Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Rolande Bonnain-Dulon, Jacques Cloarec, Françoise Dubost (direction), Ruralités contemporaines

Éditions L’Harmattan. 2011. 287 p.
Frédéric Lescureux
Référence(s) :

Rolande Bonnain-Dulon, Jacques Cloarec, Françoise Dubost (direction) Ruralités contemporaines, Éditions L’Harmattan. 2011. 287 p.

Texte intégral

1Portant le nom du séminaire accueilli, depuis 1987, à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS), l’ouvrage vient enrichir la collection Patrimoines et sociétés qui « explore les dimensions sociales du patrimoine dans les sociétés contemporaines ». Présenté comme « un florilège d’articles sur des thèmes illustrant de nouveaux aspects de la ruralité », il vise à rendre compte des activités et réflexions collectives dudit séminaire. D’où son caractère de prime abord composite, qui fait finalement son charme à condition de s’y plonger comme on part cueillir des champignons, plus par goût de la promenade voire par gourmandise que par besoin.

2Alors chacun y trouvera son bonheur dans les pas des onze ruralistes, immergés et vivant passionnément leurs travaux de recherche. Chacun y fera ainsi de belles rencontres tant la parole est donnée à ceux qui « font » ou défont les campagnes (le pluriel s’impose), espaces quasi-insaisissables tant ils sont en recomposition. En effet l’ensemble des contributions, de sociologues et d’ethnologues essentiellement, reflète bien la grande place accordée à l’enquête de terrain dans le cadre du séminaire en question.

3Aux moins initiés des lecteurs nous conseillerions d’entamer l’ouvrage par son dernier chapitre, celui de Pierre Alphandery particulièrement éclairant quant à ce que serait le rural aujourd’hui : « moins un objet de recherche en soi qu’un espace privilégié d’investigation de questions essentielles pour la compréhension de la France contemporaine (rapport à la nature, lien social de proximité, patrimonialisation, appartenances sociales et spatiales, environnement). Autrement dit le rural ne désigne plus un ensemble cohérent formé de groupes sociaux liés à un territoire par une culture, une façon de vivre et de produire. Les recherches actuelles mettent en avant soit son caractère hétérogène, fragmenté, peuplé d’individus dont les espaces/temps ne correspondent pas nécessairement soit au contraire, un foisonnement de projets et de procédures utilisées dans le cadre des diverses formes d’actions publiques et collectives ».

4De plus, questionnant le champ de la sociologie rurale à partir de son expérience personnelle Pierre Alphandery témoigne de l’aspiration de chacun des auteurs à comprendre, au plus près des acteurs, les mécanismes du changement social à l’œuvre sous leurs yeux. Leur engagement est frappant. Ainsi, s’interrogeant sur ce qu’on nomme « terrain » et revisitant les siens après presque quarante années de recherches, Martyne Perrot, écrit des ethnologues : « nous sommes de simples passagers des mondes proches ou lointains, que nous observons, des gens que nous rencontrons ». Et elle poursuit : « ces passagers sont « engagés » dans une vérité à dire et à restituer. En ce sens ils sont aussi des passeurs ».

5Mobilisé avec une association culturelle pour inviter les habitants du Haut-Jura à dire, écrire et écouter la mise en voix de « leur » territoire, Martin de la Soudiere analyse cette recherche-action particulièrement dépaysante et instructive. Elle est de nature à découvrir des représentations d’un autre ordre que celles recueillies en situation classique d’entretiens individuels, et il la vit comme « une expérimentation sociale ponctuelle » venant renouveler les méthodes de recherche pour mieux décrypter les réalités sociales des campagnes.

6Ces campagnes françaises - à l’exception d’un détour comparatif par la région viticole hongroise de Tokaj -, les auteurs s’efforcent de les saisir par le patrimoine, l’écologie et la ville. Jamais ils n’en justifient le caractère « rural » au regard d’une quelconque nomenclature mais ils décrivent systématiquement leurs espaces d’étude. Ces espaces sont ruraux, connus et vécus comme tels. Plus que leur nature intrinsèque, discutable à l’infini, ce sont bien leurs recompositions qu’on questionne ici. Et ce qui s’y passe est analysé avec soin, en détails même.

7Ainsi, à l’image des métiers de la conduite du cheval et en particulier de celui débardeur à cheval, étudié par Bernadette Lizet lors d’un chantier exemplaire dans le marais francilien de Larchant, les campagnes se situent « entre » : « entre le rural et l’urbain, l’agricole et l’écologique, le travail et le sport » notamment.

8Les campagnes apparaissent plus que jamais tiraillées par des enjeux et des usages renouvelés parfois divergents, comme l’illustre le cas de la pisciculture d’étang extensive. Ainsi la protection, par la réglementation communautaire, du Grand Cormoran, espèce migratrice piscivore et très prédatrice et son arrivée massive des pays du Nord compromettent-elles l’activité en ces lieux de pêche à valeur patrimoniale en tant que paysages naturels et culturels, et riches de biodiversité lorsqu’ils sont entretenus. Affectés par un manque à gagner et impuissants malgré des autorisations de tir réglementées, les pisciculteurs s’orientent en effet vers des modes de production plus intensifs. Au point que Sophie Bobbe alerte sur le risque de « déprise piscicole ».

9Les problèmes posés par la patrimonialisation des paysages permettent de saisir certaines des dynamiques territoriales des campagnes françaises. Alors que la lutte contre le changement climatique invite à la production d’énergies renouvelables, et notamment à l’implantation d’éoliennes, Jacques Cloarec montre comment, dans le Parc naturel régional des Monts d’Ardèche et alentours, la résistance de la population révèle « la conflictualité paysagère ». Ceci du fait de la forte empreinte culturelle du paysage dans les campagnes mais aussi en réaction aux initiatives exogènes, venues d’« en-haut » et perçues comme portant atteinte à l’identité locale. S’intéressant aux plans de gestion de deux vignobles (Saint-Emilion et Tokaj) inscrits par l’Unesco - au titre des Paysages culturels – sur la liste du Patrimoine mondial Aline Brochot explique que « la patrimonialisation de l’espace viticole instaure de facto la confrontation de deux logiques de gestion, entre préservation du bien commun et exploitation du bien privé » et nous interpelle quant à la difficulté des viticulteurs eux-mêmes à défendre leur place face au pouvoir politique prescripteur, comme « dépossédés » de leur terroir dans l’intérêt général. D’où des « conflits de souveraineté ». Or, c’est « dans l’adéquation des intérêts collectifs et individuels que réside l’une des clés pour l’avenir des sites viticoles du Patrimoine mondial » que l’Unesco aime à présenter comme des modèles de développement durable des territoires.

10Autrement dit, l’élan de patrimonialisation des campagnes, tout en concourant à les mettre en mouvement, les entraîne dans une démarche de reterritorialisation à risques pour ceux qui les font, y vivent et en vivent. En fait, il ressort des cas étudiés que, plus que la pertinence de leurs finalités, c’est la gouvernance des projets de développement qui est problématique dans des espaces de plus en plus appropriés comme « biens communs » et si courtisés qu’ils évoluent sous tensions.

11Les recompositions sociales des territoires ruraux sont d’ailleurs profondes. Dans le périurbain en particulier, elles laissent « les habitants dans l’attente d’un devenir, et sans doute d’une culture commune ». Idéalisées comme espaces de cohésion sociale et d’interconnaissance ces campagnes sont plutôt celles de « la cordiale indifférence » selon l’expression de Martine Bergues. Pour les paysans qu’elle a rencontrés dans le quartier rurbain de l’Aiguille à Figeac : « leur campagne n’est plus et le monde nouveau les désoriente ». Il n’empêche que des agriculteurs, notamment ceux qu’a observés Michel Streith dans le Pays de Caux, participent de ces recompositions en innovant, pour se reterritorialiser et regagner en autonomie dans la gestion de leur exploitation. L’auteur voit dans leurs alternatives la réapparition de formes de l’agriculture d’avant la modernisation des Trente Glorieuses. Ces agriculteurs-là nous rappellent en effet les fameux « agriculteurs intermédiaires » de Pierre Alphandery évoqués dans le dernier chapitre.

12Pourtant, à la lecture de l’ouvrage, les agriculteurs semblent plutôt dépassés par les ruralités contemporaines qui émergent. L’article de Françoise Dubost, consacré aux potagers, montre comment à la campagne les ruraux non agriculteurs ont pris le relais des agriculteurs et autoconsomment leurs légumes moins par nécessité que par plaisir, et comme art de vivre, tandis qu’en ville on cherche à restaurer le lien social et créer des solidarités de voisinage dans les quartiers, via les jardins partagés. Ici, comme un trait d’union entre urbanités et ruralités renaissantes, « sur le socle commun de la vulgate écologique (…), la culture potagère se prête aux mille variantes des expériences quotidiennes et des inventions individuelles ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Lescureux, « Rolande Bonnain-Dulon, Jacques Cloarec, Françoise Dubost (direction), Ruralités contemporaines », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 16 | 2012, mis en ligne le 04 janvier 2014, consulté le 23 avril 2014. URL : http://tem.revues.org/1938

Haut de page

Auteur

Frédéric Lescureux

Université de Lille1 Sciences et Technologies

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page