Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Valérie November, Marion Penelas, Pascal Viot : Habiter les territoires à risques

Editeur : PPUR, Collection : Espace en société, 2011, 252 pages
Helga-Jane Scarwell
Référence(s) :

Valérie November, Marion Penelas, Pascal Viot (dir) : Habiter les territoires à risques, Editeur : PPUR, Collection : Espace en société, 2011, 252 pages

Texte intégral

1Cet ouvrage de 252 pages publié sous la direction de Valérie November, Marion Penelas, Pascal Viot propose une réflexion pluridisciplinaire autour du thème « Risques- territoires ». Il fait suite à une journée d’étude sur le même thème organisé en avril 2009 à Lausanne.

2Il aborde la question de l'occupation par les hommes de territoires considérés comme des zones à risques et des modalités selon lesquelles des acteurs (humains et/ou non-humains) peuplent, pratiquent, habitent des espaces caractérisés par leur dimension risquée. Comment réagissent les habitants de ces espaces ? Comment la population trouve-t-elle les ressources pour reconstruire autour d'un projet commun après une catastrophe ? À toutes ces questions, cet ouvrage tente d’apporter des réponses. Cette problématique a déjà été abordée dans d’autres ouvrages et travaux universitaires, mais son originalité ici réside dans ses onze contributions d’auteurs de disciplines différentes en SHS autour de la relation « Risques- territoires » en France et dans le monde.

3Placée au cœur de l’ouvrage, la question du territoire est selon les contributeurs incontournable pour appréhender les diverses dynamiques qui orientent l’action publique sur ces différents registres, qu’elles soient d’ordre législatif ou qu’elles suivent le rythme plus lent des évolutions économiques et sociales qui, depuis quelques années, transforment l’environnement des entreprises et le domaine de la sécurité industrielle (mécanismes conjoints de financiarisation et d’externalisation, restructuration progressive des statuts liés au travail, professionnalisation des métiers de la sécurité, etc.). Cette relation « Risques- territoires » permet en particulier d’envisager le risque et ses modalités de traitement selon une double temporalité, combinant des aspects conjoncturels, liés aux activités administratives et réglementaires ou à des événements particuliers (accidents, pollutions, etc.), et des aspects plus structurels, liés à la transformation progressive des relations entre l’industrie et son environnement urbain, social et politique.

4La plus-value de cet ouvrage réside donc dans la volonté d’analyser les risques collectifs sous la même problématique. Qu’il s’agisse de risques naturels ou de risques industriels, ceux-ci sont analysés selon les mêmes modalités. Ainsi, une même problématique émerge, celle d’une problématique transversale, caractéristique des risques collectifs d’aujourd’hui.

5Le livre comprend trois parties qui correspondent pour chacune d’entre elles à une problématique de cette relation « Risques- territoires ».

6La première concerne l’identification des risques. Dès lors que des risques ont été identifiés sur un territoire, ce dernier se transforme.

7La seconde partie se concentre sur les mesures de gestion. Une fois que les risques sont identifiés, comment sécurise-t-on le territoire ? Autrement dit, quelles seront les mesures de gestion prises pour l’appréhender par les populations et les collectivités territoriales ? Quelles sont les nécessaires négociations autour de l’identification des risques et à quelles logiques territoriales celles-ci correspondent-elles, du point de vue des individus et/ou des collectivités ?

8Enfin, la troisième partie concerne la mémoire du risque. Une fois que le risque s’est transformé en catastrophe, le territoire conserve des traces de son passage. Comment les mesures urbanistiques et architecturales peuvent-elles conserver ces traces lisibles pour les populations ? Par cet ouvrage, de nouvelles perspectives sont ouvertes pour la compréhension des dynamiques territoriales et sociétales des risques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Helga-Jane Scarwell, « Valérie November, Marion Penelas, Pascal Viot : Habiter les territoires à risques », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 14-15 | 2012, mis en ligne le 03 avril 2017, consulté le 23 mai 2017. URL : http://tem.revues.org/1824

Haut de page

Auteur

Helga-Jane Scarwell

Université Lille 1

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page