Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Jérémy Robine, Les ghettos de la nation. Ségrégation, délinquance, identités, islam

Editions Vendémiaire, coll. Géographies, 2011, 221 p.
Patrick Picouet
Référence(s) :

Jérémy Robine, Les ghettos de la nation. Ségrégation, délinquance, identités, islam, Editions Vendémiaire, coll. Géographies, 2011, 221 p.

Texte intégral

1Même si cela ne concerne pas le premier chapitre du livre, il nous semble que la question du vocabulaire et de son bon usage mérite d’être abordée de prime abord. Pour l’auteur, le ghetto est une « concentration sur de petits territoires et dans un habitat plus ou moins dégradé d’une grande proportion des immigrés maghrébins et noirs et des Français issus de ces immigrations. » Il ajoute que le terme recouvre aussi les « représentations des territoires qu’il suscite ». C’est ce point de vue qui est particulièrement étudié à partir de monographies présentées à la suite de travail de terrain dans des communes remarquables des confins de l’agglomération parisienne.

2En avant-propos, le lecteur est immédiatement plongé au coeur des émeutes de l’été 2011 à Londres, dans le quartier de Tottenham. Après un rappel du théâtre habituel des violences urbaines, est abordé ensuite le scénario inédit des violences urbaines de 2005 s’étendant de Clichy-sous-Bois à plusieurs communes de la Seine-Saint-Denis, à la fin du mois d’octobre. L’enquête de terrain nous emmène donc à Clichy-sous-Bois et à Grigny afin de comprendre quels sont les éléments constitutifs d’un ghetto, quels sont les processus ayant favorisé leur création depuis les années 1970 et quel est le rôle des acteurs politiques dans leur histoire : isolement, ville désarticulée, habitat progressivement dégradé, urbanisation forcée, explosion démographique et pénurie d’équipements, stratégies gaullistes et communistes d’implantation et de concentration des grands ensembles accompagnent la naissance des ghettos. Une série de cartes en couleurs, judicieusement choisies à différentes échelles permet de bien comprendre les conditions géographiques du processus de ghettoïsation : discontinuités spatiales liées aux voies de communication, etc.

3La question identitaire est partout présente dans la démonstration de l’auteur d’autant que les représentations individuelles et collectives, véhiculées par les médias et les politiques, contribuent, dès les origines du processus, à figer les regards et à stigmatiser les immigrés et, en particulier « les Arabes ». À partir des années 1980, « la jeunesse devient majoritaire chez les Maghrébins et, au sein de celle-ci, les Français prennent le pas sur les immigrés ». S’engage alors une longue lutte pour l’insertion de ces jeunes Français marginalisés, lutte menée par SOS Racisme depuis 1984 contre les ghettos considérés de plus en plus, comme le produit des discriminations raciales et des politiques de peuplement, lutte poursuivie par des mouvements autonomes plus radicaux dont l’auteur présente quelques exemples (MIB, MIR, etc.) et enfin par le PIR (Parti des Indigènes de la République) depuis 2005, contre la France qui ne donnerait pas sa place à une partie de ses citoyens. Depuis 2006, le thème de l’identité nationale se développe dans les discours politiques, l’histoire coloniale et essentiellement celle de la guerre d’Algérie suscite des débats dans une France qui n’a pas complètement cicatrisé ses plaies.

4Au terme de son étude, l’auteur suggère de revaloriser la place de l’histoire coloniale dans l’histoire de la nation afin de retrouver le consensus perdu quant à l’identité nationale en France. En conclusion, il appelle à entreprendre une réconciliation nationale fondée sur la reconnaissance de l’égale légitimité de chacun des Français.

5Engagé et stimulant, bien informé et rigoureux dans sa démonstration, abordant la question par les émeutes de Clichy-sous-Bois et se terminant par une réflexion sur la nation, l’identité nationale, cet ouvrage souligne tout l’intérêt d’une étude géographique et plus particulièrement géopolitique pour comprendre la constitution des ghettos et ce qu’ils représentent aujourd’hui dans la société française.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Picouet, « Jérémy Robine, Les ghettos de la nation. Ségrégation, délinquance, identités, islam », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 16 | 2012, mis en ligne le 04 janvier 2014, consulté le 22 octobre 2014. URL : http://tem.revues.org/1946

Haut de page

Auteur

Patrick Picouet

Université Lille des Sciences et Technologies Lille1

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page