Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Équipe MIT : Tourismes 3 - la révolution durable

Belin, Coll. Mappemonde, Paris, 2011, 332 pages
Jean Scol
Référence(s) :

Équipe MIT, 2011 : Tourismes 3 - la révolution durable, Belin, Collection Mappemonde, Paris, 332 pages

Texte intégral

  • 1 Cf. Equipe MIT, 2011, p.4

1L’ouvrage se présente comme le troisième et dernier volet d’une série initiée en 2002 par «Tourismes 1, Lieux communs » (Paris, Belin, Coll. Mappemonde), suivie en 2005 par « Tourismes 2, Moments de lieux » (Idem). Il a été « conçu, écrit et discuté »1 par l’Équipe MIT constituée de pas moins de quatorze enseignants-chercheurs en géographie et spécialistes du tourisme. En dépit d’une réalisation collective, on note au fil des pages une grande homogénéité rédactionnelle.

2Avant de se plonger dans le corps de l’ouvrage il convient d’en décrypter le sous-titre « La révolution durable », tant les auteurs se sont ici amusés avec des mots parfois très à la mode. Ce sous-titre peut, en effet, induire une certaine confusion (dont l’auteur de ce compte-rendu fut d’ailleurs l’objet avant la lecture des premières pages) quant au contenu et les thèses développées dans le livre. Le premier réflexe serait, en effet, d’interpréter ce titre par le fait que le tourisme serait aujourd’hui brutalement touché par une transformation radicale et brutale visant à un développement désormais inéluctablement plus durable au sens de soutenable que lui prêtent en France, les sciences humaines. En réalité, sa traduction est très différente ! Pour les auteurs qui en annoncent le postulat dès l’introduction, l’invention du tourisme à la fin du XVIIIe siècle c’est : l’autre révolution ; celle née parallèlement à et de la révolution industrielle au même moment et dans un même lieu : l’Angleterre. Une révolution un peu sous-évaluée car souvent et longtemps déconsidérée vis-à-vis de sa « sœur » jugée plus noble. Qu’en est-il ensuite de la durabilité évoquée de cette révolution ? L’utilisation faite ici du terme ne se substitue en aucun cas à celui de « soutenable », mais se doit d’être compris dans son sens le plus commun : la révolution touristique est durable dans le temps autant et si ce n’est plus que la révolution industrielle ! On a pu parler de développement post-industriel évoquant ainsi la fin de l’ère industrielle mais on n’a jamais parlé de développement post-touristique…Le tourisme se développe de façon presque continue depuis plus de deux siècles et ne s’est globalement jamais aussi bien porté, gagnant chaque jour de nouveaux adeptes (les touristes) partout dans le Monde, de nouvelles pratiques et de nouveaux lieux (destinations). Le tourisme n’a donc ni cessé de se développer ni achevé sa révolution et sa participation à la construction d’une civilisation des loisirs…

3Après une introduction de près de dix pages, l’ouvrage qui en compte un total de 332, s’articule en trois parties. La première : Le tourisme en pratique. La révolution permanente ? pp. 15-120, compte trois chapitres et évoque les évolutions depuis ses débuts jusqu’à nos jours des sens du tourisme, de ses pratiques et des relations du touriste avec lui-même, avec les autres touristes et le reste de la société au fil des époques (chapitres 1, 2 et 3).

4La seconde : Á la conquête du monde : De Bath à Villingili, pp. 121-184, commence par une tentative de reconstitution historico-spatiale de la diffusion du tourisme à travers le monde depuis la fin du XVIIIe siècle jusqu’aux débuts du XIXe siècle ; depuis le sud de l’Angleterre jusqu’aux confins des océans Indien et Pacifique aujourd’hui (chapitre 4). Il s’attache aussi à montrer les raisons de cette diffusion : le rôle des États en faveur du tourisme (alors perçu comme un levier de développement des territoires)(chapitre 5), celui des pratiques sociales du tourisme (qui créent des lieux et des pratiques touristiques, en occultent d’autres, opèrent des ségrégations spatio-culturelles…) (chapitre 6) et celui du développement et de la démocratisation des transports (qui autorisent la diffusion à plusieurs échelles de distances et de formes spatiales ponctuelles, linéaires, en tâches d’huile… mais aussi la « massification » de la pratique et des lieux touristiques) (chapitre 7). Au final, ces deux premières parties offrent une « lecture diachronique des pratiques et l’observation de la diffusion spatiale [du tourisme qui] permettent de conclure à l’existence d’un monde du tourisme qui est dorénavant congruent spatialement avec le Monde » (Équipe MIT, 2011 P.187).

5La dernière partie : Comment les lieux passent le temps ? pp.185- 272, interroge comment les lieux touristiques survivent ou évoluent dans le temps. Le tourisme a plus de 200 ans ; quels sont les raisons et facteurs qui expliquent cette remarquable longévité et son dynamisme toujours pas remis en cause  (chapitre 8) ? Comment les lieux touristiques d’hier s’adaptent-ils aux « systèmes touristiques » qui se succèdent, se transforment-ils et demeurent-ils (ou non mais cela est plus rare) des lieux touristiques d’aujourd’hui  (chapitres 9 et 10) ? En conclusion de cette troisième partie, les auteurs offrent des éléments pour une théorie du développement des lieux touristiques.

6La conclusion générale de l’ouvrage, quant à elle, résume brièvement le sens des réflexions et des recherches menées sur le tourisme depuis la création de l’Équipe MIT en 1994. Les auteurs y font même part des doutes vis-à-vis de leurs travaux lorsqu’ils (elles) les confrontent aux questionnements soulevés par ce dernier ouvrage. L’Équipe MIT s’autorise néanmoins à conclure en proposant de très intéressants éléments pour une théorie générale du tourisme…

7Les illustrations : L’ouvrage compte 9 schémas, 16 cartes, 2 graphiques, 9 tableaux, 8 photographies et 24 encadrés qui en complètent le texte, en facilitent la compréhension et en agrémentent la lecture.

8La bibliographie internationale (pp. 291 – 321) est abondante. Elle propose près de 700 références d’ouvrages, articles et publications diverses dont un grand nombre en anglais.

Haut de page

Notes

1 Cf. Equipe MIT, 2011, p.4

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Scol, « Équipe MIT : Tourismes 3 - la révolution durable », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 14-15 | 2012, mis en ligne le 03 avril 2017, consulté le 28 juin 2017. URL : http://tem.revues.org/1830

Haut de page

Auteur

Jean Scol

Université Lille 1

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page