Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Maryse Gaimard, Population et santé dans les pays en développement

Paris, L’Harmattan, 2011, 304 p. ISBN 978-26296-56316-2
Valérie Morel
Référence(s) :

Maryse Gaimard, Population et santé dans les pays en développement, Paris, L’Harmattan, 2011, 304 p. ISBN 978-26296-56316-2

Texte intégral

1Entre situation locale et analyse globale, entre pays du Sud et pays du Nord, entre lieux et système de santé, entre genre et société, la santé est une composante incontournable du développement humain et économique des pays. La santé apparaît comme consubstantielle à l’économie comme à la politique et au social ; elle représente à la fois une source et un enjeu pour les pays. Décrypter les logiques à l’œuvre dans la formalisation des liens entre santé et développement dans les dynamiques contemporaines des pays en développement sans omettre de faire des parallèles avec la situation de la santé dans les pays du Nord, telle est l’ambition de l’ouvrage que nous propose la démographe Maryse Gaimard.

2La réflexion conduite par Maryse Gaimard montre combien santé et développement sont interdépendants et co-évoluent. Pour l’auteur la santé « a la particularité d’être à la fois une finalité et un moyen de développement » (p. 247). Les connaissances rassemblées dans cet ouvrage sont tant scientifiques, techniques qu’institutionnelles et sont produites aussi bien au cours de la confrontation au terrain, de la mise en perspective de stratégie de gestion, que lors de l’analyse des retours d’expérience. L’intérêt de cette recherche porte précisément sur les relations dynamiques qui s’établissent entre la santé et le développement dès lors qu’elles contribuent à identifier les facteurs de santé, à évaluer la santé, à faire émerger des spécificités, à gérer les risques de santé et à porter un développement. « Être en bonne santé est une valeur toute relative qui met en jeu un système multifactoriel complexe qui relève de l’individuel et du collectif » (p. 257).

3Les fondements et les principaux enjeux que revêt aujourd’hui l’état de santé des populations dans les pays en développement sont organisés dans cet ouvrage autour de 9 chapitres. Les deux premiers chapitres présentent les fondements qui permettent de comprendre et d’analyser les modalités et les traits singuliers tant de la transition démographique que la transition sanitaire. Définitions et concepts clefs relevant de la santé, de la maladie, de la mortalité et de la morbidité sont clairement exposés et contextualisés. Les chapitres 3 et 4 mettent en perspective la nécessité d’évaluer la santé des populations et de suivre les dynamiques de santé sur le temps long. Une place importante est donnée aux indicateurs de santé. Suivre les indicateurs permet non seulement de dresser un état de santé d’une population à un moment « T » mais aussi d’apprécier l’efficience des politiques de santé mises en œuvre par différents acteurs de santé et à différentes échelles d’action. De plus, une lecture comparée des indicateurs permet de contextualité les signaux de santé et ainsi de révéler des situations contrastées. En effet, à une échelle monde, même si l’état de santé des populations s’est amélioré au cours des dernières décennies, les avancées sur les territoires ne sont pas uniformes et parfois elles sont peu perceptibles. Ainsi, les pays de l’Afrique subsaharienne sont caractérisés par les niveaux de mortalité les plus élevés dans toutes les classes d’âge et restent encore à l’écart de la dynamique d’amélioration des états de santé des populations.

4Le chapitre 5 offre une entrée par le genre. En effet, « la santé de la femme » est au cœur des enjeux de santé dans le monde en développement et s’impose comme une priorité. Dans les pays en développement, les femmes apparaissent très vulnérables. Pauvreté, inégalité dans l’accès aux soins, violences sont des facteurs déterminant dans la mesure de la santé de la femme. Le chapitre 6 fait état dans les pays en développement d’une dynamique convergence entre les « vieilles » pathologies infectieuses et parasitaires (paludisme, tuberculose, choléra) et les maladies chroniques, dont les cancers, le diabète, l’hypertension artérielle et les maladies cardiovasculaires, qui figurent déjà parmi les causes de mortalité les plus élevées à l’échelle mondiale. La transition épidémiologique entre ces deux catégories de pathologies, telle que nous l’avons observée en Europe grâce aux progrès de la médecine, n’est pas encore en marche dans les pays en développement d’autant que la croissance démographique rapide dans ces pays a tendance à atténuer les améliorations de la santé et à freiner la transition épidémiologique. Dans ce contexte, les pays sont très vulnérables aux risques sanitaires car ils doivent faire face à une « double charge de morbidité » (p. 213).

5Le dernier chapitre met en perspective les systèmes de santé et affirme un nécessaire renouveau de l’action. Les systèmes de santé se sont construits au cours des trente dernières années selon la préconisation de l’OMS à Alma Ata en 1978. L’offre de soins de proximité, dite de soins de santé primaire, est au cœur de l’action. Aujourd’hui, un constat s’impose. Les systèmes de santé ne fonctionnent pas aussi bien qu’ils le devraient pour répondre au besoin des populations. Nouveaux enjeux de santé (vieillissement, modes de vies, mondialisation, urbanisation…), pénurie de personnel de santé, financement de la santé sont de réels enjeux qui invite à une la refonte des systèmes de santé.

6Cet ouvrage montre que la situation sanitaire des pays en développement demeure préoccupante au regard de la poussée démographique qui marque ces pays, notamment en Afrique subsaharienne où la population va doubler en quarante ans, passant de 770 millions d’habitants en 2005 à 1,5 — 2 milliards d’habitants en 2050. Les enjeux sont considérables, qu’ils soient relatifs à la situation épidémiologique, à la place toujours importante des maladies infectieuses et parasitaires, à la monté des maladies non transmissibles, à la capacité des systèmes de santé et d’éducation, au financement publique ou privé de la santé, ou à la recherche pour le développement humain et économique. La réflexion proposée par Maryse Gaimard montre ô combien la santé est un sujet transversal.

7Autant dire que l’ouvrage fait preuve de nombreuses qualités et apporte des informations concrètes qui pourront servir étudiants, chercheurs et acteurs de territoire qui s’intéressent à la santé et aux pays en développement. Il est tout de même à regretter l’absence d’une mise en perspective des informations par traitement cartographique. La carte permettant d’exprimer plus explicitement l’hétérogénéité des contextes de santé et leur distribution. La donnée est là, reste à l’exprimer par la carte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Valérie Morel, « Maryse Gaimard, Population et santé dans les pays en développement  », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 16 | 2012, mis en ligne le 04 janvier 2014, consulté le 17 septembre 2014. URL : http://tem.revues.org/1942

Haut de page

Auteur

Valérie Morel

Université d’Artois (en délégation au CentreIRD de Cayenne/Guyane française)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page