Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Jacques Levy, Europe, une géographie, la fabrique d’un continent, 2ème édition

Paris, Hachette sup., collection Carré Géographie, 2011, 319 p.
Patrick Picouet
Référence(s) :

Jacques Levy, Europe, une géographie, la fabrique d’un continent, 2ème édition, Paris, Hachette sup., collection Carré Géographie, 2011, 319 p.

Texte intégral

1L’Europe en devenir, en construction, relativement stable mais fragile, dont la destruction serait sans doute catastrophique, mérite plus que jamais notre attention. Comme l’affirme J. Lévy dans l’introduction, l’Europe est d’abord un problème géographique, un problème de géographie.

2Pour bien comprendre la démarche de l’auteur, nous conseillons de saisir sa réflexion par la lecture d’« une démarche », placée en annexe.

3Afin d’aborder la complexité de l’objet Europe, une « boite à outils géographique » conceptuelle et pédagogique, héritière d’écrits plus anciens, permet d’expliquer clairement les fondements de l’étude. L’outil fondamental est la distance à partir de laquelle s’organise le lien social et se déclinent les lieux et les aires. Ces espaces peuvent se caractériser par la variation des échelles, les métriques ou mesures utilisées et la substance définie par l’auteur comme la composante non spatiale d’un objet social donné.

4Sont ensuite présentées des logiques spatiales fondées sur les relations entre les acteurs, les objets et les environnements sociaux et naturels qui permettent de proposer des typologies de relations entre les espaces (emboîtement, interface mais aussi rhizome ou horizon voire cospatialité). Dans une relecture de réflexions plus anciennes, quatre modèles offrent des éléments d’explication quant à l’organisation des espaces et des sociétés, et leur évolution, des communautés à la société avec les logiques intermédiaires du champ de forces et du réseau hiérarchisé. À partir de l’exemple très intéressant de la Tchécoslovaquie, le cas de L’Europe introduit la problématique des lacunes de la construction supranationale.

5L’ouvrage est divisé en trois parties et neuf chapitres. Dans la première partie, « Trames », l’auteur nous emmène d’abord, à travers une lecture critique des notions de continent et de frontière, à une déconstruction de l’Europe en tant que continent prédéfini, puis à une reconstruction dans les perspectives d’une géohistoire. En interrogeant les effets de la position d’abri puis le rôle de la cospatialité, une Europe se dessine avec ses gradients d’européanité, de l’espace-noyau jusqu’aux voisins partiellement influencés par la dominance européenne.

6Dans la deuxième partie, « Configurations », l’auteur souligne comment, à travers le foisonnement des communautés linguistiques, ethniques et religieuses, multiples, embrouillées et instables, les Etats contribuent à créer les nations. Leurs frontières constituent aujourd’hui le maillage le plus évident pour comprendre les différenciations de l’espace européen. Ce qui ne va pas sans poser de grands problèmes de temporalités lorsque le modèle de l’Etat à peine réalisé mais déjà déclinant, est débordé par des dynamiques à d’autres échelles locale, régionale, européenne et mondiale. Selon des rythmes différents et dans les zones de broyage ou dans le cœur du noyau européen, les relations entre les états-nations ou entre les empires, façonnent les territoires, stabilisent ou non les structures spatiales. De ce point de vue, J. Lévy analyse la fragilité de la Hongrie et de la Yougoslavie et montre, inversement, comment la puissance du tout-état peut conduire au totalitarisme. Les logiques des configurations géopolitiques sont donc fondamentales, pour l’auteur, dans l’Europe affaiblie de la fin du XXe siècle où s’impose une réconciliation des anciens ennemis, face à des puissances extérieures, dominantes après la deuxième Guerre Mondiale.

7Aux logiques des communautés et des champs de force entre les Etats se combine le modèle des réseaux européens centrés sur les villes, avec leurs structures, la nature des flux qui les parcourent et leur mise en place sur la longue durée. Les réseaux constitueraient les manières premières les plus banales de faire de l’espace là où on attendrait avant tout la construction des Etats comme l’Etat français. Les Etats gardent cependant un rôle majeur dans les structurations spatiales de l’Europe tout comme bien d’autres acteurs non étatiques : jadis, les pèlerinages, réseaux des monastères, aujourd’hui les échanges Erasmus et surtout le tourisme organisent la mise en contact.

8À la suite d’une lecture synchronique des logiques présentées, se pose la question de la naissance d’une société européenne. Pour l’auteur, il y a un mouvement tendanciel vers sa construction mais ce n’est pas encore une réalité établie. L’émergence d’une société politique européenne est gênée par le refus de l’Europe dans certains Etats à des degrés divers. Toutefois, le rapprochement des valeurs, des modes de vie et des institutions peut contribuer à l’apparition progressive d’une société européenne même si la langue reste un obstacle non négligeable. En Europe, se construit un objet géographique, l’Union Européenne, qui engendre d’après l’auteur une société-Europe renforcée par une dimension politique de plein exercice. Toutefois, la question du découpage des espaces européens subsistent, telles la Méditerranée ou la Mitteleuropa, parce que leurs contours restent flous et leurs contenus sont incertains.

9Voici donc un ouvrage dense, riche et malgré tout très pédagogique dans sa construction, qui intéressera tous les lecteurs, y compris les non géographes. L’Europe est un objet passionnant mais complexe ; les réflexions de l’auteur sont soutenues par des textes bien choisis et surtout une cartographie originale et novatrice. Nul doute que cet ouvrage restera une source de réflexion marquante quant au message européen.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Picouet, « Jacques Levy, Europe, une géographie, la fabrique d’un continent, 2ème édition », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 16 | 2012, mis en ligne le 04 janvier 2014, consulté le 27 août 2014. URL : http://tem.revues.org/1948

Haut de page

Auteur

Patrick Picouet

Université des sciences et Technologies Lille 1

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page