Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Régis Caloz et Claude Collet, Analyse spatiale de l’information géographique

Lausanne, Presses Polytechniques et Universitaires Romandes, collection Ingénierie de l’Environnement, 2011, 383 p.
Guillaume Schmitt
Référence(s) :

Régis Caloz et Claude Collet, Analyse spatiale de l’information géographique (Lausanne, Presses Polytechniques et Universitaires Romandes, collection Ingénierie de l’Environnement, 2011, 383 p.)

Texte intégral

1Cet ouvrage propose une synthèse dense, accessible et richement illustrée (en couleurs) des principales méthodes de l'analyse spatiale de l'information géographique aux étudiants, enseignants, chercheurs et ingénieurs praticiens disposant d'un savoir et de savoir-faire préalables en analyse spatiale. Il s'avère rapidement indispensable dans une bibliothèque, ne serait-ce que parce qu’il est généraliste et fait rare sur un tel sujet, en langue française. Par son indéniable dimension pédagogique, il est aussi très utile pour préparer une recherche plus précise sur telle ou telle méthode ou pour mettre en œuvre dans d'autres domaines les démonstrations rigoureuses proposées dans chaque chapitre.

2Au nombre de dix, les chapitres ont une trame commune avec en premier lieu, une introduction sur la description de leurs objectifs respectifs et, de manière succincte, les références théoriques et pratiques attenantes. Dans un deuxième temps, le corps du texte à l’écriture simple voit se succéder entre huit (chapitre 1 et 6) et quatorze sections (chapitre 2 et 5) pour un nombre de pages par chapitre très variable : entre 11 pages pour le chapitre 1 et 76 pages pour le chapitre 8. Enfin après chaque conclusion de chapitre, des suggestions bibliographiques attisent la curiosité et une série de questions permet de s’interroger sur la compréhension des propos tenus dès lors que l’on suit cet exercice didactique. Au risque de quelques répétitions assumées, ce cadre formel et la volonté des auteurs de consacrer un chapitre à chaque grande méthode de l’analyse spatiale permet au lecteur, après une phase d’appropriation par le biais des avant-propos et du chapitre 1, de choisir aisément les pages correspondant à sa préoccupation du moment et, le cas échéant, de suivre les rappels vers les autres chapitres de l’ouvrage. On regrette cependant quelques erreurs de renvoi (vers la section 3.4 au lieu de la section 3.5 — p. 54), de rares coquilles orthographiques (p. 350), de très rares figures difficilement compréhensibles (absence de légende à la figure de la page 289 avec cependant une description sur la page précédente) et l’absence de table des illustrations malgré une numérotation de celle-ci et leur appel systématique dans le texte. À la fin de l’ouvrage, la bibliographie générale et une liste de sites Internet complètent les références égrainées dans chaque chapitre et un index rend envisageable une lecture croisée de l’ouvrage à partir des notions employées.

3L’une des premières notions abordées est celle de « cycle de vie de l’information géographique » définie comme un « processus itératif » (p. 4) allant de la modélisation de la réalité à sa représentation, en passant par l’exploitation des informations la décrivant par analyse spatiale. Dans cet ouvrage, cette dernière n’est pas cantonnée à ce rôle, puisqu’elle contribue aussi à l’élaboration d’un modèle de la réalité et constitue l’un des moyens de structuration des données qui le composent. La notion de cycle de vie est convaincante, dans la mesure où elle est efficace pour positionner les différents métiers attenants à l’information géographique et son emploi est très pédagogique.

4Dans le deuxième chapitre, les données des modèles sont présentées selon les caractéristiques (format image ou vectoriel, topologie, échelle…) et la rigueur (unité d’observation…) nécessaire à leur compilation au sein d’un logiciel du type SIG (notons au passage que les auteurs revendiquent une substitution des mots de l’acronyme, du Système à la Science de l’Information Géographique). Les systèmes de coordonnées et de projections notamment Lambert, sont présentés sans toutefois faire référence aux standards récemment mis en place, le Réseau Géodésique Français et le système Lambert 93.

5Le troisième chapitre est extrêmement riche est laisse une place importante à la géostatistique dans l’étude des phénomènes spatiaux discontinus en fournissant aux lecteurs des méthodes de calcul d’indicateurs relatifs aux propriétés géométriques et thématiques de l’information géographique (analyse structurale, régionalisation…). Le quatrième chapitre suit une logique analogue sur les phénomènes spatiaux continus en présentant notamment plusieurs techniques d’interpolation spatiale. Le cinquième chapitre constitue une exception dans le déroulement de l’ouvrage, puisqu’il n’est pas axé sur un type de méthode en particulier, mais sur un type d’information : l’altitude et ses dérivés (pente, exposition, visibilité…). Sans doute est-ce dû au lieu principal d’enseignement des auteurs (Lausanne et Fribourg) et à la nature de la statistique administrative suisse, les techniques d’échantillonnage et le rôle du relief sont régulièrement cités au fil des pages de l’ouvrage, et ce dans des domaines aussi variés que le calcul de superficies, la statistique agricole, le choix d’implantation de site industriel… De plus, ces trois chapitres, par leur relative simplicité d’accès, tendent à démontrer que les indicateurs géostatistiques ou la télédétection active (Radar et Lidar) se banalisent dans le champ de l’aide à la décision en aménagement du territoire.

6Le sixième chapitre fournit un panorama utile, tout particulièrement pour des étudiants souhaitant disposer d’une synthèse francophone, des techniques d’interrogation sur un plan thématique, géométrique et topologique de l’information géographique. Peut-être que la portée de ce chapitre aurait pu être plus grande encore si les données servant la démonstration étaient disponibles (via un site Internet, un support optique…) et la licence du logiciel mobilisé gratuite ou libre.

7Après une présentation de la théorie des graphes et de la notion de distance, le septième chapitre expose par des exemples particulièrement bien choisis des méthodes de calcul d’aptitude d’objets spatiaux et d’accessibilité (calcul d’itinéraire selon la pente, l’exposition d’un piéton à un danger…). Par la qualité de la démonstration, ce chapitre est précieux pour toutes personnes désireuses de mettre en œuvre des analyses distances-coûts.

8Après une présentation succincte de l’aide à la décision par l’analyse spatiale, le huitième chapitre porte dans un premier temps sur les méthodes statistiques avec ou sans pondération à dire d’expert pouvant être mobilisées dans l’identification de sites favorables à la construction de tel ou tel édifice. Les auteurs ont choisi de présenter les résultats de différentes analyses à partir du même exemple, ce qui permet d’illustrer que les choix méthodologiques opérés ne sont pas neutres. Dans un second temps, le huitième chapitre est consacré à l’analyse factorielle et à la régression logistique. Bien que très dense, seules quelques lignes sont réservées à l’analyse factorielle des correspondances multiples et la classification hiérarchique ascendante est mobilisée sans explications détaillées.

9L’avant-dernier chapitre introduit la dimension temporelle dans l’analyse spatiale. Il est l’un des indéniables atouts de l’ouvrage, surtout pour les personnes travaillant dans des bureaux d’études, des collectivités ou les services de l’Etat qui ont en charge l’historicité de l’information géographique et qui doivent également produire des analyses du changement, d’utilisation du sol par exemple.

10Le dixième chapitre rappelle par son titre (« incertitudes et leur propagation ») et par son contenu (différenciation de l’erreur et de la précision…) que malgré le caractère objectivant de l’analyse spatiale, l’incertitude est présente tout au long du cycle de vie de l’information géographique et ne disparait pas avec les technologies les plus récentes. Ce chapitre conclusif d’une vingtaine de pages aurait également pu faire l’objet d’approfondissements plus ciblés, sous forme d’encarts spécifiques, dans chaque chapitre de l’ouvrage, ce qui aurait placé l’incertitude au cœur de l’analyse spatiale de l’information géographique, soit au cœur de la prise de décision en aménagement du territoire.

11Ne remettant nullement en cause le grand intérêt de l’ouvrage, il peut paraitre assez étonnant que la notion d’information géographique, même sommairement, ne soit pas clairement définie alors même que les auteurs se sont attachés à fournir des définitions éclairantes des principales notions employées. Doit-on y voir une paralipse puisque de nombreuses informations géographiques sont mobilisées au fil des pages ou une simple omission face à la pluralité et la complexité de celles-ci demandant d’y consacrer un ouvrage à part entière  ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Schmitt, « Régis Caloz et Claude Collet, Analyse spatiale de l’information géographique  », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 16 | 2012, mis en ligne le 04 janvier 2014, consulté le 22 juillet 2014. URL : http://tem.revues.org/1952

Haut de page

Auteur

Guillaume Schmitt

Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page