Navigation – Plan du site
Articles

Les artistes de Belleville : valeur et faire-valoir d’un quartier de Paris à leurs dépens ?

The Artists of Belleville: Value and Tenure of a Neighbourhood of Paris at their Expense ?
Sophie Gravereau
p. 38-51

Résumés

De récentes études ont souligné le rôle des artistes dans l’évolution sociale et urbaine de certains quartiers des grandes villes : les créateurs y sont souvent considérés comme les initiateurs, voire les agents moteurs de la requalification de ces espaces jusqu’alors majoritairement populaires. L’installation d’artistes à Belleville, ancien faubourg ouvrier du nord-est parisien, a progressivement modifié le visage du quartier. Sur le plan architectural, ceux-ci ont participé, parfois soutenus par les associations locales puis relayés par la municipalité, à la rénovation de nombreux espaces industriels jusqu’alors délaissés. Sur le plan économique, les artistes, établis dans les anciennes boutiques d’artisans, ont parfois favorisé la transformation du paysage commercial de certaines rues du quartier. Enfin d’un point de vue sociologique, la présence d’artistes, valorisant le quartier par la visibilité artistique et l’organisation de manifestations culturelles, a contribué à transformer le tissu local et a encouragé l’installation de nouvelles populations, plus aisées. Ce rôle local, mis en avant par les associations de plasticiens, nombreuses à Belleville, est également valorisé par la municipalité de Paris qui cherche une autre voie au parachèvement de sa politique de revalorisation de ses quartiers populaires. Instruments de la rénovation sociale et urbaine, ces artistes en collectif se retrouvent souvent néanmoins laissés pour compte des politiques artistiques et culturelles. Les plasticiens bellevillois s’interrogent alors sur les enjeux de ce nouveau rôle urbain remettant en question leur statut de créateur et leur identité artistique.
L’objectif de cet article est de saisir les enjeux de ce que signifie être artiste à Belleville aujourd’hui, et les mécanismes à travers lesquels ceux-ci ont pu participer, passivement ou activement, à l’évolution du quartier et à sa transformation.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir notamment : Cole, 1987 ; Collet, 2008 ; Coutant, 2000 ; Deutsche et Ryan, 1984 ; Grésillon, 20 (...)

1La part des artistes dans la valorisation économique, physique, sociale et symbolique des anciens quartiers populaires représente un thème récurrent de la littérature sur la gentrification1. D’après les économistes, géographes, sociologues et autres spécialistes de ce processus urbain, les artistes participeraient à la rénovation et à la requalification de ces espaces jusqu’alors majoritairement artisanaux et ouvriers. Plusieurs travaux consacrés à la gentrification de Belleville, ancien faubourg populaire parisien fort balisé par les sciences humaines et sociales, démontrent volontiers les relations existant entre les créateurs d’art, entendus dans un sens très large, et la transformation du quartier : Catherine Bidou-Zachariasen et Michel Poltorak (2008) ou plus encore Elsa Vivant (2006) et Eric Charmes (2005, 2008) mettent en avant le rôle initiateur des artistes dans le déclenchement du processus de gentrification bellevillois. Si ces spécialistes de la ville s’accordent sur le rôle « pionnier » des artistes dans la transformation du quartier, peu de recherches s’intéressent de près à ces premiers colons et aux conséquences de leur implication dans la gentrification.

2Une longue enquête ethnographique effectuée entre 2003 et 2007 dans le quartier de Belleville a démontré l’existence de liens étroits entre une catégorie d’artistes, les plasticiens, et la transformation du territoire (Gravereau, 2008). Le choix de cette catégorie d’artistes peut aisément se justifier : seuls les plasticiens possèdent, dans Belleville, une réelle visibilité urbaine par leur installation dans les ateliers, boutiques et anciennes usines et par leur participation à de nombreuses manifestations de quartier. Rassemblés en association depuis 1980, les Ateliers d’Artistes de Belleville (AAB), ils constituent dans le quartier un groupe social significatif et nettement repérable, notamment lors des journées portes ouvertes des ateliers d’artistes organisées par l’association chaque année au mois de mai. En quoi la présence de graveurs, peintres, performers, photographes, sculpteurs, etc. favorise-elle la requalification et la gentrification de leur quartier d’élection ?

3Les plasticiens de Belleville ont volontiers participé, individuellement ou collectivement, à la gentrification du quartier. Les opérations de valorisation des ateliers conjuguées aux actions artistiques, culturelles et sociales ont favorisé l’arrivée de nouveaux habitants, plus aisés, entrainant, par voie de conséquence, le déplacement et le remplacement des couches populaires résidentes par des ménages de classes moyennes et supérieures.

4À la différence des travaux cités précédemment, il ne s’agit pas ici de restreindre l’étude des artistes à leur seul rôle dans la transformation récente du quartier de Belleville, ni d’étudier le processus de gentrification par le prisme de leurs actions. Quels rôles réciproques les plasticiens de Belleville et le quartier se partagent-ils dans l’élaboration d’identités respectives ? Les transformations induites par leur présence modifient-elles leur relation à leur environnement urbain ? L’objectif de cet article est de saisir, dans une perspective ethnographique, voire micro-descriptive, les mécanismes et les enjeux à travers lesquels les artistes-plasticiens ont pu participer à l’évolution du quartier et à sa transformation. Si l’insertion des artistes dans le quartier a permis la préservation et la valorisation urbaine de celui-ci, les créateurs bellevillois subissent les effets pervers de la gentrification. Pris dans le cercle vicieux de la réhabilitation urbaine, ils ont participé à l’augmentation de la valeur foncière des locaux jusqu’alors accessibles, contribuant à la destruction des opportunités spatiales qu’ils étaient venus chercher et posant, à moyen terme, les jalons de leur propre départ.

1. Quand des artistes-plasticiens investissent Belleville, quartier ouvrier et populaire

  • 2 Les premières portes ouvertes des AAB permettent en effet aux Parisiens de découvrir les nombreux a (...)
  • 3 Voir notamment : Milner, 1990 ; Heinich, 1996 ; Delorme et Dubois, 1998 ; Gravereau, 2008.

5À écouter les peintres, sculpteurs, photographes des AAB et autres plasticiens du quartier raconter leur installation à Belleville et à lire les données fournies par la Maison des artistes, organisme agréé par l’État et chargé de la gestion des assurances sociales des créateurs d’œuvres graphiques et plastiques, les premiers plasticiens arrivent dans le quartier à partir des années 1970. Bien que l’on remarque déjà la présence d’artistes à cette époque, Belleville n’est toutefois véritablement identifié comme quartier d’accueil des plasticiens qu’à la fin des années 19802. La majorité des artistes plasticiens réside encore dans le centre de Paris, notamment dans les quartiers de Montparnasse et Montmartre, présentés par les historiens de l’art et de la ville3 comme les lieux « traditionnels » d’accueil des plasticiens, ou dans le Marais et à la Bastille (Pinçon-Charlot et Pinçon, 2001). Toutefois, la raréfaction des espaces disponibles des quartiers centraux, soumis à de fortes pressions immobilières, contraint une majorité d’entre eux à quitter leurs ateliers. Ceux-ci se mirent donc en quête de lieux suffisamment grands pour pouvoir y travailler et y vivre, tout en cherchant à rester à proximité des ressources culturelles et artistiques que leur offrait le centre de capitale.

6Belleville, quartier populaire délaissé par ses artisans et ouvriers, offrait alors de nouvelles possibilités de logements et à des prix très abordables. Attirée par ce contexte favorable, une première vague de plasticiens, parisiens pour la plupart, s’installe donc dans le quartier au cours des années 1980. Dotés d’un faible capital économique, ils deviennent propriétaires ou locataires d’usines désaffectées, d’entrepôts délaissés ou d’anciens locaux vidés de leurs ouvriers, vestiges du passé artisanal et industriel de Belleville. Ces artistes s’installèrent majoritairement dans le bas Belleville, entre le boulevard du même nom et la rue des Pyrénées, dans les anciens immeubles de faubourg. Un grand nombre d’entre eux privilégie les appartements à l’étage. Certains, environ un tiers, s’installent dans les anciens ateliers sur cour. Les autres, moins nombreux, choisissent de s’établir dans les boutiques sur rue, combinant ainsi atelier de création et vitrine d’exposition.

7La plupart d’entre eux n’ont toutefois pas pu jouir longtemps de leurs nouveaux lieux de création, ceux-ci se trouvant rapidement menacés de destruction par la mairie de Paris. À partir de 1989, la municipalité entreprend en effet une politique de rénovation des faubourgs par la création de Zones d’Aménagement Concerté (ZAC). Le projet d’établir une ZAC à Belleville prévoit alors la démolition de la quasi-totalité du bâti entre le boulevard de Belleville, la rue de Tourtille, la rue Ramponeau et la rue de Belleville. Ensemble, quelques habitants et artistes récemment installés dans le quartier se mobilisent contre le projet. Les premières éditions des journées portes ouvertes des AAB (1990-1995) constituent des moments forts de cette mobilisation. Les luttes urbaines bellevilloises ont ensuite été largement médiatisées. Les journées portes ouvertes, représentatives de l’engagement des artistes dans le quartier, ont elles aussi bénéficié d’une forte visibilité médiatique.

8Attirée par les répercussions de l’évènement, une seconde vague d’artistes investit Belleville à partir des années 1990 : l’argument économique reste important mais s’y ajoute désormais le désir d’y retrouver d’autres plasticiens. Les projets municipaux, abandonnés en 1995, n’ont guère freiné l’installation de nouveaux artistes, qui trouvent alors à Belleville des logements à faibles coûts et y voient la possibilité de constituer un réseau de sociabilité artistique. Cette nouvelle vague d’artistes contribue à étendre la zone d’implantation des ateliers, jusqu’alors limitée au bas Belleville. En analysant les plans-listes des portes ouvertes, on constate en effet, l’apparition, au début des années 1990, de nombreux ateliers dans les 10ème et 11ème arrondissements, autour de la rue Saint-Maur et de la place Sainte-Marthe. On observe également l’installation de plusieurs artistes dans le 19ème arrondissement, rue de la Villette et rue de Belleville. L’abandon du projet de ZAC par la municipalité va par ailleurs accélérer l’installation d’autres plasticiens dans le bas-Belleville qui trouvent, à la fin des années 1990 et du début des années 2000, la possibilité de se loger et de travailler. Les artistes, dont les ateliers ont été détruits lors des travaux de rénovation, choisissent bien souvent de rester dans le quartier : certains préfèrent partager un atelier avec plusieurs artistes ; les autres s’installent alentour, dans d’anciennes fabriques ou locaux artisanaux.

9L’effervescence artistique suscitée par les portes ouvertes a par ailleurs incité d’autres catégories de créateurs à s’établir dans le quartier. On voit désormais apparaître, aux côtés des plasticiens, des artisans d’art et autres professionnels de l’art : bijouterie, design, poterie ou encore salles d’exposition et ateliers de création. Ancien quartier artisanal et ouvrier, Belleville trouverait-il, à travers l’arrivée des artistes, au sens large, une nouvelle identité physique et sociale ?

2. Quand les plasticiens attirent d’autres professionnels de l’art : transformations du paysage artistique bellevillois

10Bien que le nombre de lieux et les effectifs de plasticiens inscrits aux AAB aient sensiblement baissé depuis 2002, d’autres catégories d’artistes et professionnels de l’art s’installent dans le quartier, attirés par un contexte immobilier local assez favorable comparé au marché parisien (tableau 1), et séduits par la présence de plasticiens et par l’ambiance singulière qu’ils produisent à Belleville. Entre 2003 et 2007, le temps de notre recherche, plusieurs espaces à vocation artistique et culturelle apparaissent dans le quartier : des ateliers occupés par des designers, graphistes ou musiciens indépendants ; des commerces consacrés à l’artisanat d’art ; des salles polyvalentes de concerts, d’expositions et autres événements artistiques et culturels ; enfin, des galeries d’art privées rassemblées autour du Centre régional d’art contemporain, Le Plateau, créé en 2002.

Tableau 1 : Prix du mètre carré à Paris en 2003

Zone géographique

Prix du m²

Belleville (zone rue Ramponeau – quartier administratif du Bas-Belleville-20è arrondissement)

2408 €

Belleville (zone rue de la Villette – quartier administratif de Combat- 19è arrondissement)

2614 €

Bastille (11è arrondissement)

4524 €

Le Marais (3è et 4è arrondissement)

4662 €

Moyenne à Paris

3530 €

Source : site internet de la chambre des notaires [www. paris.notaires.fr]

  • 4 Entretien réalisé lors des journées portes ouvertes en mai 2006.

11Primo-arrivants après les plasticiens, les artistes, les artisans d’art et les boutiquiers se consacrant au domaine de la création artistique au sens large s’établissent majoritairement à proximité des ateliers des peintres, des graveurs et des photographes ayant pignon sur rue. Rue des Envierges, aux côtés d’un peintre et d’une photographe, se sont notamment installés une boutique d’objets d’art ethnique, une styliste et un potier. Ce dernier attribue les raisons de son installation à cette forte concentration artistique : « Je suis venu ici au moment des portes ouvertes. Je me suis dit qu’il me fallait un quartier d’artistes, comme un village d’artistes. Ici, l’art suinte de partout »4. Rue Rébeval, si l’on croise peu de boutiques d’art au sens strict, les cafés et restaurants jouent le jeu de ce rayonnement artistique local et se font galerie d’exposition de manière permanente ou occasionnelle. Le gérant du Zoé Bouillon accroche ainsi tous les mois les œuvres d’artistes du quartier dans son restaurant. Plus bas dans la rue, la brasserie Valentin accueille tous les ans, à l’occasion des journées portes ouvertes, les plasticiens des Ateliers d’Artistes de Belleville.

  • 5 Les mondes de l’art désignent, d’après Howard Becker (1982), l’ensemble « des personnes dont les ac (...)
  • 6 [http://www.labellevilloise.com/​bellevilloise-lieu.htm]. Site consulté en juin 2008..
  • 7 Ce phénomène de contagion s’observe dans d’autres quartiers parisiens envahis il y a plusieurs anné (...)

12Attirés par cette effervescence artistique, apparaissent également aux côtés de ces nouveaux résidents plusieurs galeristes d’art jusqu’alors localisés dans le centre de la capitale, dans les quartiers dits « traditionnels » d’art et d’artistes, comme la Bastille, le Marais, Montparnasse ou Montmartre. Ces marchands d’art s’installent, pour la plupart, aux abords du Plateau : rues de l’Equerre, de la Liberté et Rébeval. Ils attirent également d’autres acteurs du monde de la culture parisien5. Plusieurs espaces artistiques ont ainsi ouvert leurs portes à Belleville au début des années 2000. Rue du Général Lasalle, par exemple, artistes, militants et chercheurs squattent et transforment un ancien bâtiment industriel en espace artistique polyvalent, La Générale. En 2005, La Bellevilloise, ancienne coopérative située rue Boyer, est reconvertie en « grand lieu indépendant d’activités artistiques et évènementielles pour le public, les entreprises et les médias, unique à Paris »6. Le quartier accueille d’autres espaces polyvalents consacrés à l’art – salles d’exposition et de spectacles – et aux loisirs. L’appropriation de Belleville par les artistes, au sens large, est significative : l’art, sous diverses formes, paraît donc se diffuser et se répandre dans le quartier7.

13L’arrivée à Belleville ne correspond pas seulement à un mouvement de contagion artistique mais s’inscrit véritablement dans la transformation du tissu urbain : les plasticiens de Belleville n’attirent pas pour leur seul talent et par réseau professionnel, mais parce qu’ils constituent un des éléments attractifs du quartier. La diffusion de l’art dans Belleville marque en effet de profondes mutations du paysage et du tissu urbain.

3. Ateliers d’artistes, boutiques de création et lieux culturels : paysage urbain et consommation (culturelle)

  • 8 Rabinowitz A., « Les plus beaux liftings », Le Nouvel observateur Ile-de-France, 2006. En ligne sur (...)

14Les rues peuplées de plasticiens auraient, selon le Nouvel Observateur, subi « les plus beaux liftings » : « Quand elle a ouvert sa Java bleue, il y a dix ans, une petite boutique de fleurs créatives, certains ont regardé bizarrement Dominique. Depuis, les boutiques ont fleuri. Le Dragon Savant, fabricant de jouets et libraire pour les enfants du quartier, a déménagé ici, l’ancien bouquiniste a cédé la place à un designer ; la Java bleue a triplé de surface, une crêperie vaguement design s’est installée et le troquet de quartier El Kahina a pris des couleurs sobres pour être plus dans le ton. Au comptoir des artistes, des intermittents du spectacle, des archis, des cadres, le tout jusqu’à deux heures du matin… Heureusement, il reste encore une robinetterie et une boutique d’informatique pour que tout ne ressemble pas trop à une carte postale ! »8. Depuis cet article paru en 2006, ces deux derniers commerçants ne sont plus : ils ont été remplacés par une styliste et un calligraphe ; la crêperie a également disparu, laissant place à une boutique d’œuvres d’art japonaises.

  • 9 D., femme , 54 ans, peintre, ancien memebre des AAB – Entretien réalisé le 15 septembre 2005
  • 10 Deguy A., « Les emplettes de Belleville », Libération, 29 septembre 2006.

15Il est impressionnant d’observer la rapidité avec laquelle certaines rues se sont transformées. Lorsqu’elle s’installe, rue de la Villette, en 1990, Danielle est alors la seule plasticienne en boutique : « Au départ, quand je suis arrivée. J’avais un peu peur. La rue était dans un état catastrophique. Il y avait un petit hôtel juste au coin de la rue qui accueillait des drogués, des types bizarres. Il y avait la police presque tous les soirs. Je travaillais très tôt le matin et partait tôt le soir. Ça m’a beaucoup rassurée quand Dominique est arrivée »9. Dominique est la gérante de l’atelier de création florale, La Java bleue, situé en face de la boutique de Danielle. D’après le journal Libération, la fleuriste et la peintre ont engagé les premières transformations : « C’est par elles que tout a commencé. Dominique ‘impulse’ comme on dit ici, il y a quatorze ans, le quartier en ouvrant cette boutique de fleur dont elle a peint la façade de couleurs vives. En face, Danielle a choisi une autre couleur acidulée pour entourer ses grands tableaux abstraits, en opposition avec cette rue si grise à l’époque »10. Plus loin dans la rue ouvre à la même époque un petit café de quartier, aujourd’hui totalement refait à neuf. Puis, l’hôtel est détruit et les commerces de proximité ferment peu à peu leur porte, remplacés par des ateliers d’artistes ou des boutiques de décoration. Kevin, peintre, s’installe dans le local adjacent à celui de Danielle, puis Dominique ouvre une seconde Java bleue consacrée à la décoration. Ensuite, la requalification artistique et commerciale de la rue se fait très rapidement : Castafiora et Pollen, respectivement créateurs de bijoux et de vêtements occupent deux boutiques à côté du café ; un sculpteur sur bois s’est installé non loin de la Java bleue ; Pataluna et Chamaille, deux stylistes pour enfants, remplacent une laverie et un vendeur de montres ; à côté, une librairie spécialisée dans la photographie organise régulièrement des expositions de photographes ; une boutique d’objet d’art japonais jouxte l’atelier de Ness, peintre et calligraphe. La rue est entière dédiée à la consommation d’objets d’art et de produits culturels. Les boutiques de la rue se ressemblent tellement qu’on ne parvient plus à distinguer les créateurs des boutiques de création, les coiffeurs des galeries d’art ou les libraires des lieux d’exposition. La rue de la Villette fait figure de véritable décor urbain construit sur un code esthétique particulier : devanture artistement décorée, intérieur design, objets d’art, etc. Cette manière de mettre en valeur les boutiques et la rue se retrouvent ailleurs dans certains secteurs « montants » de Belleville, comme la rue des Envierges.

  • 11 Augoyard, 2000.
  • 12 Augoyard, 2003

16« Qui mieux que les artistes peuvent révéler le potentiel esthétique d’un quartier ? », s’interroge l’urbaniste Jean-François Augoyard. Il utilise le terme « d’artitiation » pour qualifier l’émergence de « situations artistiques ou plus généralement esthétiques à partir d’objets non réputés d’emblée artistiques »11. Donnant « une valeur positive au paysage urbain et à l’ambiance »12 du quartier, les artistes paraissent ainsi révéler le potentiel esthétique de Belleville. À la place des boutiques closes, des ateliers fermés et des entrepôts squattés, on trouve désormais des galeries d’art, des boutiques de création et des logements coquets, soigneusement décorés et harmonieusement mis en valeur. Le rôle de « révélateur » des artistes de Belleville illustre clairement les propos de l’urbaniste, pour lequel les villes développeraient de plus en plus volontiers leur potentiel artistique et esthétique. C’est un « paysage de pouvoir », pour reprendre l’expression de Sharon Zukin (1991), qui se dessine autour de la réhabilitation progressive et de l’investissement croissant des rues des anciens faubourgs populaires.

17Redonnant à l’espace urbain une nouvelle lisibilité, les artistes, plasticiens d’abord, puis d’autres professions artistiques, ont volontiers participé à la promotion et à la valorisation de l’identité du quartier dans la capitale. L’arrivée des créateurs, au sens générique, à partir des années 1980, a non seulement modifié le paysage urbain mais également entrainé la transformation du tissu social bellevillois. Ancien quartier ouvrier, Belleville serait devenu un quartier « branché ».

4. Des ateliers d’artistes au loft-living : les artistes précurseurs d’un nouveau style de vie ?

18David Ley a montré, dans son enquête sur les villes de Toronto, Montréal et Vancouver, le rôle pionnier des acteurs culturels, particulièrement des artistes, dans le processus de gentrification, en soulignant l’effet attractif exercé par les artistes sur une partie des classes moyennes supérieures. Les artistes ont su, d’après le sociologue, « dénicher des secteurs où les valeurs foncières ou locatives sont basses mais dont la localisation et le paysage urbain sont prometteurs » (Ley, 2003, 2529). Sharon Zukin (1989) considère les artistes comme des « innovateurs sociaux » en termes d’usages spatiaux. Dans cette perspective, on peut penser que les plasticiens de Belleville, à travers les nombreuses réhabilitations et les journées portes ouvertes des AAB, ont ouvert la porte à un nouvel usage des lieux de création et ont participé à la fabrication d’une nouvelle ambiance à Belleville.

19Des artisans aux artistes, des artistes aux gentrifieurs, l’occupation des ateliers et des usines témoigne des évolutions économiques et sociales de Belleville. Les ateliers du quartier ont longtemps été considérés comme des espaces professionnels destinés aux seules activités artisanales et industrielles. Au début des années 1980, lorsque les premiers artistes s’installent à Belleville, beaucoup de boutiques et de cours hébergent encore des bottiers, des ferronniers d’art, des imprimeurs et autres artisans. Par la mutation des ateliers d’artisans en lieux de création artistique, le quartier se transforme tant professionnellement que physiquement. Les artistes cherchent à s’approprier ces espaces en les adaptant à leur activité artistique et à leur mode de vie. Chevalets, pinceaux, peintures, marbre remplacent enclumes, forges, poulies et scies. Anciens espaces de travail, les locaux artisanaux et industriels deviennent également des lieux de vie, car l’imbrication entre vie privée et vie professionnelle, caractéristique de l’activité artistique, conduit la plupart des artistes à créer dans leur lieu d’habitation. Des boutiques, des locaux industriels sont ainsi convertis en atelier-appartement. Révélé au public au moment des journées portes ouvertes, ce nouvel usage des ateliers semble inspirer les gentrifieurs en quête d’espaces à investir.

20Ces nouvelles formes d’habitat attirent de nombreux postulants et amènent certaines agences immobilières à se spécialiser dans ce type de lieux. C’est notamment le cas de l’agence Ateliers lofts et associés, implantée dans le deuxième arrondissement, qui consacre son activité à la vente de « nouveaux lieux de vie », entrepôts, locaux artisanaux, lofts, usines. L’atelier devient dès lors pour les promoteurs immobiliers un nouveau type d’habitat à promouvoir. Ce lieu, ainsi valorisé, tant symboliquement que foncièrement, n’intéresse qu’une clientèle aisée, figurant parmi la catégorie des derniers gentrifieurs, les plus fortunés et les plus aguerris en matière de tendances urbaines. La stratégie promotionnelle de ces agences consiste d’ailleurs à mettre l’accent sur les sensibilités décoratives et les styles urbains convoités par les citadins plus aisés : « Forts de cet esprit, nous sélectionnons des biens surprenants, en lien avec les tendances actuelles. Surpris de découvrir des lieux rares, nous voulons toujours avec enthousiasme les partager avec ceux d'entre vous qui sont définitivement lassés du classique »13. Selon David Ley (2003), ces ateliers ont été initialement dévoilés par les artistes, cherchant dans la ville de nouvelles occasions de créer.

  • 14 C., femme, 37 ans, juriste, bellevilloise (Sainte-Marthe – dixième arrondissement) - Entretien itin (...)

21Pour les nouveaux arrivants qui acquièrent les anciens ateliers d’artistes, la transformation des espaces, si elle est nécessaire pour des raisons pratiques, relève surtout de la volonté de construire ou de reconstruire un espace de vie. Catherine Bidou-Zachariasen (2008) évoque, dans son enquête sur le quartier Sainte-Marthe, le désir des gentrifieurs de créer leur propre espace de vie, qu’ils soient artistes, « pionniers » ou « consolidateurs ». Camille et Pierre, que nous avons rencontrés durant des portes ouvertes à Belleville, avouent avoir acheté un espace dans le quartier, stimulés par l’ambiance des journées portes ouvertes et par l’envie de se faire leur propre chez-eux : « Avant, on habitait dans le dixième, près de la gare. Quand on est venu la première fois aux portes ouvertes, on cherchait à acheter et on voulait voir comment c’était dans le quartier. Quand on a vu ces ateliers magnifiques, ces appartements incroyables, on s’est dit : pourquoi pas nous ! Le quartier commençait à être cher, mais on s’est trouvé un ancien atelier sur une cour, qu’on a complètement transformé, un peu comme si on créait notre chez nous, comme les artistes. On y est vraiment bien »14. Ce couple, qu’on peut rattacher à la catégorie des « consolidateurs », s’insère pleinement dans le processus de gentrification du quartier, transformant à leur image leur lieu d’habitation. L’habitat devient ainsi un nouveau lieu d’expression de soi, un loft-living au sein duquel la création tient une large place. Sharon Zukin montre que ce loft-living – et l’atelier-appartement – s’inscrit dans l’évolution des modes de consommation culturelle de masse où l’activité artistique occupe une place croissante. L’esprit créatif n’est plus seulement réservé à l’artiste : il s’exprime à travers un nouvel art de vivre en ville. Ces nouveaux espaces, promus par les agences immobilières et transformés par leurs derniers occupants, accueillent dès lors de moins en moins d’artistes, car ils sont devenus trop chers et sont davantage consacrés à la fonction d’habitation.

5. Effets « pervers » pour les plasticiens de la valorisation de Belleville

  • 15 R., homme, 54 ans, graveur, AAB, Association pour l’Art et l’Estampe Populaire - Entretien réalisé (...)

22Les artistes bellevillois ont pris conscience des « effets pervers » de la requalification urbaine : « C’est un peu comme un boomerang auquel tu ne t’attendais pas. Les artistes arrivent dans un quartier assez pourri, tout tombe en ruine, les immeubles, les gens n’ont pas la cote. Ils rénovent les lieux, organisent des fêtes pour le quartier. Du coup, l’image de Belleville se transforme au point que ça devient branché d’habiter ici, ce qui provoque le départ des petits gens. Ça s’embourgeoise un peu. Et là, c’est pervers puisque tout ce que les artistes ont fait pour valoriser le quartier se retourne contre eux. Les loyers deviennent trop chers, la clientèle presque trop chic. Donc, on est, plus ou moins, contraints de partir. C’est un phénomène qui nous dépasse complètement »15. À travers les propos de Richard, on retrouve les étapes irréversibles et linéaires de la gentrification de New-York analysée par Neil Smith (1996 et 2003) : la « phase sporadique » décrivant l’arrivée, dans les anciens quartiers populaires, d’artistes et d’intellectuels investissant puis réhabilitant les bâtiments et transformant ainsi leur fonction initiale (des boutiques et des usines deviennent ateliers et logements) ; « l’ancrage du processus » concernant la mise en œuvre du rent-gap (différentiel loyer) et l’arrivée de populations plus aisées, entrainant dès lors le déplacement des couches populaires résidentes ; enfin, la « gentrification généralisée » traduisant l’émancipation du processus, par une hausse régulière des prix de l’immobilier ayant pour effet de chasser les premiers gentrifyers (artistes et intellectuels du Lower East Side de Manhattan, par exemple), populations qui avaient valorisé ces quartiers.

  • 16 Propos exprimés par Matthieu (homme, 39 ans, plasticien, Génie de la Bastille) lors de la table ron (...)

23Dans son enquête sur Le Triangle du XIVe, Sabine Chalvon-Demersay (1984) s’interroge sur les conséquences de la valorisation de l’arrondissement pour les populations initiatrices du processus : « Enfin, en favorisant par leur présence la valorisation sociale et culturelle du quartier, ne posent-ils pas [les nouveaux venus], à moyens termes, les jalons de leur propre exclusion ? » (Chalvon-Demersay, 1984 : 10). Les créateurs du Génie de la Bastille, collectif d’artistes du quartier, reconnaissent avoir subi les revers de l’évolution sociale et urbaine du onzième arrondissement : « On est presque tous arrivés dans les années 1970 et 1980. L’association a été créée en 1984 et a été la première à lancer les journées portes ouvertes dans Paris. À l’époque, la Bastille, rue de Lappe et de la Roquette, n’était pas très bien vue : drogues, délinquances, bagarres. Grâce à nos portes ouvertes, les gens ont pris conscience des trésors bien cachés du quartier : des jolies cours, des ateliers, de grands appartements. Au début, c’était super, c’était la découverte. Puis, il y a eu le revers de la médaille. Ce qu’on a montré, on a voulu nous le prendre. Ça a été un véritable boom immobilier. Les prix sont montés en flèche. Il y a eu aussi beaucoup de travaux dans le quartier, qui n’avait plus du tout la même image. On a participé à l’amélioration de la Bastille et aujourd’hui on est obligé de disparaître »16. Observant l’évolution du Génie de la Bastille, les AAB s’inquiètent de leur avenir à Belleville.

  • 17 En 2000, le prix des locations dans le quartier administratif de Belleville est de 12,4 euros le mè (...)
  • 18 R., homme, 54 ans, graveur, AAB, Association pour l’Art et l’Estampe Populaire - Entretien réalisé (...)

24Depuis les premières journées portes ouvertes, les conditions immobilières des plasticiens bellevillois ont réellement changé. Depuis la fin des années 1990, les plasticiens sont confrontés aux fortes hausses immobilières que connaît le quartier : entre 2000 et 2010, les prix des locations et des propriétés ont doublé à Belleville17. Peu d’artistes viennent désormais s’installer dans le quartier, préférant aux anciens espaces populaires de la capitale, les communes franciliennes périphériques. Les artistes, installés au début des années 1980, souffrent également de la valeur immobilière prise par le quartier. Plusieurs plasticiens, établis dans une boutique ou un atelier sur cour, sont ainsi, aux termes de leur bail commercial, contraints de quitter les lieux, lesquels sont vendus par les propriétaires à des acheteurs (commerçants, famille, promoteurs) plus offrants. Richard s’inquiète de devoir quitter son atelier à la fin de son bail : « Quand je suis arrivé ici, cet espace était en train de s’effondrer. J’ai tout aménagé. C’est vrai que j’ai un bail pas cher jusqu’ici. Depuis deux ans, on sent vraiment les pressions du syndic pour rompre le contrat. Le propriétaire, qui possède tout l’immeuble, a donné tout pouvoir au syndic qui veut récupérer de l’argent. Du coup, je suis confronté à une remise en question de ma situation ici. Par exemple, cet espace, je le loue comme un entrepôt. J’y ai fait des travaux. Et paradoxalement, le fait que j’ai amélioré ma situation se retourne contre moi. À la dernière réunion de copropriété, j’ai bien compris que ça allait être de plus en plus difficile de rester »18. D’autres plasticiens se plaignent des fortes charges immobilières accompagnant les opérations d’amélioration de l’habitat ; ces charges sont d’autant plus difficiles à honorer qu’ils ont personnellement investi de lourdes sommes dans la réhabilitation de leur espace de travail. Les coûts engagés par Abigail dans la rénovation de son atelier, conjugués aux fortes pressions foncières rencontrées rue Sainte-Marthe, rue inscrite dans une opération programmée d’amélioration de l’habitat (OPAH), ont conduit la peintre à vendre son appartement.

  • 19 C., femme, 54 ans, plasticienne, AAB - Entretien réalisé le 23 mai 2005.
  • 20 Un questionnaire réalisé auprès des publics des journées portes ouvertes de mai 2007 démontre égale (...)

25Outre les effets économiques de la valorisation du quartier, les plasticiens subissent les revers sociaux et politiques de leur implication locale. L’arrivée de nouvelles catégories de population, plus aisées, a pu réjouir, au départ, nombre de plasticiens bellevillois, voyant dans ces nouveaux résidents des clients potentiels. Catherine y voit une véritable occasion professionnelle : « Au début, je me suis dite : ‘les bobos, c’est bon pour les affaires’. Ce sont des gens qui ont de l’argent, beaucoup de chercheurs, de profs, de personnalités du spectacle, et qui ont une certaine sensibilité à l’art. Tout ça, c’est bien pour les artistes »19. Les attentes des créateurs ne sont pas satisfaites : les « bobos », ainsi les nomment-ils, n’achètent pas les œuvres d’art produites dans les ateliers du quartier. D’après Eric Charmes (2006), les gentrifieurs manifestent un faible intérêt pour les plasticiens bellevillois et s’intéressent à l’art tel qu’il est présenté dans les galeries, les foires internationales ou les musées. L’enquête a révélé néanmoins que plusieurs résidents achetaient des œuvres d’artistes locaux. Les journées portes ouvertes des AAB constituent davantage une occasion de balade dans le quartier qu’un moyen de visiter une exposition ou d’acheter une œuvre d’art20. Les plasticiens bellevillois ne s’estiment guère mieux considérés par les pouvoirs publics : les subventions allouées par la municipalité restent très ponctuelles (ateliers pour enfants et journées portes ouvertes) et inférieures aux montants demandés par l’association. Les AAB ressentent par ailleurs un manque de reconnaissance des institutions artistiques parisiennes qui ne les associent pas aux grandes manifestations culturelles auxquelles ils postulent, en vain (notamment les Nuits blanches parisiennes en 2005 et 2006). Dans le domaine social et urbain, ils ne voient guère de signe de la municipalité valorisant leur action locale et leur engagement dans le quartier, comme en témoignent les faibles sommes allouées aux ateliers pour enfants.

  • 21 M., femme, 52 ans, plasticienne, AAB - Entretien réalisé le 9 juillet 2005.

26Les plasticiens du quartier s’interrogent donc sur la reconnaissance de leur rôle dans l’évolution du quartier. Entre 2005 et 2009, l’association organise une série de réunions et de tables rondes, convoquant plusieurs associations d’artistes parisiennes, comme les Ateliers d’artistes de Ménilmontant et du Père-Lachaise, le Génie de la Bastille, les Frigos (squat dans le treizième arrondissement) ou encore Lezarts de la Bièvre (collectif implanté dans le cinquième arrondissement). La première réunion, introduite par Mirella, commence par ces termes : « On a beaucoup fait pour le quartier, en terme économique, social, relationnel et artistique. On fait même l’objet d’articles de journaux ou de sujet de thèse. Mais, la plupart d’entre nous se sentent aujourd’hui laissés pour compte. Certains doivent quitter leur atelier parce que ça devient trop cher ; d’autres sont obligés de partir à cause d’un promoteur ou d’un propriétaire gourmand. La municipalité, bien contente de notre rôle social, ne nous soutient pas artistiquement et les bobos qui viennent tout juste d’arriver préfèrent les lieux branchés pour acheter de l’art. Comment faire alors pour se maintenir ici ? »21.

6. Les revers de la gentrification pour les artistes plasticiens : « rester à Belleville ou aller vivre ailleurs »22

  • 22 A., femme, 61 ans, peintre, AAB - Entretien réalisé le 21 décembre 2006.
  • 23 A., femme, 61 ans, peintre, AAB - Entretien réalisé le 21 décembre 2007.
  • 24 S., femme, 57 ans, sculpteur, AAB - Entretien réalisé le 6 octobre 2005.
  • 25 « Cour Ramponeau, c’est pain béni pour un promoteur ou un investisseur. Quand on a appris qu’il y a (...)

27Pour nombre de plasticiens bellevillois, la question se pose en effet de « rester à Belleville ou d’aller vivre ailleurs »23. La plupart des membres des AAB témoignent d’un profond attachement pour leur quartier. Suzel ne veut, sous aucun prétexte, quitter son atelier : « Quitter cet atelier, quitter Belleville, certainement pas. Ce serait une mort. C’est vraiment vital d’y être. C’est vital dans tous les sens, au niveau de la sociabilité, au niveau du travail, au niveau de la vie de ce quartier, des amis, de la famille. Au niveau du boulot aussi, il y a les portes ouvertes. Il y a aussi des gens qui viennent ici pour m’acheter des sculptures. Je me suis trop investie ici et j’y suis reconnue. Pour rien au monde je ne quitterais cet endroit »24. La récente mise en vente des locaux à une société d’économie mixte parisienne inquiète pourtant Suzel et les artistes de la cour, soucieux de conserver un lieu de travail dans le quartier. Si l’idée de partir de Belleville parait insoutenable pour Suzel, elle l’est également pour Cécilia, Catherine, Isabelle et Saint-Omer, prêts à se mobiliser pour sauvegarder les ateliers d’artistes de la cour Ramponeau. Ces plasticiens se mobilisent aux côtés des associations de défense du quartier (AAB et Bellevilleuse) afin de sensibiliser la municipalité à leur situation et d’inviter les pouvoirs publics à les maintenir dans la cour. D’après le président de la Bellevilleuse, la cause serait quasiment acquise aux artistes, la mairie de Paris ayant proposé la préemption des lieux25. Depuis la sauvegarde des ateliers du bas-Belleville, les AAB demeurent vigilants face aux projets immobiliers privés et publics : La Ferronnerie du guignier, le Tunnel et la cour Ramponeau sont autant de lieux artistiques menacés de destruction ou de requalification et protégés par l’association.

  • 26 A., femme, 61 ans, peintre, AAB - Entretien réalisé le 21 décembre 2005.

28Si certains plasticiens cherchent à résister collectivement à leur délocalisation, d’autres, contraints de quitter leur atelier, préfèrent contourner le problème en trouvant, à Belleville, un espace à partager. Les associations de défense du quartier, très actives dans le secteur, ne peuvent guère lutter contre les fortes pressions immobilières que subit Belleville depuis une dizaine d’années. Les fortes hausses de charges immobilières, liées aux opérations de rénovation du quartier Sainte-Marthe-Jean Moinon, ont conduit Abigail à quitter son atelier. Engagée dans le collectif les Quatre horizons, la peintre participe activement à la réhabilitation de sa rue, mais les rénovations réalisées dans son immeuble, suite à l’opération programmée d’amélioration de l’habitat, ont lourdement pesé sur le budget d’Abigail : « On s’est battu pour que le quartier soit amélioré. Ils ont changé les écoulements d’eau, refait les extérieurs. Ça a coûté très cher à la copropriété ». L’artiste doit donc se résoudre à vendre son atelier acquis rue Sainte-Marthe il y a presque dix ans : « J’ai essayé de tenir le coup le plus longtemps possible. Ce n’est plus possible. Les opérations d’améliorations de l’habitat réalisées dans les immeubles ont vraiment augmenté les charges. On s’est battu pour ça, mais c’est le revers de la médaille. L’important pour moi, quel que soit le lieu de travail, c’est de rester à Belleville. Je suis attachée à mon atelier, mais plus encore au quartier »26. En 2009, Abigail transfert une partie de son matériel de création dans l’atelier de Béatrice, situé rue Sambre et Meuse, conservant ainsi un pied-à-terre à Belleville ; elle réinvestit également son appartement, dans le cinquième arrondissement.

  • 27 O., homme, 49 ans, peintre, ancien membre des AAB - Entretien réalisé le 13 février 2006.
  • 28 Entretien réalisé à la galerie des AAB avec Sylvia (femme, 36 ans, peintre) lors de l’assemblée gén (...)
  • 29 Entretien réalisé à la galerie des AAB avec Sylvia (femme, 36 ans, peintre) lors de l’assemblée gén (...)
  • 30 O., homme, 49 ans, peintre, ancien membre des AAB - Entretien réalisé le 13 février 2006. Voir list (...)

29Cette relative insécurité immobilière contraint toutefois certains plasticiens à envisager leur départ du quartier. Les destinations privilégiées des créateurs rencontrés se trouvent dans les banlieues limitrophes de Belleville, au nord-est de la capitale. Le manque d’espaces disponibles, conjugué à la hausse excessive des prix de l’immobilier dans le quartier, oblige les créateurs bellevillois à franchir le périphérique. Ils y retrouvent « les avantages de Belleville sans les inconvénients économiques » : les anciennes banlieues ouvrières de Seine-Saint-Denis offrent en effet aux créateurs qui ont besoin d’espaces à faibles coûts, de vastes locaux inoccupés et à des prix très abordables. Au début des années 2000, un projet immobilier oblige Olivier à quitter son atelier de la rue Dénoyez. Après de vaines recherches de lieux à Belleville et dans les quartiers environnants, il décide de s’installer à Montreuil, constituant, selon lui « un bon compromis entre ici et Paris » : « Quand j’ai quitté mon atelier, j’étais totalement paniqué. Je me suis mis à chercher un autre atelier à Belleville, à Ménilmontant, à la Goutte d’or. Je ne voulais pas quitter Paris, mais impossible de trouver un truc convenable. Ici, j’ai trente-sept m² pour bosser. Je ne voulais pas quelque chose de plus petit, car ça m’aurait forcé à détruire mes installations. Je suis déjà à l’étroit. Et puis, il y a plusieurs artistes d’ici qui se sont déjà installés à Montreuil. Grâce à eux, j’ai trouvé un super local dans une ancienne usine de carrelage, plus grand et pour le même prix. C’est un bon compromis entre ici et Paris »27. Certains créateurs bellevillois y retrouvent même « un peu de leur quartier »28. Comme Olivier, Sylvia, épuisée par les lourdes charges immobilières inhérentes à sa boutique, a choisi de quitter son atelier de la rue de la Mare pour s’installer dans un local sur cour à Montreuil : « Belleville, c’est trop cher pour moi. Même si ça a changé, j’adore l’ambiance du quartier : les restaurants africains, chinois, etc., le marché, les gens de toutes les couleurs, les petites maisons et les ateliers d’artistes. À Montreuil, j’ai retrouvé les avantages de Belleville sans les inconvénients économiques. L’ambiance reste très populaire, très sympa et les prix sont encore très abordables pour les artistes. On est de plus en plus nombreux à venir s’installer ici »29. Certains créateurs bellevillois disent retrouver à Montreuil, aux Lilas ou ailleurs en banlieue, ce qu’ils ne trouvent plus à Belleville : « C’est sûr que ça m’a fait quelque chose de quitter le quartier, mais en même temps, c’est une sorte de renouveau. Tu connais d’autres lieux, d’autres artistes, d’autres gens. Et puis, tu n’as pas encore trop de bobos, de galeries. Ça reste encore accessible et sympathique »30. Bagnolet, Les Lilas, Montreuil, etc., deviennent alors les nouveaux territoires d’élection des artistes franciliens.

  • 31 http://www.montreuil.fr/​]. Site consulté en 2009.
  • 32 O., homme, 49 ans, peintre, ancien membre des AAB - Entretien réalisé le 13 février 2009.
  • 33 Entre 2000 et 2010, j’ai pu recenser une vingtaine d’artistes des AAB participant aux journées port (...)
  • 34 « Montreuil se caractérise par un passé artisanal et industriel. La présence de nombreuses surfaces (...)

30La ville de Montreuil estime désormais à six cents le nombre de plasticiens installés sur la commune. De nombreuses actions en faveur de l’installation d’artistes ont par ailleurs été menées par la municipalité : outre une politique active d’ateliers-logements pour créateurs, celle-ci organise, chaque année, au mois d’octobre depuis 1998, les journées portes ouvertes des ateliers d’artistes de Montreuil : « 600 artistes, 162 ateliers individuels, 33 lieux collectifs, 5 espaces publics. Pour leur 9e édition, les portes ouvertes des ateliers d'artistes prennent encore de l'envergure pour le plaisir des visiteurs qui découvriront l'univers des nombreux artistes plasticiens installés à Montreuil. Ils sont peintres, dessinateurs, graveurs, vidéastes, sculpteurs, photographes, etc. et présentent leur travail, partagent leur passion, exceptionnellement dans leur atelier privé, ou s'ils n'en ont pas, dans des lieux collectifs et dans des espaces publics. Afin de prendre la mesure de ce foisonnement artistique, le dépliant ‘Ateliers d’artistes, portes ouvertes 2010’ rassemble les coordonnées des participants, leur programme et leur situation sur le plan de la ville. De quoi organiser son périple ou choisir de se laisser surprendre par la balade dans l’un ou l’autre des quartiers de la ville »31. Les propos de la mairie de Montreuil correspondent presque mot pour mot aux discours des AAB rassurant ainsi les nouveaux plasticiens résidents : « J’avais peur mais venir à Montreuil, c’est vraiment pareil que Belleville sauf qu’il faut dépasser le périphérique »32. Aux journées portes ouvertes de Montreuil, on peut désormais visiter, outre les expositions de Sylvia et d’Olivier, les ateliers de plasticiens figurant il y a quelques années sur les plans-listes des AAB33. Sur le modèle de Bastille, Belleville, Ménilmontant et du Père-Lachaise, plusieurs villes du nord-est parisien – Les Lilas, Pantin, Saint-Denis, etc. – se dotent aussi de journées portes ouvertes d’ateliers d’artistes, attirant dans ces anciennes communes ouvrières et populaires de nouvelles catégories de populations associées au monde de l’art et de la culture34. Ces actions artistiques et urbaines ne laissent-elles pas présager, sur le modèle parisien de la Bastille ou de Belleville, l’avenir des artistes nouvellement installés ?

Conclusion

31L’installation d’artistes à Belleville a progressivement modifié le visage du quartier. Sur le plan architectural, ceux-ci ont participé, parfois soutenus par les associations locales puis relayés par la municipalité, à la rénovation de nombreux espaces industriels jusqu’alors délaissés. Sur le plan économique, les artistes, établis dans les anciennes boutiques, ont parfois favorisé la transformation du paysage commercial de certaines rues du quartier. Enfin d’un point de vue sociologique, la présence d’artistes, valorisant le quartier par l’organisation de manifestations culturelles, a contribué à transformer le tissu local et a encouragé l’installation de nouvelles populations, plus aisées.

32Si leur insertion dans le quartier a permis la préservation partielle du bâti ancien, elle a aussi conduit à sa valorisation sur un plan économique et immobilier. Les agents immobiliers se servent ainsi des artistes, mais comme argument de vente. Alors que peu de propriétaires confieraient leurs clefs à des artistes et que peu d’artistes peuvent accéder à la propriété, la présence de créateurs est souvent perçue de façon positive par les nouveaux arrivants. Un quartier investi par les artistes devient plus attirant pour les populations plus fortunées qui cherchent à concilier un cadre de vie agréable et une vie culturelle locale développée.

33Depuis quelques années, l’attractivité du quartier conjuguée à une politique de requalification urbaine a provoqué une forte augmentation de la valeur du foncier et les artistes n’ont alors plus les moyens de s’installer ou même de rester à Belleville. Certains préfèrent partir en proche banlieue, à Montreuil ou aux Lilas. Quelques-uns sont même contraints de vendre leur atelier soumis aux fortes charges que requiert la rénovation des immeubles. Ils laissent alors la place aux associations artistiques et culturelles, aux métiers d’art et plus récemment aux galeristes privés, qui trouvent à Belleville de vastes espaces d’exposition et la possibilité de constituer de nouveaux réseaux artistiques. Attirés par la création d’un centre d’art contemporain – Le Plateau en 2002 – plusieurs galeristes du centre de Paris s’installent alors dans le quartier, parachevant ainsi le mouvement initié par les artistes au début des années 1980.

34Le quartier de Belleville a beaucoup évolué depuis le début de notre enquête : les commerces de création et les galeries d’art ont remplacé les ateliers-boutiques d’artistes ; plusieurs espaces associatifs ont laissé place à de vastes sites culturels ; certaines rues du quartier se sont profondément requalifiées, etc. On assiste ici à une illustration, dans une séquence de temps limitée, des étapes canoniques du processus de gentrification. Les artistes « découvreurs » des anciens quartiers populaires, dont le capital économique limité voisine celui des anciennes populations résidentes, sont remplacés par d’autres formes d’art en adéquation avec les besoins artistiques et culturels des nouveaux habitants, au capital économique bien supérieur. Les artistes « pionniers » se déplacent alors vers une nouvelle frontière : celle des communes limitrophes de la capitale, telles que Bagnolet, Les Lilas ou Montreuil. Cela présage-t-il de l’évolution promise à ces anciennes villes ouvrières et populaires ?

Haut de page

Bibliographie

Augoyard J.-P., 2000, « L’action artistique dans l’espace urbain », in J. Métral (dir), Cultures en ville ou de l’art et du citadin, Paris : Editions de l’Aube, pp. 17-31.

Augoyard J. F. (dir.), 2003, L’expérience esthétique ordinaire de l’architecture, Grenoble : Cresson-EAG.

Becker H.-S., 1982, Les mondes de l’art, Paris : Flammarion.

Bidou-Zachariasen C., Poltorak J-F., 2008, « Le ‘travail’ de gentrification : les transformations sociologiques d’un quartier parisien populaire », Espaces et sociétés, n° 132, pp. 107-124.

Chalvon-Demersay S., 1984, Le triangle du XIVe. Des nouveaux habitants dans un vieux quartier de Paris, Paris : Ed. de la MSH.

Charmes E., 2005, « Le retour à la rue comme support de la gentrification », Espaces et sociétés, n° 122, pp. 115-135.

Charmes E., 2006, La rue, village ou décor. Parcours dans deux rues de Belleville, Paris : Créaphis. 

Charmes E., Vivant E., 2008, « La gentrification et ses pionniers : le rôle des artistes off en question », Métropoles, n° 3, Varia [En ligne : http://metropoles.revues.org/document1972.html]

Cole D. B., 1987, « Artists and Urban Redevelopment », The Geographical Review, 77, n° 4, pp. 391-407.

Collet A., 2008, « Les "gentrificateurs" du Bas-Montreuil : vie résidentielle et vie professionnelle », Espaces et sociétés, n° 132-133, pp. 125-142.

Coutant I., 2000, Politiques du squat. Scènes de la vie d’un quartier populaire, Paris : La Dispute.

Delorme J.-C., Dubois A.-M., 1998, Ateliers d’artistes à Paris, Paris : Parigramme.

Deutsche R., Ryan C.G., 1984, « The Fine Art of Gentrification », October, n° 31, pp. 91-111.

Gravereau S., 2008, Les artistes de Belleville : entre mondes de l’art et territoires urbains, Paris : EHESS.

Grésillon B., 2002, Berlin, Métropole culturelle, Paris : Belin.

Hatzfeld H., Hatzfeld M., Ringart N., 1998, Quand la marge est créatrice : les interstices urbains initiateurs d’emploi, La Tour d’Aygues : Editions de l’Aube.

Heinich N., 1996, Être artiste. Les transformations du statut des peintres et des sculpteurs, Paris : Klincksieck.

Kaufmann V., Thomas M.P., Pattaroni L., Les facettes d’une gentrification plurielle. Analyse de la trajectoire comparée de six quartiers d’Ile-de-France, Lausanne, Roneo, 2008.

Ley D., 2003, « Artist, Aestheticisation and the Field of Gentrification », Urban Studies, 40, n° 12, pp. 2527-2544.

Lloyd R., 2002, « Neo-Bohemia : Art and Neighborhood Redevelopment in Chicago », Journal of Urban Affairs, 24, n° 5, pp. 517-532.

Markusen A., 2006, « Urban development and the politics of a creative class : evidence from a study of artists », Environment and Planning A, 38, pp. 1921-1940.

Marontate J., Quemin A., 2002, « Les territoires de l’art », Sociologie et sociétés, Volume 34, n° 2, pp. 5-14.

Mele C., 2000, Selling the Lower East Side : Culture, Real Estate, and Resistance in New York City, Minneapolis : University of Minnesota Press.

Michaud Y., 2003, L’art à l’état gazeux. Essai sur le triomphe de l’esthétique, Paris : Stock.

Milner J., 1990, Ateliers d’artistes, Paris capitale des arts à la fin du XIXe siècle, Paris : Dumay.

Pinçon-Charlot M., Pinçon M., 2001, Paris Mosaïque, Paris : Calmann-Lévy.

Pinçon M., Pinçon-Charlot M., 2004, Sociologie de Paris, Paris : La Découverte.

Smith N., 1996, The urban frontier, gentrification and revanchist city, New York : Routledge.

Smith N., 2003, « La gentrification généralisée : d’une anomalie locale à la ‘régénération’ urbaine comme stratégie urbaine globale », in C. BIDOU-ZACHARIASEN (dir.), Retours en ville : des processus de ‘gentrification’ urbaine aux politiques de ‘revitalisation’ des centres, Paris : Descartes & Cie, pp. 45-72.

Van Criekingen M., Decroly J.-M., 2003, « Revisiting the diversity of gentrification. Neighbourhood renewal processes in Brussels and Montreal », Urban Studies, 40, n° 12, pp. 2451-2468.

Vivant E., 2006, Le rôle des pratiques culturelles off dans les dynamiques urbaines, Thèse de l’Université Paris 8, Institut Français d’Urbanisme.

Zukin S., 1982, Loft Living. Culture and Capital in Urban Change, New Brunswick : Rutger’s University Press.

Zukin S., 1991, Landscapes of Power. From Detroit to Disney World, Berkeley : University of California Press.

Haut de page

Notes

1 Voir notamment : Cole, 1987 ; Collet, 2008 ; Coutant, 2000 ; Deutsche et Ryan, 1984 ; Grésillon, 2002 ; Hatzfeld, Hatzfeld et Ringart, 1998 ; Lloyd, 2002 ; Markusen, 2006 ; Mele, 2000 ; Pinçon et Pinçon-Charlot, 2004 ; Van Criekingen et Decroly, 2003 ; Zukin,1982.

2 Les premières portes ouvertes des AAB permettent en effet aux Parisiens de découvrir les nombreux ateliers d’artistes établis dans le quartier. La présence croissante d’artistes est par ailleurs soulignée par la presse à l’occasion de cet évènement : « Une profusion d’artistes », L’ami du XXème (octobre 1990) ; « D’un atelier à l’autre sur les coteaux de Belleville », Le Grand journal de Paris (mai 1996) ; « Belleville Arts », Nova Magazine (mai 2003).

3 Voir notamment : Milner, 1990 ; Heinich, 1996 ; Delorme et Dubois, 1998 ; Gravereau, 2008.

4 Entretien réalisé lors des journées portes ouvertes en mai 2006.

5 Les mondes de l’art désignent, d’après Howard Becker (1982), l’ensemble « des personnes dont les activités sont nécessaires à la production des œuvres bien particulières que ce monde-là (et d’autres éventuellement) définit comme de l’art ». Ces mondes ne possèdent pas, selon le sociologue, de frontières établies qui permettraient de distinguer les personnes appartenant à ce monde plutôt qu’à un autre. Chaque monde de l’art, à travers ses conventions et ses critères de sélection, reconnaît ses artistes et produit leur carrière dans les sphères qui leurs sont consacrées, délimitant ainsi les frontières sociales de l’art légitime. Voir aussi Nathalie Heinich (2005), Jan Marontate et Alain Quemin (2002) sur les différents réseaux artistiques contemporains et la coprésence de plusieurs mondes de l’art : associatifs, marchands, institutionnels, etc.

6 [http://www.labellevilloise.com/bellevilloise-lieu.htm]. Site consulté en juin 2008..

7 Ce phénomène de contagion s’observe dans d’autres quartiers parisiens envahis il y a plusieurs années par les artistes, notamment dans le Marais ou à la Bastille (Pinçon et Pinçon-Charlot, 2001). Il fait écho à ce qu’Yves Michaud (2003) nomme l’art à « l’état gazeux », c'est-à-dire une diffusion de l’art et des commerces d’objets esthétiques dans l’espace urbain.

8 Rabinowitz A., « Les plus beaux liftings », Le Nouvel observateur Ile-de-France, 2006. En ligne sur : [http://www.obsdeoaris.nouvelobs.com/] D., femme, 54 ans, peintre, ancien membre des AAB - Entretien réalisé le 15 septembre 2005

9 D., femme , 54 ans, peintre, ancien memebre des AAB – Entretien réalisé le 15 septembre 2005

10 Deguy A., « Les emplettes de Belleville », Libération, 29 septembre 2006.

11 Augoyard, 2000.

12 Augoyard, 2003

13 [http://www.ateliers-lofts.com]. Site consulté en 2007.

14 C., femme, 37 ans, juriste, bellevilloise (Sainte-Marthe – dixième arrondissement) - Entretien itinérant réalisé lors des journées portes ouvertes de mai 2005.

15 R., homme, 54 ans, graveur, AAB, Association pour l’Art et l’Estampe Populaire - Entretien réalisé le 17 avril 2005.

16 Propos exprimés par Matthieu (homme, 39 ans, plasticien, Génie de la Bastille) lors de la table ronde « portes ouvertes » du 18 juin 2010.

17 En 2000, le prix des locations dans le quartier administratif de Belleville est de 12,4 euros le mètre carré ; on passe à 21,6 euros en 2010. Pour ce qui est des propriétés, l’augmentation est encore plus impressionnante : 2091 euros le m² en 2000 et 5140 euros en 2010. Données fournies par la chambre des notaires de Paris.

18 R., homme, 54 ans, graveur, AAB, Association pour l’Art et l’Estampe Populaire - Entretien réalisé le 17 avril 2008.

19 C., femme, 54 ans, plasticienne, AAB - Entretien réalisé le 23 mai 2005.

20 Un questionnaire réalisé auprès des publics des journées portes ouvertes de mai 2007 démontre également que la majorité des visiteurs (cadres supérieurs et professions intellectuels) résidant à Belleville cherchent moins à découvrir des œuvres qu’à mieux connaître leur quartier et à visiter des lieux de vie et de travail.

21 M., femme, 52 ans, plasticienne, AAB - Entretien réalisé le 9 juillet 2005.

22 A., femme, 61 ans, peintre, AAB - Entretien réalisé le 21 décembre 2006.

23 A., femme, 61 ans, peintre, AAB - Entretien réalisé le 21 décembre 2007.

24 S., femme, 57 ans, sculpteur, AAB - Entretien réalisé le 6 octobre 2005.

25 « Cour Ramponeau, c’est pain béni pour un promoteur ou un investisseur. Quand on a appris qu’il y avait un projet immobilier sur la parcelle, on a contacté l’adjoint à l’urbanisme de la Mairie du 20ème. Ça n’a pas été facile mais il semble que la ville soit prête à préempter. Apparemment, ils y construiraient une crèche et maintiendraient les ateliers dans la cour. On n’est pas sûr à cent pour cent, mais à quatre-vingt quinze ». J. –P., homme, 48 ans, la Bellevilleuse- Entretien réalisé le 8 février 2005.

26 A., femme, 61 ans, peintre, AAB - Entretien réalisé le 21 décembre 2005.

27 O., homme, 49 ans, peintre, ancien membre des AAB - Entretien réalisé le 13 février 2006.

28 Entretien réalisé à la galerie des AAB avec Sylvia (femme, 36 ans, peintre) lors de l’assemblée générale du 17 janvier 2006. Entretien réalisé à la galerie des AAB

29 Entretien réalisé à la galerie des AAB avec Sylvia (femme, 36 ans, peintre) lors de l’assemblée générale du 17 janvier 2008.

30 O., homme, 49 ans, peintre, ancien membre des AAB - Entretien réalisé le 13 février 2006. Voir liste des entretiens.

31 http://www.montreuil.fr/]. Site consulté en 2009.

32 O., homme, 49 ans, peintre, ancien membre des AAB - Entretien réalisé le 13 février 2009.

33 Entre 2000 et 2010, j’ai pu recenser une vingtaine d’artistes des AAB participant aux journées portes ouvertes de Montreuil. À noter cependant que la moitié de ces plasticiens continuent à exposer à Belleville (invités dans l’atelier d’un ami), cumulant ainsi dans l’année plusieurs possibilités de montrer leur travail.

34 « Montreuil se caractérise par un passé artisanal et industriel. La présence de nombreuses surfaces industrielles désaffectées a contribué à l’établissement de milieux artistiques très dynamiques constituant les prémices d’une gentrification marquée par une augmentation très forte des prix de l’immobilier dès le début des années 2000. 600 plasticiens sont répertoriés par la municipalité mais on estime à 1000 leur nombre réel. La ville compte également 1300 intermittents du spectacle et un milieu actif dans le domaine du cinéma » (Kaufmann, Thomas et Pattaroni, 2008, p. 35-36).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Gravereau, « Les artistes de Belleville : valeur et faire-valoir d’un quartier de Paris à leurs dépens ? », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 17-18 | 2013, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://tem.revues.org/1999 ; DOI : 10.4000/tem.1999

Haut de page

Auteur

Sophie Gravereau

Anthropologue, sociologue
Chercheur au laboratoire TVES (EA 4477)
Maitre de conférences à l’Université du Littoral Côte d'Opale 
189 bis, avenue Maurice Schumann, BP 5526
59379 DUNKERQUE Cedex 1
sophie.gravereau@free.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page