Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Clarisse Didelon, Yann Richard, Gilles Van Hamme : Le territoire européen

PUF, 2011, 253 pages
Vincent Houillon
Référence(s) :

Clarisse Didelon, Yann Richard, Gilles Van Hamme : Le territoire européen, PUF, 2011, 253 pages

Texte intégral

1Parmi les très nombreux ouvrages parus sur l’Europe ces dernières années, voici un petit livre qui ne manque ni d’originalité ni d’intérêt par son approche du territoire européen et par les principaux thèmes développés. Dans un contexte de reconfiguration de l’espace à l’échelle mondiale, cet ouvrage développe au cœur de sa problématique la place qu’occupe l’Europe dans le monde.

2L’ouvrage est divisé en trois grandes parties qui sont autant d’angles d’approche. La première partie « L’Europe de l’Atlantique à l’Oural » est mieux suggérée par son sous-titre « un objet géographique incertain ». Elle vise à mieux cerner l’objet d’étude, l’Europe, d’en éclairer les limites géographiques et de présenter les divisions profondes qui structurent son espace. Cette partie accorde une grande place aux évènements et aux évolutions historiques qui ont peu à peu donné une existence réelle et incontestée au territoire européen. Ce sont bien les hommes, les techniques partagées et diffusées, les constructions politiques, qui en ont peu à peu imposé l’existence. La question des limites est posée et exposée longuement mais bien évidemment jamais tranchée. On remarquera d’ailleurs que les auteurs reprenant dans leur conclusion les propos de Michel Foucher doutent de la validité de la notion même de continent. Ils préfèrent la notion de territoire qu’ils abordent en première partie par les représentations qui sont celles des peuples qui l’habitent et celles des puissances extérieures. L’« identité problématique » est évoquée de façon stimulante grâce à l’utilisation d’enquêtes et des sondages sur la perception de ce territoire européen. L’émergence incontestable de l’Europe comme référence identitaire montre la différence profonde des visions des Européens de l’ouest et du centre et celle des Européens de l’est. La confiance dans les institutions européennes est encore plus contrastée et ne fait que confirmer l’hétérogénéité des représentations. Cette oscillation de l’Europe entre intégration et fragmentation politique renvoie à la grande diversité culturelle et linguistique. Des considérations géopolitiques sur les perceptions russes et américaines du territoire européen depuis l’éclatement des deux blocs ajoutent de l’intérêt à cette première partie qui se termine par un tableau des inégalités socio-économiques du territoire européen où ressort le clivage Est/Ouest.

3L’analyse de la complexité et de la diversité européenne est suivie par la mise en évidence de l’existence de l’Europe en tant qu’entité concrète. La deuxième partie porte donc sur l’intégration européenne qui prend corps à travers « un processus politique d’unification d’une nature totalement nouvelle ». Par rapport à d’autres formes d’intégrations supranationales à travers le monde, le projet européen est bien spécifique. L’émergence de l’idée européenne, les étapes du processus de construction de l’Union Européenne et les politiques nous sont bien connues. L’aspect le plus intéressant de cette partie est l’accent mis sur les relations dialectiques entre la construction politique de l’Union Européenne et les logiques des États-nations qui la composent. Le titre de la dernière sous-partie « le poids persistant des nations » suggère les limites du processus d’intégration. On pourra cependant discuter de l’usage de l’expression « nations économiques » et de « nations démographiques » pour désigner la préservation des originalités et de prérogatives des États en matière de comportement démographique, de performance et de politique économique.

4Suite aux éléments introduits dans les deux premières parties, la troisième partie interroge logiquement ensuite « la place de l’Europe dans le monde ». L’intégration économique est bien mise en évidence par les échanges internes à l’Europe bien supérieurs aux échanges externes. S’appuyant sur les travaux récents de l’économie géographique, l’auteur précise et distingue les notions de régionalisme et de régionalisation en matière d’intégration économique et estime, avec d’autres, que le « régionalisme est un bon moyen d’accéder à un échange multilatéral… qu’il bénéficie d’un soutien idéologique car il favorise la mondialisation et que celle-ci est supposée accélérer la croissance économique ». Voilà une problématique cruciale au cœur des débats, des accords ou des divergences des dirigeants de l’Europe d’aujourd’hui. Revenant aussi sur certaines idées préconçues comme le grand degré d’ouverture de l’Europe aux échanges commerciaux, le chapitre accorde une place importante à la construction d’une Europe élargie au travers d’un régionalisme constitué d’un ensemble de relations de plus en plus étroites avec les voisinages méditerranéens et orientaux.

5Parmi les nombreuses qualités de ce petit livre, on notera les illustrations. Graphiques, schémas et cartes enrichissent la lecture du texte. Malgré leur format très réduit et l’absence de couleurs, la lisibilité reste satisfaisante même lorsqu’il est fait audacieusement usage des anamorphoses. Publié dans la collection « licence-géographie », la lecture de ce petit ouvrage stimulant, souvent brillant, ne peut être que fortement recommandée à tous les étudiants de ce niveau. Sa lecture, souvent exigeante, nécessitera néanmoins quelques efforts pour maîtriser certains développements. La multitude des thématiques abordées et la profondeur de ses analyses nous incitent à le recommander à tout public intéressé par l’Europe. En bref, un excellent outil de compréhension et de réflexion sur « le territoire européen », sur son projet politique ambitieux et inachevé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Houillon, « Clarisse Didelon, Yann Richard, Gilles Van Hamme : Le territoire européen », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 14-15 | 2012, mis en ligne le 03 avril 2017, consulté le 30 avril 2017. URL : http://tem.revues.org/1808

Haut de page

Auteur

Vincent Houillon

Université Lille 1

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page