entrepreneurs créatifs doivent aussi vérifier la qualité et la valeur de communication, éventuellement symbolique, de leur production immatérielle, en présentant d’abord leurs produits sur un marché dit informel et constitué de galeries, de clubs, d’expositions ou de défilés de mode. Des espaces spécifiques (micro-espaces temporels) sont ainsi constitués par les besoins personnels et les compétences sociales des acteurs participant activement à ce marché informel. Ces espaces spécifiques accélèrent en retour le processus de communication et la construction des positions sociales et entrepreneuriales des acteurs du marché. Ces espaces sont l’expression du besoin de concentration spatiale de liaisons sociales et de marché, formalisées au minimum. Tous ces processus se forment au méso-niveau des quartiers urbains ou des bâtiments spécifiques (Banks et al., 2000).

14Les faits mentionnés ci-dessus se rattachent essentiellement aux quartiers créatifs productifs. Néanmoins, dans certains cas, comme cela a été évoqué pour le processus de gentrification, les activités des artistes peuvent conduire à la naissance de quartiers orientés vers la consommation. Comme le signalent Lange et Mieg (2006), les acteurs d’une culture spontanément initiée (clubs, bars, happenings) peuvent être impliqués dans des espaces urbains gérés professionnellement où sont satisfaits les besoins pour des activités de temps libre et d’aventure transformées et modifiées par rapport au potentiel de la ville. Le rôle des artistes est évoqué de la même manière par Mommaas (2004), quand il considère que certains clusters sont apparus de façon plus ou moins organique et que le groupe des entrepreneurs de la culture a repris lesdites « ploaps » (places left over after planning) et les a transformées en une communauté culturelle vitale pour le développement qui s’en est suivi.

15Le rôle et l’importance des artistes dans la naissance et le fonctionnement des quartiers culturels est essentiel, même si leur rôle ne doit pas être surestimé. D’un autre côté, dans l’objectif de conserver des activités artistiques, il faut dans de nombreux cas développer des instruments ou des mesures de soutien, par exemple dans le financement de l’infrastructure culturelle (soft et hard) pour les artistes (Markusen, 2006). La question est maintenant de savoir comment les processus décrits dans ce premier point s’inscrivent dans des espaces transformés par la désindustrialisation dans le cadre de pays socialistes en transition vers une économie capitaliste.

2. Ostrava : de l’industrialisation à la ville post-socialiste

2.1. Transformation des villes post-socialistes

16Alors que les villes industrielles des pays développés ont traversé une période de mutation, voire de déclin, notamment du fait des transformations de l’économie mondiale dès les années 1970, les villes socialistes ne furent confrontées à ce processus qu’au moment du changement de système politique, après 1989 (Kiss, 2002). La fin du gouvernement d’un seul parti et la constitution d’un système démocratique ont induit des changements économiques structurels : élimination de l’économie planifiée centralisée et introduction de l’économie de marché liée à la privatisation, à la dérégulation des prix et au commerce international. Le processus induit de transformation des villes post-socialistes, et en particulier de la structure urbaine des villes industrielles, a été étudié par de nombreux auteurs (Musil, 1993 ; Sailer-Fliege, 1999 ; Sýkora, 1999 ; Kotus, 2006 ; Steinführer, 2006 ; Steinführer et Haase, 2007 ; Bednář et al., 2010). Si les métropoles ou les villes possédant une position géographique avantageuse, non-loin des marchés occidentaux, ont fait partie des « vainqueurs » du processus de transformation (à l’exception de l’ex-RDA), les villes industrielles post-socialistes ont fait partie des principaux « perdants ». Alors que le soutien économique et idéologique à l’industrie lourde et à la croissance (sur-dimensionnée) des villes industrielles, voire de l’ensemble des agglomérations, était majeur dans la période d’économie centralisée et planifiée, ces villes devinrent « des poids morts » dans la phase post-socialiste : stagnation économique liée à la désindustrialisation, augmentation du chômage et problèmes sociaux. Le caractère peu attrayant et l’image négative de ces villes industrielles s’est traduit, dans la période initiale de transformation, par un bas niveau de tertiarisation, par manque d’investissements étrangers et à cause d’une faible demande régionale de services. S’est révélé aussi de façon négative le phénomène de path dependence, c’est-à-dire une inertie du système économique, social et institutionnel : vieillissement de la population, fuite des cerveaux, persistance des structures urbaines, fragmentation fonctionnelle de l’espace et, plus récemment, apparition d’une série de friches urbaines. En même temps, le niveau de contrôle des processus de marché est très en retard par rapport à l’intervention publique dans les villes d’Europe occidentale. En conséquence de quoi les conflits entre les villes et leurs satellites, et entre les services publics, les promoteurs privés et les résidents persistent.

17Le processus de transformation des villes de la République tchèque peut être caractérisé comme suit :

  • par la commercialisation et l’expansion, économique et spatiale, des villes ;

  • par la stagnation des noyaux urbains avec présence « d’îlot de renouveau » ;

  • par le développement dynamique des parties extérieures des villes et de leur périphérie, poussé dans une première phase par le processus de suburbanisation et ensuite par le processus de suburbanisation résidentielle.

18Bien que les villes qui ont été transformées par une économie centralisée et planifiée se différencient des villes occidentales, le concept de ville post-socialiste présente dans une certaine mesure un cadre conceptuel adéquat pour leur exploration. Néanmoins, il faut aussi noter que, du fait de la convergence en cours entre pays occidentaux et post-socialistes, l’approche théorique ou méthodologique appliquée dans les villes des pays occidentaux peut aider à comprendre le processus de transformation à l’oeuvre dans les villes post-socialistes, et en particulier en République tchèque.

2.2. Le bassin minier d’Ostrava-Karvina : désindustrialisation et mutations urbaines

19La ville d’Ostrava, peuplée de 306 006 habitants en 2009, est le centre de l’agglomération d’Ostrava-Karvina (700 000 habitants), la plus ancienne région industrielle de la République tchèque (carte 1). La ville est née de l’industrie dans la première moitié du XIXe siècle : une urbanisation spontanée a accompagné le processus d’industrialisation autour de la chaîne de production « charbon - acier - chimie - génie mécanique ». Nombre de quartiers d’Ostrava sont constitués d’une étroite interpénétration spatiale de complexes industriels, de terrils, d’habitations et d’infrastructures, la plupart des fonctions s’étendant en anneau autour des différentes mines ou usines. Après 1948, le soutien politique et financier du gouvernement s’est traduit par un nouveau développement de l’agglomération en tant que centre d’industrie lourde. En 1970, près de 68% des salariés travaillaient dans l’industrie et le nombre d’habitants s’est accru de plus de 50% entre 1950 et 1991. Au milieu des années 1970, la seule ville d’Ostrava, « cœur d’acier de la république », produisait près de 33 % du coke, 43 % du fer brut et 36 % de l’acier de la Tchécoslovaquie. Ce soutien massif à l’industrie lourde a engendré un sous-dimensionnement de la sphère tertiaire. De nouveaux secteurs d’habitations ont été construits à une distance relativement grande du centre ville, en dehors de la zone d’extraction du charbon et des exploitations industrielles. Pendant la période communiste est ainsi née une agglomération formée de trois zones géographiques séparées formant un triangle équilatéral. Le centre d’Ostrava occupe une des pointes du triangle, dans une position assez excentrique, et plus des deux tiers des habitants de la ville vivent à l’ouest ou au sud du centre.

Carte 1 : structure spatiale de l’agglomération d’Ostrava en République Tchèque

Carte 1 : structure spatiale de l’agglomération d’Ostrava en République Tchèque
Ostrava a vécu une transition difficile vers la société post-industrielle (Lash et Urry, 1994), doublée du « choc » d’un passage à l’économie de marché après la chute du communisme en 1989. L’obsolescence des technologies et une âpre concurrence mondiale ont entraîné le déclin des filières traditionnelles (houille, aciérie, chimie). La production de houille a diminué de plus de moitié depuis 1989 dans le bassin houiller d’Ostrava-Karvina et le nombre des salariés est passé de 65 000 en 1989 à 15 000 en 2007. Symbole de cette désindustrialisation, la dernière mine de la ville d’Ostrava a fermé en 1994. Entre 1991 et 2008, plus de 50% des emplois des secteurs traditionnels ont ainsi disparu sur le territoire d’Ostrava. Paradoxalement, et malgré la baisse constante de l’emploi et du volume de production dans les filières traditionnelles, l’agglomération d’Ostrava produit 90% de la production de fer, d’acier et de coke de la République tchèque et on y extrait près de 100% de la houille du pays. Malgré l’intense processus de désindustrialisation et la croissance du secteur des services (64% de tous les salariés en 2010), notamment dans le domaine des technologies informatiques et des grandes écoles, Ostrava reste une ville ayant une représentation industrielle supérieure à la moyenne nationale.

20Le processus de restructuration a atteint son apogée en 2003, quand le chômage à Ostrava a atteint un sommet (18,4 % contre 8,3% en République tchèque). Pourtant, dès 2004, un réveil économique de la ville, sinon de la région entière, est perceptible. L’un des principaux facteurs en est l’entrée de la République tchèque dans l’Union Européenne. La stabilisation institutionnelle a joué positivement vis-à-vis des investissements directs étrangers dans la région, ce qui a permis l’amélioration des transports. Le secteur public a également joué un rôle positif en soutenant l’environnement des entreprises, facilitant ainsi leur adaptation à la concurrence mondiale. Cette évolution a eu des retombées positives : baisse du taux de chômage, augmentation du PIB de la région, mais aussi croissance du niveau des prix de l’immobilier. Cette trajectoire positive fut perturbée par la crise économique mondiale de 2008. L’évolution actuelle suggère que la ville connaît une nouvelle reprise économique. Cependant, l’agglomération d’Ostrava, qui était l’un des centres économiques du bloc de l’Est, est passée au statut de région périphérique vis-à-vis des marchés occidentaux.

21La désindustrialisation massive a eu pour conséquence l’apparition de nombreux bâtiments, terrains et infrastructures inexploités, les seuls espaces d’extraction occupant presque la moitié du territoire de la ville. En même temps, l’année 1989 correspond à la fin du développement extensif planifié disproportionné d’Ostrava et de son arrière pays. Entre 2001 et 2009, Ostrava a perdu environ 7% de ses habitants. Néanmoins, cette baisse correspond à celle qu’on observe dans pratiquement toutes les grandes villes de la République tchèque.

Figure 1 : Évolution de la population de la ville d’Ostrava et de la circonscription administrative Moravská Ostrava et Přívoz entre 1868 et 2008

Figure 1 : Évolution de la population de la ville d’Ostrava et de la circonscription administrative Moravská Ostrava et Přívoz entre 1868 et 2008

Source : Český statistický úřad (Bureau tchèque des statistiques)

2.3. Le centre de la ville d’Ostrava : un espace en transformation permanente

22Le centre d’Ostrava peut être défini par les limites de l’arrondissement Moravská Ostrava et Přívoz (carte 2). Lors de la révolution industrielle, l’actuel territoire du centre ville avait un haut degré d’urbanisation tandis que les quartiers voisins, plus précisément des villages, connaissaient à leur tour une urbanisation rapide voire précipitée. En un temps relativement court est ainsi apparu un territoire avec une part élevée de surfaces construites et une interpénétration prononcée des fonctions (industrie, habitation, services). Une grande partie des bâtiments de l’actuel centre ville, notamment à Přívoz, date de la période ‟art nouveau” et de la première république (1918-1938), à l’époque où le centre était à son apogée en terme de population et en terme d’hétérogénéité ethnique : les nationalités allemandes et juives avaient une position forte. Moravská Ostrava et Přívoz incarnaient ainsi, dans les années d’avant-guerre, un centre culturel avec de nombreux cafés, théâtres et commerces. La seconde guerre mondiale marque le début de la stagnation du centre d’Ostrava, du fait des opérations militaires qui ont causé la détérioration ou la destruction de près de 20% des bâtiments, et du fait de la déportation ou de l’expulsion des minorités nationales.

Carte 2 : Carte administrative de l’agglomération d’Ostrava

Carte 2 : Carte administrative de l’agglomération d’Ostrava

Source : D’après http://www.serviscomp.cz/​images/​512px-Ostrava_obvody.svg.png

23L’avènement du communisme a eu pour conséquence un nouveau déclin du centre ville, notamment dans la zone de la rue Stodolní ulice et Přívoz. Inversement, la création d’une zone piétonne en 1967 dans le noyau urbain a été un élément positif. Lors de la construction, déjà évoquée, de nouveaux complexes d’habitation au milieu des années 1960, on a même envisagé l’assainissement d’une grande partie du centre ville, qui fut d’ailleurs réalisée dans une large mesure. D’un côté, cela a eu des incidences positives du fait de la destruction d’usines dans la proximité immédiate du noyau urbain (mines, forge, cokerie) ; d’un autre côté, des bâtiments estimables d’un point de vue architectural ont souvent été détruits autour du vieil hôtel de ville. L’assainissement des colonies ouvrières non loin des mines et leur remplacement par la construction d’habitations en panneaux préfabriqués (HLM tchécoslovaques) constitue un cas particulier. La préférence pour la construction de cités HLM à Poruba, Ostrava-Jih et dans le centre ville (carte 2) s’est aussi manifestée du fait qu’il n’y a pas eu de constructions sur les dents creuses du noyau urbain survenues après les raids aériens de 1944-1945 ou lors de l’assainissement de la fin des années 1960 : nombre de ces espaces étaient et restent utilisés comme des surfaces de parking.

24Le centre ville d’Ostrava ne peut être considéré comme un ensemble homogène. Au milieu des années 1960, on décida de diviser économiquement et culturellement la partie sud, la plus importante du centre, en quatre parties fonctionnelles, division plus ou moins conservée jusqu’à aujourd’hui. La première partie, le noyau urbain d’origine, remplissait sa fonction commerciale centrale mais sur une étendue largement limitée du fait des dents creuses non reconstruites après les assainissements qui avaient pourtant été réalisés dans le but de construire de nouvelles surfaces commerciales. La deuxième partie, au nord de la partie commerciale, représente le centre administratif et d’instruction de la ville, avec la municipalité de la ville d’Ostrava, les bâtiments des grandes écoles, le centre de la société des mines, etc. La troisième partie, culturelle et administrative, s’étend le long de la rue ulice 28. října, qui se situe à l’ouest de la partie commerciale, avec les sièges des sociétés de distribution et, à l’origine, des bureaux d’étude et la Maison de la culture de la ville d’Ostrava. La quatrième partie est située au sud de la partie commerciale et sert de parc des expositions : elle constitue d’ailleurs le lieu principal du projet Ostrava 2015 – Capitale européenne de la culture. Les espaces qui entourent la rue Stodolní ne furent intégrés à aucun projet de développement et ont périclité, tout comme Přívoz, non seulement à cause de la dégradation physique et fonctionnelle de l’environnement, mais aussi d’un point de vue social et démographique (déménagement dirigé de la population Rom dans des bâtiments délabrés).

25Après 1989, le centre ville a retrouvé une dynamique économique, stimulée notamment par la tertiarisation (Martinát et al., 2008). Toutefois, la régénération du noyau urbain se heurte à des conditions spécifiques. Un premier problème pour le développement du centre ville est l’existence de barrières qui limitent son extension : à l’ouest et au nord, la voie de chemin de fer ; à l’est, le fleuve Ostravice et les talus escarpés du plateau d’Ostrava ; et au sud, l’ancien site minier et sidérurgique de Dolní Vítkovice, classé ‟monument culturel national” en 2002. Le second problème qui ralentit l’évolution positive du centre urbain est l’avènement des hypermarchés, magasins de bricolage et centres commerciaux, à partir de 1998, dans des localités périphériques ou en marge du noyau urbain. La dynamique commerciale du centre ville, dont l’aire de chalandise est en principe l’ensemble de la ville, entre ainsi en concurrence avec celle des deux grandes autres parties de l’agglomération. Certes, ces cinq dernières années, la situation du noyau urbain s’est améliorée : construction sélective d’espace de bureaux et d’immeubles d’habitation de luxe dans les dents creuses et amélioration de l’offre des commerces de détail. Mais il faut déployer des démarches plus actives pour revitaliser le centre urbain d’Ostrava. La situation est surtout critique le week-end, quand le centre se transforme en une « ville fantôme ».

2.4. La naissance de Stodolní ulice et son évolution jusqu’en 19893

  • 3 Les rues citées figurent sur la carte 3 située plus bas dans le texte.

26Les premières constructions établies dans l’actuelle rue Stodolní datent de la seconde moitié du XVIIe siècle. La forme de la rue est pratiquement inchangée depuis les années 1830, et le réseau de rues alentour fut achevé à la fin du XIXe siècle (Juřica, 2003). Aux constructions d’origine, destinées à entreposer des céréales et à parquer du bétail, sont venues s’ajouter à la fin du XIXe siècle des maisons d’habitation bourgeoises. Dans la partie ouest de la rue Stodolní, entre les rues Masna et Porážkova, est apparue également, avant la première guerre mondiale, une colonie ouvrière pour loger les mineurs et les ouvriers des forges qui démarraient. Aujourd’hui, les immeubles réhabilités de cette colonie abritent des dizaines de sociétés du tertiaire. Comme le suggère la toponymie des rues du quartier, la rue Stodolní (rue des granges) à la fin du XIXe siècle n’était pas fonctionnellement isolée des autres rues (Porážková/de l’abattoir, Masná/de la viande). Le mélange des fonctions ainsi qu’une structure sociale et ethnique diversifiée (allemands, juifs...) prêtaient à cette rue « un aspect bizarre » (Juřica, 2003).

27Le processus de peuplement a fait apparaître dans la rue Stodolní des auberges de relais, des hôtels à la mode et des débits de bière. L’endroit devint célèbre car la prostitution de la ville s’y concentrait, mais aussi parce qu’on y trouvait des activités culturelles : l’hôtel Brioni avait son propre cabaret depuis 1913 ; les orchestres des mineurs et les troupes de théâtre amateur se produisaient souvent dans les auberges locales. Après la création de la Tchécoslovaquie indépendante (1918), les coalitions politiques siégeaient dans les salles des auberges, des cafés et des hôtels et la société d’édition Moravskoslezská vydavatelská společnost avait son siège dans la rue Stodolní. Dès les années 1920 et 1930, la rue remplissait donc dans une certaine mesure la même fonction qu’aujourd’hui.

28L’exploitation d’envergure de la localité était les abattoirs. Mais la capacité d’exploitation atteignit toutefois ses limites après la première guerre mondiale car la ville se développait rapidement. Lors de l’achèvement de la construction des abattoirs de la ville en 1926 et 1927, leur plus ancienne partie fut détruite ainsi que l’auberge de relais datant de 1874 et d’autres petites constructions du complexe. Des bâtiments du XIXème siècle ont été cependant conservés, notamment le marché aux bestiaux qui est aujourd’hui, tout comme l’ensemble du complexe des abattoirs (environ 1,5 ha), dans un état pitoyable : certaines parties ont dû être démantelées pour éviter l’effondrement. Après la deuxième guerre mondiale, nombre d’immeubles de la zone de Stodolní ulice furent endommagés par des bombardements puis démantelés. S’en suivit la confiscation des biens immobiliers de propriétaires allemands, qui furent très vite en proie à la dévastation. Le quartier était alors habité par une population plus pauvre et, dans une certaine mesure, il se transforma en ghetto, notamment vers la voie de chemin de fer. Certains immeubles furent même condamnés pour qu’ils ne puissent plus être habités. Néanmoins, le quartier accueillait toujours des petits artisans : atelier de photographie, réparation de parapluies, accordeur de piano (Juřica, 2003). Au milieu des années 1960, on décida d’assainir tout l’espace avec la perspective de nouvelles constructions respectant la doctrine socialiste. Jusqu’à la fin des années 1980, ce plan n’a pas pu être réalisé, par manque de moyens financiers, même si certains immeubles des rues attenantes furent démantelés. Les auberges traditionnelles qui avaient fait leur temps n’ont alors pas survécu à la première année qui a suivi la « révolution de velours » (novembre-décembre 1989), et ainsi débuta l’histoire moderne de la rue Stodolní.

3. Régénération de Stodolní ulice : analyse des acteurs et des processus de changement

29La régénération de Stodolní ulice après 1989 peut être chronologiquement divisée en trois étapes. La première, le temps des pionniers, débute en 1994 avec la création du club Černý Pavouk (l’Araignée noire), l’animation progressive de la rue grâce à la culture alternative et l’ouverture d’autres clubs. La deuxième étape est caractérisée par une multiplication des bars et la naissance dudit Clubland dans la zone de la rue Stodolní ulice (2000-2004). La troisième étape, de 2005 à nos jours, est une phase de maturité qui voit la zone stagner, voire régresser, d’un point de vue de la culture vivante, au profit d’un développement de la fonction commerciale.

Carte 3 : Distribution spatiale des établissements de la zone Stodolní ulice dans les années 1994-2010

Carte 3 : Distribution spatiale des établissements de la zone Stodolní ulice dans les années 1994-2010
Source : Juřica, 2003, recherches personnelles

Sont considérés comme « clubs de musique » les établissements où des productions musicales de groupesamateurs ou professionnels, concerts ou autres performances, production active de DJ, etc. sont régulièrement organisées pendant l’année. À l’inverse, la catégorie « Dance Clubs » compte les bars, clubs et établissements qui proposent des soirées thématiques ciblées (drum´n´base, disco, « rockotèques ») mais sans une offre plus divertissante de productions live. La catégorie «Bars» regroupe les établissements dont l’offre de production musicale (ou de vernissages, comédies, stand-up, etc.) est très rare et occasionnelle. Cette catégorie inclut aussi les exploitations qui se désignent comme des brasseries, des pubs (Irish Pub´s) ou comme des clubs,

mais qui sont actuellement porteuses de la principale vague de consommation, de la culture mainstream.

La catégorie «brasseries» a un sens spécifique dans la culture tchèque et la perception des Pubs est légèrement différente de l’environnement anglophone. Il s’agit de bars à bière typiques proposant un choix restreint de plats traditionnels de la cuisine tchèque dans une atmosphère unique en son genre. Ce type de « brasseries tchèques » survit le plus souvent à la campagne ; dans l’environnement urbain, elles restent souvent une attraction touristique (c’est typique à Prague et dans d’autres zones touristiques de la République tchèque).

La catégorie « restaurants ethniques » ne concerne que des établissements avec une orientation produits spécialisés, et non les restaurants dont le nom renvoie à des spécialités traditionnelles comme la cuisine morave mais qui en réalité proposent aussi une cuisine internationale. Dans la localité étudiée, il n’y a qu’une seule franchise de gastronomie nationale et la structure de propriété des entreprises est largement fragmentée. Aucune des chaînes supra-nationales de fast-food n’est présente ici. Au contraire, les établissements localement établis se distinguent par une préparation des plats dans la rue, ce qui a déjà suscité dans le passé des protestations des résidents locaux à cause des odeurs qui se dégagent lors de la préparation de plats de viandes grillées. D’un autre côté, ce type de vente ambulante a aidé à façonner l’image de la rue et certains habitants la considèrent même comme l’expression de la culture locale.

Du fait de la législation en vigueur en République tchèque, qui est très tolérante en matière de jeux de hasard, la rue Stodolní a vu s’établir récemment quelques salles de jeux, en fait des établissements qui fonctionnent comme des bars mais proposent un grand nombre de jeux de hasard (automates, roulettes).

Ces établissements n’ont pas une bonne image (il ne s’agit pas de casinos pour une riche clientèle) et attirent des individus de faible statut social, voire des joueurs pathologiques, ce qui crée des problèmes tels la hausse de la petite délinquance et du vandalisme.

3.1. 1994-1999 : l’étape pionnière

30En 1994, le club Černý Pavouk ouvre dans la rue Stodolní (carte 3). Il attire des musiciens, des photographes, des peintres, des écrivains, tous artistes d’Ostrava, non-conformistes mais déjà relativement connus. Le club faisait également office de bouquinerie et de galerie où exposaient de jeunes artistes de la scène locale et des étudiants de la Chaire de création artistique de l’Université d’Ostrava, comme le poète Ivan Motýl, le romancier Jan Balabán ou le photographe Jaroslav Malík. La galerie a déménagé dix-huit mois plus tard dans la rue Nádražní, même si des expositions se sont encore tenues dans le club, en parallèle des soirées littéraires et des concerts. L’activité du club était financièrement soutenue par la circonscription administrative. Deux ans après l’ouverture du club Černý Pavouk s’ouvrait le Bar-vy (Couleurs), dans la rue Skroupova, un club spécialisé dans la production live, puis dans la house music. Le nom du club a inspiré celui du plus grand festival tchèque de World Music. En 1998, est né le Bar Desperado, spécialisé dans la musique latino-américaine. En 1999 s’ouvraient le club de rock E99 au bout de la rue Stodolní, en face du complexe des abattoirs de la ville, un Coffee shop axé sur la production drum´n´base et une approche smokers friendly et le club U krokodýlího ocasu (« A la queue du crocodile ») dont le propriétaire était musicien. Trois restaurants ont également ouvert, en lisière du quartier, initialement destinés à une clientèle de jour et de début de soirée. Ces restaurants n’ont pas eu d’influence sur le démarrage du processus de régénération, contrairement aux clubs mentionnés ci-dessus. Ces établissements avaient une fonction culturelle qui a attiré l’attention des intellectuels, ce qui leur a assuré en retour des revenus stables. Les théoriciens de l’art ont parlé de la scène culturelle d’Ostrava comme celle de la « génération du Černý Pavouk ». Les frères Balabán, Jiří Surůvka et Petr Lysáček, jeunes artistes de la scène d’Ostrava, étaient les représentants les plus visibles de cette génération qui, dans les années 1990, organisait le festival Malamut, un des premiers festivals d’art performatif en République tchèque. Les six éditions du festival, dans les années qui ont suivi la « révolution de velours », ont dévoilé la qualité de la scène d’Ostrava, prouvant qu’il peut y avoir des activités artistiques dignes d’être comparées avec ce qui se fait dans la capitale. Des performances avaient lieu dans l’espace public de la rue Stodolní, du centre ville ou dans des espaces industriels. Grâce à ces actions culturelles, Stodolní ulice, une rue sombre qui avait la réputation d’être le Bronx d’Ostrava, a commencé à devenir un lieu vivant et offrant une expérience insolite. Des immeubles appartenant à la circonscription administrative ont été vendus à des acheteurs privés (1991-1995), modifiant la structure de propriété initiale. Des immeubles en mauvais état ont été réhabilités et l’offre de surfaces non habitables à petits prix a commencé à concurrencer les bonnes adresses du centre ville.

3.2. 2000-2004 : l’uniformisation de l’offre culturelle

31En 2000, la rue Stodolní et ses environs ont vu l’ouverture de treize établissements de divers types, mais dont la dominante s’est orientée vers la diffusion de musique pour danser. Nombre de ces établissements font aujourd’hui partie des plus célèbres clubs et bars de Stodolní. Le Klub Boomerang a notamment comblé le vide de la scène musicale de la ville, offrant de l’espace pour la musique rock et les concerts live de groupes d’origines géographiques multiples. Il a été intégré dans l’établissement culturel de la circonscription administrative, avec le soutien de subventions municipales. Mais comme la circonscription n’a pas de vision artistique à long terme, la survie du club est remise en cause à chaque demande de subvention.

32La programmation du Klub Boomerang est aussi liée à l’existence du festival de Dolní Lhota, commune suburbaine d’Ostrava, festival qui est ensuite devenu le World Music Festival Colours Of Ostrava et qui a été transféré au centre-ville d’Ostrava. En 2002, Stodolní ulice et ses environs ont été le théâtre de la première édition de ce nouveau festival. La nouvelle conception musicale était d’avantage orientée vers un public mainstream et reflétait l’évolution culturelle de la rue Stodolní à la fin des années 1990. En guise de podium principal, on utilisa les dents creuses en dehors de Stodolní ulice. L’accès de la rue et de sa proximité immédiate était surveillé comme lors de festivals classiques. Cette expérience, somme toute unique dans le contexte de la République tchèque, a largement aidé à populariser le festival Colours et le phénomène de Stodolní ulice. Symbole de cette reconnaissance identitaire, le nom de la station de transport public locale a été changé pour porter celui de «Stodolní». Mais ce festival a engendré aussi une quantité importante de difficultés administratives et techniques : dépassement des normes sonores dans une zone habitée, surveillance complexe des entrées dans l’espace naturel des rues pleines de clubs et de bars, etc. C’est pourquoi, les années suivantes, le festival s’est déplacé dans la localité de Černá louka, le long de la rivière Ostravice, qui fait aussi partie du centre ville. Mais le programme du festival reste en partie, et jusqu’à aujourd’hui, sur les scènes des clubs de Stodolní ulice, sachant que la distance à pied depuis le complexe principal du festival ne dépasse pas les dix minutes.

33Dans les années 2004-2005, le développement du Clubland de Stodolní ulice et de ses alentours fut achevé. Le quartier est devenu également attractif pour les activités tertiaires en forte croissance et une vaste réhabilitation des bâtiments historiques en vue de louer les surfaces non-habitables fut réalisée. Les prix des loyers ont en conséquence vite rattrapé les prix moyens du reste du noyau urbain dense. Le quartier était déjà considéré par les habitants comme partie intégrante du centre ville, et comme « une bonne adresse » pour les entreprises. Son importance croissante dans le développement touristique de la ville a ensuite renforcé la commercialisation de toute la zone. Durant cette phase, le nombre de bars, brasseries, clubs et restaurants est passé de 9 établissements en 1999 à 60 en 2004. Il n’est pas rare qu’un même immeuble abrite plusieurs bars, en utilisant les espaces souterrains, les rez-de-chaussée surélevés et les espaces des cours d’immeubles. Les litiges entre la circonscription administrative et les propriétaires des clubs n’ont pu être résolus qu’au cours des deux dernières années de cette phase de mutation, et les rues se sont remplies de terrasses. Le résultat de cet essor fut que pratiquement chaque immeuble du quartier hébergeait un établissement de divertissement. Le problème flagrant devint l’unification de l’offre, l’absence d’une culture vivante et l’incitation à la consommation.

34Des pionniers urbains de la première étape, trois sur cinq n’ont pas survécu à ce processus (Černý Pavouk, Coffee Shop et U Krokodýlího ocasu). Le symbole de cette étape qui a conduit à une certaine unification de l’offre fut la fermeture du club Černý Pavouk : un bar irlandais a pris sa place. L’exemple le plus évocateur est l’arrêt d’activité du club U krokodýlího ocasu. Pendant trois ans, on y a organisé malgré l’espace restreint des concerts live de groupe locaux et le club était fréquenté par les membres de la scène musicale locale de différentes générations. Au début de 2003, le propriétaire a demandé aux gérants un loyer trois fois supérieur à ce qu’il était auparavant. Bien que le club ait lutté pour son existence, cette augmentation des frais d’exploitation a limité la variété de l’offre culturelle, a fait monter les prix et dans une certaine mesure a rebuté les gérants de l’époque à tel point qu’ils ont décidé de fermer le club. Stodolní ulice est ainsi devenu petit à petit un produit standard du tourisme de la ville. L’expansion spontanée du Clubland n’a pas affecté toutefois les vastes dents creuses causées par les bombardements de la deuxième guerre mondiale ou par l’assainissement des anciennes zones d’exploitation de la houille. Dans ces dents creuses ont poussé des parkings payants utilisés dans la journée par les employés des firmes nouvellement installées.

3.3. 2005-2010 : la phase de stabilisation

35La dernière étape, pour le moment, pourrait être comparée à une phase de stabilisation progressive de l’offre. On est parvenu à une certaine institutionnalisation de la gestion des activités marketing et l’association des entrepreneurs locaux a engendré une plate-forme qui traite les problèmes avec la direction de la circonscription, la police, etc. Qui plus est, l’agence Agentura Stodolní, organisation à but non-lucratif, a été créée pour réanimer la rue par une culture vivante et par une approche coordonnée lors des campagnes publicitaires et elle s’occupe de l’administration du site web www.stodolni.cz. La direction de l’agence est composée pratiquement des mêmes personnes que celles de la plate-forme d’entreprises. L’activité déployée n’a pas toujours d’écho auprès de tous les propriétaires d’établissement de divertissement car l’agence s’efforce d’imposer une politique unitaire de distribution et de prix, qui convient aux membres de l’agence mais aucunement aux intérêts du quartier.

36Dans le courant de l’année 2006, le processus de régénération s’est poursuivi par une vaste reconstruction de l’infrastructure technique : nouvelles canalisations, revêtement de la chaussée, mobilier urbain, adaptation de la circulation des voitures particulières. Les plans d’origine de la ville et de la plate-forme qui visaient l’installation d’œuvres d’art ou la construction d’une « porte d’accès » sur le modèle des China towns ne furent pourtant pas réalisés. La question de la circulation dans le quartier n’a pas non plus été réglée de façon satisfaisante : la rue ne devient une zone piétonne que les vendredi et samedi. En 2007, à l’extrémité ouest de Stodolní ulice, une nouvelle station de chemin de fer du transport ferroviaire suburbain a été ouverte ; elle sert notamment aux personnes venant régulièrement travailler en centre-ville depuis d’autres villes de la région. Stodolní ulice est passée, au cours de ces cinq dernières années, d’une orientation mono-fonctionnelle de quartier de divertissement à une zone utilisée toute la journée, avec toutefois un minimum de diversité dans l’offre culturelle pour les clients. De nouveaux hôtels de catégorie supérieure ont été mis en service, dont l’hôtel Brioni sur l’emplacement historique de l’hôtel du même nom. Ces derniers temps, on observe une augmentation du nombre de salles de jeu en lieu et place des anciens bars et brasseries.

37La phase de stabilisation cache en fait une importante fluctuation des ouvertures et fermetures de clubs, même si leur nombre reste au total inchangé : ainsi, entre 2008 et 2010, 12 bars ont fermé, changé de nom ou de propriétaire, et 12 ont ouvert. Parfois, les établissements se déplacent au sein du quartier, dans d’autres locaux. Le territoire étudié compte au total 79 bars, brasseries, cafés, clubs de musique, etc. L’essor de la rue s’est projeté dans tout le quartier et aujourd’hui on y trouve une centaine de sociétés dans les services aux entreprises, quelques dizaines de sociétés de la filière créative (publicité, musique) et des magasins avec des produits culturels. Par contre, la collectivité territoriale ne subventionne plus aucun établissement. Du point de vue de la régénération des bâtiments, la rue Stodolní et ses alentours ne comptent plus qu’une fraction de maisons qui ne sont pas passées par une reconstruction onéreuse. Le problème aujourd’hui n’est plus l’opacité de la question de la propriété mais plutôt celui de la détention spéculative de biens immobiliers et leur mauvais état technique.

4. Stodolní ulice : quartier culturel ou de consommation ?

38Les principaux vecteurs du renouvellement de l’espace de Stodolní ulice et de ses environs ont été les artistes, plus précisément les principaux représentants de la scène underground de la ville d’Ostrava. Dans une certaine mesure, ils ont profité de l’une des ploaps du centre ville qui, dans cette phase, présentaient non seulement des bâtiments délabrés mais intéressants du point de vue architectonique et avec de faibles loyers, mais aussi et avant tout, d’espaces sans aucun contrôle formel ou informel et en l’absence d’autres activités qui auraient pu engendrer des conflits. Dans la période de « transformation post-révolutionnaire sauvage », il n’existait pratiquement pas de régulation de l’espace fonctionnel ou territorial (le plan d’aménagement du territoire n’a été adopté qu’en 1994) et dans le secteur public dominait le principe du « laissez-faire » avec une confiance maximum dans le marché. La réalisation artistique a, elle aussi, arrêté de subir l’influence du parti communiste. Dans un tel espace, il fut alors possible de voir naître des établissements authentiques formant une arène pour la scène avant-gardiste de la ville parce que, même si à l’époque il n’existait que relativement peu de clubs, tous se distinguaient par une culture vivante spécifique. L’atmosphère de Stodolní ulice dans cette phase fut pertinemment commentée par l’un des artistes (Lipus, 2006 : 56) : « Non loin des squelettes de puits morts et loin des monstres industriels archaïques, je déambule dans le secteur de Stodolní et de ses abords immédiats, je sirote tour à tour bières, cafés, boissons alcoolisées, ici et là, dans un nuage de fumée de cigarette s’épaississant, je suis happé par le spectacle bigarré et suggestif de gens, poètes, peintres, performeurs, photographes, rockeurs, expérimentateurs, baratineurs, ivrognes..., galeristes, personnages comiques, sculpteurs, féministes... s’attroupant en chaos bruyant chaque jour, chaque nuit dans un ancien entrepôt (Černý Pavouk), dans l’ancienne entreprise automobile d’État (U krokodýlího ocasu), dans l’ancienne épicerie de nuit qui faisait livraison (Coffee shop), dans l’ancien dépôt de je ne sais quoi (Bar-Vy)… ». Cette phase de transformation met l’accent sur la valorisation de l’espace par le biais de la culture et de l’art, mais les loyers ne sont pas montés en flèche et, de ce fait, il n’y a pas eu d’éviction des « pionniers » de la transformation du quartier. Dans cette première phase, le rôle de la circonscription administrative, voire de la ville d’Ostrava, était limité à une subvention financière donnée à quelques clubs, mais cette subvention n’était ni l’aboutissement d’une politique culturelle continue, ni le fruit d’un effort de régénération du territoire. Malgré tout, on peut en partie considérer l’espace initiatique du club Černý Pavouk comme une sorte de centre pour artistes (artists' center). Toutefois, à cette période, la circonscription administrative a privatisé la quasi totalité des biens immobiliers du quartier, se privant ainsi de l’un des instruments à l’aide duquel elle aurait pu activement influencer son développement ultérieur.

39Si, dans la première phase, le rôle des artistes était central, dans la deuxième phase a démarré l’ascension du rôle des propriétaires de biens immobiliers et de la consommation. Néanmoins, l’essor du quartier a continué a être plutôt « spontané ». La valorisation de l’espace a engendré une montée en flèche du nombre de clubs et de visiteurs et ainsi « avec le nombre croissant de nouveaux clubs de différentes catégories et avec la publicité assez partiale du quartier, le pourcentage de visiteurs qui ne viennent pas pour l’ambiance et le programme mais dans d’autres buts est beaucoup plus grand. Et c’est comme s’ils parvenaient à évincer lentement – c’est du moins évident les week-ends – la clientèle artistique d’origine, qui cherche des lieux plus calmes »4. Dans cette phase, non seulement l’espace initiatique de régénération, c’est-à-dire le club Černý Pavouk, disparaît, mais la production culturelle vivante avant-gardiste est significativement réduite, évincée par des établissements orientés vers la consommation. La régénération orientée par le marché a lieu simultanément, ce qui est parfaitement illustré par la transformation en bureaux des immeubles délabrés des rues attenantes, et en partie de l’ancienne colonie de mineurs. Le nombre croissant d’entreprises et de clubs et l’apparition des premiers problèmes comme le bruit, le stationnement, la consommation d’alcool des mineurs, le nettoyage des espaces publics ont obligé le secteur public jusque là tout à fait passif à intervenir. La montée de la criminalité, notamment liée à la drogue, a conduit progressivement à l’installation d’un éclairage public et de caméras de surveillance. Le contrôle de l’espace est pratiquement devenu l’unique activité du secteur public car le soutien à la culture s’est réduit peu à peu.

40La troisième et dernière phase, qui a commencé en 2005, renforce les tendances instaurées dans la phase précédente. Le nombre de clubs et autres établissements de temps libre s’est relativement stabilisé, mais on a vu se développer d’autres fonctions (restaurants, hôtels, commerces de détail et espaces de bureau) qui ont entraîné un renforcement de l’animation du quartier pendant la journée. Les activités culturelles (la musique) ne sont pas produites sur place, sauf exception, mais seulement reproduites. L’engagement de la circonscription administrative comme « garant de la sécurité » s’est élargi à un appui dans le domaine de l’infrastructure physique mais, en même temps, la circonscription administrative a arrêté, sauf dans un cas, de subventionner les activités culturelles du quartier. À cette période est également apparu l’embryon d’une coalition d’acteurs « d’influence » ou « de croissance » réalisant leurs activités dans le quartier, ce qui peut être vu comme le début de la formation d’une marque de fabrique propre : « Stodolní - ulice, qui ne dort jamais ». Actuellement, le processus de régénération physique des immeubles est pratiquement terminé, sauf pour les immeubles qui ont un objectif spéculatif évident ou pour « les vestiges » de la transformation sauvage, comme l’immeuble de valeur patrimoniale des anciens abattoirs. Aucune construction nouvelle n’est non plus apparue dans les dents creuses. Nous pouvons aussi considérer que l’unification de l’espace est achevée ainsi que la transformation en un espace de pure consommation ou de tourisme.

41En matière d’image, la rue s’est transformée au cours des quinze dernières années, le « Bronx d’Ostrava » devenant « le lieu tendance en République tchèque » (selon une enquête de CzechTourism sur le tourisme dans les années 1993-2010). Stodolní représente ainsi la localité la plus visitée de la ville, qui est fréquentée durant les week-ends par une trentaine de milliers de visiteurs, selon des estimations non officielles5. La rue fait partie du marketing de la ville d’Ostrava et les documents officiels d’information de la ville (Metropolitan, 2005) notent : « Une rue qui ne dort jamais – cela vaut pour Stodolní, notamment les week-ends. Le vendredi soir, les brasseries commencent à se remplir de gens qui passent d’un bar à l’autre en quête de divertissement et d’amis. Chaque bar a sa spécificité. Ils se différencient par l’intérieur, les spécialités proposées et surtout par la musique. À travers la rue, on entend des rythmes latino-américains enjoués, du jazz nostalgique ainsi que des mélodies dansantes. Ces bars ont une chose en commun : une formidable atmosphère et des gens satisfaits qui arrivent à s’amuser jusqu’au matin ». Le phénomène Stodolní est aussi rapporté par des périodiques internationaux (New York Times, 20106), ou des magazines de style de vie (Elle), qui soulignent « l’atmosphère unique » de cette rue. Mais cette « image sexy et tendance » de la rue Stodolní contraste avec les informations sur la criminalité de la circonscription de police Ostrava-střed7 (Ostrava-centre). Dans le rapport de 2009 de la centrale nationale antidrogue de la République tchèque, il est écrit que « la seule ville d’Ostrava et son centre de divertissement (la célèbre rue Stodolní) est une zone ayant une part importante dans la criminalité liée à la drogue », ce qui est confirmé par les enregistrements des actions policières portant sur la distribution d’ecstasie et de pervitine dans les clubs de Stodolní.

42Stodolní ulice représente ainsi aujourd’hui un espace de consommation aux paramètres « occidentaux » avec, sans doute, l’exception d’un plus faible niveau d’internationalisation. Cet espace devient même partie intégrante du jargon des hommes politiques d’autres villes, qui veulent aussi avoir leur propre «Stodolní». Le paradoxe est, comme le souligne l’un des principaux acteurs de « la coalition d’influence », « que Stodolní ulice vit sa vie et se transforme sans l’intervention de la ville »8. C’est justement cette intervention a minima de la ville et l’absence d’une quelconque stratégie de développement de l’espace qui constituent l’un des facteurs clés de l’état actuel des choses. Le développement à venir de cette rue n’est pas simple à prédire au regard du dynamisme des transformations. Il existe des efforts, de la part de « la coalition d’influence », de renouvellement de la culture vivante ou de la production culturelle dans les espaces de Stodolní ulice. La première question est de savoir si les visiteurs actuels, touristes pour la plupart, attendent un tel type de divertissement. La deuxième question est celle du devenir de Stodolní dans les futurs plans de la ville d’Ostrava dans le domaine de la culture. Dans le cadre de sa candidature comme Capitale européenne de la culture, la ville prévoit la création d’un cluster culturel sur la première friche urbaine du territoire d’Ostrava, d’une étendue de 27 ha, qui doit comprendre notamment le nouveau bâtiment de la philharmonie et un incubateur de musique pour l’industrie créative. D’autre part, « la scène artistique » a obtenu à un tarif symbolique le droit d’exploiter un immeuble d’une surface de 1 800 m² dans le complexe de Nové Vítkovice qui est le plus grand projet de régénération de friche urbaine en République tchèque. Les abattoirs délabrés de la ville, d’une étendue de 1,5 ha, dont on envisageait la reconversion en possible Kunsthalle ou en incubateur créatif, semblent avoir plutôt un avenir dans une reconversion en espaces commerciaux. Le retour de la culture vivante authentique à Stodolní ulice sera ainsi lent et difficile, mais on ne peut l’exclure. Il paraît toutefois plus vraisemblable de voir se poursuivre une évolution de plus en plus forte de cet espace vers des activités de consommation avec la possibilité d’une internationalisation progressive.

Conclusion

43Le but de cet article était d’analyser le processus de régénération urbaine d’un quartier en déclin de la ville d’Ostrava et de suivre sa transformation en espace de divertissement et de consommation le plus connu de toute la République tchèque. Les artistes ont joué un rôle important dans la phase initiale de régénération de ce quartier. Le relâchement après la chute du communisme a engendré aussi un relâchement dans le domaine de la culture et de la créativité qui avait aussi des aspects spatiaux. Le processus ultérieur de régénération de ce quartier s’est alors orienté vers le tourisme, le commerce et les loisirs, à l’image d’un certain nombre de quartiers culturels dans le monde. Pour comprendre plus profondément l’évolution de cet espace, il est indispensable d’étudier « l’infrastructure intangible », ce qui passe par l’étude des réseaux sociaux ou du système de gouvernance, par exemple. Nos résultats montrent qu’Ostrava, ville industrielle en périphérie du territoire national et en pleine mutation post-socialiste, offre des espaces qu’on trouve plutôt dans les villes post-industrielles des pays développés à économie de marché. Nous partageons ainsi l’opinion de Steinführer et Hasse (2007) selon laquelle des concepts élaborés pour l’analyse des villes des pays développés peuvent être une source d’inspiration pour l’étude des changements dans les États post-socialistes. Toutefois, il faut les utiliser avec circonspection compte tenu, par exemple, des différences institutionnelles et des inerties structurelles. On ne peut pas, sur la base d’une seule étude, parler d’achèvement du processus de transformation post-socialiste. L’analyse de la divergence ou de la convergence des structures spatiales des villes post-socialistes au regard des modèles occidentaux nécessite une exploration de la géographie urbaine d’autres villes d’Europe centrale et orientale.

Haut de page

Bibliographie

Banks M., Lovatt A., O´Connor J., Raffo C, 2000, Risk and trust in the cultural industries, Geoforum , 31, n° 4, pp. 453–464.

Bednář P., Koutský J., Rumpel P., Slach O., 2010, Re-imageing of industrial cities in the Czech Republic : chosen drivers of the change, Mönchengladbacher Schriften zur wirtschaftswissenschaftlichen Praxi, 22, Göttingen : Cuvillier Verlag, pp. 89-114.

Bell D., Jayne M. (eds.), 2004, City of quarters : urban villages in the contemporary city, Aldershot : Ashgate, 302 p.

Bianchini F., Parkinson M. (eds.), 1993, Cultural Policy and Urban Regeneration : the West European Experience, Manchester : Manchester University Press, 224 p.

Boruta T., Rumpel P., Slach O., 2009, City Centre Development of Ostrava in the Context of City Management, Space-Society-Economy, vol.9, n° 9, pp. 123-132.

Cameron S., Coaffee J., 2005, Art, Gentrification and Regeneration : From Artist as Pioneer to Public Arts, European Journal of Housing Policy, vol.5, n° 1, pp. 39–58.

Campo D., Ryan B., 2008, The Entertainment Zone : Unplanned Nightlife and Revitalization of the American Downtown, Journal of Urban Design, vol 13, n° 3, pp. 291–315.

Chatterton P., Hollands R., 2002, Theorising Urban Playscapes : Producing, Regulating and Consuming Youthful Nightlife City Spaces, Urban Studies, vol. 39, n° 1 , pp.95-116.

De Frantz M., 2005, From cultural regeneration to discursive governance : constructing the flagship of the ‘Museumsquartier Vienna’ as a plural symbol of change, International Journal of Urban and Regional Research, vol. 29, n° 1, pp. 50–66.

Drake G., 2003, His place gives me space : place and creativity in the creative industries, Geoforum, vol. 34, n° 4, pp. 511-524.

Ellmeier A., 2003, Cultural entrepreneurialism on the changing relationship between thearts, culture and employment, International Journal of Cultural Policy, vol. 9, n° 1, pp. 3–16.

Florida R., 2002, The Rise of the Creative Class and how it’s transforming work, leisure, community and everyday life, New York : Basis Books, 416 p.

Gomez M. V., 1998, Reflective images : the case of urban regeneration in Glasgow and Bilbao, International Journal of Urban and Regional Research, vol. 22, n° 1, pp. 106–121.

Gospodini A., 2006, Portraying, classifying and understanding the emerging landscapes of the post-industrial city, Cities : The International Journal of Urban Policy and Planning, vol. 23, n° 5, pp. 311–330.

Grabher G., 2002, The Project Ecology of Advertising : Tasks, Talents and Teams, Regional Studies, vol. 36, n° 3, pp. 245–262.

Harvey D., 1989, The Condition of Postmodernity : an Enquiry into Origins of Cultural Changes, Blackwell : Oxford, 392 p.

Helbrecht I., 2004, Bare Geographies in Knowledge Societies - Creative Cities as Text and Piece of Art : Two Eyes, One Vision, Built Environment, vol. 30, n° 3, pp. 194-203.

Hitters E., Richards G., 2002, The Creation and Management of Cultural Clusters, Creativity and Innovation Management, vol. 11, n° 4, pp. 234-247.

Hutton T.A., 2006, Spatiality, built form and creative industry development in the inner city, Environment and Planning A, vol. 38, n° 10, pp. 1819-184.

Juřica M., 2003, Od stodoly ke 100Dole, Příspěvky k dějinám a současnosti Ostravy a Ostravska, vol. 21, Ostrava, pp. 353-37.

Kiss E., 2002, Restructuring in the industrial areas of Budapest in the period of transition, Urban Studies, vol. 39, n° 1, pp. 69-84.

Kotus J., 2006, Changes in the spatial structure of a large Polish city – The case of Poznan, Cities, vol. 23, n° 5, pp. 364–381.

Koutský J., Rumpel P., Slach O., 2010, Researching creative industries in Czech Republic : a case study from the city of Ostrava, Regions Magazine, n ° 277, pp. 18-19.

Kunzmann K., 2004, Culture, creativity and spatial planning, Town Planning Review, vol. 75, n° 4, pp. 383-404.

Kunzmann K.R., 2002, Kultur, Wirtschaft und Raumentwicklung, Informationen zur Raumentwicklung, vol. 4, n° 4/5, pp. 185-197.

Landry C., 2000, The Creative City : A Toolkit for Urban Innovators, London : Earthscan, 300 p.

Landry C., Bianchini F., 1995, The Creative City, London : Demos, 60 p.

Lange B., Mieg H.A., 2006, Professionalisierungswege und Konstituierungen von « Märkten » in den Creative Industries, Geographische Zeitschrift, vol. 94, n° 4, pp. 225-242.

Lash S., Urry J., 1994, Economies of Signs and Space, London : Sage.

Ley D., 2003, Artists, aestheticisation and the field of gentrification, Urban Studies, vol. 40, n° 12, pp. 2527–2544.

Lipus R., 2006, Scénologie Ostravy, Prague : Kant.

Markusen A., 2006, Urban development and the politics of a creative class : evidence from a study of artists, Environment and Planning A., vol. 38, n° 10, pp. 1921–1940.

Martinát S., Klusáček P, Nováková E., 2008, Impact of globalization on socio-demographic changes of inner structures of City of Ostrava after 1989, in Baar V., Siwek T. (eds.), Globalisation and its impact on localities, Ostrava : University of Ostrava, pp. 173 – 179.

Mccarthy J., 2005, Promoting Image and Identity in 'Cultural Quarters' : the case of Dundee, Local Economy, vol. 20, n° 3, pp. 280-293.

Miles S., Paddison R., 2005, Introduction : The Rise and Rise of Culture-led Urban Regeneration, Urban Studies, vol. 42, n° 5/6, pp. 833–839.

Mizzau L., Montanari F., 2008, Cultural districts and the challenge of authenticity : The case of Piedmont, Journal of Economic Geography, vol. 8, n° 5, pp. 651–673.

Mommaas H., 2004, Cultural clusters and the post-industrial city : Towards the remapping of urban cultural policy, Urban Studies, vol. 41, n° 3, pp. 507-532.

Mommaas J.T., 2009, Spaces of culture and economy : Mapping the cultural-creative cluster landscape, in Kong L., O'connor J. (eds.), Creative economies, creative cities, New York : Springer, pp. 45-60.Seclin

Montgomery J., 2003, Cultural quarters as mechanisms for urban regeneration part 1: conceptualising cultural quarters, Planning Practice and Research, vol. 18, n° 4, pp. 293-306.

Montgomery J., 2004, Cultural Quarters as Mechanisms for Urban Regeneration. Part 2 : A Review of Four Cultural Quarters in the UK, Ireland and Australia, Planning, Practice & Research, vol. 19, n° 1, pp. 3-31.

Moss L., 2002, Sheffield’s cultural industries quarter 20 years on : what can be learned from a pioneering example, International Journal of Cultural Policy, vol. 8, n° 2, pp. 211–219.

Mossig I., 2005, Die Branchen der Kulturökonomie als Untersuchungsgegenstand der Wirtschaftsgeographie, Zeitschrift für Wirtschaftsgeographie, vol. 49, n° 2, pp. 99-112.

Mullins P., Natalier K., Smith P., Smeaton B., 1999, Cities and Consumption Spaces, Urban Affairs Review, vol. 35, n° 1, pp. 44-71.

Musil J., 1993, Changing urban systems in post-communist societies in Central Europe : analysis and prediction, Urban Studies, vol. 30, n° 6, pp. 899-905.

Newman P., Smith I., 2000, Cultural production, place and politics on the South Bank of the Thames, International Journal of Urban and Regional Research, vol. 24, n°1, pp. 9-24.

Oldenburg R., 1999, The Great Good Place, New York : Marlowe, 368 p.

Peck J., 2005, Struggling with the Creative Class, International Journal of Urban and Regional Research, vol. 29, n° 4, pp. 740-770.

Roberts M., 2006, From ‘creative city’ to ‘no-go areas’ – The expansion of the night-time economy in British town and city centres, Cities, vol. 23, n° 5, pp. 331–338.

Rodriguez A., Martinez E., Guenaga G., 2001, Uneven development : new urban policies and sociospatial fragmentation in metropolitan Bilbao, European Urban and Regional Studies, vol. 8, n° 2, pp. 161–178.

Sailer-Fliege U., 1999, Characteristics of post-socialist urban transformation in East Central Europe, GeoJournal, vol. 49, n° 1, pp. 7-16.

Scott A.J., 1996, Craft, Fashion and Cultural-Products Industries of Los Angeles : Competitive Dynamics and Policy Dilemmas in a multisectoral image-producing complex, Annals of the Association of American Geographers, vol. 86, n° 2, pp. 306-323.

Scott A.J., 2000, The Cultural Economy of Cities : Essays on the Geography of Image-Producing Industries, London : Sage, 256 p.

Scott A. J., 2006, Creative cities : Conceptual issues and policy questions, Journal of Urban Affairs, vol. 28, n° 1, pp. 1-17.

Steinführer A., Haase A., 2007, Demographic change as a future challenge for cities in East Central Europe, Geografiska Annaler, vol. 89B, n° 2, pp. 183-195.

Sýkora L., 1999, Changes in the internal spatial structure of post-communist Prague, GeoJournal , vol. 49, n° 1, pp. 79-89.

Wansborough M., Mageean A., 2000, The Role of Urban Design in Cultural Regeneration, Journal of Urban Design, vol. 5, n° 2, pp. 181-197.

Wojan T. R., Lambert D. M., Mcgranahan D. A., 2007, Emoting with their feet : Bohemian attraction to creative milieu, Journal of Economic Geography, vol. 7, n° 6, pp. 711–736.

Zukin S., 1982, Loft Living : Culture and Capital in Urban Change, London : Radius, 249 p.

Zukin S., 1995, The Cultures of Cities, Oxford : Blackwell, 336 p.

Haut de page

Notes

1 Ce texte a été élaboré sous les auspices du projet WD 61-07-1 : « Rôle des facteurs intangibles de localisation dans l’élimination des disparités régionales dans les régions structurellement sinistrées d’Ostrava et de Ústí nad Labem », et du projet SGS10/PřF/2010 : « Analyse et évaluation de la gouvernance locale du développement socio-économique ».

2 http://www.comedia.org.uk

3 Les rues citées figurent sur la carte 3 située plus bas dans le texte.

4 COME, 2001 sur [http://www.zulu.cz/newsarchive.php?mesic=6&rok=2001] interrogé le 23. 05. 2010.

5 Estimation des caméras de police, les chiffres exacts n’étant pas disponibles (note des auteurs).

6 New York Times sur [http://travel.nytimes.com/2010/04/04/travel/04surfacing.html] interrogé le 10. 04. 2010.

7 La police, en 2007, a enregistré « 281 délits, dont 154 dans la seule rue Stodolní, et les 127 cas restants dans sa proximité immédiate » (Mairie d’Ostrava, 2007).

8 Český domov : [http://ceskydomov.cz/nase-ostrava/clanek/stodolni-ulice-je-nejvice-trendy-mistem-v-cr] interrogé le 22.06.2010.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 : structure spatiale de l’agglomération d’Ostrava en République Tchèque
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2007/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Figure 1 : Évolution de la population de la ville d’Ostrava et de la circonscription administrative Moravská Ostrava et Přívoz entre 1868 et 2008
Crédits Source : Český statistický úřad (Bureau tchèque des statistiques)
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2007/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Carte 2 : Carte administrative de l’agglomération d’Ostrava
Crédits Source : D’après http://www.serviscomp.cz/​images/​512px-Ostrava_obvody.svg.png
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2007/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Carte 3 : Distribution spatiale des établissements de la zone Stodolní ulice dans les années 1994-2010
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2007/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 215k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ondřej Slach, Tomáš Boruta, Pavel Bednář et Jaroslav Koutský, « Stodolní ulice à Ostrava : un exemple de régénération du centre d’une ville post-socialiste en République tchèque », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 17-18 | 2013, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 26 avril 2017. URL : http://tem.revues.org/2007 ; DOI : 10.4000/tem.2007

Haut de page

Auteurs

Ondřej Slach

Tomáš Boruta

Department of Human Social Geography and Regional Development, Faculty of Science
University of Ostrava, Kranichova 8
Slezska Ostrava 710 00
Czech Republic

Pavel Bednář

Tomas Bata University In Zlin
Faculty of Management and Economics
Mostni 513, 76001 Zlin
Czech Republic

Jaroslav Koutský

Department of Regional Development, Faculty of Social and Economic Studies
Jan Evangelista Purkyne University, Moskevska 54
Usti Nad Labem 400 96
Czech Republic
jaroslav.koutsky@ujep.cz

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page