Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Michel Deshaies : Atlas de l’Allemagne. Les contrastes d’une puissance en mutation

Paris, Éditions Autrement, 2011, 80 pages
Christophe Quéva
Référence(s) :

Michel Deshaies : Atlas de l’Allemagne. Les contrastes d’une puissance en mutation, Paris, Éditions Autrement, 2011, 80 pages

Texte intégral

1La collection Atlas/Monde des Éditions Autrement s’enrichit d’un nouvel opus sur l’Allemagne. L’auteur, Michel Deshaies – professeur à l’Université de Nancy-II – répond tout à fait aux exigences de clarté, de synthèse et d’illustrations graphique et cartographique de cette collection. Intitulé « les contrastes d’une puissance en mutation », l’Atlas de l’Allemagne nous propose un panorama riche et nuancé de la société et du territoire allemands, plus de vingt ans après la fin d’une division dont le territoire porte encore largement les traces. L’Allemagne nous y est présentée comme une puissance ambiguë, ancrée sur un passé fait de multiples recompositions territoriales – on appréciera notamment, à cet égard, les trois premiers chapitres sur les dynamiques de construction du territoire allemand depuis le Saint Empire – et sur un héritage industriel redessiné dans le contexte de l’après Réunification. Michel Deshaies fait l’effort de mobiliser régulièrement la France comme cadre comparatif – en termes de dynamiques démographiques, de densités ou d’organisation du système urbain – même s’il aurait peut-être été souhaitable de se référer également à d’autres contextes nationaux (par exemple aux pays d’Europe orientale, l’Allemagne ayant « retrouvé, avec la Réunification de 1990, une position centrale en Europe »), afin de sortir d’une vision parfois un peu trop bilatérale – franco-allemande – des dynamiques étudiées.

2L’ouvrage s’organise en sept parties : L’Allemagne multiple, Une société postmoderne rétrécissante, Made in Germany, Villes, culture et aménagement du territoire, Les enjeux environnementaux, Une nouvelle place en Europe et dans le monde. On regrettera parfois que certaines idées ne soient pas davantage précisées ou interrogées, notamment la notion de « société postmoderne », ou encore la question (complexe) de l’identité allemande – abordée rapidement en introduction ainsi que, dans un sous-chapitre sur « Les étrangers et l’identité allemande » à travers le prisme du droit du sang. Néanmoins, l’ensemble des réflexions est convaincant, et le jeu des échelles d’analyses permet de combiner les approches relevant du cadrage thématique (L’Allemagne maritime, Les mutations de l’industrie, Un pays très urbanisé, Une influence croissante dans le monde, etc.) et les analyses localisées centrées sur des exemples emblématiques (La Bavière : tradition et haute technologie, La Saxe en renouveau, Berlin : la capitale retrouvée, La Ruhr postindustrielle, etc.). Les nombreuses cartes sont également inscrites dans une perspective multiscalaire – de l’échelle du quartier (à Halle ou à Oberhausen) à celle du monde (institut Goethe, exportations), en passant par les échelles régionale et nationale.

3La fin de l’ouvrage propose une bibliographie qui présente l’avantage et l’inconvénient de la synthèse, négligeant peut-être quelques-uns des récents travaux de chercheurs travaillant sur l’Allemagne : on évoquera notamment ceux d’Hélène Roth sur les campagnes industrielles allemandes et les villes rétrécissantes, de Guillaume Lacquement sur les dynamiques rurales et l’ancienne frontière interallemande, d’Antoine Fleury sur Berlin, ou encore de Samuel Depraz sur les parcs nationaux allemands. Quant à la sitographie, elle est tout à fait pertinente et se voit complétée par une filmographie intéressante de films marquants depuis la Réunification. Cet atlas constitue ainsi à la fois un outil particulièrement bien pensé, dans la continuité de la ligne éditoriale de cette collection des Éditions Autrement, mais également un ouvrage dense, problématisé et richement illustré sur les actuelles dynamiques territoriales allemandes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Quéva, « Michel Deshaies : Atlas de l’Allemagne. Les contrastes d’une puissance en mutation », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 14-15 | 2012, mis en ligne le 03 avril 2017, consulté le 29 juin 2017. URL : http://tem.revues.org/1821

Haut de page

Auteur

Christophe Quéva

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page