Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Gabriel Wackermann: Géographie des conflits non armés

Ellipses, 2011, 405 pages
Vincent Houillon
Référence(s) :

Gabriel Wackermann (dir.), Géographie des conflits non armés, Ellipses, 2011, 405 pages

Texte intégral

1La géographie des conflits est la nouvelle question inscrite au concours du CAPES et de l’Agrégation de la session 2012. Cet ouvrage ne couvre qu’une partie du champ de la question puisqu’il ne concerne que les seuls conflits non armés. Maître d’œuvre et grand habitué de ce rôle, Gabriel Wackermann a réuni pas moins de 25 auteurs dont les contributions sont réunies dans ce gros volume de plus de 400 pages.

2L’ouvrage se structure en quatre grandes parties divisées en chapitres qui eux-mêmes comptent parfois mais pas systématiquement plusieurs thèmes et des « dissertations ». Faire un résumé fidèle de l’ensemble de contributions aussi variées est une gageure. Quelques articles traitent classiquement de sujets de géopolitique de certaines parties du monde (La Chine, la Russie, la Méditerranée…), d’autres analysent les liens entre les conflits et les richesses naturelles (l’eau, le pétrole, les matières premières etc…), d’autres enfin montrent les tensions et les conflits inhérents à des pratiques ou à des comportements humains (l’alimentation, les mobilités, les espaces urbains…). Il faut aussi souligner la présence dans cet ouvrage de textes abordant la question des conflits par des angles plus originaux et rarement présents dans les bibliographies. On peut citer par exemple un chapitre sur « les conflits dans la grande distribution » ou encore « les géopolitiques de l’internet ». Plusieurs contributions s’avèrent d’une lecture fructueuse, parmi lesquelles on distinguera celle de Suzanne Dionet sur l’eau, de Claude Chaline et de Jean-Pierre Paulet sur les aspects urbains, de Michel Battiau sur les matières premières. Bien que brèves, les « dissertations » dues surtout à Mark Bailoni font ressortir quelques idées-forces et rendront d’utiles services aux étudiants.

3L’ouvrage souffre de quelques problèmes tant au niveau de la forme que du contenu. D’une part, la structure interne est déséquilibrée. Les chapitres sont de tailles très inégales. À titre d’exemple, le chapitre 5 de la partie I compte 8 pages alors que le chapitre 1 de la deuxième partie en compte 56. D’autre part, on comprend difficilement la présence de thèmes alors que l’organisation en chapitres aurait suffit. La qualité rédactionnelle est très variable. Plusieurs textes ont à l’évidence été rédigés rapidement. Le foisonnement des faits et la dispersion des idées dans les chapitres 2 et 3 de la partie I laissent le lecteur perplexe et sur sa faim. La même remarque vaut pour les chapitres 4 et 5 de la partie II et le chapitre 1 de la partie 4. Ces chapitres rédigés à la hâte manquent de rigueur dans leur structuration, dans les problématiques et les idées qu’ils exposent.

4La qualité de la mise en page des figures et des illustrations laisse souvent à désirer. Sans volonté d’exhaustivité, on citera quelques erreurs et des maladresses. Des figurés sont représentés à des échelles différentes dans les légendes et sur les cartes (p. 159, p. 160 et p. 303) interdisant toute lecture cohérente. L’unité n’est pas précisée à la carte p375 (les actes de violence en France). Pourquoi illustrer un texte sur les conflits alimentaires par une carte des régions agricoles aux États-Unis (p. 156) ? Enfin, un problème de lisibilité se pose dans le cas de la carte page 150 « littoral et conflits d’usage, l’exemple de la baie du Robert ».

5Il ne fait aucun doute que la brièveté des délais imposés aux auteurs et à leur coordinateur explique les faiblesses que l’on vient d’exprimer. Mais il faut se mettre à la place d’un candidat au concours de l’enseignement auquel cet ouvrage s’adresse directement. Depuis l’instauration de la masterisation, il dispose de peu de temps à consacrer à l’étude de chacune des 6 questions du concours. Il est peu probable qu’il ait la capacité, ne serait-ce qu’en termes de temps, de lire tous ces textes, de les comprendre mais surtout d’en dégager la substance nécessaire pour réaliser des plans détaillés et des dissertations qui constituent la base de son travail. L’ouvrage aurait atteint pleinement ces objectifs s’il avait été mieux structuré et plus rigoureux dans son organisation, ainsi que moins ambitieux dans le nombre de thématiques abordées. Les qualités incontestables de certains chapitres compensent-elles les nombreuses faiblesses que l’on vient de souligner ? À chacun d’en juger, mais l’ensemble nous laisse une impression mitigée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Houillon, « Gabriel Wackermann: Géographie des conflits non armés », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 14-15 | 2012, mis en ligne le 03 avril 2017, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://tem.revues.org/1836

Haut de page

Auteur

Vincent Houillon

Université Lille 1

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page