Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Géraldine Froger : Tourisme durable dans les Suds ?

P.I.E. Peter Lang S.A. Editions scientifiques internationales, collection Écopolis, Bruxelles, 2010, 316 pages
Jean Scol
Référence(s) :

Géraldine Froger (dir.), 2010, Tourisme durable dans les Suds ? P.I.E. Peter Lang S.A. Editions scientifiques internationales, coll. Écopolis, Bruxelles, 316 pages

Texte intégral

1Cet ouvrage est le onzième opus de la collection Écopolis dédiée à l’analyse des changements qui affectent simultanément la société et l’environnement. Comme son titre le laisse supposer, il interroge sur les possibilités d’un développement touristique durable dans les Suds. Suds étant compris ici dans le sens des pays pudiquement appelés « en développement ». Il fut initié par le ministère des affaire étrangères et européennes et l’Agence française de développement qui ont passé un contrat avec le Centre d’études sur la mondialisation, les conflits, les territoires et les vulnérabilités (CEMOTEV) de l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines.

2Il s’agit d’un ouvrage collectif, réalisé sous la direction de Géraldine Froger, économiste Maître de conférences HDR à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, Chercheuse au CEMOTEV et qui, outre sa contribution personnelle, a coordonné les écrits de treize autres chercheur(e)s et enseignant(e)s-chercheurs(ses) tou(te)s économistes. « Tourisme dans les Suds » est donc un ouvrage d’économistes et non de géographes. Cela explique une présentation un peu austère quasi dépourvue des illustrations si chères à notre discipline : pas de photographies, un seul graphique et à peine quatre cartes de situations très basiques…

3Le livre compte 316 pages et s’organise en une préface de deux pages, une introduction générale, et trois parties elles-mêmes subdivisées en quatre à cinq chapitres, contributions individuelles ou collectives.

4La préface est de Gilles Béville, chargé de mission à la Direction des biens publics mondiaux du Ministère des affaires étrangères et européennes. Elle replace l’ouvrage dans son contexte problématique et institutionnel. Le chapitre : Tourisme et développement durable dans les pays du Sud : Quels enjeux ? (pp. 11-34) est écrit par G. Froger et fait office d’introduction générale. Il est consacré dans un premier temps, à rappeler avec force chiffres et tableaux statistiques, le contexte touristique mondial et la place qui y est tenue par les pays du Sud, dans un second temps, aux différentes pratiques et modes de développement touristique et enfin aux opportunités et limites du tourisme durable dans les Suds. La première partie : Diagnostic et réflexions sur le tourisme durable dans les Suds (pp. 37-126) rassemble quatre chapitres (dont un chapitre introductif) qui abordent la question du tourisme durable dans les Suds par une approche théorique (le concept d’écotourisme…), économique (tourisme durable et développement local, comment financer le tourisme durable ?…) et même mathématique  (La méthode de calcul de l’empreinte écologique…) !

5Les seconde et troisième parties : Opportunités et limites du tourisme durable en Afrique (pp. 129-222), Opportunité et limites du tourisme durable en Amérique latine (pp. 223-295), sont construites sur le même modèle. Le premier chapitre (pp. 129-138 et pp. 223-238) fait office d’introduction puis s’enchaînent pour la deuxième partie, trois études de cas choisis dans l’espace africain : Madagascar, la Tunisie et la Namibie et pour la troisième, deux exemples choisis en Amérique Latine : l’Argentine et le Costa Rica.

6Assez curieusement, le chapitre faisant office de conclusion générale à l’ouvrage : Vers un tourisme durable dans les Suds ? (pp. 295-312) se trouve référencé comme quatrième chapitre de la troisième partie. Cette conclusion tente à l’aune des exemples observés, une synthèse des éléments et facteurs de réussite ou d’échec en matière de tourisme durable dans les Suds. Puis, elle fait état d’une série de propositions et recommandations pour le développement de projets de tourisme durable dans les Suds et l’évaluation de leurs impacts.

7Les dernières pages de l’ouvrage (pp. 313-316) sont enfin consacrées à la présentation des quatorze co-auteurs.

8On notera qu’il n’y a pas de bibliographie générale. Chaque chapitre propose la sienne pour un total de près de 400 (les doublons sont possibles d’une contribution à une autre) références internationales (ouvrages, articles, rapports, plans et documents divers) dont les géographes notamment français, ne sont pas absents (G. Cazes, J-P. Lozato-Giotard…).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Scol, « Géraldine Froger : Tourisme durable dans les Suds ? », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 14-15 | 2012, mis en ligne le 03 avril 2017, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://tem.revues.org/1828

Haut de page

Auteur

Jean Scol

Université Lille 1

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page