Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Martine Guibert, Yves Jean : Dynamique des espaces ruraux dans le monde

Éditions Armand Colin, 2011, 407 pages
Frédéric Lescureux
Référence(s) :

Martine Guibert, Yves Jean (dir.) : Dynamique des espaces ruraux dans le monde, Éditions Armand Colin, 2011, 407 pages

Texte intégral

1L’ouvrage, rédigé par des géographes essentiellement et qui s’adresse principalement aux étudiants, élèves de classes préparatoires et enseignants, est structuré en deux parties : la première porte sur les enjeux épistémologiques et théoriques, tandis que la seconde repose sur « une série d’analyses régionales » destinée à refléter la diversité des situations à différentes échelles. À ce titre, bien qu’incomplète, la couverture géographique des Pays du Nord et du Sud est vaste : Europe du Nord et de l’Ouest, Europe centrale et de l’Est, Russie et Ukraine, Afrique subsaharienne, Chine, Inde, Asie du Sud-Est, États-Unis, Brésil, Argentine et Chili, représentent, dans cet ordre, onze des dix-sept chapitres. La conclusion a été confiée au sociologue Jacques Rémy sous la forme d’un point de vue « Articuler agricole et rural ».

2Riche d’une bibliographie de 578 références et illustré de 32 figures pour la plupart inédites, l’ouvrage se propose d’« aborder les problématiques rurales en regard et en lien avec l’urbain ». Sa finalité avancée est triple et ainsi formulée :

  • -identifier les dynamiques des espaces ruraux, depuis une trentaine d’années, dans les pays développés et les pays du Sud, sous l’angle des inégalités et des contrastes ;

  • -présenter les principales évolutions des espaces ruraux dans leur dimension intrinsèque, en dépassant les clivages rural-urbain ;

  • -s’interroger sur les relations actuelles entre les villes et les campagnes, qui renvoient aux représentations et aux fonctions renouvelées du rural, la civilisation urbaine dominante tissant de nouveaux liens avec les mondes ruraux, mais aussi à la prégnance de l’action publique, fort différente selon les contextes nationaux.

3En poursuivant cette triple finalité les auteurs entendent à leur tour repenser les campagnes dans leur globalité et participer du renouvellement de leur approche géographique pour mieux en saisir les enjeux. L’ouvrage est d’ailleurs dédié à Emmanuelle Bonerandi qui incarnait si bien cet élan en faveur d’une géographie sociale des espaces ruraux.

4En cela, bienvenu voire même attendu, le manuel s’inscrit à nos yeux dans la lignée de « Agricultures et campagnes dans le monde » (DIEM n° 20, Editions SEDES, 1996).

5D’après les auteurs, les espaces ruraux ont à relever cinq défis qui chacun font l’objet d’un chapitre (n° 2 à 6). Aux défis dits urbains, de la pauvreté, alimentaire et environnementale, s’ajoute celui lié à l’expansion des espaces périurbains. L’attention prêtée à la pauvreté rurale jusqu’alors trop peu étudiée est louable.

6D’entrée, au cours d’« une lecture diachronique des pratiques et savoirs « ruralistes » en géographie », Laurent Rieutort revisite concepts et notions élémentaires en les mettant en miroir. Il s’agit là d’un apport précieux pour les étudiants de Licence en particulier.

7Rapidement, la tentation de préciser « la » définition des espaces ruraux – démarche souvent vaine ou insatisfaisante vu leur diversité dans le monde - est abandonnée. Plutôt que de définir et de délimiter les campagnes en tant que telles, le parti pris vise à requalifier les dynamiques qui affectent les espaces à dominante rurale. Ceci participe du souhait des auteurs de dépasser le clivage villes-campagnes pour « raisonner en termes de « dialogue rural/urbain » ». Leur volonté est aujourd’hui largement partagée et s’appuie sur le constat de la domination de l’urbain.

8Dans le même ordre d’idées les auteurs annoncent vouloir s’affranchir de « la confusion rural-agricole » souvent entretenue faute de données non agricoles ou par habitude. On a en effet coutume de dire, dans les pays du Nord, « pas de campagne sans agriculture mais l’agricole ne fait plus le rural ». Or, sur ce point les auteurs n’ont pas tous su jouer le jeu. D’où des chapitres inégalement convaincants.

9Concernant le défi environnemental (chapitre 6) Yvette Veyret dresse le tableau désormais classique, noir mais réaliste, des nombreux méfaits de l’agriculture « productiviste » (sans toutefois la dénommer ainsi dans le texte) sur l’environnement et envisage dans un deuxième temps les améliorations et les solutions possibles, à travers notamment les mesures agri-environnementales. Les campagnes sont prises ici sous l’angle agricole uniquement. Mais qu’en est-il, par exemple, des impacts de l’étalement urbain ou encore du tourisme et de la récréation sur l’environnement ? Le défi environnemental n’est pas seulement lié à l’agriculture.

10Le chapitre 14 consacré aux États-Unis illustre le mieux la difficulté de se défaire d’entrées trop agricoles dans les campagnes. Contrairement à son titre qui évoque « des espaces ruraux de moins en moins agricoles », sur 80 % de son texte, Sophie Devienne en esquisse un panorama principalement… agricole – et par ailleurs intéressant et très complet – et ne fait qu’effleurer la nature des autres fonctions rurales renouvelées.

11De même, au sujet de la Russie et de l’Ukraine les politiques de développement rural sont trop peu expliquées. Le lecteur alléché en sort frustré.

12Néanmoins, dans le domaine des systèmes agricoles et des modèles agraires, toujours prédominants en réalité dans le champ des connaissances exposées, l’accent est mis de manière pertinente sur l’importance économique et socioculturelle des agricultures petites et moyennes, qui sont innovantes si on leur en donne les moyens, souvent plus durables, et conditionnent la vitalité des milieux ruraux. C’est à mettre au crédit des auteurs, qui nous interpellent également sur la récurrence de l’enjeu foncier, quelles que soient les régions du monde.

13Donc, malgré l’objectif initial, l’analyse des dynamiques non agricoles qui affectent les campagnes dépasse rarement le stade des tendances générales (diffusion de la pluriactivité par exemple). Ce qui finit par nous donner l’impression que ces dynamiques sont les mêmes partout ou presque alors que, simultanément, les auteurs insistent sur la diversité des réponses locales à « l’homogénéisation des processus productifs, la standardisation des normes, le rapprochement des comportements alimentaires ».

14Le retour du territoire et du local est généralement trop peu illustré, de même que les politiques publiques pouvant réduire les déséquilibres entre villes et campagnes à condition de ne pas être réduites à des programmes de développement agricole ou d’être intégrées aux politiques de développement régional.

15L’essai d’affranchissement vis-à-vis de l’agricole n’a pas été complètement transformé.

16Il n’empêche que l’un des mérites de l’ouvrage est d’attirer franchement l’attention du lecteur sur la mobilité entre villes et campagnes des populations recensées comme « rurales » et la pluriactivité des ménages répertoriés comme « agricoles » (sur l’exemple de l’Asie du Sud-Est). Il s’agit certes de mobilités de différentes natures, ne répondant ni aux mêmes motifs (travail, loisirs…) ni aux mêmes modalités (vélo, bus…) ou rythmes, mais elles sont partout caractéristiques du rapport des populations rurales à l’espace. En insistant sur la pluri-appartenance des ruraux « à des espaces sociaux, ruraux et urbains, locaux comme internationaux » les auteurs combattent ici une idée reçue encore trop prégnante dans l’opinion.

17Une fois l’ouvrage lu, qu’en reste-t-il ?

18Ce qui nous a frappé c’est la relation de dépendance dans laquelle, partout dans le monde bien qu’à divers degrés, les campagnes se trouveraient vis-à-vis des villes. Loin des villes, sans elles, point de salut ? Comme si leur destin leur avait échappé depuis longtemps déjà.

19Ainsi, en Chine, depuis les années 1990, la ville déjà constituée est-elle « l’organisateur – à son profit – de la croissance économique et le donneur d’ordre pour un aménagement de ses périphéries rurales ». Pourtant, bien que depuis 2007 la population mondiale soit majoritairement urbaine, jamais les campagnes n’ont été aussi peuplées. « Demain, tous citadins ? » interroge néanmoins Michaël Pouzenc dans son décryptage du défi urbain (chapitre 3).

20Les campagnes ne seraient donc plus qu’un fantasme pour citadins en quête existentielle dans les pays du Nord et des espaces peu mis en avant voire méprisés dans les Pays émergents au profit de la « grandeur urbaine » ?

21Or, n’observe-t-on pas parfois « une certaine ruralisation de fragments d’espaces et de sociétés urbaines » (selon Martin VANIER) ? En effet « le rural s’invite partout dans la reformulation du projet de sociétés largement urbanisées. En ce sens, le défi urbain consiste aussi à rendre explicite le fait que les campagnes sont consubstantielles, au même titre que l’urbain, du projet des sociétés actuelles » d’après Michaël Pouzenc.

22Aujourd’hui il semble toujours plus difficile de saisir quel degré d’autonomie, aussi maigre soit-il, les campagnes gardent vis-à-vis des systèmes urbains prédominants et moteurs. On a du mal à saisir les mouvements qui affectent les campagnes et leur seraient propres. Ainsi en Afrique subsaharienne Jean-Louis Chaléard note-t-il que le vrai dynamisme des acteurs locaux a longtemps été minimisé par les acteurs institutionnels.

23Sans excès de naïveté ni sectarisme ruraliste, mais avec un brin de provocation, n’a-t-on pas tendance à minimiser les qualités et les ressources intrinsèques des acteurs ruraux, et leurs capacités de résistance aux modèles dominants ? À force de les voir tournés vers les villes pour répondre à leur demande, ne risque-t-on pas une forme d’aveuglement nous amenant à ignorer la multiplication pourtant bien réelle et palpable des micro-initiatives non agricoles de développement dans les campagnes ? En effet, diffuses, celles-ci ne se détectent pas aisément sauf à fouiller les campagnes « par le bas », à très grande échelle géographique et avec la conviction qu’il s’y passe des choses originales. Comme si les villes n’existaient pas, ou seulement en périphérie…des campagnes. En raisonnant par l’absurde en quelque sorte.

24Dans le chapitre sur le défi de la pauvreté, Bernard Charlery De La Masselière, plus que d’autres, questionne la nature intrinsèque des espaces ruraux et leur devenir « dans un monde qui valorise les ressources immatérielles et circulantes » alors qu’ils renvoient « d’abord à une matière localisée et non élastique ». Et s’interroge : le monde rural serait-il définitivement inadapté à conquérir cette richesse incarnée par l’imagination et la créativité humaine ?

25Finalement, alors que dans les campagnes occidentales le temps est à la recherche de nouvelles façons de « faire société » tandis que dans les pays du Sud les communautés rurales sont malmenées, nous identifions pour les espaces ruraux un sixième défi à relever : celui du bien-être ensemble. Nous rejoignons ainsi les auteurs qui admettent dès l’introduction que « la ville, les villes, ont besoin de la campagne, des campagnes, pour un troisième millénaire plus solidaire entre espaces et hommes ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Lescureux, « Martine Guibert, Yves Jean : Dynamique des espaces ruraux dans le monde », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 14-15 | 2012, mis en ligne le 03 avril 2017, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://tem.revues.org/1838

Haut de page

Auteur

Frédéric Lescureux

Université de Lille 1

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page