Navigation – Plan du site
Editorial

Éditorial : Place et rôle des artistes dans la dynamique des quartiers culturels et créatifs

Christine Liefooghe
p. 1-5

Texte intégral

1Les géographes, français en l’occurrence, sont nombreux à travailler sur les thèmes des artistes, des politiques culturelles, des friches artistiques, du patrimoine, de la fête, des bals, des festivals, des événementiels ou de la ville éphémère. Il suffit pour s’en convaincre de consulter l’annuaire des géographes. La liste des thèmes traités par la géographie de la culture ou la géographie culturelle s’enrichit régulièrement (Grésillon, 2008). Ce numéro de Territoire en mouvement se propose d’ouvrir la réflexion à la géographie économique ainsi qu’à d’autres disciplines concernées par les thématiques de l’économie culturelle et créative, des villes créatives ou, plus généralement, des territoires créatifs. La mondialisation de l’économie, la métropolisation des hommes et des activités, l’émergence de nouveaux pays en forte croissance, la diminution des ressources publiques pour la culture sont autant de facteurs qui poussent les territoires des pays développés à chercher de nouvelles pistes de croissance et de développement. La culture constitue une de ces pistes. Les aménités culturelles, fortement subventionnées, sont devenues un facteur majeur d’attractivité de ce que Richard Florida (2002) appelle la classe créative, ingénieurs, chercheurs, artistes, publicitaires, architectes, designers et autres « manipulateurs de symboles et d’idées » susceptibles d’inventer de nouveaux produits et services. Plus encore, les politiques, les chercheurs et les experts s’interrogent sur la place et le rôle des artistes dans le développement économique des territoires, notamment à travers les opérations de régénération des quartiers industriels en déclin. Insensiblement depuis près de vingt ans désormais, à l’échelle du monde, les préoccupations politiques glissent d’une approche de la culture et des cultures en termes de diversité et de préservation vers une approche en termes de levier de développement économique et de création d’emplois, y compris d’ailleurs dans les pays émergents ou dans les pays en voie de développement. En témoigne les actions de l’UNESCO ou les textes des Nations Unies (UNCTAD/UNDP, 2010) et de la banque mondiale (World Bank, 2003), par exemple, mais aussi les débats sur la « récupération » des productions culturelles par le capitalisme marchand, industriel et financier (Pratt, 2011). On trouvera dans les articles qui composent ces numéros 17/18 et 19/20 de Territoire en mouvement tant un aperçu de ces débats que de nombreuses références bibliographiques ayant trait aux thématiques que je viens de citer.

2La revue Territoire en mouvement propose donc, exceptionnellement, deux doubles numéros portant sur le thème : « Artistes et territoires créatifs en Europe. Dynamique communautaire ou dynamique économique ? ». L’idée de l’appel à texte a émergé lors du programme de recherche CREATICITY que je pilotais alors, financé par le CPER Etat-Région du Nord-Pas de Calais. Après un premier inventaire des travaux portant sur la ville créative (Liefooghe, 2010), ce programme de recherche m’a permis de fréquenter les séminaires et colloques organisés autour du thème de la créativité par l’ASRDLF (Association des Sciences Régionales de Langue Française), la RSA (Regional Studies Association) et l’ERSA (European Regional Science Association). J’y ai croisé nombre de collègues étrangers travaillant depuis dix ans sur ces questions ainsi que de jeunes chercheurs, français ou étrangers, multipliant les études de cas en Europe. Mettre à disposition de nos lecteurs une partie de ces recherches et sortir du strict cadre des politiques culturelles françaises était l’objectif de l’appel à texte. Le nombre de propositions a comblé nos espérances, à tel point qu’il nous a fallu décider de construire deux doubles numéros afin de couvrir la diversité des approches scientifiques et des terrains analysés.

3Le premier numéro regroupe des articles portant sur le thème, presque classique, des quartiers culturels et créatifs. Nous avions cependant demandé aux auteurs d’interroger plus spécifiquement les mécanismes économiques qui sont, éventuellement, à l’origine de ces quartiers ou qui les régissent ensuite. Au-delà de la thématique de la gentrification, remise d’ailleurs en question par certains auteurs, il s’agit de questionner la place que les politiques attribuent ou font jouer aux artistes dans le cadre de programmes de renouvellement urbain. Enfin, lors de l’évolution spatio-temporelle de ces quartiers, les artistes entrent peu à peu en concurrence avec des entreprises dites créatives, attirées par l’ambiance culturelle mais qui chassent, par le jeu de la concurrence immobilière et foncière, les artistes des lieux dont ils ont contribué à revaloriser tant l’image que l’attractivité. Les articles sélectionnés par le comité de rédaction de la revue nous font voyager à Amsterdam, Birmingham, Milan, Londres, Paris, Barcelone, Helsinki, Tallinn, Ostrava et dans l’ancien bassin minier du Nord-Pas de Calais. Capitale ou ville moyenne, métropole de l’Europe de l’ouest ou ville en transition post-socialiste de l’est de l’Europe, ville industrielle en déclin ou métropole insérée dans l’économie mondiale, autant de situations différentes que vous pourrez comparer. Vous aurez aussi l’occasion de découvrir différentes approches disciplinaires, puisque parmi les auteurs se trouvent des géographes, économistes, gestionnaires, une ethnologue et même une artiste.

4L’article de Mariangela Lavanga, professeur assistant en économie culturelle à l’Université Erasmus de Rotterdam, introduit ce premier volume par un panorama des approches scientifiques et politiques sur le rôle de la culture, des artistes et des industries créatives dans le développement économique des territoires et dans les projets de régénération urbaine. Les artistes sont en effet souvent considérés comme les initiateurs de la transformation, voire de la gentrification de quartiers en déshérence. Mariangela Lavanga interroge quatre programmes de redéveloppement urbain, à Amterdam, Birmingham, Milan et Helsinki qui « utilisent » la présence des artistes à des fins économiques. Quels bénéfices les artistes peuvent-ils tirer du rôle de développeur et de gentrifieur qui leur est ainsi attribué ? La création artistique et le développement culturel sont souvent les oubliés de cette intrumentalisation des artistes par les politiques. Néanmoins, les quatre cas présentés montrent la diversité des jeux d’acteurs et la complexité des enjeux de moyen et long terme quand il s’agit de construire une convergence entre économie et culture dans le cadre de projets urbains.

5Pour Charles Ambrosino, maître de conférences à l’Institut d’Urbanisme de Grenoble, il faut au contraire abandonner l’idée que l’artiste est une victime passive de la régénération urbaine et de la gentrification. L’auteur nous dresse le portrait de l’artiste en « créateur de ville » à partir de l’exemple de l’évolution récente du quartier artistique de South Shoreditch à Londres. La reconversion post-fordiste des espaces métropolitains et la montée en puissance de l’économie culturelle ont transformé ce « ventre mou territorial » en une centralité récréative dont l’attractivité est reconnue à l’échelle globale. En révélant les qualités patrimoniales et paysagères de South Shoreditch, les artistes ont produit de l’urbanité dans un secteur industriel dévalorisé. En réhabilitant l’espace public comme un lieu d’expression collective et plurifonctionnel, ils ont renversé les représentations sociales et médiatiques sur le quartier. « Lorsque se constitue un quartier artistique, c'est-à-dire que s’édifie un milieu relationnel territorialisé (grâce au face-à-face), les artistes, en producteurs d’images, mobilisent un savoir-faire (la création) qui interfère avec la matérialité de leur environnement et engendre les conditions nécessaires à une reformulation sensible de l’espace (grâce au face-à-l’art) ». Ainsi faut-il lire la valorisation foncière des quartiers qui deviennent artistiques comme le fruit de dynamiques sociétales, avant d’être économiques.

6Sophie Gravereau, maître de conférences à l’Université du Littoral Côte d'Opale, porte un regard de sociologue et d’anthropologue sur les artistes du quartier de Belleville, à Paris. Que signifie être artiste dans un ancien faubourg ouvrier du nord-est parisien ? Comment les artistes ont-ils participé, passivement ou activement, à la requalification du quartier ? Au-delà de ces questionnements presque classiques sur le rôle des artistes dans la transformation de quartiers industriels, le travail de terrain de Sophie Gravereau nous transmet des paroles d’artistes qui témoignent de l’histoire récente du quartier, des espoirs, des solidarités, des inquiétudes et des combats que la mutation de Belleville engendre. L’installation d’artistes dans des espaces industriels rénovés ou dans les anciennes boutiques d’artisans a en effet participé de la transformation du paysage architectural et commercial de certaines rues de Belleville. Cette visibilité artistique et l’organisation de manifestations culturelles ont contribué à attirer de nouvelles populations, plus aisées, qui ont enclenché le processus de gentrification et de revalorisation foncière et immobilière du quartier. Instruments de la rénovation sociale et urbaine, les artistes en collectif et leurs associations s’interrogent cependant quant à leur avenir à Belleville. Les nouveaux habitants apprécient l’ambiance artistique du quartier, sans pour autant acquérir les oeuvres qui y sont produites. Ils sont plutôt en quête d’un nouveau mode d’habiter que les artistes ont inventé en transformant des ateliers artisanaux en ateliers-appartements. Paradoxalement, le jeu de l’offre et de la demande immobilière chasse un peu à la fois les artistes qui ont fait de Belleville un quartier agréable à vivre, une image dont profitent les promoteurs immobiliers et la municipalité de Paris qui cherche à parachever sa politique de revalorisation des quartiers populaires. Les artistes plasticiens sont alors contraints d’emménager dans d’autres quartiers ouvriers, plus éloignés du centre de Paris et de ses institutions culturelles, où ils seront peut-être à nouveau les ferments d’une transformation architecturale, économique et sociale.

7Les cas de Londres et Paris, deux capitales économiques et culturelles, sont représentatifs d’une dynamique spatiale, économique et sociale qu’on peut qualifier de spontanée, initiée par les artistes même si les politiques publiques prennent le relais. La densité urbaine, la pression immobilière, le marché de la culture et l’insertion dans une économie mondiale concurrentielle contribuent à la régénération des anciens quartiers industriels, par un processus cyclique d’installation d’artistes, de régénération, de gentrification puis de déplacement des artistes dans une autre partie de l’agglomération. Mais qu’en est-il des métropoles régionales, voire des villes de tradition industrielle en crise ? La dynamique observée en Europe de l’Ouest affecte-t-elle également les villes post-socialistes et selon les mêmes processus ?

8Ondřej Slach, Tomáš Boruta, Pavel Bednář et Jaroslav Koutský, chercheurs en développement régional en République tchèque, à l’Université d’Ostrava (au nord de la Moravie) ou à l’Université d’ Ústí nad Labem (capitale du nord de la Bohême), nous font découvrir pas à pas la naissance et les transformations d’un quartier culturel dans la ville minière et industrielle d’Ostrava. Après une présentation synthétique de la littérature scientifique portant sur les quartiers culturels et créatifs, les auteurs nous font voyager dans l’histoire d’Ostrava et de son centre urbain. Comment un quartier culturel peut-il naître dans une ville industrielle en crise qui a dû, en outre, gérer le passage d’une économie socialiste planifiée à une économie capitaliste ouverte à l’international ? Les transformations de l’espace autour de la célèbre rue Stodolní (Stodolní ulice) sont analysées phase par phase pour montrer, d’une part le rôle des artistes dans la régénération urbaine, d’autre part la transformation progressive de ce quartier culturel et artistique en quartier de consommation et de divertissement. Au-delà de cet exemple d’Ostrava, les auteurs s’interrogent sur la validité, pour l’analyse des villes post-socialistes, de concepts élaborés pour celle des villes post-industrielles des pays développés à économie de marché.

9Les quartiers artistiques et culturels, fruits d’une mutation post-industrielle, sont donc aussi soumis à des transformations qui affectent leur profil d’activités et leur ambiance. Ils peuvent, comme à Ostrava, se transformer en quartiers de divertissement où les restaurants, les bars mais aussi les cinémas et les boites de nuit l’emportent peu à peu sur les ateliers d’artistes ou les galeries d’art. Ils peuvent également évoluer vers un profil de quartier créatif où s’installent les agences de publicité, les architectes, les designers et autres professions liées à l’économie numérique. C’est ce genre de mutation que nous présente Patrice Ballester, docteur en géographie et aménagement de l’Université Toulouse II-Le Mirail, à travers la transformation du quartier industriel de Poblenou à Barcelone en quartier créatif nommé 22@. Le projet de cluster numérique, porté depuis plus de dix ans par la municipalité de Barcelone, accompagne la régénération urbaine de Poblenou autour de l’image positive d’une nouvelle économie numérique, source d’attractivité pour les entreprises internationales et la dite classe créative. Mais le programme d’aménagement a rencontré une vive opposition de la part des artistes qui occupaient les friches industrielles du quartier et qui se voyaient peu à peu chassés par les nouvelles activités, les immeubles de bureau et la gentrification. Patrice Ballester nous expose les conflits fonciers et politiques qu’ont engendré deux visions antagonistes de l’avenir de Poblenou ainsi que les nouveaux rapports de force mis en valeur par les artistes et les intellectuels dans leurs critiques et leurs actions contre les projets de la municipalité de Barcelone. Ces conflits ont obligé à repenser la planification urbaine dans un consensus entre politiques, firmes multinationales et artistes rescapés de la pression immobilière. La nouvelle Soho européenne cherche encore une identité pour faire cohabiter anciens et nouveaux habitants, architecture contemporaine et protection patrimoniale, artistes et créatifs, monde de l’art et monde marchand.

10La question des relations entre les friches artistiques et le territoire dans lequel elles sont implantées, c’est-à-dire entre les artistes en collectifs, les autorités locales et les populations, est également analysée par Nicolas Aubouin, de l’ESG Management School de Paris de Paris, et Emmanuel Coblence, de l’Institut Supérieur de Gestion de Paris. Ils ont étudié le cas des Nouveaux Territoires de l’Art (NTA) du point de vue de la gestion et de la gouvernance des friches industrielles ou immobilières devenues lieux de création artistique. L’artiste y a, pour eux, un rôle de « défricheur » dans le cadre de collectifs artistiques pluridisciplinaires qui impliquent également les populations, les associations socioculturelles et collectivités locales lors du processus de mutation de ces friches urbaines. L’originalité de cet article est d’interroger les politiques de la culture et la relation des NTA avec leur territoire d’implantation sous l’angle des outils de gestion de ces structures qui ne fonctionnent pas selon les règles des institutions culturelles classiques. Nicolas Aubouin et Emmanuel Coblence ont en particulier analysé le cas des Frigos à Paris et de Culture Commune à Loos-en-Gohelle, ville de l’ancien bassin minier du Nord-Pas-de-Calais, archétypes selon eux de deux modes de développement qu’ils dénomment « l’îlot » (pilotage autonome des projets) et « l’essaim » (pilotage par co-construction avec le territoire).

11Aili Vahtrapuu, artiste estonienne, enseigne la sculpture depuis 1980. Elle a complété sa formation à l’IRCAM de Paris et a soutenu en 2008 une thèse en art et histoire de l’art, à l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, sur le thème des nouvelles « formes sonores en vue de revitaliser la relation entre l’art monumental et l’architecture ». Professeur au département de créativité appliquée à l’Institut des Beaux-Arts de l’Université de Tallinn, Aili Vahtrapuu expose ses sculptures urbaines et notamment ses installations à Tartu, Tallinn et Paris. Dans ce numéro de Territoire en mouvement, elle nous propose un regard sur l’engagement d’artistes dans la revitalisation d’espaces urbains en déclin dans des villes qui se veulent créatives. A travers les exemples d’un quartier industriel sur le front de mer de Tallinn, en Estonie, et du quartier d’Arabianranta à Helsinki, en Finlande, Aili Vahtrapuu défend la place des artistes, notamment des artistes plasticiens, dans la mise en scène de l’espace urbain soumis au changement : l’artiste propose une approche sensorielle de la ville, non à la manière d’un faiseur de décor mais d’un constructeur de sens au service des besoins de convivialité des citadins. En tant que chercheur participant à des programmes européens sur la transformation des métropoles, Aili Vahtrapuu vise aussi à sensibiliser les acteurs de la ville à une approche pro-active de la créativité, pour promouvoir une vision transversale des politiques culturelles, économiques et institutionnelles afin de mettre la créativité au coeur des mutations territoriales à venir.

12En tant que pilote de ce double et même quadruple numéro de Territoire en mouvement, je voudrais terminer cet éditorial en remerciant tous les auteurs qui ont accepté de jouer le jeu de la transdisciplinarité au risque de la confrontation avec des évaluations critiques par des spécialistes d’autres disciplines que la leur. Je les remercie également d’avoir accepté une seconde correction de leur texte, dans un échange constructif de mails et de textes annotés, pour que je puisse comprendre leur approche et qu’ils puissent au mieux répondre aux demandes des évaluateurs et afin que les lecteurs de la revue puissent à leur tour apprécier les différents regards, de géographes, d’économistes, de sociologues, d’ethnologue, de politistes et même d’artiste, posés sur l’objet « créativité ». Ce premier double numéro regroupe les articles qui interrogent le rôle des artistes dans les transformations urbaines, à l’échelle de la ville ou des quartiers. Le second numéro rassemble des recherches sur la distribution spatiale des artistes, sur les polarités de production artistique, sur les parcours des artistes pour vivre de leur art, parcours dans la ville, entre ville et campagne, et à l’international.

Haut de page

Bibliographie

Florida, R. 2002, The rise of the creative class, New York : Basic Books.

Grésillon B., 2008, Ville et création artistique : pour une autre géographie culturelle, Annales de géographie, n° 661-662, pp. 179-198.

Liefooghe C., 2010, Economie créative et développement des territoires : enjeux et perspectives de recherche, Innovations, n° 31, pp. 181-197.

Pratt A., 2011, The cultural contradictions of the creative cities, City, culture and society, n° 2, pp. 123-130.

UNCTAD/UNDP, 2010, Creative Economy, Report 2010, Creative Economy : a Feasible Development Option, United Nations.

World Bank, 2003, Urban development needs creativity : how creative industries affect urban areas, Development Outreach, Washington DC, november.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christine Liefooghe, « Éditorial : Place et rôle des artistes dans la dynamique des quartiers culturels et créatifs », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 17-18 | 2013, mis en ligne le 28 janvier 2014, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://tem.revues.org/1969

Haut de page

Auteur

Christine Liefooghe

Maître de conférences
UFR de géographie et aménagement
Avenue Langevin, Université de Lille 1 Sciences et Technologies
59655 Villeneuve d’Ascq cedex
PRES Lille Nord de France/ Lille 1-Laboratoire T.V.E.S. (E.A. 4477)/MESHS (USR 3185)
christine.liefooghe@univ-lille1.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page