Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Jacques Scheibling : Qu’est-ce que la géographie ?

Hachette supérieur, Coll. Carré géographie, 2ème édition, 255 pages
Patrick Picouet
Référence(s) :

Jacques Scheibling, 2011, Qu’est-ce que la géographie ?, Hachette supérieur, Coll. Carré géographie, 2ème édition, 255 pages

Texte intégral

1Ce n’est pas le premier livre développant une histoire de la géographie depuis la fin du XIXe, mais dans l’avant–propos, le lecteur comprend que son intérêt réside dans la position critique de l’auteur. Il s’agit de la présentation d’un point de vue argumenté sur certaines contradictions et insuffisances de la géographie. L’ouvrage est organisé en quatre parties et dix-sept chapitres. La première reprend les fondements de la géographie vidalienne. La deuxième souligne le renouvellement de la discipline lors du passage fondamental du paradigme des sciences naturelles à ceux des sciences sociales, puis vient une présentation de la géographie, science sociale dans l’ère de la postmodernité. Enfin, la dernière partie reprend la question qui constitue le titre de l’ouvrage, complétée par une seconde, peut-être un peu datée « à quoi sert la géographie ? ». Il serait sans doute préférable comme le propose M. Lussault (2010, revue Tracés, hors-série) de se demander à qui sert-elle ?

2Dans la première partie, l’auteur rappelle le long cheminement de la découverte, de la connaissance et de la conquête du monde, durant lequel la géographie participe à l’inventaire du globe, étroitement associé aux progrès de la cartographie et aux multiples descriptions des paysages. Au XIXe siècle, la géographie allemande, d’abord inspirée par la philosophie kantienne, inscrit durablement la discipline dans la perspective des relations entre l’homme et une nature dominante.

3Sous son influence et dans le contexte de la défaite française de 1870, Vidal de La Blache installe durablement la géographie française comme une science naturelle qui étudie les conditions offertes par la nature face aux choix humains, engagement, source de débats (possibilisme, déterminisme, etc.) et de polémiques durant une grande moitié du XXe siècle. Dans un titre évocateur, il est question des « effets pervers du vidalisme », particulièrement remarquable dans l’enseignement primaire et secondaire. L’auteur souligne et critique les engagements politiques de Vidal mis en évidence par son » idéologie chauvine, colonialiste et raciste », ce qui est connu mais ne manquera pas d’intéresser les jeunes étudiants voire les jeunes chercheurs.

4La deuxième partie commence par un rappel de l’importance de la modélisation dans le développement de la « nouvelle géographie » des années 1970, confortant ainsi le passage vers la géographie, science sociale. Elle s’inscrit désormais dans une démarche hypothético-déductive et la théorisation qui manquait beaucoup à la discipline vidalienne. Progressivement, elle devient une science de l’organisation de l’espace grâce à son engagement dans les études d’aménagement du territoire. Enrichie des apports anglo-saxons, soutenue par l’utilisation de l’informatique, la géographie se renouvelle, les thématiques se diversifient et de grandes synthèses marquent les étapes du renouveau. De ce point de vue, une place essentielle est accordée aux travaux de P. Pinchemel et R. Brunet.

5Dans la troisième partie, l’auteur souligne l’ouverture de la géographie à de nouveaux champs comme ceux de l’environnement, du développement durable puis de la géographie culturelle dans le contexte de la postmodernité. L’équipe de la revue Espace-temps occupe selon lui une place essentielle dans les considérables développements théoriques depuis les années 1980, lesquels conduisent à se poser les questions finales consacrées à la définition et l’utilité de la géographie.

6À la question de la définition, J. Scheibling répond qu’elle est une science de synthèse c’est-à-dire qu’elle utilise toutes les approches, y compris non géographiques si nécessaire, pour rendre compte de l’espace. À la question de l’utilité sociale, l’auteur propose trois fonctions : la production du savoir scientifique et sa diffusion, l’aménagement territorial de la société et la « reproduction sociale » par l’enseignement, tout en regrettant l’insuffisance de la réponse à la demande sociale.

7En conclusion, cet ouvrage présente le grand intérêt de proposer une lecture critique de l’évolution de la géographie, en soulignant les polémiques, les débats ayant ponctué l’histoire de la discipline. Des documents bien choisis participent à la construction de la démonstration. Notons de ce point de vue une erreur dans la présentation des projections de Mercator et de Peters (p.19). Une bibliographie synthétique est classée utilement par partie. Nous regretterons toutefois, que la revue Hommes et Terres du Nord soit encore citée dans les revues régionales alors qu’elle a transmis son héritage à Territoire en Mouvement depuis 2006.

8On ne peut que conseiller la lecture de cet ouvrage à tous les étudiants de géographie, aux enseignants qui souhaitent comprendre la géographie actuelle, et au-delà, à tous ceux que l’évolution de cette science intéresse.

9Documents, p 19 : inversion dans la présentation des projections + répétition de la même intro pp. 7 et 8.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Picouet, « Jacques Scheibling : Qu’est-ce que la géographie ? », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 14-15 | 2012, mis en ligne le 03 avril 2017, consulté le 28 juin 2017. URL : http://tem.revues.org/1814

Haut de page

Auteur

Patrick Picouet

Université Lille 1

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page